Navigation – Plan du site

Bianchi (Valentina), Nougé et Magritte. Les objets bouleversants

Bruxelles-etc., P.I.E. Peter Lang, 2015, 295 pages.
Judith Pollet
Référence(s) :

Bianchi (Valentina), Nougé et Magritte. Les objets bouleversants, Bruxelles-etc., P.I.E. Peter Lang, 2015, 295 pages.

Texte intégral

1La thèse de Valentina Bianchi rend compte de l’influence réciproque qu’eurent l’un sur l’autre Paul Nougé et René Magritte dans l’élaboration de la théorie des objets bouleversants. La chercheuse a puisé ses sources dans les textes de René Magritte rassemblés par André Blavier, en 1979, sous le titre Ecrits complets, et tout particulièrement, dans le texte d’une conférence donnée le 20 novembre 1938 au Musée Royal des Beaux-Arts d’Anvers, La ligne de vie I. Les anthologies de Paul Nougé Histoire de ne pas rire (1956) et L’Expérience continue (1966), établies par Marcel Mariën, ainsi que les notes rassemblées dans Fragments (1995) et Erotiques (2002) par Didier Devillez, viennent éclairer les Ecrits complets. Cette étude croisée, focalisée sur la théorie des « objets bouleversants », a l’avantage de dépasser les conflits anecdotiques survenus entre les auteurs pour apporter des éléments de compréhension concernant l’esthétique développée par chacun d’eux. Elle contribue ainsi utilement à l’analyse de certains textes sibyllins de Paul Nougé et de nombreux tableaux de René Magritte.

  • 1 Voir Nougé (Paul), Au Palais des images les spectres sont rois, éd. Gérard Berréby, Paris, Allia, 2 (...)
  • 2 Nougé (Paul), « Les points sur les signes » dans Au Palais des images…, op. cit., p. 262

2Les réflexions de Paul Nougé sur le visuel, parues notamment dans Notes sur la poésie (1929), La Lumière, l’Ombre et la Proie (1930), ainsi que René Magritte, les Images défendues et Pour illustrer Magritte, développent une théorie de la vision semblable à celle par laquelle il entend opérer sur le langage. Paul Nougé a rédigé des textes expérimentaux avec René Magritte, ainsi que plusieurs des catalogues d’exposition pour le peintre. La plupart de ces textes ont été rassemblés par Marcel Mariën dans la monographie Histoire de ne pas rire en 1956. Cependant, ces textes sur la peinture avaient été rédigés vingt ans plus tôt et avaient précédemment fait l’objet de publications, en 1933, 1943 et 19461. L’étude de ces écrits, par Valentina Bianchi, témoigne d’une complicité intellectuelle ininterrompue entre Paul Nougé et René Magritte durant toute cette période. Elle met en évidence le fait que, bien que les contacts entre les surréalistes aient été rendus très difficiles par la guerre, des expositions ont continué de voir le jour en Belgique occupée. En 1941, le photographe Raoul Ubac donna l’occasion à Paul Nougé de « récapituler » la condition primordiale du surréalisme qui « réside – selon Nougé – toute entière dans la pensée de l’expérimentateur ». Dans les années quarante, malgré l’animosité quasi générale que suscita le retour de Magritte aux techniques impressionnistes dans le cadre de ce qu’il appela le « Surréalisme en plein soleil », Paul Nougé prit parti pour lui contre André Breton avec lequel il régla définitivement ses comptes en 1948, dans le tract « Les points sur le signes ». Malgré les désaccords de Magritte et de Nougé sur la position à adopter face au marché de l’art, les textes de Nougé et la peinture de Magritte s’inscrivent dans une continuité sur le plan esthétique, qui confirme, l’indissociabilité de leur travail pour qui veut en saisir l’effet performatif : « Passer de la profondeur la plus fluide, la plus lumineuse ou la plus trouble à l’organisation de cette profondeur »2.

