Navigation – Plan du site
Au temps de Verhaeren. Varias

Le rôle de la correspondance ropsienne dans L’Homme et l’artiste de Camille Lemonnier

Entre source documentaire et outil d’influence
Maxime Godfrind
p. 191-206

Texte intégral

  • 1 Voir notamment : Brogniez (Laurence), « Pictoriana : les écrits de peintres en Belgique (1830-2000) (...)

1L’usage semi-privé de la lettre dans les milieux intellectuels du xixe siècle constitue une pratique déjà observée1. Que des missives, écrites pour un seul, aient circulé de main en main ou fait l’objet de publications n’est plus un secret. Nous n’avons cependant pas fini de mesurer l’ensemble des corollaires d’une telle pratique : quel est par exemple l’impact sur l’habitus des épistoliers, sur leurs relations, ou encore sur la perception de ces hommes « de lettres » par le public ? Dans cet article, je m’intéresserai en particulier au rôle documentaire des lettres de Félicien Rops dans L’Homme et l’artiste, la biographie que lui a consacrée Camille Lemonnier. Le fait que l’usage semi-privé de la lettre fût alors monnaie courante conditionne largement le substrat documentaire de cette biographie. Le relevé systématique des extraits de la correspondance cités par Lemonnier permet de montrer, en termes quantitatifs, la place importante que celle-ci y occupe et de déceler certaines constantes dans la sélection des propos. En effet, le choix des passages cités entérine souvent la critique que Rops suggère à son correspondant et l’exploitation des lettres dans L’Homme et l’artiste, bien loin d’enrayer le « téléguidage de la critique » dont Rops est passé maître, lui offre au contraire un réceptacle de choix. Les nombreux procédés rhétoriques que l’on retrouve sans surprise dans les lettres de Rops à son futur biographe semblent avoir eu l’effet escompté. Il est intéressant de se pencher sur les différences notoires entre les citations et le texte original des lettres, car les écarts suggèrent un travail de réécriture délibéré de la part de Lemonnier, qui visait manifestement à placer Rops sous une lumière flatteuse. L’hypothèse d’une intervention consciente sur les sources est étayée par l’analyse de documents d’archives ayant pu servir à l’écriture de la biographie. Dès lors se pose la question des motivations de Lemonnier. Une réponse possible consiste à envisager la biographie comme une partie du processus de légitimation des arts belges où il joua un rôle de porte-étendard. Ainsi, L’Homme et l’artiste se situerait au point d’intersection entre, d’une part, les ambitions personnelles de Rops et les stratégies mises en œuvre dans sa correspondance ; d’autre part, l’usage partial que Lemonnier fait des lettres et in fine les enjeux de légitimation de l’art national que celui-ci défendait.

La place de la lettre dans L’Homme et l’artiste : analyse quantitative

  • 2 Le relevé complet peut être trouvé dans Godfrind (Maxime), « Annexe 1 : extraits de lettres repris (...)

2Le relevé virtuellement exhaustif des propos de Rops cités dans L’Homme et l’artiste permet d’établir une liste de septante-sept extraits2. Celle-ci comprend les passages où des propos rapportés apparaissent explicitement (marqués syntaxiquement et / ou typographiquement), mais aussi les citations moins explicites, que le sens commun permet malgré tout d’identifier comme telles.

3Dans la mesure du possible et compte tenu du corpus à disposition, les extraits ont été comparés aux lettres originales de manière à en identifier les sources potentielles. Cette tentative n’a pas toujours été aisée : d’une part, si le marquage syntaxique et / ou typographique des propos empruntés par Lemonnier n’est pas toujours rigoureux, leur référencement l’est encore moins (ce qui est un premier indice des libertés prises avec les documents à sa disposition) et il n’est pas rare de voir une lettre citée sans mention de date ni de destinataire. D’autre part, et j’y reviendrai, Lemonnier s’est manifestement laissé aller à quelques manipulations de sources. Le cas échéant, il a fallu élargir le champ des possibilités : que l’extrait présente alors quelque ressemblance avec le texte d’une lettre et celle-ci a été retenue comme source potentielle (avec mention des réserves qui s’imposent).

4Des septante-sept extraits ainsi relevés, soixante-quatre ont été reliés à une source potentielle. Parmi ces derniers, j’ai distingué ceux dont l’origine peut être considérée comme « certaine » (terme qu’il faut envisager dans une perspective heuristique plutôt que comme un jugement définitif), soit parce que leur source épistolaire est explicitement mentionnée par Lemonnier, soit parce que le texte correspond exactement à celui d’une lettre de Rops. Un second ensemble regroupe les extraits dont l’origine épistolaire est « très probable » : leur source n’est pas mentionnée, mais ils présentent de grandes similitudes avec une lettre. Ensuite, dans un troisième ensemble, on retrouve les rares extraits non référencés ne présentant qu’une vague ressemblance avec une lettre et dont l’origine épistolaire est seulement « plausible ».

5Enfin, pour un certain nombre d’extraits relevés, la source documentaire n’a pu être identifiée. Parmi ceux-ci, deux cas de figure se présentent : soit rien ne permet d’affirmer que les propos rapportés proviennent d’une lettre, de sorte qu’ils pourraient être tirés d’autres formes de communication verbale. Soit Lemonnier spécifie qu’ils sont d’origine épistolaire : ces extraits doivent attirer notre attention car nous pouvons raisonnablement considérer qu’ils constituent une contribution au dépouillement de la correspondance de Rops (dans le tableau ci-dessous, ils ont été mis en évidence à l’aide d’une astérisque).

6Voici la liste des destinataires des lettres identifiées et, pour chacun d’eux, le nombre de lettres qui semblent avoir servi à Lemonnier dans son travail biographique :

  • 3 La différence par rapport aux soixante-quatre extraits que j’ai annoncés plus haut tient au fait qu (...)

