Navigation – Plan du site
Chroniques
Comptes rendus

Michaux (Ginette), André Sempoux. L’écrit bref : comme givre au soleil

Avin, Luce Wilquin, coll. L’œuvre en lumière, 2015, 158 p.
Christian Angelet
p. 141-142
Référence(s) :

Michaux (Ginette), André Sempoux. L’écrit bref : comme givre au soleil, Avin, Luce Wilquin, coll. L’œuvre en lumière, 2015, 158 p.

Texte intégral

1Professeur émérite de langue et littérature italiennes, André Sempoux s’est imposé aussi comme un écrivain francophone de premier plan. Il a produit une œuvre abondante et d’une belle diversité : quatre recueils de poèmes, soixante-deux nouvelles et deux romans, à quoi s’ajoutent ses écrits autobiographiques et critiques. De ces œuvres, qui s’étendent sur plus d’un demi-siècle, l’étude de Ginette Michaux offre un panorama complet et d’une pénétration remarquable.

2La poésie, d’abord. Elle couvre les premiers trente-cinq ans de la carrière de l’écrivain et a connu une évolution considérable. Les débuts furent plutôt traditionnels : des alexandrins d’inspiration nostalgique, en écho de Baudelaire, de Verlaine… Mais l’évolution de l’auteur a été rapide et totale. Désormais, ce seront la hantise de la part obscure de l’être, la recherche de l’indéchiffrable dans la langue et le culte de la forme brève qui vont marquer définitivement toute sa production. Le resserrement de l’expression est l’enjeu de son dernier et meilleur recueil de poésies, à savoir L’Aubier. La forme ramassée du poème lui donne une intensité maximale. Les rapports établis ici entre cette poésie et le haïku japonais sont très éclairants. Une même poétique du silence et de la suggestion les habite. En poésie comme en prose, Sempoux aura été un maître du non-dit.

3Suit un panorama de l’œuvre en prose. Notre critique en dégage les lignes de force thématiques et formelles. La thématique, d’abord. Vaste et diversifiée, elle est foncièrement obsessionnelle, avec comme motif de base, semble-t-il, la rencontre manquée. Et puis, les récits de Sempoux sont étoffés de multiples références à l’histoire contemporaine et à l’histoire italienne d’autrefois. C’est le cas de ses soixante-deux nouvelles : celles-ci mêlent le savoir du lettré à l’actualité politique et sociale, la fiction à l’autobiographie et son vécu intime à l’ironie et au burlesque.

4Ces mouvements fortement contrastés marquent aussi les deux romans.

5Soit le premier des deux, Dévoration. C’est l’histoire du fils d’un père collaborateur des nazis durant la Seconde Guerre mondiale et qui vit à présent caché en Normandie avec une jeune Allemande. Le fils, voué au secret, va mener une vie infâme. Le récit par lettres qu’il finira par produire est soumis ici à une analyse aiguë : celle-ci montre que le fils s’est identifié de tout son être à la faute du père. À l’annonce de la mort de son géniteur, il décide d’abord de mourir comme lui, mais il va ensuite ajourner son suicide. Il est l’Autre et il ne l’est pas.

6Soit encore et surtout, Torquato, un roman voué au poète italien Torquato Tasso, l’auteur de la Jérusalem délivrée. Il se présente comme le mouvement final des vastes recherches de notre professeur d’italien, à présent mis à la retraite malgré lui. Tous comptes faits, il décide de s’offrir un vaste tour d’Italie afin d’y refaire par étapes les errances et les malheurs de Torquato. Chemin faisant, il se retrouve à Venise, où il revit son voyage de noces avec Sandra, sa femme dès longtemps disparue. Et puis, il finira par rencontrer Torquato en chair et en os. Ce dernier s’installe dans sa voiture, à côté de lui, et le gourmande rudement sur sa fausse vision des choses. Finalement, désargenté, le professeur rentre au pays.

7Ce Torquato est sans doute l’œuvre maîtresse de Sempoux. La narration en est d’une habileté savoureuse, à la fois ironique et fascinante. Le vécu et la fiction s’y croisent et s’interpénètrent constamment. L’histoire des faits est transfigurée par l’invention romanesque et poétique, et il arrive à l’auteur de s’identifier explicitement à Torquato. C’est le rêve de l’écrivain réalisé : se désencombrer de son moi particulier, être un autre, plusieurs autres.

8L’œuvre d’André Sempoux ne pouvait être mieux servie que par le présent ouvrage. Experte en psychanalyse des études littéraires, Ginette Michaux la pourvoit d’un commentaire magistral et d’une parfaite lisibilité pour chacun. Sur les astuces formelles de ces récits, sur le statut de l’auteur et du narrateur dans leurs rapports avec les personnages, sur la démarche identifiante de l’écriture, voici un travail incontournable et qui redouble l’intérêt des textes et le bonheur de la lecture.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christian Angelet, « Michaux (Ginette), André Sempoux. L’écrit bref : comme givre au soleil », Textyles, 49 | 2016, 141-142.

Référence électronique

Christian Angelet, « Michaux (Ginette), André Sempoux. L’écrit bref : comme givre au soleil », Textyles [En ligne], 49 | 2016, mis en ligne le 15 novembre 2016, consulté le 24 juin 2017. URL : http://textyles.revues.org/2743

Haut de page

Auteur

Christian Angelet

KUL

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org