Navigation – Plan du site
Au temps de Verhaeren. Varias

Deux esprits en convergence

Une analyse de la correspondance de Félicien Rops à Octave Uzanne
Fanny Makoudi
p. 207-222

Texte intégral

1Éditeur, journaliste, écrivain, bibliographe et bibliophile français, Octave Uzanne n’était pas un inconnu dans les milieux culturels du xixe siècle, mais il est tombé depuis dans un oubli quasi total. C’est pourquoi la plupart des ouvrages sur Félicien Rops n’évoquent que sporadiquement son nom, minimisant son importance dans le cercle des relations de l’artiste. La petite place accordée à l’écrivain dans la vie du graveur s’explique par la rareté des fruits de leur collaboration et surtout par la très maigre quantité d’informations disponibles à son sujet. La découverte de l’abondante correspondance de Rops à Uzanne (plus d’une centaine de lettres écrites de 1881 à 1896) permet de mettre en lumière une relation trop longtemps restée dans l’ombre.

  • 1 Makoudi (Fanny), Par la plume et le crayon, édition critique de la correspondance de Félicien Rops (...)

2Dans le cadre de notre mémoire de fin d’études1, nous avons proposé une édition critique de l’ensemble de cette correspondance. L’abondance même de cet échange suggère une relation exceptionnellement prolifique. L’analyse des lettres confirme le rôle prépondérant d’Uzanne dans l’entourage du graveur et ce, à plus d’un titre : tout d’abord, l’un et l’autre constituent un « nœud stratégique » important dans la maille de leurs relations respectives ; ensuite, ils se découvrent une convergence de vues quant à la représentation de la femme moderne et quant à leur ambition de rénover le livre illustré ; enfin, une franche amitié les unit. Rops trouve en Uzanne un confident à qui il peut se livrer sans fioritures, toute stratégie et détours rhétoriques mis à part. En cela, cette correspondance est atypique dans la production épistolaire de Rops.

3Les trois lignes de force que nous venons d’exposer (stratégie des réseaux, convergences esthétiques, convergences personnelles) constituent la trame de cet article. En explorant certains aspects de la vie d’Uzanne et en interrogeant la correspondance, notre intention est, sinon de jeter toute la lumière sur la véritable place d’Uzanne dans le réseau de relations de Rops, du moins de la reconsidérer.

De la stratégie des réseaux

  • 2 Rops (Félicien), Lettre à Mme Picard, s.l., [18] août 1881, Bruxelles, Bibliothèque royale de Belgi (...)
  • 3 Rops (Félicien), Lettre à Léon Dommartin, s.l., s.d., Paris, Fondation Custodia, 1972, A. 847.
  • 4 Juhel (Pierre), « Octave Uzanne : sa revue L’Art et l’Idée en 1892 », dans Bulletin de la société d (...)

4« Enfin ! que les Déesses soient louées ! ! Rops & Uzanne, Uzanne & Rops veux-je dire, se sont rencontrés, planètes errantes ! »2, s’exclame Rops le 18 août 1881. Selon les dires du graveur, c’est Uzanne qui l’a approché : « [...] Il m’est venu trouver & m’a prouvé qu’il n’y avait qu’une maison où ma fantaisie gênante pour les éditeurs ! pourrait trouver gîte, & que c’était la maison qui n’est pas au coin du quai, la sienne, la maison Quentin […]. »3 À ce moment-là, Uzanne est en effet associé au célèbre éditeur Albert Quantin, avec lequel il partage l’ambition de rénover la bibliophilie et la conception du livre d’art en tant qu’objet littéraire. Avec lui, il fonde successivement trois revues, portées sur la bibliophilie et la bibliographie. La première, la plus éminente, s’intitule Le Livre : revue mensuelle (1880-1889). Uzanne en sera le rédacteur en chef du premier au dernier numéro. La seconde, Le Livre moderne, dont il assurera la direction pendant deux ans, accorde un soin encore plus grand à l’iconographie et prône la création de beaux livres, réalisés selon de nouveaux principes esthétiques. En 1892, cette revue laisse place à L’Art et l’Idée, revue contemporaine du dilettantisme littéraire et de la curiosité, qui se présente davantage comme une revue d’art et poursuit l’objectif de promouvoir les arts et les idées nouvelles. Elle ne durera que le temps d’une année4.

  • 5 Delevoy (Robert L.) et al., Félicien Rops, Bruxelles, Lebeer Hossmann, 1985, p. 144.
  • 6 L’expression est empruntée à Ghlamallah (Ahmed Fahti), Octave Uzanne, homme de lettres, bibliophile (...)
  • 7 Carteret (Léopold), Le Trésor du bibliophile : livres illustrés modernes, 1875 à 1945 et souvenirs (...)

5Un esthète de la bibliophilie tel qu’Octave Uzanne se doit d’ajouter le nom de Félicien Rops, « l’illustrateur le plus recherché et le mieux payé de tout Paris »5, à son « vaste réseau uzannien »6. En effet, le bibliophile s’illustre en virtuose des relations en chaîne. Méprisant les foules et le grand public, il préfère appartenir au cercle d’érudits restreint mais influent dont il a lui-même choisi les membres. Sa stratégie, qui consiste avant tout à fidéliser son public, se base sur l’appui d’aînés prestigieux et de relations privilégiées avec de grands éditeurs, tels Albert Quantin, que nous avons déjà évoqué, Damase Jouaust ou Édouard Rouveyre, tous trois spécialisés dans un type de publication plutôt élitiste, destiné à un public-cible d’érudits et de collectionneurs. Uzanne fréquente assidûment les sociétés de bibliophiles et, lorsqu’il crée en 1889 la Société des Bibliophiles contemporains ou Académie des Beaux Livres, il use de toutes ses relations pour grossir le nombre de ses membres7. Il utilise le même procédé lorsque, fort de sa participation à diverses revues, il crée la sienne, Le Livre.

  • 8 Rops (Félicien), Lettre à Octave Uzanne, [Paris], [entre le 13 juillet et le 20 août 1881], Namur, (...)
  • 9 Rops (Félicien), Télégramme à Octave Uzanne, [Paris], 16 décembre 1889, Bruxelles, Bibliothèque roy (...)
  • 10 Ghlamallah (Ahmed Fahti), Octave Uzanne, homme de lettres, bibliophile et revuiste (1851-1892), op. (...)

6Félicien Rops répond à au moins deux besoins de cette stratégie littéraire : d’une part, il compte parmi les personnalités les plus influentes de Paris et, d’autre part, sa fonction d’illustrateur, qui plus est d’illustrateur novateur, s’accorde parfaitement avec le genre de publication qu’Uzanne entreprend. Leur rencontre apparaît donc comme une évidence et leur collaboration le devient aussi, comme cela transparait dans leur correspondance. En plus d’illustrations, Rops compose pour Uzanne un ex-libris monogramme, comportant les initiales de l’écrivain8, et un emblème pour sa revue Le Livre moderne9, tous deux d’une grande valeur symbolique. Rops promet également de rassembler pour son ami une collection particulière de ses œuvres, ce qui ne peut que réjouir l’âme bibliophile d’Uzanne. Nous ignorons cependant s’il tint jamais promesse. En bref, « Félicien Rops fait partie de ces amitiés privilégiées et prestigieuses que Uzanne a su s’attirer tout au long de sa vie. »10 Nous ajouterions que si l’on intervertit les deux noms, la phrase n’en est pas moins vraie.