Destinataire de la (des) lettre(s) citée(s)

Nombre d’extraits citants

 

Nombre de lettres ayant potentiellement servi de source

Camille Lemonnier :

6 extraits

provenant de

3 lettres différentes

Émile Leclercq :

1 extrait

provenant de

1 lettre

Fortuné Calmels :

3 extraits

provenant de

1 lettre

Théodore Hannon :

11 extraits

provenant de

7 lettres différentes

Eugène Rodrigues : (ps. Erastène Ramiro)

3 extraits

provenant de

2 lettres différentes

Félicien Champsaur :

1 extrait

provenant de

1 lettre

Armand Rassenfosse :

6 extraits

provenant de

5 lettres différentes

 

+1 extrait

dont la provenance plausible est une lettre déjà citée ailleurs

 

+2 extraits*

provenant d’une ou deux lettre(s) non identifiée(s)

Jules Noilly :

1 extrait

provenant de

1 lettre

François Taelemans :

5 extraits

provenant de

4 lettres différentes

Auguste Delâtre :

1 extrait

provenant de

1 lettre

Henri Liesse :

8 extraits

provenant de

8 lettres différentes

 

+1 extrait

dont la provenance plausible est une lettre déjà citée ailleurs

 

+1 extrait

dont la provenance plausible est une lettre différente de celles déjà citées

 

+1 extrait*

provenant d’une lettre non identifiée

Edmond Picard:

4 extraits

provenant de

4 lettres différentes

 

+1 extrait

dont la provenance plausible est une lettre

différente de celles déjà citées

Léon Dommartin:

1 extrait

provenant de

1 lettre

Max Waller

1 extrait

provenant de

1 lettre

Eugène Demolder

2 extraits

dont les origines plausibles sont deux lettres différentes

Destinataires non identifiés:

1 extrait

provenant de

1 lettre dont le destinataire n’est pas connu

 

+1 extrait

dont l’origine plausible est une lettre dont le destinataire n’est pas connu

 

+3 extraits*

dont l’origine est une lettre non identifiée

Total: 15 destinataires

66 extraits3

issus de 49 ou 50 lettres différentes (sources potentielles)

7À cette liste s’ajoutent les treize citations ne présentant aucune similarité avec les lettres de Rops à ma disposition et où n’apparait aucune information permettant d’affirmer qu’elles proviennent bien d’une lettre.

  • 4 Il est à noter toutefois que toutes les lettres citées n’ont pas nécessairement été prêtées à Lemon (...)

8Une cinquantaine de lettres de Rops différentes, adressées à quatorze destinataires (outre Lemonnier lui-même et les destinataires non identifiés), semblent donc avoir servi de contribution documentaire à la rédaction de L’Homme et l’artiste. Ces informations brutes nous renseignent de manière concrète et quantifiée sur l’usage semi-privé de la lettre et plus largement sur l’importance des réseaux d’artistes4. Sans ce carnet d’adresses commun ni cette extimité de la correspondance, la biographie aurait présenté un tout autre visage. Ceci n’a rien d’anodin dans la mesure où, comme je le suggérerai plus loin, l’ouvrage s’inscrit dans un processus de légitimation de l’art belge et où ces lettres sont le théâtre de stratégies de représentation de soi et de jeux d’influences.

Influences réciproques

9En 1908, lorsque Lemonnier publie la biographie de son ami disparu depuis dix ans, Eugène Demolder lui adresse ce courrier :

  • 5 Demolder (Eugène), Lettre à Camille Lemonnier, s.l., [1908], Bruxelles, Archives de la Commune d’Ix (...)

Mon cher Lemonnier, Vous avez eu pour collaborateur occulte Rops lui-même. Quel autre vous aurait ainsi initié au Rops intime ? Quel autre aurait pu vous inspirer les exquises dédicaces qui ont été tout droit à des cœurs n’aimant à montrer ni leurs trésors ni leurs plaies [ ?] Merci pour Rops, merci pour les chères miennes, et pour moi.5

10L’expression « collaborateur occulte » ne pouvait pas être mieux choisie. Elle évoque une relation qui a mûri dans les coulisses de grandes ambitions et une influence réciproque certes difficile à mesurer, mais indéniable. Cette influence réciproque peut être observée à l’échelle de notre article : si la correspondance de Rops a nourri la biographie que lui a consacrée Lemonnier, l’inverse est tout aussi vrai, c’est-à-dire que la perspective de passer à la postérité sous la plume du chef de file du symbolisme belge a amplement conditionné le contenu des lettres de Rops.

11Ainsi, bien qu’à première vue le recours à des propos rapportés peut être perçu comme un facteur crédibilisant, susceptible de contribuer à la véracité de la biographie de Lemonnier, il ne faut pas perdre de vue le fait que les correspondants ne se trouvaient pas en terrain neutre. D’une part, l’attitude de Lemonnier face aux lettres n’est pas celle d’un historien face à des sources documentaires, au contraire : le choix des citations trahit une intention idéalisatrice assez univoque, confirmée par les libertés que Lemonnier prend avec le texte cité. Certes, les plus insignifiantes de ces interventions, typographiques, stylistiques, peuvent s’expliquer par des motifs esthétiques. Mais cette esthétisation va de pair avec des fins rhétoriques, qui justifient aussi des interventions plus importantes, propres à détourner les propos de Rops. De ce « filtrage » et de ce « détournement » des propos de Rops, je donnerai quelques exemples éloquents un peu plus loin.

  • 6 Brogniez (Laurence), « La revanche des peintres ou la critique de la critique (Wiertz, Rops, Ensor) (...)

12D’autre part, il faut reconnaitre aux lettres de Rops un statut particulier. Lui qui a tant côtoyé le monde littéraire n’a pourtant publié que très peu de textes. Aussi sa correspondance constitua-t-elle tout l’exutoire de son talent littéraire. Loin de s’en tenir à une correspondance prosaïque, utilitaire et informative, il usait largement d’emphases et d’hyperboles pour enrichir sa verve, où la vocation expressive et esthétique l’emportait souvent sur l’objectivité et la véracité. Ces enjeux esthétiques vont de pair avec un usage stratégique de la lettre bien connu chez Rops. Comme l’observe Laurence Brogniez, « Rops exerça indirectement une influence sur la critique d’art de son temps, nourrissant, dans l’ombre, les textes produits à son sujet, contrôlant ainsi parfaitement l’image qu’il souhaitait voir diffuser de son œuvre. »6

  • 7 À ce sujet, voir notamment Védrine (Hélène), « L’écrivain. Rops épistolier et mythographe », dans B (...)
  • 8 Rops (Félicien), Lettre à Léon Dommartin, s.l., s.d., Bruxelles, Bibliothèque royale de Belgique, C (...)

