Navigation – Plan du site
Chroniques
Comptes rendus

Michel (Geneviève), Paul Nougé : la poésie au cœur de la révolution

Bruxelles, PIE-Peter Lang, 2011, coll. Documents pour l’Histoire des Francophonies, 421 p.
Judith Pollet
p. 175-177
Référence(s) :

Michel (Geneviève), Paul Nougé : la poésie au cœur de la révolution, Bruxelles, PIE-Peter Lang, 2011, coll. Documents pour l’Histoire des Francophonies, 421 p.

Texte intégral

1Le travail de l’historienne a consisté à croiser l’évolution des engagements politiques de Paul Nougé avec sa pratique de la réécriture. Cette pratique apporte une réponse à la discrétion de Paul Nougé dans le champ littéraire, tant pour ses écrits théoriques que pour ses écrits poétiques, rassemblés par Marcel Mariën. L’ouvrage de Geneviève Michel démontre comment, en dépit de « positions parfois en dents de scie » (Denis Marion cité p. 63), par le recours à la voix des autres, la signature d’emprunt, l’allonymie, l’anonymat, Paul Nougé a dépersonnalisé son œuvre au nom d’un idéal éthico-politique supérieur.

2L’ouvrage est composé de deux grandes parties. Dans la première, Geneviève Michel démontre la cohérence et la fidélité de Paul Nougé en regard de ses convictions politiques et de sa ligne théorique. Elle décrit le poète comme un militant de la première heure au parti socialiste, puis parmi les communistes belges. Les modes d’engagement des différentes avant-gardes de Bruxelles (les Modernistes, les Prolétariens et les dits « surréalistes ») dans le parti communiste sont décrits, comparés et mis en relation avec la situation des surréalistes parisiens. À travers les correspondances entre Bruxelles et Paris, le choix des surréalistes bruxellois de séparer leur adhésion personnelle au parti des revendications militantes collective apparait comme le moyen de garder une liberté d’action dans la création littéraire. Ils ont cherché à infléchir les orientations culturelles belges par des interventions ponctuelles dans le monde littéraire, et non par des manifestes. À travers leur ligne de travail, les auteurs bruxellois affirment fermement leur différence vis-à-vis des intellectuels français, ainsi que vis-à-vis de l’Esprit prolétarien de Russie et de Belgique. Leur tactique de guérilla poétique pour infléchir l’action dans le sens d’une éthique collective les rapproche des surréalistes du Hainaut, jusqu’à ce que ces derniers se plient aux recommandations de Staline.

3Selon Geneviève Michel, l’œuvre de Paul Nougé, dont la majeure partie fut produite durant l’Occupation, tient sans fléchir un double engagement : fidélité au parti communiste – en préférant s’abstenir de tout commentaire sur la politique de Staline dans l’urss jusqu’à la victoire de Stalingrad – et indépendance vis-à-vis de ses recommandations en matière culturelle. Cette position militante ne va pas sans paradoxe, car, comme Magritte, Nougé a gardé foi en la possibilité d’une administration communiste des Beaux-arts. Il s’oppose donc à l’ingérence de Moscou en matière culturelle, mais n’en espère pas moins être reconnu par les « camarades » dans le domaine où il a choisi de lutter. Pourtant, à l’inverse d’Olivier Smolders, Geneviève Michel ne soutient pas la thèse de la démythification du pc, ni pendant les purges ni lors de la déstalinisation entreprise par Khrouchtchev. C’est plus tard, avec la tendance « surréaliste révolutionnaire » de Dotremont, que la scission se creuse entre les « anciens et les modernes » du surréalisme belge. La radicalisation idéologique dissout le mouvement en redistribuant les forces entre Cobra, qui s’éloigne du mysticisme, et l’Internationale situationniste, qui renoue avec le marxisme et la dialectique. Finalement, le constat d’impuissance de l’urss, du pcb, du surréalisme poussera Paul Nougé au désenchantement, à l’alcoolisme, à partir de 1950, et au silence après 1955.

4Pour Geneviève Michel, cet engagement éthique et politique nécessite de formuler des hypothèses fortes hors du champ de l’art pour comprendre l’action révolutionnaire de Paul Nougé dans la poésie. La chercheuse s’appuie notamment sur un texte d’Henri Lefebvre et rappelle que pour un marxiste « la formation économique, politique et idéologique – matérielle fait l’homme concret et l’homme concret la produit » (p. 118). Par son indépendance vis-à-vis des institutions, Paul Nougé a appliqué une méthode dialectique fondée sur l’idéologie du travail inspiré du marxisme. Nougé envisage l’écriture non comme un artiste mais comme un artisan : « il se veut ouvrier des lettres » (p. 124). Le travail à partir d’énoncés concrets de la vie quotidienne et des classiques de la littérature ancre l’écriture dans les évènements de la vie littéraire et lui fait prendre une distance vis-à-vis des circonstances. La méthode expérimentale ensuite fait éclater leur représentation dans les textes. D’où l’apparence fragmentaire et fugace des écrits nougéens qui, toujours, se réfèrent à une circonstance – littéraire et historique – précise, à laquelle le texte a été arraché. À partir des « lambeaux de langage », Nougé transforme les fragments hérités de l’histoire en des objets bouleversants auxquels la pensée vient se heurter : ils interrompent le mouvement naturel auquel elle est habituée et la forcent à revenir sur elle-même. En détournant les classiques, Paul Nougé s’inscrit dans la lignée des auteurs matérialistes qui prend racine au xviiie siècle. Ces derniers utilisent le pastiche, la parodie pour s’opposer par l’originalité à la tradition d’imitation des modèles hérités. In fine, ce sont là des moyens pour reprendre le contrôle sur une histoire en marche.

