Navigation – Plan du site
Bruxelles, une géographie littéraire

L’avenue Louise et les écrivains

Paul Aron
p. 95-108

Texte intégral

1Au sens moderne et courant du terme, le genre romanesque est inséparable d’une exploration de l’espace urbain. C’est la ville qui donne sens à la trajectoire des héros de Dickens, de Balzac ou d’Eugène Sue, parce qu’elle accompagne et symbolise leur trajectoire sociale, leurs réactions psychologiques et les hasards des rencontres. Divisée en quartiers plus ou moins bien famés, parcourue par toutes sortes de voies, organisée en niveaux, découpée en places ou en secteurs, la grande ville est dès lors un espace complexe, un lieu de cohabitation entre des populations hétérogènes, une manifestation spatiale d’intérêts opposés ; elle fait s’entrechoquer l’ancien et le nouveau, le commerce et l’amour, l’individu et la foule. En les nommant, l’espace de la fiction donne à ces lieux réels une plus grande intelligibilité. Il contribue fortement à les doter d’une aura imaginaire, que les lecteurs partageront avec les héros de leurs romans favoris. Les écrivains collaborent ainsi activement à fabriquer l’encyclopédie géographique de leurs lecteurs qui, à leur tour, y puiseront les clés de l’interprétation des œuvres.

  • 1 Voir notamment les travaux de Moretti (Franco), Atlas du roman européen : 1800-1900 (1997), traduit (...)

2Le projet géocritique, largement exploré depuis une dizaine d’années, a permis de repenser la manière dont les écrivains traitent l’espace référentiel1. Il est complété par des travaux de cartographie historique, qui permettent de mieux voir les découpages sociaux de la ville, et donc de donner du sens aux relations spatiales inscrites dans les œuvres d’art.

3Le présent article aborde le problème sous un angle différent. Il s’agit de prendre en compte un espace urbain que ses concepteurs ont chargé d’emblée de significations symboliques, dont certaines sont d’ailleurs en lien direct avec la vie littéraire. On se demandera alors comment les écrivains ont réagi à ce lieu, s’ils ont contribué à en prolonger l’aura, ou participé à son déclin ? Quelle a été leur part dans la « fabrique d’images » que génère un lieu cardinal de l’économie urbaine ? Pour tenter de répondre à ces questions, on commencera par une mise en perspective du lieu dont il s’agit, à savoir l’avenue Louise à Bruxelles.

Une avenue d’exception

  • 2 L’histoire de l’avenue a été parfaitement retracée par Duquenne (Xavier), L’Avenue Louise à Bruxell (...)

4La croissance démographique de Bruxelles, dès le milieu du xixe siècle, a conduit les autorités politiques et les promoteurs privés à envisager de grands travaux à l’extérieur du périmètre bâti existant. En 1839 ont été présentés les premiers projets visant à percer une nouvelle avenue en direction du Bois. La Ville et le Palais royal sont intervenus à maintes reprises, tantôt pour encadrer ces projets, tantôt pour suppléer aux défaillances des entrepreneurs2. Au terme d’un long processus et de maints aléas, la nouvelle avenue prend forme en 1864, lorsque sa largeur est portée à 55 mètres, avec une double rangée d’arbres et un sol macadamisé de manière à assourdir les bruits du charroi. En 1862, la Ville de Bruxelles fait aménager le Bois de la Cambre. La ville dispose dès lors d’une promenade continue de près de deux kilomètres et demi (2 412 mètres exactement) débouchant sur le Bois, soit près du double de l’Allée Verte, le long du canal, qui était l’ancienne voie arborée de la capitale. Des bancs, un éclairage public, des terre-pleins arborés et des sculptures complètent la décoration. L’avenue Louise porte désormais le nom de la fille aînée du second roi les Belges, Léopold ii, qui est monté sur le trône en décembre 1865. La première ligne de tramways (hippomobiles) de la capitale y est inaugurée en 1869. Signe de son statut particulier, elle est, et restera, administrée par la Ville de Bruxelles bien qu’elle traverse de part en part la commune d’Ixelles.

5Au fur et à mesure de son développement, l’avenue Louise se construit. On y bâtit de grands hôtels particuliers, dotés d’entrées cochères et agrémentés de jardins à l’arrière. Les prescriptions urbanistiques prévoient l’usage de matériaux nobles, comme la pierre blanche, et de belles finitions. L’éclectisme stylistique reste de mise, comme partout à Bruxelles, et, selon les maîtres d’œuvre, on voit s’élever des demeures néoclassiques, néorenaissance ou art nouveau. L’architecte Victor Horta y construit successivement l’hôtel du banquier Aubecq, l’hôtel d’Armand Solvay, le frère d’Ernest, et l’hôtel de Max Hallet, avocat et député socialiste. Quelques maisons à appartements de prestige complètent l’ensemble. Dans le même temps, les rues adjacentes sont loties également, pour faire place à un habitat bourgeois ou petit-bourgeois. S’élève ainsi, en une trentaine d’années, tout un nouveau quartier, bientôt complété par l’urbanisation d’Ixelles et de Saint-Gilles qui intégrera ces communes mitoyennes dans un espace urbain continu reliant la petite ceinture au Bois de la Cambre.

