Navigation – Plan du site
Varias

Je, neveu (ii)

André Baillon et la subversion du modèle scolaire
Maria Chiara Gnocchi
p. 147-156

Notes de la rédaction

Cet article forme le second volet d’un diptyque. La première partie a paru dans le n° 47 de la revue.

Texte intégral

  • 1 Frank (Leonhard), Monsieur Mager assassiné, traduit de l’allemand par Marguerite Gobat, Paris, Ried (...)
  • 2 Baillon (André), Le Neveu de Mademoiselle Autorité, Paris, Rieder, coll. Prosateurs français contem (...)
  • 3 Henri avec un « i » dans Roseau, voir l’article cité « Je, neveu. Pour une relecture d’une œuvre di (...)

1Grâce, entre autres choses, à un jeu intertextuel mené avec le roman Monsieur Mager assassiné de l’écrivain allemand Leonhard Frank1, André Baillon fait du Neveu de Mademoiselle Autorité – mais aussi de Roseau, qui devait à l’origine former un tout avec Le Neveu, sous ce même titre – le lieu d’un rejet net vis-à-vis des responsables de son éducation. Rappelons brièvement que Le Neveu de Mademoiselle Autorité inaugure une trilogie inachevée de souvenirs d’enfance et de jeunesse, pour le titre de laquelle Baillon hésitait entre Des Vivants et des Morts et Le Neveu de Mademoiselle Autorité, dont les deux premiers tomes paraissent en 1930 et 19322. Dans ces volumes, et surtout dans Le Neveu et Roseau, le narrateur autodiégétique, nommé Henry Boulant3, retrace son enfance, marquée très tôt par la mort de ses parents, puis par une éducation assez sévère dispensée par une tante bigote surnommée « Mademoiselle Autorité » et surtout par les pères jésuites du collège de Turnhout, dans lequel l’enfant fut interne pendant neuf ans.

  • 4 Voir Laroche (Daniel), « Une théorie clandestine de l’écriture dans le prologue du Perce-oreille », (...)

2Dans l’exergue à Roseau, Baillon cite un extrait du livre de Leonhard Frank, Monsieur Mager assassiné. Ce roman raconte le retour au village natal d’Anton Seiler, un jeune poète parti avec l’idée de se réconcilier avec son maître d’école, particulièrement cruel vis-à-vis des enfants, qu’il finira par étrangler. Lors du procès qui suit, le protagoniste proteste de son innocence, affirmant que le maître aurait imprimé dans son âme une marque néfaste indélébile, cause de toutes ses actions successives. Le formateur serait donc largement responsable des comportements de son ancien élève et le geste de ce dernier serait à concevoir comme une vengeance, comme une revanche ultime et désespérée (Seiler sera ensuite inculpé et condamné à mort pour son geste). C’est ce même geste que le romancier belge esquisse dans Le Neveu de Mademoiselle Autorité et dans Roseau, peu de temps – rappelons-le – avant son suicide (en avril 1932). Mais les lecteurs familiers de l’écriture de Baillon s’en doutent bien : on ne trouvera pas dans les textes de notre auteur un geste aussi fort, aussi ostentatoire. Ce qui ne veut pas dire que la révolte soit absente : tout simplement, elle est plus subtile. Elle est plus subtile parce qu’elle n’est que suggérée, notamment à travers l’exergue de Roseau et le titre de Neveu, qui identifie le narrateur et protagoniste à quelqu’un qui ne veut pas, qui dit non. D’ailleurs, dans les premières lignes de Roseau, invité à rejoindre l’ordre des jésuites et ayant presque répondu « oui » à la fin du précédent volume, Boulant explique : « Je vais maintenant raconter comment je répondis non à ce oui. » (Roseau, p. 31) Qu’est-ce que le neveu refuse ? En premier lieu, de partager l’idéal de vie, religieux et moral, des pères jésuites. Ensuite, de taire le fait que sa névrose, en partie héréditaire, a été aggravée par la discipline imposée aux collégiens. Mais ce n’est pas tout : les choses se compliquent – et gagnent en intérêt – si l’on considère que les pères jésuites n’ont pas été les éducateurs du narrateur seulement en matière de religion, mais dans toutes les matières et notamment pour ce qui concerne la lecture et l’écriture ; c’est à eux qu’Henry, tout comme Baillon, doit son apprentissage de la littérature. Et c’est par une œuvre littéraire, précisément, qu’il mime et répète le geste d’Anton Seiler, l’ancien élève qui étrangle son maître. On trouve ainsi dans Le Neveu de Mademoiselle Autorité et dans Roseau de nouveaux éléments de la « théorie clandestine de l’écriture » qui parcourt l’œuvre entière d’André Baillon4.