  • 11 La Cagoule [Uzanne (Octave)], « Visions de notre heure : choses et gens qui passent », L’Écho de Pa (...)
  • 12 Ghlamallah (Ahmed Fahti), Octave Uzanne, homme de lettres, bibliophile et revuiste (1851-1892), op. (...)

7Gardons-nous de croire, en effet, qu’Uzanne est le seul à tirer avantage de cette relation. Dans un article écrit suite au décès de son ami, Uzanne donne sa propre version de leur rencontre : « Je revois Rops il y a seize années, tel qu’il m’apparut, alors que je venais de publier mes premiers éphémérides des sens, mémoranda de passions juvéniles, qu’il désirait, affirmait-il, enluminer de son précieux talent. »11 Ainsi, Rops a déjà eu vent du travail de l’écrivain bien avant de croiser son chemin. Rien d’étonnant à cela : au début des années 1880, l’homme de lettres traverse une période d’intense publication littéraire et, grâce à la préface élogieuse du Bric-à-Brac de l’amour, qui porte la prestigieuse signature de Jules Barbey d’Aurevilly, son talent d’écrivain est enfin reconnu12. Conquis, le graveur a choisi son nouveau collaborateur.

  • 13 Bonnier (Bernadette), Leblanc(Véronique), Prioul (Didier) et Védrine (Hélène), dir., Félicien Rops  (...)
  • 14 Rops (Félicien), Lettre à Octave Uzanne, s. l., [septembre 1881], Bruxelles, Bibliothèque royale de (...)
  • 15 P., « Rimes de joie, par Théodore Hannon », dans Le Livre : bibliographie moderne, 10 janvier 1882, (...)
  • 16 Uzanne (Octave), « Quelques plaisants croquis faits en sa prime manière par Maître Félicien Rops », (...)

8Rops peut à son tour être qualifié d’homme de réseaux : tout comme Uzanne, son entourage est fait de mailles serrées, une relation en amenant une autre. Peu fervent, lui aussi, des expositions et autres événements publics, le peintre tient son œuvre hors des circuits habituels – un « druidisme », pour reprendre son propre mot, qui a déjà fait l’objet d’une attention soutenue13. Ses collectionneurs sont avant tout des amateurs qu’il a lui-même triés sur le volet et avec qui il tient à traiter personnellement. C’est surtout par la grâce de sa plume que Rops gère et tire parti de son vaste réseau de relations. Ne lui suffit-il pas de glisser, non sans arrière-pensée, à son ami Uzanne : « [l]e livre d’Hannon [les Rimes de Joie] demande un bout de compte rendu dans Le Livre »14, pour que le volume fasse l’objet d’un article quelques mois plus tard ? Et est- ce un hasard si, tout en se montrant plutôt critique vis-à-vis de l’auteur et du préfacier, ledit article galvanise le talent de l’illustrateur, qui « confine presque au génie, tant il est personnel, satirique, et empreint d’un sentiment d’art des plus élevés »15 ? Ailleurs, comme dans L’Art et l’Idée, où Uzanne consacre un article dithyrambique au graveur16, les faveurs de l’auteur se répètent. Voilà qui doit continuer à assurer la bonne réputation de l’artiste.

  • 17 Rops (Félicien), Lettre à Eugène Rodrigues, s.l., s.d., Namur, Musée Provincial Félicien Rops, Amis (...)
  • 18 Rops (Félicien), Lettre à Octave Uzanne, Paris, 8 juin 1886, Namur, Musée Provincial Félicien Rops, (...)

9Ce n’est pas là le seul avantage que Rops tire de sa relation avec Uzanne. Il profite aussi de son carnet d’adresses pour créer des opportunités de placement auprès d’acteurs du marché de l’art qui n’appartiennent pas encore à ses contacts. Le bibliophile, sur demande expresse du graveur, l’aide à vendre une collection de ses gravures à un certain Mr Leclaire17, ainsi qu’un portefeuille d’eaux-fortes à Mr Thibaudeau, collectionneur londonien18.

  • 19 Rops (Félicien), Lettre à Octave Uzanne, Montlignon, [ca. septembre 1882], New York, collection pri (...)

10L’écrivain l’assiste encore dans une affaire quelque peu suspecte : il est chargé de revendre à l’éditeur Léon Conquet, une « Collection Dommartin » qui n’est apparemment qu’une invention pour appâter l’intéressé19.

  • 20 Rops (Félicien), Lettre à Octave Uzanne, s. l., [début 1883], Bruxelles, Bibliothèque royale de Bel (...)
  • 21 Rops (Félicien), Lettre à Octave Uzanne, Bruxelles, 4 janvier 1881, New York, collection privée, us (...)

11On le voit, les intérêts stratégiques de Rops et d’Uzanne sont réels. La communion d’esprit qu’ils se découvrent rapidement l’est encore davantage. Les deux hommes s’accordent à la fois sur le terrain des arts et sur le plan personnel, ce dont Rops s’étonne tout au long de la correspondance : « Je voudrais faire des livres en collaborant avec toi & je ne trouverai pas un esprit & des sentiments qui s’allient à ma nature comme les tiens. »20 À l’évidence, cette entente rend leur collaboration à la fois simple et productive, ce qui ne peut que combler les attentes de Rops : « J’espère que nous nous entendrons & que nous ferons ensemble des choses qui scandalisent nos chers Contemporains & qui prépareront des tortures & des rougeurs aux Saumaises de 1980 ! »21

Convergences esthétiques

La femme moderne

  • 22 Ibidem.
  • 23 Ibidem.

12Entre badinage et débats esthétiques, la femme s’impose en sujet récurrent dans leur correspondance. Elle est mise à l’honneur – ils en parlent avec plaisir, la craignent et l’idolâtrent à la fois. Dès la première lettre, Rops donne le ton : « Je suis très préoccupé du nu moderne moi, – du document féminin palpable et palpé ! »22 Leur passion partagée dépasse largement le domaine privé. Elle entre dans la sphère publique par le truchement de leurs œuvres littéraires et picturales. Selon Rops, « [c]haque siècle ayant des femmes amoureuses il faut bien rendre les nôtres, même à travers les pastiches, les réminiscences, les renaissances & les imitations des autres temps »23. On y entend le rôle, la mission, presque la responsabilité qui leur incombe : celle de « chroniquer » la femme de leur temps.

  • 24 Juhel (Pierre), « Octave Uzanne : sa revue L’Art et l’Idée en 1892 », article cité, p. 330.

13À l’heure de leur rencontre, Uzanne, ce « féministe » et « gynépsychologue »24, s’est déjà lancé dans une étude sans relâche de la femme : il connait ses toilettes, mais également sa physiologie et ses travers, à toutes les époques. Les premiers livres qu’il publie sont pour la plupart des rééditions d’ouvrages des xviie et xviiie siècles traitant de la femme. Ses premiers textes personnels, Le Bric-à-Brac de l’amour, Le Calendrier de Vénus et Les Surprises des femmes, se présentent quant à eux comme de courtes fictions sur la femme et le libertinage, sans époque clairement définie. Une rupture s’opère dans son esthétique à partir des années 1880 : Uzanne s’ouvre à la modernité, s’intéresse à la Parisienne du xixe siècle. Il change aussi son approche : les ouvrages qu’il consacre à la femme sont moins fictionnels et plus documentaires. Il se transforme en historiographe des mœurs et coutumes de la Parisienne. Nous pouvons voir dans cette évolution une double influence de Rops, de vingt ans son aîné.

