Navigation – Plan du site
Chroniques
Comptes rendus

Berg (Christian), L’Automne des idées. Symbolisme et décadence à la fin du xixe siècle en France et en Belgique

Études réunies par Kathleen Gyssels, Sabine Hillen, Luc Rasson et Isa Van Acker, Leuven, Peeters, coll. La République des Lettres, 2013, viii-370 p.
Charline Lambert
p. 170-172
Référence(s) :

Berg (Christian), L’Automne des idées. Symbolisme et décadence à la fin du xixe siècle en France et en Belgique, études réunies par Kathleen Gyssels, Sabine Hillen, Luc Rasson et Isa Van Acker, Leuven, Peeters, coll. La République des Lettres, 2013, viii-370 p.

Texte intégral

1Christian Berg est bien connu de tous ceux qui s’intéressent à l’histoire littéraire de Belgique ou à la littérature comparée des xixe et xxe siècles. À l’occasion de son éméritat, ses collègues, étudiants et amis lui ont rendu hommage à travers cet ouvrage : celui-ci reprend quelques-unes de ses importantes contributions à la compréhension des mouvements symboliste et décadent en Belgique et en France. Le choix des études sélectionnées, réunies par Kathleen Gyssels, Sabine Hillen, Luc Rasson et Isa Van Acker, met en lumière la cohérence des travaux que Christian Berg a consacrés à ces mouvements, en soulignant leur relation au sentiment du déclin, que condense le titre du recueil : grâce à sa vaste érudition et à la diversité des approches méthodologiques qu’il met en œuvre, Christian Berg démontre que « l’automne des idées » est le fil rouge de la période.

2L’ouvrage, ponctué d’une riche bibliographie des travaux de Christian Berg, est clairement structuré : les thèmes sont rassemblés au sein de trois sections cohérentes. La première partie, intitulée « L’automne des idées », traite particulièrement du mouvement décadent selon diverses orientations : tantôt autour d’un réseau d’écrivains (Daudet, Bourges, Huysmans et Lorrain, ou encore le « réseau du boxon »), tantôt à la confluence du mythe littéraire et de l’histoire culturelle (ainsi d’Élémir Bourges et du Crépuscule des dieux ou de Bruges-la-Morte revisité en roman « gay »), tantôt du point de vue spécifiquement esthétique (Huysmans préfacier) ou sociocritique (« L’hôpital Verlaine » ou des réflexions sur la modernité). Ainsi voit-on Christian Berg traverser les courants et les œuvres (romans, poésie, théâtre, adaptations) dans leur entièreté et, comme à l’image des mouvements étudiés, tisser des correspondances entre écrivains et histoire culturelle.

3La seconde partie, « Signes de signes » aborde la littérature-simulacre, les effets d’artifice (« Joris-Karl Huysmans et l’antiphysis », « Le suffète Théodore Hannon et Rimes de joie »), les jeux de trompe-l’œil et « le rapport mystérieux des signes » (« La littérature en trompe-l’œil » ou les études sur Schwob) : du close reading au contexte culturel, de la littérature comparée à l’approche philosophique (des évocations fréquentes à Bergson, Hegel, Nietzsche émaillent les études), les diverses sensibilités méthodologiques de Christian Berg sont mises à l’honneur.

4La troisième et dernière partie est consacrée au retentissement de la philosophie schopenhauerienne sur cinq écrivains symbolistes, réunis autour du dénominateur commun de l’« idéalisme » (Rodenbach, Verhaeren, Maeterlinck, Van Lerberghe, Elskamp). « À travers le lorgnon de Schopenhauer », les thèmes du voir et du savoir, du secret, de la proie et de l’ombre, les voies de l’effroi et de la pitié ponctuent l’ouvrage, dans une atmosphère bien éloignée des récupérations pessimistes de la pensée du philosophe, généralement abusivement considéré comme « démoralisateur public », selon le mot de Christian Berg. Le « réel » pris dans les rets de l’illusion et du trompe-l’œil, dans des miroitements langagiers et des jeux de reflets, thèmes si chers aux symbolistes et aux décadents, semble la toile de fond des réflexions rassemblées dans le présent volume.