13Cette réalité constitue l’une des clefs de lecture de la correspondance ropsienne7. Si certains échanges échappent à cet usage stratégique (comme, par exemple, la correspondance Rops-Uzanne), d’autres sont tout particulièrement concernés. C’est le cas des lettres à Lemonnier. Recevoir l’estime d’un homme aussi influent représentait un avantage que le graveur ne pouvait ignorer. De fait, sa lucidité confinait au cynisme : « L’homme est doublé d’un commerçant & Lemonnier m’a toujours fait l’effet de publier ses volumes pour y fourrer des pruneaux de Tours, l’âge mûr arrivé. – Très pratique ! »8, écrivit-il un jour à Léon Dommartin.

  • 9 Hélène Védrine a déjà retracé l’historique de ces demandes : Védrine (Hélène), De l’encre dans l’ac (...)

14L’admiration et la sympathie n’étaient donc pas les seules motivations de Rops lorsqu’il insista pour que Lemonnier lui consacrât une étude. Entre 1878 et 1880, en effet, le Namurois tenta à deux, probablement trois reprises de convaincre son correspondant de réaliser avec lui un livre à son propre sujet9. En 1878 :

  • 10 Rops (Félicien), Lettre à Camille Lemonnier, Paris, [entre le 20 février et le 18 mars 1878], Bruxe (...)

Nous allons faire pour septembre 1878 un beau beau livre ensemble qui te rapportera « un joli sol » si tu veux le faire & du bruit en plus. – Je donnerai une cinquantaine de dessins pour la chose. Il faut faire quelque chose de bien ou ne rien faire, digne de toi & de moi, car je n’ai jamais été modeste. Tu n’auras aucune avance à faire, l’éditeur sera trouvé. Malassis voulait faire la chose & l’avait en train. La mort l’a interrompue cette œuvre & je voudrais te la voir faire de préférence à tout autre. Plusieurs m’offrent de la continuer, j’aime mieux pour bien des raisons de sympathie & de talent que nous la fassions ensemble.10

15En 1879, en termes moins explicites :

  • 11 Rops (Félicien), Lettre à Camille Lemonnier, Paris, s. d. [ca. 23 novembre 1879], Bruxelles, Archiv (...)

Je veux aller te voir pour le projet dont je t’avais parlé il y a un an ½ – déjà ou plutôt dont je t’avais touché quelques mots dans une lettre. Mais cela ne peut s’écrire en longueur. Une demi heure de Conversation ferait plus que dix lettres. – Il y aurait un joli bénéfice d’argent & de réputation pour moi & pour toi à tirer de l’idée.11

16Et enfin, en 1880 :

  • 12 Rops (Félicien), Lettre à Camille Lemonnier, [Paris], mardi 3 août 1880. – Bruxelles, Archives de l (...)

Un de mes amis le docteur Filleau qui non content de m’avoir sauvé la vie veut aussi sauver ma réputation a réuni depuis bien des ans tous les renseignements qu’il pouvait avoir sur moi par mes amis d’enfance comme Dandoy & Karski et a même une foule de notes décousues rédigées par lui, par Ernest d’Hervilly par Gouzien par Poulet Malassis, Delvau &c &c […] Filleau voulait faire un fort livre avec ses notes, [...]. C’est moi qui ai empêché ce livre d’avoir lieu et la raison, c’est que je voulais le faire avec toi, Mon Cher Camille, & que c’était « l’affaire » pour laquelle je te priais de venir me voir à Paris. Ton tempérament me va mieux & je suis sûr que quels que soient le tohu- bohu, les ressauts, les écarts les « en-dehors » de mon œuvre un peu fou, tu y verrais clair. [...]12

17Manifestement, ces trois demandes sont liées entre elles. Loin de refléter une lubie chronique, elles correspondent à un projet durable (à défaut de concret). Y a-t-il un lien matériel entre ce projet et L’Homme et l’artiste, les notes du docteur Filleau sont-elles parvenues à Lemonnier, d’autres lettres aujourd’hui perdues comportaient-elles des indications plus précises ? Ce qui est sûr, c’est que dans l’esprit du graveur, dès 1878, l’idée que Lemonnier écrive à son sujet était fixée. Et il prit les devants. Dans le troisième extrait point déjà l’ébauche d’une mission : « quels que soient le tohu-bohu, les ressauts, les écarts les “en- dehors” de mon œuvre un peu fou, tu y verrais clair ».

  • 13 Voir Aubert (Nathalie) et al., éd., La Belgique entre deux siècles, Laboratoire de la modernité, 18 (...)
  • 14 Communication personnelle de Jacques Detemmerman.
  • 15 Rops (Félicien), Lettre à Camille Lemonnier, s.l., lundi 5 avril 1880, Bruxelles, Archives de la Co (...)
  • 16 Voir notamment Rops (Félicien), Mémoires pour nuire à l’histoire de mon temps & autres Feuilles vol (...)

18Dès cette époque, la correspondance de Rops à Lemonnier prend une tournure résolument argumentative. Rops n’hésite pas à faire lui-même la part entre les « en-dehors » et les œuvres dignes de passer à la postérité. Il consacre de longues lignes à défendre ses positions esthétiques et à déconstruire celles de ses « concurrents », dont le moindre n’est pas Alfred Stevens. Et pour cause, dans un article élogieux, Lemonnier s’est joint au chœur des critiques pour faire du peintre bruxellois le chantre de la femme parisienne moderne – une préférence en partie stratégique, semble-t-il13 – faisant monter la frustration, la jalousie de Rops. Celui-ci réclame à son tour un article de la part du critique, mais devra attendre 1884 pour voir ses vœux exaucés14. En attendant, cette rivalité devient l’un des sujets brûlants de la correspondance. La préférence de Lemonnier pour Stevens inspire à Rops une diatribe contre son adversaire au fil d’une argumentation sinueuse, pour ne pas dire fallacieuse. Celle-ci se déploie pleinement dans la lettre du 5 avril 188015, qui a déjà fait l’objet d’une attention soutenue de la part des chercheurs. On y trouve un exemple parfait des procédés rhétoriques et de la stratégie de représentation de soi à l’œuvre dans la correspondance ropsienne16.

  • 17 Voir Godfrind (Maxime), Esprit et caractère – Idéal et réel, Édition critique de la correspondance (...)
  • 18 Rops (Félicien), Lettre à Camille Lemonnier, s. l., lundi 5 avril 1880, Bruxelles, Archives de la C (...)
  • 19 Voir Rops (Félicien), Mémoires pour nuire à l’histoire de mon temps & autres Feuilles volantes, op. (...)