  • 25 Bonnier (Bernadette) et al., dir., Félicien Rops : vie et œuvre, Brugge, Stichting Kunstboek, 1997, (...)
  • 26 Rops (Félicien), Lettre à Octave Uzanne, s. l., [circa février 1883], Bruxelles, Bibliothèque royal (...)
  • 27 Basseporte (Gérald), Regards sur Félicien Rops. Peintre à Essonnes, Paris, Les Presses du Managemen (...)

14Tout d’abord, on y décèle l’influence du milieu dans lequel baigne le graveur, alors en ménage avec les sœurs Duluc, deux grandes couturières parisiennes. En même temps qu’Uzanne devient un intime de la maison, il entre dans un univers de tissus et de dentelles, de plumes et de rubans, de jupons et de corsages. Toute cette lingerie lui inspire ses études des différentes parures de la Parisienne, qu’il inaugure en 1881 avec L’Éventail, rapidement suivi par L’Ombrelle, en 1883. Ensuite, c’est, plus largement, toute la conception ropsienne de la femme qui marque Uzanne de son empreinte – une conception complexe et contradictoire, à l’image de la personnalité du graveur. La vision ropsienne de la femme moderne renvoie à un être manipulateur, maître de lui-même et des hommes. Déshabillée à coups de crayons indécents, la femme « lui sert à démasquer l’hypocrisie de la société bourgeoise à travers les mœurs du temps »25. Dans son processus de réflexion, Baudelaire joue un rôle prépondérant. Marqué par son article « Le peintre de la vie moderne », dans lequel l’auteur des Fleurs du Mal affirme l’importance de saisir le monde en transition et de figer les mœurs du siècle, et plus largement par sa poésie, où prédomine le courant sataniste, Rops fait porter à la femme toutes les ignominies de l’homme. Elle le conduit inéluctablement à sa perte, et même plus, à la mort : « ô que les femmes même petites vous mangent la vie »26, dit-il un jour à Uzanne. La femme moderne, au sens où il l’entend, se confond avec « la femme perverse, instrument entre les mains du démon »27.

  • 28 Védrine (Hélène), De l’encre dans l’acide. L’œuvre gravé de Félicien Rops et la littérature de la d (...)

15Cette vision de la femme inspirera Uzanne et est au centre de Son altesse la femme, publié en 1885. À travers cet ouvrage, l’écrivain cherche à tracer l’évolution de la psychologie et de la physiologie de la femme, depuis sa figure médiévale jusqu’à sa figure contemporaine. Chaque chapitre correspond à une époque et se voit attribuer une illustration propre. Uzanne confie cette tâche à six artistes différents avec lesquels il expérimente la technique de la chromotypographie. Parmi les trois planches que Rops compose pour le recueil (Le Bout du Sillon, L’Évocation et La Dame au pantin), les deux dernières ont été réalisées au préalable et non à l’intention expresse d’Uzanne. De fait, la collaboration entre les deux hommes semble être régie par l’idée de « texter » les images du graveur28

  • 29 Basseporte (Gérald), Regards sur Félicien Rops. Peintre à Essones, op. cit., p. 125.

16Il faut cependant éviter d’imaginer une influence à sens unique. Les deux hommes discutent et pensent Son altesse la femme ensemble, ils construisent leur œuvre respective en parallèle. Rops retravaille les planches en chromotypographie et en modifie des éléments pour coller davantage à la philosophie de l’ouvrage. La coïncidence extrême entre l’illustration L’Évocation et le conte « Le vray mirouer de sorcellerie » qu’elle accompagne ne peut s’expliquer que par la circularité de leurs réflexions et rend compte de la rencontre de deux esprits compatibles. La morale sous-jacente tant au texte qu’à l’image est sans appel : tous les vices de l’homme sont imputables à la femme, maîtresse dominante de l’homme et amante du Diable29.

  • 30 Védrine (Hélène), Félicien Rops : la dame au pantin, dépliant, Namur, Musée Provincial Félicien Rop (...)
  • 31 Ibidem.

17L’exemple le plus manifeste de ce travail conjoint réside sans doute dans le dernier chapitre, intitulé « Muliériana, observations, pensées, notes et maximes sur les femmes et l’amour ». Cette partie se présente comme la réunion de divers apophtegmes sur la femme. Rops propose La Dame au pantin en guise d’illustration. Deux versions plus anciennes la précèdent, La Dame au pantin et à l’éventail, un dessin de 1873, et La Dame au pantin, une aquarelle de 187730. Entre 1873 et 1883, l’esthétique de Rops évolue, ce qui donne lieu à une version de La Dame au pantin beaucoup plus sanglante : cette fois-ci, la femme tient dans ses mains un couteau ensanglanté, l’arme du sacrifice. Cette œuvre se présente comme l’aboutissement de toutes les idées de Rops sur les rapports entre l’homme et la femme31. Et cette réflexion se nourrit, une fois encore, des échanges avec l’écrivain :

  • 32 Rops (Félicien), Lettre à Octave Uzanne, s.l., [début 1883], Namur, Musée Provincial Félicien Rops, (...)

Puis il faut nous entendre pour le « pantin » & pour les « écus d’or ». Il faut que le bonhomme en habit noir soit « un pantin » pour justifier les ficelles. Tout cela est assez difficile à arranger & je te porterai deux croquis Vendredi […] Je penche pour la femme qui ouvre le ventre de son pantin du ventre duquel tomberait ou plutôt s’échapperait du son des louis d’or, un cœur sanglant, & « quelques sonnets ! » La femme aurait à la main le poignard classique qui aurait servi a [sic] ouvrir la panse.32

18Le texte qu’Uzanne propose en vis-à-vis de la gravure apparaît à nouveau comme une « textualisation » de celle-ci :

  • 33 Uzanne (Octave), Son altesse la femme, illustrations de Henri Gervex, J.-A. Gonzalès, L. Kratké, Al (...)

Homme ! [...] tu m’apparaîtras longtemps comme un faible pantin dont elle joue à son plaisir ; qu’elle te séduise par la vanité, par la gloriole, par sa soumission, par sa beauté rayonnante ou sa bonté caressante, qu’elle te prenne par l’esprit, par le cerveau, par les sens ou par le cœur, je verrai toujours cette grande prêtresse te dressant comme un hochet au bout de son bras levé, semblant porter écrit sur son front de sphinx : ubi mulier, ecce homo. [...] Gloire à la femme ! Gloire à cette grande égalitaire et à cette vengeresse des opprimés ! Sa mission est de niveler, de répartir l’or et le sang de ses amants dans la coupe du mal, où ceux-ci l’ont jadis fait boire, spéculant sur ses naïvetés ou sa misère ; tout se dissout dans ses mains ; elle égorge la sottise et éventre largement toutes les outrecuidances imbéciles, en rabaissant les vanités humaines.33

  • 34 Uzanne (Octave) et al., Féminies : huit chapitres inédits dévoués à la Femme, à l’Amour, à la Beaut (...)
  • 35 Bonnier (Bernadette) et al., Cent légers croquis sans prétention pour réjouir les honnêtes gens, Na (...)
  • 36 Uzanne (Octave) et al., Féminies : huit chapitres inédits dévoués à la Femme, à l’Amour, à la Beaut (...)
  • 37 Rops (Félicien), Lettre à Octave Uzanne, Demi-Lune Essonnes, 29 avril 1896, Bruxelles, Bibliothèque (...)

