Navigation – Plan du site
Chroniques
Comptes rendus

Mantcheva (Dina), La Dramaturgie symboliste de l’Ouest à l’Est européen

Paris, L’Harmattan, 2013, 350 p.
Paul Aron
p. 174-175
Référence(s) :

Mantcheva (Dina), La Dramaturgie symboliste de l’Ouest à l’Est européen, Paris, L’Harmattan, 2013, 350 p.

Texte intégral

1Cet imposant ouvrage d’un professeur bulgare spécialiste de l’histoire du théâtre présente pour la première fois une analyse systématique de l’influence de l’écriture dramatique des symbolistes ouest-européens sur l’œuvre de trois dramaturges slaves : le Russe Alexandre Blok, le Polonais Stanislaw Wyspianski et le Bulgare Emanouil Popdimitrov. Le mot influence est ici à entendre en deux acceptions : des rapports directs, liés à des contacts identifiables, et des rapports dits typologiques, qui résultent de préoccupations communes en diverses aires culturelles sans interférences évidentes.

2La première partie du travail, celle qui nous intéresse d’ailleurs le plus directement, porte sur l’influence de Maeterlinck. Une brillante synthèse des caractéristiques de l’écriture théâtrale du Gantois permet d’évoquer la manière novatrice dont il installe son univers au seuil du monde réel et à l’écoute de l’Inconnu : une figuration de l’invisible dans le présent et le passé des personnages, l’intervention de l’autre monde dans leurs actes, la construction de lieux symboliques comme le château ou la maison pour condenser l’action, et la valorisation du langage au détriment des événements dans le théâtre statique. Il en résulte une manière particulière de structurer le plateau, qui renouvelle aussi la relation entre la salle et la scène dans le sens d’une implication grandissante des spectateurs auxquels les acteurs transmettent leurs interrogations existentielles.

3Le théâtre slave doit beaucoup à cette esthétique qu’il découvre très rapidement grâce aux séjours parisiens et à l’excellente connaissance du français de ses principaux représentants. Mais il accorde aussi une grande importance aux résonnances politiques et nationales des pièces. S’inscrivant dans le courant postromantique, il donne à lire une allégorisation de la situation de pays occupés ou soumis à des pressions internationales, qui n’a plus grand chose à voir avec le contexte abstrait du théâtre belge. Le château devient ainsi chez un Wyspianski une image transparente de la Pologne. L’opposition est toutefois moins forte, si l’on admet, comme je l’ai proposé jadis, une lecture plus sociale du théâtre de Maeterlinck, où le conflit des générations s’inscrit dans un débat sur les valeurs anciennes de la bourgeoisie belge placées dans le contexte nouveau des questions sociales et coloniales.

4Il est également intéressant d’être attentif à la chronologie. L’influence du symbolisme franco-belge se fait sentir très en avant dans le xxe siècle, à un moment où la dramaturgie des pays slaves doit compter avec d’autres codes culturels, comme la montée des avant-gardes ou des formes nouvelles du théâtre. Très attentive à ces effets de contexte, l’auteure nous donne un tableau nuancé et diversifié des transferts culturels.

5Dans une seconde partie, le corpus est élargi à d’autres pièces symbolistes françaises, généralement moins connues, et dont les auteurs, Peladan, Schuré, Lorrain, Hérold ou Viélé-Griffin, sont moins directement à la source des pièces slaves envisagées par la suite. La comparaison concerne dès lors une vaste imprégnation culturelle dont les réseaux demeurent peu connus. Ainsi, un même goût pour la naïveté (entendue au sens des « baraques de foires » rimbaldiennes) peut être noté, tandis que les auteurs slaves mobilisent beaucoup plus largement que leurs homologues occidentaux les ressources d’un folklore demeuré plus vivant chez eux, et surtout identifiable à une sorte d’âme du peuple dont les consonances politiques sont évidentes. L’auteure étudie ainsi le traitement des fables, des mythes grecs et des références bibliques dans les deux symbolismes. Il est sans doute dommage qu’elle se tienne strictement à la littérature, parce que le relais de la peinture et des illustrations jouent ici un grand rôle.

6Reste que l’étude de Dina Mantcheva fait date, par son érudition et sa parfaite connaissance de la bibliographie critique de quatre univers culturels à la fois proches et distincts. Il s’agit d’un ouvrage de référence qui s’impose.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Paul Aron, « Mantcheva (Dina), La Dramaturgie symboliste de l’Ouest à l’Est européen  », Textyles, 48 | 2016, 174-175.

Référence électronique

Paul Aron, « Mantcheva (Dina), La Dramaturgie symboliste de l’Ouest à l’Est européen  », Textyles [En ligne], 48 | 2016, mis en ligne le 01 mai 2015, consulté le 25 septembre 2017. URL : http://textyles.revues.org/2695

Haut de page

Auteur

Paul Aron

frs-fnrs/Université Libre de Bruxelles

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org