Navigation – Plan du site
Bruxelles, une géographie littéraire

Lieux d’écrivains

Le café dans la construction posturale des Jeunes Belgique
Julie Fäcker
p. 109-122

Texte intégral

  • 1 Agulhon (Maurice), Le Cercle dans la France bourgeoise. 1810-1848. Étude d’une mutation de sociabil (...)

1Introduire une approche géographique dans l’étude de la littérature permet de s’interroger sur les pratiques urbaines des écrivains, ainsi que sur l’organisation spatiale de la vie littéraire, notamment de ses espaces institutionnels ou de rencontre. Si de nombreuses recherches de qualité sur les sociabilités littéraires européennes ont été réalisées1, elles ne s’interrogent que de manière superficielle sur ses lieux physiques et leur inscription dans la ville.

  • 2 Pour Bruxelles, voir par exemple Pirlot (Anne-Marie), Bruxelles et ses cafés, Bruxelles, Ministère (...)

2Ces études contiennent peu de documentation sur les cafés littéraires, même sur ceux de Paris, pourtant incontournables dans l’historiographie littéraire traditionnelle (pensons aux célèbres Procope, Café de la Régence, Closerie des Lilas, Chat Noir, etc.). Hormis quelques ouvrages de vulgarisation et des guides qui abordent le café de manière anecdotique et le plus souvent sous la forme d’inventaires2, peu d’études rigoureuses ont été menées à ce jour sur le sujet.

  • 3 Laisney (Vincent), « Cénacles et cafés littéraires : deux sociabilités antagonistes », dans Revue d (...)
  • 4 Laisney (Vincent), « Cénacles et cafés littéraires : deux sociabilités antagonistes », op. cit. p.  (...)
  • 5 Ibidem, p. 569-570.

3Vincent Laisney3, dans le cadre de ses travaux sur les cénacles parisiens, a toutefois récemment proposé une réflexion sur la forme de sociabilité littéraire qui investit le débit de boissons au cours du xixe siècle. Ses conclusions conduisent d’une part à rompre l’antagonisme conventionnel qui sépare le salon du café (qu’il distingue plutôt du cénacle), et d’autre part à démythifier le lieu : « […] si les cafés ont effectivement permis à toute une génération de poètes, et principalement à la fraction dominée de la société littéraire, de se rencontrer facilement et de s’exprimer librement, […] ils n’ont généré aucune esthétique, n’ont donné naissance à aucune école, et n’ont même accouché d’aucun groupe véritable »4. Il insiste sur l’usage spectaculaire – et non proprement littéraire – que font les artistes du café (du moins avant la période surréaliste) et, en prenant l’exemple des boulevards, il affirme : « Le café […] est une scène, où l’écrivain est en représentation. »5

  • 6 Cette définition a été élaborée à partir de celle de : Aron (Paul), Saint-Jacques (Denis) et Viala (...)
  • 7 Meizoz (Jérôme), Postures littéraires. Mises en scène modernes de l’auteur, Genève, Slatkine Érudit (...)
  • 8 Ibidem, p. 23.

4Le café littéraire, compris dans sa définition communément admise de débit de boissons – d’espace public donc – fréquenté de manière régulière par des groupes d’écrivains6, serait ainsi un lieu privilégié pour observer la posture d’auteur, au sens où l’entend Jérôme Meizoz, c’est-à-dire également dans sa dimension actionnelle : outre l’image de soi véhiculée dans et par le discours, la posture relève aussi de « conduites publiques en situation littéraire »7, autrement dit d’une représentation de soi « dans les contextes où la personne incarne la fonction-auteur »8.

5Par une analyse conjointe des prises de position des rédacteurs de La Jeune Belgique (1881-1897) dans le champ littéraire belge, de la figuration générale du groupe et des lieux de sociabilité qu’ils fréquentent, nous tenterons de cerner plus précisément le lien entre les espaces investis par les écrivains et leurs effets sur la posture auctoriale. Nous mettrons particulièrement en évidence le rôle qu’exercent la morphologie et la situation géographique de ces lieux. Pour corroborer le travail de Vincent Laisney, nous vérifierons enfin parallèlement les fonctions du café pour les Jeunes Belgique, en tant que forme de sociabilité et objet de discours.

Les Jeunes Belgique, écrivains modernes et bohèmes

  • 9 Trousson (Raymond), La Légende de la Jeune Belgique, Bruxelles, Académie royale de langue et de lit (...)

6Les Jeunes Belgique9, en tant que premier groupe d’écrivains à s’affirmer comme tel en Belgique, sont un sujet particulièrement propice à l’étude de la posture. Accueillant la prose et la poésie de jeunes talents, belges et étrangers, et comptant plus d’un millier d’abonnés, La Jeune Belgique, bimensuel dirigé dans un premier temps par Albert Bauwens puis par Max Waller, devient rapidement la principale revue littéraire du pays. Albert Giraud, Iwan Gilkin, Georges Eekhoud, Jules Destrée, Émile Verhaeren, Georges Rodenbach, Francis Nautet puis Valère Gille en seront les principaux animateurs.

  • 10 Denis (Benoît) et Klinkenberg (Jean-Marie), La Littérature belge, précis d’histoire sociale, Loverv (...)
  • 11 La Jeune Belgique, 1er décembre 1881, vol. i, p. 1.
  • 12 Au sujet des inspirations françaises de La Jeune Belgique, voir Hanse (Joseph), « La Jeune France e (...)