19Le cas le plus extrême de dépendance du texte par rapport à l’image est probablement Féminies : huit chapitres inédits dévoués à la Femme, à l’Amour, à la Beauté, publié en 1896 par la Société des Bibliophiles contemporains. La raison d’être de ce volume est, pour reprendre les termes d’Octave Uzanne, « absolument ropsique »34. L’écrivain réunit sous ce titre huit frontispices de Rops qui ont été réalisés pour le recueil de Jules Noilly, Cent légers croquis sans prétention pour réjouir les honnêtes gens, dessins qui font partie de sa collection personnelle depuis la vente de la Bibliothèque Noilly en 188635. Il sollicite ensuite quatre écrivains pour « texter » les compositions du graveur36. Rops ne mentionne qu’une seule fois cet ouvrage dans la correspondance, pour exprimer sa satisfaction : « J’ai trouvé ton livre si intéressant : “Féminies” Et il m’a “fort intéressé” effectivement »37. Cette remarque, survenue plusieurs mois après la parution du livre, laisse penser que Rops n’est pas intervenu dans sa réalisation mais surtout qu’il n’a pas même pris connaissance de l’œuvre produite à partir de ses dessins. Cette insouciance est à la mesure de toute la confiance qu’il accorde à son ami, mais surtout, l’assurance d’une parfaite communion d’esprit.

La rénovation du livre illustré

  • 38 Rops (Félicien), Lettre à Léon Dommartin, s. l., s.d., Paris, Fondation Custodia, 1972, A. 847.

20Outre une passion partagée pour la femme, ce qui fait de la collaboration entre Rops et Uzanne une véritable évidence concerne leur approche commune du livre illustré : « [c]’est arrangé : nous allons publier bien des choses bizarres ensemble, & comme [Uzanne] entre dans mes idées de réforme totale du livre à images, nous allons je crois en faire voir de drôles à notre temps & cela se trouve bien »38. Grâce à la convergence de leurs points de vue et de leur sensibilité, les deux hommes se rejoignent à nouveau en terrain commun.

  • 39 Fontaine (Jean-Paul), « Octave Uzanne, le rêve des bibliophiles », dans Le Magazine du bibliophile, (...)
  • 40 Christ (Yvan), « La belle époque et l’art du livre », dans L’Estampille, n° 65, mai 1975, p. 30.
  • 41 Ghlamallah (Ahmed Fahti), Octave Uzanne, homme de lettres, bibliophile et revuiste (1851-1892), op. (...)
  • 42 Juhel (Pierre), « Octave Uzanne : sa revue L’Art et l’Idée en 1892 », article cité, p. 345.
  • 43 Rops (Félicien), Lettre à Léon Dommartin, s. l., s.d., Paris, Fondation Custodia, 1972 – A. 847.

21En vrai esthète de la bibliophilie, Uzanne accorde une place importante aux livres rares et privilégie l’esthétique et la qualité de l’illustration39. Depuis 1880, le bibliophile « évolutionnaire »40 promeut avec Quantin une esthétique renouvelée du livre. Il s’essaye sans cesse à de nouvelles techniques d’illustration, comme la chromotypographie, qu’il teste pour la première fois dans son Éventail41. Bien plus, il dénonce, par le biais de sa revue Le Livre, la routine de son époque et répudie les préceptes que lui ont enseignés dans sa jeunesse les éditeurs Jouaust et Conquet42. Il a, comme le dit Rops, « l’horreur de l’Elzévir & de tout ce rapiéçage des autres époques »43.

  • 44 Bonnier (Bernadette) et al., dir., Félicien Rops : Rops suis, aultre ne veulx estre, op. cit., p. 6 (...)
  • 45 Védrine (Hélène), De l’encre dans l’acide. L’œuvre gravé de Félicien Rops et la littérature de la d (...)
  • 46 Ibidem, p. 32.
  • 47 Ibidem, p. 93.
  • 48 Rops (Félicien), Lettre à Léon Dommartin, s.l., s.d., Paris, Fondation Custodia, 1972, A. 847.

22Rops quant à lui argue des considérations relatives à l’objet-livre et aux rapports entre texte et image. Il aspire à une vision idéale du livre illustré, au travers d’une série d’ouvrages « dont l’ambition est moins littéraire que bibliophilique »44 – une réflexion qu’il a inaugurée avec feu Poulet-Malassis, son maître à penser en matière de livre illustré. Ce dernier est une figure incontournable dans le milieu de l’édition et particulièrement de l’édition de livres luxueux45. Avec ce bibliophile expérimenté, Rops a posé toutes les bases esthétiques de son travail d’illustrateur et perfectionné sa technique d’aquafortiste, l’éditeur l’ayant mis en contact avec le grand maître de l’eau-forte, Félix Bracquemond46. En la personne d’Octave Uzanne, qui lui permettra de poursuivre et concrétiser ses réflexions47, Rops trouve un nouveau Poulet-Malassis. Leur filiation d’idée sur le livre illustré lui semble évidente : « Octave Uzanne le rêve des Bibliophiles ! Élève de Malassis d’ailleurs, en tous points. »48

  • 49 Bonnier (Bernadette) et al. (dir.), Félicien Rops : Rops suis, aultre ne veulx estre, op. cit., p.  (...)
  • 50 Rops (Félicien), Lettre à Léon Dommartin, s.l, s.d., Paris, Fondation Custodia, 1972, A. 847.
  • 51 Ibidem.
  • 52 Ibidem.

23Les deux hommes poursuivent ensemble l’ambition de renouveau du livre illustré qui « passe ainsi par la recherche d’une nouvelle plastique livresque »49. Ils cherchent à créer un langage visuel et verbal moderne, où eau-forte et texte ne feraient plus qu’un. Le livre illustré deviendrait un véritable objet visuel, une sorte de livre sacré. Cet engagement peut être considéré comme avant-gardiste, voire visionnaire. Dans cette optique, Rops s’essaye avec Uzanne à une nouvelle technique d’illustration, en chromo-typo, empruntée aux Anglais. Les dessins sont d’abord photographiés sur bois et ensuite gravés et reproduits en couleur. Le projet est audacieux : il leur faut imaginer « le graveur, l’ouvrier, l’imprimeur, rien de tout cela n’existe »50. Loin de se limiter à l’illustration, leur innovation s’étend à la typographie, au graphisme, au papier. Il s’agit véritablement de conférer aux livres une « allure moderne »51. Cette ambition s’oppose aux techniques éditoriales en présence, comme celle de l’éditeur Alphonse Lemerre : « Nous allons leur en foutre de l’Elzévir à ce bon Lemerre & à son papier vergé ! [...] Il n’y a que notre époque qui a eu cette rage de néo-vieux, cela devient sciant à la fin, nous allons flanquer des coups de bottes dans tout cela. »52

  • 53 Védrine (Hélène), De l’encre dans l’acide. L’œuvre gravé de Félicien Rops et la littérature de la d (...)
  • 54 Rops (Félicien), Lettre à Léon Dommartin, s. l., s.d., Paris, Fondation Custodia, 1972, A. 847.
  • 55 Ibidem.
  • 56 Rops (Félicien), Lettre à Octave Uzanne, [Paris], [entre le 13 juillet et le 20 août 1881], Namur, (...)

