Navigation – Plan du site
Verhaeren à l'étranger

Un Verhaeren expressionniste

La traduction allemande des Blés mouvants (Die wogende Saat, 1914-1917) par Paul Zech
Hubert Roland
p. 89-102

Texte intégral

1Dans une lettre inédite qu’il adresse à Pierre-Louis Flouquet le 11 décembre 1953, le poète expressionniste allemand Gottfried Benn répond à une enquête initiée par Flouquet et les organisateurs des Rencontres européennes de poésie à Knokke, afin d’identifier les poètes les plus importants de la première moitié du siècle. La réponse de Benn est sans équivoque : « Émile Verhaeren », souligne-t-il dans cette lettre, avant de structurer son propos en deux points :

  • « Dans les années de jeunesse de ma génération » (« in den Jugendjahren meiner Generation »), affirme-t-il, « nous avions tous lu » l’édition de ses Ausgewählte Gedichte (poèmes choisis) dans la traduction réalisée par Stefan Zweig et ornée par Théo Van Rysselberghe. « Je l’admirais beaucoup. Il me rappelait Walt Whitman mais il m’était plus proche que ce dernier » (« Ich bewunderte ihn sehr. Er erinnerte mich an Walt Whitman, stand mir aber näher als dieser »).

    • 1 Benn avait été convié par Flouquet à prendre la parole dans le cadre de la seconde Biennale Interna (...)
    • 2 Fonds Pierre-Louis Flouquet, constitué notamment de la très abondante correspondance de Flouquet, d (...)

    « Aujourd’hui, on ne peut plus rien lire de lui chez nous. La guerre a détruit tous les livres » (« Heute kann man nichts mehr von ihm bei uns lesen. Der Krieg hat alle Bücher zerstört »). Benn appelle alors de ses vœux une nouvelle anthologie en allemand des œuvres de Verhaeren. Il ajoute qu’il avait profité de l’occasion fournie par sa participation aux Rencontres internationales de poésie de Knokke du 11 au 16 septembre 19521 pour se recueillir sur la tombe de Verhaeren et rendre ainsi hommage au poète belge2.

  • 3 Challot (Christian), « Émile Verhaeren-Georg Heym. Essais de lecture comparée à la lumière de l’exp (...)

2Plus de trente ans après la fin de la Première Guerre mondiale – qui est bien celle qu’évoque Benn par rapport à la disparition de Verhaeren dans l’espace culturel allemand – et l’essoufflement de l’expressionnisme comme courant littéraire, cette lettre confirme pleinement « la thèse d’un Verhaeren inspirateur de l’expressionnisme allemand », telle qu’elle a été suggérée par Christian Challot3.

  • 4 Voir Godé (Maurice), L’Expressionnisme, Paris, Presses Universitaires de France, 1999.

3Le présent article se situe dans la continuité de cette ligne d’interprétation. Celle-ci demeure a priori un peu surprenante pour une critique francophone accoutumée à ranger Verhaeren dans une génération symboliste, qui fait figure « d’aînée » par rapport aux jeunes écorchés qui bousculèrent la vie littéraire allemande au cours de la décennie qui encadra le premier conflit mondial. Cette réserve tient toutefois en partie au fait que l’expressionnisme allemand est longtemps resté en substance peu connu du public francophone, car il n’a fait que fort tard l’objet d’une médiation appropriée par la critique littéraire de langue française4. Nous tenterons de mieux cerner le propos (pré-)expressionniste chez Verhaeren, non pas par une approche thématique mettant en avant des affinités entre l’imaginaire de Verhaeren et celui des jeunes poètes allemands qui auraient pu s’en inspirer, mais par une étude de procédés d’écriture et de création, tels qu’ils ont pu être mis en œuvre dans les mécanismes de traduction/adaptation de la poésie de l’auteur belge.

4À cet égard, la dernière présentation de Verhaeren dans un habit allemand accomplie avant la Première Guerre Mondiale mérite toute notre attention. Elle est l’œuvre du jeune poète expressionniste Paul Zech (1881-1946) et porte sur le recueil des Blés Mouvants, paru peu auparavant. Mais avant de nous pencher sur ce texte, il convient de retracer la genèse de cette traduction, de même que son impact tout à fait particulier avant et après le déclenchement des hostilités en août 1914. À la base de cette initiative, on trouve bien entendu la médiation soutenue de Stefan Zweig, chef d’orchestre de la médiation de Verhaeren dans les pays de langue allemande, comme on le sait.

La fortune singulière de Die wogende Saat autour de 1914

  • 5 Voir Verhaeren (Émile et Marthe) et Zweig (Stefan), Correspondance, édition établie, présentée et a (...)
  • 6 Ibidem, p. 34-69.

5Grâce à la substantielle introduction de Fabrice van de Kerckhove à son édition de la correspondance entre Émile et Marthe Verhaeren et Stefan Zweig5, nous connaissons ainsi le détail des projets de diffusion de l’œuvre du poète belge outre-Rhin dès 1895. Parmi les premiers éminents traducteurs qui s’essayèrent aux œuvres du poète belge figurent des noms importants comme Stefan George, Richard Dehmel, Franz Hessel ou encore Johannes Schlaf. Mais le principal médiateur de Verhaeren en langue allemande fut en fin de compte Zweig lui-même, qui entreprit avec un engagement colossal d’assurer et d’organiser la diffusion de l’œuvre poétique et dramatique de son « maître »6.