3Dans son introduction sur les objets bouleversants, Valentina Bianchi avance une comparaison originale entre le surréalisme bruxellois et « l’onirisme esthétique » de l’avant-garde roumaine, représentée par Dimitru Tepeneag et Leonid Dimov. La littérature onirique, explique la chercheuse, est dérivée du formalisme russe représenté par Viktor Shklovsky. Ce dernier avait créé le concept de « défamiliarisation » des objets, grâce à laquelle il tentait de transmettre, en art, la sensation des choses telles qu’elles sont perçues, et non telles qu’elles sont connues, pour montrer leur caractère insolite. La littérature onirique est aussi une littérature de l’espace et du temps finis. Tepeneag entendait faire l’inventaire des choses, par l’absence quasi totale de métaphores – dont le propre est « d’avaler le temps » et de produire un effet de vitesse – afin de construire une impression de lenteur (p. 47). Comme Nougé, les Roumains s’inspirèrent principalement des expérimentations faites dans le champ de la peinture. Ils étaient à la recherche du surgissement du subconscient dans les images juxtaposées. Valentina Bianchi souligne la proximité de ce procédé avec celui de Paul Nougé, lorsque ce dernier collabore avec René Magritte.

4Paul Nougé a rencontré René Magritte en 1926, à l’occasion d’un vernissage. Valentina Bianchi commence par rappeler les grands jalons de leur biographie respective. La chercheuse dégage, ensuite, les lignes esthétiques communes aux deux auteurs, en se basant notamment sur leur correspondance. L’ouvrage souligne, alors, en filigrane, les éléments de démarcation qui spécifient leur approche respective du mot et de l’image, et l’influence réciproque de leurs recherches qui aboutit à l’invention des « objets bouleversants ». Finalement, la recherche démontre que le concept d’« objet bouleversant » a évolué au cours des années pour s’adapter aux nécessités du temps, des évènements tragiques du début du vingtième siècle, sans résoudre une profonde division théorique, entre les auteurs, sur le statut de la métaphore (p. 128-129). Néanmoins, comme le démontre Valentina Bianchi au fil des chapitres, cette division est subsumée par la coprésence des mots (titres, références littéraires, références cinématographiques) et des images peintes qui « transborde » l’individualité de chaque auteur (p. 199). Ce constat nous force à appréhender les écrits sur la peinture de Paul Nougé dans le cadre d’une collaboration étroite avec de René Magritte et à penser les œuvres du peintre dans un processus dialectique avec l’énoncé littéraire.

Haut de page

Notes

1 Voir Nougé (Paul), Au Palais des images les spectres sont rois, éd. Gérard Berréby, Paris, Allia, 2017, p. 112 : » Paru dans Le Surréalisme au service de la Révolution, n° 5, Paris, 15 mai 1933, pp. 24-28. Outre la première publication de six chapitres (“Observation”, “La Vision déjouée”, “L’Homme en proie aux images”, “La Naissance des images”, “La Métaphore transfigurée”, “Des moyens et des fins“) dans Le Surréalisme au service de la Révolution, d’autres chapitres ont été utilisés comme préfaces de catalogues d’exposition : “L’Avenir des statues” (27 mai - 7juin 1933) dans René Magritte, Bruxelles, Palais des Beaux-Arts, 1933, ainsi que “Pour s’approcher de René Magritte”, dans une adaptation anglaise de Man Ray, à l’occasion de la première exposition new-yorkaise de René Magritte à la Julien Levy Gallery (3-20 janvier 1936). La monographie publiée pendant la guerre – René Magritte ou les Images défendues, avec reproductions de tableaux, Bruxelles, Les Auteurs associés, 1943 – ne reprend pas le chapitre “Des moyens et des fins” ; le titre original choisi par Nougé y est modifié par l’éditeur afin de mettre Magritte en valeur – ce qui déplaît profondément à Nougé – et l’ouvrage se voit complété d’une postface. Il faut attendre Histoire de ne pas rire, en 1956, pour une réédition intégrale, prise ici comme référence en ce qui concerne l’ordre des chapitres. » (note de Geneviève Michel)

2 Nougé (Paul), « Les points sur les signes » dans Au Palais des images…, op. cit., p. 262

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Judith Pollet, « Bianchi (Valentina), Nougé et Magritte. Les objets bouleversants », Textyles [En ligne], Comptes rendus en cours, mis en ligne le 05 juillet 2017, consulté le 21 novembre 2017. URL : http://textyles.revues.org/2789

Haut de page

Auteur

Judith Pollet

fnrs – Université catholique de Louvain

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org