19Or, du « téléguidage » à la manipulation de la critique, il n’y a qu’un pas. Dans sa correspondance à Lemonnier, Rops ne se contente pas de réclamer des études à son sujet, de pointer du doigt les œuvres à considérer et celles à oublier, de faire sa propre exégèse ou de décrédibiliser l’œuvre de contemporains. Il lui arrive également d’« arranger » certains aspects de la réalité à son avantage. Par d’habiles hyperboles, il exagère ses positions stratégiques : l’internationalité de son réseau de diffusion, sa visibilité à Paris, la confidentialité de son œuvre17. Le mensonge semble aussi faire partie de son arsenal argumentatif : dans l’une de ses lettres18, il attribue à Eugène Fromentin des propos qui corroborent ses vues esthétiques et discréditent la peinture d’Alfred Stevens ; or, Hélène Védrine19 soulève des contradictions préoccupantes entre les propos rapportés par Rops et la critique de la modernité développée par Fromentin dans ses écrits.

20Bref, dire de L’Homme et l’artiste qu’il résulta d’une commande est une formule exagérée mais qui porte en elle une part de vérité : Rops avait de longue date anticipé l’étude de Lemonnier et lui avait en quelque sorte préparé le terrain.

  • 20 Lemonnier (Camille), Félicien Rops. L’homme et l’artiste, présenté par Hélène Védrine, Paris, 1908, (...)

21De son côté, Lemonnier, en sélectionnant les extraits de lettres repris dans L’Homme et l’artiste, aurait pu s’en tenir aux propos les plus personnels, les moins polémiques, ou les plus éloignés des questions d’esthétique, avec pour conséquence potentielle de « filtrer » les procédés rhétoriques de Rops. Mais c’est tout le contraire qui s’est passé. Dès la première occurrence20, les exigences de Rops quant à l’image qu’il voulait imposer à la critique et à la postérité trouvent un support favorable :

Il m’écrira alors : « Les imbéciles m’ont pris pour un garçon “gai”. Je suis un sombre, au fond “un mélancolique tintamaresque”. Gavarni, à qui je dois d’être peintre, (je ne sais pas s’il y aura lieu de le remercier) m’avait dit au début : « Vous serez comme moi, un sinistre à travers tout. » C’était en 1880 : les années avaient fui et il faisait ses Messes noires. (p. 46)

  • 21 Rops (Félicien), Lettre à Camille Lemonnier, s.l., lundi 5 avril 1880, lettre n° 10.

22Le choix de Lemonnier est significatif. Le corpus à sa disposition, rappelons- le, dépasse largement les lettres qui lui sont adressées et réunit celles d’autres destinataires. Parmi cet éventail, il tire le premier extrait d’une lettre que Rops lui envoya, celle du 5 avril 188021 dont je parlais plus haut, où le graveur s’applique à désigner les parties de son œuvre dignes de lui survivre et où il définit sa vision de la modernité à grand renfort de déclarations tapageuses à l’encontre de Stevens. La rhétorique ropsienne a donc fait mouche : c’est l’« âme grave » qui sera retenue, celle que Gavarni avait su voir en lui, au contraire des « imbéciles ».

23Bien plus loin dans la biographie, une autre citation tirée de la correspondance Rops-Lemonnier mérite elle aussi notre attention :

[…] sa sévérité pour lui-même est sans limites. « Par des circonstances nées de moi-même, de mes instincts, de mes goûts, de mes passions, de certaines folies de tête... je n’ai pas donné en art ce que je voulais, ce que je donnerai si je vis – et je vivrai. ... Toutes ces insanités, toutes ces machines passables et souvent mauvaises, quelquefois verveuses et ayant un peu le diable au corps, qui composent ce qu’on veut bien appeler mon œuvre, n’ont été pour moi que des distractions spirituelles, enfants bossus de la Muse... » (p. 157)

  • 22 Cité par Lemonnier (Camille), Félicien Rops. L’homme et l’artiste, op. cit., p. 168.
  • 23 Les références renvoient à Rouir (Eugène), Félicien Rops : catalogue raisonné de l’œuvre gravé et l (...)

24Cet extrait, surtout si on le rapproche du premier (d’ailleurs issu de la même lettre), a de quoi démentir la réputation de pornographe frivole répandue par les détracteurs (constitués, d’après Edmond Picard repris par Lemonnier, du « vulgus pecum »22). Transparaît ici l’image d’un artiste exigeant, insatisfait, « sévère » envers lui-même pour reprendre le mot de Lemonnier. Sans être mensongère, c’est une présentation délibérément myope d’une réalité plus complexe : il suffit de lire plus avant la lettre dont provient l’extrait pour en trouver l’illustration. Le Namurois y relate une anecdote à propos de la Lecture du grimoire (E.R. 48423) et de la Sieste (E.R. 835). Ces gravures, explique-t-il, seraient nées d’un pari qu’il avait lancé à ses amis : imiter, en deux jours, une eau-forte de Meissonier et une autre de Fortuny. Rien d’étonnant, finalement, à ce que Rops qualifie de « distractions spirituelles » les gravures nées d’un tel pari, mais il est difficile de savoir si ce jugement relève plus de la « sévérité » ou de la complaisance, de la modestie ou de la vanité. Quoi qu’il en soit, Rops aurait sans doute été satisfait de l’angle sous lequel Lemonnier présenta les choses.

25Cette manière d’édulcorer certains aspects de la réalité apparaît un peu plus franchement en d’autres endroits, notamment lorsque Lemonnier reprend des déclarations polémiques :

Il leur Théodore Hannon et François Taelemans] parlait de l’eau- forte de Paris, de celle que faisaient Jacquemard et Bracquemond, eau- forte toute d’improvisation et de nerf et de nature, tandis que les autres, les « pignocheurs » en reviennent à l’ancienne gravure au burin, à l’eau- forte des reproductions de tableaux du xviiie siècle.
Ah ! je sais, disait-il, les bourgeois adorent cette eau-forte-là, qui est proprette et qui leur paraît « colorée ». Tout le monde en fait maintenant, on travaille au burin, à la pointe sèche ébarbée, on fait remordre tout cela au rouleau et on en livre autant qu’on veut « fin courant. »
« Moi, je remonte le courant avec quelques “bons esprits”. Bracquemond et moi, nous allons être plus brutaux que jamais, avec des délicatesses : “des tigres en habits de cour !” » (p. 135-136)

26Dans la lettre dont l’extrait est fort probablement issu, Rops enchaîne aussitôt sur une tirade violente à l’encontre des burinistes :

  • 24 Rops (Félicien), Lettre à Théodore Hannon, [Paris], [30 novembre 1880], Bruxelles, Bibliothèque roy (...)

