Navigation – Plan du site
Le poète en société et dans la presse/Verhaeren journaliste

De Bruxelles à La Plage

Une écriture entre colonnes
Amaury Rauter
p. 13-21

Texte intégral

  • 1 La manchette de 1883 renseigne cette livraison comme la « troisième année » de publication, tandis (...)
  • 2 Dusausoit (Yvan), Mer du Nord. Plages d’enfance, Bruxelles, Renaissance du Livre, 2007.
  • 3 Il existait d’ailleurs en 1860 un « moniteur hebdomadaire des bains » qui s’intitulait La Plage de (...)
  • 4 Ibidem, p. 40.
  • 5 Corbin (Alain), L’Avènement des loisirs. 1850-1960, Aubier-Laterza, Paris-Rome, 1995, p. 90.
  • 6 Denis (Benoît) et Klinkenberg (Jean-Marie), La Littérature belge. Précis d’histoire sociale, Loverv (...)

1Durant l’été 1882, les villes du littoral belge accueillent la publication d’un « journal mondain » que ses fondateurs, Émile Verhaeren et Georges Rodenbach, intitulèrent La Plage. L’expérience saisonnière, qui dura de juillet à septembre, ne se reproduira qu’en 1883, selon une logique similaire, malgré les quelques modifications matérielles dont témoigne la nouvelle appellation : La Plage de Blankenberghe1. Ces intitulés suggèrent les thématiques et les motifs côtiers nourrissant la revue, mais surtout, désignent implicitement le lieu de sociabilité en vogue que devient la mer du Nord au xixe siècle. À la suite de cet enthousiasme croissant pour la villégiature, les stations balnéaires, alors privilège des hautes sphères2, développèrent des journaux locaux3 afin d’informer et distraire les estivants – bien que leur principal objectif fût promotionnel4. Lorsque ces feuillets proposaient des textes, ils flattaient l’ego, valorisaient l’épanouissement personnel et opéraient une théâtralisation des attitudes5. Parallèlement, entre 1874 et 1884, s’effectue en Belgique « un mouvement de multiplication des revues littéraires »6. La Plage fluctue entre ces deux tendances, tant par son objet que par les acteurs qu’il mobilise.

  • 7 Marx (Jacques), Verhaeren. Biographie d’une œuvre, Bruxelles, Académie Royale de langue et de litté (...)
  • 8 Worthing (Beatrice), Émile Verhaeren 1855-1916, Paris, Mercure de France, 1992, p. 74.
  • 9 Maes (Pierre), Georges Rodenbach. 1855-1898, Gembloux, Duculot, 1952, p. 74.
  • 10 Gorceix (Paul), Georges Rodenbach, Paris, Honoré Champion, 2006, p. 32.
  • 11 Maes (Pierre), Georges Rodenbach. 1855-1898, op. cit., p. 79.
  • 12 Ibidem, p. 71.
  • 13 Vanwelkenhuyzen (Gustave), « Verhaeren à l’école de Lemonnier », dans Revue générale belge, n° 31, (...)

2Dans son programme, la rédaction annonce son ambition de peindre le monde de la côte belge, d’en valoriser les villes, de décrire cette nouvelle société raffinée de visiteurs annuels, de faire l’éloge de la mer et de distraire les mondaines, à l’aide de textes de genres et de formes variés — poésies, contes, chroniques, fantaisies, correspondances et autres. Enfin, ils prétendent informer leurs lecteurs sans les encombrer de considérations politiques. Les publications se sont effectuées durant les mois de juillet, août et septembre, selon une périodicité irrégulière qui ne respecta pas les engagements prévus : hebdomadaire en juillet-septembre, quotidien en août. Sur huit ou douze pages, trois pages de trois colonnes sont consacrées au contenu rédactionnel, les autres étant réservées à la publicité et aux informations publiques. Selon Jacques Marx et Yvan Dusausoit, la conception de la revue répondrait à « une volonté promotionnelle, voire immobilière »7 au profit de la station de Blankenberghe, dans laquelle l’oncle de Verhaeren possédait des hôtels8. Si cet argument semble plausible, il faudrait plutôt l’articuler dans un faisceau de faits : d’abord, Rodenbach rentre de son séjour à Paris (1878-1879)9 imprégné de dandysme10 et attiré par la vie mondaine11, de sorte qu’il adopte une nouvelle esthétique, formulée en 1881 avec La Mer élégante dans lequel le poème « la Mer du Nord » anticipe le programme de La Plage ; ensuite, dans une lettre écrite en 1879 à Verhaeren, Rodenbach lui fait part de son rêve de faire du journalisme avec son ami12. Quelques années plus tard, fin juin 1882, Camille Lemonnier, alors à l’Europe, contacte Verhaeren et Rodenbach afin de créer pour les vacances une nouvelle rubrique littéraire, laquelle traiterait de sujets d’actualité. Puisque l’Europe est vendu à Blankenberghe et Ostende, Verhaeren propose une « chronique balnéaire »13.

