Navigation – Plan du site
Bruxelles, une géographie littéraire

Les « Carnets d’un citadin » des frères Bourgeois dans 7 Arts 

La plastique pure comme révélateur de la ville moderne des années 1920
Judith le Maire et Iwan Strauven
p. 83-93

Texte intégral

Quand la littérature nuance la construction d’un manifeste moderniste

  • 1 Les trois constituent le noyau dur de la rédaction. Voir Goyen de Heusch (Serge), 7 Arts : Bruxelle (...)

1Les frères Pierre et Victor Bourgeois, un poète et un architecte, et Pierre-Louis Flouquet, peintre et critique d’art, saisissent les formes de la « vie urbaine » à travers l’écriture des « Carnets d’un citadin ». Cette chronique, signée « Un des trois », est publiée dans l’hebdomadaire 7 Arts, fondé en 1922 avec Karel Maes et Georges Monnier1. Durant six saisons de 25 ou 30 numéros, une cinquantaine de carnets d’une ou deux colonnes sont publiés durant l’automne et l’hiver : 21 entre octobre 1923 et mars 1924, puis 20 entre novembre 1924 et mars 1925, tandis que 5 paraissent fin 1925. Deux carnets clôturent la série, l’un en janvier et l’autre en décembre 1926. Les chroniqueurs de la revue 7 Arts ont l’ambition de faire exister la vie moderne en la décrivant. Ils la décèlent dans tous les arts et les événements bruxellois.

2Les carnets montrent ce que la vision urbanistique et architecturale ajoute à la description littéraire pour saisir les formes et l’esprit de la vie urbaine moderne. En effet, le relief, les constructions et les perspectives de la ville sont observés tout autant que les lettrages ou les couleurs. Ils constituent la ligne plastique de la ville, réceptacle de la « vie urbaine », au même titre que les événements, le bruit ou la foule en sont les éléments. Atmosphère littéraire et formalisation architecturale et urbanistique s’allient dans les carnets et permettent de comprendre l’ambition paradoxale de Victor Bourgeois, projetée sur la ville de Bruxelles, qui oscille entre modernisme et tradition.

  • 2 Parue de 1933 à 1934.
  • 3 Il faut néanmoins souligner le caractère manifeste de 7 Arts en faveur d’une modernité ancrée dans (...)

3Dans les écrits contemporains des carnets, la poésie de Pierre Bourgeois (1898-1976) célèbre les éléments incongrus qui fascinent ces critiques de la vie urbaine : le carrefour, l’échafaudage, le bruit, la multitude des toits et les vues sur Bruxelles que cadrent les fenêtres de la Cité moderne. Il est évident que cette écriture « construit » la ville. Le poète représente, avec toute l’amplitude qu’offre l’écriture poétique, la spatialité, la matérialité, les perspectives et les compositions. Victor Bourgeois (1897-1962), quant à lui, explicite ce qu’est la plastique pure qui caractérise tous les éléments de la ville moderne. Se retrouvent déjà dans 7 Arts les thématiques de la revue Bruxelles, ses hommes, ses institutions, son architecture. Revue de technique urbaine2, ainsi que l’intitulé des chapitres qui structurent l’ouvrage tardif de Victor Bourgeois en 1955, L’Architecte et son espace : la couleur, la forme, l’atmosphère, la création et l’espace. Victor Bourgeois, architecte, important initiateur du mouvement moderne international en Belgique, accompagne son œuvre construite – à moins que ce ne soit l’inverse – d’une œuvre littéraire ou, disons, écrite. Deux modes d’inscription, de représentation se mêlent donc pour constituer la « vie urbaine », entre un architecte qui écrit et un poète qui construit. L’objet du présent article est de montrer cette complémentarité de la forme construite et de la forme littéraire. Il s’agit également d’indiquer à quel point la localisation des éléments urbains importe à Victor Bourgeois : l’étude propose de mettre en perspective les réflexions des « Carnets d’un citadin » pour montrer comment elles construisent un parcours dans Bruxelles. Ce parcours est organisé en diverses séquences visuelles d’architectures qui se découpent sur l’horizon. Ces silhouettes mélangent bâtiments modernes ou pittoresques, suggérant l’hypothèse que Victor Bourgeois n’est pas uniquement le constructeur d’un modernisme radical, mais aussi un traditionaliste, attaché à l’identité de Bruxelles3.

