Navigation – Plan du site
Le poète en société et dans la presse/Verhaeren journaliste

Émile Verhaeren, collaborateur du Progrès (1886-1887)

Paul Aron
p. 23-35

Texte intégral

  • 1 Voir Lemonnier (Camille), La Minute du bonheur et autres pages retrouvées, textes réunis par Jacque (...)

1L’importance de la « génération de 1880 », la génération de La Jeune Belgique, dans l’histoire littéraire belge est bien connue. L’historiographie, en partie construite par les auteurs eux-mêmes mais très largement relayée par la critique ultérieure, en a fait l’agent d’une « renaissance littéraire », au double sens d’une nouvelle naissance et de la rupture avec une sorte de Moyen Âge des lettres. Aux amateurs et écrivains du dimanche auraient alors succédé de véritables écrivains, professionnels et reconnus sur le marché international. Les raisons sociologiques de cette rupture ont été étudiées, ainsi que les supports éditoriaux nouveaux qui en ont permis l’expression : les petits éditeurs et les revues littéraires. On n’a toutefois pas mis assez en évidence le rôle de la presse dans l’émergence de ces écrivains. Contrairement au stéréotype qui voudrait que les « vrais écrivains » soient ceux dont l’œuvre existe principalement en volume, il faut souligner qu’il n’y a jamais eu autant d’écrivains-journalistes en Belgique qu’au moment précis de cette « renaissance ». De Camille Lemonnier, directeur de publication et collaborateur à d’innombrables périodiques, à Albert Giraud, rédacteur politique de L’Étoile belge, à Georges Rodenbach, correspondant à Paris du Journal de Bruxelles, ou à Georges Eekhoud, chroniqueur musical du Précurseur puis de L’Étoile belge, la plupart des écrivains de La Jeune Belgique ont eu une activité journalistique régulière rémunérée1. Seuls quelques auteurs symbolistes, comme Maeterlinck, Elskamp ou Mockel, bénéficiant de revenus d’origine familiale, ont pu s’offrir le luxe de ne collaborer qu’à des périodiques spécialisés dans le champ littéraire ou artistique.

  • 2 Voir, par exemple, de Marneffe (Daphné) & Denis (Benoit), éd., Les Réseaux littéraires, Bruxelles, (...)

2Les travaux menés depuis une trentaine d’années en sociologie de la littérature, ainsi que ceux qui ont trait à l’histoire des médias insistent sur l’importance de ce genre de collaboration2. On peut y voir en effet une part de la vie matérielle de l’écrivain, ses préoccupations quotidiennes, son engagement dans les débats contemporains, et surtout les réseaux de sociabilité auxquels il participe.

  • 3 Fontaine (André), Verhaeren et son œuvre, Paris, Mercure de France, 1929 ; Marx (Jacques), Verhaere (...)

3L’histoire littéraire collective des écrivains-journalistes belges reste à écrire. Le cas d’Émile Verhaeren est par contre déjà bien documenté. Tous les biographes mentionnent sa participation à de nombreux périodiques3. De manière synthétique, rappelons en effet que Verhaeren a collaboré sans discontinuer à la presse belge depuis ses années de formation jusqu’à sa reconnaissance internationale. Voici le tableau de ses principales collaborations :

Journal des Beaux-Arts et de la littérature, 1881-1882
La Plage, 1882-1883
L’Europe (du dimanche), 1882
Le National (quotidien), 1884
La Jeune Belgique, 1882-1887 ; 1891-1892
La Société nouvelle, 1885-1896
L’Art moderne (hebdomadaire), 1882-1913
Le Progrès (bihebdomadaire ou hebdomadaire), 1886-1887
La Nation (quotidien), 1890-1892

  • 4 J’ai étudié les deux quotidiens dans : Aron (Paul), « Émile Verhaeren, collaborateur à La Nation, o (...)

4Ces périodiques sont très différents les uns des autres. Certains sont des organes littéraires spécialisés, tandis que d’autres relèvent de la vie culturelle en général ou de l’intervention politique. Le National et La Nation quotidiens d’extrême-gauche, moins liés à un parti qu’aux intérêts particuliers d’un individu (et dans le cas de La Nation, aux intérêts africains du roi) ; La Société nouvelle était plus ou moins anarchiste4. Pour autant, les articles de Verhaeren étaient rarement politiques ; ils traitaient surtout de questions culturelles, même si des réflexions plus générales pouvaient aussi se lire sous sa plume. Les organes plus littéraires, et surtout La Jeune Belgique, se caractérisent, quant à eux, par le fait qu’ils défendent des positions bien marquées, qui sont celles d’un groupe désigné par le nom même de la revue.

