Navigation – Plan du site
Chroniques
Comptes-rendus

Aubert (Nathalie), Fraiture (Pierre-Philippe), McGuinness (Patrick) (éds), From Art Nouveau to Surrealism. Belgian modernity in the Making

Londres, Ed. Modern Humanities Research Association and Maney Publishing, coll. Legenda, 2007
Francis Mus
p. 126-127
Référence(s) :

Aubert (Nathalie), Fraiture (Pierre-Philippe), McGuinness (Patrick) (éds), From Art Nouveau to Surrealism. Belgian modernity in the Making, Londres, Ed. Modern Humanities Research Association and Maney Publishing, coll. Legenda, 2007, 207 p.

Texte intégral

1From Art Nouveau to Surrealism. Belgian Modernity in the Making rassemble quinze études en anglais sur autant de sujets différents offrant ensemble au lecteur un survol d’un demi-siècle (1890-1940) d’art et de littérature en Belgique francophone. Bien que le noyau dur de l’ouvrage reste de loin la littérature (au sens large), d’autres secteurs artistiques, tels la photographie, la peinture ou la musique sont également abordés en cours de route. Issu d’un colloque tenu à l’université de Warwick du 3 au 4 novembre 2006, l’ouvrage, très soigneusement présenté, a été édité par Nathalie Aubert, Pierre-Philippe Fraiture et Patrick McGuinness. L’hétérogénéité inévitable à laquelle donne lieu un ensemble d’études particulières a pu être limitée non seulement grâce à l’intérêt intrinsèque de chacune de celle-ci, mais aussi par une introduction globale due aux éditeurs et par une table des auteurs (quoique non exhaustive) en fin de volume.

2Dans l’introduction, les avant-gardes belges sont cernées par trois thèmes-clés : la distance vis-à-vis d’un centre (artistique ou autre), le thème du double dans la revendication d’un aspect typiquement belge et le topos de la négation. La période est divisée par trois césures traditionnelles : 1890, 1920 et 1940.

3Patrick McGuinness regarde de plus près le thème du double dans le symbolisme belge en relation avec le symbolisme français, et offre plusieurs pistes intéressantes pour penser ce double belge. Arnaud Rykner creuse le lien entre l’œuvre théâtrale de Maeterlinck et son aspect musical. Valérie Dufour touche également à la musique en retraçant le parcours des compositeurs belges. Dans un article plus rétrospectif, Laurence Brogniez et Charlyne Audin montrent de façon convaincante le rôle constitutif du pictural dans la littérature belge au point où celle-ci force ses propres frontières. Dans la contribution de Danielle Leenaerts, la littérature est échangée contre un survol très clair de la photographie belge pendant l’entre-deux-guerres. Pierre-Philippe Fraiture examine l’évolution de la fiction coloniale belge en tant que genre spécifique. Un autre exemple de la prise en compte de la littérature au sens large est fourni par l’analyse minutieuse des Contes du whisky de Jean Ray ; elle offre une image représentative des années 1920 (Thomas Amos). Paul Aron jette des passerelles entre la littérature et la politique de la première moitié du xxe siècle. Nathalie Aubert entreprend une étude similaire pour ce qui est des surréalistes belges et français. En analysant des textes de Crommelynck et de Ghelderode, Pierre Piret montre leur rôle de précurseurs dans l’entre-deux-guerres, qui fonctionnait, quant au théâtre, comme un laboratoire de la modernité. Quelques articles traitant de l’avant-garde dans cette période adoptent un point de vue sociologique, comme la présentation des activités surréalistes en Belgique (Bibiane Fréché), ou, dans une moindre mesure, l’histoire des voyages et exils d’artistes belges comme Schmalzigaug (An Paenhuysen), tandis que Virginie Devillez examine la tension entre tradition et innovation à Anvers et Bruxelles. Le livre se clôt sur une étude de Scutenaire par Andrew Hussey.

4Dans les différents essais alternent de façon implicite la mise en vedette du caractère « construit » de l’essence belge d’un côté, et des assertions d’aspects typiquement belges présentées comme réalité, de l’autre. La perspicacité analytique des études aurait bénéficié d’une explicitation plus visible de cette dialectique. L’originalité du livre vient plus de l’introduction à la problématique dans le domaine anglophone que d’une présentation d’auteurs et de cas nouveaux abordés : ce sont en effet souvent les noms connus qui sont passés en revue. Pourtant, cela n’enlève rien à la qualité des études mêmes, d’autant plus que le point de vue adopté est souvent original ; il suffit de penser ici par exemple à la comparaison très fine entre Hergé et Simenon signée Benoît Denis.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Francis Mus, « Aubert (Nathalie), Fraiture (Pierre-Philippe), McGuinness (Patrick) (éds), From Art Nouveau to Surrealism. Belgian modernity in the Making », Textyles, 34 | 2008, 126-127.

Référence électronique

Francis Mus, « Aubert (Nathalie), Fraiture (Pierre-Philippe), McGuinness (Patrick) (éds), From Art Nouveau to Surrealism. Belgian modernity in the Making », Textyles [En ligne], 34 | 2008, mis en ligne le 26 juin 2013, consulté le 26 septembre 2017. URL : http://textyles.revues.org/267

Haut de page

Auteur

Francis Mus

Kul Leuven

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org