Navigation – Plan du site

Havet (José), Louis Daubier. Poésie, transparence et tentations contradictoires

Éditions Azimuts, 2013, 255 p.
Gérald Purnelle
Référence(s) :

Havet (José), Louis Daubier. Poésie, transparence et tentations contradictoires, Éditions Azimuts, 2013, 255 p.

Texte intégral

1Né en 1924 et décédé en 2000, Louis Daubier, de son vrai nom Louis Dupont, fut un poète méconnu de son vivant et qui paraît aujourd’hui bien oublié. Enseignant, auteur d’essais d’analyse poétique et de réflexions pédagogiques, Daubier n’a publié ses recueils de poésie que tardivement (le premier à 37 ans) et sporadiquement (sept recueils). Œuvre discrète, donc, que José Havet entreprend de faire redécouvrir. L’auteur, qui fut l’élève puis l’ami du poète, n’est pas un critique littéraire, mais un sociologue qui a mené une carrière académique dans sa discipline.

2Au-delà de l’attachement qui unit l’auteur à un ami ou à une œuvre, consacrer un ouvrage à un poète peu connu, discret, rare (un recueil tous les cinq ans), mérite d’être expliqué, sinon justifié. Pour José Havet, « la vie de Daubier ne manque pas d’intérêt, cachant des tensions inattendues sous une apparence linéaire et sans épaisseur ». Conçue sur une base double — « décrire cette vie à grands traits » et « interpréter les principaux aspects de l’œuvre » —, l’étude suppose qu’un lien herméneutique doit être fait entre vie et œuvre, dans une démarche classique, à la Sainte-Beuve, que l’on pourrait donc juger antimoderne.

3C’est toutefois l’œuvre qui y occupe la première place, et son interprétation repose à la fois sur une démarche méthodologique clairement conçue, sur un plan rigoureusement structuré, et sur une double question de départ explicitement formulée. Les deux aspects abordés sont présents dans le titre de l’ouvrage : la poésie de Daubier a pour caractéristiques reconnues (pour le poète lui-même, par la critique et par tout lecteur) d’être « pure, blanche et transparente » ; mais, pour Jose Havet, elle ne peut se réduire à cette catégorie unique, en raison de la présence de textes « âpres, durés, déchirés » particulièrement marquants. Partant de ce double constat, l’auteur formule une hypothèse de travail, affirmant l’existence dans l’œuvre de « tensions entre divers pôles antagoniques », de « tentations contradictoires » que le poète n’a jamais pu « transcender ».

4Une première partie aborde la vie de Daubier, sa personnalité et la genèse de l’œuvre, toujours dans une perspective herméneutique. On y note, au-delà du détail biographique, que l’auteur (qui, rappelons-le, est sociologue), sans citer jamais utiliser ni Bourdieu ni Dubois, y pratique sporadiquement une démarche qui relève d’une sorte de sociologie empirique de la littérature, abordant au passage des aspects tels que la carrière professionnelle, la carrière littéraire, les stratégies, les lieux de sociabilité, l’absence d’engagement, l’appartenance à un courant, la position institutionnelle et la marginalisation de son poète. La conclusion est toutefois plutôt psychologisante, parlant de « difficultés transcendées », de résilience », de « projet de vie mal géré » et de dépression », pour aboutir aux cinq « tentations contradictoires », correspondant à l’hypothèse de départ, et auxquelles est consacrée la première section de la deuxième partie. Ce sont, successivement : l’enfance et l’âge adulte, la nature paisible et les orages, le silence et les paroles explicites, l’amour et le rejet, la patience et la révolte. L’analyse est fine et fondée sur de nombreuses citations éclairantes. S’appuyer sur les paradoxes d’un écrivain est une méthode souvent féconde pour une étude dialectique de son œuvre.

5C’est toutefois, par-delà l’intérêt d’un éclairage apporté à la réception d’une œuvre de qualité, la réflexion critique de José Havet sur la notion de pureté qui constitue, à nos yeux, l’apport le plus important de l’ouvrage.

6Louis Daubier fait, de son propre aveu, partie d’un courant particulier inclus dans la tendance néo-classique de la poésie francophone de Belgique d’après-guerre, et que le poète et critique Armand Bernier a nommé « poésie de la pureté », catégorie que Daubier a reprise lui-même, en consacrant des textes critiques à cette notion et à ces poètes. Bernier la faisait remonter à Odilon-Jean Périer puis à Auguste Marin (mort en 1940). Il l’appliquait à tout une génération de poètes nés au milieu des années vingt, comme Daubier, ou plus tard, comme Raymond-Jean Lenoble (préfacier de l’ouvrage de José Havet), et ayant commencé à publier à la fin des années cinquante ou au début des années soixante. S’attachant à la seule œuvre de Daubier, José Havet distingue pureté, blancheur et transparence, les situant par rapport à des notions telles que la poésie pure, la poésie blanche, la rigueur scientifique. Pour l’auteur, la poésie de Daubier, en dépit de l’opinion du poète lui-même, n’appartient au courant de la poésie qu’à un niveau stylistique, ses caractéristiques thématiques se trouvant ailleurs. Cette analyse plus proprement poétique s’appuie méthodiquement sur des typologies fournies par des prédécesseurs.

7L’ouvrage de José Havet est agrémenté de nombreuses notes, d’un cahier de photographies et d’un choix de poèmes de Daubier. Il constitue au total une contribution dont l’objet est d’abord la réhabilitation d’un poète particulier à travers une analyse fondée sur un questionnement induit par l’œuvre elle-même, mais qui peut en outre sur plus d’un point enrichir une réflexion plus générale.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gérald Purnelle, « Havet (José), Louis Daubier. Poésie, transparence et tentations contradictoires », Textyles [En ligne], Comptes rendus en cours, mis en ligne le 06 août 2017, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://textyles.revues.org/2791

Haut de page

Auteur

Gérald Purnelle

Université de Liège

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org