« [C]omment je répondis non » : la subversion du modèle scolaire

  • 5 Balibar (Renée), Les Français fictifs. Le rapport des styles littéraires au français national, prés (...)

3Dans son essai Les Français fictifs, Renée Balibar a démontré de manière très convaincante l’intérêt du repérage, dans les textes littéraires, de la pratique linguistique que les auteurs fictionnalisent, l’effet littéraire naissant d’un écart par rapport au modèle appris à l’école5. Il est évident que cet intérêt redouble lorsqu’on a affaire à des récits d’école, où le « français fictif » devient un élément fondamental non seulement de la narration, mais aussi dans la narration.

  • 6 Ibid., p. 264.
  • 7 À l’époque de la publication des Français fictifs, Renée Balibar ne pouvait pas le savoir, mais dan (...)
  • 8 Balibar (Renée), Les Français fictifs, op. cit., p. 27.

4Le dernier chapitre du livre de Balibar est consacré à L’Étranger d’Albert Camus ; la chercheuse y démontre – manuels scolaires et cahiers d’école de l’auteur à l’appui – que la langue « simple » par laquelle s’exprime le narrateur, procédant par phrases brèves, privilégiant la parataxe, etc., n’est qu’une fictionnalisation du français « simple » et « correct » enseigné à l’école primaire. Au niveau de la chose narrée, cette option a un rapport avec le fait que Meursault est un déclassé, un ancien étudiant ayant dû renoncer aux études universitaires6 ; au niveau de la narration, cela s’explique par la grande reconnaissance que Camus a toujours vouée à son instituteur Louis Germain et par l’importance qu’il a toujours attribuée à l’enseignement reçu à l’école primaire7. Or, ainsi qu’Étienne Balibar le rappelle dans la présentation aux Français fictifs, l’école – du moins l’école laïque française dans la première moitié du xxe siècle – fournit une double compétence : elle propose d’abord « la pratique “primaire” de la rédaction-narration, exercice de “simple” apprentissage de la langue “correcte”, exprimant la “réalité” », et encourage ensuite « la pratique “secondaire” de la dissertation-explication de textes, exercice formellement “créateur”, supposant l’utilisation et l’imitation des textes littéraires »8. Et donc dans un premier temps une langue « non marquée », dont les sujets privilégiés ont trait à la vie quotidienne, ensuite une langue marquée par le discours latin et par l’« excellence » des auteurs, visant l’élévation de la pensée et la noblesse du style. Dans L’Étranger, Camus opte résolument pour le premier modèle : c’est la manière qu’a l’auteur de rendre hommage à son maître d’école et qu’a le narrateur pour dire son déclassement, sa non-appartenance à la famille de ceux qui ont fait des études.

  • 9 La consultation des cahiers d’école de Péguy a récemment permis à une autre chercheuse, Pauline Bru (...)