7L’annonce au lecteur du premier numéro de décembre 1881 est explicite quant à la volonté de créer une littérature nationale, qui était jusque-là peu développée et encore moins institutionnalisée10 : « Nous invitons les jeunes, c’est-à-dire les vigoureux et les fidèles, à nous aider dans notre œuvre. Qu’ils montrent qu’il y a une Jeune Belgique comme il y a une Jeune France, et qu’avec nous ils prennent pour devise : Soyons nous. »11 L’établissement d’une historiographie littéraire belge par les écrivains de La Jeune Belgique – qui se réclament de Charles De Coster, Octave Pirmez et Camille Lemonnier surtout – participe encore de cette autonomisation de la littérature en Belgique. La comparaison avec la Jeune France témoigne toutefois de la corrélation étroite de cette littérature au champ français : il s’agit pour elle d’atteindre l’importance et la qualité des productions parisiennes, en adoptant des valeurs et des règles proprement françaises du reste12.

8Conjointement à cette affirmation collective d’une littérature belge, les membres du groupe revendiquent également le statut d’écrivains – c’est d’ailleurs sans doute aussi là le sens de la formule Soyons nous. En effet, à l’exception de Camille Lemonnier, qui était parvenu à s’ériger en littérateur professionnel, aucun statut décelable ne caractérisait l’écrivain jusqu’alors en Belgique : il était un érudit ou un homme de lettres qui pratiquait la littérature comme activité secondaire. Les Jeunes Belgique, pour la première fois, proclament l’écriture comme choix d’existence et adoptent une posture conséquente : celle de l’écrivain moderne. À l’égal de l’œuvre dont ils veulent qu’elle atteigne la qualité et la renommée qu’elle possède en France, le groupe s’inspire aussi de l’auteur français pour construire son image. Les représentations auctoriales emblématiques du centre parisien sont ainsi intégrées et reproduites par ses membres.

  • 13 Brissette (Pascal) et Glinoer (Anthony), Bohème sans frontière, Rennes, Presses universitaires de R (...)
  • 14 Aron (Paul), Les Écrivains belges et le socialisme (1880-1913), Bruxelles, Éditions Labor, coll. Ar (...)
  • 15 Voir Seigel (Jerrold), « Putting Bohemia on the Map », dans Brissette (Pascal) et Glinoer (Anthony) (...)
  • 16 Van den Dungen (Pierre), « Une bohème bruxelloise », dans Brissette (Pascal) et Glinoer (Anthony), (...)
  • 17 Trousson (Raymond), La Légende de la Jeune-Belgique, op. cit., p. 12-13.
  • 18 Gille (Valère), La Jeune Belgique au hasard des souvenirs, Bruxelles, Office de publicité, 1943, p. (...)
  • 19 Ibidem.

9La bohème a certainement eu la plus grande influence, elle qui faisait l’objet d’une véritable mode, en France et ailleurs, depuis la parution des célèbres Scènes de la vie de bohème de Henry Murger en 185113. En plus de constituer un imaginaire collectif imposant associé au monde artistique, elle a dû représenter, pour les Jeunes Belgique, un écho à leurs propres fractures sociales : issus de familles aisées mais se détournant de la carrière professionnelle qui leur était destinée14, ils rejoignent les caractéristiques d’une classe d’individus constituée, pour partie, de bourgeois insatisfaits15. En Belgique, ce sont principalement des libéraux progressistes qui, dès les années cinquante, s’étaient approprié l’image bohème pour proclamer leurs valeurs anticonservatrices16. Cette dimension politique est totalement absente de la figuration des Jeunes Belgique, qui rejettent toute implication sociale de leur esthétique littéraire et qui actualisent exclusivement la posture bohème dans sa composante artistique. Son appropriation passera par la reproduction de stéréotypes, physiques et comportementaux, liés au mythe de l’écrivain bohème : optant pour l’exubérance et la provocation, ils portent « […] cheveux longs, vestes de velours, pantalons à carreaux, lavallières ébouriffantes, capes espagnoles »17 qui ne manquent pas d’attirer sur eux l’attention des passants. La consommation d’alcool fait également partie de leurs habitudes et s’exprime comme la répétition des conduites des écrivains les plus renommés en France : « Gilkin et Giraud [sont de] grands amateurs d’absinthe dans laquelle ils trouvent cette excitation, cette ivresse intellectuelle recommandée par Baudelaire. »18 En relation notamment avec ces expériences éthyliques, la fréquentation régulière des débits de boissons s’inspire aussi explicitement de l’imaginaire littéraire français. Dans un chapitre de ses souvenirs consacrés à La Jeune Belgique, intitulé « La vie de café », Valère Gille déclare en effet que « Ce sont les mœurs de la gent littéraire de Paris que, par imitation boulevardière, Max Waller a importées chez nous »19.

  • 20 C’est au café Sésino que le groupe fixe rendez-vous à Paul Verlaine, selon une lettre d’Iwan Gilkin (...)

10Les raisons qui amènent les Jeunes Belgique à fréquenter les débits de boissons participent donc des figurations qu’ils cherchent à construire. La sociabilité littéraire au café, qui est l’un des traits identifiables d’une fraction – pour partie légitimée – des écrivains français, est adoptée par les membres d’un groupe qui veulent eux-mêmes être reconnus comme des professionnels de la littérature aux yeux du public, de leurs pairs et de leurs homologues français, qu’ils invitent au demeurant régulièrement à les rejoindre20. Le débit de boissons, en plus d’être un lieu propice à la manifestation d’une posture chez les écrivains, devient donc lui-même constitutif de cette posture : la présence au café, tout comme l’adoption du look bohème, contribue à déterminer la nature artistique des activités du groupe.