  • 14 Dans l’ordre : Vermeulen (François), Les Débuts d’Émile Verhaeren, Bruxelles, Office de publicité, (...)
  • 15 Berg (Christian), « Rodenbach-sur-Plage. Portret van de auteur als mondain schrijver », dans Sympos (...)

3Marx et Dusausoit font partie des rares critiques qui se penchent sur le périodique, les autres se bornant à une mention factuelle, souvent réductrice, que conditionnent probablement sa légèreté et son apparente superficialité : « gaspillage de force », « petite feuille estivale », « curieux journal », « feuille d’information mondaine et touristique, sans négliger l’aspect littéraire », quand ils ne s’arrêtent pas à la simple étiquette14 « journal mondain ». Si Jacques Marx et Pierre Maes, respectivement biographes de Verhaeren et Rodenbach, développent davantage le sujet, ils présentent l’aspect matériel de la revue sans véritablement lui donner de profondeur et se concentrent plutôt sur la trajectoire esthétique de leurs auteurs, en axant majoritairement leur analyse sur une approche thématique. Christian Berg adopte une perspective similaire lorsqu’il appréhende La Plage comme un laboratoire littéraire dans lequel réflexions esthétiques et regards sur le milieu mondain se rencontrent afin de livrer diverses impressions artistiques ; tantôt les textes s’inspirent de l’aspect proprement visuel du spectacle auquel les poètes assistent à la côte, tantôt ils expriment une antithèse, entre la nature éternelle et cette vie superficielle, qui préfigure, tout autant qu’elle les prépare, les visions de Bruges-la-morte15.

  • 16 Marx (Jacques), Verhaeren : biographie d’une œuvre, Bruxelles, Académie royale de langue et de litt (...)
  • 17 Maes (Pierre), Georges Rodenbach. 1855-1898, op. cit., p. 96.
  • 18 Denis (Benoît) et Klinkenerg (Jean-Marie), La Littérature belge. Précis d’histoire sociale, op. cit (...)

4Marx souligne cependant la nécessité d’une étude plus sérieuse et envisage superficiellement un rapport au mythe nordique, ainsi qu’une « esthétique de combat » selon laquelle Verhaeren adoucirait son style, l’accordant à la détente de la villégiature, afin de diffuser son discours vers un public différent de celui de Bruxelles16. Bien qu’à cette époque Verhaeren n’ait pas encore publié d’articles véritablement incisifs, la question du public visé, comme celle du message dont procède ce canal particulier, se révèlent assurément pertinentes quand on sait que la majorité des collaborateurs du journal comptent dans les rangs de La Jeune Belgique. On peut notamment rencontrer Max Waller qui, en 1882, a déjà cinglé plusieurs fois les « perruques », mais aussi Giraud, qui a également fait preuve de férocité à l’égard de Ferdinand Loise, et encore Gilkin, Hannon, Maubel, Van Arenbergh, Georges Khnopff, parmi d’autres. Dans ses colonnes, La Jeune Belgique reconnaît même sa participation au journal mondain17, en fait la publicité et invite à s’y abonner. L’organe et ses acteurs adoptent ainsi une position surprenante puisqu’il est, selon Denis et Klinkenberg, « [créé] par de jeunes bourgeois à une époque où la crise économique rend problématique leur insertion dans leur milieu d’origine. D’où leur rejet de ce milieu. »18

5Notons que le rapport entretenu par Verhaeren et Rodenbach avec le monde dont ils s’annoncent les chantres présente le même type d’ambiguïté. Dans une lettre de 1879 à Verhaeren, parlant de Paris, Rodenbach déplore son pays :

  • 19 Cité par Maes (Pierre), Georges Rodenbach. 1855-1898, op. cit., p. 68. Nous soulignons.