  • 7 Ibidem, p. 39-40.
  • 8 Ibidem, p. 51-52.

6C’est ainsi que dans le cadre de son travail de conseiller pour le directeur de la maison d’édition du Insel-Verlag, Anton Kippenberg, Zweig s’entoura d’un réseau d’experts de Verhaeren. Rendu attentif par Zweig à Verhaeren comme potentiel candidat au Prix Nobel de Littérature, Kippenberg avait publié dès 1909 l’adaptation de Zweig de la dernière pièce de Verhaeren, Hélène de Sparte, d’après le manuscrit original7. L’entreprise porta à ce point ses fruits que Zweig planifia une édition de Verhaeren en trois volumes, qui devait être présentée à l’Exposition Universelle de Bruxelles de 1910 et illustrer ainsi l’investissement de l’Allemagne de la culture au profit de la reconnaissance des auteurs belges8.

  • 9 Zech tira de la rue Saint-Jacques, dans laquelle il aurait habité, une évocation poétique qui menti (...)
  • 10 Voir Challot, « Émile Verhaeren-Georg Heym. Essais de lecture comparée à la lumière de l’expression (...)

7La publication allemande des œuvres de Verhaeren constitua donc (à l’instar de celle de Verlaine) un projet de première importance pour l’éditeur Insel. Sous la houlette de Zweig, différents traducteurs de sensibilités différentes y furent associés. Et dans les années 1913-1914, Zweig et Kippenberg firent finalement confiance à Zech, qui était en train de se frayer un chemin parmi la génération montante des écrivains expressionnistes. La réalité du travail industriel dans les régions minières de Belgique n’était pas inconnue à Zech, et ce depuis qu’il avait séjourné et travaillé une année comme mineur dans la région de Charleroi autour de 1900, probablement à Mont-sur-Marchienne9. Dans les années qui suivirent, Verhaeren semblait bel et bien servir de modèle pour cette nouvelle génération, à cause du pathos de ses recueils de poésie Les Villes tentaculaires ou Les Campagnes hallucinées, dans lesquels il donnait une vision haute en couleurs des bouleversements de la société industrielle10.

8Ce n’était toutefois pas de cet imaginaire-là dont il était question, lorsque Zweig et Kippenberg confièrent à Zech la traduction du dernier volume de Verhaeren paru à ce moment, Les Blés mouvants (1912), car celui-ci marquait le retour de l’auteur belge à une poésie bucolique plus classique. Dans son adaptation libre (Nachdichtung), Zech conféra toutefois à ce texte une tournure plus moderne et dynamique en allemand, confirmant ainsi pleinement l’inscription de Verhaeren comme précurseur de l’expressionnisme.

  • 11 Verhaeren (Émile et Marthe) et Zweig (Stefan), Correspondance, op. cit., p. 68-72.
  • 12 Ibidem, p. 80-83 ; pour un récit détaillé sur Verhaeren en guerre, je renvoie aux considérations de (...)
  • 13 Voir Verhaeren (Émile et Marthe) et Zweig (Stefan), Correspondance, op. cit., p. 72-75.
  • 14 Pour davantage de détails sur la fin des amitiés allemandes de Verhaeren et les espoirs nourris de (...)

9Le volume de cette traduction, Die wogende Saat, fut rédigé en quelques mois au début de l’année 1914 et le manuscrit prêt à imprimer devait retourner chez l’éditeur pour le 1er juin de cette année11. C’était compter sans la montée des bruits de bottes du début de l’été qui culmina, comme on le sait, avec l’invasion de la Belgique le 4 août 1914. L’entrée en guerre provoqua la colère aussi subite que radicale de Verhaeren contre tous ses amis allemands et autrichiens. Se rendant en Angleterre, à la demande du roi Albert ier, il condamna ouvertement la conquête de son pays et rédigea des poèmes brutaux et hostiles à l’Allemagne12. Dans ces circonstances, et tenant compte par ailleurs de la mobilisation en Allemagne, la parution de Die wogende Saat fut interrompue – provisoirement, comme nous allons le voir. En réalité, c’est non seulement un réseau de socialisation intellectuelle entre pays voisins qui s’écroulait du jour au lendemain, mais aussi le tissu d’une collégialité profondément amicale. Zweig avait rendu plusieurs fois visite à Verhaeren, à Bruxelles et dans sa résidence du Caillou-qui-bique à Roisin ; il était particulièrement sensible à l’aura et au charisme de son « maître » à l’occasion de ces rencontres. Kippenberg et son épouse Katharina avaient déjà pour leur part proposé au poète belge de séjourner chez eux à Leipzig à l’occasion de sa tournée de conférences en Allemagne en 191213. Mais à présent, Verhaeren est devenu persona non grata en Allemagne. Zweig et Kippenberg ne peuvent plus envisager un instant de le publier. Ils en ressentent une profonde tristesse et continuent malgré tout de s’informer de la situation de Verhaeren et surtout de sa sécurité personnelle14.

  • 15 Voir Marx, Verhaeren. Biographie d’une œuvre, op. cit., p. 534-536.