24L’ensemble du projet doit aboutir à la réalisation de trois ouvrages : Le Carnet d’un Mondain, L’Éloge de la Folie et Les Contes d’Hoffmann53. Les deux hommes semblent avoir découvert un graveur sur bois qui ferait l’affaire, Alfred Prunaire54, et pensent à Albert Quantin pour les éditer55. Aucune surprise dans ce choix puisque l’éditeur est lui aussi obsédé par l’idée de rénover la bibliophilie. Nous ne savons cependant pas s’il accepte la proposition, les lettres à Uzanne restant muettes à ce sujet, et de manière générale étonnamment laconiques quant à ce vaste projet. Rops n’y fait qu’une seule fois allusion, pour informer son collaborateur qu’il « achève dessin Prunaire »56. Finalement, aucun des trois ouvrages ne verra le jour. Sans doute les deux hommes abandonnent-ils rapidement cette voie pour envisager, de discussions en réflexions, un projet encore plus audacieux…

  • 57 Rops (Félicien), Lettre à Octave Uzanne, [Montlignon], [ca. octobre 1882], Bruxelles, Bibliothèque (...)
  • 58 Védrine (Hélène), De l’encre dans l’acide : L’œuvre gravé de Félicien Rops et la littérature de la (...)
  • 59 Rops (Félicien), Lettre à Théodore Hannon, s.l., 13 novembre 1882, reproduite dans Leblanc (Véroniq (...)

25Dès la fin de l’année 1881, Rops et Uzanne ont le dessein de réaliser ensemble un ouvrage sur la dimension diabolique de la femme, livre supposé s’intituler Le Diable et la Femme, à ce qu’en dit Rops57. Une fois encore, la primauté du graveur est garantie sur celle de l’écrivain, transmuant ainsi le livre illustré en livre d’art ou livre de peintre58. De fait, les compositions de l’artiste constituent le point de départ pour Uzanne, comme Rops l’explique à Théodore Hannon : « C’est pour un livre que l’on écrit expressément pour moi : Le Diable et la Femme. Un résumé de l’influence satanique sur les nervosités féminines. »59 Un projet d’envergure que les deux hommes envisagent de la manière suivante :

  • 60 Rops (Félicien), Lettre à Octave Uzanne, s.l., [fin octobre 1882], Bruxelles, Bibliothèque royale d (...)

Il faut absolument que cette affaire se fasse ! ! Le grand livre saisissant, le grand livre de Nudité & d’Écorché, n’est pas fait. Nous devons le faire, nos esprits s’entendent ! [...] Nous aurons créé le livre le plus extraordinaire du siècle. [...] Allons mon vieux frérot montrons tous deux notre couillardise, qu’elle vive à travers les âges & épouvante les pâles clytorisées du 21e Siècle.60

  • 61 Védrine (Hélène), De l’encre dans l’acide : L’œuvre gravé de Félicien Rops et la littérature de la (...)
  • 62 Rops (Félicien), Lettre à Octave Uzanne, s.l., [fin octobre 1882], Bruxelles, Bibliothèque royale d (...)

26Ainsi, ils visent à créer le livre moderne par excellence, tant par sa forme, repensant toute la plastique du livre, que par son contenu61 : « Enfin le livre qui doit prouver aux saumaisettes futures que nous avions le mépris des fausses femmes de notre temps & que nous savions nous foutre de notre époque ! »62

  • 63 Ibidem.
  • 64 Bonnier (Bernadette) et al., dir., Félicien Rops : Rops suis, aultre ne veulx estre, op. cit., p. 1 (...)
  • 65 Rouir (Eugène), Félicien Rops : catalogue raisonné de l’œuvre gravé et lithographié, [Bruxelles], É (...)
  • 66 Bonnier (Bernadette), dir., Le Musée provincial Félicien Rops Namur, Bruxelles, éd. Fonds Mercator, (...)

27Malgré un vif enthousiasme, le projet ne reste qu’à l’état d’ébauche. Il donne néanmoins naissance à l’une des séries les plus notoires produites par Rops, Les Sataniques. Cette collection ne comprend pas le frontispice premièrement envisagé par Rops, « La femme au cochon et avec un cochon satanique »63, mais se présente bien sous la forme d’un frontispice, le célèbre Satan semant l’ivraie, ainsi qu’un chapelet d’illustrations dédiées à la domination de la femme par Satan. Le « culispice » escompté, « Satan disséquant une bourgeoise », est pour sa part absent64. Au départ, les Sataniques se composent de huit planches : Satan semant l’ivraie, L’Enlèvement, L’Idole, Le Sacrifice, Le Calvaire, Satan créant les monstres, Les Monstres ou la Genèse et Satan jetant à la Terre la pâture qu’elle attend65. La série finale ne compte que les cinq premières, qui forment un ensemble cohérent et, tout en détournant des thèmes bibliques, racontent l’histoire de l’emprise de plus en plus puissante de Satan sur la femme66.

  • 67 Védrine (Hélène), De l’encre dans l’acide. L’œuvre gravé de Félicien Rops et la littérature de la d (...)
  • 68 Uzanne (Octave), « Le Nu Moderne : simples observations sur les variations du nu féminin dans l’Art (...)
  • 69 Ibidem, p. 28.

28Quelques traces confirment également la contribution de l’écrivain. En effet, chacune des cinq œuvres de Rops est accompagnée d’un court texte, certes écrit de la main du graveur, mais dont nous pouvons raisonnablement imaginer qu’il s’inspire d’une création d’Uzanne. Selon Hélène Védrine, leur vaste entreprise serait peut-être aussi à l’origine d’un chapitre de La Femme à Paris, une étude sociologique de la Parisienne publiée par Uzanne en 189467. Ce chapitre, « Nu Moderne : simples observations sur les variations du nu féminin dans l’Art et les diverses expressions du nu moderne », retrace l’évolution des représentations picturales du nu féminin du xive au xixe siècle et pose Rops et Rodin en précurseurs d’un « mouvement sensualiste », caractéristique du nu actuel, qui rompt avec « la tradition de l’idéalisme impassible et chaste »68. L’écrivain associe le nu moderne à un « nu pathologique », qui met en évidence toutes les turpitudes de la chair, « polluée par les misères, les ruts et les concupiscences maladives »69. Il épouse les idées que Rops a développées dans ses Sataniques. L’extrait suivant en est sans doute l’exemple le plus éloquent :

  • 70 Ibidem, p. 2.

Jamais la hantise, l’obsession de la femme, le culte de son corps, la curiosité de sa peau, l’étude haletante et fiévreuse de ses névroses, de ses détraquements, de ses vibrations charnelles n’auront autant et si profondément absorbé l’art et la littérature d’une époque. La femme n’inspire plus seulement l’artiste en ce temps-ci, elle le domine : ce n’est plus la Muse, c’est le Succube. Elle ne pose plus nimbée de splendeur et de perfection, elle entraîne son visionnaire au sabbat des sens. Elle vit, elle palpite, elle se convulse comme une démoniaque luxurieuse, et la nudité qu’elle expose exprime une beauté malsaine et sincère, une volupté perverse, une manière de sadisme délirant et capiteux.70

Convergences personnelles : lettres de l’intimité

  • 71 Uzanne (Octave), « Félicien Rops, par la plume et le crayon », dans Félicien Rops et son œuvre, Bru (...)
  • 72 Rops (Félicien), Lettre à Eugène Rodrigues, s. l., s.d. Namur, Musée Provincial Félicien Rops, Amis (...)