6Vouée au résidentiel haut de gamme, l’avenue Louise se distingue par son exclusivité. Elle comporte peu de commerces, presque pas de commodités, ni marchés, ni magasins d’alimentation ; les grandes maisons font livrer le nécessaire ou envoient les domestiques s’occuper de l’intendance. Il n’y a pas non plus d’églises, ce qu’observe finement la mère d’Octave et Eudore Pirmez qui est venue s’y installer dans les années 1870 :

  • 3 Pirmez (Irénée), Histoires de ma vie, compte d’auteur, éd. J. Pirmez, 1980, p. 172 (passage cité : (...)

7Dans ce quartier que j’habite, joli boulevard qui conduit au Bois de la Cambre, rien ne rappelle jamais l’idée d’une autre vie, aucun monument religieux, pas d’église, pas de chapelle, aucun son de cloche appelant à la prière, aucun passage de corbillard : les morts, afin de ne pas attrister les regards, sont conduits nuitamment à leur dernière demeure. De même, les promeneurs et habitants de cette promenade n’ont jamais devant les yeux aucun cortège chrétien, aucune procession […]. Les chevaux qui conduisent ces brillants équipages, semblent par leur attitude, en être aussi fiers que leurs maîtres. Ce qui me semble réel, c’est qu’ils paraissent aussi contents !3

8La disposition de l’avenue évolue considérablement à partir des années 1930. De plus en plus d’immeubles collectifs de grand gabarit sont construits à la place des anciens hôtels de maître, et progressivement s’installent également des bureaux de prestige. En 1958, l’avenue est complètement aménagée en « autoroute urbaine » de manière à faciliter l’accès à l’Exposition universelle. La ville privilégie désormais, pendant quarante ans au moins, le déplacement en voiture, au détriment des piétons, des cyclistes et des chevaux qui avaient longtemps cohabité. On perce des tunnels, on abat les marronniers, de façon à lier la ceinture des boulevards du centre-ville aux voies rapides qu’empruntent les Bruxellois les plus aisés qui préfèrent habiter dans la grande banlieue. L’avenue-promenade a fait place à une voie de pénétration. Pourtant, chose curieuse, une part du prestige ancien demeure. Les bureaux veulent maintenir les qualités distinctives des anciens occupants, et la mention « avenue Louise » est censée incarner un univers voué au luxe, au raffinement ou à l’excellence. Trois immeubles tours, parmi les plus hauts de Bruxelles, symbolisent ce tournant. Entre 1968 et 1971, le géant américain itt bénéficie ainsi de la complicité d’hommes politiques bruxellois pour faire construire son siège européen à l’emplacement le plus prestigieux de l’avenue.

  • 4 Haine (Malou), 400 lettres de musiciens conservées au Musée royal de Mariemont, Liège, Mardaga, 199 (...)

9L’histoire de l’avenue Louise offre également plusieurs témoignages de son importance sur le plan culturel. Plusieurs hôtels de maître comportaient un salon de musique, comme chez les Solvay ou chez Edouard Elkan, qui organise des concerts privés, chez lui, au n° 57, dans les années 18904. En 1908-1910, Charles Dulait dilapide une part de son héritage en organisant des Vendredis littéraires (dans les salons de la Smart Library, entre 1908 et 1910). Entre les deux guerres, ce sont des galeries d’art qui s’y installent, en proposant un art souvent d’avant-garde, à l’instar du Centaure au n° 62 (anciennement galerie Blanche Charlet), qui jouxte la célèbre maison de couture Norine entre 1926 et 1933. René Magritte bénéficiera du soutien de l’une et de l’autre. La Vierge poupine (seconde mouture) se situe au n° 32, en 1926 ; la galerie Brachot, impliquée notamment dans la promotion des artistes surréalistes, au n° 74, de 1931 à 1993, puis de 2006 à 2011 ; la galerie L’Écuyer enfin, au n° 187, a été une galerie d’art importante avant de vendre des antiquités.

10La vie artistique s’expose également dans l’espace public. Certains projets prévoyaient de garnir l’avenue de nombreuses sculptures ; il y en aura beaucoup moins que prévu, mais plusieurs concernent la littérature et célèbrent des écrivains consacrés.

Une visibilité offerte à la littérature

11L’Esclave repris par les chiens, qui prend place dans la partie la plus arborée de l’avenue, est exécuté en marbre par Louis Samain vers 1897, sur la base de l’esquisse qu’il avait modelée à Rome en 1869. Le monument représente un Noir enchaîné, fuyant avec son fils, attaqué par deux chiens qu’on a lancés sur leurs traces et qui lui labourent les cuisses de leurs crocs. Le sujet semble inspiré par la lecture de Harriett Beecher Stowe, Uncle Tom’s Cabine, 1852 (La Case de l’oncle Tom), mais la date d’exécution du monument définitif s’inscrit dans la campagne de propagande de Léopold ii, qui tente de masquer l’exploitation brutale du caoutchouc par un discours humanitaire visant à « anéantir l’Arabe esclavagiste », comme il est écrit sur le monument au Congo placé au parc du Cinquantenaire.

  • 5 Sur ce monument, voir Picard (Edmond) et Cladel (Léon), Lettres de France et de Belgique (1881-1889 (...)

