Navigation – Plan du site
Utopie et anticipation
L'anticipation en contexte

Une école belge de l’anticipation ?

Valérie Stiénon
p. 13-27

Texte intégral

Dans le maelström des étiquettes

1Prolifique dans les littératures de l’imaginaire, la Belgique présente pourtant une inconnue s’agissant du récit d’anticipation. Il suffit pour en prendre la mesure de comparer les situations respectives de ces deux « genres » réputés voisins que sont la science-fiction et le fantastique. Celui-ci a été érigé en emblème des terres du syncrétisme et de l’étrange, tandis que celle-là a souffert d’expressions isolées et de dénis compliquant sa réception. La situation de l’anticipation est plus complexe encore : souvent rattachée à la science-fiction, dont elle constituerait une étape archaïque ou protohistorique, elle ne se confond pas tout à fait avec elle. Ne se définissant pas exclusivement par les thématiques scientifiques ou extraterrestres, ni même par la seule dimension futuriste, l’anticipation se donne pour objet une exploration imaginaire des mondes possibles. Cette exploration s’est manifestée plus d’une fois avec succès dans l’histoire des lettres belges, des fictions de Rosny aîné (Les Xipéhuz, La Force mystérieuse, Les Navigateurs de l’infini) aux mondes parallèles créés par François Schuiten et Benoît Peeters, des aventures spatiales de Bob Morane aux technosciences de Gilbert Hottois. Mais quel dénominateur commun peut-on trouver à ce corpus disparate ? Et comment faire l’archéologie d’une production qui a trouvé des expressions variées et originales malgré une généricité hybride et l’absence de représentant majeur ?

  • 1 Steeman (Stanislas-André), L’Ennemi sans visage, Paris, Librairie des Champs-Élysées, coll. Police (...)
  • 2 Bay (Paul), « À propos de l’œuvre de Henri-Jacques Proumen », dans La Nervie, revue illustrée d’Art (...)
  • 3 Voos de Ghistelles (George), La Nervie, 1931, p. 11.
  • 4 Bendère (Robert de), La Nervie, 1931, p. 12.

2C’est en effet la variété qui, à première vue, caractérise l’anticipation belge. Uchronie, merveilleux scientifique, space opera, récit post-apocalyptique, anticipation militaire, futurisme ludique ou satirique, aventure merveilleuse pour la jeunesse, bande dessinée et même policier fantastique : il n’y manque rien. Cette diversité des esthétiques et des supports produit de singuliers mélanges de codes romanesques, comme l’atteste L’Ennemi sans visage1 (1934) de Stanislas-André Steeman. L’enquête du détective Wens commence lorsque le docteur Arthus, qui menait des expériences sur la vie artificielle pour créer « l’homme futur », est retrouvé assassiné dans son laboratoire. L’intrigue prend alors la tournure d’une alternative susceptible de modifier la nature de la fiction : peut-on supposer que l’expérience a réussi et que la créature ayant reçu la greffe d’un cerveau de criminel s’est retournée contre son créateur, ou plus communément que l’assassin du savant est un membre de son entourage ayant intérêt à sa mort ? Le revers de cette créativité est inévitablement la disparate, que vient redoubler une diversité d’étiquettes génériques posant l’anticipation comme une catégorie fluctuante des genres de l’imaginaire. Ainsi, à propos des deux romans d’Henri-Jacques Proumen, Sur le chemin des dieux (1928) et Le Sceptre volé aux hommes (1930), Paul Bay parle de « romans d’anticipation scientifique »2, George Voos de Ghistelles d’« études d’anticipation, pleines d’aperçus ingénieux et de déductions souvent profondes »3 et Robert de Bendère de « [r]omans d’anticipation, certes, où l’étrange coudoie le surnaturel, mais aussi [de] romans scientifiques, comme, seul, pouvait les imaginer et les écrire un homme de science doublé d’un littérateur »4.

  • 5 Comme le déplore Jacques Sternberg : « Bref, l’alliage Science Fiction avait tout pour déplaire. Il (...)
  • 6 Jacobs (Edgar Pierre), « Les carnets secrets de Blake, Jacobs et Mortimer », dans Blake et Mortimer(...)
  • 7 Versins (Pierre), Encyclopédie de l’utopie, des voyages extraordinaires et de la science-fiction, L (...)
  • 8 Ibidem.
  • 9 Gilbert Hottois a participé à une meilleure compréhension de cette littérature avec le numéro Scien (...)

3Le foisonnement des désignations participe de la même dynamique d’étiquetage sauvage qu’a subie la science-fiction5. Il manifeste aussi l’existence d’une catégorie historiquement avérée dans le discours critique, même si elle s’utilise volontiers en creux ou sans grande distance avec le sens commun : « Je vois la science-fiction comme un jeu spéculatif, une anticipation romancée des réalisations et des découvertes de demain ou d’après-demain », déclarait le créateur de Blake et Mortimer dans ses Mémoires6. Encore nommées « conjecture romanesque rationnelle »7, « littérature conjecturale »8 ou « fiction spéculative »9, les œuvres susceptibles de relever de l’anticipation présentent les caractéristiques de la fiction prospective, associées à un traitement rationnel, généralement centré sur des préoccupations sociétales. Cette définition a minima repose à la fois sur des traits narratifs (cadre spatio-temporel d’anticipation), figuratifs (représentations de la collectivité humaine) et logiques (lien de vraisemblance entre monde fictif représenté et référence au réel).

  • 10 Le cas est distinct pour la Flandre, davantage influencée par la science-fiction anglo-saxonne.
  • 11 Kistemaeckers (Henry), Aéropolis, Paris, Charpentier, 1909.

4Si en France le récit d’anticipation se constitue en prolongement de l’utopie narrative d’Ancien Régime, la situation est plus difficile à déterminer pour la Belgique francophone10, où cette écriture n’a pas acquis de véritable visibilité auctoriale ou éditoriale et paraît loin de former un genre autonome. Le tableau urbain et la poétique des ruines au futur antérieur, bien représentés dans la production française depuis le second tiers du xixe siècle, trouvent-ils par exemple leurs équivalents en Belgique ? On peut se hasarder à repérer quelques analogies ponctuelles qui témoignent de certaines influences. Ainsi Henry Kistemaeckers (le fils de l’éditeur) propose-t-il avec Aéropolis (1909)11 un « roman comique de la vie aérienne » qui semble tenir à la fois de la littérature panoramique de la monarchie de Juillet (petit format, illustrations, ton humoristique et satire sociale) et de l’univers futuriste inspiré d’Albert Robida, son contemporain. Parmi les progrès aériens, on peut compter un « Tube pneumatique Paris-Marseille », des garages privatifs pour aéroplanes, des « aéro-taxis » et « aérobus », un « journal aérographique » et même des parties de football dans le ciel parisien. Notons la touche belge apportée par l’avant-propos, qui rappelle un pionnier brugeois de la conquête de l’air, le téméraire Vincent de Groof mort accidentellement en 1874.

