Navigation – Plan du site
Chroniques
Comptes rendus

Gullentops (David), Émile Verhaeren inédit

Bruxelles, VUBpress, 2015, 215 p.
Paul Aron
p. 137-139
Référence(s) :

Gullentops (David), Émile Verhaeren inédit, Bruxelles, VUBpress, 2015, 215 p.

Texte intégral

1L’œuvre de Verhaeren a été conçue et publiée dans un contexte social particulièrement riche. Ses premiers recueils sont concomitants à la fondation du Parti Ouvrier Belge en décembre 1885 et les derniers font écho à la Grande Guerre. Entre ces événements majeurs, les grèves générales organisées en Belgique, la lutte pour le suffrage universel, l’élaboration des premières lois de protection sociale, notamment sous l’impulsion du ministre Lejeune. Mais également, en France surtout, des attentats anarchistes, et un mouvement libertaire qui s’exprime dans des revues et lors de diverses manifestations. Plusieurs écrivains et artistes, et non des moindres, ont témoigné de leur sympathie envers ce mouvement, parce qu’il leur paraissait à la fois radical et individualiste, et par là même répondre à leurs propres sentiments.

2Verhaeren s’est impliqué dans ces luttes sociales, non pas de manière ouvertement politique, mais en fréquentant la section d’art de la maison du peuple de Bruxelles et en publiant des poèmes ou des articles dans des périodiques progressistes, voire révolutionnaires. Mais la nature précise de cet engagement (le mot lui-même est sans doute anachronique) fait débat. Le livre de David Gullentops met en scène un poète plus anarchiste qu’on ne le voit habituellement, qui aurait eu une vision typiquement libertaire du rejet du parlementarisme, du rejet de la morale bourgeoise et de la justice sociale. Cette conception se base sur l’idée que l’anarchisme n’a pas seulement été un mouvement violent (on dirait aujourd’hui : terroriste), mais un courant profond et exigeant en faveur des changements sociaux.

3Je dirai d’emblée ce qui me gêne dans cette thèse. Je suis tout à fait d’accord pour reconnaître que l’anarchisme ne se limite pas aux attentats ; chez Bakounine autant que chez Reclus, il constitue un vrai projet de vie, une utopie sociale, construite et cohérente. Mais je ne partage pas l’idée inspirée par Uri Eisensweig selon laquelle Verhaeren aurait pu être attiré par une mise en question radicale de la légitimité de la représentation politique. Le Parti ouvrier belge avait fait du suffrage universel le vecteur principal de son combat politique, et cela consistait précisément à revendiquer un élargissement du corps électoral sans aucune mise en question du principe de la représentation. Il n’y a aucun spontanéisme, aucune valorisation de l’individualité dans ce parti auquel d’ailleurs l’adhésion ne se faisait même pas de manière individuelle, mais par l’intermédiaire d’associations ou d’unions locales. Je ne connais aucun texte de Verhaeren qui remette ce choix fondamental en cause. Ses liens de proximité avec Vandervelde ou avec Picard n’ont jamais été démentis par une orientation plus libertaire. Non sans ironie, Georges Eekhoud, qui a consacré quelques pages de son journal à Verhaeren anarchiste, notait que ce dernier l’avait présenté à Jean Grave et au roi Albert : il n’y a, écrivait-il, que « les poètes pour compter des amis aux deux bouts de l’échelle sociale (« La littérature et l’Anarchie : l’Anarchie dans l’œuvre de Verhaeren et d’autres », aml, ml 08657-0012). Le moins que l’on puisse dire est que Verhaeren n’était pas exclusif !

4Il faut également prendre garde aux anachronismes. Verhaeren a collaboré à la Nation et au Progrès, deux journaux politiques de l’époque, favorables à la politique coloniale de Léopold ii et vraisemblablement financés par la cassette royale. Ce choix entre-t-il au nombre des engagements anarchistes dont on peut créditer le poète ? À ses yeux, manifestement, il n’y avait pas d’antagonisme, et il a dit combien colonialisme et socialisme allaient pour lui de pair. Mais, que je sache, on a du mal à faire du courant libertaire un agent de l’impérialisme européen.

5Par ailleurs, sur le plan méthodologique, il faut prendre en compte la dimension nationale du débat. Verhaeren était un poète belge francophone, qui a construit sa carrière d’abord en Belgique et en France, puis principalement en France. Les échanges littéraires étaient nombreux et très denses entre les deux pays. Mais sur le plan politique, la situation était beaucoup plus contrastée. Le pob a bénéficié d’une hégémonie incomparable dans le monde ouvrier, fondée sur un réseau de coopératives qui n’a eu aucun équivalent outre-Quiévrain. L’anarchisme ouvrier a existé, mais il est demeuré très marginal. Par contre, en France, un syndicalisme anarchiste a été important (Pelloutier), et le monde socialiste était divisé entre plusieurs partis. Si l’on ne tient pas compte de ces différences, on ne peut rien comprendre à la réalité historique. Or, le fait que plusieurs intellectuels et écrivains belges aient été en contact avec leurs confrères français les a placés en position de tenir un double discours : ils ont pu adhérer à des thèses ou soutenir des positions que nous pouvons, avec le recul, juger contradictoires, mais qui étaient vécues par eux comme les positions les plus « avancées » de chacun des deux champs nationaux où ils étaient engagés. Tel était, me semble-t-il, le cas de Verhaeren. La question de savoir s’il y aurait une « médiation flamande » de cette orientation (via Vermeylen et Van Nu en Straks notamment) reste ouverte parce que l’audience réelle de la revue est difficile à mesurer.