12L’amitié entre Edmond Picard et l’écrivain français Léon Cladel aboutit à la réalisation d’une statue d’hommage. Dès 1883, le sculpteur Charles Van Der Stappen entreprend une œuvre de grande ampleur. Ce sera le monumental hommage à Cladel, rapidement acquis par le gouvernement et offert à la Ville de Bruxelles pour être ensuite érigé avenue Louise. Cette grande sculpture en bronze est signée et datée en bas à gauche « 1892. Bruxelles. Charles Van Der Stappen », avec à droite l’inscription « Mort d’Ompdrailles Le Tombeau Des Lutteurs », sur un socle rectangulaire et profilé en granit d’Écosse par l’architecte Victor Horta. Elle porte l’inscription « En Souvenir de Léon Cladel créateur d’Ompdrailles » et en dessous, en lettres de bronze, « Ter nagedachtenis aan leon cladel »5. Picard acquiert au passage un des six exemplaires du petit bronze homonyme, qu’il vendra en 1921. On rappellera que Léon Cladel était le grand-père de Dominique Rolin qui en évoque la figure dans son roman L’Infini chez soi. Une preuve de la portée de ce monument significatif se lit dans les vers ironiques que lui consacre Léon Kochnitzky :

  • 6 Kochnitzky (Léon), Élégies bruxelloises, Paris, Aux éditions du Monde nouveau, 1924, p. 108.

Ni cortège, ni conquête,
Pas de défilé flatteur,
Ce qui émeut les poètes
C’est le « Tombeau des lutteurs »6

13En contrebas de l’avenue De Mot, qui constitue une sorte de prolongement naturel de l’avenue Louise, le parc de l’Abbaye de la Cambre offre un bel espace de verdure organisée. C’est là que l’on a placé en 1922 le monument d’hommage à Camille Lemonnier, composé d’une sculpture de Pierre-Jean (Pieter-Jan ou Petrus Johannes) Braecke (1898) et d’un socle dessiné par Victor Horta. Le monument montre un homme nu, à l’état de nature (moins le sexe), qui évoque tant Un mâle que L’Île vierge. Un bas-relief représentant l’écrivain de profil est intégré au socle.

14Enfin, à l’extrémité de l’avenue la plus proche du Bois, une petite fontaine et un banc rappellent le souvenir du poète Odilon-Jean Périer. La « fontaine du poète » en pierre reconstituée et en bronze a été placée en 1949 et conçue par les architectes modernistes Maurice Houyoux (l’architecte de la Bibliothèque royale Albert ier) et Joseph Diongre (l’architecte de la Maison de la radio, place Flagey). Deux vers du poète sont mis en exergue, sur le banc : « Qui m’écoute chanter me garde de mourir », et sur la vasque : « Je t’offre un verre d’eau glacée / N’y touche pas distraitement / Il est le prix d’une pensée / Sans ornement ».

15Ces quatre monuments ne procèdent évidemment pas d’une intention commune. Mais tous incarnent l’idée d’une mémoire culturelle inscrite dans la ville, dans laquelle les écrivains ont un rôle à jouer, indépendamment même de la place qui leur est reconnue dans les programmes de l’enseignement ou dans le discours social.

16Dans le cas particulier d’Odilon-Jean Périer, l’hommage s’adresse à la fois à un poète qui a chanté l’avenue (on y reviendra) et qui y a habité. La famille Périer résidait en effet au 268 dans une maison d’inspiration néoclassique à l’origine, conçue en 1882, surhaussée et remaniée dans le même style en 1928 par l’architecte Jacques Obozinski. Dans son cas, le marqueur social était évident. Le poète était le fils de Gaston Périer, administrateur de nombreuses sociétés en relation avec le Congo (groupe Thys), également organisateur d’expositions (1935), et personnalité très représentative du capitalisme belge de l’entre-deux-guerres, y compris en ses préoccupations culturelles. Odilon-Jean avait épousé Laure Féron, fille d’Émile Féron, avocat, conseiller communal libéral passé ensuite au socialisme, et député de Bruxelles. Victor Horta leur construira une maison de campagne à Rhode-Saint-Genèse.

17D’autres écrivains ont également résidé avenue Louise en raison du milieu social dont ils étaient issus ou de la réputation mondaine du site. En voici la liste (les dates entre parenthèses signalent les années où leur présence est confirmée par la base ciel7) :

Charles Bernard

70, avenue Louise (1949-1950)

Fernand Crommelynck

517, avenue Louise (1913-1914)

Henri Fast

248, avenue Louise (1960-)

René Gaffé

349, avenue Louise (1957-1958)

Pierre Goemaere

341, avenue Louise (1972-)

Antoine Matagne

32, avenue Louise (1955-1960)

Odilon-Jean Périer

268, avenue Louise (1920-1928)

Robert Poulet

201, avenue Louise (1931-1944)

Maria van den Steen de Jehay

6, avenue Louise

Marguerite Yourcenar

193, avenue Louise (1903)

Marguerite Yourcenar

125, avenue Louise (1929-1931)

Jean Welle (réd. en chef du Pourquoi pas ?)

178, avenue Louise

  • 8 L’architecte Victor Bourgeois, frère de Pierre, mais également cofondateur de la revue littéraire L (...)

18Bien entendu, cette présence des écrivains ne dit rien sur le rôle de l’avenue Louise dans leurs œuvres, tout au plus signale-t-elle leur connaissance des lieux, et donc la possibilité d’y investir une part de leur imaginaire8.

  • 9 Pendant la Deuxième Guerre mondiale, la Gestapo aura le même réflexe. Elle installe ses bureaux, ce (...)