« Belgitudes » de l’anticipation

  • 12 Belge de naissance, mais souvent présenté comme un Français par les dictionnaires biographiques, co (...)
  • 13 Rency (Georges), « Avant-propos », dans La Nervie, 1931, p. 3.
  • 14 Ibidem.
  • 15 Sur ce texte méconnu, voir Baronian (Jean-Baptiste), « Découvrons Monsieur Van Grippenbergh », conf (...)
  • 16 Ibidem, p. 9.

5Ces considérations conduisent à s’interroger sur ce qui fait une anticipation « belge ». S’il s’agit d’une question de nationalité, comment traiter des naturalisations, des expatriations et des cas complexes comme celui d’un Rosny aîné12 ? Ou, à l’inverse, des auteurs belges bien reçus en France, voire sur un plan international, mais relativement méconnus dans leur patrie, tel Henri-Jacques Proumen, pourtant récipiendaire du prix Émile Zola décerné par la Société des Gens de Lettres et du Prix international de littérature de Genève ? Le numéro laudatif de La Nervie vise en 1931 à remédier au déséquilibre : « […] il semble qu’en Belgique même, cet écrivain belge n’eût pas exactement la place qui lui revient »13. Il apparaît d’ailleurs absent de la socialité littéraire et de la vie publique locale : « On ne le voit nulle part. Il n’appartient à aucun groupement. Il ne fait partie d’aucun cénacle. Il travaille dans son coin, publie ses livres et recommence. »14 À l’inverse, les récits que des Français agrémentent de marques belges sont-ils à inclure dans cette production d’anticipation ? En 1909, Gaston Dumestre fait paraître à Ostende un curieux Monsieur Van Grippenbergh15 racontant la situation décalée du personnage éponyme dans une Belgique anticipée sur vingt ans, où Bruxelles voit sa topographie et son architecture singulièrement modifiées. Or, Dumestre est français et familier des sociabilités culturelles parisiennes de la fin du siècle. Seul un déménagement le rend bruxellois pour une dizaine d’années, avant la Première Guerre mondiale16.

  • 17 Comme l’envisage Versins (Pierre), Encyclopédie de l’utopie, des voyages extraordinaires et de la s (...)
  • 18 Ibidem, p. 773.
  • 19 Parus de septembre 1945 à mai 1946.
  • 20 Ibidem, p. 53.
  • 21 Dont les premiers motifs de science-fiction apparaissent dans Les Faiseurs de désert en 1955, comme (...)
  • 22 Il le rappelle dans l’entretien reproduit à la fin de Dieu (Jaques), Henri Vernes : l’album. 50 ans (...)

6Au regard des nombreux transferts possibles de part et d’autre de la frontière, une publication de l’œuvre en Belgique est-elle décisive ? Certaines structures éditoriales ont pu contribuer à la cohérence et au rayonnement du récit d’anticipation. Pionnières, les initiatives belges semblent toutefois brèves et peu porteuses pour la production locale. Ainsi, la collection « Le roman scientifique » fondée en 1913 et publiée à Bruxelles aux éditions Polmoss, vraisemblablement la première spécifiquement dédiée à la science-fiction17, n’a connu qu’un seul titre, Le Secret de ne jamais mourir d’Alex Pasquier18. Brève et inégale est également la collection « Futura » publiée chez Deurne à Anvers en 1946 en une petite dizaine de fascicules. Quant aux quatorze numéros19 de la revue Anticipations, « premier magazine de langue française à avoir été consacré uniquement à la science fiction »20, ils contiennent des nouvelles anglo-saxonnes traduites, non des récits belges. Les éditions Gérard elles-mêmes mettent du temps à promouvoir chez Marabout des auteurs maison dans ce genre, à côté d’un investissement plus notable dans le récit d’aventures et d’enquêtes. Plus qu’une politique éditoriale affirmée, ce sont les cooptations successives qui comptent : Henri Vernes21 relance Jean Ray en le présentant à Marabout22. La relation amicale Vernes-Ray rallie ensuite Michel de Ghelderode, qui fait paraître ses Sortilèges et autres contes crépusculaires en Marabout Collection. En 1963, c’est Thomas Owen qui entre chez Marabout avec La Cave aux crapauds et autres contes étranges, préfacé par Ray.

  • 23 Pseudonyme collectif de Jean Libert et Gaston Vandenpanhuyse.
  • 24 La vision est pour le moins chaotique : « … Et soudainement, surgit autour d’eux, en une vue apocal (...)
  • 25 Cité dans ibidem, p. 9.
  • 26 Marie-Christine Pollet a fait la lumière sur ce cas : Pollet (Marie-Christine), « Un plagiat méconn (...)
  • 27 Chez Hoyois et Derely.

7D’autres facteurs ont une incidence majeure sur la nature et le rayonnement de l’anticipation belge. Il en va ainsi de la réversibilité des réseaux, lorsque la revue Fiction (ré)édite en France dès ses premiers numéros des nouvelles de Rosny aîné, Ray, Owen, Guy Vaes, Sternberg et Jacques Van Herp, ou quand la collection française « Anticipation » accueille au Fleuve Noir dans les années 1950 une vingtaine de titres signés par le tandem Jean Gaston Vandel23. Ces phénomènes multiples de circulation et de transfert connaissent aussi leurs revers. La censure n’est pas en reste. Ainsi, pour être diffusé sur le marché français, Le Piège diabolique (1962) de la série Blake et Mortimer, qui imagine un sombre futur situé en 506024, doit passer par une Commission de surveillance de la presse enfantine. Il faut attendre 1967 pour que l’album soit diffusé par Dargaud, car l’avis rendu est négatif « en raison des nombreuses violences qu’il comporte et de la hideur des images illustrant ce récit d’anticipation »25. En outre, cette littérature est parfois plagiée. Le Voyage dans le Paraguay-Roux de Charles Nodier, nouvelle publiée dans La Revue de Paris en février 1836, constitue un plagiat26 de l’utopie satirique d’Henri Delmotte intitulée Voyage pittoresque et industriel dans le Paraguay-Roux et en Palingénésie australe, parue à Mons27 en 1835. Nodier, qui a pu avoir connaissance de l’œuvre lors de son séjour en Belgique la même année, use habilement du topos du manuscrit trouvé et efface les marques trop explicitement belges du récit initial.

  • 28 Lysøe (Éric), Les Kermesses de l’étrange, op. cit., p. 372.
  • 29 Poulet (Robert), La Conjecture. Mémoires apocryphes, Paris, La Table Ronde, 1981.
  • 30 Lobkowicz (Stéphane de), La Reine Astrid n’est pas morte à Küssnacht, Bruxelles, Éditions de l’Arbr (...)