4Les sujets des « Carnets d’un citadin » autant que la méthode prônée par ses auteurs – un arpentage du terrain pour capter des impressions – obligent aussi à reconsidérer la figure habituellement admise de Victor Bourgeois, celle du chef de file radical du Mouvement moderne en Belgique. Son architecture et surtout son projet urbain oscillent entre modernité et tradition, entre radicalité et pragmatisme. La littérature, captant le pittoresque et l’identité bruxelloise, nuance une radicalité moderniste au nom de laquelle la ville serait érigée sur une tabula rasa.

5Victor Bourgeois pratique une architecture manifeste : ainsi l’immeuble érigé en 1922 à Koekelberg et sis « rue du Cubisme » (ainsi que les frères Bourgeois parviennent à la faire baptiser). Un emblème moderniste ensuite, la Cité moderne à Berchem-Sainte-Agathe (1922-1925). Son habitation personnelle, avenue Seghers, est aussi, selon sa volonté, un manifeste construit de l’architecture moderne à Bruxelles. Si ces constructions sont des manifestes d’avant-garde, dans les écrits, ce qui se révèle est plutôt un attachement de Bourgeois à la tradition, à la ville ancienne et à son désordre, et c’est ce que le contenu des rubriques de 7 Arts permet de saisir.

  • 4 Doms (André), « Pierre Bourgeois », Dossiers, littérature française de Belgique, 1990, p. 1-20, htt (...)
  • 5 Marx (Jacques), « La poésie urbaine de Pierre Bourgeois », dans Le Courrier du Centre international (...)

6Le frère de Victor, Pierre Bourgeois, critique, poète, journaliste, cinéaste, animateur, a fait la fortune critique de la modernité. Suivant « le poème de l’angle droit », son outillage poétique célèbre la composition urbaine et le contraste entre l’intimité de la rue, la monotonie des masses des maisons alignées, parallèles et l’agitation du carrefour : « […] Il est un des premiers qui, résistant à l’antique instinct de l’espèce, à celui de la race, se soient livrés avec bonheur à l’instinct de la civilisation où ils vivent. »4 Certains auteurs évoquent par ailleurs, la façon dont le constructivisme littéraire s’inspire, en poésie, de l’architecture5.

7Ces deux hommes rendent donc visible, de multiples manières, le Bruxelles de 1920 où ils s’installent quelques années plus tôt, dès 1916. Ils fréquentent tant les cercles littéraires que des congrès d’architecture, locaux et internationaux, et se mêlent à l’avant-garde des autres arts : écrivains, peintres, cinéastes modernistes sont leurs amis.

  • 6 Objet, principes, tactique, 7 Arts, n° 1, juin 1922. L’hebdomadaire n’est pas paginé.

8Dans son titre, le nouveau journal, qui deviendra une chambre d’écho du Mouvement moderne belge, renvoie à la Gazette des Sept Arts de Ricciotto Canudo, mais plus qu’à la seule apparition du cinéma, il se réfère à l’architecture, à la « plastique pure » et au néoplasticisme néerlandais, au constructivisme russe et au purisme français : « l’art a quitté la vie, notre prodigieuse vie urbaine, industrielle et passionnée. Il faut l’y ramener. Nous croyons que l’architecture domestique et le cinéma y réussiront : aussi accorderons-nous à ces deux phénomènes une importance considérable. »6

9Le défi de la Cité moderne de Victor Bourgeois consiste également à donner à la plastique pure une dimension urbaine, en y intégrant le plus possible les autres arts. L’idéal de l’intégration réside dans la réalisation de la cité-jardin comme œuvre collective. C’est pourquoi, de la même façon, les rubriques de 7 Arts ne sont pas toujours signées, tous les rédacteurs en portant la responsabilité.

Du gratte-ciel à la tasse à thé

  • 7 Doms (André), Pierre Bourgeois, op. cit., p. 20.
  • 8 Thème largement repris dans les Carnets, la foule, la masse, son mouvement et ses géométries au sor (...)
  • 9 Berg (Christian), « La Ville mode d’emploi », dans Guyaux (André), dir., Textyles, n° 25, Odilon-Je (...)

10Selon André Doms, « Bourgeois ne craint […] pas l’« impureté » de certains sujets réputés impropres au lyrisme (il célèbre le gel, par exemple, ou la boue) […] »7. Comme l’affirme Christian Berg, les poètes post-symbolistes belges du premier tiers du xxe siècle ont été définis comme puisant un lyrisme nouveau à la source des phénomènes urbains, dépassant les villes tentaculaires : « Polychromie et dynamisme, mouvements de la foule8, rythmes mécaniques, polyphonies des sons, simultanéité des perspectives […] »9. Ils laissent se répondre l’esprit et la forme, le sentiment et la matière. Les poètes citadins se promènent dans les jardins et dans la ville, panorama ponctué par les percées de Léopold ii mais pas encore par les destructions.