Braquemont & moi nous allons être plus brutaux que jamais, avec des délicatesses ! ! des tigres en habits de cour ! Ah ! les cochons de graveur au burin ! Voyant que cette belle grosse fille d’eau forte allait les « tomber » comme des escouillés qu’ils sont, ils lui ont fait la cour se sont fourrés dans son lit & au lieu de l’engrosser joyeusement & virilement ils l’ont masturbée jusqu’à l’énervement !24

27La critique de Rops amputée apparait beaucoup moins acerbe et perd tout ce qui fait la typicité de son style emporté. L’épistolier qui transparaît a une plume bien plus douce, bien plus posée que l’original.

28Ces exemples ne témoignent pas d’interventions délibérées sur le texte, si l’on excepte quelques adaptations typographiques ou stylistiques mineures. Dans le cas suivant, la démarche de Lemonnier va plus loin. L’Homme et l’artiste dit :

  • 25 Rops (Félicien), Lettre à Théodore Hannon, [Dinant], [25 septembre 1876], Namur, Musée Provincial F (...)

Jusqu’alors on n’avait eu en Belgique que « quelques vieux hommes qui découpaient du crin sur du papier et se persuadaient que c’était ça une eau-forte... un tas de manchots en rupture de Sainte-Gertrude, qui gravaient sous eux et se consolaient de leurs humeurs froides en pratiquant la hachure sexolongiforme à points redoublés chère à Calamatta. Je vins – veni, vidi, enguelavi ».25

29La lettre originale :

  • 26 Ibidem.

En 1865 il n’y avait en Belgique que quelques vieux bonshommes qui découpaient du crin sur du papier & se persuadaient que c’était ça une eau-forte. Leurs noms ? – demandez à la terre ! ! C’était Lauters, Kuytembrower – (en voilà un laryngicide !) – Dillens, Roelofs, − un tas de manchots en rupture de Ste Gertrude, qui gravaient sous eux & se consolaient de leurs humeurs froides en pratiquant la hachure sexolanfigorme à points redoublés, chère à Calamatta. – Je vins vini – vidi – engueulavi !26

30La manipulation est évidente : les noms ont été gommés, de sorte que les propos polémiques de Rops, devenus moins spécifiques, s’en trouvent atténués.

31Dans l’extrait qui suit, à l’inverse, Lemonnier a modifié le texte de manière à en renforcer l’effet dramatique. Dans sa lettre, Rops écrit :

  • 27 Rops (Félicien), Lettre à [Armand Rassenfosse], Paris, 24 mai 1893, Bruxelles, Bibliothèque royale (...)

Planche trop petite qui a failli me donner à nouveau, une congestion à l’œil. Aussi les baisers morts seront, ou plutôt : sont « mon dernier frontispice » petit.27

32Voici ce que Lemonnier en fait :

Rops connut enfin cette stabilité de la vente qui toujours l’avait déçu. Sa grande production, du reste, virtuellement se clôt vers cette époque ; il ne renonce pas au travail, mais il ne donne plus rien d’aussi parfait que ce qui constitue sa grande manière, les Diaboliques et les Salaniques [sic] entre autres. En 1893, il écrit : « Les Baisers morts seront ou plutôt sont mon dernier frontispice. » Et c’est en 1895 qu’il fait ses dernières pointes sèches […]. (p. 198)

33Privée du mot « petit », la phrase prend un tour fataliste et définitif qu’elle n’avait pas du tout. En plaçant la phrase dans un contexte tout à fait différent, Lemonnier transforme un problème d’ordre médical en panne d’inspiration générale.

34On trouve un procédé comparable dans l’extrait ci-après :

Il se débat parmi les billets qu’il faut souscrire ou renouveler, les arriérés, les fin-courant et la chasse à l’amateur. « Je travaille depuis le 1er novembre pour mon échéance de décembre… Si j’arrive à payer ce que je dois, ce sera miracle… » Et quelle philosophie ! « Je ne me plains pas de ces petites misères : elles me font travailler. » Il travaille, en effet : rien que pendant l’août de 1886, il fait trente eaux-fortes et dix dessins ! (p. 178)

35L’original contient une phrase supplémentaire qui change foncièrement le propos :

  • 28 Rops (Félicien), Lettre à Henri Liesse, s.l., s.d., collection privée, usa90.

Mon Vieux Liesse, je t’écris au galop pour la question d’argent, parce que ces choses-là, il faut y répondre tout de suite ; elles sont toujours embêtantes : je travaille depuis le 1er novembre pour mon échéance de Décembre : 31 Décembre ! ! ! ! Le 1er janvier je n’aurai pas cinq centimes dans ma poche ! Si j’arrive à payer ce que je dois, ce sera miracle.
Donc mon vieux, impossibilité pour les 80 francs ! – Encore une fois, je ne me plains pas de ces misères, elles me font produire. Ce que je ne ferais pas sans cela.
28

36La proposition omise par Lemonnier (« Ce que je ne ferais pas sans cela »), laisse entendre que Rops serait bien moins productif sans les soucis financiers pour le rappeler à l’ordre. Lemonnier décèle de la philosophie, le graveur avoue un manque de rigueur et des motivations avant tout mercantiles.

37D’aucuns contesteront que ces manipulations pourraient ne pas être le fruit d’intentions délibérées. Nous ne savons certes pas comment le contenu des lettres qui ne lui étaient pas destinées est parvenu à Lemonnier ; nous ne savons pas s’il a pu consulter ces documents ou si les destinataires lui ont communiqué tout ou partie des lettres via un support intermédiaire. Nous ne connaissons pas non plus les étapes d’écriture de la biographie et il est tout à fait permis d’imaginer que des travaux de relecture successifs aient induit des modifications plus ou moins fortuites sur les citations. Enfin, Lemonnier ayant adapté les extraits de lettres à une situation de communication différente – celle d’une biographie à caractère littéraire – des modifications substantielles ont pu s’imposer à lui, tout aussi naturellement que les évidentes adaptations typographiques et stylistiques mineures. Mais, à ces objections, il faut confronter un ensemble de documents conservés aux Archives de la Commune d’Ixelles qui suggère de la part de Lemonnier un travail conscient et délibéré sur au moins une partie de ses sources épistolaires.