8Pour autant, l’anticipation belge traite-t-elle nécessairement de la nation et de l’identité belges ? La poétique de la science-fiction privilégie l’effacement et le brouillage des inscriptions locales trop spécifiques au profit d’un dépaysement radical qui redéfinit à l’échelle cosmique les critères de l’altérité. Les récits relevant de ce genre seraient donc nécessairement au-delà de la figuration du terroir et de la nation. De même, le merveilleux scientifique « présente […] la particularité de ne pas offrir, aussi souvent que des formules plus traditionnelles, le loisir de recourir aux différents clichés qui alimentent une représentation conventionnelle de la Belgique »28. Mais ce serait oublier l’inscription résolument topographique de l’uchronie et de la politique-fiction futuriste, elles aussi bien représentées dans la production belge. Robert Poulet livre dans La Conjecture. Mémoires apocryphes (1981)29 une uchronie bruxelloise sur la situation belge après la Seconde Guerre mondiale. Le Siège de Bruxelles de Jacques Neirynck (1996) prolonge les jeux de pouvoir qui mènent à l’éclatement du pays, déchiré par les conflits entre la Flandre et la Wallonie. L’uchronie La Reine Astrid n’est pas morte à Küssnacht de Stéphane de Lobkowicz (2011)30 fait succomber Léopold iii au fatal accident de voiture, suite auquel Astrid devient la dirigeante de la Belgique.

  • 31 Voir Thomas (Jean-François), Défricheurs d’imaginaire. Une anthologie historique de science-fiction (...)
  • 32 Thomas (Jean-François), « Postface », dans l’anthologie Dimension suisse, Black Coat Press, coll. R (...)
  • 33 Versins (Pierre), Encyclopédie de l’utopie, des voyages extraordinaires et de la science-fiction, o (...)
  • 34 Sternberg (Jacques), Une succursale du fantastique nommée science-fiction, op. cit., p. 26.

9Si certaines préoccupations belges trouvent à s’exprimer dans cette production, elles ne constituent pas pour autant des gages de « belgitude ». D’ailleurs, l’anticipation en Belgique francophone partage bon nombre de caractéristiques avec son homologue de Suisse romande31. Ici et là, on a affaire à des œuvres atypiques au sein d’une orientation dystopique prépondérante32, dans une histoire discontinue où se distinguent quelques figures auctoriales isolées, comme Töpffer avec son docteur Festus en 1830-1840 ou Noëlle Roger, que Versins qualifie de « seul grand écrivain suisse d’anticipation »33. Ces convergences pourraient faire croire que la question de la spécificité est soluble dans celle de la situation périphérique. Il y a en réalité une double dynamique à considérer, puisque la relégation périphérique croise, et ce faisant renégocie, la difficile légitimation des littératures de l’imaginaire en France. En 1958, Sternberg rappelait l’impossible reconnaissance littéraire du genre : « Doué ou non, un auteur d’anticipation en France ne pouvait être considéré que comme un auteur de roman populaire. »34 Est-ce aussi le cas en Belgique ?

Le légitime et le populaire

  • 35 Renard (Maurice), « Henri-Jacques Proumen et le roman d’hypothèse », dans La Nervie, 1931.
  • 36 Huftier (Arnaud), « Déliquescence et déplacement du merveilleux scientifique dans l’entre-deux-guer (...)

10Une vision étendue de part et d’autre de la frontière fait mieux apparaître, entre rejet et revendication, les enjeux symboliques liés à l’anticipation. En témoigne exemplairement le « roman d’hypothèse » proposé par Maurice Renard. La notion ne prend pas en France mais trouve des échos en Belgique, lorsque Renard l’applique à l’œuvre de Proumen, qu’il situe dans la filiation de Rosny aîné, dans la mesure où il écrit comme ce dernier « des récits basés sur l’hypothèse d’une nouveauté insolite dans l’ordre naturel ou scientifique »35. Dès lors, quand Rosny encense à son tour Proumen, cela ne va pas sans une certaine inclination à l’autopromotion. C’est d’ailleurs la quête de reconnaissance qui motive l’attention renouvelée de Renard et Rosny à la Belgique de l’entre-deux-guerres, au moment où, après avoir investi avec succès les réseaux français, ils connaissent une période de relatif déclin. Comme le note Arnaud Huftier, « [l]a “migration” de Maurice Renard et Rosny aîné vers la Belgique s’explique ainsi par une tentative de trouver un reliquat de capital symbolique, dans un espoir de faire éventuellement fructifier ce reliquat »36.

  • 37 Warfa (Dominique), « Thèmes et motifs de science-fiction dans Bob Morane », dans 33 ans de Bob Mora (...)
  • 38 Port (Red), La Grande Panne, Marabout, coll. Poche 2000, 1975.
  • 39 Port (Red), La Cité sur l’abîme, Marabout, coll. Poche 2000, 1975.
  • 40 Notamment Le Roi des glaces (1928), Le Secret des Lamas (1928) et Le Gorille roi (1929).

11La Belgique a pu faire de l’écriture conjecturale un tel enjeu symbolique en raison d’une grande labilité des frontières normatives entre littérature générale et production populaire. Cette dernière est bien visible dans les séries Bob Morane37 et Nick Jordan. Opération Atlantide (n° 70), Les Monstres de l’espace (n° 86), S.S.S. (n° 286), À la santé de Nick Jordan (n° 300) et plus généralement le Cycle du temps renouvellent le dépaysement de l’aventure et du récit de détection par la transposition de l’intrigue dans un nouvel inconnu, comme l’annonce la présentation du cycle : « Lorsqu’il eut parcouru toute la planète, Bob Morane […] se vit contraint de choisir un ailleurs. C’est alors que, l’Ombre jaune aidant, il fut lancé dans les plus folles aventures spatiales, tout au long du Cycle du Temps, régal des “fans” de “SF”. » Dans le même esprit, la série des Dan Dubble de Red Port, pseudonyme de Gérard Prévot, voit les protagonistes s’égarer sur des planètes inconnues (La Grande Panne38) ou affronter des extraterrestres à Paris (La Cité sur l’abîme39). Quant à la Police spatiale (n° 203) de Jacques Pierroux, elle affiche en couverture une hybridation sans équivoque : « Dans l’univers fantastique de demain, le commandant Manners se lance à la poursuite d’un dangereux écumeur d’étoiles. » Georges Simenon, sous le pseudonyme de Georges Sim, donne lui-même plusieurs récits aux collections d’aventures mystérieuses de l’éditeur Tallandier40, orientation que prennent aussi quelques péripéties de Harry Dickson chez Jean Ray. La bande dessinée est également gagnée par l’anticipation. La série Blake et Mortimer, notamment, s’oriente progressivement du space opera du Rayon U vers le voyage spatio-temporel par chronoscaphe dans Le Piège diabolique, en passant par la mise en scène d’une troisième guerre mondiale à l’instigation de l’autocratique empereur du Tibet dans Le Secret de l’Espadon.

