Navigation – Plan du site
Chroniques
Comptes rendus

Ngorwanubusa (Juvénal), Le Regard étranger : l’image du Burundi dans les littératures belge et française

Bruxelles, pie-Peter Lang, coll. Documents pour l’Histoire des Francophonies, 2014, 216 p.
Céline Gahungu
p. 177-178
Référence(s) :

Ngorwanubusa (Juvénal), Le Regard étranger : l’image du Burundi dans les littératures belge et française, Bruxelles, pie-Peter Lang, coll. Documents pour l’Histoire des Francophonies, 2014, 216 p.

Texte intégral

1Il est loisible de considérer Le Regard étranger : l’image du Burundi dans les littératures belge et française comme la suite du maître ouvrage de Juvénal Ngorwanubusa publié en 2013, La Littérature de langue française au Burundi. Couronné par le Prix de la Renaissance française en 2014, le premier volet de ce diptyque fait figure de « livre pionnier », comme le suggère la prière d’insérer. L’universitaire s’y livre à une synthèse complète et inédite d’un objet littéraire situé sur les confins de la francophonie et qui a longtemps fait figure de terra incognita dans le sous-ensemble des lettres des Grands Lacs.

2La seconde partie de ce tableau ne s’intéresse pas à la littérature burundaise – qu’il s’agisse des écrits coloniaux ou « nationaux », tous uniformément fondus dans le même champ littéraire – mais, comme le révèle son titre programmatique, étudie le « regard étranger » d’auteurs belges et français extérieurs à ce champ. Non plus centre de production, le Burundi devient le lieu vers lequel les regards convergent. À la différence de La Littérature de langue française au Burundi, le propos de l’auteur n’est pas d’être exhaustif. L’ouvrage s’attache à l’étude de huit textes narratifs, qui se déroulent entièrement ou partiellement au Burundi. Barabara de Pierre Ryckmans, Le Chant des fusillés de Nadine Nyangoma, sas broie du noir de Gérard de Villiers, Le Reste du monde d’Anna Geramys, L’Hiver sur le Tanganyika de Paul Savatier, Mon Patient Sigmund Freud de Tobie Nathan, Éclipse sur le lac Tanganyika et Exils africains, romans tous deux composés par Albert Russo, forment le corpus. Son éclectisme ne peut manquer d’étonner le lecteur. Comparant des textes échelonnés sur une soixantaine d’années, Juvénal Ngorwanubusa brasse des œuvres dont la tonalité et la qualité littéraire sont fort différentes. Une constante, néanmoins, apparaît à la lecture. À l’exception notable du recueil de nouvelles Barabara, tous les romans évoquent les violences qui ont ensanglanté l’histoire burundaise, depuis les prémices de la décolonisation – Éclipse sur le lac Tanganyika relate l’assassinat du Prince Louis Rwagasore perpétré en 1961 – jusqu’aux horreurs du génocide de 1993 rappelées par Tobie Nathan.

3Dès l’introduction, l’universitaire analyse l’écueil qu’un tel corpus pourrait générer. L’ouvrage s’avance sur un terrain miné car le littéraire entre en tension avec les champs historique et idéologique. Les bribes des théories racialistes forgées à l’époque coloniale travaillent en profondeur des écrits, où figurent les clichés qui ont mené le Burundi dans l’abîme. C’est ainsi que la quasi totalité des œuvres repose sur des représentations binaires et manichéennes. Accusés des pires vicissitudes, les Tutsi sont présentés comme les fossoyeurs de la nation burundaise, alors que les Hutu apparaissent exclusivement comme les innocentes victimes des complots ourdis par leurs ennemis. Conjurant le spectre du piège ethnique et des discours institués si vivaces lorsqu’il s’agit d’évoquer le Burundi, Juvénal Ngorwanubusa précise à la fin de son introduction les orientations méthodologiques qui ont guidé son écriture. Son vade-mecum consiste à recourir aux ressources de la critique imagologique et aux apports des méthodes d’analyse des textes médiatiques. Si la valeur esthétique du corpus n’est pas passée sous silence, ce n’est pas elle, toutefois, qui retient au premier chef son attention. Le discours littéraire préfère inscrire romans et nouvelles dans un contexte social et historique dûment éclairé, sans jamais faire fi de leur coloration idéologique.

4Cette ambition est à l’œuvre dans le plan général de l’ouvrage. Après avoir présenté son corpus (i), Juvénal Ngorwanubusa consacre un chapitre à la manière dont les œuvres construisent l’image du Burundi. Au miroir de ce « regard étranger », le territoire et les hommes qui le peuplent semblent profondément fragmentés. La cartographie narrative donne à voir un pays divisé entre sa capitale, Bujumbura, et les collines où s’aventurent parfois les personnages. Avant la césure de l’indépendance, ce sont les scènes de la vie rurale qui prédominent, décrites le plus souvent au prisme de l’idéologie coloniale. Une fois l’indépendance conquise, le spectre de la race, ferment de toutes les divisions, commence à prédominer. Les personnages européens s’opposent entre eux et se défient des Burundais, eux-mêmes subdivisés par un implacable système (ii). Ce contexte délétère est à l’origine d’une violence irrépressible, inlassablement mise en scène. Si cette brutalité prend des formes différentes, elle semble être une fatalité, consacrant la responsabilité des uns et l’innocence des autres (iii). Le dernier chapitre s’intéresse à l’enchevêtrement de la fiction littéraire et du matériau historique. Cette union, en effet, se révèle problématique. La plupart des œuvres prétendent se mouler sur l’histoire burundaise, mais se montrent souvent peu scrupuleuses en matière de vérité historique. Retraçant les déboires du Burundi depuis l’arrivée des premiers colons jusqu’aux troubles les plus récents, Juvénal Ngorwanubusa démontre que bien des faits relatés sont erronés et donnent lieu à des interprétations douteuses.

5Aux yeux de l’essayiste, ce corpus a le mérite de rompre avec le silence qui a longtemps entouré cette région des Grands Lacs. Dans ces œuvres, où les frontières entre la fiction et l’histoire sont poreuses, le « regard étranger » porté sur le Burundi n’est guère amène. Entièrement polarisés par le spectre de la barbarie, les textes déploient un imaginaire sombre et mortifère, que la description des beautés naturelles du pays ne parvient pas à atténuer.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Céline Gahungu, « Ngorwanubusa (Juvénal), Le Regard étranger : l’image du Burundi dans les littératures belge et française  », Textyles, 48 | 2016, 177-178.

Référence électronique

Céline Gahungu, « Ngorwanubusa (Juvénal), Le Regard étranger : l’image du Burundi dans les littératures belge et française  », Textyles [En ligne], 48 | 2016, mis en ligne le 01 mai 2015, consulté le 25 septembre 2017. URL : http://textyles.revues.org/2700

Haut de page

Auteur

Céline Gahungu

Paris-Sorbonne/item

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org