Navigation – Plan du site
Varias

Bruxelles-Laeken, 1860-1870 

Au temps du roi Léopold, un récit de la frontière sociale
Charlie Klein, Léo Liotard et Lisa Palazzo
p. 97-112

Notes de l’auteur

Le présent texte applique les rectifications de l’orthographe de 1990.

Texte intégral

Enjeux littéraires, sociologiques et géographiques

J. H. Rosny aîné et la littérature belge en tant que périphérique

  • 1 Voir Charle (Christophe), « Situation spatiale et position sociale. Essai de géographie sociale du (...)
  • 2 Voir Huftier (Arnaud), « Rosny aîné et les frontières », dans Huftier (Arnaud), La Belgique : un je (...)

1Joseph Henri Boex (1856-1940) prend comme nom de plume « J. H. Rosny ainé », pour se différencier de son frère, lui aussi écrivain. Après une enfance à Bruxelles, il s’installe à Paris en 1885, où il occupe une « position moyenne » dans le champ littéraire1. Proche des Goncourt, il appartient à la troisième génération du mouvement naturaliste : il est l’un des signataires du « Manifeste des cinq », qui parait en 1887 dans Le Figaro. Lettre ouverte à Zola, cet article collectif lui reproche sa vulgarité, et défend un positionnement naturaliste beaucoup plus conservateur : il y est question de « tenue et de dignité », d’« ambitions saines et viriles » et de « suprême respect pour l’art ». Désigné chevalier de la Légion d’honneur en 1897, J. H. Rosny aîné devient président de l’Académie Goncourt en 1926, jusqu’à sa mort. L’écrivain laisse derrière lui une œuvre abondante, aujourd’hui oubliée : romans sentimentaux, policiers, historiques, études de mœurs et de milieux, récits d’aventure, contes, articles et chroniques… Ses récits de science-fiction et ses romans préhistoriques ont fait son succès (La Guerre du feu, 1911), et ses autres ouvrages ne sont pas réédités depuis 19402.

  • 3 Rosny (J. H. aîné), pseud. de Joseph Henri Boex, Au temps du roi Léopold, avec un frontispice de Ja (...)
  • 4 Huftier (Arnaud), « Déliquescence et déplacement du merveilleux scientifique : Maurice Renard, Andr (...)
  • 5 Denis (Benoît), Klinkenberg (Jean-Marie), La Littérature belge. Précis d’histoire sociale, Bruxelle (...)
  • 6 Ibidem, p. 138.
  • 7 Ibidem, p. 136-138.

2Récit d’enfance posthume, Au temps du roi Léopold est un texte singulier de l’auteur et n’est pas représentatif de son œuvre3. À propos de la reconnaissance tardive de l’écrivain en Belgique, Huftier évoque la posture de l’auteur, qui, comme les pigeons évoqués dans le roman, « de Bruxelles à Paris et de Paris à Bruxelles, […] ne cesse de se poser et de s’envoler »4. Ce qui est caractéristique de la littérature belge en tant que périphérique : Rosny peut être considéré comme un cas typique de l’« entrisme » au sens strict, « qui consiste à rechercher une inscription effective et complète dans l’espace littéraire français »5. Dans ce roman bruxellois, on peut lire une certaine résurgence du « mythe nordique »6, avec ses stéréotypes climatiques et ses belgicismes : Rosny cherche ici à concilier esthétique réaliste et inspiration nationale. Dans cette optique, à la manière d’Eekhoud ou de Lemonnier, il pratique un « naturalisme exacerbé par le fantasme et l’imaginaire », qui constitue vers la fin du xixe siècle une « veine régionaliste »7. Ce statut particulier du roman, qui peut donc se lire comme une forme de rachat par rapport à sa carrière française, explique en partie un « certain suivisme ou conformisme esthétique », et l’emploi d’une « forme littéraire éprouvée » en France.

  • 8 Aron (Paul) et Gotovitch (José), dir., Dictionnaire de la Seconde Guerre mondiale en Belgique, Brux (...)
  • 9 Ibidem, p. 150.