  • 41 Nothomb (Pierre), La Rédemption de Mars, Paris, Plon, 1922.

12Mais l’anticipation est loin d’être l’apanage de la littérature populaire. D’une part, les mêmes thèmes et motifs investissent la littérature « moyenne ». La Rédemption de Mars41 de Pierre Nothomb mêlait déjà en 1922 le récit conjectural et la thématique science-fictionnelle dans un roman spiritualiste assimilant les créatures martiennes à des anges féminins. D’autre part, les auteurs belges d’anticipation sont distingués à plusieurs reprises (prix Jules Verne pour Ether-Alpha d’Albert Bailly en 1929 et Les Jardins du désert de Charles Bertin en 1981, prix Émile Zola en 1928 pour Sur le chemin des dieux d’Henri-Jacques Proumen et prix Maurice Renard en 1931 pour Le Sceptre volé aux hommes du même auteur), quand ils ne deviennent pas des emblèmes légitimants : création d’un prix Jean Ray en 1972 (jusqu’en 1977) et d’un prix Rosny aîné en 1980. La production belge voit donc se mêler plusieurs modes de légitimation et joue des deux circuits, du populaire et du légitime.

  • 42 Dieu (Jacques), Cinquante ans de culture Marabout, 1949-1999, Verviers, Nostalgia, 1999, p. 89-90.
  • 43 Ibidem, p. 221.

13Les circonstances du développement de l’anticipation chez Marabout le montrent bien. Attentives à fidéliser leurs jeunes lecteurs, les Éditions Gérard organisent en novembre 1953 un sondage à la suite duquel l’animal-totem s’engage, par prosopopée, à satisfaire leurs attentes : « Je prépare aussi des romans d’anticipation, de “science-fiction”, comme plusieurs me le suggèrent. »42 Pourtant, lorsqu’en 1965 l’une des collaboratrices émet l’idée de créer un héros populaire de science-fiction pour Marabout Junior43, la direction ne suit pas, préférant ménager ses deux auteurs vedettes, Henri Vernes et André Fernez, et miser sur les valeurs sûres : anthologie des 20 meilleurs récits de SF (1964), édition de chefs-d’œuvre étrangers (La Patrouille du temps de Poul Anderson, 1965), patrimonialisation des incontournables (série Les Chefs-d’œuvre de Jules Verne en 1966). C’est l’arrivée de Jean-Baptiste Baronian à la direction de la Bibliothèque Marabout au début des années 1970 qui marque le début d’une politique éditoriale spécifique, avec les deux séries Fantastique et Science Fiction. Parallèlement, il dote ces œuvres du discours d’escorte qui leur manquait, en écrivant des articles dans le Magazine Marabout (n° 27 » Qu’est-ce que la littérature fantastique ? » et n° 28 » Défense de la Science-fiction »). À ce moment, Marabout joue donc simultanément sur les deux tableaux du space opera populaire et de la production légitime valorisée par un discours critique de redécouverte, un prix Jean Ray et même l’intégration d’un métadiscours encyclopédique avec le Panorama de la science-fiction de Jacques Van Herp (1973).

Les prismes du fantastique

  • 44 Science Fiction est au départ intégrée à Fantastique, puis s’autonomise à partir de 1969, avec l’ap (...)
  • 45 Lysøe (Éric), Les Kermesses de l’étrange, op. cit., p. 7. Éric Lysøe note toutefois que le fantasti (...)
  • 46 Roger Bozzetto et Arnaud Huftier s’opposent d’ailleurs à une « définition globale des textes à effe (...)
  • 47 Tendances notées par Huftier (Arnaud), Jean Ray, l’alchimie du mystère, Amiens, Encrage, 2010, p. 7 (...)
  • 48 Comme le rappelle Baronian (Jean-Baptiste), Panorama de la littérature fantastique de langue frança (...)

14Un facteur important de légitimation – et paradoxalement d’occultation – de l’anticipation belge est le lien constamment entretenu entre science-fiction et fantastique. Le rapprochement repose pour une grande part sur des enjeux identitaires nécessaires à l’historiographie, tant est capitale la présence des « fantastiqueurs » dans l’histoire littéraire belge. C’est d’ailleurs dans les notices biographiques des romans de la collection Marabout Fantastique, celle-là même qui naît parallèlement à la série Science Fiction44, qu’apparaît en 1973 l’expression fameuse d’« École belge de l’étrange »45. Le rapprochement est aussi encouragé par la définition extensive du fantastique, dont les tendances se multiplient46 : « fantastique naturel » (Hubert Juin), « fantastique réel » (développé dans la revue Planète et repris par Franz Hellens) et « fantastique héréditaire » (mentionné dans la revue Fiction)47, ce qui engendre une situation floue, encore accentuée par la théorisation tardive. Franz Hellens publie ses recueils majeurs en 1912 et 1923 mais attend 1967 pour aborder le réalisme magique dans son essai Le Fantastique réel48.

  • 49 « De toute façon, ce qui était utopie va s’appeler désormais anticipation. Le terme est clair : le (...)
  • 50 Caillois (Roger), « De la féerie à la science-fiction », introduction à l’Anthologie du fantastique(...)
  • 51 Belgique, terre de l’étrange, tome i, 1830-1887, contes réunis et présentés par Éric Lysøe, Bruxell (...)

15L’inscription de l’anticipation dans le fantastique semble dès lors vouée à se penser entre assimilation et distinction. Sternberg considère en 1958 la science-fiction dans le sillage de l’utopie, forme matricielle pionnière de l’anticipation49. Privilégiant également la conception évolutive, Roger Caillois envisage la science-fiction comme une étape ultime après la féerie et le fantastique50, ces tendances répondant aux mêmes objectifs dans la réalité de leur temps : le conte de fées intégrerait les souhaits naïfs de l’homme face à la nature dont il n’a pas encore la maîtrise ; le fantastique exprimerait la peur de voir l’ordre du monde établi par la science expérimentale troublé par d’autres forces ; l’anticipation révélerait l’angoisse face à une science galopante qui peut précipiter l’humanité vers l’inimaginable. Cette thèse qui s’efforce de penser les continuités plutôt que les ruptures tend à confirmer une visée téléologique consacrant la supériorité des formes de récit les plus récentes sur les plus primitives. Éric Lysøe situe à son tour la science-fiction comme une veine inventive du fantastique et considère que Rosny aîné a créé avec Les Xipéhuz une « forme moderne de fantastique qu’on allait finir par baptiser “science-fiction” »51.