29« [E]n dehors même de son énorme talent, il se trouve en [Rops] le meilleur, le plus dévoué camarade, le plus gai compagnon et le plus intarissable causeur qui se puisse rencontrer ici-bas »71 affirme Uzanne dans l’article qu’il consacre à son ami en 1892, après avoir largement valorisé le travail de « ce créateur extraordinaire ». Rops partage largement cette estime : « mon ami », « fort aimable garçon », « le rêve des bibliophiles »… Il ne tarit pas d’éloges et écrira même à Eugène Rodrigues : « C’est un des plus galants hommes que je connaisse. Je l’aime beaucoup & je le défends contre toi comme je te défendrais contre lui, si besoin était. »72

30Ainsi, si la collaboration entre Rops et Uzanne démarre tout d’abord sur des projets concrets, elle se double rapidement d’une franche amitié. C’est ce que nous renvoie une correspondance à caractère intime et familier, distincte du reste de la production épistolaire du graveur. On n’y retrouve pas ses habituels développements théoriques, ses emportements poétiques, et toute la construction de son habitus épistolaire. Le stratège commercial, manipulateur, s’efface pour laisser place à un homme sincère, parfois même sensible. Rops y livre sans retenue ses impressions de voyage, ses aventures cocasses avec ses différentes maîtresses, mais également ses craintes, sa santé défaillante, ses ennuis familiaux, ses peines de cœur, ses crises existentielles. En effet, c’est un esprit parfois tourmenté qui transparaît entre les lignes :

  • 73 Rops (Félicien), Lettre à Octave Uzanne, Demi-Lune, 23 octobre 1891. Bruxelles, Bibliothèque royale (...)

Je t’ai institué mon exécuteur testamentaire, comme mon meilleur ami, car j’ai pris de graves et sévères résolutions avec lesquelles je ne transigerai pas je te le jure. À part ta bonne amitié je ne regretterai pas grand’chose. […] J’ai en bon chimiste que je suis d’excellents procédés qui permettent à un honnête homme de s’en aller sans que personne, — pas même le médecin des morts, ne peuvent [sic] voir goutte. […] Pour tout le monde je serai victime d’un accident.73

  • 74 Rops (Félicien), Lettre à Octave Uzanne, s. l., 26 octobre 1891. Bruxelles, Bibliothèque royale de (...)

31On le sait, il ne joindra jamais le geste à la parole, et l’amitié d’Uzanne n’est peut-être pas étrangère à ce dénouement heureux : « Mon Cher Octave ta bonne lettre m’a fait grand bien et a été pour moi comme une bonne poignée de main in extremis »74.

  • 75 Rops (Félicien), Lettre à Octave Uzanne, s. l., 8 octobre 1886, collection privée, cpej/1.

32La correspondance nous en apprend beaucoup sur le quotidien des deux hommes : ils se retrouvent la plupart du temps au Café Cardinal et dans les salons fastueux du sculpteur Cyprien Godebski, deux endroits qui favorisent l’interférence des arts. Mais surtout, devenu l’un des intimes de la maisonnée, Uzanne est souvent invité à dîner au domicile de Rops et passe régulièrement ses fins de semaine dans sa maison de campagne, à la Demi-Lune, où il dispose de sa propre chambre que Rops a baptisée pompeusement l’« Élysée- Uzanne ». Il donne le même nom à la demeure acquise par Uzanne en bord de Seine, à proximité de la Demi-Lune. Rops confesse dans une lettre75 qu’ils ont découvert ce petit coin ensemble, sans doute dans une volonté de se retrouver lors de leurs escapades champêtres.

  • 76 Rops (Félicien), Lettre à Octave Uzanne, s. l., [été 1884], Bruxelles, Bibliothèque royale de Belgi (...)
  • 77 Rops (Félicien), Lettre à Octave Uzanne, s. l., [entre 1881 et 1888], Bruxelles, Bibliothèque royal (...)
  • 78 Rops (Félicien), Lettre à Armand Rassenfosse, s.d., [1887], Bruxelles, Bibliothèque royale de Belgi (...)
  • 79 Bonnier (Bernadette) et al. dir., Félicien Rops : Rops suis, aultre ne veulx estre, op. cit., p. 85

33Bien plus qu’un ami de la maison et un des familiers de la dernière heure, Uzanne semble être l’homme de confiance de Rops. Ce dernier utilise de temps à autre l’adresse de son complice comme sa propre boite aux lettres, quand il ne désire pas dévoiler son lieu de résidence76. De même, lorsque Rops cherche à transmettre de l’argent à son fils, c’est à nouveau à Uzanne qu’il fait appel77. Notons encore que Rops le désigne comme son exécuteur testamentaire, à au moins deux reprises : la première fois en 1887, avant de s’aventurer aux États-Unis78, la seconde dans la lettre que nous avons citée. Finalement, cet honneur reviendra à Edmond Haraucourt79 – probablement parce qu’Uzanne et Rops se quittent en mauvais termes.

  • 80 Télégramme de Félicien Rops à Octave Uzanne, s. l., 24 octobre 1889, New York, Collection privée, u (...)
  • 81 Ibidem.
  • 82 La Cagoule [Uzanne (Octave)], « Visions de notre heure : choses et gens qui passent », op. cit.

34« [M]on vieux nous sommes assez amis pour savoir que rien de nous ne changera & ne souffrira en notre amitié »80 assure un jour Rops. En décembre 1896, pourtant, Uzanne commet l’impardonnable aux yeux de Rops : il utilise une de ses planches sans son consentement. Il insère La Lecture du grimoire, qu’il renomme Le Bibliophile d’autrefois, dans son ouvrage La Nouvelle Bibliopolis : voyage d’un novateur au pays des Néo-Icono-Bibliomanes. Peut- être Uzanne ne cherche-t-il qu’à honorer son ami, dont la production artistique et la santé se dégradent fortement cette année-là. Cependant, Rops ne lui pardonne pas son geste car, s’il est une chose qui lui déplaît plus que tout, c’est que le contrôle de sa production lui échappe. « Il est des choses qui atteignent d’emblée leur summum. Quant à notre belle amitié je ne la reverrai jamais, elle a été sincère de part et d’autre. Elle est morte jeune avant de faillir, elle a droit à tout notre respect »81 : tels sont les derniers mots que Rops adresse à Uzanne le 28 décembre 1896. Il ne semble pas que les deux hommes se soient réconciliés, puisque dans un article que rédige l’écrivain à la mort de l’artiste, il déplore les deux années écoulées depuis leur dernière rencontre. Cet article constitue un hommage émouvant à son ami défunt : par pudeur ou par regret, le ton est bienveillant et ne laisse transparaître nulle trace de leur querelle. « Ah le Rops intime, le délicieux Fély des bavardages d’atelier ; le Rops de la place Boieldieu, de la rue Drouot, de la Demi-Lune, combien inoubliable pour tous ses amis ! »82