  • 10 Voir Bruxelles. Ses hommes, ses institutions, son architecture. Revue de technique urbaine, n° 1, p (...)

11Tant la revue Bruxelles que les « Carnets d’un citadin » traitent d’une multitude de sujets abordant la complexité du phénomène urbain. Outre les problèmes évidents et fonctionnels de l’urbanisme – économie, commerce, transports et espaces verts –, sont étudiées la propagation spatiale de la vie intellectuelle, artistique et religieuse, ou l’importance des monuments et de l’architecture de la ville. L’approche est significative de la pensée des auteurs, qui traitent de thèmes apparemment anecdotiques tels que « la question des rues » dans Bruxelles : « [le] revêtement des artères, leur profil, leur tracé, leur organisation souterraine, leurs éléments aériens : éclairage et publicité, leurs accessoires fixes : boîtes aux lettres, plaques de rues, bancs, etc., leurs occupants mobiles : camelots, véhicules »10.

  • 11 Un des trois, « Carnet d’un citadin. Billet en faveur de la ménagère », dans 7 Arts, n° 7, 22 novem (...)
  • 12 « Plus le propriétaire est riche, plus l’œuvre manque de distinction », dans 7 Arts, troisième sais (...)

12Dans leur perspective, la vie urbaine bruxelloise tient autant à l’architecture, aux ensembles qu’aux objets : « Gratte-ciel et tasse à thé, voirie urbaine et agencement des meubles […], le secret de la beauté c’est l’utilité. »11 L’intérêt pour le plus petit objet de la vie quotidienne, allié au dépouillement de la pauvreté, est le trait d’une certaine modernité qui sied bien à Victor Bourgeois, rejetant l’élite bourgeoise au profit d’un modernisme social, par la construction de gratte-ciels et de cités-jardins modernes12. La plastique pure projetée sur la ville est la promesse d’un art démocratisé. 7 Arts hérite de l’art social problématisé par Edmond Picard dans L’Art moderne. Le va-et-vient constant dans les carnets entre l’échelle du plus petit et l’urbanisme pour constituer « la ville » révèle que Victor Bourgeois, s’il appartient à la radicalité du modernisme, se montre également réceptif à la tradition et au quotidien. Il n’est pourtant pas nostalgique de la ville du xixe siècle qui sera souvent opposée à la célébration de la ville moderne après la crise de 1929.

13Ainsi, les sujets et les objets de la vie urbaine sont explorés dans des rapports contrastés suivant deux thèmes, l’un spatial – du petit objet au grand ensemble – et l’autre temporel – de l’événement à la lente transformation.

À grande vitesse…

14D’une part, l’intensité de la « vie urbaine » dans la ville moderne est exprimée par l’événement, l’actualité artistique, saisis sur le vif, dans une chronique hebdomadaire. D’autre part, la vitesse des bolides modernes est également envisagée :

  • 13 Un des cinq, « La valeur sentimentale des découvertes géométriques », dans 7 Arts, n° 26, 10 avril (...)

Nous vivons dans une atmosphère de métal et de profils mouvants et exacts. Fièvres scrupuleuses et solides ampleurs alternent. Rappelez-vous le premier regard à la ville lorsque l’express s’approche et le jeu organique des formes qui se bousculent en votre curiosité, limitons-nous : il y a des disques, des rails, des fumées, des machines. N’est-il pas beaucoup plus intelligent de chérir tout cela ?13

  • 14 En 1922, dans son ouvrage La Foi du doute, cité par Doms (André), Pierre Bourgeois, op. cit.

15L’art est vu comme une expression active. Pierre Bourgeois dit vivre une « morale de la mobilité », dont participe d’ailleurs la machine, dans ce qu’il nomme (peut-être assez naïvement) un « humanisme industriel »14. La distance de marche, le trajet du travail, la vie quotidienne impriment le rythme urbain dans les récits des chroniques. Le soir, la nuit, le bruit, le rythme sont l’objet d’un emportement lyrique de la part des auteurs :

  • 15 Un des trois, « Carnet d’un citadin. Protégeant le pittoresque nous défendons notre cœur Disent Nos (...)