19Il faut toutefois signaler le choix que fait Hergé d’installer avenue Louise les bureaux de son atelier de dessinateur. En 1953, Hergé achète un étage de l’immeuble, situé au 194 avenue Louise, pour y installer ses studios. Il sépare ainsi nettement sa vie privée de sa vie professionnelle. Trois ans plus tard, les Studios Hergé s’installent définitivement au 5e étage du 162 avenue Louise à Bruxelles. À chaque fois, il s’agit incontestablement d’une manière de renforcer la légitimité symbolique du média bd autant que de sanctionner par un geste fort la réussite financière de l’entreprise9.

Un imaginaire sous conditions

  • 10 Corbin (Alain), Le Territoire du vide. L’Occident et le désir du rivage, 1750-1840, Paris, Aubier, (...)

20L’imaginaire urbain que l’avenue Louise permet d’envisager dépend de deux déterminations historiques sur lesquelles on ne saurait trop insister. Il importe d’abord de distinguer nettement un lieu et son image symbolique. L’étude classique d’Alain Corbin sur le « territoire du vide » a bien montré comment la plage a longtemps été perçue comme un monde hostile et dangereux pour l’homme, et comment elle a progressivement été apprivoisée, par l’hygiénisme d’abord, par les loisirs ensuite, jusqu’à devenir l’espace de plaisir qu’elle représente pour nous10. Un lieu est, par nature, à peu près dépourvu de charge émotionnelle : celle-ci se construit et évolue dans l’histoire.

21Par ailleurs, l’inscription d’une réalité spatiale dans l’espace des œuvres littéraires ne dépend pas seulement des caractéristiques propres à cette réalité. Elle met en jeu les capacités représentatives du médium littéraire (en ses diverses composantes) et son histoire propre. On sait que la grande ville a dû attendre les Illusions perdues de Balzac (1837-1842) pour s’imposer comme actant dans une économie romanesque, alors qu’elle préexiste naturellement à cette œuvre. De même (restons dans les exemples les plus connus), l’ouvrier mineur ne devient-il un héros de roman qu’avec Germinal (1885), même s’il y a déjà des récits de la mine avant Zola.

22En France, c’est avec le roman de mœurs que la rue accède à l’intitulé d’un roman ; l’expression « Rue + nom propre » deviendra, au xxe siècle, un syntagme fréquent. On peut ainsi citer, parmi bien d’autres, La Rue de la Fidélité (Le Bon de Bilderbeck, 1839), Rue des Martyrs (Maurice Montégut, 1898), Rue de la Femme-sans-Teste (Charles Géniaux, 1904), La Rue Cases-Nègres (Joseph Zobel, 1950), L’Avenue (Paul Gadenne, 1949) ; Rue du Havre (Paul Guimard, 1957), Rue des boutiques obscures (Patrick Modiano, 1978), etc.

23En Belgique, le genre semble plus rare. On peut citer : Rue des Italiens (Girolamo Santocono, 1986), Rue Josaphat (Frank Andriat, 2000) ou Rue Oscar Freire (Jean-Pierre Hardy, 2008). La différence est significative. Elle est liée à l’histoire du roman belge. Le roman réaliste s’est développé en Belgique avant l’inauguration de l’avenue Louise. Par la suite, pendant longtemps, le genre a hésité à placer ses récits dans un espace géographique national reconnaissable, en particulier pendant la « phase centrifuge » de notre histoire littéraire.

24Toutefois, poésie et prose romanesque ne réagissent pas de la même manière à cet interdit. La première cite volontiers les lieux, parce que l’expression lyrique s’y adapte aisément et sans réticences. Il ne sera donc pas étonnant de constater une présence de notre avenue en poésie, et dans les romans réalistes ou naturalistes, tandis qu’elle semble disparaître chez les auteurs néoclassiques des années 1935-1960.

25En dépit de ces réserves méthodologiques, une brève enquête montre combien les écrivains ont suivi de près et enregistré dans leurs œuvres les transformations de l’imaginaire urbain bruxellois dont l’avenue Louise fut un des principaux vecteurs. Par ailleurs, nous le verrons ensuite, ils ont su développer tout un répertoire connotatif lié au même quartier.

Un espace dynamique

26Au milieu du xixe siècle, l’avenue constitue encore un lien virtuel entre la Ville et la Forêt, qui n’est pas encore le Bois de la Cambre que nous connaissons. Ce dernier est aménagé en 1862. Avant cette date, il est avant tout perçu comme le début de la forêt de Soignes, et donc comme un espace sauvage (alors qu’en réalité la forêt a été majoritairement replantée pendant la période autrichienne). C’est là qu’on situe une scène de duel, parce qu’elle doit échapper aux regards de l’autorité :

  • 11 Les Euménides, recueil de pamphlets et de libelles, vol. 2, Bruxelles, Michaels, 1837.

Au bois de la Cambre. — À quelle heure ? — À 2 heures, et nous nous chargeons d’apporter des pistolets inconnus à M. Bartels ainsi qu’à vous — nous les prendrons chez Mangeot. — Je m’en rapporte à vous ; à 2 heures je serai à la maison.11

  • 12 Picard (Edmond), Mon oncle le jurisconsulte, Bruxelles, Larcier, 1884.
  • 13 Lemonnier (Camille), Une vie d’écrivain, Bruxelles, arllf, 1994, p. 53.