5Je crois qu’on peut aborder de la même manière les écrits de Baillon, en particulier les deux derniers, où la fictionnalisation de l’expérience scolaire est au premier plan. Et il me semble même que l’auteur, par le biais de l’un de ses narrateurs, nous indique – toujours de façon indirecte, comme il a coutume de le faire – cette voie à suivre. On se souviendra, en effet, que la narration du Neveu de Mademoiselle Autorité est d’abord prise en charge par un premier narrateur, hétérodiégétique et identifié au « signataire de ce livre » (p. 17), qui cède à partir du premier chapitre la parole à Henry Boulant, narrateur autodiégétique. Ce dernier reproche à son prédécesseur un modus operandi inadéquat : pour bien comprendre et décrire son parcours et son identité, il aurait dû se concentrer davantage sur son origine, sur son enfance, sur sa famille, sur ses « neuf ans de collège » (p. 16). Il aurait dû « voir dans quelles villes [il] avai[t] vécu, décrire ces milieux » et, ce qui a retenu mon attention et va dans le sens de l’analyse proposée par Balibar, « feuilleter [s]es brouillons d’écolier » (ibidem). Malheureusement, personne ne peut plus accomplir cette tâche pour ce qui est de Baillon, du moins strictu sensu : ses cahiers d’école n’ont pas été conservés – et l’auteur le sait très bien en 1930, ce qui nous indique que son allusion est à prendre au sens large (dans le sens, j’espère, que je privilégie dans cet article). Le collège qu’il a fréquenté à Turnhout existe encore, et est toujours géré par les jésuites, mais l’ancien immeuble a été démoli dans le temps et un nouveau a été bâti9.

  • 10 Pour ce qui est du Ratio studiorum, voir l’édition bilingue latin-français Ratio studiorum : plan r (...)

6Pour avoir une idée de la formation scolaire de Baillon, et donc du modèle littéraire auquel on fait allusion dans Le Neveu et Roseau, nous ne pouvons pas faire référence aux textes (manuels, etc.) analysés par Renée Balibar, en usage dans les écoles publiques et laïques de la République française. Il est par contre utile de parcourir le Ratio studiorum (1586 et 1599) et ses « applications » ultérieures, comme le Ratio discendi et docendi du père Joseph de Jouvency (1692 et 1703), qui constituent la base de la pédagogie dans les établissements gérés par les jésuites10. Sans entrer dans les détails des programmes qui ont connu un certain degré de variation d’une structure à l’autre, au fil des siècles, il suffira de rappeler que, encore plus que dans le cycle secondaire de l’école républicaine, le pilier de l’éducation dans les collèges jésuites a toujours été la rhétorique latine. L’importance du latin est fondamentale dans les collèges gérés par les jésuites : la langue des orateurs et des rhéteurs est aussi la langue de l’Église. Ce n’est pas tout : il fallait, dans ces structures, que l’apprentissage de la langue et de la civilisation aille de pair. Dominique Grootaers l’explique de manière très claire :

  • 11 Grootaers (Dominique), Histoire de l’enseignement en Belgique, Bruxelles, crisp, 1998, p. 257.

Le modèle culturel humaniste est basé sur la maîtrise de la langue latine, ce qui signifie, à la fois, la maîtrise technique d’un code linguistique complexe et, à la fois, la familiarité culturelle vis-à-vis de la pensée des auteurs. […]
La maîtrise de la langue, et en particulier de la langue écrite, est si importante dans ce modèle d’éducation parce que c’est elle qui confère l’humanité. Le « logos » à la fois comme code et comme contenu de pensées, est source d’humanité car il reflète la parole divine : le Verbe créateur11.

  • 12 Compagnon (Antoine), « Martyre et résurrection de Sainte Rhétorique », dans Cassin (Barbara), Le Pl (...)

7Au sommet de tout le processus éducatif, trônent l’étude et la pratique de la rhétorique. Ici encore, il faut souligner les différences qui séparent, à l’époque où Baillon fréquente l’école, les programmes des écoles laïques en France de ceux des écoles belges et surtout des institutions gérées par les jésuites. Comme Antoine Compagnon l’a expliqué, « entre 1880 et 1902 […] la rhétorique est morte en France, ou a été exécutée »12. Déjà en 1880, la réforme des programmes en France substitue la composition française à la composition latine au baccalauréat et, au concours général, le prix d’honneur de la classe de rhétorique couronne le discours français au lieu du discours latin. Mais le coup de grâce arrive en 1902, lorsque tout le secondaire est réformé : la composition latine est supprimée du programme et le nom même de rhétorique disparaît pour désigner la classe de première – expérience qui n’est pas commune à la Belgique, où la classe terminale de « rhétorique » existe encore aujourd’hui.