3La singularité du roman tient en effet dans un certain anachronisme en termes de tendance littéraire, puisqu’il fait un roman naturaliste sur la Belgique de 1864, publié au xxe siècle. Écrit dans les années 1930, Au temps du roi Léopold est publié en 1944 à Paris (chez Plon), puis à Bruxelles, aux Éditions de la Mappemonde, une maison d’édition rexiste8. Or à cette période, « les Allemands ont des conceptions économiques incompatibles avec le libéralisme alors dominant »9. Ce qui explique sans doute qu’un roman dans lequel un enfant voit les affaires comme « un trou profond et noir » (p. 169), où les affaires « vous entraînent, […] sont plus fortes que vous » (p. 180), soit considéré comme une littérature acceptable sous l’Occupation, et donc autorisé. Par ailleurs, le Mexique de 1860, pris dans des conflits sociaux, est décrit comme une « terre de désordre, qui ne cesse jamais de produire des légions de bandits » (p. 232) ; tout comme il est question des « fous de 1830 » dans la bouche de Geefs (p. 27). Cette dominante conservatrice s’illustre aussi par l’emploi de la physiologie tout au long du roman pour qualifier certains personnages physiquement, en lien avec leurs origines. Enfin, de nombreuses allusions au commerce de luxe sont le reflet d’une époque de colonialisme et d’une quête de prestige social ostentatoire, qui connote l’ambiance quotidienne de la bourgeoisie belge francophone de la fin du xixe siècle.

Au temps du roi Léopold, un récit de la frontière sociale

  • 10 Voir Vandermotten (Christian) et Marissal (Pierre), La Production des espaces économiques, tome 2, (...)
  • 11 Ville de Bruxelles, Cellule patrimoine historique, Patrimoine industriel à Laeken, 1999, p. 2-3.

4Au temps du roi Léopold raconte l’histoire familiale de l’auteur, en prenant soin de faire revivre la Belgique wallonne de 1864, à la fin du règne de Léopold ier. Cette période est marquée par des transformations économiques, urbaines et sociales profondes. La révolution industrielle est en pleine expansion, basée sur le développement de la métallurgie lourde et la mise en place du réseau ferroviaire. La forte croissance économique produit une concentration massive du capital et du travail et le développement industriel, soutenu par un système économique libéral, mobilise de grands capitaux financiers, majoritairement concentrés à Bruxelles10. La croissance urbaine amène une restructuration de la ville, avec de vastes opérations d’assainissement et de modernisation du tissu urbain central, et les grands travaux publics accompagnent cette densification urbaine. Dans ce contexte, Laeken, village isolé en 1830, devient progressivement une petite ville industrielle (31 000 habitants en 1900). Le prestige de la proximité du palais royal, l’allée Verte et les berges du canal appellent les populations aisées, tandis que l’essor industriel et ses infrastructures sont accompagnés par l’installation d’une main-d’œuvre nombreuse11.

5Le récit décrit les mœurs d’une famille bourgeoise déchue de Laeken, qui parvient grâce à un héritage à reconquérir une position sociale de prestige, tout en revenant vivre près du Pentagone bruxellois. Ce changement de position sociale structure le roman, qui décrit les relations mondaines et familiales de la famille dans un premier temps ruinée, puis donne à voir en écho les changements survenus avec le retour de l’aisance financière. Bruxelles et Laeken sont tout d’abord décrits comme centre et périphérie dont l’éloignement et la différence semblent constituer une barrière sociale infranchissable. Construit autour des notions de capital et d’ascension sociale, le roman donne une large part aux changements importants apportés par l’industrialisation du pays et le capitalisme naissant.

6Roman d’apprentissage, le récit est également construit sur la psychologie et les émotions du personnage ; aussi la vision axiologique de l’espace, qui est celle de la première partie, devient-elle plus nuancée à mesure qu’avance le récit. C’est pourquoi nous commencerons par explorer la dimension dichotomique de l’espace bruxellois tel qu’il est décrit au début, pour voir ensuite comment certains évènements influencent le regard de l’enfant sur l’espace qui l’entoure. La zone de la nouvelle maison, qui concentre les aspirations sociales de l’ouverture du récit, une fois conquise, devient un espace subjectif dont le paysage prend alternativement en charge différentes émotions. En passant par un travail de cartographie, nous chercherons donc à saisir comment dans ce roman la notion de frontière sociale, à la fois sociologique et fantasmatique, structure et conditionne l’espace donné à voir par le roman. Parce qu’un tel questionnement appelle une certaine précision dans les détails, l’analyse est ici limitée à l’étude interne de l’œuvre, qui n’est pas traitée dans une perspective comparatiste (ni avec d’autres œuvres traitant de la Belgique des années 1860-1870, ni avec les autres ouvrages de Rosny), tout comme il ne sera pas question de rapporter ces problématiques à la biographie de l’auteur.

Axiologie de l’inquiétude et du prestige

  • 12 Moretti (Franco), Graphes, cartes et arbres. Modèles abstraits pour une autre histoire de la littér (...)
  • 13 Ibidem, p. 88.

