Navigation – Plan du site
Utopie et anticipation

Présentation

Valérie Stiénon
p. 7-12

Texte intégral

1Qu’y a-t-il de commun entre les récits conjecturaux de Rosny aîné, le space opera des aventures de Blake et Mortimer, les récits de l’étrange de Franz Hellens ou Thomas Owen et les fictions dystopiques de Jacques Sternberg ? Peu de choses, semble-t-il, tant il apparaît que l’anticipation belge est doublement marquée par sa diversité et son caractère indécidable. C’est là le résultat de l’hybridation créative des genres et des supports, mais aussi celui de la superposition, aux formes génériques effectivement pratiquées, d’étiquettes historiquement constituées, telles que merveilleux scientifique, fantastique réel, roman d’hypothèse, anticipation scientifique notamment, qui redessinent activement des ensembles littéraires et esthétiques. L’anticipation est d’autant moins identifiable qu’elle ne concerne souvent qu’un aspect partiel ou désavoué d’une production romanesque : œuvre unique, atypique, redéfinie ultérieurement par son auteur ou ses conditions de réception.

2La faible visibilité de cette production dans l’histoire littéraire doit en outre s’accommoder d’une relative absence de spécificité belge. L’anticipation semble en effet résister à l’inscription identitaire trop explicite ou univoque. D’une part, une conception toujours plus extensive de la « conjecture romanesque rationnelle » (Pierre Versins), non réductible au seul cadre romanesque futuriste ou technologique, empêche celle-ci de se conformer à des codes attendus, fussent-ils induits par des impératifs locaux, communautaires, patrimoniaux ou pittoresques. D’autre part, l’écriture conjecturale tend à renégocier en fiction son ancrage sociétal immédiat dans les termes d’une altérité lointaine, qu’elle soit cosmologique, extraterrestre, civilisationnelle. Étudier l’anticipation dans la production belge d’expression française, c’est par conséquent se confronter à des corpus mouvants, inévitablement marqués par des effets de relecture, eux-mêmes orientés tantôt en faveur d’une confirmation des « terres de l’étrange », tantôt dans la direction anachronique d’une science-fiction d’après 1950 qui en constituerait l’aboutissement naturel.

3Si son objectif peut paraître relever de l’aporie ou de la chimère, ce numéro de la revue Textyles forme toutefois le dessein d’une approche problématisée, contextualisée et historicisée de la littérature belge d’anticipation. À travers des études de cas documentées, il entend proposer une première esquisse d’histoire littéraire dont on entrevoit l’étendue sur un peu plus d’un siècle, de Rosny aîné (La Mort de la Terre, 1910) à Luc Dellisse (2013 Année terminus, 2012). Il vise également à interroger, par une réflexion transversale analytique et comparative, les raisons de la faible reconnaissance des œuvres concernées, en les réinscrivant dans les particularités de la littérature francophone de Belgique. Cette double démarche pose au moins trois types de questions.

4Existe-t-il des thèmes spécifiques ? L’écriture du tableau urbain et la poétique des ruines au futur antérieur, bien représentées dans la production française, trouvent-elles leur équivalent en Belgique ? Se développe-t-il dans la production belge une inscription topographique et politique particulière, comme semble l’indiquer par exemple Le Siège de Bruxelles de Jacques Neirynck (1996) ? L’utopie s’oriente-t-elle, comme en France, vers un pessimisme dystopique, ce que pourraient confirmer les œuvres de Jacques Sternberg (Mai 86, 1978) et de Florian Houdart (Black-Out, 2009) développant une forme de catastrophisme prophétique qu’il reste à caractériser ? Quels aspects de l’imaginaire social ces fictions privilégient-elles, à l’instar de la Mort de la Terre qui pose avec clairvoyance les questions écologique, démographique et atomique, ou à l’image du Species Technica (1981, publié en 2001) de Gilbert Hottois qui explore la thématique des technosciences ?