Des lieux de sociabilité : cénacles, marchands de vins, music-halls et cafés

11Cette hypothèse de la réunion au café comme déploiement mais aussi comme expression d’une posture est confirmée par les activités qu’y exercent les membres de La Jeune Belgique, et par comparaison avec les autres lieux de sociabilité qu’ils fréquentent : le travail littéraire et les débats intellectuels semblent principalement mis en œuvre lors de rencontres privées. Dans les débits de boissons, et dans l’espace public en général, la littérature paraît reléguée au second plan, au profit d’une recherche de visibilité et de socialisation, au sein de l’équipe de rédacteurs elle-même et en dehors.

  • 21 Lemonnier (Camille), Une vie d’écrivain, préface et notes de Georges-Henri Dumont, Bruxelles, Acadé (...)
  • 22 Eekhoud (Georges), « Contribution à l’histoire d’une littérature (1881-1900) », Témoignages et souv (...)
  • 23 Voir la définition très précise du cénacle dans Glinoer (Anthony) et Laisney (Vincent), L’Âge des c (...)

12Dans les premiers temps de la constitution du groupe, les Jeunes Belgique se réunissent chez Camille Lemonnier, chaussée de Vleurgat, à Ixelles, pour déjeuner. « Qui aurait dit alors que cette petite maison, qui ressemblait à tant d’autres petites maisons, allait jouer un rôle si sérieux dans l’histoire de la littérature, en Belgique et ailleurs ? »21 écrira Lemonnier dans Une vie d’écrivain. À partir de 1883, et suite au déménagement de l’écrivain à La Hulpe, ils s’installent chez Georges Eekhoud : « […] quand j’eus loué une maison rue Van de Weyer à Schaerbeek, les Jeunes-Belgique commencèrent à se réunir toutes les semaines chez moi. Nous nous lisions nos vers et nos proses, nous buvions du thé, ma femme nous “friturait” des beignets et Iwan Gilkin nous jouait du Wagner. »22 Ces réunions entre intimes sont très peu décrites et il nous a même été impossible d’en déterminer la longévité. Rien n’indique en tout cas qu’elles aient cessé avant la dissolution du groupe en 1897. La discrétion des écrivains à ce sujet ainsi que les quelques indices de leurs témoignages sur la structuration et les occupations de ces rencontres permettent d’apparenter cette forme de sociabilité au cénacle23, dont les activités sont prioritairement d’ordre littéraire.

  • 24 Gille (Valère), La Jeune Belgique au hasard des souvenirs, op. cit., p. 13.
  • 25 Gilkin (Iwan), « Quinze années de littérature », dans Trousson (Raymond,), La Légende de la Jeune B (...)
  • 26 Trousson (Raymond), La Légende de la Jeune-Belgique, op. cit., p. 17, mentionne un marchand de vins (...)

13Parallèlement à ces entrevues privées, les jeunes écrivains aiment passer leurs soirées dans les rues de la capitale : « À la tombée du jour, on les voit sur les boulevards se glisser dans l’arrière-fond d’une taverne obscure. On prétend qu’ils y vont déguster, sous l’œil complaisant d’un tenancier sympathique, les vins rares d’Espagne et d’Italie : Amondillado, Xérès, Lacryma-Christi, Florio… Je n’en crois rien. Ils doivent conspirer. »24 Ce mystère entourant le groupe et créé par leur fréquentation des « caboulots » de la ville est confirmé par Iwan Gilkin : » On se réunissait dans les arrière-boutiques des marchands de vin en faisant un vacarme horrible. Nul ne pouvait entrer s’il ne faisait pas partie de la bande. Le bruit s’en était répandu dans le public et l’on nous soupçonna de former une société secrète où se mijotaient, peut-être, sous le couvert de la littérature, des choses redoutables. »25 Il est intéressant de noter que ce que retiennent surtout les écrivains de ces lieux est leur effet sur la population bruxelloise : ils attisent la curiosité. En plus de l’aspect privé de ces réunions dans des établissements pourtant publics, la catégorie même du débit de boissons où elles se tiennent y contribue sans doute : le débit de vins, assimilé à l’assommoir, est souvent perçu non seulement comme un lieu de débauche, propice à l’ivresse, mais encore comme un refuge du banditisme et de la clandestinité. Il semble par ailleurs que les Jeunes Belgique fréquentaient particulièrement un commerce situé 19 boulevard du Nord26 dans l’ancien quartier de Notre-Dame-aux-Neiges (au nord-est du pentagone actuel). La position géographique décentralisée de ces rencontres – qui induit une plus faible circulation dans la zone – et la réputation quelque peu compromettante du quartier sont également à même de susciter l’attention du public.

14Suivant notre hypothèse de la présence dans les débits de boissons comme trait à part entière d’une figuration d’auteur, ce dernier élément nous conduit à réfléchir sur le rôle de la situation géographique mais aussi de la morphologie, de la fréquentation et de la perception des lieux où se réunissent les écrivains par rapport à la posture qu’ils se choisissent. La présence des Jeunes Belgique dans les petits troquets excentrés de la ville accentue le caractère de marginalité bohème et de jeunesse imprudente qu’ils cherchent à incarner. Toutefois, le groupe n’arrête pas là son appropriation de l’espace urbain et s’affiche dans des établissements d’une portée toute différente, complexifiant et faisant évoluer leur image.