7Au temps du roi Léopold énonce un certain nombre de lieux, tout au long du récit : des quartiers, des rues, des adresses… Pour mener cette étude, nous utilisons la méthode de la cartographie littéraire, telle qu’elle est définie, entre autres, par Franco Moretti. Celui-ci propose de faire subir à la réalité des textes un « processus de réduction et d’abstraction » qui permette de mettre à jour « organisations, relations, structures, formes, modèles »12. Il s’agit donc de définir et d’observer les emplacements (« réduire le texte à quelques données »), puis d’analyser les « forces agissantes » à partir d’une « modélisation de l’univers narratif »13. Dans cette première partie, il s’agit d’observer l’écart entre « l’inquiétude » et « le prestige », pour explorer le traitement de l’espace en ce qu’il concerne la séparation des pauvres (ou déclassés) et des riches, d’où découle un certain désir de changement de position sociale…

Des quartiers de référence fantasmatiques (les espaces projetés)

Fig. 1 Axiologie de l’inquiétude et du prestige

Fig. 1 Axiologie de l’inquiétude et du prestige

8Dans la première partie du roman (figure 1), M. Stroobant, voisin bourgeois de la famille à Laeken, raconte des récits fantastiques / fantasmatiques au narrateur, qui s’inquiète de leur localisation :

Il conta d’abord l’histoire joviale des petits hommes de beurre, puis celle de la tête de bœuf aux yeux rouges : – Elle se promène la nuit, autour des abattoirs. Ses yeux sont comme des lanternes rouges. Si elle vous voit, vous êtes perdus ! Elle va aussi vite qu’une locomotive, elle vous perce la poitrine avec ses cornes… et le matin, on vous trouve mort, sans savoir ce qui est arrivé ! Je la voyais ! Elle rôdait autour de la buanderie. – Est-ce qu’elle vient jusqu’à Laeken ? demandai-je, le cœur en tumulte. – Non ! Rien qu’auprès des abattoirs, et pas avant que sonnent les douze coups de minuit. (p. 47)

  • 14 Piatti (Barbara), « Rendre visible les paysages littéraires : plaidoyer pour des expériences entre (...)

9À cette vision fantasmagorique d’Anderlecht, viennent s’ajouter l’histoire du « vampire de Jette-Saint-Pierre » (p. 48-49), puis celle du « fantôme de Molenbeek » (p. 49). Ces trois espaces sont tous situés sur la carte à l’ouest du canal, qui est une zone plus industrielle et pauvre de la région bruxelloise. Ils sont mentionnés sur la carte comme des « espaces cités », et leur fonction correspond à celle des « espaces projetés » du groupe de recherche de l’atlas de la littérature européenne (Literaturatlas) : ce sont des espaces qui « ne sont pas parcourus par des personnages », mais « s’inscrivent plutôt à l’intérieur des espaces effectifs de l’action sous forme de souvenirs, d’aspirations, de rêves diurnes ou nocturnes »14. Aux trois quartiers fantasmatiques s’ajoute la commune d’Evere, connotée par la présence d’un asile : le narrateur, face à son oncle Magloire « aux yeux diaboliques », pense aux « fous qu’on envoie à Evere » (p. 111). Le quartier des Marolles, au sud de Bruxelles, est lui aussi stigmatisé, dans une perspective populaire inquiétante et fantasmatique. L’instituteur de la première école, à Laeken, recommande la fréquentation du beau monde :

– Tu dois fréquenter les garçons bien élevés, fuir les gens qui jurent, les paresseux et les soulards. – Et les Marolles, n’est-ce-pas, Monsieur ? – Oui. Ça vaut mieux. Quand même, il y a des bons parmi les Marolles. Ce n’est pas de leur faute si les autres ont la gale. (p. 55)

10Le cocher d’un des trajets en ville est « un vieux Marollien, au visage fromageux » (p. 100), tandis que le frère du narrateur, lorsqu’il fait une bêtise, se fait traiter de « voyou des Marolles » (p. 127). Toutes ces allusions dessinent progressivement une périphérie inquiétante, où les projections sur l’espace sont un mélange de fantastique mais aussi d’inquiétude et de normativité sociale. Enfin, le commissariat de Bruxelles, en plein centre-ville, fait lui aussi partie de ces espaces projetés : à deux reprises, l’inquiétude apparait, en raison de la mauvaise conduite des enfants, de « finir à l’Amigo » (p. 89 ; p. 124). Par contraste, certains lieux huppés font office de quartiers de référence dans l’autre sens, celui du prestige. Lilie, jeune fille bourgeoise de la famille Théophile, dont le narrateur tombe amoureux, promet au garçon de l’emmener un jour à Boitsfort ou à Groenendael, qui sont « bien plus jolis que le Bois de la Cambre… Et tout plein d’oiseaux… » (p. 131). Quant au jardin zoologique de Bruxelles, qui a existé entre 1851 et 1878, à l’emplacement du parc Léopold, il apparait comme une métaphore du prestige social. Lorsque le directeur de l’École moyenne adresse un sourire au narrateur, celui-ci est abasourdi, « comme si le lion du jardin zoologique [lui] avait offert la patte » (p. 195).