5Avant l’étude systématique des textes, l’ouvrage explique comment, par ses trouvailles, Paul Nougé pénètre le familier et saisit l’ampleur de sa symbolique. Geneviève Michel décrit l’expérimentateur imprégné des lectures de Pascal et de Descartes, qui, à partir d’un objet clair qu’est le langage, pratique le doute systématique pour revoir les idées qui y sont contenues. Avec son savoir de biochimiste (les écrits scientifiques de Gabriel Tarde, l’influence de Poincaré), il associe imitation et invention pour dépasser la répétition en renversant les modèles par des imitations perverses (au sens étymologique de per-vertere p. 144). Il élabore des lois mathématiques permettant la généralisation de principes simples pour déconstruire et reconstruire les énoncés en vue d’une « ré-création » de l’univers par la lecture (p. 101). En étudiant l’hypertextualité, Michel démontre comment l’acte de lecture se nourrit de la polysémie des textes antérieurs. Détourner les objets signifie les isoler et les dépayser pour pervertir les rapports et démystifier leurs fonctions instrumentales. La thèse démontre comment, dans les phrases de Nougé, la pensée s’exprime comme dans un mouvement de l’inconscient. Partant d’un énoncé connu, le poète opère des gauchissements de forme tel un « faux pas de la langue » qui produit des effets d’achoppement : un « lapsus » volontaire de l’auteur provoque des « lapsus réels » dans l’esprit du lecteur (p. 180).

6La deuxième partie de la recherche illustre ces phases de travail en analysant cinq œuvres représentatives : l’expérience de Correspondance, Le Dessous des cartes, Quelques écrits et quelques dessins de Clarisse Juranville, J. Vaché, La Parole est à Baudelaire et Un miroir exemplaire de Maupassant. L’historienne accorde une attention particulière aux œuvres de transition entre ces phases. Elle fait remonter l’hypertextualité de Lautréamont aux situationnistes, passant par Baudelaire et Marx. Les détournements vont de pair avec la disparition de la signature comme avec la présence de l’auctor (l’instance responsable de la matérialité du texte). Ils justifient la discrétion de Nougé par le refus d’inscrire son nom dans le champ littéraire. Par son activité intellectuelle qui combat « la capitulation ou la déroute des cerveaux » (p. 53), Paul Nougé apparait comme un « marxiste humaniste » : proche des classiques par son refus de l’originalité, proche des marxistes par ses méthodes et ses idéaux révolutionnaires. L’étude des revues et des catalogues de l’époque est minutieuse et raconte les circonstances historiques qui prévalurent aux actions. La recherche est illustrée dans une bibliographie abondante, qui est évoquée dans une structure claire et des analyses précises des textes retenus. Cependant, l’auteure a choisi de mettre de côté les textes érotiques en privilégiant la poésie « de combat ». À partir de cet ouvrage qui rend compte de la cohérence de la démarche de Nougé, la mise au jour et l’étude de nouveaux hypotextes éclaireraient donc le statut particulier des images littéraires à l’heure de leur mutation. En effet, à partir des circonstances décrites par Geneviève Michel et dans la continuité des recherches de Nathalie Gillain, il conviendrait de mettre en relation, d’une part, les spectres de l’histoire littéraire, présents dans les images nougéennes, avec l’usage des moyens de reproduction technique et la guerre qui ont transformé les comportements de l’homme moderne, dans son rapport à l’histoire littéraire et politique, d’autre part, les langages inventés pour faire face à cette mutation.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Judith Pollet, « Michel (Geneviève), Paul Nougé : la poésie au cœur de la révolution  », Textyles, 48 | 2016, 175-177.

Référence électronique

Judith Pollet, « Michel (Geneviève), Paul Nougé : la poésie au cœur de la révolution  », Textyles [En ligne], 48 | 2016, mis en ligne le 01 mai 2015, consulté le 28 mai 2017. URL : http://textyles.revues.org/2697

Haut de page

Auteur

Judith Pollet

frs-fnrs/Université catholique de Louvain

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org