15À leurs débuts, ils se retrouvent ainsi, de manière clairement visible cette fois, dans l’un des hauts lieux du divertissement à Bruxelles : l’Éden. Inauguré en 1880 dans le quartier de Notre-Dame-aux-Neiges, c’est le premier music-hall bruxellois. Avec ses 1 500 places assises, ses deux jardins d’hiver suspendus, ses fontaines, ses grottes artificielles, son ample vestibule à colonnades et ses spectacles de variété, de féérie ou de ballet, le théâtre flamboyant attire les foules. Le type d’activités auxquelles se livrent les jeunes écrivains en ce lieu de fête n’est pas mentionné, lui non plus. Cependant, compte tenu de la musique, du bruit et de l’affluence, la thèse de la conversation ou de la création littéraire peut d’emblée être écartée. Celle de la représentation de soi et de la rencontre mondaine est bien plus vraisemblable :

  • 27 Berger (Daniel) et al, L’Heure bleue. La vie nocturne à Bruxelles de 1830 à 1940, Bruxelles, Crédit (...)

Plus que tout autre théâtre, le music-hall est aussi et peut-être surtout un lieu social de rencontre et de parade. Sa morphologie, l’importance accordée aux dégagements, au foyer et au décor, font de lui un écrin, dévolu à un public mondain sans doute plus jeune ou moins sévère que celui de l’Opéra, mais également soucieux d’être vu autant que d’assister à un spectacle dont la légèreté ne requiert en somme qu’une attention peu soutenue.27

  • 28 Gille (Valère), La Jeune Belgique au hasard des souvenirs, op. cit., p. 50.
  • 29 Ibidem.

16Cette analyse se trouve corroborée par les raisons qui poussèrent les Jeunes Belgique à préférer, en 1885, le Théâtre de la Bourse à celui de l’Éden : « […] la rue de la Croix-de-Fer où était situé l’Eden était loin, dans un quartier sans agrément. Aussi lorsque la Bourse ouvrit ses portes, – pour ne pas dire ses guichets –, Max Waller y amena ses amis. »28 C’est « parce que plus central »29 et situé dans une zone plus dynamique, autrement dit susceptible de réunir plus de monde, que le quartier de la Bourse est privilégié par le chef de file du groupe.

  • 30 On lit notamment dans Imbert (Auguste) et Bellet (Benjamin-Louis), Tablettes bruxelloises ou Usages (...)
  • 31 Eekhoud (Georges), « Chronique de Bruxelles », dans Mercure de France, décembre 1901, n° 40, p. 833
  • 32 Voir par exemple Fontainas (André), Mes souvenirs du symbolisme, Bruxelles, Éditions Labor, 1991, p (...)
  • 33 En vérité, le café sera maintenu jusqu’en 1922, année de sa transformation par la Banque belgo-luxe (...)

17Très vite, les Jeunes Belgique abandonnent le music-hall et élisent deux nouveaux points d’attache durables et quotidiens pour leurs rencontres : la Taverne Royale et le Sésino, deux cafés du centre-ville. Le café, à l’inverse du marchand de vins, est très favorablement perçu par les citadins et fréquenté par une population aisée. Apparu tardivement à Bruxelles – dans les années 1820 avec le Mille Colonnes édifié place de la Monnaie – par comparaison avec les autres grandes villes d’Europe, il est considéré comme symbole de modernité dans la ville30 : grand, luxueux, confortable, ayant la plupart du temps une décoration exotique et une architecture soignée (surtout à la fin du siècle), il fait partie des premiers établissements publics pourvus de l’éclairage au gaz (dès les années 1830). Il est par ailleurs presque systématiquement envisagé dans les nouveaux projets urbanistiques, gares et boulevards notamment, au détriment des petits estaminets et cabarets qui, eux, disparaissent ou sont relégués dans les quartiers les moins entretenus. Le café Sésino, dessiné par l’architecte Désiré de Keyser et inauguré en 1874 au numéro 3 du boulevard Anspach – nouvellement bâti –, à deux pas de la place de Brouckère (à l’emplacement actuel de la tour Philips), correspond en tout point au faste des cafés traditionnels : loggia, arcades ornées de lanternes, terrasse couverte, il est primé, en 1876, lors d’un concours de la plus belle façade. Les Jeunes Belgique s’y retrouvent quotidiennement, pour deux heures, en fin d’après-midi ; en hiver, dans « la petite salle du fond » isolée « du brouhaha des joueurs de dominos […] »31, et sur la terrasse en été. Plusieurs de leurs textes consignent les souvenirs de ces réunions32. À l’annonce de sa disparition, en 190133, le Sésino fut notamment célébré par Georges Eekhoud, dans sa « Chronique de Bruxelles » parue dans le Mercure de France :

  • 34 Eekhoud (Georges), « Chronique de Bruxelles », op. cit, p. 833.
  • 35 Ibidem, p. 836.