Contamination du fantastique sur les lieux de l’intrigue

11Si « Laeken, séjour du roi Léopold, grandissait orgueilleusement » (p. 124), l’aspect prestigieux se limite pourtant au domaine royal. Une fâcheuse rencontre entre les enfants et un « vagabond du Canal » a lieu dans un terrain vague, près de la rue du Champ-de-l’Église (p. 71-73). Auparavant, la description d’un trajet de retour du centre-ville compose une vision fantastique et mystérieuse de Laeken :

Les Galeries Saint-Hubert sont illuminées comme le soir de la fête nationale ; dans la rue Neuve, les vitrines des confiseurs, des pâtissiers, des bijoutiers ruissellent de lumière. […] Après le pont du canal, il fallut passer à travers les champs. Un rang de peupliers évoquait les ogres, les femmes de Barbe-Bleue étaient pendues dans les jardins, où j’apercevais aussi le gibet des Aveugles ; la Bête guettait près du champ de betteraves, et loin, vers la Maison Rouge, surgissait le château du Bois-Dormant, tandis que les spectres, évadés du cimetière, glissaient sur les ponts du chemin de fer. (p. 40-41)

12Cette géographie subjective et propice au fantasmatique repose sur une logique de contraste entre le centre et la périphérie, les lieux de prestige et les lieux de l’inquiétude. Là où Laeken est représentée par une ambiance spectrale et nocturne, propice à la rêverie de l’enfant, le centre-ville de Bruxelles, lui, se présente sous les auspices de l’illumination, avec ses boutiques alléchantes qui « ruissellent de lumière ». Cette articulation est exemplaire du style du roman, qui mêle les réalistes aux fantastiques : la perception de l’espace épouse cette dichotomie, construite sur un mélange entre le statut social des lieux et l’émotion d’un regard d’enfant.

Contraste : les lieux du prestige et de la consommation démonstrative

  • 15 Billen Claire, « Quelle capitale pour quelles élites ? Bruxelles 1830-1850 », dans Les Cahiers de l (...)
  • 16 Ibidem, p. 71.
  • 17 Ibidem, p. 63.
  • 18 Scholliers (Peter), « Les restaurants bruxellois de la Belle Époque », dans Les Cahiers de La Fonde (...)

13Contrairement aux quartiers fantasmatiques, la description des lieux de prestige obéit à un réalisme d’une grande précision. Les zones de la Grand-Place, des alentours du Parc, de la Monnaie et de la rue Neuve sont incontestablement les zones les plus riches à l’époque15. Les galeries Saint-Hubert, ouvertes en 1847, ont été conçues dans le but « d’assainir des îlots insalubres […] dans le quartier le plus commerçant du centre de Bruxelles »16. Plus loin dans le récit, un élève bourgeois ressemble pour le narrateur à « un tableau exposé rue de la Madeleine » (p. 205), l’un des pôles du commerce de luxe au centre-ville17. Enfin, la rue au Beurre, décrite pour ses pâtisseries singulières, est exemplaire du changement de position sociale qui a lieu dans le récit : l’enfant fait maintenant partie de cet « autre monde », où il ne pénétrait l’année d’avant « que par contrebande » (p. 211). Durant toute la première partie, les parcours dans le centre-ville de Bruxelles sont construits comme des successions de lieux de prestige et de consommation : les Neuf-Provinces (un grand magasin), les galeries Saint-Hubert ou le Mille-Colonnes (un café bourgeois) sont évoqués à plusieurs reprises. Le restaurant du Cercle représente la quintessence des lieux de prestige du centre, surtout vu par un enfant, qui ne fait « guère de différence entre le restaurant et le paradis » (p. 19). Bruxelles se caractérise pendant cette période par la concentration des élites du pays, la ville est donc le lieu par excellence de la consommation démonstrative, où le beau monde se fréquente (à l’opéra, dans les salons, dans les restaurants) : il s’agit de se distinguer des classes inférieures tout en donnant à voir son appartenance à la bourgeoisie18. L’enfant, « saisi d’un doux orgueil » en traversant la ville en vigilante, l’a bien compris :

Ah ! ce n’est pas rien, un tel bifteck, avec un verre de vin, quand on appartient à la caste des ruinés et qu’on vit à Laeken, près des champs de blé et de trèfle. (p. 22)

  • 19 Berger (Daniel) et al., L’Heure bleue. La vie nocturne à Bruxelles de 1830 à 1914, catalogue d’expo (...)