  • 52 Roger Bozzetto, L’Obscur Objet d’un savoir. Fantastique et science-fiction : deux littératures de l (...)
  • 53 Baronian (Jean-Baptiste), Panorama de la littérature fantastique de langue française : des origines (...)
  • 54 Van Herp (Jacques), Panorama de la science-fiction, Verviers, André Gérard, coll. Marabout Universi (...)

16D’autres théoriciens tiennent à dissocier les deux littératures, insistant comme Roger Bozzetto sur le fait qu’il s’agit de « deux genres spécifiques avec des origines, des généalogies et des visées différentes »52. Baronian établit une distinction logique et thématique entre fantastique et science-fiction. Cette dernière ne s’intéresserait pas au monde tel qu’il est, mais tel qu’il pourra(it) être. Ce faisant, elle ne questionne pas spécifiquement son univers de référence : « À la limite, elle n’hésitera pas à exagérer l’actualité, à accentuer un aspect de la société présente et des mœurs, mais jamais elle n’aura pour but direct de mettre le présent en question, de distordre le quotidien, sinon dans une vision spéculative. »53 Choisissant pour sa part le critère de la rationalité, Van Herp distingue le fantastique de la science-fiction en ce que la seconde se fonderait sur des hypothèses rationnelles54. Les fictions d’anticipation, aussi idéelles soient-elles, chercheraient à être rationnelles en vertu précisément de leur visée spéculative.

17Sa définition relationnelle complexe au fantastique fait pleinement apparaître l’anticipation comme un potentiel de transfiguration mettant en œuvre des réalités alternatives. On comprend dès lors que les thématiques scientifiques et le cadre futuriste, s’ils contribuent au récit conjectural, n’en sont pas des éléments définitoires indispensables. Le ressort narratif du voyage dans le temps, par temposcaphe (Henri Vernes) ou chronoscaphe (Edgar P. Jacobs) par exemple, est lui-même relativement convenu. Plus que la projection temporelle, ce qui importe est le jeu réflexif sur la temporalité elle-même, sa causalité et ses possibles, comme le montrent par exemple Échec au Temps (1945) et Nondum Jam Non (1966), qui interrogent l’irréversibilité du temps humain et ses conséquences.

Une histoire littéraire en pointillés

18De Rosny aîné (La Mort de la Terre, 1910) à Luc Dellisse (2013 Année terminus, 2012), une histoire de l’anticipation belge se dessine sur plus d’un siècle, avec ses tendances, ses hybridations génériques, ses auteurs marquants, le succès de ses productions populaires et ses quelques œuvres imitées ou primées. Les obstacles à une histoire littéraire sont toutefois nombreux : une majorité de cas atypiques ou isolés, des niches éditoriales et des infrastructures éphémères, une spécificité belge sujette à caution et la complexité des effets de réseau comme des dynamiques de légitimation qui requièrent de considérer le cas belge non pour lui-même mais dans une perspective internationale.

  • 55 Sternberg (Jacques), « Préface », dans Chefs-d’œuvre de la science-fiction Planète, coll. Les Chefs (...)
  • 56 Sternberg (Jacques), Mémoires provisoires, ou comment rater tout ce que l’on réussit, Paris, Retz, (...)
  • 57 Duhamel (Joseph), « Avant de partir ailleurs », dans Ailleurs et sur la Terre. Contes de science-fi (...)

19À cette histoire qui reste à écrire, il faut encore donner les moyens de franchir l’écran d’une historiographie sauvage qui s’est constituée au gré des recueils, des commentaires et des relectures parfois divergentes. Le cas Sternberg, tour à tour sujet et objet de telles relectures, en offre un bon exemple. L’auteur, on le sait, développe un discours personnel sur la science-fiction et préface en 1970 l’anthologie Chefs-d’œuvre de la science-fiction55 qu’il a composée. Pourtant, il se plaît à adopter la posture rétive de l’inclassable, récusant sa participation à la science-fiction alors même qu’il s’inscrit dans les organes de diffusion et les sociabilités qui la produisent. Ses Mémoires provisoires le rappellent sur le ton détaché de la dérision : « Depuis quinze ans, tous les lundis, je passe un instant au repas des écrivains réunis de science-fiction franco-belge où l’on peut rencontrer des hommes aussi universellement connus que Curval, Goimard, Demuth ou Sadoul. Je m’y ennuie tellement à écouter ce que les uns ont lu et ce que les autres ont vu que je viens simplement prendre le café au moment de l’addition. »56 Une trentaine d’années plus tard, l’anthologie posthume Ailleurs et sur la Terre. Contes de science-fiction le pose clairement en auteur de science-fiction : « S’il n’a pas écrit que des textes de sf, sa production dans ce genre commence dès le début des années 50 pour se terminer cinquante ans plus tard. Il a parfois abandonné la science-fiction, mais y est toujours revenu. »57 Pour peu, on verrait là Sternberg victime de ce qu’il condamnait dans Une succursale du fantastique nommée science-fiction lorsqu’il blâmait les sélections négligentes, les mauvaises traductions, et plus généralement les modalités de réception sans discernement qui ont contribué à faire de la science-fiction un poncif en France.

  • 58 Versins (Pierre), Encyclopédie de l’utopie, des voyages extraordinaires et de la science-fiction, o (...)

20Les risques de l’illusion rétrospective ne sont pas les seuls qu’aurait à affronter une telle histoire littéraire. Il faut aussi composer avec une périodisation complexe. D’abord, les origines de l’anticipation belge sont malaisées à déterminer : anonymat et pseudonymes non élucidés, textes-pastiches plutôt que créations originales, publications précaires dans la presse ou en brochures. Pierre Versins consigne d’ailleurs très peu d’œuvres pour la période antérieure à 1884, date de parution du Cœur de Tony Wandel de George Eekhoud dans La Jeune Belgique58. Ensuite, l’anticipation belge existe bien avant 1950, ce fameux tournant critique qui a longtemps clivé la production française entre une supposée naissance de la science-fiction francophone et un ensemble antérieur de formes « proto- », censément embryonnaires et imparfaites. Comme repère chronologique et frontière normative, la moitié du xxe siècle convient peu aux temporalités propres à la littérature belge. On mesure les ajustements nécessaires lorsque Jacques Van Herp déplace le curseur de plus de soixante ans et érige l’auteur des Xipéhuz (1887) en figure emblématique du passage de l’anticipation, perçue comme une production archaïque et peu élaborée, à la science-fiction vue comme un genre novateur que Rosny aîné aurait véritablement inventé :

  • 59 Van Herp (Jacques), « Introduction », dans Rosny aîné (J.-H.), Récits de science-fiction, Verviers, (...)