  • 29 Ces copies peuvent être trouvées dans le dossier consacré à la correspondance de Rops à Lemonnier.
  • 30 À savoir : Rops (Félicien), Lettre à Camille Lemonnier, s.l. [Croissy-sur-Seine], s.d. [ca. juillet (...)
  • 31 Voir Gaspar (Camille), Exposition Camille Lemonnier. 1844-1913, catalogue d’exposition, Bruxelles, (...)
  • 32 Je précise à toutes fins utiles que cette écriture est identique à celle que l’on retrouve sur cert (...)
  • 33 À savoir Rops (Félicien), Lettre à Camille Lemonnier, s.l. [Croissy-sur-Seine], s.d. [ca. juillet 1 (...)
  • 34 À savoir Rops (Félicien), Lettre à Camille Lemonnier, s.l., lundi 5 avril 1880, Bruxelles, Archives (...)

38Il s’agit de copies dactylographiées29 de six lettres de Rops à Lemonnier30. Elles ont été transmises aux Archives par la Maison Camille Lemonnier, tout comme le fonds épistolaire, et semblent avoir été réalisées par l’ancien conservateur du Cabinet des Manuscrits de la Bibliothèque royale de Bruxelles, Camille Gaspar, profitant probablement d’un prêt dans le cadre d’une exposition consacrée à Camille Lemonnier en 193331. Les transcriptions comportent des interventions manuscrites dans le texte (au crayon), ainsi que des annotations d’une autre main (à l’encre bleue), peut-être celle de Camille Gaspar32. Je reprends ici quelques-unes de ces interventions et annotations qui me semblent pertinentes. Sur la première transcription33, on trouve à l’encre bleue : « Corrections et suppressions par C. L. » La copie comporte en effet quelques corrections plus ou moins conséquentes. De plus, une importante portion de texte correspondant au post scriptum a également été barrée, tandis que, juste en-dessous, l’on retrouve l’encre bleue : « Le P. S. a été supprimé par C. L. dans son livre d’Art : Félicien Rops. » À la fin de la transcription d’une autre lettre34, la même main a ajouté : « Rops rouvre sa lettre pour y ajouter un 5e feuillet : l’original de celui-ci se trouve avec les 4 autres feuillets de la lettre mais la copie n’est pas faite ici – car C. L. ne s’en servit pas pour son étude : Félicien Rops. » Enfin, au dos du dernier document apparait l’indication suivante : « Copie d’autographe Rops à C. L. pour le livre de C. L. ».

  • 35 Rops (Félicien), Lettre à Camille Lemonnier, [Paris ?], [entre ca. décembre 1875 et février 1876], (...)

39Ces copies seraient-elles plus anciennes encore et auraient-elles servi à Lemonnier pour la préparation de la biographie et les corrections au crayon seraient-elles de sa main ? Nul besoin de s’avancer. Pour tirer parti de ces documents, il suffit de s’attarder aux annotations à l’encre bleue. Celles-ci doivent être le fait d’une personne bien renseignée. Leur auteur n’a pu se fonder exclusivement sur une analyse de L’Homme et l’artiste, ni pour affirmer que ces six lettres ont servi à l’écriture de la biographie, ni pour connaître le détail des corrections et suppressions apportées par Lemonnier, ni pour affirmer que celui-ci a fait fi du post scriptum de la lettre numéro 6 et du cinquième feuillet de la lettre numéro 10. En effet, seules les lettres 10 et 11, ainsi qu’une lettre non localisée publiée dans L’Art universel35, sont citées dans la biographie, qui plus est de manière assez brève et laconique. Il est donc permis de supposer que l’auteur de ces annotations avait connaissance d’interventions conscientes de la part de Lemonnier sur les lettres.

40Ainsi, seul maître de son hommage et décideur ultime de l’image qu’il veut rendre de son ami, Lemonnier envisage moins les lettres comme des sources inviolables, virtuellement garantes d’objectivité, que comme les supports dociles d’une mémoire partagée ou d’intimités à faire découvrir, voués à s’assujettir aux retouches du biographe. Mais quelles intentions nourrissent cette démarche ?

Des ambitions personnelles aux ambitions nationales

  • 36 Aron (Paul), « Camille Lemonnier : critique d’art et stratégie littéraire », dans Revue de l’Univer (...)
  • 37 Ibidem.

41Sous les apparences d’une étude biographique, l’ouvrage de Lemonnier négocie avec la réalité les libertés nécessaires à l’édification d’un hommage aux accents lyriques, pour ne pas dire panégyriques. Paul Aron y voit l’expression d’une critique qui n’a plus pour objet « d’ouvrir ou d’élargir la percée symbolique par où s’engagerait son œuvre de fiction »36, mais d’exprimer des « goûts personnels » : depuis les années 1880, la critique de Lemonnier est « délivré[e] de l’enjeu symbolique »37 dont dépendait sa propre légitimité. Mais l’est-elle de tout enjeu ? La stratégie du Maréchal des Lettres belges ne doit-elle pas désormais dépasser le cadre de sa carrière et embrasser les ambitions d’une jeune Nation ?

  • 38 Reste à voir, à la faveur d’une analyse de la critique artistique de Lemonnier dans cet ouvrage, da (...)

42Les livres que Lemonnier consacre après 1880 à ses amis proches (au même titre que certains ouvrages à caractère historique comme L’École belge de peinture 1830-1880) sont remarquables, affirme encore Paul Aron, « par leurs jugements aigus, par un style emporté et enthousiaste ». Il y a dans cette observation une certaine ambivalence : les jugements que Lemonnier porte aux œuvres dans L’Homme et l’artiste sont effectivement sans équivoque et passent par tous les degrés d’appréciation38, y compris les plus bas ; mais l’enthousiasme à l’égard de l’artiste et son œuvre pris dans son ensemble, reste immodéré. Les œuvres les plus approximatives ne sont que des ombres insignifiantes au tableau et les traits les plus farouches du caractère de Rops sont portés au crédit d’une âme fougueuse, diablement créatrice. Autrement dit, l’art fait l’objet d’une critique équilibrée, mais l’artiste est porté aux nues : Rops (et pourquoi pas Arthur Stevens, Émile Claus, Henri de Braekeleer, qui ont tous fait l’objet d’une biographie signée Lemonnier à cette même époque ?) doit désormais appartenir au Panthéon des arts belges.

  • 39 Aron (Paul), « Quelques propositions pour mieux comprendre les rencontres entre peintres et écrivai (...)
  • 40 Ibidem, p. 85, à la suite de Van der Tuin (Henri), Les Vieux Peintres des Pays-Bas et la critique a (...)
  • 41 Brogniez (Laurence), dir., Écrit(ure)s de peintres belges, Bern/Berlin/Bruxelles/Frankfurt am Main/ (...)