8Le cursus studiorum des élèves dans les collèges jésuites, à la fin du xixe siècle, était conçu à partir de la grammaire pour en arriver à la rhétorique. Ce parcours est explicité dans Le Neveu de Mademoiselle Autorité : Henry Boulant a passé neuf ans chez les jésuites, de ses 8 à ses 17 ans (il aurait dû continuer jusqu’à 18 ans, mais il est renvoyé avant sa dernière année et termine ses études, comme Baillon, dans un collège de joséphites ; les faits sont narrés dans Roseau). Il commence par la 9e préparatoire, où il fait encore essentiellement de la grammaire et de l’orthographe (voir p. 130 et suiv.) ; il entre à l’âge de 13 ans en « 6e latine » (p. 193) ; en 5e, le livre le plus étudié en classe est De viris illustribus (p. 203) ; en 4e, par contre,on litsurtout Jules César, en particulier De bello gallico (p. 222).

9Dominique Grootaers rappelle que pour les jésuites le « logos » fonctionne à la fois comme code et comme contenu des pensées ; le narrateur du Neveu de Mademoiselle Autorité va un peu plus loin, lorsqu’il remarque que la discipline qui régit ces collèges est à l’image de celle qui gouverne la langue latine : « Autant que les bons élèves, les mots latins obéissent à des lois définies et précises. Rares sont ceux qui se dérobent, exceptions qui confirment la règle » (p. 203). Cette proposition pourrait ne pas être anodine. À bien y regarder, Henry finit, lui, par se dérober aux lois du collège : il choisira de sortir de la « règle » – n’oublions pas que la « règle » désigne également la loi qui régit les ordres religieux. L’exception, c’est lui : c’est lui qui a dit non, c’est lui qui ne veut (pas). Non seulement il se dé-robe (dé-froque) parce qu’il refuse de devenir jésuite, mais aussi parce que, devenu narrateur, il s’exprime dans une langue et un style aux antipodes de la rhétorique latine.

« Prends l’éloquence et tords-lui son cou ! »

10Au fil des pages, le narrateur du Neveu – comme celui de Roseau – avoue son écart par rapport au modèle rhétorique de construction du discours qui prévoit, comme on le sait, cinq parties fondamentales : inventio, dispositio, elocutio, memoria, pronuntiatio – les trois premières surtout, pour les compositions écrites. Pour ce qui est de l’inventio, il fait allusion à son « manque d’imagination » (p. 204), sur lequel il reviendra dans Roseau : « Au collège, je manquais déjà d’imagination ; j’en manque encore, on me l’a reproché bien souvent. » (p. 49) Mais c’est surtout à propos de la dispositio que les commentaires, clairement métanarratifs, se multiplient. À un moment, il avoue :

  • 13 Dans d’autres cas, le narrateur affiche un laisser-aller très poussé dans la construction des chapi (...)

Je voudrais vous présenter un tas de braves gens […] et je ne sais vraiment trop comment m’y prendre. Si j’essayais de vous les présenter au cours de mes vacances ? (p. 141)13

11Plus loin, il prévient de la sorte la réaction de ses lecteurs :

J’entends certaines critiques :
– Mais votre livre n’est pas composé ! Vous procédez par petits tiroirs : tiroir pour la famille, tiroir pour les vacances, tiroir pour les amourettes.
Eh ! je sais bien ! Mais si mes souvenirs se présentent par petits tiroirs. (p. 192)

12Autrement dit, il ne choisit pas une dispositio particulière parce qu’il n’a pas l’intention de suivre ce genre de règles. La preuve que ces règles sont celles que l’enseignement de la rhétorique lui a dictées est contenue dans Roseau, où c’est le père directeur de l’Académie qui fait la même observation au jeune héros, battu à une joute oratoire : « Vous avez […] présenté vos preuves en ordre dispersé. Vous auriez dû les faire avancer en une synthèse solide. » Et le narrateur commente, sournois : « C’est bien possible » (p. 116). Dans un cas comme dans l’autre, on établit un parallèle très évident entre l’expérience scolaire (décevante) du héros, entre les « défauts » dans sa formation, et la démarche du narrateur qui est, elle, le fruit d’un choix conscient.

