Navigation – Plan du site
Chroniques
La chronique des Archives et Musée de la Littérature

Le fonds Werner Lambersy

Saskia Bursens
p. 165-167

Texte intégral

  • 1 Lambersy (Werner), Dernières nouvelles d’Ulysse. Extrait inédit. Plusieurs versions manuscrites du (...)

À contempler l’univers
où l’on vit
peut-être attrape-t-on
« la peau de l’âme ».1

1Voilà déjà plus de vingt ans que le poète Werner Lambersy lègue progressivement ses archives littéraires aux aml. Si, dans les années 1990 et au début des années 2000, les arrivages épars (quelques lettres et pages autographes) ont été catalogués au fur et à mesure, les lots plus importants de 2004 à 2015 ont fait l’objet, ces mois derniers, d’un dépouillement et d’un encodage intégraux, quoique toujours ouverts à l’arrivée de documents ultérieurs.

2Né à Anvers en 1941, Werner Lambersy est devenu en près d’un demi-siècle d’écriture et en une soixantaine d’ouvrages, une voix majeure du paysage poétique francophone. Après des études au collège Saint-Michel à Bruxelles, son travail de représentant commercial l’amène à voyager fréquemment, notamment aux États-Unis, au Canada, en Chine et en Inde. Cette ouverture au monde et la multiplicité des contacts qu’elle engendre détermine la vie de cet autodidacte grand lecteur, conférant un caractère universaliste à ses écrits traduits dans plus de vingt langues.

3Dans les archives, cette particularité se révèle par le volume considérable de sa correspondance (ml 10300 à 10324). Pointons d’emblée quelques noms d’expéditeurs : les écrivains Henry Bauchau, André Beem, Lokenath Bhattacharya, Daniel De Bruycker, Pierre Dhainaut, François Emmanuel, Otto Ganz, Alain Germoz, Michel Joiret, Marcel Moreau, Yves Namur, Jean-Claude Pirotte, François Van Laere ; le comédien Jacques Zabor ; la compositrice Annette Vande Gorne ; les éditeurs (micro-éditeurs ou bibliophiles) Bernard Dumerchez, Alain Kewes (Rhubarbe), Daniel Leuwers (Le Livre pauvre), Yves Perrine (La Porte), Jean Princival (L’Amourier), Vincent Rougier (Ficelle) ; les plasticiens (aux lettres souvent illustrées) Erik Koch, Régis Lacomblez, Jean-Louis Millet, Raâk, Roland Renson ou Didier Serplet,…

  • 2 Vandercammen (Edmond), Lettre à Werner Lambersy, 10 juillet 1972 (ML 10321/4/3).

4C’est en 1967 que paraît son premier recueil, Caerulea, publié chez vdh (Bruxelles) et suivi de quatre autres volumes chez le même éditeur. Des débuts qu’on reconnaît prometteurs. Edmond Vandercammen, notamment, constate avec plaisir qu’au fil des volumes, le langage du jeune poète « s’épure en se faisant plus aigu »2.

5Pour s’exprimer, l’écrivain a choisi le français. Au-delà de son amour de la langue, c’est pour ce Flamand d’origine un choix qualifié de politique, en réaction à son histoire personnelle : en 1942, son père, nationaliste flamand, s’engage dans l’armée allemande, une décision assumée jusqu’au bout, sans le moindre regret. Les dossiers d’archives familiales (ml 10357 et 10358) mettent discrètement en lumière les rapports complexes entre père et fils.

6À partir des années 1970, Lambersy trouve en Henry Fagne un éditeur de choix. Leur collaboration débute en 1971 avec Le Silenciaire, se poursuit avec Moments dièses (1972), Groupe de résonances (1973), Le Cercle inquiet (1974), Protocole d’une rencontre (1975) et 33 Scarifications rituelles de l’air (1976). Fagne lui apprend le métier et son exigence, au-delà de l’inspiration. Il ne tarit pas d’éloges :

  • 3 Fagne (Henry), Lettre à Bruno Durocher, 30 mai 1973 (ML 10305/2/9).

On reparlera, vous verrez, de mon poulain. Il pourra me quitter alors pour aller à Paris, à la conquête de la gloire (hum, hum !). Ce ne serait pas la première fois, mais, comme vous, certainement, je suis fier d’avoir « découvert » quelques bons poètes, comme ç’a été le cas avec Jacques Izoard.3

7Après le décès d’Henry Fagne en 1978, c’est vers Le Cormier de Fernand Verhesen que Lambersy se tourne pour sortir, en 1979, le recueil que beaucoup considèrent comme une pièce majeure de la littérature belge contemporaine : Maîtres et maisons de thé (prix triennal de Poésie en 1980). De cet ensemble de poèmes cérémoniels et initiatiques, inspirés par les philosophies orientales, Lambersy dira dans une interview :

  • 4 Lambersy (Werner), Réponses manuscrites à une interview ( ?) reprises dans le dossier de Maîtres et (...)