10La mort accidentelle de Verhaeren, qui fut écrasé par un train en partance en gare de Rouen le 27 novembre 191615, coupa court à tout geste de réconciliation que d’aucuns auraient pu espérer. Car parmi les amis germanophones de Verhaeren, on s’était pris à évoquer avec nostalgie une telle perspective, tout particulièrement après la parution dans la presse d’une lettre que Paul Zech affirmait avoir reçue de Verhaeren peu avant la mort de ce dernier. Ainsi pouvait-on lire dans l’édition du soir de la Vossische Zeitung du 9 décembre 1916 le contenu de cette lettre :

Mein Freund,
Aus der Wellen Bitternis, die mich umranden, aus der Tiefe des Blutbrunnens hebe ich meine Hand, Sie zu grüßen.
Ich höre, daß Sie in Flandern sind. O mein armes Flandern ! Aber ich weiß, daß es zu grünen beginnt. Der gute Wind der Landschaft überschüttete sie mit der ganzen Fruchtbarkeit der hellen Ebenen. Nehmen Sie ihn gut auf und in meine „Wogenden Saaten“ hinüber. Ich weiß, daß sie gut ruhen in Ihren Händen und Sie nicht bereuen, mir Dolmetsch zu sein. O mein armes Flandern ! Vielleicht werde ich wiederkehren. Vielleicht werden wir uns sehen. Die Galle schmilzt von meinem Herzen.
Ich bin müde des Kämpfens. Die ganze Welt ist müde. Alles, was gewesen ist, war zwischen uns und nicht mit uns. Auf der ganzen Welt war nicht das Direkte laut. Der Tumult der anderen bezwang uns. Aber die Galle schmilzt jetzt von allen Herzen. Bleiben Sie aufrecht nur noch diese kurze Zeit, mein Freund, auf daß wir uns sehen, wenn ich wiederkomme.

  • 16 Je donne ici ma traduction littérale, plutôt que celle qui est parue dans le Mercure de France le 1 (...)

Mon ami,
Depuis les vagues d’amertume qui m’entourent, depuis la profondeur de ce puits de sang, je lève ma main pour vous saluer.
J’entends que vous êtes en Flandre. Oh ma pauvre Flandre ! Mais je sais qu’elle commence à verdoyer. Le bon vent du paysage l’a submergée de toute la fertilité des plaines claires. Recueillez-le bien et transmettez-le dans mes Blés mouvants. Je sais que ceux-ci reposent en de bonnes mains et que vous ne regrettez pas d’être mon traducteur. Oh ma pauvre Flandre ! Peut-être reviendrai-je. Peut-être nous verrons- nous. La bile se dissout de mon cœur.
Je suis fatigué de combattre. Le monde entier est fatigué. Tout ce qui s’est passé l’a été entre nous et pas avec nous. Ce qui s’est dit fort dans le monde entier ne l’a pas été directement. Le tumulte des autres nous y a forcés. Mais la bile se dissout à présent de tous les cœurs. Restez encore debout juste ce laps de temps, mon ami, jusqu’à ce que nous nous voyions, lorsque je reviendrai.
Émile Verhaeren16

  • 17 Voir la postface de Matías Martínez dans son édition de Zech (Paul), Der schwarze Baal : Novellen. (...)

11Toujours conscrit comme soldat dans la Somme, Zech prétendait avoir reçu cette lettre par le biais d’un ami vivant aux Pays-Bas. Lorsque le rédacteur de la Vossische Zeitung, Stefan Grossmann, tenta d’obtenir de Zech l’original de la lettre, ce dernier promit plusieurs fois de la lui montrer. Mais en dernière minute, il trouva toujours un prétexte pour ne pas le faire – soit son supérieur ne voulait pas lui en donner l’autorisation, soit Zech ne souhaitait pas la confier à la poste militaire et il entendait livrer la lettre lui-même, etc. Tout donne en réalité à penser, comme l’estiment Matías Martínez, le spécialiste de Zech, et Fabrice van de Kerckhove17, qu’il s’est agi d’un faux.

  • 18 Voir Christophe (Lucien), « À propos d’une prétendue lettre de Verhaeren. Communication de M. Lucie (...)
  • 19 Pour davantage de détails, voir Roland (Hubert), « La bile se dissout de mon cœur. La controverse V (...)
  • 20 Zweig ajoute dans une lettre du 11 septembre 1916 à Kippenberg que Verhaeren se serait révélé un am (...)
  • 21 Conscrit en Belgique occupée grâce au soutien de l’industriel Krupp Eberhard von Bodenhausen, ami e (...)

12Entre-temps, la lettre avait provoqué un incident politico-diplomatique. Aussi tard qu’en 1966, lors d’une séance de l’Académie de Langue et de Littérature Françaises de Belgique consacrée au cinquantenaire de la mort de Verhaeren, l’écrivain Lucien Christophe revint encore avec émotion sur ce qu’il considérait comme une supercherie18. Du côté allemand également, l’affaire suscita quelques remous. Elle toucha droit au cœur Stefan Zweig, qui, dans sa lettre à Katharina Kippenberg du 18 décembre 1916, se montre d’autant plus convaincu de son authenticité que lui-même affirmait avoir reçu deux mois plus tôt des salutations de Verhaeren, transmises via une « troisième main », celle de Charles Baudouin19. Revigoré par de telles sensations et convaincu que « la crise était dépassée chez Verhaeren »20, Zweig incita Kippenberg à oser la parution de Die wogende Saat, qui traînait dans les tiroirs de l’éditeur depuis le début de la guerre. Tel fut bien le cas en 1917, sans que Kippenberg cherchât toutefois à intégrer ce volume dans la collection de la « série flamande », qu’il faisait paraître dans ces années en concertation avec les milieux de la propagande culturelle en Belgique occupée21.