13Tout se joue, pour Baillon, au niveau de l’elocutio, c’est-à-dire au niveau de la recherche d’un style qui est, pour compléter le cadre, aux antipodes du modèle latin. En effet, Henry Boulant opte, comme la plupart des narrateurs bailloniens, pour la parataxe, alors que le modèle latin est décidément hypotactique. On dirait que, tout comme Albert Camus rend hommage à son instituteur en reproduisant, dans ses écrits, le « style simple » qu’il a appris à l’école primaire, André Baillon fait le choix inverse : il subvertit le modèle scolaire qu’on lui a imposé pour « étrangler » ses mauvais maîtres. Il opte pour des phrases linéaires, pour la parataxe au détriment de la syntaxe, pour les « petits tiroirs » plutôt que la construction, et ce faisant il conteste la quintessence des enseignements reçus. La rupture n’est pas bruyante, elle est subtile et, une fois de plus, clandestine, mais le refus n’en reste pas moins net.

14Il me semble important d’insister sur la grande lucidité avec laquelle l’auteur accomplit ce choix. Parmi les nombreux commentaires métanarratifs qui alimentent la « théorie clandestine » de l’écriture dont on a parlé, il y en a un qui me semble crucial. À un moment donné, le narrateur relate la mort de sa mère. La maladie de Mme Van B… est annoncée de manière extrêmement sèche : « Et ce fut bientôt le tour de maman. Elle était malade depuis longtemps. » (p. 58) Son décès n’est même pas nommé ; le narrateur y fait seulement allusion : « Puis un soir, on me mena chez tante Ida, où je dormirais dans un beau lit et je fus bien content… » Il ajoute ensuite :

Si je faisais de la littérature, je décrirais les cloches qui sonnent, l’oncle Jacques en deuil, moi qui pleure, ces horribles corbillards anversois tout peints en or, avec des tombes, des saules pleureurs, des Pierrot-le-Mort un peu partout. En vérité, je ne me souviens que d’une chose. […] Je supposais que l’on mènerait maman dans l’église où j’avais suivi ses parents. Dès qu’on se mit en route, je compris qu’il n’en serait rien. De tout mon gros chagrin, c’est le seul souvenir qui me reste : une déception, un affront à maman. (p. 58-59)

15« Si je faisais de la littérature » : de quoi est-il en train de parler ? Si le narrateur se nommait André Baillon, on pourrait penser que l’auteur-narrateur veut prendre ses distances vis-à-vis de la fiction et ébaucher un geste d’adhésion au genre autobiographique ou testimonial. Mais le narrateur à qui on doit ces quelques phrases s’appelle Henry Boulant et il est en train de faire allusion à un certain modèle littéraire qui n’est autre que celui qu’on lui a appris à l’école. En écrivant « Si je faisais de la littérature, je décrirais… », il ne fait que mimer l’un des exercices classiques d’« amplification » auquel le personnage s’est si souvent adonné lors de ses études (voir aussi Roseau, p. 46), et qu’il refuse de faire ici.

  • 14 Voir la note 3.