5Quels sont les sous-genres investis ? La question concerne un large spectre de possibles génériques et stylistiques qui s’étendent de l’anti-utopie au steampunk, en passant par l’uchronie revisitée récemment par Stéphane de Lobkowicz avec La reine Astrid n’est pas morte à Küssnacht (2011) et qui a trouvé des réalisations proches de la politique-fiction, tel Le Siège de Bruxelles déjà évoqué. La grande diversité formelle de l’écriture conjecturale implique de considérer aussi l’essai, le roman d’aventures, la bande dessinée, la littérature de voyage donnée comme authentique ou imaginaire et la littérature de jeunesse, développée par exemple chez Philippe Ebly (Jacques Gouzou) avec Les Patrouilleurs de l’an 4003 (1984-86).

6La variété des thèmes et des genres, enfin, trouve-t-elle des principes de cohérence et des éléments d’explication dans les données contextuelles et sociologiques disponibles ? Si les auteurs belges se sont rarement spécialisés dans le récit d’anticipation, en revanche certaines structures éditoriales ont pu contribuer à la continuité et au rayonnement de cette forme d’écriture en Belgique. En témoigne par exemple la revue spécialisée Anticipations, qui publie des fascicules sériels en petit format en 1945 et 1946. Pour déterminer les échanges internationaux et les effets de réseaux, il importe aussi de faire le départ entre les lieux d’édition spécifiquement belges (Marabout avant son intégration par Hachette ; La Concorde publiant à Bruxelles Le Dernier Couple de Roger-Henri Jacquart en 1945) et les réseaux étrangers investis occasionnellement par les auteurs belges, à l’exemple de la collection française « Anticipation » au Fleuve Noir, qui publie le tandem Jean-Gaston Vandel (Jean Libert et Gaston Vandenpanhuyse). Ces constats conduisent à interroger les carrières d’écrivains, les modalités de collaboration des auteurs et la composition des équipes éditoriales autour de la littérature d’anticipation.

7Les études rassemblées dans ce numéro concernent au premier chef une lecture contextuelle centrée sur les circonstances et les pratiques de l’anticipation, qui a son personnel, ses supports, ses infrastructures, ses circulations (inter)nationales. Les éléments d’analyse proposés par Valérie Stiénon montrent la complexité d’une appréhension spécifiquement belge du phénomène, entre une situation périphérique partagée notamment par la Suisse romande, un désancrage de l’inscription locale de la fiction renégocié à travers les codes diégétiques de la science-fiction, une mixité des valeurs légitimes et populaires, une intrication complexe et durable avec le fantastique. S’il n’existe pas véritablement d’école belge de l’anticipation, certaines tendances repérables posent les bases d’une périodisation et d’une structuration de cette littérature.

8Albert Bailly fait partie des écrivains d’anticipation oubliés, alors même que le Prix Jules Verne a distingué Ether-Alpha en 1929. Retraçant l’ensemble de son parcours comme une trajectoire d’auteur, l’étude de Laurent Bazin permet d’observer un changement notable d’esthétique, passant des récits historiques et des romans de mœurs marqués par un engagement nationaliste, à une fiction romanesque de l’altérité interstellaire résolument sortie de son contexte. De la valorisation du passé à la prospection futuriste, de l’inscription politique à la projection imaginaire, c’est pourtant une même vision du monde qui se manifeste chez Bailly à travers la permanence de contenus thématiques et symboliques : la difficulté qu’a la Belgique à penser son histoire et son identité dans une conscience collective.

9Ni les thèmes, ni le dispositif narratif ne constituent à eux seuls des caractéristiques définitoires du récit conjectural, dont la dimension prospective peut s’incarner dans l’invention de mondes alternatifs diversement liés au présent de référence. Dans ces fictions, les coordonnées temporelles sont indissociables de la topographie qui leur donne forme, que celle-ci soit vraisemblable, hypothétique ou imaginaire. L’anticipation a ainsi partie liée avec l’utopie, ce qui complexifie son approche, dans la mesure où cette dernière peut être envisagée comme monde chimérique, projection idéaliste, programme idéologique, écriture de l’ailleurs, tradition narrative, voire vision désenchantée, lorsque ses aspects négatifs sont mis en avant. Fernando Funari analyse sous cet angle le Voyage en Grande Garabagne (1936) d’Henri Michaux. Son analyse en forme de microlecture symbolique et mythographique évoque la façon dont la crise sociopolitique des années 1930 affleure dans l’imaginaire social en texte, imaginaire hostile à la répression sexuelle, favorable à la vie communautaire et orienté vers une religion naturelle. L’œuvre, à défaut d’une expression identitaire de la part de son auteur, qui a renié sa nationalité et œuvré à une posture de l’insaisissable, convoque la dimension tragique du réel, sous la forme d’un monde dystopique traversé de toutes parts par la violence.