5Le journal Le Progrès, auquel je consacre cette étude, est le moins connu. La seule collection accessible est en effet celle de la Bibliothèque royale. La version papier du périodique a été égarée5. C’est tout récemment que le microfilm du périodique a pu être identifié sous la cote : Mic Perm 546. Le Progrès a paru du 25 avril 1886 (n°1) au 28 juillet 1887 (n°60). La collection comprend quelques lacunes pour l’année 1887 (nos 5, 13, 33, 58) et quelques clichés sont illisibles. La bibliographie de Culot confond ce titre avec Le Progrès de Ypres, journal libéral quotidien publié de 1841 à 1914, et dont l’année 1886 manque dans toutes les bibliothèques6. Verhaeren y a publié 10 articles, du 27 juin 1886 au 5 janvier 1887. Fontaine et Marx ont utilisé le petit volume relié des principales contributions de Verhaeren conservé dans le Fonds Vandevoir au Musée Plantin Moretus (cote : vv 21, n°35). Comme on le verra, ce recueil réalisé sans doute par les soins de Marthe Verhaeren est incomplet des deux dernières contributions. Il ne permet pas non plus de prendre la mesure du contexte de la publication et ne renseigne aucunement sur les orientations générales du journal.

Le Progrès, organe de l’Association constitutionnelle et conservatrice de Bruxelles

  • 7 Voir la notice d’A. Engels, dans Biographie coloniale, tome v, 1958, col. 522-523.
  • 8 https://nl.wikipedia.org/wiki/Léon_de_Somzée

6Sans se présenter directement comme un journal de parti, Le Progrès a été fondé en vue de soutenir l’Association constitutionnelle et conservatrice de Bruxelles. Parmi ses collaborateurs politiques, il faut citer le baron Auguste Lahure (1835-1891), chef d’État-major de l’armée belge7, le comte Adrien d’Oultremont (1843-1907), député catholique, Jules Émile Desiré de Borchgrave (1850-1927), avocat, homme d’affaires et député, Frédéric Ninauve, avocat bruxellois, Léon [de] Somzée (1837-1901), ingénieur, industriel et député de Bruxelles8, Alfred Journez (1864-1928), docteur en droit et député libéral de Liège (1898-1900 et 1914-1919), les généraux Henri-Alexis Brialmont (1821-1903), inspecteur général du Génie et des Fortifications et Jacmart, sur lequel je reviendrai. Dans le paysage politique de l’époque, la réunion de ces notables peut surprendre, parce qu’ils se recrutent autant dans les rangs libéraux que catholiques. C’est cependant le résultat d’une volonté concertée.

  • 9 Le Progrès, n° 1, 25 avril 1886.

7Dès son premier éditorial, qui sert de programme, Le Progrès prend acte du résultat des élections de juin 18849, qui ont vu la nette victoire du parti catholique et, pour la première fois depuis 1830, la constitution d’un gouvernement catholique homogène. Tenant compte de cette victoire, mais également de la réalité sociologique bruxelloise, largement dominée par les idées libérales, ces notables veulent tendre la main aux vaincus en tenant compte des réalités sociales du moment. L’éditorial estime que l’opposition entre cléricaux et libéraux devrait être dépassée. Il souhaite l’élargissement du droit de suffrage, la séparation de l’Église et de l’État, le développement de l’éducation populaire et l’apaisement des luttes scolaires. Sur le plan économique, il opte pour un programme libéral, avec un développement de l’industrie, et une grande méfiance à l’égard des interventions de l’État. Mais ajoute-t-il « les réformes de nature à améliorer le sort des classes laborieuses nous inspirent les plus vives sympathies ». Il soutient l’autonomie communale, en particulier pour Bruxelles. En résumé, sous la devise arborée par le journal, « Il faut être de son pays avant d’être de son parti », ces catholiques encore plus modérés que le premier ministre Auguste Beernaert souhaitent des améliorations dans la législation sociale et un service militaire personnel. Ils s’opposent donc au leader parlementaire de la droite catholique, Charles Woeste, violemment anti-militariste, mais également au libéralisme le plus conservateur.

  • 10 Journal de Bruxelles, 9 et 11 mai 1886.

8Lors de l’élection partielle de mai 1886, le journal soutient la candidature du lieutenant-général Camille Jacmart (1821-1894) contre les libéraux Buls et Janson. Buls finira par gagner. Jacmart est présenté par le journal comme un candidat national-indépendant, ni libéral, ni catholique, même si le parti catholique se sent obligé de préciser pour ses électeurs : « Nous n’avons rien à redouter de l’élection de M. Jacqmart. »10. Cette candidature est soutenue par Alphonse Nothomb (1817-1898), président de l’Association constitutionnelle et conservatrice de 1864 à 1872 et de 1884 à 1892. Député de Turnhout de 1859 à 1892, ce notable catholique se définissait comme progressiste. On a surtout retenu de lui sa démission fracassante du poste de président de l’Association constitutionnelle et conservatrice de Bruxelles, le 21 février 1892, en plein cœur d’une révision constitutionnelle s’étalant sur trente mois. Il soutenait en effet Paul Janson, représentant libéral à la Chambre, dans son projet de réforme et de transformation des bases du régime représentatif de la Belgique. Il sera réélu, en juillet 1892, comme député d’Arlon, et sur la liste libérale.

  • 11 Hendrickx (Jean-Pierre), « À propos de la démission d’Alphonse Nothomb de l’Association Constitutio (...)
  • 12 Biographie coloniale belge, tome iv, 1955, col. 425-426.
  • 13 Stengers (Jean), L’Action du Roi en Belgique depuis 1830, Louvain-la-Neuve, Duculot, 1992, p. 229-2 (...)