Notre peuple est avant tout positif et matériel. À la poésie, par exemple, il n’entend pas un mot, et d’ailleurs l’esprit se rouille dans l’air bourgeois que nous respirons ici.19

  • 20 Les lettres mobilisées ci-dessus portent en germe deux idées qui se cristalliseront dans le discour (...)

6Verhaeren, quant à lui, dans une lettre à Van Rysselberghe, fustige en quelques mots la société à laquelle s’adresse La Plage20 :

  • 21 Cité par Marx (Jacques), Verhaeren : biographie d’une œuvre, op. cit., p. 143.

[…] la foule idiote qui détruit toute grandeur rien qu’en se baladant devant la mer. On devrait avoir la mer à soi seul. Les jupes des femmes et les vagues se font tort. Et puis, quels caquetages devant le grave émoi d’une marée qui monte. Comme l’homme est mesquinisant, toujours […].21

  • 22 Dans le numéro 7 de 1884, la rédaction publie son autopastiche, « Dialogue des morts », qui parodie (...)

7Par conséquent, il s’agit d’interroger le mode de traitement des réalités de la côte, lequel s’opérerait alors selon une logique double : l’une d’adhésion, l’autre de rejet. D’une part, les auteurs valorisent et louent ces réalités, d’autre part, ils les contestent et les moquent. Dans ce deuxième mouvement, peuvent s’inscrire un certain ludisme et une volonté parodique – dirigée également vers les formes poétiques – dont l’exercice n’est pas étranger à La Jeune Belgique22. Le programme de La Plage annonçait précisément :

  • 23 « Programme », dans La Plage, n° 1, 2 juillet 1882. Nous soulignons.

Nous voulons, en examinant de près [ce joyeux peuple], noter ses goûts pour les satisfaire, ses conversations pour en être l’écho, ses fantaisies pour les trouver charmantes, ses travers pour en rire, ses comédies pour les siffler.23

8Cependant, la complicité avec la société tournée au ridicule, définitoire en apparence du lectorat, n’est pas toujours établie. De cette manière, la satire se décline sous divers degrés.

  • 24 Le motif des industriels qui procèdent littéralement à l’invasion d’un territoire sauvage, mais aut (...)

9D’abord, la plume de Verhaeren peut se montrer directe et particulièrement mordante. Comme l’illustre l’article « Knocke » (sic) dans lequel il dépeint la localité qui, encore sauvage et naturelle, accueille les artistes et dont il craint l’invasion par ceux que l’on ne peut identifier comme des « fervents de la mer », les villégiateurs pour de mauvaises raisons, régulièrement épinglés dans le journal24 :

  • 25 Verhaeren (Émile), « Knocke », dans La Plage de Blankenberghe, n° 9, 23 août 1883.

Non, Monsieur, non Madame, le train ne vous amène pas jusqu’à Knokke, il s’arrête à Heyst et, franchement, fassent Dieu et MM. les ministres que jamais il n’aille au-delà, car il faut que ce bourg, le plus caractéristique de tous les bourgs de la carte flamande, reste sauvage, demeure farouche, se maintienne hérissé ; que son peuple de rustauds conserve son originalité abrupte et tourne le dos – le grand dos carré des marins – à tous vos progrès bourgeois et bêtes, à toutes vos modes, peu en importe la couleur, fussent-elles fraise écrasée ou cuisse de nymphe émue. Et pourtant j’ai bien peur. Peut-être suffira-t-il qu’un ingénieur ou qu’un simple conducteur de ponts et chaussées passe par là, pour qu’il se mette aussitôt martel et pioche en tête et qu’il se jure de civiliser en moins d’un an toute cette superbe nature maritime.25

10Dans l’article « La rue Breydel à Blankenberghe », Verhaeren fustige encore les dégâts que peut engendrer l’afflux de villégiateurs, avec ce qu’impose leur mondanité, tout en se livrant à un tableau ciselé de cette traditionnelle rue de pêcheurs et des vies qui s’y déploient :

  • 26 Verhaeren (Émile), « La rue Breydel à Blankenberghe », dans La Plage de Blankenberghe, n° 2, 22 jui (...)