6En l’état actuel de l’information, je me refuse à considérer qu’il y aurait eu à la fin du xixe siècle un courant libertaire intellectuel belge occulté par l’historiographie. C’est là une idée qui circule de nos jours. Elle a été relayée par Erwin Mortier dans les Passions humaines monté par Guy Cassiers (2015). Georges Eekhoud et Sander Pierron y incarnaient des anarchistes méconnus, de manière tout à fait gratuite, selon moi, dans le contexte belge. C’est la même idée que défend Gullentops.

7Ce désaccord exprimé, venons-en à ce que nous apprend le « Verhaeren inédit ». La moisson est riche et le livre fera date.

8Il insiste d’abord sur le véritable réseau libertaire qui entoure Verhaeren, surtout après les années 1890 : au premier rang, son ami Signac, chez lequel il loge à Paris, mais aussi Maximilien Luce et Lucien Pissarro, chez les peintres, Jean Grave ou Élisée Reclus chez les essayistes. Gullentops montre avec pertinence les liens qui se construisent dans l’œuvre poétique avec des thématiques en vogue chez les anarchistes. On voit ainsi les personnages des Villages illusoires, les cordiers ou le forgeron, affirmer avec force leur individualisme et leur différence. De même, l’harmonie retrouvée au terme du processus d’urbanisation, que Reclus défend dans À mon frère le paysan (1893) trouve maints échos dans la « trilogie sociale » du poète. Les systèmes d’images et leur cohérence sont compatibles et parfois même identiques avec ceux que l’on trouve chez les penseurs anarchistes. Il faut néanmoins observer qu’ils demeurent ouverts et polysémiques. Ainsi, l’incendie, la torche et le flambeau peuvent être liés à une tabula rasa sociale (p. 68), mais également à l’imaginaire prométhéen dont la maçonnerie belge aimait à populariser la référence. En parallèle, la présence de textes de Verhaeren dans des revues anarchistes jusqu’ici négligés par la critique, comme Germinal, L’Insurgé ou Aube confirme au moins l’estime, voire la fascination, qu’ils ont exercée dans ce milieu. De point de vue de la réception, il est indubitable que Verhaeren est un écrivain important, sinon le poète contemporain de référence, des périodiques libertaires fin de siècle.

9Dans le chapitre qu’il consacre au théâtre de Verhaeren, Gullentops présente une excellente analyse des variantes de la pièce Les Aubes. On voit comment Verhaeren a organisé la correspondance entre la pièce et ses recueils, et comment la pièce a gagné en autonomie et en effets de généralisation. La pièce montre l’ambivalence des foules : selon qui les guide, elles vont dans le sens du progrès ou de la réaction. Seule leur capacité à se révolter est mise en valeur. Le rôle du tribun et celui de ses idées prévalent sur la réalité du mouvement social. On peut effectivement y lire une certaine méfiance individualiste, qui va de pair avec l’affirmation de la croyance en un avenir meilleur, symbolisée par le titre de l’œuvre. Mais il faut sans doute aussi faire la part des modèles littéraires : après tout, Germinal ne se conclut-il pas sur une même note messianique, après le récit d’une défaite ouvrière ? Par ailleurs, on relèvera que le prénom des héros des Aubes, Jacques et Claire, n’est pas sans évoquer l’ami Jacques Mesnil et sa compagne Clara Koettlitz, qui forment le lien entre Verhaeren et Reclus.

10J’ai quelque peine à lire dans le compte rendu du procès Peltzer de 1883 une quelconque influence anarchiste. Par contre, la révélation du roman (ou plutôt de la nouvelle) inédite Désiré Menuiset et son cousin Oxyde Placard (1913) est extrêmement précieuse. Le récit s’inscrit dans un contexte bruxellois identifiable (le café où se retrouvent les personnages s’appelle « Le Faro d’or ») et M. Menuiset se donne pour tâche de refaire le travail de Restif de la Bretonne : noter les inscriptions de la ville. Ce lecteur de Kropotkine et d’Omar Khayyam participe ensuite à la campagne électorale d’un commerçant conservateur, M. Craninckx. Il exprimera ensuite tout le dégoût que lui inspire ce genre de politique, et lui préfère finalement les joies de l’amour. Verhaeren montre ici toute la distance ironique avec laquelle il regarde la comédie sociale.

11Émile Verhaeren inédit constitue un réel apport aux études verhaereniennes. Gullentops montre combien l’imaginaire du poète s’inspire des questions sociales, surtout dans les œuvres publiées à l’extrême fin du xixe siècle. L’idée-force qui traverse son livre est celle de la nécessité de contextualiser sa poétique. Contrairement aux pratiques du close reading, le sens des œuvres ne se livre pas au terme d’une lecture approfondie, il gagne au contraire en profondeur et en densité lorsque la lecture se nourrit d’une connaissance historique approfondie. C’est là une conviction que je partage pleinement.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Paul Aron, « Gullentops (David), Émile Verhaeren inédit », Textyles, 49 | 2016, 137-139.

Référence électronique

Paul Aron, « Gullentops (David), Émile Verhaeren inédit », Textyles [En ligne], 49 | 2016, mis en ligne le 15 novembre 2016, consulté le 30 avril 2017. URL : http://textyles.revues.org/2739

Haut de page

Auteur

Paul Aron

Université Libre de Bruxelles

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org