La combinaison des vitesses, gage du renouvellement complet du décor. Selon que je suis piéton, cycliste, voyageur ou automobiliste, je participe à un système différent de vision. Les objets solidaires de mon regard qui lui-même est subordonné au genre de transport que j’emploie attestent par là même une existence multiple. Voilà un imprévu autrement « piquant » que la dentelure d’un pignon crasseux.15

16D’autre part, la vie urbaine s’exprime aussi dans des temporalités longues. Les six saisons de parution permettent une saisie longue du pouls de Bruxelles. Les réalisations architecturales et les aménagements urbains demandent plusieurs années entre le moment où ils ont été conçus, puis réalisés et enfin publiés et commentés. Ce temps plus lent est également perceptible dans les pauses du piéton qui « badaude », qui entre dans les galeries et visite les expositions :

  • 16 Un des trois, « Carnet d’un citadin. Plaidoyer pour le badaudage », 7 Arts, n° 2, 18 octobre 1923, (...)

Tout défenseur de l’esthétique moderne est amant du rythme industriel et commercial où s’affirme l’esprit social de l’époque. Avant d’aimer l’art moderne, il faut aimer la vie moderne […]. Si l’on veut participer au renouveau qui s’annonce, il suffit de se promener avec amitié et lucidité à travers nos villes. Le badaud est un esthéticien moderniste qui s’ignore.16

Ou au rythme de la promenade…

  • 17 Le promeneur est déjà présent dans le manifeste de l’architecture de la première édition de 7 Arts.

17Les deux frères choisissent dans 7 Arts une approche phénoménologique avant la lettre de la ville, qu’ils utilisent comme instrument d’analyse. « Le promeneur », une sorte de contrepartie prolétarienne de la figure du flâneur de Benjamin, est de plus en plus présent dans la revue17.

  • 18 Ce qui deviendra la Charte des modernistes des Congrès internationaux d’architecture moderne consis (...)
  • 19 Le caractère multidisciplinaire de Bruxelles est largement inspiré par Paul Otlet.

18Dans la revue Bruxelles, la ville est vue dans ses aspects divers – historiques et pittoresques –, ce qui s’éloigne du credo moderniste réducteur véhiculé par la charte d’Athènes18. La perspective du promeneur relève d’ailleurs d’un retour à la pensée du biologiste écossais Patrick Geddes, ami de Paul Otlet19, qui dans le domaine de l’urbanisme, comme dans d’autres à la fin du xixsiècle, célèbre la marche pour appréhender le paysage et l’arpentage pour saisir la ville dans son ensemble. La « promenade » est l’outil d’une méthode d’enquête qui permet de décrire le territoire :

  • 20 Bourgeois (Pierre), Bourgeois (Victor), Sites et urbanisme de la Wallonie, Second congrès des socia (...)

Nous faisons d’abord un essai de géographie d’un genre spécial qui ressortit à la fois à la géographie économique, à la géographie historique et à la géographie humaine. Nous nous promenons à travers notre pays. La première fois, en ouvrier ; la seconde fois, en paysan ; la troisième fois, en touriste […]20.

… scandée par la ligne panoramique

  • 21 DOMS (André), Pierre Bourgeois, op. cit., p. 11
  • 22 Un des trois, « carnet d’un citadin. Protégeant le pittoresque nous défendons notre cœur Disent Nos (...)
  • 23 Un des trois, « Carnet d’un citadin. Grandeur et servitude des monuments », dans 7 Arts, deuxième s (...)

19Si « l’urbanisme est une constante de la poésie de Bourgeois »21, Victor accentue sans doute l’importance de la perception géographique et planologique de la ville, déchiffrée depuis les immeubles en hauteur érigés dans les années 1920. Ainsi, « […] à la locomotion terrestre s’ajoute, miraculant le panorama, la locomotion aérienne. Grâce à elle, la ville entière offre à l’œil dominateur une mobile synthèse géométrique »22. En effet, le citadin opère une synthèse de l’ensemble urbain, à laquelle Victor Bourgeois donne une caractéristique particulière : plus encore que le panorama, c’est la skyline qui qualifie sans doute avec le plus de précision sa fascination. Il en donne une traduction française : la « ligne panoramique » ou « ligne d’ensemble ». On peut la comprendre comme « l’esthétique sur fond de ciel. […] l’ouvrage se profile sur l’horizon : maritime ou campagnard, qu’importe si dans sa solitude immortelle, le monument est en contact avec l’immensité du ciel »23. Pierre Bourgeois décrit la même ligne dans le paysage cadré par une fenêtre sur la ville :

  • 24 Bourgeois (Pierre), Romantisme à toi. Poèmes de Pierre Bourgeois. Linos de Pierre-Louis Flouquet, é (...)