43Or, dans la Belgique des années 1880, l’absence de traditions littéraires fait de la peinture – et potentiellement de la musique – le principal vecteur de légitimité artistique pour les hommes de lettres39 : la peinture repose sur des acquis symboliques, le public français étant déjà conquis par les peintres flamands (facilement assimilés aux peintres belges par le public) depuis que le Salon a ouvert ses portes à la peinture flamande et hollandaise des siècles passés40. À une époque où la littérature doit pleinement justifier sa légitimité et où la peinture lui sert de modèle41, un artiste aux multiples facettes tel que Rops ne constituait-il pas le trait d’union idéal entre arts du crayon ou du pinceau d’une part, et de la plume d’autre part ? La biographie d’un peintre-graveur dont la réputation est sans pareille à Paris, ne serait-elle pas un lieu de choix pour une première publication de ses écrits, soigneusement sélectionnés, retaillés et enjolivés ? Ainsi, en ajoutant une pièce à l’histoire de l’art pictural de son pays, Lemonnier posait du même coup une nouvelle balise sur le chemin de la légitimation de la littérature nationale.

44En résumé, la biographie de Rops par Lemonnier mérite de n’être pas seulement considérée comme un document important sur la vie et l’œuvre de l’artiste, mais également comme le témoignage de certaines pratiques et de certaines ambitions propres à une époque et un milieu socio-artistique donnés. D’un point de vue étroit, l’ouvrage catalyse les influences réciproques entre les deux correspondants – Lemonnier conditionnant par son prestige le contenu des lettres de Rops, Rops orientant par sa rhétorique la critique de Lemonnier. D’un point de vue plus large, toutes ces données observées conjointement révèlent en L’Homme et l’artiste un exemple concret de la manière dont une correspondance d’artiste, outil stratégique à plus d’un titre, a pu jouer un rôle indirect dans la constitution d’un Panthéon national et dans le processus de légitimation de l’art belge.

Haut de page

Notes

1 Voir notamment : Brogniez (Laurence), « Pictoriana : les écrits de peintres en Belgique (1830-2000) », dans Textimage, Varia 1, automne 2007, p. 4, consultable en ligne : http://www.revue-textimage.com/02_varia/brogniez1.htm, dernière consultation le 6/02/2016.

2 Le relevé complet peut être trouvé dans Godfrind (Maxime), « Annexe 1 : extraits de lettres repris dans L’Homme et l’artiste », dans Esprit et caractère – Idéal et réel, Édition critique de la correspondance de Félicien Rops à Camille Lemonnier (1873-1890), mémoire de master en langues et littératures françaises et romanes, sous la direction de Laurence Brogniez, Bruxelles, Université libre de Bruxelles, 2014, p. 160-196.

3 La différence par rapport aux soixante-quatre extraits que j’ai annoncés plus haut tient au fait que l’un des extraits retenus comporte plusieurs citations issues de différentes lettres adressées à différents destinataires. Ceci introduit donc un biais dans le tableau, où le nombre d’extraits est présenté par destinataire.

4 Il est à noter toutefois que toutes les lettres citées n’ont pas nécessairement été prêtées à Lemonnier, puisque certaines avaient fait l’objet d’une publication dans la presse.

5 Demolder (Eugène), Lettre à Camille Lemonnier, s.l., [1908], Bruxelles, Archives de la Commune d’Ixelles, Fonds du Musée Camille Lemonnier.

6 Brogniez (Laurence), « La revanche des peintres ou la critique de la critique (Wiertz, Rops, Ensor) », dans Prungnaud (Joëlle), dir., La « Littérature d’art » : entre critique et création, Villeneuve-d’Ascq, Université Charles de Gaulle-Lille iii, 2010, p. 33.

7 À ce sujet, voir notamment Védrine (Hélène), « L’écrivain. Rops épistolier et mythographe », dans Bonnier (Bernadette) et al., éd., Félicien Rops. Rops suis, aultre ne veulx estre, Bruxelles, Éditions Complexe, 1998, p. 241-259.

8 Rops (Félicien), Lettre à Léon Dommartin, s.l., s.d., Bruxelles, Bibliothèque royale de Belgique, Cabinet des manuscrits, ii 6655/468/34.

9 Hélène Védrine a déjà retracé l’historique de ces demandes : Védrine (Hélène), De l’encre dans l’acide : l’œuvre gravé de Félicien Rops et la littérature de la décadence, Paris, Champion, 2002, p. 317.

10 Rops (Félicien), Lettre à Camille Lemonnier, Paris, [entre le 20 février et le 18 mars 1878], Bruxelles, Archives de la Commune d’Ixelles, Fonds du Musée Camille Lemonnier, lettre n° 8.

11 Rops (Félicien), Lettre à Camille Lemonnier, Paris, s. d. [ca. 23 novembre 1879], Bruxelles, Archives de la Commune d’Ixelles, Fonds du Musée Camille Lemonnier, lettre n° 9.

12 Rops (Félicien), Lettre à Camille Lemonnier, [Paris], mardi 3 août 1880. – Bruxelles, Archives de la Commune d’Ixelles, Fonds du Musée Camille Lemonnier, lettre n° 11.

13 Voir Aubert (Nathalie) et al., éd., La Belgique entre deux siècles, Laboratoire de la modernité, 1880-1914, Bern/Berlin/Bruxelles/Frankfurt am Main/New York/Oxford/Wien, Peter Lang, 2007, p. 195-213.

14 Communication personnelle de Jacques Detemmerman.

15 Rops (Félicien), Lettre à Camille Lemonnier, s.l., lundi 5 avril 1880, Bruxelles, Archives de la Commune d’Ixelles, Fonds du Musée Camille Lemonnier, lettre n° 10.

16 Voir notamment Rops (Félicien), Mémoires pour nuire à l’histoire de mon temps & autres Feuilles volantes, choix de textes, notes et lecture d’Hélène Védrine, Bruxelles, Labor, 1998, p. 38-67 et Aubert (Nathalie) et al., éd., La Belgique entre deux siècles, Laboratoire de la modernité, 1880-1914, op. cit., p. 207. En 1934, la lettre avait déjà attiré l’attention de Louis Dumont-Wilden, dans un article dont nous ne connaissons que le manuscrit, mais qui a peut-être paru dans le journal Pourquoi Pas ? Voir dumont- wilden (Louis), Retranscription d’une lettre [de Félicien Rops à Camille Lemonnier], Bruxelles, Bibliothèque royale de Belgique, Archives & musée de la littérature, cote ml 02355/0002.