Durant une dizaine d’années, 1883 à 1893, Sésino avait […] été le lieu de rendez-vous exclusif de tout ce que Bruxelles comptait de jeunes personnalités littéraires, et le cénacle où les poètes ou romanciers parisiens, de passage à Bruxelles, venaient relancer leurs frères d’armes de Belgique. La liste de ces habitués de ces five o’ clock du Sésino serait aussi celle de la plupart des gens de lettres qui, après avoir crânement bataillé mais sans négliger le vrai travail, la production de nobles poèmes ou de vivantes proses, occupent un rang honorable dans l’histoire intellectuelle de ce pays. Ce Sésino fut un peu pour la renaissance des lettres belges ce que la fameuse taverne de la Sirène, à Londres, avait été pour la pleïade [sic] des dramaturges anglais de la période élisabéthienne [sic].34
Sésino ! Ces trois syllabes évoquent tant d’heures de bonne causerie et de réconfortant commerce intellectuel et aussi de lutte acharnée contre le philistinisme, la bêtise, la grossièreté, le muflisme, la politique et les préjugés, tant de moments d’absolue communion et de fraternité littéraire, qu’à ceux-là mêmes qui depuis longtemps avaient oublié le chemin des généreuses réunions d’autrefois, cette nouvelle : « Sésino va disparaître ! » aura causé un indicible serrement de cœur.35

  • 36 Ibidem, p. 833.

18Selon ces déclarations, les causeries littéraires et les échanges intellectuels au café – qui est d’ailleurs ici assimilé au cénacle – seraient une réalité indéniable et une fonction première du lieu. Quelques commentaires méritent toutefois d’être faits à ce sujet. D’abord, il faut insister sur le fait que les séances du Sésino se déroulent la plupart du temps dans une arrière-salle de l’établissement, ce qui assure au groupe un isolement relatif par rapport au reste de la clientèle. L’établissement induit donc une sociabilité particulière et, au même titre que les débits de vins susmentionnés, devient un espace semi-public du point de vue du groupe : il permet la rencontre plus ou moins privée de ses membres – et donc éventuellement l’activité littéraire – tout en leur assurant notoriété et rayonnement dans l’espace public. Une seconde remarque à formuler concerne le lieu et le véritable objet de cet éloge énoncé par Georges Eekhoud. Sous le prétexte de la disparition du Sésino, c’est en fait aux Jeunes Belgique eux-mêmes que l’écrivain rend hommage. L’article consiste surtout en une énumération des ouvrages et des qualités personnelles et littéraires des rédacteurs de La Jeune Belgique, et le café ne sert que d’encadrement à ce propos principal : il n’est évoqué que parce que s’y « rattache le souvenir de tout ce mouvement littéraire de la Jeune Belgique […] »36. Le médium choisi pour ce discours apologétique – le Mercure de France – vise par ailleurs certainement la reconnaissance de ces personnalités belges en France. Notons enfin la référence explicite du texte à la taverne de la Sirène qui légitime les réunions entre écrivains au café : une fois encore, il s’agit pour les Jeunes Belgique d’être associés à la carrière littéraire professionnelle en adoptant ses pratiques consacrées. La rencontre au café comme mise en scène auctoriale n’est donc pas à écarter, malgré l’article de Georges Eekhoud qui tend à effacer cet usage en faveur d’une sacralisation du lieu, engendrant une mythification du groupe lui-même. Les commentaires des membres de La Jeune Belgique concernant la Taverne Royale accréditent en tout cas cette perspective.

19Ce second café était situé Galerie du Roi, n° 23, à l’intersection des Galeries Saint-Hubert et de la rue de l’Écuyer, soit ici aussi en plein centre-ville. Les Galeries Saint-Hubert, passage commercial couvert édifié en 1847, sont l’une des grandes fiertés architecturales de Bruxelles au xixe siècle, et sont considérées comme un lieu de modernité urbanistique par excellence. Avec son immense verrière, ses magasins de luxe, ses restaurants et cafés, il offre une promenade agréable à la bourgeoisie qui vient y flâner en masse quotidiennement. Valère Gille, qui ne rejoint l’équipe de rédaction de La Jeune Belgique qu’au moment de sa plus grande gloire, en 1887, raconte comment il fréquentait les galeries afin d’y apercevoir ses idoles :

  • 37 Gille (Valère), La Jeune Belgique au hasard des souvenirs, op. cit., p. 16.

Je sais que tous les jours, vers midi, les Jeunes-Belgique déambulent – on ne dit plus se promènent – dans les galeries Saint-Hubert. Ils s’y rencontrent, se rassemblent, forment un groupe animé, puis vont s’attabler, l’heure de l’apéritif sonnant, à la Taverne Royale. On peut les voir de l’extérieur, à travers les vastes glaces du café. Ils s’interpellent joyeusement, pérorent, font des mots, rient aux éclats, entourés de quelques admirateurs silencieux.37

  • 38 Ibidem, p. 51.
  • 39 Le profit n’est par ailleurs pas univoque, puisque le café est lui aussi bénéficiaire de la présenc (...)

20Nulle mention du travail littéraire collectif ici, ni même d’une fraternisation de l’équipe de rédaction : c’est l’exhibition du groupe qui est avant tout exprimée dans ce témoignage. L’attablement des membres à proximité de la devanture permet aux promeneurs de les apercevoir de l’extérieur du café. Quant à leurs cris, leurs rires et leurs gesticulations, ils ne manquent pas de signaler leur présence à la clientèle. Les admirateurs profitent par ailleurs de ces réunions pour se faire connaître et Valère Gille précisera qu’« Autour d’eux se pressent avidement, cordialement ou respectueusement, artistes, critiques, dilettantes, amateurs, avocats, jeunes politiciens et quelques autres sympathisants ou curieux. »38 La Taverne Royale est ainsi un lieu stratégique pour les Jeunes Belgique : située dans un passage très fréquenté, elle leur permet de se faire connaître et d’asseoir leur célébrité ; en d’autres termes, elle constitue une plateforme publicitaire39.