27Lorsque Edmond Picard accompagne son père en balade en forêt12, ou lorsque Camille Lemonnier se rend à pied à Groenendael pour y composer son Mâle, ils se bornent à traverser les chantiers de l’avenue, sans lui accorder la moindre importance. Ainsi, explique Lemonnier, « Je tournais les talons et, gagnant à la vitesse des jarrets les montueux sablons où depuis s’érigea l’avenue Louise, je me jetais à travers la grande silve comme on plonge en un bain délicieux. »13 Trente ans plus tard, tout au contraire, le Bois accueille la bourgeoisie venue prendre l’air ; les enfants et leurs bonnes fréquentent les chevaux de bois des manèges. Paul Verlaine en fait le lieu d’une opposition significative, quasiment grotesque, en montrant un soldat et une bonne en congé mimant les mœurs de leurs maîtres « au champ de foire de Saint-Gilles » (je cite les deux premières strophes seulement) :

  • 14 Verlaine (Paul), Œuvres poétiques complètes, éd. y.-g. Le Dantec, revue par Jacques Borel, Paris, G (...)

Chevaux de bois
Tournez, tournez, bons chevaux de bois,
Tournez cent tours, tournez mille tours,
Tournez souvent et tournez toujours,
Tournez, tournez au son des hautbois
Le gros soldat, la plus grosse bonne
Sont sur vos dos comme dans leur chambre,
Car en ce jour au bois de la Cambre
Les maîtres sont tous deux en personne.14

28Dans son ouvrage sur la Belgique, Lemonnier reviendra sur cette transformation :

  • 15 Lemonnier (Camille), La Belgique, Paris, Librairie Hachette et Cie, 1888, p. 66-67.

À l’extrémité de la longue avenue Louise, séjour préféré de la bourgeoisie, commence le Bois de la Cambre, ancienne dépendance de la Forêt de Soignes […]. À présent, l’ancien bois, émondé, redressé, symétriquement coupé de vastes percées sans mystère, avec boulingrins, pièces d’eau, chemins de ronde, mails, laiteries et trink hall, ressemble à un jardin aligné au cordeau, où les restes éclaircis des frondaisons primitives servent de toile de fond au défilé des équipages, à l’étalage des toilettes, à la flânerie lente des familles déversées par les tramways. Dépassez cependant la première enceinte : le silence de la forêt recommence brusquement, avec les grands hêtres […].15

  • 16 Desmeth (Paul), Simplifications, Bruxelles, Les Éperonniers, coll. Passé-Présent, 1988 (édition ori (...)

29Avec la construction de l’avenue, une certaine forme d’euphorie se dégage des témoignages d’écrivains qui habitent à proximité ou qui la fréquentent. Paul Desmeth note ainsi : « Il se rattache à ce bois, à cause de la tranquillité et du luxe, une atmosphère particulière, de plénitude et de commencement, que la foule heureuse y entretient quelquefois, les dimanches de soleil qui sont une suite de fêtes après l’hiver. »16 Mais le grand poète de ce moment de grâce, éphémère intervalle entre l’avenue achevée et l’avenue défigurée, reste évidemment Odilon-Jean Périer. De sa chambre, le jeune mondain goûte l’harmonieuse complémentarité du silence de la campagne et du charme de la ville.

  • 17 Périer (Odilon-Jean), « Le citadin », [1924], dans Les Poèmes, Bruxelles, Éditions des artistes, 19 (...)

Tout le gris éventail d’une ville éveillée
Ouvre son paysage au seuil de ma journée
Et parmi les couleurs de l’arrière-saison
Je dispose le monde autour de ma maison :
Ici d’humides toits glissent dans la lumière,
Se perd par la fumée une étoile dernière,
Un cerisier profond règne sur mon jardin
Et se charge de jour le gazon citadin […].17

30Le « gazon citadin » était en 1924 une simple métaphore ; l’évolution de l’avenue en a fait un oxymore. Ainsi vivent les villes.

Un répertoire connotatif

  • 18 Doff (Neel), Keetje, Bruxelles, Labor, coll. Espace Nord, p. 93 [éd. or. 1919].
  • 19 Baillon (André), Histoire d’une Marie, Bruxelles, Labor, coll. Espace Nord, 1997, p. 23 [éd. or., 1 (...)
  • 20 Denissen (Frans), André Baillon. Le gigolo d’Irma Idéal, Bruxelles, Labor, 2001, p. 104.