16Ce qui est encore plus intéressant – et nous en dit long sur la lucidité de notre auteur, même à la fin de sa carrière, à un moment où son imagination et sa verve paraissaient effectivement un peu taries –, c’est qu’André Baillon n’a pas adopté dès le début ce qui est ensuite devenu son style. En effet, dès 1896, bien avant de concevoir le cycle Des vivants et des morts, il a esquissé un autre récit autobiographique, intitulé La Dupe, dont les faits narrés couvrent ceux qui sont exposés dans Le Neveu et dans Roseau et s’étendent jusqu’à la première phase de la vie adulte du protagoniste (nommé, dans La Dupe, Daniel Hadouin)14. La dernière partie du récit, remaniée, aurait dû constituer le troisième tome du cycle entamé dans les années 1930 mais, on le sait, Baillon s’est suicidé avant de pouvoir mener à bien cette opération. Nous avons donc, avec la première partie de La Dupe d’un côté et Le Neveu et Roseau de l’autre, deux versions d’une même histoire, écrites à quelque trente-cinq ans de distance, au début et au terme d’une carrière littéraire, et la comparaison entre ces différents textes nous aide à saisir toute la portée du modus scribendi de l’auteur dans les récits de l’âge mûr.

17Le passage que j’ai cité plus haut est intéressant pour deux raisons : non seulement parce qu’il dénonce l’option fondamentale à la base de l’élaboration du texte, mais aussi parce que nous retrouvons exactement les mêmes contenus dans La Dupe… avant d’en arriver à ladite option. Que l’on compare ces deux extraits :

Le Neveu de Mademoiselle Autorité

(p. 58-59)

La Dupe

(p. 11-13)

« Si je faisais de la littérature, je décrirais les cloches qui sonnent, l’oncle Jacques en deuil, moi qui pleure, ces horribles corbillards anversois tout peints en or, avec des tombes, des saules pleureurs, des Pierrot-le-Mort un peu partout. »

« Le corbillard attendait dans le vent qui dispersait les lamentations des cloches. » (p. 13)

« Il […] quitta la pièce, en sanglotant. » (p. 11)

« On partit, Daniel suivant le corbillard qui secouait mollement sa croix, des couronnes et ses lanternes allumées aux quatre angles. » (p. 13)

« On marchait entre les tombes. » (p. 13)

18Tous les mécanismes textuels qu’Henry Boulant refuse et dénonce comme faux, un autre narrateur baillonien, encore imprégné du modèle scolaire, les avait bien exploités. Cet autre narrateur avait fait, précisément, « de la littérature », ou alors de l’« amplification », en suivant les règles qu’on lui avait données en classe. Dans La Dupe, le narrateur supplée par l’imagination (inventio) aux lacunes dans les souvenirs de l’auteur ; les faits relatés avancent dans une « synthèse solide » (dispositio) et les embellissements rhétoriques et stylistiques (elocutio) ne font pas défaut.

19On pourrait multiplier les comparaisons de ce genre entre Le Neveu et La Dupe. Il n’est sans doute pas opportun de le faire dans le contexte de cette brève étude, mais qu’on me permette de souligner le fait que cette sorte d’exercice de style qui consiste à relater, dans Le Neveu, les mêmes contenus que ceux de La Dupe, mais dans une forme différente, selon des modèles rhétoriques opposés, est à l’œuvre dès les premières lignes du récit. L’incipit de La Dupe constitue, en effet, une ouverture très classique pour un récit de vie : on évoque la naissance du héros (qui est identifié par son prénom et nom), on identifie le lieu où l’action se déroule et on décrit la maison où Daniel vint au monde (l’extérieur d’abord, l’intérieur ensuite) :

La maison où naquit Daniel Hadouin se trouvait à l’angle d’un boulevard près du parc d’Anvers. Les marronniers semaient des feuilles sur le balcon et l’on apercevait entre leurs branches un lac tout vert, avec des cygnes au milieu et des canards en bande sur la berge. Il y avait des barreaux forgés aux fenêtres, des tapis sur l’escalier et dans le salon un grand portait du père. (p. 11)

20L’incipit du Neveu nous annonce un récit tout à fait différent. Ici aussi, on répond aux questions classiques telles que « où l’histoire a-t-elle lieu ? » et « quand ? », mais de façon beaucoup plus brusque, laconique, informelle :

La chose se passe dans une petite ville qui s’appelle Termonde. Et c’était le temps où les pères des vieux d’à présent étaient encore des jeunes gens. (p. 9)

  • 15 Meizoz (Jérôme), Le Droit de « mal écrire » : quand les auteurs romands déjouent le français de Par (...)