9Ce transfert peu habituel a été bien étudié par l’historien Jean-Pierre Hendrickx. Celui-ci soutient l’hypothèse suivante : Nothomb et Janson partagent alors l’idée que l’on pourrait inscrire dans la constitution un référendum d’initiative royale11. Cette idée était peu populaire au Parlement, tous partis confondus, mais le roi la souhaitait ardemment parce qu’elle pouvait favoriser sa politique africaine. Le même raisonnement peut sans doute s’appliquer au rapprochement entre libéraux et catholiques modérés, puisque dans les deux camps pouvaient se trouver des partisans de la conquête coloniale ; à l’inverse, Léopold ii était très hostile aux luttes trop âpres qui opposaient les deux partis, menaçant la paix intérieure du royaume et donc sa capacité à regarder vers l’Afrique. Le Progrès allait exactement dans le même sens. Il est probable que le journal ait été guidé en sous-main par le Palais, voire financé directement par lui. Ce n’est pas un hasard si l’on y retrouve Camille Jacmart, député de 1888 à 1892 et se consacrant à « l’œuvre civilisatrice des Belges en Afrique »12. De même, de Borgraeve a été vice-président, puis président de la Compagnie Générale Coloniale (1899-1901, 1907-1919), et Brialmont était un proche de Léopold ii. Selon cette hypothèse, Verhaeren se serait ainsi trouvé mêlé une première fois aux intérêts royaux, avant que Victor Arnould ne l’engage à La Nation dont on sait de source sûre qu’elle bénéficiait, pour sa part, de subventions royales13. L’analyse des orientations politiques de l’écrivain ne peut ignorer ce fait.

  • 14 La Justice, 17 janvier 1881.
  • 15 Maes (Pierre), Georges Rodenbach, 1855-1898, p. 151-153.
  • 16 Rodenbach (Georges), « La manifestation ouvrière », dans Le Progrès, 22 août 1886.

10Publié à Bruxelles et domicilié au 35, rue des Ursulines, Le Progrès avait pour rédacteur en chef un certain Henri de la Garde. Ce nom n’a laissé aucune autre trace dans l’histoire de la presse en Belgique. Toutefois, en consultant la presse française contemporaine, on découvre qu’un ancien journaliste bonapartiste et catholique français portant ce nom s’était réfugié à Bruxelles à la fin de l’année 1880, pour échapper à sa condamnation pour pédérastie et usage de faux14. L’homme serait décédé le 18 octobre 1887, ce qui correspondrait effectivement à la disparition, quelques mois plus tôt, de son journal. On ne sait évidemment pas dans quelles conditions ce personnage est devenu rédacteur du journal, mais on peut supposer qu’il a su faire valoir ses qualités professionnelles auprès de commanditaires surtout intéressés par le fait de disposer d’une tribune médiatique bien conçue. Toutefois, en dehors des périodes électorales ou en dehors des débats politiques principaux, ni les commanditaires ni le rédacteur en chef ne disposaient de journalistes capables de rédiger la matière du journal. Il fallait donc trouver de la copie, et d’un certain niveau intellectuel puisque le journal s’adressait à des électeurs potentiels, c’est-à-dire à des bourgeois payant suffisamment d’impôts pour être électeurs. C’est dans ce but que l’on recrute un secrétaire de rédaction, bien connu dans les milieux littéraires, et susceptible de recruter des confrères : Georges Rodenbach15. Grâce à lui, plusieurs écrivains assurent le contenu du journal avec une fréquence exceptionnelle dans un quotidien de l’époque. Il est permis de se demander si ce n’est pas la nationalité du rédacteur en chef qui l’a conduit à solliciter des écrivains pour remplir les colonnes de son journal, ce qui était une pratique plus répandue en France qu’en Belgique. Toujours est-il que, sous l’impulsion de Rodenbach, Émile Verhaeren, Edmond Picard, Francis Nautet, Octave Maus, Iwan Gilkin, Camille Lemonnier, James Van Drunen font paraître des articles dans Le Progrès, parfois signés de pseudonymes comme Remo (Rodenbach), Bock (Ywan Gilkin), Tutupanpan, Lutèce, etc. Ces textes sont des chroniques, des critiques d’art et de littérature, de « bonnes pages » d’ouvrages à paraître. Seul parmi eux, Rodenbach a publié des textes qui font directement le lien avec les orientations politiques du journal, en particulier dans un texte intitulé « La manifestation ouvrière » qui fait écho aux agitations sociales de l’heure. Il y précise que : « Ce sera au parti qui s’est affirmé dès l’origine dans ce journal comme un parti conservateur-progressiste […] de tenter le rapprochement des ouvriers et de la bourgeoisie, de jeter la base d’un traité de paix entre eux, de canaliser le fleuve populaire dont nous venons de voir les premiers flots et qui gronde là-bas, au bord de l’horizon. »16 Cet appel aux « Girondins de la démocratie » indique que l’on avait eu le soin de confier le secrétariat de la rédaction à un sympathisant politique.