21La centralité géographique ainsi que la circulation dynamique du quartier dans lequel ils sont situés sont communes à la Taverne Royale et au Sésino. Ces caractères inverses de ceux des débits de vins que les Jeunes Belgique fréquentent pareillement se comprennent par les fonctions distinctes de ces zones urbaines : alors qu’il s’agit sans doute d’être aperçus dans ces bouges excentrés, de susciter la curiosité du public en misant sur « l’effet bohème », l’effet recherché des rassemblements dans les cafés du centre-ville est avant tout d’être vus, de surcroît par une population aisée, instruite et susceptible de constituer un lectorat à La Jeune Belgique. La posture des écrivains se subordonne par ailleurs à ces positions spatiales et à la morphologie de ces lieux : l’image de simples excentriques suscitée par leur présence dans les établissements et les quartiers mal famés de la capitale est compensée par celle que leur octroient les cafés luxueux du centre ; celle d’une jeunesse bourgeoise, bien sous tous rapports. Globalement, les membres du groupe apparaissent dès lors certainement comme des marginaux, quelque peu vociférants certes, mais néanmoins respectables et dont le travail mérite d’être pris en considération. Les espaces urbains investis par le Sésino et la Taverne Royale affinent par ailleurs encore l’image d’écrivains qu’ils cherchent à diffuser. Se considérant en effet en rupture totale avec le passé, ils s’affichent dans des lieux eux-mêmes résolument modernes : un nouveau boulevard pour le premier et un passage commercial couvert monumental pour le second.

Lieux de sociabilité de la Jeune Belgique

Lieux de sociabilité de la Jeune Belgique

Conclusion

  • 40 Ceci est valable pour les Jeunes Belgique mais doit toutefois sans doute être nuancé pour d’autres (...)

22Au vu de l’étude des activités qu’exercent les Jeunes Belgique au café, il est manifeste que ce dernier n’a eu aucune influence dans la formation du groupe, contrairement au cénacle qu’ils forment par ailleurs et sans doute simultanément. Il ne constitue pas non plus pour eux un lieu de création artistique40 et la causerie littéraire, si elle y est certainement présente, ne semble pas constituer la raison première de ces réunions (sauf lors de rencontres dans les arrière-salles de ces établissements, auquel cas l’intimité permet une sociabilité que l’on peut assimiler à la forme du cénacle). Il participe par contre assurément de la consolidation des relations personnelles et amicales entre les membres du groupe – les rires et les conversations animées étant évoqués de manière récurrente dans les témoignages relatifs à ces rassemblements.

23Le café se fait également objet de discours, convoqué notamment lors de la construction de l’ethos du groupe : la réunion dans les débits de boissons constituant une pratique connue de la gent littéraire européenne – française surtout –, Eekhoud en particulier la revendique comme un argument en faveur de leur légitimité littéraire. En tant que lieu physique défini, le café matérialise leur unité et contribue de la sorte à leur iconisation.

24Espace public où le groupe se présente comme un ensemble de littérateurs, le débit de boissons est enfin l’un des lieux privilégiés dans la manifestation de la posture actionnelle des Jeunes Belgique : leur permettant une visibilité dans la ville ainsi que des contacts directs avec un lectorat potentiel, il est un tremplin de leur popularité à Bruxelles.

25D’autres lieux de sociabilités littéraires, tels que le salon, sont bien entendu propices, au même titre, au déploiement de figurations auctoriales au xixe siècle – même si, pour ce dernier, elles seront probablement de nature distincte compte tenu du public très embourgeoisé qui le fréquente, au contraire de celui, plus diversifié, du café. Toutefois, le débit de boissons étant élu par les écrivains entre plusieurs formes (le café, l’estaminet, le cabaret, l’assommoir) et entre divers espaces géographiques (tel quartier, telle rue), il présente une spécificité que n’offrent pas les autres lieux de sociabilité littéraire : il est lui-même constitutif de la posture des auteurs qui le fréquentent. Se rencontrer dans les cafés-restaurants distingués des boulevards ou dans les cabarets chantants grivois des quartiers populaires participe assurément de la construction d’une image de soi toute différente. En plus de leurs réunions chez les marchands de vins des ruelles mal famées de Bruxelles, les Jeunes Belgique ont également fréquenté les grands cafés modernes des secteurs les plus en vue, et se sont façonné de la sorte une image de jeunes bourgeois bohèmes excentriques qui convenait parfaitement au statut d’écrivains modernes qu’ils cherchaient à promouvoir.

26L’étude des lieux de sociabilité, dans leurs aspects géographique, morphologique, historique et sociologique entre autres, permet donc d’appréhender plus finement les espaces de la vie littéraire, mais elle aide également à la compréhension du fait littéraire lui-même, notamment les postures, les prises de position et les trajectoires des écrivains.

  • 41 Dumont (Georges-Henri), Quand le Coq rouge plantait ses ergots sur la Jeune Belgique (1895-1897) [e (...)
  • 42 Rency (Georges), Souvenirs de ma vie littéraire, Bruxelles, Librairie Vanderlinden, 1940, p. 28.

27À ce titre, et pour en revenir au cas des Jeunes Belgique, les espaces de réunion seront d’ailleurs une nouvelle fois des composantes fondamentales dans la figuration des transfuges du groupe. Suite au resserrement de la revue sur la doctrine parnassienne – à l’instigation de Gilkin, Giraud et Gille – et à son intolérance à l’égard de l’art social, plusieurs rédacteurs quittent le groupe en 1895 et fondent une nouvelle revue, Le Coq Rouge, à l’esthétique résolument plus éclectique41. Ils abandonnent le café Sésino et la Taverne Royale, et prennent leurs assises au cabaret du Vieux Château d’Or, rue Sainte-Catherine. Troquant le café pour le cabaret (fréquenté par une population socialement plus hétérogène) et le faste du centre-ville pour un quartier plus populaire, les membres du groupe donnent ainsi à voir « le caractère nettement démocratique de leur évolution »42.