21Il est vrai que ces lignes sont prises en charge par l’auteur du prologue, que le narrateur Henry Boulant ne manque pas de critiquer, mais son récit à lui fait preuve des mêmes caractéristiques : absence d’inventio (aucun détail ne vient enrichir le lieu où « la chose se passe » ; inutilité, pourrait-on dire, de toute dispositio, étant donné le manque d’éléments à disposer, et même une certaine ostentation dans le laisser-aller (dans un cahier d’écolier, un début comme « La chose se passe… » n’obtiendrait pas une très bonne note !) ; et, pour finir, beaucoup de sobriété et d’informalité au niveau de l’elocutio. L’incipit de La Dupe ressemble de très près aux exercices scolaires prévoyant la description (on en évoque dans Roseau, par exemple p. 46), alors que l’ouverture du Neveu a l’air d’une revendication affichée, la revendication du droit de « mal écrire », pour utiliser une formule de Jérôme Meizoz15.

22Âgé de vingt et un ans, Baillon a ressenti, pour la première fois, la nécessité de revenir sur son enfance et de dire sa « révolte contre Dieu et ses maîtres » (La Dupe, p. 22), mais, écrivain encore inexpérimenté, il ne s’est pas rendu compte que son refus était superficiel dans la mesure où il n’entamait pas un modèle d’écriture qu’il avait hérité, en grande partie, de ses maîtres exécrés. Le recul lui manquait, ainsi qu’une pratique suffisante de l’ars scribendi. À la fin de sa carrière littéraire, il y voit plus clair : il a compris que pour dire non aux maîtres, il faut refuser leur exemple. Et pour refuser l’exemple des jésuites, qui ont été des formateurs au niveau spirituel, mais aussi au niveau littéraire, il ne suffit pas de jouer le poète maudit. Il faut contester le modèle littéraire appris au collège et « répondre » par une œuvre littéraire qui déconstruise ce modèle, surtout au niveau formel. Le vers de Verlaine « Prends l’éloquence et tords-lui son cou ! » ne pourrait exprimer mieux ce qui s’est passé : pour étrangler symboliquement ses maîtres, le narrateur baillonien s’applique à étouffer leur enseignement, et donc en premier lieu la rhétorique latine et ses règles de composition.

Haut de page

Notes

1 Frank (Leonhard), Monsieur Mager assassiné, traduit de l’allemand par Marguerite Gobat, Paris, Rieder, coll. Prosateurs étrangers modernes, 1927. Aujourd’hui mieux connu comme La Cause, trad. François Rey, Toulouse, Ombres, 1988.

2 Baillon (André), Le Neveu de Mademoiselle Autorité, Paris, Rieder, coll. Prosateurs français contemporains, 1930 ; Baillon (André), Roseau, ibidem, 1932 (rééd. avec une préface de Maria Chiara Gnocchi, Bruxelles, Le Cri, coll. Les Évadés de l’oubli, 2001). Le troisième volume, La Dupe, dont Baillon avait esquissé une première version dans les dernières années du xixe siècle, ne sera jamais repris dans les années 1930, puisque Baillon se donne la mort peu de temps après la parution de Roseau. Le texte de La Dupe qui a paru d’abord à La Renaissance du livre en 1944, puis avec Le Pénitent exaspéré chez Labor en 1988 (dans la collection Archives du futur), est donc celui que Baillon avait écrit dans sa jeunesse. Toutes les citations dans cet article sont tirées de la dernière édition existante de chacun de ces livres.

3 Henri avec un « i » dans Roseau, voir l’article cité « Je, neveu. Pour une relecture d’une œuvre dite mineure d’André Baillon ».

4 Voir Laroche (Daniel), « Une théorie clandestine de l’écriture dans le prologue du Perce-oreille », dans Textyles n° 6, André Baillon, le précurseur, 1989, p. 47-60.