14D’autres espaces viennent cependant nuancer cette vision axiologique : le théâtre des chiens, chaussée d’Anvers, beaucoup plus populaire, donne à l’enfant un accès au « merveilleux » (p. 63-65) ; tout comme l’estaminet Van der Strappen (p. 65), qui représente le début des faubourgs, une transition entre la ville et la campagne, sur l’axe de liaison de Bruxelles-centre et Laeken-périphérie. Enfin, à Laeken, la Maison Rouge atteste du « pouvoir attractif » de Laeken19, qui attire « hors les remparts » une bourgeoisie qui vient « de Bruxelles, de Molenbeek, de Saint-Josse-ten-Noode et de Schaerbeek » (p. 151).

Espace et position sociale : Bruxelles-Laeken, le canal et l’allée Verte

  • 20 Radermecker (Vincent), « L’Allée Verte. Le premier train, la première gare », dans Les Cahiers de L (...)
  • 21 Moretti (Franco), Atlas du roman européen, 1800-1900, trad. Étienne Dobenesque, Paris, Seuil, coll. (...)
  • 22 Ibidem, p. 119.

15Dans cette première partie du récit, le centre de Bruxelles est représenté comme un lieu de prestige indiscutable. Cependant le personnage de l’oncle Thècle, qui, à plusieurs reprises, fait office de passeur entre les déclassés de Laeken et le prestige du centre, vient nuancer l’axiologie spatiale entre les zones d’inquiétude et de prestige. Thècle vit dans l’hyper-centre, rue de la Vierge Noire. Il cherche à épouser la fille de la famille Geefs, mais son échec commercial ne lui permet pas d’atteindre le niveau de prestige estimé pour prétendre à cette union. Sa position dans le centre-ville n’est donc en rien une garantie d’appartenance à la haute bourgeoisie, et son échec commercial le pousse à se jeter dans le canal. Le canal, qui représente pour l’enfant l’accès au monde de l’élite et du centre-ville, se révèle ici le symbole de l’apprentissage par le narrateur des difficultés de l’existence. Aussi le fossé entre les riches et les pauvres est-il redoublé par le fossé entre ceux qui réussissent et ceux qui échouent. Parce qu’il permet de se suicider, le canal devient donc le lieu symbolique d’une vision mélancolique et négative du monde des affaires, et représente en quelque sorte un seuil sociologique. Par contraste, l’allée Verte dessine un symbole de la modernité et du prestige, avec ses promenades mondaines et l’entrée dans la ville des élites. Ce qui conduit tout de même à construire une vision dichotomique de l’espace bruxellois, en quelque sorte barré par différentes frontières sociales. Selon les sources secondaires, les deux voies sont plutôt à l’époque liées par leur proximité, et parcourues par différentes classes sociales : la classe populaire à gauche du canal, les bourgeois à droite et l’aristocratie au centre20. Tandis que dans le roman, même nuancée par l’interpénétration des différentes classes sociales dans Bruxelles et Laeken, l’axiologie des riches et des moins riches n’en constitue pas moins l’axe central du récit, en termes de traitement de l’espace. Tout comme le Paris de Balzac est d’abord séparé, dans les Illusions perdues, entre les pôles de la rive gauche et du nord-ouest21, Bruxelles est donnée à voir par J. H. Rosny ainé comme un système binaire où centre et périphérie sont clairement séparés par leur dimension sociale. En s’achevant sur le suicide d’un personnage du centre-ville dans le canal, le roman dépeint pourtant en partie l’interaction des groupes sociaux « dans toutes les directions », dirigée par « des interactions composites »22. Cependant, là où Balzac dépassait le binaire pour construire un roman de la complexité, Rosny s’en tient à quelques nuances par rapport à l’axiologie. Ce qui dénote assez bien la vision du monde conservatrice et nostalgique du roman, qui dépeint au xxe siècle des forces agissantes de la ville qui étaient plutôt, dans leur schématisme, celles du siècle précédent.

Espace, émotions et variations subjectives

  • 23 Collectif, « Un canal, deux histoires », dans Les Cahiers de La Fonderie, n° 1, Bruxelles : un cana (...)

16Une année sépare les deux périodes de Noël (p. 40-43 ; p. 215-222), et voit la famille déménager de la rue du Champ-de-l’Église à la rue Herry. La différence des deux visites souligne avant tout l’importance de l’hyper-centre de Bruxelles en tant que lieu à conquérir, et met surtout en valeur les axes de liaison que sont la chaussée d’Anvers d’une part, et l’allée Verte d’autre part. Or l’année 1864, annoncée au début du roman, correspond à la construction du pont tournant de Laeken, destiné au trafic ferroviaire, en plein essor23. C’est par l’allée Verte que le premier convoi ferroviaire est entré dans la ville en 1835, assurant ainsi la première liaison ferroviaire sur le continent européen. Si la thématique de la distance et de la mobilité traverse tout le roman, c’est sans conteste le chemin de fer qui porte la charge symbolique la plus signifiante. La première maison, rue du Champ-de-l’Église, à Laeken, est située « près du chemin de fer » (p. 98). Tout près de cette maison, les ponts des chemins de fer sont d’abord perçus comme inquiétants, tout comme le cimetière ou, dans un premier temps, la Maison rouge (p. 41). Après le déménagement, les lieux n’apparaissent plus sous le signe de l’inquiétude, mais sous celui de la nostalgie : il est alors seulement question d’une « lumière triste » et d’avoir abandonné un bonheur immense » (p. 222). La seconde maison, rue Herry, « à deux pas du boulevard et de l’École moyenne », est avant tout considérée pour sa modernité et sa proximité avec le Pentagone :