Haut de page

Notes

1 Agulhon (Maurice), Le Cercle dans la France bourgeoise. 1810-1848. Étude d’une mutation de sociabilité, Paris, Armand Colin, coll. Cahier des Annales, 1977 ; Fugier-Martin (Anne), Les Salons de la iiie République. Art, littérature, politique, Paris, Perrin, coll. Pour l’Histoire, 2003 ; von der Heyden-Rynsch (Verena), Salons européens. Les plus beaux moments d’une culture féminine disparue, trad. Gilberte Lambrichs, Paris, Gallimard, 1993.

2 Pour Bruxelles, voir par exemple Pirlot (Anne-Marie), Bruxelles et ses cafés, Bruxelles, Ministère de la Région de Bruxelles-Capitale. Direction des monuments et des sites, coll. Bruxelles, ville d’art et d’histoire, n° 48, 2009 ; Soucy (Pierre-Yves), « Les cafés littéraires à Bruxelles », dans Théories des cafés, catalogue d’exposition présenté par Gérard-Georges Lemaire, Musée des Beaux-Arts de Caen, imec Éditions/Éditions Éric Koehler, 1997, p. 49-52 ; Henin (Jessica), Cafés littéraires et création : une part de la vie artistique bruxelloise aux xixe et xxe siècles, mémoire de fin d’études, Louvain-la-Neuve, 2007. Pour Paris, voir les ouvrages de Lemaire (Gérard-Georges), Les Cafés littéraires, Paris, Henri Veyrier, 1987 ; Les Cafés littéraires, Paris, Éditions de la Différence, 1997 ; Cafés d’autrefois, Paris, Plume, 2000. On retrouve cette tendance à l’inventaire dans Rittner (Leona), Haine (W. Scott) et Jackson (Jeffrey H.), The Thinking Space. The Café as a Cultural Institution in Paris, Italy and Vienna, Burlington, Ashgate, 2013.

3 Laisney (Vincent), « Cénacles et cafés littéraires : deux sociabilités antagonistes », dans Revue d’histoire littéraire de la France, n° 3, 2010, p. 563-588. De nombreuses réflexions sur la sociabilité littéraire du café jalonnent également son récent ouvrage, co-écrit avec Glinoer (Anthony), L’Âge des cénacles. Confraternités littéraires et artistiques au xixe siècle, Paris, Fayard, 2013.

4 Laisney (Vincent), « Cénacles et cafés littéraires : deux sociabilités antagonistes », op. cit. p. 581.

5 Ibidem, p. 569-570.

6 Cette définition a été élaborée à partir de celle de : Aron (Paul), Saint-Jacques (Denis) et Viala (Alain), dir., Le Dictionnaire du littéraire, Paris, Quadrige/puf, 2008, p. 72-73, ainsi que des exemples choisis dans les ouvrages de référence de Gérard-Georges Lemaire susmentionnés. Nous insistons toutefois sur l’aspect collectif de la fréquentation de ces établissements dans notre définition, le critère de la sociabilité nous semblant essentiel à la dénomination de « café littéraire ».

7 Meizoz (Jérôme), Postures littéraires. Mises en scène modernes de l’auteur, Genève, Slatkine Érudition, 2007, p. 21.

8 Ibidem, p. 23.

9 Trousson (Raymond), La Légende de la Jeune Belgique, Bruxelles, Académie royale de langue et de littérature françaises, coll. Histoire littéraire, 2000 ; Klinkenberg (Jean-Marie), « Le phénomène “Jeune Belgique” : un accident historique ? » dans Weisgerber (Jean), Les Avant-gardes littéraires en Belgique, Bruxelles, Labor, 1991.

10 Denis (Benoît) et Klinkenberg (Jean-Marie), La Littérature belge, précis d’histoire sociale, Loverval, Éditions Labor, coll. Espace Nord, 2005.

11 La Jeune Belgique, 1er décembre 1881, vol. i, p. 1.

12 Au sujet des inspirations françaises de La Jeune Belgique, voir Hanse (Joseph), « La Jeune France et La Jeune Belgique », dans Bulletin de l’Académie royale de langue et de littérature françaises, tome xxv, 1957, p. 75-95 ; Klinkenberg (Jean-Marie), « Le phénomène “Jeune Belgique” : un accident historique ? », op. cit.

13 Brissette (Pascal) et Glinoer (Anthony), Bohème sans frontière, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2010 ; Glinoer (Anthony), « L’orgie bohème », dans COnTEXTES [en ligne], 6 septembre 2009.

14 Aron (Paul), Les Écrivains belges et le socialisme (1880-1913), Bruxelles, Éditions Labor, coll. Archives du futur, 1997, p. 142-151.

15 Voir Seigel (Jerrold), « Putting Bohemia on the Map », dans Brissette (Pascal) et Glinoer (Anthony), dir., Bohème sans frontière, op. cit., p. 39-53. L’auteur y affirme que de nombreux bohèmes parisiens sont issus de la classe sociale dominante et que, par ailleurs, plusieurs fondements moraux et sociaux de la bohème trouvent des équivalents dans les valeurs et les principes de la bourgeoisie de l’époque.