5 Balibar (Renée), Les Français fictifs. Le rapport des styles littéraires au français national, présentation d’Étienne Balibar et Pierre Macheray, Paris, Hachette Littérature, série Langue et Littérature, coll. Analyse, 1974.

6 Ibid., p. 264.

7 À l’époque de la publication des Français fictifs, Renée Balibar ne pouvait pas le savoir, mais dans Le Premier Homme, publié de façon posthume en 1994, Camus insiste encore davantage sur la positivité de son apprentissage dans le cycle primaire, bien différent de celui du lycée.

8 Balibar (Renée), Les Français fictifs, op. cit., p. 27.

9 La consultation des cahiers d’école de Péguy a récemment permis à une autre chercheuse, Pauline Bruley, de développer une réflexion très intéressante sur les rapports entre l’enseignement de la rhétorique et le style de l’écrivain français : voir Bruley (Pauline), Rhétorique et style dans la prose de Charles Péguy, Paris, Champion, coll. Littérature de notre siècle, 2010. Voir aussi la section « La langue littéraire et l’enseignement du français » dans la partie introductive de Philippe (Gilles) et Piat (Julien), La Langue littéraire. Une histoire de la prose en France de Gustave Flaubert à Claude Simon, Paris, Fayard, 2009, p. 38-45.

10 Pour ce qui est du Ratio studiorum, voir l’édition bilingue latin-français Ratio studiorum : plan raisonné et institution des études dans la Compagnie de Jésus, présentée par Adrien Demoustier et Dominique Julia ; traduite par Leone Albrieux et Dolores Pralon-Julia ; annotée et commentée par Marie-Madeleine Compère, Paris, Belin, 1997. Le Ratio docendi et discendi de Jouvency connut deux rédactions successives, en 1692 et 1703. On peut consulter cette version française : De la manière d’apprendre et d’enseigner (De ratione discendi et docendi), traduction par H. Ferté, Paris, [s.l.], 1900.

11 Grootaers (Dominique), Histoire de l’enseignement en Belgique, Bruxelles, crisp, 1998, p. 257.

12 Compagnon (Antoine), « Martyre et résurrection de Sainte Rhétorique », dans Cassin (Barbara), Le Plaisir de parler. Études de sophistique comparée, Paris, Minuit, coll. Arguments, 1986, p. 158. Voir aussi Douay-Soublin (Françoise), « La rhétorique en France au xixsiècle à travers ses pratiques et ses institutions : restauration, renaissance, remise en cause » et Compagnon (Antoine), « La rhétorique à la fin du xixe siècle (1875-1900) », dans Fumaroli (Marc), Histoire de la rhétorique dans l’Europe moderne (1450-1950), Paris, puf, 1999, p. 1071-1214 et 1215-1250 ; Reggiani (Christelle), Éloquence du roman : rhétorique, littérature et politique aux xixe et xxe siècles, Genève, Droz, coll. Histoire des idées et critique littéraire, 2008.

13 Dans d’autres cas, le narrateur affiche un laisser-aller très poussé dans la construction des chapitres. C’est ainsi que débute, par exemple, le premier chapitre de la première partie de Roseau : « Je vais maintenant parler de mes essais littéraires » (p. 45). Ou encore, le cinquième chapitre de cette même partie commence par ces mots : « Ceci est un petit chapitre hors texte. Je demande pardon s’il n’intéresse personne. » (p. 98)

14 Voir la note 3.

15 Meizoz (Jérôme), Le Droit de « mal écrire » : quand les auteurs romands déjouent le français de Paris, Genève, Zoé, 1998.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Maria Chiara Gnocchi, « Je, neveu (ii) », Textyles, 48 | 2016, 147-156.

Référence électronique

Maria Chiara Gnocchi, « Je, neveu (ii) », Textyles [En ligne], 48 | 2016, mis en ligne le 01 mai 2016, consulté le 28 mars 2017. URL : http://textyles.revues.org/2675

Haut de page

Auteur

Maria Chiara Gnocchi

Università degli Studi di Bologna

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org