17 Voir Godfrind (Maxime), Esprit et caractère – Idéal et réel, Édition critique de la correspondance de Félicien Rops à Camille Lemonnier (1873-1890), op. cit., p. 43-48.

18 Rops (Félicien), Lettre à Camille Lemonnier, s. l., lundi 5 avril 1880, Bruxelles, Archives de la Commune d’Ixelles, Fonds du Musée Camille Lemonnier, lettre n° 10.

19 Voir Rops (Félicien), Mémoires pour nuire à l’histoire de mon temps & autres Feuilles volantes, op. cit., p. 342-345.

20 Lemonnier (Camille), Félicien Rops. L’homme et l’artiste, présenté par Hélène Védrine, Paris, 1908, Séguier, p. 46. Tous les extraits cités dans le présent article proviennent de cette édition. Dorénavant, le numéro de page sera donné entre parenthèses après les extraits cités.

21 Rops (Félicien), Lettre à Camille Lemonnier, s.l., lundi 5 avril 1880, lettre n° 10.

22 Cité par Lemonnier (Camille), Félicien Rops. L’homme et l’artiste, op. cit., p. 168.

23 Les références renvoient à Rouir (Eugène), Félicien Rops : catalogue raisonné de l’œuvre gravé et lithographié, [Bruxelles], Éditions Claude Van Loock, 1987, 3 volumes.

24 Rops (Félicien), Lettre à Théodore Hannon, [Paris], [30 novembre 1880], Bruxelles, Bibliothèque royale de Belgique, Archives et Musée de la Littérature, cote ml 00026/0090.

25 Rops (Félicien), Lettre à Théodore Hannon, [Dinant], [25 septembre 1876], Namur, Musée Provincial Félicien Rops de Namur, ml 00026/0008.

26 Ibidem.

27 Rops (Félicien), Lettre à [Armand Rassenfosse], Paris, 24 mai 1893, Bruxelles, Bibliothèque royale de Belgique, Cabinet des manuscrits, ii 6957/19/117.

28 Rops (Félicien), Lettre à Henri Liesse, s.l., s.d., collection privée, usa90.

29 Ces copies peuvent être trouvées dans le dossier consacré à la correspondance de Rops à Lemonnier.

30 À savoir : Rops (Félicien), Lettre à Camille Lemonnier, s.l. [Croissy-sur-Seine], s.d. [ca. juillet 1877], Bruxelles, Archives de la Commune d’Ixelles, Fonds du Musée Camille Lemonnier, lettre n° 6 ; Rops (Félicien), Lettre à Camille Lemonnier, Anseremme, novembre [1878 ?], Bruxelles, Archives de la Commune d’Ixelles, Fonds du Musée Camille Lemonnier, lettre n° 7 ; Rops (Félicien), Lettre à Camille Lemonnier, Paris, [entre le 20 février et le 18 mars 1878], Bruxelles, Archives de la Commune d’Ixelles, Fonds du Musée Camille Lemonnier, lettre n° 8 ; Rops (Félicien), Lettre à Camille Lemonnier, Paris, s.d. [ca. 23 novembre 1879], Bruxelles, Archives de la Commune d’Ixelles, Fonds du Musée Camille Lemonnier, lettre n° 9 ; Rops (Félicien), Lettre à Camille Lemonnier, s.l., lundi 5 avril 1880, Bruxelles, Archives de la Commune d’Ixelles, Fonds du Musée Camille Lemonnier, lettre n° 10 ; Rops (Félicien), Lettre à Camille Lemonnier, [Paris], mardi 3 août 1880, Bruxelles, Archives de la Commune d’Ixelles, Fonds du Musée Camille Lemonnier, lettre n° 11.

31 Voir Gaspar (Camille), Exposition Camille Lemonnier. 1844-1913, catalogue d’exposition, Bruxelles, Bibliothèque royale de Belgique, 1933.

32 Je précise à toutes fins utiles que cette écriture est identique à celle que l’on retrouve sur certaines lettres originales.

33 À savoir Rops (Félicien), Lettre à Camille Lemonnier, s.l. [Croissy-sur-Seine], s.d. [ca. juillet 1877], Bruxelles, Archives de la Commune d’Ixelles, Fonds du Musée Camille Lemonnier, lettre n° 6.

34 À savoir Rops (Félicien), Lettre à Camille Lemonnier, s.l., lundi 5 avril 1880, Bruxelles, Archives de la Commune d’Ixelles, Fonds du Musée Camille Lemonnier, lettre n° 10.

35 Rops (Félicien), Lettre à Camille Lemonnier, [Paris ?], [entre ca. décembre 1875 et février 1876], non localisée, publiée dans L’Art universel, 15 mars 1876, p. 18-19.

36 Aron (Paul), « Camille Lemonnier : critique d’art et stratégie littéraire », dans Revue de l’Université de Bruxelles, n° 4-5, Bruxelles, 1984, p. 128.

37 Ibidem.

38 Reste à voir, à la faveur d’une analyse de la critique artistique de Lemonnier dans cet ouvrage, dans quelle mesure le discours de Rops l’a influencée, quant au choix des œuvres analysées, sinon quant aux jugements portés.

39 Aron (Paul), « Quelques propositions pour mieux comprendre les rencontres entre peintres et écrivains en Belgique francophone », dans Écriture, n° 36, 1990, p. 84.

40 Ibidem, p. 85, à la suite de Van der Tuin (Henri), Les Vieux Peintres des Pays-Bas et la critique artistique en France dans la première moitié du xixe siècle, Paris, Vrin, 1948.

41 Brogniez (Laurence), dir., Écrit(ure)s de peintres belges, Bern/Berlin/Bruxelles/Frankfurt am Main/New York/Oxford/Wien, Peter Lang, 2008, p. 12.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Maxime Godfrind, « Le rôle de la correspondance ropsienne dans L’Homme et l’artiste de Camille Lemonnier », Textyles, 50-51 | 2017, 191-206.

Référence électronique

Maxime Godfrind, « Le rôle de la correspondance ropsienne dans L’Homme et l’artiste de Camille Lemonnier », Textyles [En ligne], 50-51 | 2017, mis en ligne le 01 mai 2017, consulté le 20 août 2017. URL : http://textyles.revues.org/2773

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org