5La division de l’ouvrage en trois sections d’égale ampleur confère à la lecture un rythme efficace : les études peuvent aussi bien être lues de façon isolée que faire l’objet d’une lecture linéaire. Dans ce cas, le lecteur décèlera, au sein des différentes sections, une progression plus ou moins évidente d’un article à l’autre à travers la récurrence de motifs, de thèmes, de références. À titre d’exemple, si le lecteur lit une étude entièrement consacrée, dans la première partie, au « réseau du boxon », il pourra se satisfaire d’une simple évocation de ce réseau dans l’article suivant. C’est là l’intelligence et la finesse avec lesquelles ces études ont été réunies. Il est proposé au lecteur de voyager au fil des études et de les faire fonctionner comme un système de correspondances, d’échos, de renvois.

6S’« il est […] rassurant de voir la littérature entretenir, dans ses plis et replis, la mémoire des œuvres, quand l’amnésie frappe critiques et lecteurs » (p. 127-128), le « passeur de frontières » qu’est Christian Berg (selon l’expression consacrée dans l’introduction) maintient toutefois la littérature vivante et en circulation. Tout au long de l’ouvrage, le lecteur pressent, à l’instar d’Élémir Bourges, une « hyperconscience par rapport à la tradition littéraire, picturale et musicale » (p. 29) dont fait preuve Christian Berg. Ce volume est donc à l’image de la richesse des approches méthodologiques adoptées par le professeur et propose, en fin de compte, une vision holistique des mouvements symbolistes et décadents.

7Par-dessus tout, cet hommage au professeur se veut un hommage à l’homme : les contributions ici réunies mettent en lumière l’érudition et l’honnêteté intellectuelle de Christian Berg, sans manquer de souligner l’humour de ce dernier, savamment distillé dans les études. Pensons par exemple aux titres aguicheurs comme « Bordel ou caboulot ? Huysmans et le mysticisme des Riddecks », aux expressions savoureuses comme, parlant de Pierrot : » [...] à force de prêter sa plume, on risque de ne pas la retrouver » (p. 190) ou aux chutes humoristiques de certaines études, achevant de nous rendre ce passeur de frontières éminemment sympathique. En fin de compte, la passion du professeur, du chercheur et du commentateur rejoint celle du lecteur : ne boudons pas ce plaisir.

8Les trois études sur Marcel Schwob (« Marcel Schwob, le récit bref et l’esprit de symétrie », « Signes de signes », et « Marcel Schwob et La Terreur future ») retiennent particulièrement notre attention. À travers diverses approches méthodologiques (philologique, historique, esthétique), Christian Berg met en lumière la modernité du dispositif schwobien, particulièrement labyrinthique, qui « réside dans une technique qui nous fait croire à la fois au sens, et au leurre du sens » (p. 240). Narration, énonciation, réception : tout semble s’agencer chez Schwob comme un immense palais des glaces décadent, notamment par le mirage des signes et l’instrument de la « terreur ». Les analyses remettent ainsi sur le devant de la scène la grande réflexion schwobienne sur les « formes » et la nécessité de leur destruction. C’est là par exemple l’un des grands apports scientifiques du présent volume : Christian Berg donne la mesure de l’importance des travaux de Schwob sur la prose narrative française des siècles suivants.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Charline Lambert, « Berg (Christian), L’Automne des idées. Symbolisme et décadence à la fin du xixe siècle en France et en Belgique  », Textyles, 48 | 2016, 170-172.

Référence électronique

Charline Lambert, « Berg (Christian), L’Automne des idées. Symbolisme et décadence à la fin du xixe siècle en France et en Belgique  », Textyles [En ligne], 48 | 2016, mis en ligne le 01 mai 2015, consulté le 26 février 2017. URL : http://textyles.revues.org/2686

Haut de page

Auteur

Charline Lambert

fnrs/Université catholique de Louvain

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org