10Atinati Mamatsashvili examine les modalités selon lesquelles la littérature sous l’Occupation actualise son contexte dans une redéfinition du réalisme magique, en lien avec une école belge de l’étrange et une réappropriation périphérique du fantastique. La lecture transversale des œuvres de Paul Willems, Thomas Owen, Franz Hellens et Marcel Thiry explore les frontières ténues entre l’utopie et la contre-utopie en ce qu’elles permettent la reconfiguration des liens de la fiction au réel. L’utopie n’y est pas seulement un genre d’écriture, mais aussi une modalité de convocation du rêve qui entretient une confusion des ordres diégétique et ontologique invitant à relire les enjeux de l’Histoire dans la fiction.

11Jacques Sternberg ne pouvait manquer au nombre des auteurs étudiés dans ce numéro. Transgressant explicitement les cadres et les catégories génériques, il rend impossible toute approche de son œuvre sous l’angle exclusif de la science-fiction, du fantastique ou de l’utopie. Entre pratique effective et distance métacritique, il entretient une position en porte-à-faux qui le singularise, mais l’empêche aussi de figurer comme le représentant de la littérature conjecturale qu’il aurait pu être. Pour rendre compte de l’humour noir et de l’absurde caractéristiques de sa production, Clément Dessy envisage son écriture de la dystopie comme une fiction d’anticipation rationnelle à valeur déceptive. Celle-ci s’inscrit dans un parcours multiforme ayant pour fil rouge une critique sociétale – technologie, consumérisme, bureaucratie – dont la dimension dramatique se trouve régulièrement désamorcée par un usage de l’ironie et du burlesque associé au jeu sur le flux temporel, par distorsion et perturbation de ses causalités.

12Les pratiques littéraires contemporaines permettent de saisir toute la modularité générique de l’anticipation dans la production belge. Au-delà d’un constat sommaire qui pourrait conduire à les déclarer trop rapidement atypiques, trois cas, ceux de Jacqueline Harpman, Amélie Nothomb et Alain Dartevelle, donnent à observer une même tendance à la personnalisation de l’anticipation par sa réinscription dans une singularité auctoriale, à rebours de toute filiation avec une tradition générique établie. C’est la fuite hors des attendus du genre, ainsi que l’intense hybridation des topiques, du style et du lexique, qui sont alors observables. Patrick Bergeron considère Moi qui n’ai pas connu les hommes (1995) de Jacqueline Harpman, unique œuvre conjecturale de l’auteure, comme une actualisation de la veine dystopique à la fois radicale, aboutissant à la mort de la narratrice elle-même, et décontextualisée, dans la mesure où elle dépolitise les circonstances du fléau, contrairement aux fictions post-apocalyptiques qui surdéterminent généralement ces enjeux. Il en résulte une fable intimiste sur la fin de l’humanité, qui reverse la matière conjecturale au sein d’une production romanesque harpmanienne caractérisée par son traitement néoclassique et anhistorique.

13L’anticipation est également inattendue chez Amélie Nothomb, qui procède, avec Péplum (1996), à une incursion dans le genre uchronique. À nouveau, c’est l’expression d’un style auctorial qui importe, comme l’atteste le jeu d’identification autofictionnelle entre la narratrice, le personnage et l’auteure. Nausicaa Dewez analyse cette réorganisation personnelle du récit conjectural et montre que celui-ci, axé sur les infrastructures et les valeurs de la société imaginaire, développe une visée satirique qui réactive les caractéristiques de l’utopie, à travers le point de vue des représentants du monde futur, convaincus de leur organisation idéale.