Émile Verhaeren, chroniqueur du quotidien

11Les contributions de Verhaeren au Progrès sont bien plus détachées de l’actualité politique. Sous la rubrique « chroniques bruxelloises », elles permettent au poète d’évoquer sa ville d’adoption sous différentes facettes. Il évoque successivement le percement des tunnels du chemin de fer (27 juin 1886), l’atmosphère de l’été (25 juillet), les voyageurs belges en Allemagne (29 août), le retour des Bruxellois après les vacances (26 septembre), les halles de Bruxelles (24 octobre), la vie mondaine de la capitale (21 novembre), les quartiers commerçants (19 décembre), un Noël blanc intitulé « variété littéraire » (26 décembre), la coutume des étrennes (5 janvier 1887). Ces textes expriment tous un point de vue subjectif, souvent critique, qui affirme une vision personnelle sur les lieux, les gens et les événements. La cohérence des chroniques tient à la singularité de ce regard, lui-même construit par et dans l’écriture.

12La vision de Verhaeren prend en effet appui sur une rhétorique du contraste très caractéristique. Lorsqu’il décrit Bruxelles, le chroniqueur ne se borne pas à énumérer des faits notables ; il accentue les oppositions pour faire apparaître le connu sous la lumière d’un ailleurs. Aussi la capitale belge est-elle caractérisée à travers une comparaison avec Paris, et non pour elle-même :

  • 17 Verhaeren (Émile), dans Le Progrès, 27 juin 1886.

Bruxelles se distingue considérablement de Paris […] Rues, maisons, places, boutiques, monuments, oh ! combien tout diffère d’aspect, d’allure, de beauté ! Paris paraît grandiosement administratif ; à Bruxelles, chaque maison, chaque pignon, chaque devanture a un caractère personnel ; point de règle imposée ; point d’étages tous les mêmes, point d’avenue de l’opéra. Même le boulevard Anspach n’a rien de parisien ; sa silhouette est tellement pittoresque, son profil si curieusement flamand qu’il ne faut point juger pour l’assimiler à un boulevard Haussmann ou Poissonnière quelconque. Et puis ce qui caractérise une ville bien plus que ses briques et ses pierres, ce sont les gens. La foule chez nous a une démarche et un fourmillement spécial. Nous ne marchons ni ne nous groupons comme là-bas. Nous avons une manière à nous de flâner, de descendre et de monter les rues. L’ensemble est autre. Nos fiacres mêmes roulent autrement, et jusqu’au pas des chevaux on s’entend à Bruxelles ou à Paris. […]17

  • 18 Verhaeren (Émile), dans Le Progrès, 24 octobre 1886.
  • 19 Ibidem.

13En quelques lignes, Verhaeren construit des séries d’équivalences entre les habitants, leurs manières d’être, les structures urbaines et même les bruits de la ville, qui placent Bruxelles en regard de Paris. Mais ce dispositif n’a pas pour but de créer une hiérarchie, ou de dégager les facteurs par lesquels une ville serait supérieure à l’autre. Il s’agit plutôt de faire ressortir des spécificités que l’on ignorerait en ne regardant que ce qui nous est familier. Le même procédé est utilisé pour décrire un seul espace, et ce sont alors les coordonnées temporelles qui introduisent le contraste nécessaire. Il y a donc un Bruxelles du matin et un Bruxelles de l’après-midi. Le premier est populaire, le second bourgeois. Et l’effet de série s’étend aux bâtiments qui révèlent leur différence. Ainsi le Bruxelles des halles, à l’aube : « c’est lui le vrai Bruxelles original, flamand, jovial, fort en gueule et unique. C’est le Bruxelles ancien, celui de la grand-place, de la rue de Flandre, de la place Saint-Géry, des Halles, de l’église Sainte-Catherine. »18. Même contraste enfin entre les quartiers, où Verhaeren privilégie les aménagements luxueux de l’avenue Louise conduisant au Bois pittoresque aux habitations cossues du quartier de la gare Léopold : « Je préférerais qu’on abattît tout le quartier Léopold, si neutre, si tel quel, si monotone, si pauvre en surprises artistiques, qu’un seul coin du Bois de la Cambre. Je n’ai aucune estime pour cette collection de portes cochères à têtes de lions domestiques et pour ces façades blanches qui n’ont même pas la franchise de montrer leurs pierres de taille. C’est de la bâtisse, rien de plus. »19 Dans ce dernier cas, l’opposition est également sociologique, puisque le quartier Léopold, de facture un peu plus ancienne, avait été urbanisé pour la grande bourgeoisie et l’aristocratie dans le goût néoclassique, tandis que l’avenue Louise, projetée par la Ville de Bruxelles, laissait davantage s’exprimer l’Art nouveau et les valeurs de la bourgeoisie libérale.

  • 20 Verhaeren (Émile), dans Le Progrès, 19 décembre 1886.

14Au fil des chroniques se dessine ainsi une véritable vision de la cité. Le Bruxelles de Verhaeren est une ville qui doit demeurer à l’abri de la grande industrie. Elle doit éviter les marques visibles de la modernité que sont le métro, le train ou les voies rapides, mais également les aménagements disproportionnés. Non sans affection, le chroniqueur décrit les flâneurs de la rue Montagne de la Cour où se presse le « tout Bruxelles » : les boutiques de mode, les librairies, les bijoutiers, les marchands de jouets. Bruxelles est au centre du monde, on y trouve les produits manufacturés en Angleterre, au Japon ou en Chine, mais dans un espace à mesure humaine, une rue étroite, sinueuse et en pente : « La Montagne de la Cour seule est proportionnelle au nombre de ses habituels flâneurs »20. Cette ville de l’entre-deux, Verhaeren la symbolise dans une belle image par référence au calendrier :

  • 21 Verhaeren (Émile), dans Le Progrès, 26 septembre 1886.