[…] la rue est nouvelle, bâtie d’un seul côté ; il y a une grande prairie qui la sépare du chemin de fer. Les petits pourront y jouer et respirer, c’est à peu près l’air de la campagne. (p. 171)

17Les cartes qui suivent permettent d’observer l’influence des évènements sur la perception de l’espace par le narrateur : le déménagement, la remise des prix d’excellence, le suicide de son oncle adoré ou sa propre réussite amoureuse (épilogue) produisent chacun à leur manière des visions subjectives différentes sur un même espace donné au départ comme confortable et moderne.

Fig. 2 Espace, émotions et visions subjectives

Fig. 2 Espace, émotions et visions subjectives

18L’environnement de la nouvelle maison (fig. 2.1) est tout d’abord perçu par le narrateur comme rassurant et réconfortant. Dès son arrivée, « l’herbe poussait drue et toute joyeuse – on aurait dit qu’elle riait » (p. 175).

Le chemin de fer aussi me plaisait. C’était une voie de garage pour les trains de marchandises. On voyait partir des trains interminables, aussi lentement que des vigilantes, ou bien une locomotive toute seule passait en lançant un torrent de fumée ; quelquefois, le foyer était rouge, ou bien un chauffeur fourgonnait. (p. 177)

19Dès la tombée du jour, la nouvelle maison se révèle cependant inquiétante pour le narrateur, avec le retour d’une sensation fantastique / fantasmatique :

Le soir, je redevins triste. Tout était noir sur la prairie ; au loin, des lueurs évoquaient la tête de bœuf aux yeux rouges ; le bruit des trains devenait redoutable et je restai assez longtemps sans m’endormir, réveillé encore parfois par un roulement ou un affreux coup de sifflet : alors, les brigands arrivaient par la prairie pour nous assassiner. (p. 178)

20Tandis qu’un autre passage, peu après, décrit le foyer comme un abri autour duquel s’organise la vie quotidienne, foyer central des divers espaces du social :

Le monde grandissait autour de nous, et ce monde n’était plus menaçant ; il rendait plus intime notre abri, qui semblait solide comme un roc. La vie de l’école, la vie de la maison, la vie de la prairie et la vie de l’église donnaient chacune sa part de joie. (p. 226)

21Tout au long du récit, la perception de l’espace s’accompagne d’une forme de récit d’apprentissage de l’enfant, à travers lequel se dessine une autobiographie de l’écrivain. Tandis qu’au début du roman, la fréquentation de l’école était associée à une insécurité linguistique, le changement de position sociale et le déménagement sont liés à la réussite scolaire du narrateur, qui accède à un certain capital culturel. Dès lors, l’espace autour de la maison est contemplé pour sa beauté (fig. 2.2) :

[…] le matin de la distribution des prix […]. Les petites mares semblaient toutes neuves, luisantes comme des vitres, et le peuplier de Babylone avait un tel charme que j’en avais chaud au cœur. (p. 232)

22Dans cette logique, la distribution des prix est perçue comme un « jeu féérique » (p. 233). En sortant, le narrateur et sa mère rendent visite à leurs amis du centre-ville : pour Magloire, la supériorité des Grecs et des Latins ne se discute pas, tandis que pour Geefs, « les modernes ont tout de même inventé les chemins de fer » (p. 237), qui apparaissent, de fait, connotés positivement. De retour à la maison, l’enfant examine ses prix :

Je ne sais quoi d’immense et de mystérieux surgissait, des mondes à côté du monde […]. Pendant quinze jours, je vécus une vie enchantée. Je pénétrais dans le vaste monde ; alternativement, ma vie s’étendait au-delà des cieux et se resserrait dans une intimité si délicieuse que je soupirais de plaisir. (p. 238)

23Tout ceci fait de la découverte du fait littéraire une force symbolique, qui procure au narrateur une « vie enchantée », dans laquelle l’espace semble doté d’une dimension symbolique accessible à tous les instants (« pénétrer dans le vaste monde ») : à nouveau, une frontière sociale est franchie, qui relève plus ici du capital culturel que d’une aisance financière. Au fil du temps, l’imaginaire que l’enfant construit devient alors quelque chose de rassurant, qui remet en question les inquiétudes de l’espace :

