Navigation – Plan du site
Chroniques
Comptes rendus

Beghin (Laurent), Robert Vivier ou la religion de la vie

Bruxelles, Le Cri/Académie Royale de Langue et de Littérature Françaises, coll. Histoire littéraire, 2013, 350 p.
Gérald Purnelle
p. 169-170
Référence(s) :

Béghin (Laurent), Robert Vivier ou la religion de la vie, Bruxelles, Le Cri/Académie Royale de Langue et de Littérature Françaises, coll. Histoire littéraire, 2013, 350 p.

Texte intégral

1En publiant cette biographie de Robert Vivier, l’auteur entend réparer une injustice, ou du moins rendre une visibilité à un auteur qu’il estime trop peu étudié et réédité, et qui lui paraît tombé dans un oubli presque total. Depuis longtemps, les articles et les études qui sont consacrés à Vivier sont peu nombreux (l’auteur en a lui-même produit quatre) ; de l’œuvre romanesque, deux romans seulement ont été republiés dans les années 1980 ; le poète a peut-être un peu mieux retenu l’attention de cette postérité post mortem, mais il n’a fait l’objet que de deux anthologies, publiées sous l’égide de l’arlff, en 1999 et 2009 (la seconde est due à Laurent Béghin). (Depuis, centenaire oblige, les textes de prose tirés de l’expérience de la Première Guerre mondiale et regroupés en 1923 dans La Plaine étrange ont été réédités aux éditions Weyrich). Dans le champ mémoriel et patrimonial des lettres francophones de Belgique, Vivier n’a guère les faveurs de l’Institution, à la différence des avant-gardes, de certains surréalistes, de romanciers mieux affirmés ou de poètes plus modernes. En d’autres termes, il serait victime de la désaffection manifestée à l’égard des écrivains peu ou prou assimilés au néo-classicisme.

2Après avoir posé rapidement la question de l’éventuelle médiocrité de l’œuvre comme cause de ce purgatoire subi par Vivier (pour y répondre par la négative), Laurent Béghin relève que celui-ci s’est toujours positionné à l’écart des avant-gardes, avec le réalisme comme canon inébranlable, dans une veine lyrique pour la poésie et populiste pour le roman : Vivier sera toujours resté « fidèle à une conception plus traditionnelle de la littérature ». C’est donc la biographie d’un néo-classique qui est ici proposée, comme il s’en est produit d’autres à l’initiative de l’Académie (songeons à l’ouvrage de Charles Bertin consacré à Marcel Thiry en 1997).

3Précisément, face à ce désintérêt affirmé, on pourrait s’étonner que ce soit par une biographie que l’auteur ait choisi de le rectifier, sans porter d’abord cette action sur l’œuvre proprement dite, par des rééditions, ou même la publication d’œuvres complètes. En quoi la biographie d’un écrivain comme Vivier est-elle utile, non seulement à sa réhabilitation et à la promotion posthume de son œuvre, mais aussi à l’histoire littéraire ? La forme, la structure et la démarche que Laurent Béghin donne à son ouvrage répondent à cette question. Au-delà de la nécessité de situer dans un contexte celui qu’il appelle une « figure humaine très noble » et un « bel écrivain », et relevant que Vivier a occupé une place importante de son vivant, l’auteur situe un parcours dans une époque, des courants, un contexte historique et littéraire, voire, sans faire à proprement parler de la sociologie de la littérature, un champ. Il préfère, à une étude thématique, une approche chronologique assez classique. Partant, il mêle, de chapitre en chapitre, les analyses de l’œuvre (recueils de poèmes, romans, essais universitaires et autres) à l’information proprement biographique : l’œuvre balise le parcours d’un écrivain et réciproquement. Notons que le lien qui est établi entre la vie et l’œuvre s’appuie davantage sur l’examen des circonstances que sur une recherche étiologique.

4Il faut reconnaître, à cet égard, que la vie même de Robert Vivier est globalement peu saillante : c’est celle d’un homme cultivé, devenu professeur d’université, d’un aspirant écrivain particulièrement volontaire, en constante quête de publication et de reconnaissance, d’un homme de lettres moralement impliqué dans son temps et les débats qui l’animent, mais très peu engagé dans l’action ou le militantisme. C’est donc d’abord, à côté de la dimension intime (le couple formé avec Zénitta Tazieff), une vie en littérature qui est retracée, avec pour pendants un parcours professionnel dans l’enseignement de la littérature italienne, européenne et française, et une pratique soutenue de l’amitié en littérature.

5La vie de Robert Vivier est ainsi divisée en dix-huit époques, de la jeunesse liégeoise à la retraite parisienne, en passant par les études, deux guerres mondiales, les périodes de production plus poétique ou plus romanesque, l’accès à la carrière universitaire, la reconnaissance institutionnelle (élection à l’arllf). Pour la retracer, Laurent Béghin a dû composer avec l’état des sources, en disposant essentiellement de deux fonds d’archives, dont l’utilisation est opportune et avisée, dans la mesure où ils fournissaient matière à des aspects bien définis d’une biographie. Ce sont donc, souvent, des éléments liés au rapport à l’Institution, au monde éditorial, au désir d’être publié et reconnu, qui sont mobilisés. La genèse de l’œuvre est aussi un motif récurrent. Ces diverses données aboutissent à un récit sans zones d’ombre graves, et dont la ligne est tenue de façon cohérente.

6Au final, l’ouvrage se révèle utile à deux points de vue : il est régulièrement scandé de réflexions et d’analyse portant sur les ouvrages de Vivier, d’un point de vue intrinsèque, mais aussi contextualisé et remis dans la perspective d’une unité globale ; il constitue donc une bonne introduction à l’œuvre, ou une source d’informations. Laurent Béghin a raison : l’œuvre mériterait à la fois une évaluation globale dont cette biographie est un second jalon (après le colloque que Paul Delbouille et Jacques Dubois consacrèrent en 1994 à Vivier) et d’être régulièrement rappelée au souvenir du public et de l’édition.

7Par ailleurs, on trouvera en Robert Vivier un cas d’écrivain qui, sans avoir vécu une vie qui le signale comme une figure emblématique ou exceptionnelle, est néanmoins exemplaire ou illustrative de bien des aspects spécifiques au champ francophone ou plus larges. Romancier et poète, poète du front, universitaire, homme de convictions, expatrié, néo-classique et adepte d’une conception traditionnelle de la littérature, intégré à l’Institution, signataire de positions affirmées sur la littérature (il appartint au Groupe du Lundi), marqué par un engagement plus moral qu’actif, homme de réseaux, mais aussi de stratégies : la vie et le profil de Robert Vivier peuvent alimenter maintes réflexions et recherches plus larges, tant en sociologie de la littérature qu’en histoire littéraire. À cela aussi sont utiles les biographies bien menées.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gérald Purnelle, « Beghin (Laurent), Robert Vivier ou la religion de la vie », Textyles, 48 | 2016, 169-170.

Référence électronique

Gérald Purnelle, « Beghin (Laurent), Robert Vivier ou la religion de la vie », Textyles [En ligne], 48 | 2016, mis en ligne le 01 mai 2015, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://textyles.revues.org/2684

Haut de page

Auteur

Gérald Purnelle

Université de Liège

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org