Bruxelles est vraiment très spécial en septembre. Chaque ville a une saison qui lui sied comme une femme a telle robe qui la rehausse. Voici la vraie toilette de Bruxelles, l’automne. Toilette mi-soleil, mi-brouillard, mi-été, mi-hiver, toilette mixte où il y a un peu de tout, comme dans nos rues on rencontre tous les styles pour façades et dans nos habitudes toutes les manières de vivre pour bourgeois.21

15L’originalité de Bruxelles tient ainsi moins à l’affirmation d’une personnalité spécifique qu’à la réunion de petites individualités vivant en bonne intelligence. Ce n’est pas une mauvaise définition.

  • 22 Verhaeren (Émile), dans Le Progrès, 25 juillet 1886.

16Cette ville a pourtant du mal à s’imposer sur le plan touristique, parce qu’elle manque d’audace. En particulier, pendant la saison estivale, ses habitants sont partis en vacances, et les théâtres, les lieux de divertissement, sont le plus souvent fermés. Dans sa chronique du 25 juillet, Verhaeren signale que le bourgmestre Buls a créé un comité nommé « Bruxelles Attraction ». Il propose d’organiser des fêtes. La foire du Midi, qui est ouverte, est peu fréquentée : « Il ne reste que les paysans de Woluwe et de Forest », et Verhaeren d’insister : « Il nous faut des fêtes énormes pour nous solliciter encore, et des fêtes originales. »22 Il propose d’éviter le vide estival dans la programmation des salles de spectacle comme la Monnaie, de multiplier les concerts, de développer les échoppes, les commerces ambulants, « les hercules et les paillasses, les chansons », les fêtes d’enfants au théâtre du Parc. Verhaeren réclame de l’audace et de l’originalité pour ce qui devrait être une vision politique alliant la culture au tourisme.

  • 23 Le 5 février 1886, Coquelin aîné, Coquelin cadet et Delaunay avaient présenté leurs monologues au T (...)

17Ces considérations étonnamment positives ne l’empêchent pas de regarder les bourgeois belges avec une grande distance critique. Il n’aime guère les fréquenter lorsqu’il est en villégiature à l’étranger. Il les voit soucieux de confort et soumis à la lecture des guides, sans personnalité ni projet personnel (29 août 1886). Les loisirs qu’ils affectionnent ne sont pas plus estimables. Dans un des articles les plus intéressants de la série, Verhaeren décrit la vie mondaine à Bruxelles et les activités pratiquées dans les salons. La mode, cette année-là, est aux monologues, inspirés par Coquelin cadet, qui se nomment des « coquelinades »23 :

  • 24 Verhaeren (Émile), dans Le Progrès, 21 novembre 1886.

À Bruxelles, l’art et le monologue ne se distinguent guère. Tout monologue où l’on perçoit des rimes est proclamé poésie et les odes d’Hugo n’apparaissent que telles : de longs monologues où l’on parle indifféremment du Bilboquet et de l’Expiation, de l’Obelixe de Boniface et de l’Obelisque de Gautier. « Cela ne pique pas de si près » disait dernièrement la femme d’un ancien ministre.24

18Et d’insister :

  • 25 Ibidem.

Les soirées à Bruxelles ? Mais c’est l’ennui, de la gêne, de la vulgarité, de la prétention, du mauvais goût, du provincialisme, alambiqués et concentrés ! L’enseigne ? Le gilet blanc du maître de la maison, le gant neuf et lustré de sa femme, la coiffure de circonstance de sa fille et la livrée recousue de son valet. L’atmosphère ? Le gâtisme d’une dizaine de prud’hommes qui parlent de la politique du jour et de l’élevage des lapins ; le parlottage de quelques vieilles matrones aux épaules hors de service, qui se scrutent de dos, de face, de profil pour surprendre si leur voisine ne se pavane en robe retournée ou reteinte ; l’odeur cold-cream au ylang-ylang le tout à la Old-England – de gommeux en échalas noirs près des portes et des larbins ; la niaiserie ou le cynisme des jeunes filles ou plus généralement leur nullité totale, cadenassée avec une clef de piano ou murée entre les pages d’un roman de Ohnet ; la puanteur enfin de la poudre aux yeux qui turbule sous le gaz, empreint les meubles, fane les fleurs, glisse au long des rideaux, serre la gorge et fait cracher en sortant.25

19La citation est un peu longue, mais instructive. Elle relève manifestement d’une expérience vécue, et montre le poète, bourgeois lui-même, invité dans un monde qu’il méprise. Mais elle lui permet aussi, toujours dans la logique d’une argumentation contrastive, de décrire ensuite un salon selon son cœur, dans lequel on reconnaît aisément celui d’Edmond Picard où s’élabore le contenu rédactionnel de L’Art moderne :

  • 26 Ibidem.