Je vous en prie, Messieurs et Dames, ne tardez pas à la visiter, courez-y tout droit, non pas demain, mais aujourd’hui, mais sur l’heure, car il se peut (sa vieillesse la condamne) qu’on l’abatte tout à coup et que les pioches la raflent en un clin d’œil. […] Supposez Blankenberghe high-lifisé, et la voilà détruite. On la fauchera ni plus ni moins qu’une mauvaise herbe et, j’en jure, il se trouvera mille imbéciles pour le proposer et mille badauds pour applaudir.26

  • 27 Verhaeren (Émile), « Bruges », dans La Plage de Blankenberghe, n° 13, 9 septembre 1883.

11Son argumentation se poursuit avec l’article « Bruges » dans lequel, selon lui, la ville ne dévoile sa beauté qu’à condition de l’appréhender « sans ses préjugés xixe siècle » : « Déciviliser Bruges devait être le mot d’ordre […] Ou bien Bruges moyen-âge et superbe, ou bien Bruges moderne et banale. »27

12Cependant, avec « La rue Breydel », Verhaeren met implicitement en cause les autorités communales qui permettent la destruction d’une pareille rue. Bien que le journal ait annoncé dans son programme ne pas faire de politique, il formule souvent des critiques à l’encontre des diverses décisions officielles, au sujet de l’urbanisme ou de l’organisation d’événements, allant jusqu’à créer pour l’année 1883 une rubrique intitulée « Intérêts Locaux ». Cette année-là, les attaques se durcissent et ne sont presque plus cryptées – évolution probablement due au contexte culturel, notamment à l’après-banquet Lemonnier. Dans ce sens, Rodenbach insère d’ailleurs explicitement un blâme mainte fois formulé l’année précédente, mais avec plus de retenue, à l’égard du public bourgeois qui gonfle les stations balnéaires :

  • 28 Rodenbach (Georges), « Le Violoneux », dans La Plage de Blankenberghe, n° 12, 2 septembre 1883.

Quelle chienne de vie ! Racler du violon au Kursaal tous les soirs, devant ce public à falbalas qui ne comprenait pas, qui n’écoutait même pas.28

13L’année 1882 témoigne par conséquent d’un autre degré de satire, plus diffus ou plus facétieux. Par exemple, lorsque Verhaeren fait s’enfuir de la côte un couple qui ne souhaite pas se fondre dans le bourdonnement superficiel du monde, qui caquette, jase et juge. Ou bien, lorsque le texte décrivant les moules et les huîtres s’emmêle au point de croiser les attributs entre le mangeur et son plat. Ou encore, en retraçant les aventures pittoresques d’un bourgeois caricatural, dont les attitudes nuisibles s’apparentent à celles d’un parasite ridicule. Avec une stratégie plus fine, certains textes semblent aussi se jouer des mondaines à leur insu, et certainement à leurs dépens, par le travestissement en chroniques superficielles de critiques des codes mondains.

14Dans cet ensemble, un texte de Verhaeren concentre allégoriquement les différents acteurs de la villégiature, en esquissant les relations qu’ils entretiennent. Il s’agit du « Colifichet » au sujet du parasol et du parapluie, lequel s’ouvre et se conclut comme suit :

  • 29 Verhaeren (Émile), « Les Colifichets. Parasol et Parapluie », dans La Plage, n° 16, 23 août 1882.

Si les choses parlaient – les bêtes le font bien ! – une conversation entre parapluie et parasol – deux frères qui ne s’embrasseraient pas au dénouement – ferait piècette charmante, à deux personnages. Le lieu de l’action serait n’importe où, sur le dos d’un Anglais par exemple, qui aurait pour office de promener avec l’un et l’autre sous chacun de ses bras. L’Anglais, né galant ! débarrasse toujours les dames de leurs ombrelles et il lui arrive de sortir avec un parapluie. La scène est donc bien choisie.
Après les trois coups réglementaires, frappés évidemment sur le dos de l’Anglais, le parasol, dentelles au vent, dirait son histoire devant les dames.
[…]
J’ai oublié mon Anglais, qui se promène toujours avec ombrelle et parapluie sous les bras. Au lieu de laisser converser mes personnages, j’ai pris la parole moi-même. Le parasol eut certes mieux raconté son histoire ; quant au parapluie, il se serait enflé sur ses baleines, il se serait fâché, il aurait fait le gros dos. J’ai bien fait de parler à sa place. En tous cas, ils se seraient chamaillés ensemble. Un jour, ils lutteront, c’est certain. Puisse alors le joli parasol transpercer son adversaire comme un rayon de soleil troue un nuage gris.29

  • 30 Ibidem.