« Une œuvre d’art personnelle et poétique »

  • 22 Voir la bibliographie détaillée des traductions de Verhaeren par Zech dans Verhaeren (Émile et Mart (...)

13L’historiographie de la littérature peine parfois à reconnaître que la génération expressionniste a immédiatement suivi, voire fut quasiment contemporaine de la poésie Fin de Siècle et de son esprit hérité du symbolisme. C’est ainsi que le jeune Zech, au moment où il se frayait un chemin dans des organes de publication comme Das neue Pathos ou surtout une revue expressionniste de référence comme Die weißen Blätter, commença par traduire de la poésie intimiste de Verhaeren, celle des Heures, dont il comparait explicitement l’atmosphère avec la nouvelle religiosité du Livre d’Heures de Rilke22.

14Toutefois, au moment de traduire Les Blés mouvants (dont l’original est paru en mars 1912), Zech s’est clairement émancipé de ce modèle et a, en quelque sorte, poursuivi un écolage à l’esthétique expressionniste via l’exercice de la traduction/adaptation de la poésie de Verhaeren. C’est en tout cas clairement le sens de la lettre que Zweig adresse à Verhaeren (qui ne pouvait, de son côté, lire l’allemand) le 12 juin 1914, au moment où Zech a déjà accompli son travail :

  • 23 Verhaeren (Émile et Marthe) et Zweig (Stefan), Correspondance, op. cit., p. 486.

Mon cher maître, je viens de lire le manuscrit de Paul Zech de sa traduction des Blés mouvants. Elle est excellente du point de vue artistique, très riche dans l’expression seulement pas toujours fidèle à votre texte, elle n’amoindrit pas la couleur, mais elle l’exagère, elle colore avec des couleurs violentes et quelquefois criantes. Mais elle vaut mille fois Rehwoldt, Schlaf et les autres, c’est une œuvre d’art personnelle et poétique.23

  • 24 Espagne (Michel), Les Transferts culturels franco-allemands, Paris, Presses Universitaires de Franc (...)

15Dans l’entreprise Verhaeren, Zweig se plaît à alterner les sensibilités des différentes traductions et il a pris le parti d’encourager Zech dans l’expression de tonalités nouvelles, s’inscrivant de cette manière dans « l’esprit du temps ». C’est ainsi que le terme Nachdichtung, désignant autant le jeu de la traduction que celui de l’adaptation, est mis en exergue par l’éditeur dans la présentation de Die wogende Saat. La traduction littéraire participe à cet égard pleinement de l’exercice du transfert culturel, par lequel le médiateur s’approprie le texte original pour lui donner une nouvelle fonction et une nouvelle signification dans la culture d’accueil. C’est bien à présent cette dernière qui soutient et accompagne une nouvelle herméneutique du texte dans le cadre d’un processus d’importation qui n’hésite pas à s’en prendre à l’autonomie du texte littéraire original jusqu’à le déformer. Ainsi, comme le précise Michel Espagne, un transfert culturel « n’est pas déterminé principalement par un souci d’exportation. Au contraire, c’est la conjoncture du contexte d’accueil qui définit largement ce qui peut être importé ou encore ce qui, déjà présent dans une mémoire nationale latente, doit être réactivé pour servir dans les débats de l’heure »24.

  • 25 Celui-là même qui éditera en 1919-1920 la fameuse anthologie Menschheitsdammerung (Crépuscule/Aube (...)
  • 26 Pinthus (Kurt), « Georg Heym, “Der Ewige Tag” », dans Beiblatt der Zeitschrift für Bücherfreunde, n (...)
  • 27 Palmier (Jean-Michel), L’Expressionnisme et les arts, Paris, Payot, 1979, p. 315-316.
  • 28 Les Heures claires (1896), Les Heures d’après-midi (1905), Les Heures du soir (1911).

16En termes esthétiques (bien davantage que nationaux), les « débats de l’heure » sont notamment ceux qui ont été impulsés par les premiers expressionnistes comme Kurt Pinthus25, qui affirmait déjà en 1911 dans une recension d’un ouvrage de Georg Heym que « la façon de Verhaeren résonnait » chez beaucoup de jeunes poètes allemands, « même si ceux-ci n’ont jamais lu Verhaeren »26. C’est dans ce sens également que Jean-Michel Palmier a pu identifier les visions de Verhaeren comme une étape intermédiaire entre symbolisme et expressionnisme, comparant lui aussi les Villes tentaculaires avec la poésie de Heym27. Mais au moment où Zech s’attaque à l’entreprise de traduction de la poésie de Verhaeren, ce dernier a définitivement bouclé ce qu’on pourrait appeler sa phase « pré-expressionniste », avec les volumes de poésie aux titres évocateurs Les Campagnes hallucinées (1893), Les Villes tentaculaires (1895), Les Forces tumultueuses (1902) et La Multiple Splendeur (1907). La trilogie des Heures28 a ramené des accents d’intimité et d’harmonie. La parution des Blés mouvants en 1912, dont les motifs virgiliens s’accompagnent d’un tournant classique au niveau de la forme via une prépondérance d’octosyllabes et d’alexandrins, ponctue ce tournant, comme si le poète avait voulu à présent véhiculer une vision plus apaisée et quelque peu idéalisée de son pays, en contrepoids de la Belgique moderne des grandes villes.