Il n’en reste qu’un seul et celui-ci n’appartient en rien au journalisme ni même à la politique. Depuis que le maître s’est retiré de la bruyance des meetings, ce sont presque exclusivement des artistes : peintres, musiciens, poètes, qui se rencontrent le dimanche au soir, chez lui. Absence complète de pose et de gêne, intimité rapide entre les causeurs, audace dans les opinions les plus opposées, franchise d’allure nette, telle est la règle. Surtout rien de dogmatique, de vieux, de mille fois dit et imprimé ; et l’oreille et les yeux, et l’esprit aux choses de demain ; et l’événement du jour rapetissé à sa valeur comme une contingence ; et la vivacité du jugement, avec de la fierté toujours. Enfin l’héroïsme, ou plutôt ce qui nous en reste, honoré, compris, senti et non pas moqué et non pas jaugé ; et de grandes et révolutionnaires pensées quelquefois à travers toutes les mesquineries et les vulgarités modernes. C’était dans ce salon qu’on rencontrait l’hiver dernier Litolff, Mendès, Chabrier, Haraucourt, Silvestre, Vincent d’Indy et tout ce que Paris nous envoyait de monde soit célèbre, soit marquant.26

20Le lien entre le rejet du monologue bourgeois et le salon Picard n’était pas dû au hasard. On y débattait justement de la possibilité de renouveler le genre, et c’est le projet que le maître de maison exposait à ses amis Maus et Verhaeren avant de le faire connaître à ses lecteurs dans la livraison du 12 décembre. Les déclamations du Juré donneront lieu à sa théorie du « monodrame », ou « théâtre pour lecture publique », qui sera une des sources du théâtre symboliste et sans doute des Aubes. La chronique du Progrès fait ainsi écho aux préoccupations artistiques du poète, suggérant qu’en définitive on ne saurait séparer radicalement ses collaborations journalistiques et littéraires.

21Trois conclusions au moins méritent d’être tirées de cet examen d’une collaboration journalistique méconnue. La première, à laquelle j’ai déjà fait allusion, est politique. Dans un contexte marqué par de grandes violences sociales (grève du printemps 1886) et par la première grande manifestation nationale en faveur du suffrage universel (le 15 août 1886 – c’est à elle que se rapporte l’article cité de Georges Rodenbach), Verhaeren n’exprime aucun engagement politique. Il cultive sa haine flaubertienne du bourgeois, félicitant son maître Picard d’avoir renoncé à ses tentations électorales, alors même que ce dernier amorce déjà le tournant qui le conduira à devenir sénateur socialiste. Comme des confrères que l’on classe généralement dans une orientation plus conservatrice que la sienne, tels Gilkin ou Rodenbach, il n’hésite pas à remplir les colonnes d’un journal que l’on qualifierait aujourd’hui de centre droit. Toutefois la proximité de cet organe avec le Palais, et donc avec la politique coloniale du roi, explique pour une part cette adhésion : comme nombre de jeunes intellectuels, Verhaeren y voyait un facteur innovant et digne d’enthousiasme.

  • 27 Marx (Jacques), Verhaeren, biographie d’une œuvre, p. 234-236.

22Une seconde conclusion est d’ordre psychologique. Depuis plusieurs mois, Verhaeren a entrepris d’écrire les poèmes des Soirs ; il est déjà plongé dans l’atmosphère de la « trilogie noire ». Les chroniques du Progrès confirment donc, si besoin en était, qu’il demeure un homme actif, capable de s’intéresser aux autres et à la vie collective. Rien dans ses articles n’indique le moindre penchant à la neurasthénie. Il faut donc bien dissocier les orientations poétiques de l’homme et son état de santé, afin de ne pas céder aux rapprochements trop souvent commis par une critique peu exigeante27.

23Reste enfin la thématique urbaine. Grand voyageur, on le sait, Verhaeren se rend chaque année ou presque à Londres. Il y voit une capitale artistique, avec ses expositions et ses musées, mais aussi une source infinie d’inspiration dans les rues, les vues de rivière, les quartiers industriels et leurs populations ouvrières. À plusieurs reprises, il visite Londres en compagnie de ses amis peintres (Jan Toorop, Willy Schlobach ou Darío de Regoyos). La capitale anglaise, comme Anvers, autre port industriel, lui suggère les images qu’on lira notamment dans Les Villes tentaculaires ; il lui consacre également des articles importants (par exemple : « Londres », dans L’Art moderne, 27 septembre 1885). Bruxelles n’occupe pas une place comparable dans son œuvre. Elle ne se situe ni du côté de la modernité, ni du côté des « villes à pignons », les vieilles cités flamandes endormies. Les articles du Progrès montrent dès lors qu’elle occupait une place dans son imaginaire, sous des dehors plus quotidiens qu’exotiques sans doute, mais à la mesure d’un flâneur attentif.

  • 28 Khnopff (Georges), Lettre à Émile Verhaeren, aut. s., Bruxelles, [25 ?-6-1886], 4 p. (aml, fs xvi 1 (...)
  • 29 Marx (Jacques), Verhaeren, biographie d’une œuvre, p. 209. Jean-Pierre Bertrand insiste bien sur le (...)