15D’emblée, le texte se signale comme fictif en exposant l’élaboration d’un discours qui singe une piètre pièce de théâtre, voire une fable plutôt risible « si les choses parlaient – les bêtes le font bien ! », invitant ainsi le lecteur à ne pas le prendre au premier degré, tant pour le ton que pour la figuration. Durant les descriptions historiques des deux objets, qui constituent le corps du texte, le parasol et le parapluie sont d’ailleurs respectivement assimilés aux grands bourgeois et au peuple : « sous forme grossière, lourde, paysanne. [le parapluie] est au parasol ce que la pataude est à la plus exquise des mondaines. C’est le rustre. »30 Cette comparaison est préparée par l’article directement antérieur, sur la même page, qui signale que les aristocrates ne souhaitent pas sortir de leur entre-soi, anticipant ainsi sur les chamailleries entre parasol et parapluie :

  • 31 « Correspondance Ostende », dans La Plage, n° 17, 24 août 1882.

Dimanche, il y a eu encore une foule de trains de plaisir ; des cohues ont débarqué toute la matinée, remplissant la digue, la plage, les estacades et même les cabines de leurs étonnements provinciaux.
La foule aristocratique reflue alors, pour éviter la promiscuité, vers le Kursaal où les plaisirs les plus variés se succèdent.31

16Le journal ne cesse de développer des liens entre ses divers articles et d’utiliser la pression cotextuelle pour suggérer des interprétations, notamment par des parallélismes de construction. Par exemple, le texte « Les vieux loups de mer » possède son pendant ridicule au numéro qui le précède, dans le même espace typographique, avec l’article « Aux estacades », traitant de la pêche de loisir. Le ridicule des notables pêchant sur l’estacade ne se dévoile qu’à la lecture du second texte qui fait l’éloge des marins. La valorisation de ceux-ci dégage rétrospectivement un degré supérieur à la dépréciation des autres.

17Au sein du « Colifichet », les divers acteurs forment une triangulation à partir du narrateur élaborant le discours, pris entre le parasol aristocrate et le parapluie populaire qui pourraient empiéter sur sa pratique, en l’occurrence, la narration. Transposée dans la réalité, ce n’est pas la pratique qu’ils se partagent, mais bien le milieu où les artistes la développent, lequel se voit progressivement envahir par la foule des uns et des autres, ce que déplore Verhaeren. Les différentes caractérisations quant à la capacité de narration signifient toutefois que les uns sont dotés d’un capital culturel tandis que les autres non. Dans ce cas, à défaut de choisir un vainqueur, lorsque le narrateur soutient le parasol, n’espère-t-il pas voir la grande bourgeoisie triompher dans la lutte pour la possession du littoral, afin que la villégiature ne devienne pas un phénomène de masse ?

18L’indice d’une sélection obligée – d’un dilemme – réside dans le titre. Bien que le parasol soit valorisé, il est tout de même affligé d’une définition péjorative puisqu’il ne reste qu’un « Colifichet ». Au niveau supérieur de l’allégorie, les grands bourgeois pourraient par conséquent présenter un intérêt pour les artistes, mais sans perdre pour autant leur nature d’envahisseurs.

19Au premier degré, la logique indirecte va également dans ce sens. À la mer, il est préférable d’avoir du soleil. Le parasol présuppose ce soleil et non la pluie. Il est donc communément souhaitable de voir des parasols se répandre sur la plage plutôt que des parapluies. Cela implique un bénéfice. D’ailleurs, en cas de beau temps, le parasol risque d’être moins répandu, puisqu’il relève d’une pratique mondaine dont le caractère utilitaire est moins partagé que l’usage du parapluie.