31Les principales caractéristiques sociales et esthétiques de l’avenue se retrouvent dans les textes qui la mentionnent : fréquentation par la bonne société, le bien-être, voire le luxe, le prestige. Toutefois les textes sont diversement explicites, certains laissant le soin au lecteur de déployer ces connotations pour comprendre exactement ce que l’auteur veut montrer. Neel Doff, qui finira sa vie dans un bel appartement de la rue de Naples, à Ixelles, évoque l’avenue Louise comme une étape décisive de son ascension sociale. Son nouvel amant est un jeune homme peu fortuné, mais d’un milieu social plus élevé que les peintres qui l’emploient comme modèle. Il est « employé volontaire » dans une banque, ce qui justifie la pension que son père lui verse, et, par ailleurs, officier de réserve. L’événement marquant de leur relation est une longue soirée où la narratrice comprend tout le pouvoir de sa beauté : « Après le dîner, nous allâmes en voiture découverte au Bois de la Cambre. J’avais la sensation d’avoir reconquis le monde. Au retour, dans l’avenue Louise, il m’enlaça la taille […] »18. La citation dit à la fois l’usage social de l’avenue (elle permet de s’y montrer), sa fréquentation (par le « monde » précisément, c’est-à-dire le « beau monde » et non la foule), un trajet révélateur (une promenade d’après-dîner), mais aussi, plus implicitement, une temporalité (ce trajet prend du temps, ce qui permet le rapprochement physique). Par ailleurs, dans l’économie de la narration, la scène indique aussi les limites de sa relation provisoire avec l’homme qui l’entretient : n’est-ce pas sur cette même avenue qu’un peu avant, la jeune Neel a aperçu un beau jeune voyou, qui s’avérera attendre un vieux client ? L’avenue qui permet les promotions est aussi un lieu de prostitution, mélange éphémère des corps et des classes sociales. Ce n’est donc pas un hasard si André Baillon y place l’hôtel de maître de Monsieur, où travaille Marie : « C’était une belle maison, avec beaucoup de fenêtres, deux étages, près de l’avenue Louise, un quartier de riches, à ce qu’elle apprit. »19 La référence prend ici tout son sens, lorsque le lecteur constate qu’Hector épouse quelques semaines plus tard une certaine Louise Smeers, délaissant ainsi Marie pour une jeune femme plus riche, qui porte le premier prénom de la fille de Léopold ii (Louise Marie Amélie). Les biographes de Baillon ont établi qu’en réalité, le Monsieur est le comte de Liedekerke, qui vit de ses rentes rue de Trèves (à Ixelles ou à Etterbeek) : la symbolique de l’avenue pèse plus lourd que l’histoire factuelle20 !

  • 21 Mertens (Pierre), Les Éblouissements, Paris, Seuil, 1987, p. 94-95.

32La description de la demeure de Gottfried Benn dans le roman de Pierre Mertens, Les Éblouissements, obéit également à ce principe gravitationnel. On sait que le poète expressionniste logeait à Saint-Gilles, dans l’atelier aménagé dans l’hôtel néorenaissance de la famille de Fernand Khnopff, au croisement de la rue Saint-Bernard et de la chaussée de Charleroi. En insistant sur les contrastes de l’existence de son héros, médecin des prostituées et officier d’occupation, Mertens précise qu’il s’agit d’« un hôtel de Maître de onze pièces dans le quartier Louise […] 1, rue Saint-Bernard »21 : la localisation, toute bourgeoise, est ainsi captée par la connotation luxueuse de l’avenue ; comme chez Baillon, l’opérateur de cette connotation est fourni par le substantif « le quartier Louise » qui étend par métonymie les qualités de l’avenue à son environnement proche.

  • 22 Mallet-Joris (Françoise), Ni vous sans moi, ni moi sans vous : roman, Paris, Grasset, 2007, p. 14.
  • 23 Ibidem, p. 26.
  • 24 Ibidem, p. 183.

33Assez curieusement, la transformation de l’avenue en voie de pénétration rapide a peu nui à son image de marque. Nombre d’enseignes continuent à s’y installer, dans des secteurs classés habituellement dans le monde du luxe : restaurants, bars pour hommes d’affaires, salons de beauté, vêtements de luxe, bureaux d’avocats ou de médecins. Les écrivains témoignent aussi de cette réputation en sursis lorsqu’ils font allusion à des événements ou à des personnages liés à l’avenue Louise. À y regarder de près, cependant, le choix des adjectifs est nuancé. Certains insistent sur l’esthétique des lieux, d’autres sur le prix de vente des appartements ou des services qui y sont situés, ce qui, bien évidemment, implique des définitions différentes de ce que l’on entend par « luxe ». Pour Françoise Mallet-Joris, née à Anvers et vivant à Paris, mais qui connaît bien Bruxelles où demeure sa mère, Suzanne Lilar, l’avenue semble conserver presque intactes ses caractéristiques d’avant-guerre. Son petit roman urbain Ni vous sans moi, ni moi sans vous (2007) se déroule entre les étangs d’Ixelles et le quartier Louise. Les personnages fréquentent le « magasin de vêtement pour enfants, avenue Louise, un très bel emplacement, très chic, pas loin de la place Stéphanie »22, lequel évoque la Maison Dujardin chère à la bourgeoisie bruxelloise jusqu’en 2004. Un autre personnage habite précisément place Stéphanie, perçue comme « élégante »23, au-dessus d’une agence immobilière. Un autre magasin suscite le commentaire suivant : « Ils s’offrent des cartes avec l’adresse “Avenue Louise”, mais seul un tout petit coin du magasin déborde sur l’élégante avenue alors que l’entrée (ils y ont placé deux colonnes ! Un magasin pour enfants avec des colonnes !) donne rue du Bailli – quartier très populaire de Bruxelles –, non pas mal famée certes, mais populeuse […]. »24 Le maître mot est ici « élégance », qui s’accordait mieux avec les cavaliers de jadis qu’avec les embouteillages du temps présent. Même si elle en exagère la portée, la narratrice note avec pertinence le décalage social qui différencie deux artères perpendiculaires, l’avenue Louise et la rue du Bailli.

  • 25 Lambert (Michel), Une vie d’oiseau, roman, Bruxelles, Labor, coll. Espace Nord, 2006 [première édit (...)
  • 26 Houari (Leila), Le Chagrin de Marie-Louise, Paris, L’Harmattan, 2009, p. 45.