Avant Rosny la science-fiction n’existait pas ; seule existait une littérature approchante : l’anticipation. Qu’il s’agisse de Jules Verne, ou de ses initiateurs, André Laurie, Graffigny, Souvestre, de Robida, ou encore de Casanova et Restif de la Bretonne… tous imaginaient éventuellement une nouvelle société, une nouvelle technique, de nouveaux engins, de nouvelles machines, mais non pas une nouvelle science. Leur univers restait le nôtre, l’électricité s’y développait avec les engins volants, la télévision, les sous-marins… mais ce monde obéissait toujours aux mêmes lois.59

21Si l’historiographie affectionne les repères marquants, éviter les seuils trop dichotomiques permet de tracer une histoire sur le long terme en réconciliant deux pans de la production conjecturale injustement opposés sur le plan de la qualité et de l’imagination créative.

  • 60 Dominique Warfa choisit quant à lui le critère chronologique : 1) » préhistoire » avant 1830 et « a (...)
  • 61 Qui fait paraître son roman d’anticipation Species Technica chez Vrin en 2002, dans la collection P (...)
  • 62 Tilms (Edge), Hodomur, l’homme de l’infini, Paris, Éditions de la Revue mondiale, 1934.

22Les critères sont nombreux qui permettraient de « faire corpus » de l’anticipation ainsi considérée au sens le plus large : évolution des thématiques, filiations générationnelles, histoire du métadiscours générique, cartographie des réseaux et des sociabilités, etc60. Sans exhaustivité, on peut se hasarder à repérer au moins trois tendances, nullement exclusives l’une de l’autre. La première, la plus évidente, est celle de l’imagination scientifique lisible depuis le merveilleux scientifique de Rosny aîné jusqu’aux technosciences de Gilbert Hottois61. S’y inscriraient notamment les œuvres de Léon-Marie Thylienne (Dr Léon Wauthy, de sa véritable identité) et Henri-Jacques Proumen (physicien et mathématicien avant de se lancer dans l’écriture romanesque), mais aussi les nombreux récits incarnant des savants fous ou traitant des pouvoirs de la machine et de l’industrie. Ainsi notamment chez Edge Tilms, qui envisage une technologie sonique extraterrestre dans Hodomur, l’homme de l’infini (1934)62, et chez Marcel Thiry dont Le Concerto pour Anne Queur (1949) thématise l’annihilation de la mort et la surhumanité.

  • 63 Hautem (Stéphane), Le Retour au silence, Bruxelles, Charles Dessart, 1945. Sur ce roman, voir l’ana (...)
  • 64 Bertin (Charles), Les Jardins du désert, Paris, Flammarion, 1981.
  • 65 Hellens (Franz), « Le dernier jour du monde », dans Juin (Hubert), éd., Dernier jour du monde : nou (...)

23La seconde veine, la plus représentée, serait celle de la production dystopique, tôt développée avec La Mort de la Terre (1910) et dont les prolongements vont jusqu’au catastrophisme prophétique de Florian Houdart (Black-Out, 2009) et Luc Dellisse (2013 Année terminus, 2012). Elle dénonce son lot de totalitarisme, comme dans Le Retour au silence (1945)63 de Stéphane Hautem, et prend volontiers un tour fataliste mêlé d’humour noir ou grinçant chez un Gérard Prévot et un Jacques Sternberg. Le motif post-apocalyptique n’est pas en reste, atteignant même une certaine reconnaissance avec Les Jardins du désert (1981)64 de Charles Bertin, récipiendaire du prix Jules Verne. Le roman traite de la menace d’une vague de chaleur qui pèse sur une humanité du xxie siècle considérablement réduite et réfugiée, suite à un cataclysme atomique, sur une île dont le chef est le narrateur du récit. Le récit dystopique peut aussi jouer de la déconstruction de ses propres codes, comme lorsque Franz Hellens annonce dans sa nouvelle « Le dernier jour du monde »65 que tous les hommes d’une ville non précisée mourront à minuit le jour même. La prophétie ne se réalise pas, mais elle aura entre-temps permis d’observer la fièvre égoïste d’êtres humains incapables d’apprécier les moments qui ne sont pas douloureusement comptés, et retournant à la banalité prosaïque du quotidien aussitôt leur crainte dissipée : « Et la vendeuse de cacahouètes s’est remise à vendre sa marchandise. »

  • 66 Raemdonck (Jean-Paul), Han, Verviers, Marabout, 1972, p. 36.
  • 67 Vaes (Guy), Octobre, long dimanche, Paris, Plon, 1956.

24Enfin, une troisième veine, la plus indécidable, serait celle de l’étrange déclinant les nouvelles perceptions et les réalités inédites, à l’image de l’énigmatique Han (1972) de Jean-Paul Raemdonck, récompensé par le prix Jean Ray en 1972. Créature indéfinissable exerçant une singulière fascination sur le narrateur, Han apparaît comme « indescriptible, hors de toute comparaison, incroyablement seul »66. Le dévoilement d’autres ordres de réalité est encore à l’honneur dans l’œuvre de Guy Vaes, dont Octobre, long dimanche (1956)67 relate l’étrangeté éprouvée par Laurent Carteras, qui semble vivre sa réalité comme s’il faisait partie d’un monde parallèle. Avec bien d’autres, l’œuvre de Georges Thinès s’inscrirait aussi pour une grande part dans cette orientation.

  • 68 Warfa (Dominique), Une brève histoire de la science-fiction belge francophone…, op. cit.

25Le parcours des conditions d’émergence du récit conjectural en Belgique francophone montre une histoire bigarrée, faite de tendances distinctes et compliquée par les choix d’étiquette, qui occultent une partie de la production alors même que sa caractérisation par le contenu – poétique, narratif, thématique – est elle aussi loin d’être univoque. L’anticipation, comme bien d’autres réalités belges, brille davantage par sa disparate et ses exceptions que par une continuité ou une inscription dans des formes attendues. En l’absence d’une véritable « école » belge de l’anticipation – dont les conditions de naissance étaient pourtant réunies dans les années 1970 (production conséquente, prix, discours critique et même fandom68) –, mais face à un inventaire qui s’annonce plus riche, consistant et nuancé qu’il y paraît, une histoire peut commencer à se penser au-delà des quelques figures inclassables régulièrement citées.

Haut de page

Notes

1 Steeman (Stanislas-André), L’Ennemi sans visage, Paris, Librairie des Champs-Élysées, coll. Police sélection, 1934.

2 Bay (Paul), « À propos de l’œuvre de Henri-Jacques Proumen », dans La Nervie, revue illustrée d’Arts et de Lettres, 12e année, iiie série, n° vi, juin 1931, p. 9.