J’étais au bord de la mare et aussi dans la forêt géante où l’Indien Guapo venait de sauver la vie à son jeune maître. Le livre gisait sur l’herbe, je plongeais dans tous les temps et tous les espaces, une confiance infinie, une sécurité merveilleuse baignaient mon corps et mon âme. (p. 239)

24Dès l’annonce du suicide de l’oncle Thècle, cependant (fig. 2.3) :

Le monde entier changea. Tout ce qui avait été doux, beau et rassurant devint épouvantable et féroce. (p. 240)
La prairie se couvrit d’une buée, le roulement d’un train fut une sombre menace, la sonnerie des cloches me remplit d’épouvante. (p. 242)

25La période de deuil qui s’ensuit se traduit pour le narrateur par des émotions complexes, à partir desquelles il n’est plus possible de regarder le monde de manière univoque :

Parce que Thècle a disparu, chaque joie se mêle de méfiance, je sens le mensonge des hommes et le piège des choses. Je n’ai plus tout à fait l’âme d’un enfant. (p. 247)

26Et ce passage à l’âge adulte correspond aussi à un mouvement d’introspection lucide, par lequel l’enfant saisit en partie la façon dont il lie réel et imaginaire :

J’étais devenu trop attentif aux évènements tragiques ; une curiosité inquiète me les faisait chercher dans la réalité comme dans la fiction. Qu’un corbillard passe sur la chaussée, qu’on annonce le trépas d’un voisin, qu’on parle des tortures de soldats au Mexique, un accident de chemin de fer, je sens à l’instant ma fragilité, l’incertitude de mes jours et des jours de ceux que j’aime. […] Le tintamarre d’une locomotive me fait tressaillir ; les wagons passent, noirs de suie, et les escarbilles enflammées, les spirales de fumée, l’étrange vie mécanique qui tant de fois m’a ébloui… (p. 248)

27La perte de l’innocence qui survient à partir de ce deuil, associée à l’imaginaire de ses lectures, résonne très fortement dans la perception de l’espace du narrateur, en produisant de l’inquiétude et des variations émotives. Elle se résorbe pourtant avec la fin du récit, qui voit le narrateur heureux et confiant dans cet espace, aux côtés de Lilie, la jeune fille qu’il aime, qu’il a donc, lui, réussi à conquérir, contrairement à son oncle Thècle (fig. 2.4) :

Lilie est venue, concentrant tout ce qui est désirable sur la terre. […] Visage légendaire de Lilie, yeux de la Belle au Bois Dormant, jeune princesse, jeune fée, jeune sainte ; toute grâce et toute beauté sont venues avec elle. (p. 248)

28Après le deuil, le sentiment amoureux produit pour l’enfant une forme de réconciliation avec l’idée de beauté, qui rejaillit directement de la jeune fille à l’espace environnant. Aussi les cloches, qui il y a peu le « remplissaient d’épouvante », sont alors perçues à travers une vision subjective enchantée :

La cloche de l’église se met à sonner, qui réveille les souvenirs de Pâques, la gloire du printemps. Il me semblait voguer avec ces nues qui ne cessèrent de créer de nouveaux mondes. (p. 248)

29L’épilogue s’achève en mettant en parallèle « la magie d’une heure unique » et « le désespoir des hommes » symbolisé par la mort de Thècle (p. 249). Curieusement, le contraste de cette dernière phrase semble produire une vision de l’espace équilibrée, comme si l’amour et la mort, à la fin de l’enfance, donnaient enfin à l’espace ses justes proportions, en termes d’émotions (voir la fig. 2.4, comparativement aux trois cartes précédentes). Avec cet apaisement final se clôt l’apprentissage du narrateur, qui désormais appartient avec certitude au monde de la bourgeoisie. Cela révèle l’étrange structure du roman qui, tout en faisant mine de dresser le portrait d’une époque, dessine avant toute chose l’itinéraire du devenir écrivain de J. H. Rosny. Contrairement à bien d’autres entrées en écriture, ici, l’aboutissement du parcours témoigne d’une mise en conformité avec le monde, dans une vision normative et figée. Comme si les enjeux de l’espace en tant que fait social et collectif s’étaient dissous dans le psychologique et le personnel, le récit s’achève sur la réussite de l’auteur qui sait bien, lui, de quel côté des frontières sociales il a réussi à se placer, là où d’autres y ont laissé leur vie, faute d’y parvenir. C’est qu’il ne s’agissait pas seulement de s’approcher du centre de Bruxelles et des zones du sud-ouest, mais avant tout d’acquérir la capacité de franchissement de ces frontières, dans un libre jeu entre la réalité sociale des espaces et le caractère subjectif de leur représentation.