17Il peut donc paraître quelque peu paradoxal que Zech ait choisi précisément ce texte-là pour se prêter au jeu des procédés d’écriture relevant de l’exagération et de l’hyperbole, frôlant le grotesque au service d’une plus grande force d’expression. Mais les textes antérieurs de Verhaeren avaient déjà été couverts par d’autres, parus chez Insel ou ailleurs, tandis qu’une analyse de sa traduction montre qu’il a adopté une sorte de voie intermédiaire entre néo-clacissisme et avant-garde. (Ce nouvel équilibre valait en vérité déjà pour les tonalités de Verhaeren lui-même qui, dès Les Visages de la Vie en 1899, affichait des formes d’apaisement face aux conséquences négatives de la modernité, ayant dépassé les excès des grandes fresques urbaines.)

18L’appropriation personnelle du texte par Zech commence par une révision de la structure de l’ouvrage. Là où, dans l’original, la suite des poèmes est régulièrement interrompue par des « Dialogues rustiques » (« Ländliche Gespräche »), instaurant l’alternance, l’ensemble des sept « Dialogues rustiques » forment dans la traduction de Zech le centre du cycle de poèmes entre la première partie (« Die wogende Saat » / « Les Blés mouvants ») et la troisième (« Dorfgeschichten » / « Histoires villageoises »). Soyons en outre attentif aux nombreux changements lexicaux, qui atténuent voire modifient les motifs classicisants. Ainsi la pastorale « belle fille aux cheveux roux » gardant les oies du Chant de l’eau est-elle devenue « sauvage » (« wild »), tandis que ses mouvements sont devenus beaucoup plus amples. Elle tend les bras au loin à la manière d’une fleur qui éclot (« Reckt ihre Arme blühend in die Weiten »), tandis que le flux du courant est rendu plus fort et nerveux (« die reiβenden Wasserschnellen ») et que les truites en fuite inspirent la crainte (« die Flucht der furchtsamen Forellen ») !

  • 29 Verhaeren (Émile), Die wogende Saat. Deutsche Nachdichtung von Paul Zech, Leipzig 1917, p. 21 (ci-d (...)

Das wilde Mädchen mit dem roten Haar
ist auf den Kieseln flink und zeigt im Schreiten
Verhaltenes aufgeglänzt und klar.
Reckt ihre Arme blühend in die Weiten
und bückt sich, wo der Duft der Minze schwebt
und die Libelle funkelnd über Wasserrosen bebt.
Und wenn die Schöne dann an Steinen rückt,
ist durch die reißenden Wasserschnellen
die Flucht der furchtsamen Forellen
wie ein gewalt’ger Blitz gezückt.
29

  • 30 Verhaeren (Émile), Les Blés mouvants, dans Œuvres iv, Paris, Mercure de France, 1924, p. 71 (ci-des (...)

La belle fille aux cheveux roux
Pose un pied clair sur les cailloux.
Elle allonge le bras et la hanche, et s’incline
Pour recueillir au bord,
Parmi les lotiers d’or,
La menthe fine ;
Ou bien encor
S’amuse à soulever les pierres
Et provoque la fuite
Droite et subite
Des truites
Au fil luisant de la rivière.30

19La transformation de la « belle fille » des Blés mouvants en une imposante travailleuse des champs (« die stattliche Magd ») s’avère moins subtile. Seule la traduction de Zech fait la louange de sa « force » (« Kraft ») impressionnante et de l’« embrasement » (« Feuersbrunst ») de ses mouvements, qui rend certaines parties de son corps visibles, comme la nuque et les épaules. Évoquant les « seins blancs » (« weiße Brüste ») de cette femme, Zech tisse un lien avec l’imaginaire industriel des régions minières – de même qu’un contraste supplémentaire en noir et blanc – puisque ceux-ci se dressent durs comme du « granit » ! La même logique oxymorique de la fusion de la lumière et de la noirceur, de la ville et de la campagne est d’ailleurs renforcée par le biais des « canaux des artères / veines » de celle à qui le poète s’adresse, contrastant avec le sang décrit comme « en santé » (« Gesundes Blut ») :

Un sang rouge et puissant circule en tes artères
Et colore tes seins superbement debout,
Et ta bouche est charnue et tes cheveux sont roux,
Et ton corps est heureux de marcher sur la terre. (bm, p. 75)

Gesundes Blut pulst laut durch die Kanäle deiner Adern
und rundet deine weißen Brüste, bis sie hart stehn wie Granit.

Dein Haar blüht rot, und deine Lippen sind ein Rosen-lied,
und nie wird dein Gefühl mit Härten dieser Erde hadern.
(ws, p. 23)

  • 31 En revanche, il n’est pas dit que Zech, au-delà de ces « astuces » de l’écriture expressionniste, p (...)

20Zech saisit ainsi toutes les occasions d’intensifier les contrastes en noir et blanc (ou par ailleurs les couleurs), comme dans les deux premières strophes du « Spielmann » (« Le Ménétrier »), où il ajoute notamment le motif de l’ombre, absent de l’original. Il introduit aussi une atmosphère moite et orageuse sur les champs (« Schwüler Juliabend dämmert dunstig auf dem Feld »), là où Verhaeren parle pourtant clairement d’un soir « torride et sec ». Sur le plan des techniques stylistiques simples, l’arsenal expressionniste favorise par ailleurs la suppression des articles dans le sens d’une plus grande concision de la langue, ce qui induit un effet d’étrangeté (« fremder Spielmann » pour « un joueur »)31.

Schwüler Juliabend dämmert dunstig auf dem Feld.
Unter einer Weide schattigen Gebreiten
hat sich fremder Spielmann aufgestellt
und fährt traumhaft dunkel über die Saiten.