24Dans une lettre adressée à Verhaeren en juin 1886, le poète Georges Khnopff dont il était alors très proche s’inquiétait de voir son ami perdre un temps précieux dans la rédaction d’articles « futiles » pour le Progrès28. Trop respectueux de la division du travail traditionnelle entre journalisme et littérature, Khnopff était incapable de comprendre le lien étroit qui s’invente au milieu du siècle entre la modernité poétique et le monde de la presse. Or, comme l’avait déjà indiqué Jacques Marx, les chroniques de Verhaeren lui permettent d’esquisser des « tableaux bruxellois » (comme Baudelaire parlait de « tableaux parisiens »), traductions impressionnistes de ses découvertes, qui ont la force de véritables poèmes en prose29. En voici un exemple, pour terminer, tiré de la chronique du 26 septembre 1886 :

  • 30 Verhaeren (Émile), dans Le Progrès, 26 septembre 1886.

Ces jours derniers, le matin, à l’avenue, oh ! comme dans l’air aigre du matin sonnaient clair les sabots des chevaux et les gourmettes et les étriers. C’était adorable, dans une lumière fine et teintée de bleu et d’orange ! Un pâle soleil ; ci et là, un massif qui laissait déjà tomber des feuilles au léger cahotis du tramway qui passait ; un cantonnier qui balayait lentement, en cadence, avec de superbes balancements du corps, l’interminable allée ; des servantes sur le pas des portes en tablier blanc et des cochers habitués aux prestances sur le siège, qui leur apportaient des seaux d’eau avec une gravité de chanoine officiant. Au bas, luisaient les étangs d’Ixelles ; des canots reposaient près des berges, les arbres fins comme des roseaux, des petits arbres grêles se reflétaient à gauche et la lointaine église de Ste-Croix, horrible à tout autre moment du jour, s’harmonisait dans cet ensemble de brume subtile et métallique.30

  • 31 Sur l’importance de cette avenue dans l’imaginaire littéraire, je me permets de renvoyer à mon arti (...)

25Composée classiquement par couches successives de perception, des sons à la lumière, des détails au panorama d’ensemble, et du mouvement à l’immobilité du tableau, il s’agit d’une évocation sensible de la ville qui s’éveille. Le paysage est reconnaissable : la longue avenue située au-dessus des étangs ne peut être que l’avenue Louise, où les hôtels de maître sont peuplés de la nombreuse domesticité que l’on voit en activité dès l’aube, tandis que les maîtres dorment encore31. La description des personnages populaires est très légèrement ironique (les cochers comparés aux chanoines), mais sans mépris aucun. Elle relève d’une picturalité attendue dans le genre (lumière fine, luisaient, tabliers blancs et habits de chanoine, reflétaient, harmonisait), mais dont les termes renvoient clairement à l’impressionnisme ou au néo-impressionnisme, avec la présence inattendue du bleu et de l’orange à l’aube, l’insistance mise sur la légèreté de la touche (sons clairs, lumière fine, brume subtile). Des métaphores originales (air aigre, brume métallique) disent l’originalité affirmée du travail poétique, que vient encore souligner l’irruption du tramway, trivial moyen de transport dont Apollinaire fera un des symboles de la modernité dans Zone (1913). Voici un Verhaeren encore méconnu : le poète du journal !

Haut de page

Notes

1 Voir Lemonnier (Camille), La Minute du bonheur et autres pages retrouvées, textes réunis par Jacques Detemmerman et Gilbert Stevens, préface d’André Guyaux, Bruxelles, Arllf-Samsa, 2013 ; Maes (Pierre), Georges Rodenbach, 1855-1898, nouvelle édition refondue et augmentée, Gembloux, Duculot, 1952 ; Verstraeten (Céline), La Collaboration de Georges Eekhoud au quotidien bruxellois L’Étoile belge. Étude de son rôle de critique musical, mémoire de licence en Langues et littératures romanes, ULB, 2007 ; Notice biographique d’Albert Giraud (http://www.arllfb.be/composition/membres/giraud.html) qui signale l’importance de sa chronique politique de L’Étoile belge.

2 Voir, par exemple, de Marneffe (Daphné) & Denis (Benoit), éd., Les Réseaux littéraires, Bruxelles, Le Cri, 2006 et Kalifa (Dominique), Régnier (Philippe), Thérenty (Marie-Ève) et Vaillant (Alain), dir., La Civilisation du journal. Histoire culturelle et littéraire de la presse française au xixe siècle, Paris, Nouveau Monde éditions, 2011.

3 Fontaine (André), Verhaeren et son œuvre, Paris, Mercure de France, 1929 ; Marx (Jacques), Verhaeren, biographie d’une œuvre, Bruxelles, Palais des Académies, 1996. On se reportera à l’ouvrage de Fontaine ainsi qu’à Culot (Jean-Marie), Bibliographie de Émile Verhaeren, Duculot, 1954 pour les autres collaborations journalistiques de l’écrivain.