3 Voos de Ghistelles (George), La Nervie, 1931, p. 11.

4 Bendère (Robert de), La Nervie, 1931, p. 12.

5 Comme le déplore Jacques Sternberg : « Bref, l’alliage Science Fiction avait tout pour déplaire. Il déplut. Il déplaît encore. Et il faut croire que le terme était maudit car on tenta en vain de l’interpréter ou de lui tendre un miroir. Ce que cela donna ? Anticipation scientifique… Fiction scientifique… collisions de mots qui paraissent désigner, non plus un genre littéraire, mais un rayon de grand magasin ou un laboratoire expérimental. » [Sternberg (Jacques), Une succursale du fantastique nommée science-fiction, Paris, Le Terrain vague, 1958, p. 1]

6 Jacobs (Edgar Pierre), « Les carnets secrets de Blake, Jacobs et Mortimer », dans Blake et Mortimer, n° 9, Le Piège diabolique, Paris, Hachette collection, 2013, p. 6.

7 Versins (Pierre), Encyclopédie de l’utopie, des voyages extraordinaires et de la science-fiction, Lausanne, L’Âge d’Homme, 2e édition, 1984.

8 Ibidem.

9 Gilbert Hottois a participé à une meilleure compréhension de cette littérature avec le numéro Science-fiction et fiction spéculative, de la Revue de l’Université de Bruxelles, Éditions de l’Université de Bruxelles, 1985.

10 Le cas est distinct pour la Flandre, davantage influencée par la science-fiction anglo-saxonne.

11 Kistemaeckers (Henry), Aéropolis, Paris, Charpentier, 1909.

12 Belge de naissance, mais souvent présenté comme un Français par les dictionnaires biographiques, comme l’a rappelé Lysøe (Éric), Les Kermesses de l’étrange ou Le conte fantastique en Belgique du romantisme au symbolisme, Paris, Nizet, 1993, p. 365-367.

13 Rency (Georges), « Avant-propos », dans La Nervie, 1931, p. 3.

14 Ibidem.

15 Sur ce texte méconnu, voir Baronian (Jean-Baptiste), « Découvrons Monsieur Van Grippenbergh », conférence à l’Académie royale de langue et de littérature françaises de Belgique, Bruxelles, 5 mars 2005, http://www.arllfb.be/ebibliotheque/communications/baronian050305.pdf.

16 Ibidem, p. 9.

17 Comme l’envisage Versins (Pierre), Encyclopédie de l’utopie, des voyages extraordinaires et de la science-fiction, op. cit., p. 104.

18 Ibidem, p. 773.

19 Parus de septembre 1945 à mai 1946.

20 Ibidem, p. 53.

21 Dont les premiers motifs de science-fiction apparaissent dans Les Faiseurs de désert en 1955, comme l’indique Warfa (Dominique), Une brève histoire de la science-fiction belge francophone et autres essais, Bebooks Editions, coll. Culture contemporaine, 2015.

22 Il le rappelle dans l’entretien reproduit à la fin de Dieu (Jaques), Henri Vernes : l’album. 50 ans d’aventures avec Bob Morane, Charleroi, Éditions L’Âge d’Or, 2003, p. 59 : « Le rôle que j’ai joué ? C’est relancer son œuvre chez Marabout dans les années 62-63. […] J’ai en quelque sorte beaucoup contribué à la popularité de Jean Ray. » Vernes signe la préface des 25 meilleures nouvelles noires et fantastiques et contribue à la réédition des Harry Dickson.

23 Pseudonyme collectif de Jean Libert et Gaston Vandenpanhuyse.

24 La vision est pour le moins chaotique : « … Et soudainement, surgit autour d’eux, en une vue apocalyptique, le site de La Roche-Guyon en proie aux convulsions d’une gigantesque bataille !… Environnés de fulgurantes déflagrations, chars monstrueux et avions robots s’affrontent en un combat sans merci, tandis que dominant le vacarme, la voix impassible d’un speaker commente la scène… » [Jacobs (Edgar Pierre), « Les carnets secrets de Blake, Jacobs et Mortimer », op. cit., p. 37].

25 Cité dans ibidem, p. 9.

26 Marie-Christine Pollet a fait la lumière sur ce cas : Pollet (Marie-Christine), « Un plagiat méconnu de Charles Nodier : Le Voyage dans le Paraguay-Roux », dans Histoires littéraires, n° 1, 2000, p. 77-83.

27 Chez Hoyois et Derely.

28 Lysøe (Éric), Les Kermesses de l’étrange, op. cit., p. 372.

29 Poulet (Robert), La Conjecture. Mémoires apocryphes, Paris, La Table Ronde, 1981.

30 Lobkowicz (Stéphane de), La Reine Astrid n’est pas morte à Küssnacht, Bruxelles, Éditions de l’Arbre, 2011.

31 Voir Thomas (Jean-François), Défricheurs d’imaginaire. Une anthologie historique de science-fiction suisse romande, Orbe, Bernard Campiche éditeur, 2009.

32 Thomas (Jean-François), « Postface », dans l’anthologie Dimension suisse, Black Coat Press, coll. Rivière Blanche, 2010, p. 250-252.

33 Versins (Pierre), Encyclopédie de l’utopie, des voyages extraordinaires et de la science-fiction, op. cit., p. 841.

34 Sternberg (Jacques), Une succursale du fantastique nommée science-fiction, op. cit., p. 26.

35 Renard (Maurice), « Henri-Jacques Proumen et le roman d’hypothèse », dans La Nervie, 1931.

36 Huftier (Arnaud), « Déliquescence et déplacement du merveilleux scientifique dans l’entre-deux-guerres : Maurice Renard, André Couvreur et Rosny aîné », dans Huftier (Arnaud), dir., Lez Valenciennes. La Belgique, un jeu de cartes ?, Valenciennes, Presses Universitaires de Valenciennes, 2003, p. 123.

37 Warfa (Dominique), « Thèmes et motifs de science-fiction dans Bob Morane », dans 33 ans de Bob Morane, catalogue de l’exposition, Séries B, Mons, 1986, p. 81-87.

38 Port (Red), La Grande Panne, Marabout, coll. Poche 2000, 1975.

39 Port (Red), La Cité sur l’abîme, Marabout, coll. Poche 2000, 1975.

40 Notamment Le Roi des glaces (1928), Le Secret des Lamas (1928) et Le Gorille roi (1929).

41 Nothomb (Pierre), La Rédemption de Mars, Paris, Plon, 1922.

42 Dieu (Jacques), Cinquante ans de culture Marabout, 1949-1999, Verviers, Nostalgia, 1999, p. 89-90.

43 Ibidem, p. 221.

44 Science Fiction est au départ intégrée à Fantastique, puis s’autonomise à partir de 1969, avec l’apparition sur les couvertures de logos spécifiques pour chacune des séries.