Spielt für sich allein und hört im Spielzergehn
kaum die Schritte, die das Abendwehn
aus den Hütten lockt, sich auszudehnen,
wo die Geige singt und Schatten schwillt ;
sieht nicht, daß sich Mädchenstirnen, Schild an Schild
an die überglühten Stämme lehnen.
(ws, p. 25)

Soir de juillet torride et sec.
Serrant le bois sonore au creux de son épaule,
Un joueur de rebec
S’est lentement assis et joue au pied d’un saule.

Il chante pour lui seul, et ne voit pas
Qu’en ce déclin du jour se rapprochent des pas
Sous les arbres, au long des routes ;
Et qu’on se glisse derrière les troncs
Et qu’à demi cachés apparaissent des fronts
De jeunes filles qui l’écoutent. (bm, p. 84-85)

21Enfin, on observera que là où certains poèmes du cycle de Verhaeren contiennent en eux-mêmes des accents expressionnistes, Zech ne se prive naturellement pas de forcer le trait et de prolonger cette tendance du texte original. C’est le cas dans deux des trois derniers poèmes du cycle, « La danse des vieux et des vieilles » (« Tanz der Greise und der Greisinnen ») et surtout « Le mort ». Un changement de perspective déplace ici d’emblée le point de vue individuel vers la collectivité de la communauté villageoise, celle du « défilé des morts » qui est inscrite dans le titre allemand du poème (« Der Zug der Toten »). Ici encore, Zech rajoute à souhait des motifs thématiques empruntés au lexique de l’expressionnisme : celui d’une lumière « crue » (« grell ») et spectrale (« gespenstisch » ou de l’ouragan (« Orkan ») annonçant la fin du monde. En réalité, Zech a réécrit la fin du poème, après l’avoir rendu nettement plus concis, élaguant une partie du texte, tandis qu’il ponctue encore le mouvement de la descente du cercueil en terre par le cataclysme d’une terre qui se referme avec fracas, lançant « d’énormes flammes noires » (« Mit ungeheuer schwarzen Flammen ») :

Les quatre planches de la bière
Ont comme peur de la lumière (bm, p. 14)

daß dieses Kastens schwarze Gicht gespenstisch aufpfeift in dem grellen Licht. (ws, p. 96)

Le cortège longe les prés

Der Totenzug passiert ein Wiesenstück,

Et la ferme du Prieuré. (bm, p. 145)

wo sich ein Kloster wiegt in Gold und Glück.

(ws, p. 97)

Son cœur avait pour habitude

Sprach abends mit den Gräsern, mit dem Wind,

De se pencher sur ce sol rude,

sprach leise wie zu einem Kind, […]

De lui parler à mots tout bas,

[Ellipse] (ws, p. 97)

Le soir, lorsque les bras sont las, […] (bm, p. 145)

Le ciel est noir, le vent est fou,

Grau ist der Himmel, und Orkan erbraust

Le mort est là, devant son trou.

wenn Sarg dann in die Grube saust,

Entre la bière et la terre orde

mit hanfnen Stricken rings umschnürt,

Le fossoyeur glisse ses cordes. (bm, p. 147)

von Totengräbers Hand geführt.

(ws, p. 98)

Et dans la nuit et le néant,

Mit ungeheuer schwarzen Flammen

Immensément le mort descend. (bm, p. 148)

stürzt über Sarg und Saat der Raum zusammen. (ws, p. 98)

Conclusion

22Tout donne à penser que la traduction de Zech n’a fait que cristalliser, et probablement finaliser le mouvement d’une réception expressionniste de Verhaeren dans la littérature de langue allemande, qui était déjà dans l’air du temps les années précédentes. On remarquera d’ailleurs que Zweig et Kippenberg, qui lâchèrent volontairement les brides de leur jeune traducteur- poète, n’étaient pas eux-mêmes des adeptes particuliers de l’esthétique de cette nouvelle école, trop attachés qu’ils étaient à une tradition littéraire qu’ils ont toutefois contribué à moderniser. Le résultat est qu’on consacre toujours quelques lignes à Verhaeren dans l’historiographie générale des avant-gardes allemandes, dans une posture à la fois de « précurseur » et d’« aîné », son charisme personnel ayant renforcé ce rôle qui lui fut attribué, comme l’exemple de Stefan Zweig l’atteste parfaitement.

23Reste la question de savoir si Verhaeren a bel et bien été lu sous cette forme. La traduction de Zech n’a jamais été rééditée, Insel préférant diffuser à nouveau après la guerre la poésie de Verhaeren traduite par Zweig, celle-là même que Benn mentionne dans sa lettre à Flouquet en 1953, et qui relève également de la Nachdichtung. Kippenberg demeura donc, comme c’était souvent le cas, fidèle à ses auteurs de prédilection. Il publia encore en 1923 une traduction du Travailleur étrange (Der seltsame Handwerker) cette fois par Friederike Zweig – édition ornée de 26 gravures sur bois de Frans Masereel – et osa même une nouvelle traduction des Heures du Soir (par Eva Martersteig) sous le Troisième Reich, en 1938.

Haut de page

Notes

1 Benn avait été convié par Flouquet à prendre la parole dans le cadre de la seconde Biennale Internationale de poésie de Knokke en 1952, en même temps que Léopold Sédar Senghor et le poète équatorien Jorge Carrera Andrade. Cet épisode a été thématisé dans le premier chapitre du roman biographique que Pierre Mertens a consacré à Benn, Les Éblouissements (1987).