20Or, le plus grand bénéfice que cette grande bourgeoisie, dotée d’un capital culturel, pourrait apporter aux artistes, serait de contribuer à leur production en en devenant les consommateurs. Si les collaborateurs du journal adressent régulièrement des critiques aux directions officielles qui ne parviennent pas à sélectionner de bons artistes, ni à proposer des événements culturels de qualité, ils ont conscience du potentiel que ce milieu possède pour leur art. Sous des apparences de distraction, le texte s’avère être l’actualisation d’un véritable programme social. Une correspondance dans le numéro qui paraît au lendemain de celui du « Colifichet » exprime clairement cette impression et vient étayer l’interprétation de ce dernier :

  • 32 « Correspondance Ostende », dans La Plage, n°17, 24 août 1882.

Nous avons préconisé les premiers, ici même, l’organisation d’expositions permanentes dans cette ville où se réunit tout le monde élégant, et qui par conséquent deviendrait pour les artistes, au point de vue de la vente et de leur réputation – un excellent marché.32

  • 33 Aron (Paul), « Le symbolisme : groupe littéraire et habitus mondain », dans Saint-Amand (Denis), di (...)

21En définitive, La Plage opère un dialogue entre lieux de sociabilité : la revue et ses colonnes derrière lesquelles se dissimule un personnel littéraire, oscillant entre distinction et ressemblance avec des acteurs qui occupent cet autre espace social, défini par l’étendue de sable. En choisissant ce ton si léger, grâce auquel il feint la superficialité, le journal remplit une condition nécessaire à l’établissement de la communication entre ces deux pôles. Bien au-delà de l’adresse ordinaire d’un organe vers son public, il démontre une volonté d’agir sur ce lectorat particulier, notamment par la critique de ses comportements ou la tentative de modifier ses consommations culturelles. Si l’on postule ainsi une discordance des auteurs avec ce « monde », auquel ils appartiennent néanmoins, les productions de ces derniers ne sauraient se limiter à le représenter avec complaisance. C’est alors dans la mise en lumière des écarts, d’une distance ironique et des prises de position que pourra apparaître le message authentique de ce canal atypique. Lors d’un colloque à l’Université de Liège, Paul Aron invitait à mieux penser la sociologie des groupes littéraires en l’articulant sur l’histoire sociale du monde culturel33. Un nouveau regard posé sur ce feuillet mondain ne peut qu’aller dans ce sens, puisque le monde de ces auteurs, qu’il s’agisse de le célébrer, de l’assumer, de s’en amuser ou d’en représenter tous les ressorts, s’étend sur tous les territoires : du salon à la galerie d’art – des ruelles aux brise-lames.

Haut de page

Notes

1 La manchette de 1883 renseigne cette livraison comme la « troisième année » de publication, tandis que l’article programmatique du 2 juillet 1882 signalait que les auteurs « […] avaient déjà fait, l’an dernier, une tentative dans le même genre en fondant à Blankenberghe un journal qui portait pour titre : La Mer ». Nous ne sommes pas encore parvenu à déterminer la nature de ce dernier dont l’existence même paraît douteuse, bien que Christian Berg en ait notifié le recensement par le Repertorium van de pers in West-Vlaanderen 1807-1914. Relevant probablement d’une autre dynamique, qui pourrait expliquer son absence de visibilité actuelle, il semblerait plutôt que les auteurs ne mentionnent ce prédécesseur – réel ou fantasmé – qu’afin de conférer à leur production davatange de légitimité, comme de prestige.

2 Dusausoit (Yvan), Mer du Nord. Plages d’enfance, Bruxelles, Renaissance du Livre, 2007.

3 Il existait d’ailleurs en 1860 un « moniteur hebdomadaire des bains » qui s’intitulait La Plage de Blankenberghe.

4 Ibidem, p. 40.

5 Corbin (Alain), L’Avènement des loisirs. 1850-1960, Aubier-Laterza, Paris-Rome, 1995, p. 90.

6 Denis (Benoît) et Klinkenberg (Jean-Marie), La Littérature belge. Précis d’histoire sociale, Loverval, Labor, coll. Espace nord, 2005, p. 127.

7 Marx (Jacques), Verhaeren. Biographie d’une œuvre, Bruxelles, Académie Royale de langue et de littérature françaises, 1996, p. 147.