16 Van den Dungen (Pierre), « Une bohème bruxelloise », dans Brissette (Pascal) et Glinoer (Anthony), Bohème sans frontière, op. cit., p. 265-266.

17 Trousson (Raymond), La Légende de la Jeune-Belgique, op. cit., p. 12-13.

18 Gille (Valère), La Jeune Belgique au hasard des souvenirs, Bruxelles, Office de publicité, 1943, p. 37. Nous soulignons.

19 Ibidem.

20 C’est au café Sésino que le groupe fixe rendez-vous à Paul Verlaine, selon une lettre d’Iwan Gilkin à Valère Gille le 3 mars 1893. Extrait de la lettre cité dans Jean Warmoes, Valère-Gille et la Jeune Belgique. Lettres d’écrivains et d’artistes, Bruxelles, Société royale des bibliophiles et iconophiles de Belgique, 1978, p. 70.

21 Lemonnier (Camille), Une vie d’écrivain, préface et notes de Georges-Henri Dumont, Bruxelles, Académie royale de langue et de littérature françaises, coll. Histoire littéraire, 1994, p. 195.

22 Eekhoud (Georges), « Contribution à l’histoire d’une littérature (1881-1900) », Témoignages et souvenirs, manuscrit, s.d., p. 6-7. Cote aml : ml 02768.

23 Voir la définition très précise du cénacle dans Glinoer (Anthony) et Laisney (Vincent), L’Âge des cénacles. Confraternités littéraires et artistiques au xixe siècle, op. cit., p. 16-21.

24 Gille (Valère), La Jeune Belgique au hasard des souvenirs, op. cit., p. 13.

25 Gilkin (Iwan), « Quinze années de littérature », dans Trousson (Raymond,), La Légende de la Jeune Belgique, op. cit., p. 53.

26 Trousson (Raymond), La Légende de la Jeune-Belgique, op. cit., p. 17, mentionne un marchand de vins d’Espagne, Coulomb-Robiets, surnommé Lillas Pastia en souvenir de la nouvelle « Carmen » de Prosper Mérimée. Des publicités pour l’établissement figurent en tout cas régulièrement dans La Jeune Belgique.

27 Berger (Daniel) et al, L’Heure bleue. La vie nocturne à Bruxelles de 1830 à 1940, Bruxelles, Crédit communal, 1987, p. 72.

28 Gille (Valère), La Jeune Belgique au hasard des souvenirs, op. cit., p. 50.

29 Ibidem.

30 On lit notamment dans Imbert (Auguste) et Bellet (Benjamin-Louis), Tablettes bruxelloises ou Usages, mœurs et coutumes de Bruxelles, Bruxelles, Galaud, 1828, p. 85 : « Le luxe et la magnificence qui règnent à Bruxelles dans les cafés, sont une preuve évidente que ces établissements ont suivi la marche du siècle. Le Café des Mille Colonnes tel qu’il existe, et le code pénal tel qu’on le destine aux Belges, ne peuvent appartenir à la même époque. »

31 Eekhoud (Georges), « Chronique de Bruxelles », dans Mercure de France, décembre 1901, n° 40, p. 833.

32 Voir par exemple Fontainas (André), Mes souvenirs du symbolisme, Bruxelles, Éditions Labor, 1991, p. 44 et Gille (Valère), La Jeune Belgique au hasard des souvenirs, op. cit. p. 37.

33 En vérité, le café sera maintenu jusqu’en 1922, année de sa transformation par la Banque belgo-luxembourgeoise.

34 Eekhoud (Georges), « Chronique de Bruxelles », op. cit, p. 833.

35 Ibidem, p. 836.

36 Ibidem, p. 833.

37 Gille (Valère), La Jeune Belgique au hasard des souvenirs, op. cit., p. 16.

38 Ibidem, p. 51.

39 Le profit n’est par ailleurs pas univoque, puisque le café est lui aussi bénéficiaire de la présence des écrivains : en proposant à la carte « la liqueur Jeune-Belgique, tonique et apéritive » (cité dans Gille [Valère], La Jeune Belgique au hasard des souvenirs, op. cit., p. 14), il utilise la notoriété du groupe pour constituer son image de marque.

40 Ceci est valable pour les Jeunes Belgique mais doit toutefois sans doute être nuancé pour d’autres groupes d’écrivains, étant donné le lien entre le débit de boissons et le spectacle, notamment le théâtre d’ombres et la chanson. L’exemple du célèbre cabaret Le Diable au corps à Bruxelles à la fin du xixe siècle est notoire.

41 Dumont (Georges-Henri), Quand le Coq rouge plantait ses ergots sur la Jeune Belgique (1895-1897) [en ligne], Bruxelles, Académie royale de langue et de littérature françaises de Belgique, 1991.

42 Rency (Georges), Souvenirs de ma vie littéraire, Bruxelles, Librairie Vanderlinden, 1940, p. 28.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Lieux de sociabilité de la Jeune Belgique
URL http://textyles.revues.org/docannexe/image/2636/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Julie Fäcker, « Lieux d’écrivains », Textyles, 47 | 2015, 109-122.

Référence électronique

Julie Fäcker, « Lieux d’écrivains », Textyles [En ligne], 47 | 2015, mis en ligne le 01 décembre 2015, consulté le 23 mai 2017. URL : http://textyles.revues.org/2636 ; DOI : 10.4000/textyles.2636

Haut de page

Auteur

Julie Fäcker

frs-fnrs/ULB

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org