2 Fonds Pierre-Louis Flouquet, constitué notamment de la très abondante correspondance de Flouquet, dont la plupart des documents ne sont pas encore catalogués, Archives et Musée de la Littérature (Bruxelles). Traduction des extraits de cette lettre par Hubert Roland.

3 Challot (Christian), « Émile Verhaeren-Georg Heym. Essais de lecture comparée à la lumière de l’expressionnisme allemand », dans Jago-Antoine (Véronique) et Quaghebeur (Marc), dir., Textyles, n° 11, Émile Verhaeren, 1994, p. 171-185, ici p. 185.

4 Voir Godé (Maurice), L’Expressionnisme, Paris, Presses Universitaires de France, 1999.

5 Voir Verhaeren (Émile et Marthe) et Zweig (Stefan), Correspondance, édition établie, présentée et annotée par Fabrice van de Kerckhove, Bruxelles, Labor/Archives et Musée de la Littérature, coll. Archives du Futur, 1996, p. 7-91.

6 Ibidem, p. 34-69.

7 Ibidem, p. 39-40.

8 Ibidem, p. 51-52.

9 Zech tira de la rue Saint-Jacques, dans laquelle il aurait habité, une évocation poétique qui mentionne aussi le Cabaret Vert de Charleroi, où Rimbaud était passé en 1870. Une traduction française commentée du texte « Rue Saint-Jacques » a été publiée dans Le Passé Composé. Bulletin périodique du Cercle d’Histoire de Mont-sur-Marchienne, n° 58, avril 2009, p. 1-13.

10 Voir Challot, « Émile Verhaeren-Georg Heym. Essais de lecture comparée à la lumière de l’expressionnisme allemand », article cité, p. 171-185.

11 Verhaeren (Émile et Marthe) et Zweig (Stefan), Correspondance, op. cit., p. 68-72.

12 Ibidem, p. 80-83 ; pour un récit détaillé sur Verhaeren en guerre, je renvoie aux considérations de ses biographes : Marx (Jacques), Verhaeren. Biographie d’une œuvre, Bruxelles, Académie Royale de Langue et de Littérature Françaises, 1996, p. 498 et suivantes ; Servaes (Paul), Émile Verhaeren. Vlaams dichter voor Europa, Berchem- Antwerpen, epo, 2012, p. 843 et suivantes. Les textes de guerre de Verhaeren feront l’objet d’une édition critique dans la collection Archives du Futur. La parution du premier volume, Les Ailes rouges de la guerre et autres poèmes (1914-1916), est annoncée pour novembre 2016.

13 Voir Verhaeren (Émile et Marthe) et Zweig (Stefan), Correspondance, op. cit., p. 72-75.

14 Pour davantage de détails sur la fin des amitiés allemandes de Verhaeren et les espoirs nourris de réconciliation autour de 1916, je renvoie à ma publication récente Roland (Hubert), « La bile se dissout de mon cœur. La controverse Verhaeren-Zech et l’utopie d’une réconciliation belgo-allemande en 1916 », dans La Bataille de Charleroi, 100 ans après, Bruxelles, Académie Royale des Lettres et des Beaux-Arts de Belgique, 2014, p. 309-320.

15 Voir Marx, Verhaeren. Biographie d’une œuvre, op. cit., p. 534-536.

16 Je donne ici ma traduction littérale, plutôt que celle qui est parue dans le Mercure de France le 16 avril 1917.

17 Voir la postface de Matías Martínez dans son édition de Zech (Paul), Der schwarze Baal : Novellen. Mit einem Nachwort von Matías Martínez, Göttingen, Wallstein 1989, p. 174- 175 et Verhaeren-Zweig, p. 83-84.

18 Voir Christophe (Lucien), « À propos d’une prétendue lettre de Verhaeren. Communication de M. Lucien Christophe à la séance mensuelle du 8 octobre 1966 », dans Bulletin de l’Académie de Langue et de Littérature Françaises, Bruxelles, Palais des Académies, volume xliv, nos 3-4, 1966, p. 207-208. D’après Christophe, le gouvernement belge en exil au Havre s’était saisi de l’affaire et le Bureau documentaire d’Émile Vandervelde, chargé de débusquer les textes de la propagande allemande, avait fait parvenir une lettre à Marthe Verhaeren par l’intermédiaire de l’épouse du chef de cabinet de Vandervelde, Charles De Jongh. Marthe répondit, indignée, que jamais Verhaeren n’aurait prononcé de telles paroles de réconciliation et la lettre « apocryphe » fut qualifiée d’imposture.

19 Pour davantage de détails, voir Roland (Hubert), « La bile se dissout de mon cœur. La controverse Verhaeren-Zech et l’utopie d’une réconciliation belgo-allemande en 1916 », article cité.