45 Lysøe (Éric), Les Kermesses de l’étrange, op. cit., p. 7. Éric Lysøe note toutefois que le fantastique n’est pas véritablement une production d’originalité nationale : « […] le “fantastique belge” est le produit de si nombreux contacts entre la France et la Belgique, qu’on ne saurait l’appréhender comme un phénomène indépendant. L’idée selon laquelle il pourrait constituer une production entièrement autonome, fruit d’une tradition qu’on se plaît à faire remonter jusqu’à Bosch et Bruegel l’Ancien, provient en réalité de la parfaite adéquation qui s’est maintenue depuis le romantisme, entre une imagerie nationale, définie à Paris autant qu’à Bruxelles, et un “genre” dont le statut, somme toute marginal, correspond assez bien à celui d’une identité culturelle située aux marches de l’Hexagone… » (Ibidem, p. 9)

46 Roger Bozzetto et Arnaud Huftier s’opposent d’ailleurs à une « définition globale des textes à effets de fantastique, où les frontières seraient tenues pour tangibles, alors qu’elles apparaissent friables, poreuses et mouvantes » [Bozzetto (Roger) et Huftier (Arnaud) « Frontières, non limites, des textes fantastiques », dans Bozzetto (Roger) et Huftier (Arnaud), dir., Les Frontières du fantastique, Presses universitaires de Valenciennes, 2004, p. 7].

47 Tendances notées par Huftier (Arnaud), Jean Ray, l’alchimie du mystère, Amiens, Encrage, 2010, p. 72.

48 Comme le rappelle Baronian (Jean-Baptiste), Panorama de la littérature fantastique de langue française : des origines à demain, Paris, La Table Ronde, 2007, p. 251.

49 « De toute façon, ce qui était utopie va s’appeler désormais anticipation. Le terme est clair : le rêve a pour unique objectif de devenir réalité dans les délais les plus brefs. On décrit avec assurance en prenant simplement un peu d’avance sur la réalisation. On met en une dimension en attendant le bricolage en trois dimensions. » [Sternberg (Jacques), Une succursale du fantastique nommée science-fiction, op. cit., p. 19].

50 Caillois (Roger), « De la féerie à la science-fiction », introduction à l’Anthologie du fantastique, Paris, Gallimard, 1966, tome 1, p. 7-29. Voir aussi Caillois (Roger), « Remarque sur le récit irréel », préface à Marcel Thiry, Échec au temps, Bruxelles, La Renaissance du livre, 1962, et Images, images… Essais sur le rôle et les pouvoirs de l’imagination, Paris, Corti, 1966, partie i, « De la féérie à la science-fiction (l’image fantastique) », p. 9-59.

51 Belgique, terre de l’étrange, tome i, 1830-1887, contes réunis et présentés par Éric Lysøe, Bruxelles, Labor, 2003, p. 28.

52 Roger Bozzetto, L’Obscur Objet d’un savoir. Fantastique et science-fiction : deux littératures de l’imaginaire, Aix-en-Provence, Publications de l’Université de Provence, 1992, p. 13.

53 Baronian (Jean-Baptiste), Panorama de la littérature fantastique de langue française : des origines à demain, op. cit., p. 24.

54 Van Herp (Jacques), Panorama de la science-fiction, Verviers, André Gérard, coll. Marabout Université, 1975, p. 390.

55 Sternberg (Jacques), « Préface », dans Chefs-d’œuvre de la science-fiction Planète, coll. Les Chefs-d’œuvre, 1970.

56 Sternberg (Jacques), Mémoires provisoires, ou comment rater tout ce que l’on réussit, Paris, Retz, 1977, p. 7.

57 Duhamel (Joseph), « Avant de partir ailleurs », dans Ailleurs et sur la Terre. Contes de science-fiction, Namur, Éditions Mijade, 2011, p. 5.

58 Versins (Pierre), Encyclopédie de l’utopie, des voyages extraordinaires et de la science-fiction, op. cit., p. 103.

59 Van Herp (Jacques), « Introduction », dans Rosny aîné (J.-H.), Récits de science-fiction, Verviers, Gérard, 1973, p. 10.

60 Dominique Warfa choisit quant à lui le critère chronologique : 1) » préhistoire » avant 1830 et « antiquité » jusqu’aux années 1880, période qui compte Henri Delmotte, Eekhoud et Rosny ; 2) » Moyen Âge », avec quelques utopies et contes philosophiques, François Léonard, Rosny, Pasquier, Thylienne et Proumen ; 3) période « moderne » à partir de 1945, avec l’inclassable Marcel Thiry, la participation aux collections françaises, la production de Sternberg, la naissance des collections Marabout à Verviers ; 4) efflorescence des années 1960 et 1970, avec Sternberg encore, la montée en puissance de Marabout, l’investissement de Casterman dans les thèmes d’anticipation et l’apparition d’un fandom belge de SF ; 5) années 1980-2000, avec la fondation du « Groupe Phi », Alain Dartevelle, Alain Le Bussy et Serge Delsemme [Warfa (Dominique), « La possibilité d’une science-fiction. Autour d’une histoire de la science-fiction de langue française en Belgique », dans Une brève histoire de la science-fiction belge francophone…, op. cit. Ce chapitre est une version remaniée d’un article paru dans Galaxies en 2011].

61 Qui fait paraître son roman d’anticipation Species Technica chez Vrin en 2002, dans la collection Pour Demain dont il est le directeur et qui a pour vocation « d’encourager des réflexions originales sur l’avenir d’une civilisation caractérisée par l’affrontement entre traditions et technoscience ».

62 Tilms (Edge), Hodomur, l’homme de l’infini, Paris, Éditions de la Revue mondiale, 1934.

63 Hautem (Stéphane), Le Retour au silence, Bruxelles, Charles Dessart, 1945. Sur ce roman, voir l’analyse de Dozo (Björn-Olav) et Warfa (Dominique), « Allégorie d’une termitière déshumanisée ou Le Retour au silence. Journal d’un homo citroënsis K.228.bis de Stéphane Hautem », dans Dessy (Clément) et Stiénon (Valérie), dir., (Bé)vues du futur. Les imaginaires visuels de la dystopie (1840-1940), Presses universitaires du Septentrion, 2015, p. 253-265.

64 Bertin (Charles), Les Jardins du désert, Paris, Flammarion, 1981.

65 Hellens (Franz), « Le dernier jour du monde », dans Juin (Hubert), éd., Dernier jour du monde : nouvelles fantastiques, Paris, Éditions Pierre Belfond, 1967.

66 Raemdonck (Jean-Paul), Han, Verviers, Marabout, 1972, p. 36.

67 Vaes (Guy), Octobre, long dimanche, Paris, Plon, 1956.

68 Warfa (Dominique), Une brève histoire de la science-fiction belge francophone…, op. cit.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Valérie Stiénon, « Une école belge de l’anticipation ? », Textyles, 48 | 2016, 13-27.

Référence électronique

Valérie Stiénon, « Une école belge de l’anticipation ? », Textyles [En ligne], 48 | 2016, mis en ligne le 01 mai 2016, consulté le 25 septembre 2017. URL : http://textyles.revues.org/2657

Haut de page

Auteur

Valérie Stiénon

Université Paris xiii

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org