Haut de page

Notes

1 Voir Charle (Christophe), « Situation spatiale et position sociale. Essai de géographie sociale du champ littéraire à la fin du xixe siècle », dans Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 13, février 1977, p. 55.

2 Voir Huftier (Arnaud), « Rosny aîné et les frontières », dans Huftier (Arnaud), La Belgique : un jeu de cartes ?, Valenciennes, Presses universitaires de Valenciennes, coll. Lez Valenciennes, n° 33, 2003, p. 18.

3 Rosny (J. H. aîné), pseud. de Joseph Henri Boex, Au temps du roi Léopold, avec un frontispice de Jacques Veraart, Bruxelles, Éditions de la Mappemonde, coll. Le Frontispice, 1944. Dorénavant, quand nous renverrons à cette édition, nous nous contenterons d’un numéro de page entre parenthèses dans le corps du texte.

4 Huftier (Arnaud), « Déliquescence et déplacement du merveilleux scientifique : Maurice Renard, André Couvreur et Rosny aîné », dans Huftier (Arnaud), La Belgique : un jeu de cartes ?, op. cit., p. 131.

5 Denis (Benoît), Klinkenberg (Jean-Marie), La Littérature belge. Précis d’histoire sociale, Bruxelles, Éditions Labor, coll. Espace nord, 2005, p. 157.

6 Ibidem, p. 138.

7 Ibidem, p. 136-138.

8 Aron (Paul) et Gotovitch (José), dir., Dictionnaire de la Seconde Guerre mondiale en Belgique, Bruxelles, André Versaille éditeur, 2008, p. 156-157.

9 Ibidem, p. 150.

10 Voir Vandermotten (Christian) et Marissal (Pierre), La Production des espaces économiques, tome 2, Bruxelles, Éditions de l’Université libre de Bruxelles, 2010, p. 25-46.

11 Ville de Bruxelles, Cellule patrimoine historique, Patrimoine industriel à Laeken, 1999, p. 2-3.

12 Moretti (Franco), Graphes, cartes et arbres. Modèles abstraits pour une autre histoire de la littérature, trad. Jérôme Nicolas, Paris, Les Prairies ordinaires, coll. Penser/Croiser, 2008, [2005], p. 33.

13 Ibidem, p. 88.

14 Piatti (Barbara), « Rendre visible les paysages littéraires : plaidoyer pour des expériences entre la cartographie et les études littéraires », dans Lendemains. Études comparées sur la France, vol. xxxvii, n° 145, avril 2012, p. 40. Disponible sur la page : http://periodicals.narr.de/index.php/Lendemains/article/viewFile/497/475.

15 Billen Claire, « Quelle capitale pour quelles élites ? Bruxelles 1830-1850 », dans Les Cahiers de la Fonderie, n° 36, Ouvriers et ville en mouvement, juin 2007, p. 66.

16 Ibidem, p. 71.

17 Ibidem, p. 63.

18 Scholliers (Peter), « Les restaurants bruxellois de la Belle Époque », dans Les Cahiers de La Fonderie, n° 18, Service compris. Hôtels, restaurants, cafés, juin 1995, p. 54.

19 Berger (Daniel) et al., L’Heure bleue. La vie nocturne à Bruxelles de 1830 à 1914, catalogue d’exposition, Bruxelles, Crédit communal, 1987, p. 129-130.

20 Radermecker (Vincent), « L’Allée Verte. Le premier train, la première gare », dans Les Cahiers de La Fonderie, n° 24, Bruxelles entre en gare, octobre 1998, p. 34.

21 Moretti (Franco), Atlas du roman européen, 1800-1900, trad. Étienne Dobenesque, Paris, Seuil, coll. La Couleur des idées, 2000, [1997], p. 107.

22 Ibidem, p. 119.

23 Collectif, « Un canal, deux histoires », dans Les Cahiers de La Fonderie, n° 1, Bruxelles : un canal, des usines et des hommes, août 1986, p. 28.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 Axiologie de l’inquiétude et du prestige
URL http://textyles.revues.org/docannexe/image/2728/img-1.png
Fichier image/png, 1,5M
Titre Fig. 2 Espace, émotions et visions subjectives
URL http://textyles.revues.org/docannexe/image/2728/img-2.png
Fichier image/png, 1,2M
URL http://textyles.revues.org/docannexe/image/2728/img-3.png
Fichier image/png, 1,2M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Charlie Klein, Léo Liotard et Lisa Palazzo, « Bruxelles-Laeken, 1860-1870  », Textyles, 49 | 2016, 97-112.

Référence électronique

Charlie Klein, Léo Liotard et Lisa Palazzo, « Bruxelles-Laeken, 1860-1870  », Textyles [En ligne], 49 | 2016, mis en ligne le 15 novembre 2016, consulté le 27 mars 2017. URL : http://textyles.revues.org/2728

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org