14Familier des littératures de l’imaginaire, Alain Dartevelle pratique lui aussi l’anticipation de manière décalée, comme le montre Éric Lysøe en faisant la lumière sur une mixité à la fois narrative, stylistique et lexicale, emblématique des esthétiques postmodernes. On voit coexister chez Dartevelle un métissage des références et une réaffirmation ponctuelle des caractéristiques les plus codées de genres comme le polar, le fantastique et la science-fiction. Cette hybridation peut être lue comme la défense locale d’une forme de syncrétisme et la volonté de créer une langue spécifique, née du brouillage des registres langagiers populaire et savant, et du mélange des influences qui vide celles-ci de leur pittoresque local.

15La notion de récit doit être considérée dans son sens le plus large pour rendre compte des formes génériques susceptibles d’accueillir l’écriture d’anticipation : roman, nouvelle, conte, journal personnel, enquête fictive, entretien imaginaire, mais aussi bande dessinée et roman graphique. Car le récit visuel et les dispositifs du texte-image interviennent de manière significative dans l’invention d’univers alternatifs et de mondes possibles. Le panorama de la bande dessinée belge établi par Pascal Lefèvre se centre sur un moment crucial, de la Libération à la Guerre froide, durant lequel l’anticipation est susceptible de dialoguer avec la faillite historique des utopies communistes et nazies. La bande dessinée de cette époque manifeste trois modalités principales : le futurisme explicite, la figuration de civilisations extraterrestres et l’élaboration de mondes parallèles. On y voit une oscillation entre deux styles graphiques selon la tonalité expressive privilégiée par l’anticipation : une tendance déformante et caricaturale dans les registres les moins pessimistes, des emprunts aux codes réalistes pour l’anticipation dramatique.

16L’univers graphique et fictionnel créé à partir des années 1980 par Benoît Peeters et François Schuiten met à l’épreuve les limites entre utopie et anticipation, et s’oriente résolument vers cette dernière avec Les Portes du possible (2005) et Revoir Paris (2014). Privilégiant une altérité familière – et en cela défamiliarisante – plutôt qu’une orientation prophétique, leur œuvre affirme réflexivement son intertextualité avec une certaine anticipation ancienne, celle de Jules Verne et d’Albert Robida, et avec une littérature de l’absurde (Kafka, Borges, Calvino, notamment). On assiste à un réagencement dynamique des codes, appuyé sur le brouillage créatif de l’espace-temps et de ses différentes strates, susceptible de faire surgir l’étrangeté, d’inquiéter le réel, de déplacer les signes.

17Ce numéro de Textyles, dans toute la variété de ses objets et de ses approches, aura atteint son objectif s’il contribue à mettre en évidence la tendance manifeste des auteurs belges à refuser de jouer trop explicitement le jeu du genre, alors même qu’ils en connaissent les codes et qu’ils sont plus d’une fois pionniers en la matière, tant dans l’audace des esthétiques que dans la mise en place d’infrastructures éditoriales. Ce constat relance la réflexion sur la complexité d’une inscription identitaire belge, plus volontiers saisie à travers le prisme d’une trajectoire auctoriale singulière que dans des références communément partagées et des filiations revendiquées. Le numéro invite à poursuivre sur ces bases l’exploration de la part conjecturale méconnue et minimisée de l’« école belge de l’étrange ». Il encourage le balisage avisé des corpus d’anticipation, l’approche poéticienne nuancée du récit futuriste ou uchronique et l’examen des données contextuelles et historiques entourant cette production.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Valérie Stiénon, « Présentation », Textyles, 48 | 2016, 7-12.

Référence électronique

Valérie Stiénon, « Présentation », Textyles [En ligne], 48 | 2016, mis en ligne le 01 mai 2016, consulté le 25 septembre 2017. URL : http://textyles.revues.org/2656

Haut de page

Auteur

Valérie Stiénon

Université Paris xiii

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org