35Seize années ont réuni ces deux hommes sur des chemins complices, seize années d’intérêts communs, de projets novateurs, de réflexions scandaleuses, de respect, d’estime, et finalement d’amitié construite au jour le jour, inconditionnelle – ou presque. Longtemps, l’obscurité entourant le nom d’Uzanne et le fait que leur amitié n’ait donné lieu qu’à une seule réalisation conjointe ont donné l’illusion que le bibliophile a joué un rôle mineur dans la vie de Rops. La correspondance nous montre tout le contraire. Outre le plan affectif, leur rencontre a nourri leurs réflexions esthétiques et l’un et l’autre ont tiré des avantages non négligeables de leur relation. Pour Rops, Uzanne est un atout à bien des égards : éditeur, il joue l’intermédiaire avec la maison Quantin – écrivain, il lui fournit la matière à des illustrations indécentes – bibliophile, il repense avec lui toute la logique du livre illustré. Pour Uzanne, Rops est un excellent interlocuteur avec qui développer sa réflexion sur le livre illustré, sur la femme moderne, et un collaborateur de choix, dont les illustrations apportent une plus-value considérable à ses ouvrages. Plus d’une piste de recherche reste encore à explorer : ainsi, à la lumière de ces échanges, une nouvelle analyse de la représentation ropsienne de la femme permettrait de mettre en évidence la part qu’y tiennent les réflexions d’Uzanne. En attendant, nous espérons avoir montré combien Uzanne doit être recentré dans notre perception du réseau ropsien.

Haut de page

Notes

1 Makoudi (Fanny), Par la plume et le crayon, édition critique de la correspondance de Félicien Rops à Octave Uzanne (1881-1896), mémoire de master en langues et littératures françaises et romanes, sous la direction de Laurence Brogniez, Bruxelles, Université libre de Bruxelles, 2014.

2 Rops (Félicien), Lettre à Mme Picard, s.l., [18] août 1881, Bruxelles, Bibliothèque royale de Belgique, Archives et Musée de la Littérature, ml 00631/0030.

3 Rops (Félicien), Lettre à Léon Dommartin, s.l., s.d., Paris, Fondation Custodia, 1972, A. 847.

4 Juhel (Pierre), « Octave Uzanne : sa revue L’Art et l’Idée en 1892 », dans Bulletin de la société de l’histoire de l’art français, 2003, p. 332-333.

5 Delevoy (Robert L.) et al., Félicien Rops, Bruxelles, Lebeer Hossmann, 1985, p. 144.

6 L’expression est empruntée à Ghlamallah (Ahmed Fahti), Octave Uzanne, homme de lettres, bibliophile et revuiste (1851-1892), thèse de doctorat, Montpellier, Université Montpellier iii Paul Valéry, 1999, p. 283.

7 Carteret (Léopold), Le Trésor du bibliophile : livres illustrés modernes, 1875 à 1945 et souvenirs d’un demi-siècle de bibliophilie de 1885 à 1945, Paris, L. Carteret, 1946-1948, vol. 2, p. 195.

8 Rops (Félicien), Lettre à Octave Uzanne, [Paris], [entre le 13 juillet et le 20 août 1881], Namur, Musée Provincial Félicien Rops, APC 27194/43.

9 Rops (Félicien), Télégramme à Octave Uzanne, [Paris], 16 décembre 1889, Bruxelles, Bibliothèque royale de Belgique, Cabinet des Manuscrits, iii 215/vol. 5/19.

10 Ghlamallah (Ahmed Fahti), Octave Uzanne, homme de lettres, bibliophile et revuiste (1851-1892), op. cit., p. 143.

11 La Cagoule [Uzanne (Octave)], « Visions de notre heure : choses et gens qui passent », L’Écho de Paris, n° 5212, 2 septembre 1898.

12 Ghlamallah (Ahmed Fahti), Octave Uzanne, homme de lettres, bibliophile et revuiste (1851-1892), op. cit., p. 90-92.

13 Bonnier (Bernadette), Leblanc(Véronique), Prioul (Didier) et Védrine (Hélène), dir., Félicien Rops : Rops suis, aultre ne veulx estre, Bruxelles, Éditions Complexe, 1998, p. 135.

14 Rops (Félicien), Lettre à Octave Uzanne, s. l., [septembre 1881], Bruxelles, Bibliothèque royale de Belgique, Cabinet des Manuscrits, iii 215/vol. 4/13.

15 P., « Rimes de joie, par Théodore Hannon », dans Le Livre : bibliographie moderne, 10 janvier 1882, p. 24.

16 Uzanne (Octave), « Quelques plaisants croquis faits en sa prime manière par Maître Félicien Rops », dans L’Art et l’Idée, n° 3, 20 mars 1892, p. 161-175.

17 Rops (Félicien), Lettre à Eugène Rodrigues, s.l., s.d., Namur, Musée Provincial Félicien Rops, Amis ram 139.

18 Rops (Félicien), Lettre à Octave Uzanne, Paris, 8 juin 1886, Namur, Musée Provincial Félicien Rops, APC 27193/3 (copie AAC 45 147).

19 Rops (Félicien), Lettre à Octave Uzanne, Montlignon, [ca. septembre 1882], New York, collection privée, (usa. 22 - l16 (a-b)).

20 Rops (Félicien), Lettre à Octave Uzanne, s. l., [début 1883], Bruxelles, Bibliothèque royale de Belgique, Cabinet des Manuscrits, iii 1802/2.

21 Rops (Félicien), Lettre à Octave Uzanne, Bruxelles, 4 janvier 1881, New York, collection privée, usa. 21 -l15 (a-b).

22 Ibidem.

23 Ibidem.

24 Juhel (Pierre), « Octave Uzanne : sa revue L’Art et l’Idée en 1892 », article cité, p. 330.

25 Bonnier (Bernadette) et al., dir., Félicien Rops : vie et œuvre, Brugge, Stichting Kunstboek, 1997, p. 8.

26 Rops (Félicien), Lettre à Octave Uzanne, s. l., [circa février 1883], Bruxelles, Bibliothèque royale de Belgique, Cabinet des Manuscrits, iii 1802/6.

27 Basseporte (Gérald), Regards sur Félicien Rops. Peintre à Essonnes, Paris, Les Presses du Management (ipm), 1998, p. 12.

28 Védrine (Hélène), De l’encre dans l’acide. L’œuvre gravé de Félicien Rops et la littérature de la décadence, Paris, Champion, 2002, p. 69.

29 Basseporte (Gérald), Regards sur Félicien Rops. Peintre à Essones, op. cit., p. 125.

30 Védrine (Hélène), Félicien Rops : la dame au pantin, dépliant, Namur, Musée Provincial Félicien Rops, 1998.

31 Ibidem.

32 Rops (Félicien), Lettre à Octave Uzanne, s.l., [début 1883], Namur, Musée Provincial Félicien Rops, APC 27194/44.

33 Uzanne (Octave), Son altesse la femme, illustrations de Henri Gervex, J.-A. Gonzalès, L. Kratké, Albert Lynch, Adrien Moreau et Félicien Rops, Paris, Albert Quantin, 1885, p. 282.

34 Uzanne (Octave) et al., Féminies : huit chapitres inédits dévoués à la Femme, à l’Amour, à la Beauté, frontispices en couleur d’après Félicien Rops, encadrements et vignettes de Rudnicki, imprimé pour les « Bibliophiles Contemporains », Paris, Académie des Beaux Livres, 1896, p. i.