34Les notations de Michel Lambert ou de Leila Houari sont plus prosaïques. Dans Une vie d’oiseau, le premier présente le peintre Foucher, qui prépare le vernissage d’une nouvelle exposition : « Le peintre multipliait les projets. Il avait plusieurs salles en vue, rue Defacqz, rue Duquesnoy, avenue Louise. Avenue Louise, ça impressionnerait, évidemment, mais il ne fallait pas rêver. Trop cher. »25 Le Chagrin de Marie-Louise de Leila Houari raconte la rencontre inopinée entre un errant, Aji, Marocain adopté par une famille belge et seul au monde à présent, et une vieille dame, seule elle aussi, un peu coincée dans ses préjugés. Une longue conversation les rapproche. Puis, l’homme s’en va, laissant la vieille dame en manque d’humanité. On comprend alors que ce qui les opposait était aussi une différence de classes sociales : « Ce soir-là, seule dans son bel appartement de l’avenue Louise, elle ressort toutes les photos de sa vie. Des sourires, des enfants, des déjeuners sur l’herbe, des mariages. Sa jeunesse, l’homme qu’elle a tant aimé. »26

35Ce genre de notation est particulièrement fréquente dans les nombreux romans publiés à compte d’auteur dont on trouve trace sur le net. L’avenue y conserve une aura un peu stéréotypée, à l’instar de Saint-Tropez ou du Zoute, une sorte de signifiant magique incarnant la réussite sociale à la manière des pages mondaines que publient certains hebdomadaires. La présentation d’un seul de ces ouvrages suffit à faire comprendre ce qui s’y joue : « “Square des Milliardaires” : dénomination un peu pompeuse donnée par les Bruxellois au square du Bois situé au bout de l’avenue Louise et à l’entrée du Bois de la Cambre. L’endroit, très privé, est célèbre pour accueillir une partie du gratin bruxellois. Rien ne semblait donc destiné à associer à ce lieu prestigieux le nom d’un fils d’immigré italien, un certain della Rocca, Giorgio de son prénom. De basse extraction, celui-ci, après avoir connu les quartiers pauvres de la capitale […] occupa bien vite un hôtel particulier de l’avenue Louise. C’est cette surprenante ascension sociale que le roman dépeint avec précision. »27 Même défigurée, l’avenue reste ainsi un rêve de pierre ouvert aux désirs et aux représentations de soi.

  • 28 Menu (Marc), « Répertoire des lettres belges d’expression et d’inspiration bruxelloises », dans Bru (...)

36Bruxelles n’est sans doute pas une « ville littéraire », au sens où on peut appliquer cet adjectif à Paris ou à Londres : une ville abondamment décrite par les écrivains, jusqu’à incarner un véritable mythe moderne. Passée l’époque de la grande dénégation du néoclassicisme toutefois, la capitale apparaît bien dans une série de textes. La tentative d’inventaire proposée en 1987 par Marc Menu énumérait 188 auteurs « d’inspiration bruxelloise », et elle pourrait aisément être complétée28. Mais ce genre de répertoire reste fort vague. Bruxelles se compose de quartiers, de communes, de rues, de monuments qui révèlent des parcours différenciés. Si l’on veut éviter de tomber dans le néorégionalisme pour faire du Bruxelles littéraire un objet scientifique, il importe de restituer les lieux dans leur matérialité, leur caractère concret, parce que c’est lui qui permet de comprendre l’imaginaire qui se déploie à leur propos. De ce point de vue, l’histoire littéraire de l’avenue Louise est certainement emblématique. Répondant à un programme urbanistique cohérent, même s’il n’a pas été complètement réalisé, cette avenue a été pensée de manière fonctionnelle, pour un certain public et une certaine manière de vivre. Les écrivains, on l’a vu, ont parfaitement intégré ce fait social et participé à la représentation que la ville s’est donnée d’elle-même. Leurs textes suggèrent par ailleurs des décalages significatifs entre la réalité matérielle du devenir de l’avenue et son image de marque. La connotation indicielle des lieux devient dès lors un bon indicateur de la qualité d’observation des auteurs. D’autres espaces urbains confirmeraient-ils cette analyse ? On souhaiterait vivement que d’autres études leur soient consacrées.

Haut de page

Notes

1 Voir notamment les travaux de Moretti (Franco), Atlas du roman européen : 1800-1900 (1997), traduit de l’italien par Nicolas Jérôme, Paris, Seuil, coll. La Couleur des idées, 2000, et Westphal (Bertrand), La Géocritique. Réel, fiction, espace, Paris, Éditions de Minuit, coll. Paradoxe, 2007 ; Le Monde plausible. Espace, lieu, carte, ibidem, 2011.

2 L’histoire de l’avenue a été parfaitement retracée par Duquenne (Xavier), L’Avenue Louise à Bruxelles, Xavier Duquenne, éd., Bruxelles, 2007.

3 Pirmez (Irénée), Histoires de ma vie, compte d’auteur, éd. J. Pirmez, 1980, p. 172 (passage cité : 1874).

4 Haine (Malou), 400 lettres de musiciens conservées au Musée royal de Mariemont, Liège, Mardaga, 1995, p. 420.

5 Sur ce monument, voir Picard (Edmond) et Cladel (Léon), Lettres de France et de Belgique (1881-1889), édition présentée, établie et annotée par Fabrice van de Kerckhove, Bruxelles, aml éditions, 2009, p. 323-324 notamment.