4 J’ai étudié les deux quotidiens dans : Aron (Paul), « Émile Verhaeren, collaborateur à La Nation, organe libéral-progressiste », dans Knabe (Peter-Eckhard) et Trousson (Raymond), éd., Émile Verhaeren, Bruxelles, Éditions de l’Université de Bruxelles, 1984, p. 135-144. Sur La Société nouvelle, voir Delsemme (Paul), « Le cosmopolitisme littéraire de Paul Gérardy à travers “La Société Nouvelle”, revue internationale (La série, 1884-1887) », dans Autour de Paul Gérardy : Médiateurs et médiations littéraires & artistiques à l’époque du Symbolisme entre l’Allemagne, la Belgique et la France, éd. J. Nivelle et J. M. D’heur, Nivelles, 1984, p. 101-120. Sur la participation ultérieure de Verhaeren à des organes anarchistes, voir Gullentops (David), Émile Verhaeren inédit, Bruxelles, vubpress, 2015.

5 Cote kbr : J.B. 401.

6 La bibliothèque de Ypres en a numérisé les exemplaires disponibles (http://www.historischekranten.be/periodicals/Prg).

7 Voir la notice d’A. Engels, dans Biographie coloniale, tome v, 1958, col. 522-523.

8 https://nl.wikipedia.org/wiki/Léon_de_Somzée

9 Le Progrès, n° 1, 25 avril 1886.

10 Journal de Bruxelles, 9 et 11 mai 1886.

11 Hendrickx (Jean-Pierre), « À propos de la démission d’Alphonse Nothomb de l’Association Constitutionnelle et Conservatrice de Bruxelles, le 21 février 1892 », dans rbhc, n 1, 1969, p. 48-85.

12 Biographie coloniale belge, tome iv, 1955, col. 425-426.

13 Stengers (Jean), L’Action du Roi en Belgique depuis 1830, Louvain-la-Neuve, Duculot, 1992, p. 229-233.

14 La Justice, 17 janvier 1881.

15 Maes (Pierre), Georges Rodenbach, 1855-1898, p. 151-153.

16 Rodenbach (Georges), « La manifestation ouvrière », dans Le Progrès, 22 août 1886.

17 Verhaeren (Émile), dans Le Progrès, 27 juin 1886.

18 Verhaeren (Émile), dans Le Progrès, 24 octobre 1886.

19 Ibidem.

20 Verhaeren (Émile), dans Le Progrès, 19 décembre 1886.

21 Verhaeren (Émile), dans Le Progrès, 26 septembre 1886.

22 Verhaeren (Émile), dans Le Progrès, 25 juillet 1886.

23 Le 5 février 1886, Coquelin aîné, Coquelin cadet et Delaunay avaient présenté leurs monologues au Théâtre des Galeries. Le 2 mai 1886, L’Art moderne justifiait le chahut qui avait accompagné une des prestations de Coquelin cadet à Bruxelles : « On en a assez de toutes ces conventions. On s’irrite de retrouver invariablement les mêmes plumes écrivant les mêmes fadaises à propos des mêmes inepties. On est résolu à bousculer ces obstacles, toujours identiques, se mettant en travers de tout effort vers le neuf, l’original, le réel, lâchant les mêmes injures avec la même arrogance, pontifiant, se rengorgeant, dictant des arrêts que plus personne n’écoute, amenant chez nous de l’étranger un flot intarissable de lieux communs, ne donnant d’éloges qu’à ce qui est vieux et à ce qui n’est pas du pays, ayant à son passif ce ridicule d’avoir attaqué tout ce qui a fini par triompher, ayant aussi cette honte d’avoir écrasé des tentatives généreuses et d’avoir étouffé des artistes véritables. »

24 Verhaeren (Émile), dans Le Progrès, 21 novembre 1886.

25 Ibidem.

26 Ibidem.

27 Marx (Jacques), Verhaeren, biographie d’une œuvre, p. 234-236.

28 Khnopff (Georges), Lettre à Émile Verhaeren, aut. s., Bruxelles, [25 ?-6-1886], 4 p. (aml, fs xvi 148/1701).

29 Marx (Jacques), Verhaeren, biographie d’une œuvre, p. 209. Jean-Pierre Bertrand insiste bien sur le lien du poème en prose avec la presse. Voir Bertrand (Jean-Pierre), Inventer en littérature, Paris, Seuil, 2015, p. 148.

30 Verhaeren (Émile), dans Le Progrès, 26 septembre 1886.

31 Sur l’importance de cette avenue dans l’imaginaire littéraire, je me permets de renvoyer à mon article : Aron (Paul), « L’avenue Louise et les écrivains », dans Aron (Paul) et Brogniez (Laurence), dir., Textyles, n° 47, Bruxelles, une géographie littéraire, 2015, p. 96-105.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Paul Aron, « Émile Verhaeren, collaborateur du Progrès (1886-1887) », Textyles, 50-51 | 2017, 23-35.

Référence électronique

Paul Aron, « Émile Verhaeren, collaborateur du Progrès (1886-1887) », Textyles [En ligne], 50-51 | 2017, mis en ligne le 01 mai 2017, consulté le 20 août 2017. URL : http://textyles.revues.org/2756

Haut de page

Auteur

Paul Aron

f.r.s.fnrs -Université Libre de Bruxelles (Centre Philixte)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org