35 Bonnier (Bernadette) et al., Cent légers croquis sans prétention pour réjouir les honnêtes gens, Namur, Service de la Culture de la Province de Namur, 1998, p. 21.

36 Uzanne (Octave) et al., Féminies : huit chapitres inédits dévoués à la Femme, à l’Amour, à la Beauté, op. cit., p. ii.

37 Rops (Félicien), Lettre à Octave Uzanne, Demi-Lune Essonnes, 29 avril 1896, Bruxelles, Bibliothèque royale de Belgique, Cabinet des Manuscrits, iii 215/vol. 3/36.

38 Rops (Félicien), Lettre à Léon Dommartin, s. l., s.d., Paris, Fondation Custodia, 1972, A. 847.

39 Fontaine (Jean-Paul), « Octave Uzanne, le rêve des bibliophiles », dans Le Magazine du bibliophile, n° 98, 2011, p. 24.

40 Christ (Yvan), « La belle époque et l’art du livre », dans L’Estampille, n° 65, mai 1975, p. 30.

41 Ghlamallah (Ahmed Fahti), Octave Uzanne, homme de lettres, bibliophile et revuiste (1851-1892), op. cit., p. 126-127.

42 Juhel (Pierre), « Octave Uzanne : sa revue L’Art et l’Idée en 1892 », article cité, p. 345.

43 Rops (Félicien), Lettre à Léon Dommartin, s. l., s.d., Paris, Fondation Custodia, 1972 – A. 847.

44 Bonnier (Bernadette) et al., dir., Félicien Rops : Rops suis, aultre ne veulx estre, op. cit., p. 65.

45 Védrine (Hélène), De l’encre dans l’acide. L’œuvre gravé de Félicien Rops et la littérature de la décadence, op. cit., p. 30.

46 Ibidem, p. 32.

47 Ibidem, p. 93.

48 Rops (Félicien), Lettre à Léon Dommartin, s.l., s.d., Paris, Fondation Custodia, 1972, A. 847.

49 Bonnier (Bernadette) et al. (dir.), Félicien Rops : Rops suis, aultre ne veulx estre, op. cit., p. 169.

50 Rops (Félicien), Lettre à Léon Dommartin, s.l, s.d., Paris, Fondation Custodia, 1972, A. 847.

51 Ibidem.

52 Ibidem.

53 Védrine (Hélène), De l’encre dans l’acide. L’œuvre gravé de Félicien Rops et la littérature de la décadence, op. cit., p. 94.

54 Rops (Félicien), Lettre à Léon Dommartin, s. l., s.d., Paris, Fondation Custodia, 1972, A. 847.

55 Ibidem.

56 Rops (Félicien), Lettre à Octave Uzanne, [Paris], [entre le 13 juillet et le 20 août 1881], Namur, Musée Provincial Félicien Rops, apc 27194/43.

57 Rops (Félicien), Lettre à Octave Uzanne, [Montlignon], [ca. octobre 1882], Bruxelles, Bibliothèque royale de Belgique, Cabinet des Manuscrits, iii 215/vol.4/15.

58 Védrine (Hélène), De l’encre dans l’acide : L’œuvre gravé de Félicien Rops et la littérature de la décadence, op. cit., p. 95.

59 Rops (Félicien), Lettre à Théodore Hannon, s.l., 13 novembre 1882, reproduite dans Leblanc (Véronique), éd., D’art, de rimes et de joie : lettres à un ami éclectique. Correspondance de Félicien Rops à Théodore Hannon, Namur, Musée Provincial Félicien Rops, 1996, p. 113-114.

60 Rops (Félicien), Lettre à Octave Uzanne, s.l., [fin octobre 1882], Bruxelles, Bibliothèque royale de Belgique, Archives et Musée de la Littérature, ml 03091/0008.

61 Védrine (Hélène), De l’encre dans l’acide : L’œuvre gravé de Félicien Rops et la littérature de la décadence, op. cit., p. 94.

62 Rops (Félicien), Lettre à Octave Uzanne, s.l., [fin octobre 1882], Bruxelles, Bibliothèque royale de Belgique, Archives et Musée de la Littérature, ml 03091/0008.

63 Ibidem.

64 Bonnier (Bernadette) et al., dir., Félicien Rops : Rops suis, aultre ne veulx estre, op. cit., p. 169.

65 Rouir (Eugène), Félicien Rops : catalogue raisonné de l’œuvre gravé et lithographié, [Bruxelles], Éditions Claude Van Loock, 1987, vol. 2, p. 116.

66 Bonnier (Bernadette), dir., Le Musée provincial Félicien Rops Namur, Bruxelles, éd. Fonds Mercator, 2005, p. 124.

67 Védrine (Hélène), De l’encre dans l’acide. L’œuvre gravé de Félicien Rops et la littérature de la décadence, op. cit., p. 96.

68 Uzanne (Octave), « Le Nu Moderne : simples observations sur les variations du nu féminin dans l’Art et les diverses expressions du nu moderne », dans La Femme à Paris, nos contemporaines, notes successives sur les Parisiennes de ce temps en leurs divers milieux et conditions, Paris, May et Motteroz, 1894, p. 25-27.

69 Ibidem, p. 28.

70 Ibidem, p. 2.

71 Uzanne (Octave), « Félicien Rops, par la plume et le crayon », dans Félicien Rops et son œuvre, Bruxelles, E. Deman, 1897, p. 125.

72 Rops (Félicien), Lettre à Eugène Rodrigues, s. l., s.d. Namur, Musée Provincial Félicien Rops, Amis ram 139.

73 Rops (Félicien), Lettre à Octave Uzanne, Demi-Lune, 23 octobre 1891. Bruxelles, Bibliothèque royale de Belgique, Cabinet des Manuscrits, iii 1802/15.

74 Rops (Félicien), Lettre à Octave Uzanne, s. l., 26 octobre 1891. Bruxelles, Bibliothèque royale de Belgique, Cabinet des Manuscrits, iii 1802/8.

75 Rops (Félicien), Lettre à Octave Uzanne, s. l., 8 octobre 1886, collection privée, cpej/1.

76 Rops (Félicien), Lettre à Octave Uzanne, s. l., [été 1884], Bruxelles, Bibliothèque royale de Belgique, Cabinet des Manuscrits, iii 215/vol.4/8.

77 Rops (Félicien), Lettre à Octave Uzanne, s. l., [entre 1881 et 1888], Bruxelles, Bibliothèque royale de Belgique, Cabinet des Manuscrits, iii 215/vol.3/43.

78 Rops (Félicien), Lettre à Armand Rassenfosse, s.d., [1887], Bruxelles, Bibliothèque royale de Belgique, Cabinet des Manuscrits, ii 7034/7.

79 Bonnier (Bernadette) et al. dir., Félicien Rops : Rops suis, aultre ne veulx estre, op. cit., p. 85.

80 Télégramme de Félicien Rops à Octave Uzanne, s. l., 24 octobre 1889, New York, Collection privée, usa. 7 - l1 (a).

81 Ibidem.

82 La Cagoule [Uzanne (Octave)], « Visions de notre heure : choses et gens qui passent », op. cit.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Fanny Makoudi, « Deux esprits en convergence », Textyles, 50-51 | 2017, 207-222.

Référence électronique

Fanny Makoudi, « Deux esprits en convergence », Textyles [En ligne], 50-51 | 2017, mis en ligne le 01 mai 2017, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://textyles.revues.org/2775

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org