8 Worthing (Beatrice), Émile Verhaeren 1855-1916, Paris, Mercure de France, 1992, p. 74.

9 Maes (Pierre), Georges Rodenbach. 1855-1898, Gembloux, Duculot, 1952, p. 74.

10 Gorceix (Paul), Georges Rodenbach, Paris, Honoré Champion, 2006, p. 32.

11 Maes (Pierre), Georges Rodenbach. 1855-1898, op. cit., p. 79.

12 Ibidem, p. 71.

13 Vanwelkenhuyzen (Gustave), « Verhaeren à l’école de Lemonnier », dans Revue générale belge, n° 31, mai 1948, p. 26.

14 Dans l’ordre : Vermeulen (François), Les Débuts d’Émile Verhaeren, Bruxelles, Office de publicité, 1948, p. 32 ; Fontaine (André), Verhaeren et son œuvre, Paris, Mercure de France, 1929, p. 144 ; Ibidem, p. 9 ; Gorceix (Paul), Georges Rodenbach, op. cit., p. 32 ; Bodson-Thomas (Annie), L’Esthétique de Georges Rodenbach, Liège, Vaillant-Carmanne, 1942, p. 34.

15 Berg (Christian), « Rodenbach-sur-Plage. Portret van de auteur als mondain schrijver », dans Symposium « Georges Rodenbach », Bruges, Moritoen, 2005, p. 27-45.

16 Marx (Jacques), Verhaeren : biographie d’une œuvre, Bruxelles, Académie royale de langue et de littérature françaises, 1996, p. 158.

17 Maes (Pierre), Georges Rodenbach. 1855-1898, op. cit., p. 96.

18 Denis (Benoît) et Klinkenerg (Jean-Marie), La Littérature belge. Précis d’histoire sociale, op. cit., p. 129.

19 Cité par Maes (Pierre), Georges Rodenbach. 1855-1898, op. cit., p. 68. Nous soulignons.

20 Les lettres mobilisées ci-dessus portent en germe deux idées qui se cristalliseront dans le discours que Verhaeren donne en 1891 à la Section d’Art.

21 Cité par Marx (Jacques), Verhaeren : biographie d’une œuvre, op. cit., p. 143.

22 Dans le numéro 7 de 1884, la rédaction publie son autopastiche, « Dialogue des morts », qui parodie la plupart de ses poètes et quelques-uns de ses critiques. On y retrouve notamment les caricatures des Rimes de joie de Théo Hannon et des Flamandes de Verhaeren. Voir Aron (Paul), Histoire du pastiche. Le pastiche littéraire français, de la Renaissance à nos jours, Paris, Puf, coll. Les littéraires, 2008, p. 161.

23 « Programme », dans La Plage, n° 1, 2 juillet 1882. Nous soulignons.

24 Le motif des industriels qui procèdent littéralement à l’invasion d’un territoire sauvage, mais authentique et sain, sera en 1898 le fondement du texte de Rodenbach L’Arbre, dans lequel ces industriels sont dénoncés comme des importateurs de vices dont l’alcoolisme, la jalousie, le vol et le suicide.

25 Verhaeren (Émile), « Knocke », dans La Plage de Blankenberghe, n° 9, 23 août 1883.

26 Verhaeren (Émile), « La rue Breydel à Blankenberghe », dans La Plage de Blankenberghe, n° 2, 22 juillet 1883.

27 Verhaeren (Émile), « Bruges », dans La Plage de Blankenberghe, n° 13, 9 septembre 1883.

28 Rodenbach (Georges), « Le Violoneux », dans La Plage de Blankenberghe, n° 12, 2 septembre 1883.

29 Verhaeren (Émile), « Les Colifichets. Parasol et Parapluie », dans La Plage, n° 16, 23 août 1882.

30 Ibidem.

31 « Correspondance Ostende », dans La Plage, n° 17, 24 août 1882.

32 « Correspondance Ostende », dans La Plage, n°17, 24 août 1882.

33 Aron (Paul), « Le symbolisme : groupe littéraire et habitus mondain », dans Saint-Amand (Denis), dir., La Dynamique des groupes littéraires, Presses universitaires de Liège, coll. Situations, 2016, p. 73-83.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Amaury Rauter, « De Bruxelles à La Plage », Textyles, 50-51 | 2017, 13-21.

Référence électronique

Amaury Rauter, « De Bruxelles à La Plage », Textyles [En ligne], 50-51 | 2017, mis en ligne le 01 mai 2017, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://textyles.revues.org/2754

Haut de page

Auteur

Amaury Rauter

Université de Liège

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org