[…] je pouvais enfin écrire passion et sérénité au même moment ; parler dans un livre, haut lieu de la parole, d’une cérémonie du geste, c-à-d. du silence […], rejoindre le mystique au plus fort de la matière ; vivre, rêver, agir, attendre, écrire, sans qu’un des termes n’occulte l’autre…4

8Au début des années 1980, Lambersy s’installe à Paris. Il y devient responsable de la Promotion des Lettres belges au Centre Wallonie-Bruxelles, un poste qu’il occupera jusqu’en 2002. Les salons, animations et expositions littéraires vont alors se succéder dans toute la France (soulignons d’ailleurs l’importance de la décentralisation culturelle pour le poète), mais aussi à l’étranger, jusqu’en Corée du Sud ! Les dossiers Invitations/Événements littéraires (ml 10325-10337), ainsi que les dossiers Photographies/Groupes (ml 10367 et 10370), témoignent de cette activité soutenue.

9Tout aussi intense et protéiforme est sa production littéraire. Les textes brefs succèdent aux textes longs, la poésie à la prose : ainsi, Le Déplacement du fou (1982), Paysage avec homme nu dans la neige (1982), Géographies et mobiliers (1985), Noces noires (1987), L’Arche et la Cloche (1988), Architecture nuit (1992) ou encore Anvers ou les Anges pervers (1994) dans lequel l’auteur renoue avec son propre passé et avec l’âme secrète de la ville portuaire qui l’a vu naître. Ce seul « roman » de Lambersy a reçu le prix Auguste Michot de l’Académie Royale de Langue et de Littérature françaises en 1994, un prix qui vise à récompenser l’auteur belge d’une œuvre consacrée à la Flandre. Anvers vient en outre de ressortir dans la collection Espace Nord.

10Le fonds ne recèle pas de manuscrits pour cette période mais des petits dossiers de presse, accompagnés de divers documents tournant autour des publications (dossiers ml 10354). Les carnets, feuillets autographes, impressions de fichiers informatiques ou d’e-mails font leur apparition aux alentours des années 2000 avec les dossiers ml 10342 à ml 10353, reprenant, par exemple, les épreuves de D’un bol comme image du monde (1999), le premier état de la préface d’Érosion du silence (2001), les cahiers manuscrits d’Échangerais nuits blanches contre soleil même timide (2000) ou de Rubis sur l’ongle (2005), des brouillons d’Effets du facteur éolien de l’art sur l’érosion des choses (2008), deux manuscrits de Cupra Maritima (2009), un manuscrit en accordéon de L’Assèchement du Zuiderzee (2010), trois cahiers de Conversation à l’intérieur d’un mur (2011) ou encore les premières versions, dès 2009, des Dernières nouvelles d’Ulysse, sorties en 2015 chez Vincent Rougier.

11Si les premiers recueils évoquent Eros, la nature, le rituel, le rythme de la parole et du silence, émergent au fil des années des thèmes plus politiques et parfois de l’humour. Le poète est aussi un révolté qui s’inscrit dans son temps. Le lent cheminement du créateur se reflète dans le dossier des analyses critiques de l’œuvre entière (ml 10355).

12Enfin, cet ensemble s’achève sur un nombre remarquable d’ouvrages précieux : éditions limitées, exemplaires numérotés et traductions rares (mla 29040 à 29071), illustrations originales (ml 10361), auxquels s’ajoutent différents livres d’artiste composés avec la complicité de plasticiennes comme Jacqueline Ricard, Christine Gendre-Bergère, Dominique Baur, Claudine Goux (mlco 928, 930, 944, 964, 965). S’y adjoignent d’intéressants dossiers de photographies signées, entre autres, Jean-Pol Stercq ou Louis Monier, ainsi que des archives photographiques de son ami André Beem (ml 10362 à ml 10368).

Haut de page

Notes

1 Lambersy (Werner), Dernières nouvelles d’Ulysse. Extrait inédit. Plusieurs versions manuscrites du recueil sont conservées dans le Fonds sous les cotes ML 10346-10352.

2 Vandercammen (Edmond), Lettre à Werner Lambersy, 10 juillet 1972 (ML 10321/4/3).

3 Fagne (Henry), Lettre à Bruno Durocher, 30 mai 1973 (ML 10305/2/9).

4 Lambersy (Werner), Réponses manuscrites à une interview ( ?) reprises dans le dossier de Maîtres et Maisons de thé, 1979 (ML 10354/11/2).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Saskia Bursens, « Le fonds Werner Lambersy », Textyles, 48 | 2016, 165-167.

Référence électronique

Saskia Bursens, « Le fonds Werner Lambersy », Textyles [En ligne], 48 | 2016, mis en ligne le 01 mai 2016, consulté le 28 mai 2017. URL : http://textyles.revues.org/2681

Haut de page

Auteur

Saskia Bursens

Archives et Musée de la Littérature

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org