6 Kochnitzky (Léon), Élégies bruxelloises, Paris, Aux éditions du Monde nouveau, 1924, p. 108.

7 http://ciel.philo.ulg.ac.be/cielcms/basededonnees.aspx

8 L’architecte Victor Bourgeois, frère de Pierre, mais également cofondateur de la revue littéraire Le Geste, a aussi habité avenue Louise, au 147, entre 1957 et 1960, mais il avait abandonné la vie des lettres à ce moment.

9 Pendant la Deuxième Guerre mondiale, la Gestapo aura le même réflexe. Elle installe ses bureaux, cellules et salles d’interrogatoire aux numéros 347, 453 et 510 de l’avenue.

10 Corbin (Alain), Le Territoire du vide. L’Occident et le désir du rivage, 1750-1840, Paris, Aubier, 1988 (rééd. Champs/Flammarion, 1990).

11 Les Euménides, recueil de pamphlets et de libelles, vol. 2, Bruxelles, Michaels, 1837.

12 Picard (Edmond), Mon oncle le jurisconsulte, Bruxelles, Larcier, 1884.

13 Lemonnier (Camille), Une vie d’écrivain, Bruxelles, arllf, 1994, p. 53.

14 Verlaine (Paul), Œuvres poétiques complètes, éd. y.-g. Le Dantec, revue par Jacques Borel, Paris, Gallimard, coll. Bibliothèque de la Pléiade, 1962, p. 200. En fait, ce texte est difficile à interpréter. Verlaine l’a daté : « Champs de foire de Saint-Gilles, août 1872 », ce qui peut renvoyer à la Foire du Midi, établie sur le boulevard depuis 1880, mais dont l’origine remonte au xive siècle. La tension entre les lieux (Bois de la Cambre et kermesse) est parallèle à celle des personnages (la bonne sur le cheval de bois vs les maîtres), même si, à l’époque, la commune de Saint-Gilles n’est certainement pas « une des plus pauvres de la capitale » comme le suggère Arnaud Bernardet (Les Premiers Recueils de Verlaine : poèmes saturniens, fêtes galantes, etc.), publié par André Guyaux, Paris, pups, 2008, p. 96).

15 Lemonnier (Camille), La Belgique, Paris, Librairie Hachette et Cie, 1888, p. 66-67.

16 Desmeth (Paul), Simplifications, Bruxelles, Les Éperonniers, coll. Passé-Présent, 1988 (édition originale : 1932), p. 72.

17 Périer (Odilon-Jean), « Le citadin », [1924], dans Les Poèmes, Bruxelles, Éditions des artistes, 1937, p. 136.

18 Doff (Neel), Keetje, Bruxelles, Labor, coll. Espace Nord, p. 93 [éd. or. 1919].

19 Baillon (André), Histoire d’une Marie, Bruxelles, Labor, coll. Espace Nord, 1997, p. 23 [éd. or., 1920].

20 Denissen (Frans), André Baillon. Le gigolo d’Irma Idéal, Bruxelles, Labor, 2001, p. 104.

21 Mertens (Pierre), Les Éblouissements, Paris, Seuil, 1987, p. 94-95.

22 Mallet-Joris (Françoise), Ni vous sans moi, ni moi sans vous : roman, Paris, Grasset, 2007, p. 14.

23 Ibidem, p. 26.

24 Ibidem, p. 183.

25 Lambert (Michel), Une vie d’oiseau, roman, Bruxelles, Labor, coll. Espace Nord, 2006 [première édition : 1988], p. 123.

26 Houari (Leila), Le Chagrin de Marie-Louise, Paris, L’Harmattan, 2009, p. 45.

27 Pignato (Giuseppe), Square des Milliardaires : roman, Publi-Press, 2011. (http://www.renaissancedulivre.be/index.php/societe/hors-collection/item/6793-square-des-milliardaires) L’auteur se présente d’ailleurs lui-même dans des termes équivalents : « Giuseppe Pignato fut d’abord journaliste avant de se lancer dans les affaires. Actuellement, administrateur-délégué de plusieurs sociétés actives dans la publicité, la presse et l’édition, il est aussi président d’une holding financière. Divorcé depuis 30 ans, il fut un personnage incontournable de cette faune un peu spéciale qu'on a coutume d’appeler les “nouveaux célibataires” (rien à voir avec ceux que nos parents nommaient communément les “vieux garçons” ou les “vieilles filles”). Les agences matrimoniales, les sites spécialisés sur le net, le speed dating, les soirées “célibataires”, les clubs de rencontre (il fut d’ailleurs animateur dans un des clubs de rencontres les plus fameux de Bruxelles), Giuseppe Pignato a testé toutes les pistes. Dans ce roman, il a décidé de nous faire humer le parfum de ce monde un peu à part. »

28 Menu (Marc), « Répertoire des lettres belges d’expression et d’inspiration bruxelloises », dans Bruxelles littéraire, Bruxelles, Éditions Bernard Gilson, 1987, p. 185-272. De manière symptomatique, ce répertoire ne donne aucune liste des lieux traités par les écrivains.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Paul Aron, « L’avenue Louise et les écrivains », Textyles, 47 | 2015, 95-108.

Référence électronique

Paul Aron, « L’avenue Louise et les écrivains », Textyles [En ligne], 47 | 2015, mis en ligne le 01 décembre 2015, consulté le 24 mai 2017. URL : http://textyles.revues.org/2635 ; DOI : 10.4000/textyles.2635

Haut de page

Auteur

Paul Aron

frs-fnrs/ULB

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org