20 Zweig ajoute dans une lettre du 11 septembre 1916 à Kippenberg que Verhaeren se serait révélé un ami d’autant meilleur « qu’il avait beaucoup à nous demander » (« Er wäre uns allen ein doppelt so guter Freund gewesen, doppelt so gut, als er uns viel abzubitten hatte »). Dans un post-scriptum à sa lettre du 18 décembre à l’épouse de l’éditeur, il suggère encore, euphorique, que son mari édite en français les monographies inachevées de Verhaeren sur Rembrandt et Rubens, dont Kippenberg possède les droits : « Ce serait un document de culture pour toutes les époques, si un livre inédit de Verhaeren en français paraissait pour la première fois en 1916 au Insel-Verlag. » (« Es wäre ein Kulturdokument für alle Zeiten, wäre im Insel Verlag 1916 ein französisch unveröffentlichtes Buch Verhaerens zum ersten Mal erschienen » ; dossier de correspondance inédit de Zweig et Kippenberg pour les années de guerre, Deutsches Literaturarchiv Marbach, cote suA- Insel ; extraits traduits en français par mes soins). Bien plus sceptique que Zweig quant à la volonté de réconciliation de Verhaeren, Kippenberg doutait de l’authenticité de la lettre à Zech et il refusa d’insérer dans l’édition de Die wogende Saat une préface de Zech, dans laquelle ce dernier reprenait la fameuse lettre de Verhaeren. C’est ce qu’il explique dans une lettre inédite du 28 juin 1917 à Henry van de Velde : « La lettre de Verhaeren m’est, pour être franc, également douteuse. S’il l’avait écrite, cela aurait bien sûr été très beau et nous aurions pu publier la lettre dans l’Insel-Almanach ou quelque part ailleurs. Mais, comme je vous le disais, j’avais des doutes, j’ai demandé à M. Zech de nous donner à voir l’original de la lettre. Il en a alors envoyé une copie certifiée conforme, que nous avons renvoyée. Elle ne [signifie] naturellement rien car celui qui atteste ne peut pas [constater] s’il s’agit de l’écriture de Verhaeren » (Fonds Henry van de Velde, Archives et Musée de la Littérature, Bruxelles, fs x/172 ; ma traduction de l’allemand. Je remercie Fabrice van de Kerckhove de m’avoir transmis une copie de ce document, de même que pour son assistance dans la rédaction de cet article). Pour une retranscription complète et un commentaire de cette lettre, voir Roland (Hubert), « La bile se dissout de mon cœur. La controverse Verhaeren-Zech et l’utopie d’une réconciliation belgo-allemande en 1916 », article cité.

21 Conscrit en Belgique occupée grâce au soutien de l’industriel Krupp Eberhard von Bodenhausen, ami et mécène d’Henry van de Velde avant la guerre, Kippenberg avait développé pour Insel un vaste programme éditorial qui rassemblait des traductions de littérature flamande vers l’allemand. Voir mon ouvrage Roland (Hubert), La « Colonie » littéraire allemande en Belgique 1914-1918, Bruxelles, Labor / Archives et Musée de la Littérature, 2003, p. 125-151. Cette initiative reçut le soutien des autorités allemandes dans le cadre de la Flamenpolitik. Si la majorité des auteurs traduits dans cette « série flamande » (flämische Reihe) regroupait des auteurs flamands de langue néerlandaise comme Stijn Streuvels et Felix Timmermans, place fut également faite à des « Flamands de langue française » comme Charles De Coster et Georges Eekhoud. Mais Verhaeren n’y figura donc pas. Die wogende Saat parut comme publication isolée, de manière sans doute plus discrète.

22 Voir la bibliographie détaillée des traductions de Verhaeren par Zech dans Verhaeren (Émile et Marthe) et Zweig (Stefan), Correspondance, op. cit., p. 546-547.

23 Verhaeren (Émile et Marthe) et Zweig (Stefan), Correspondance, op. cit., p. 486.

24 Espagne (Michel), Les Transferts culturels franco-allemands, Paris, Presses Universitaires de France, 1999, p. 23.

25 Celui-là même qui éditera en 1919-1920 la fameuse anthologie Menschheitsdammerung (Crépuscule/Aube de l’Humanité) – dans laquelle figureront aussi bien Zech que Gottfried Benn, de même qu’Ernst Stadler, qui avait enseigné la littérature allemande à l’Université libre de Bruxelles de 1910 à 1914.

26 Pinthus (Kurt), « Georg Heym, “Der Ewige Tag” », dans Beiblatt der Zeitschrift für Bücherfreunde, nf 3, (1911).

27 Palmier (Jean-Michel), L’Expressionnisme et les arts, Paris, Payot, 1979, p. 315-316.

28 Les Heures claires (1896), Les Heures d’après-midi (1905), Les Heures du soir (1911).

29 Verhaeren (Émile), Die wogende Saat. Deutsche Nachdichtung von Paul Zech, Leipzig 1917, p. 21 (ci-dessous ws).

30 Verhaeren (Émile), Les Blés mouvants, dans Œuvres iv, Paris, Mercure de France, 1924, p. 71 (ci-dessous bm).

31 En revanche, il n’est pas dit que Zech, au-delà de ces « astuces » de l’écriture expressionniste, parvienne toujours à rendre le texte effectivement plus concis. Précisément la première strophe du poème se trouve quelque peu alourdie dans la traduction, ce qui induit une perte de rythme, que Verhaeren n’eût peut-être pas particulièrement appréciée s’il avait mieux maîtrisé l’allemand…

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hubert Roland, « Un Verhaeren expressionniste », Textyles, 50-51 | 2017, 89-102.

Référence électronique

Hubert Roland, « Un Verhaeren expressionniste », Textyles [En ligne], 50-51 | 2017, mis en ligne le 01 mai 2017, consulté le 20 août 2017. URL : http://textyles.revues.org/2765

Haut de page

Auteur

Hubert Roland

f.r.s.-fnrs/Université catholique de Louvain

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org