Romantiquement…
Je regarde l’horizon estival
– mon préféré, celui de ce bureau –
où ma cité touche au ciel
et que j’atteins après glissade émerveillée
de l’œil dessus le doux chaos des tours et des toits.24

20Mais il faut aussi compter sur l’accélération de la circulation qui commande de composer pour l’esthétique des villes des décors plus vastes, relatifs à la vitesse d’enregistrement oculaire du spectateur-acteur. Il s’agit de concevoir la succession de séquences : des tableaux offerts par la ligne panoramique de la ville. Ainsi utilise-t-on des éléments verticaux tant traditionnels, ici les clochers, que modernes, comme les gratte-ciels :

  • 25 Un des trois, « Carnet d’un citadin. Architecture religieuse », dans 7 Arts, n° 4, 1er novembre 192 (...)

Par leur situation et leur ampleur, les églises commandent maints paysages de nos villes. La ligne panoramique moderne a donc besoin de leur collaboration esthétique pour se réaliser pleinement. Grâce à leurs clochers, les églises organisent les perspectives aériennes. Comme les magnifiques cheminées et les palaces. Mais situées en nos places publiques, ne constituent-elles pas, entre toutes les bâtisses, des régulateurs, les axes de notre vue quotidienne ?25

  • 26 Un des trois, « Carnet d’un citadin. La nature et la ville. Considérations sur les espaces libres e (...)
  • 27 Bourgeois (Victor), «  L’urbanisme vivant », dans 7 Arts, troisième saison, n° 6, 11 décembre 1924. (...)
  • 28 Bruxelles la nuit de Georges J. Champroux, homologue de celui de Brassaï sur Paris, paraît en 1935 (...)
  • 29 Bourgeois (Victor), « L’urbanisme vivant. Ne craignons pas Hauteur des Immeubles dans Grandeur d’Ai (...)

21Ce qui est remarquable, c’est que cette ligne panoramique associe « tous les éléments de notre civilisation » pour « créer le visage historique de notre époque », autrement dit qu’elle cristallise dans le paysage l’identité de Bruxelles. Les vides, aussi bien que les édifices, « doivent exprimer la personnalité de la ville »26. Ainsi pour Liège, Victor Bourgeois propose une stratégie de conception du panorama qui réserve des emplacements féconds aux terrils « afin que cette architecture devienne un agent actif et ordonnateur du paysage urbain »27. Les lignes de corniches, les horizontales des logements collectifs modernistes ou les gratte-ciels sont mobilisés de manière à se découper sur le ciel. L’éclairage nocturne y participe également, le néon affirmant les contours des ensembles construits28. Dans une rubrique intitulée « L’urbanisme vivant », qui paraît dans les derniers numéros de 7 Arts, Victor Bourgeois commente la démolition du quartier de la Putterie et précise : « Je crois même que la création d’un quartier en hauteur : quelques immeubles de vingt ou trente étages à l’aise en un large espace d’air, constituerait une invitation panoramique plus riche que les rues bordées de maisons de moyenne hauteur. Dans le premier cas, multiplication des points de vue (échappées soudaines, diversité des axes) : dans le second cas, la vue du bas de la ville sera nulle »29.

Quels lieux, quels parcours ?

22En découvrant cette fascination pour les points de vue et l’importance que la perception des lignes panoramiques revêt pour forger l’identité bruxelloise, les carnets ont été analysés en termes de lieux concrets ou non. Même si les textes sont écrits en chambre, ils sont hantés par la grande ville :

  • 30 « Printemps, médecin traitant… », dans Bourgeois (Pierre), Romantisme à toi. Poèmes de Pierre Bourg (...)

Fenêtre au dos, je travaille
subissant le charme tendu
de la complète aventure atmosphérique
que propose le printemps.
L’heure est au maigre appel bientôt énorme.
Vœu, cet invisible panorama
dont pour moi l’âme est inscrite
aux murs choyés de ma chambre
dans le simple-divin inattendu.30

23Dans certains articles, il y a un propos géographique, topographique, panoramique et spatialisé à l’échelle urbaine, les lieux sont parfois identifiés mais ce sont les impressions qui sont décrites. L’espace de la chambre et la vue cadrée par ses fenêtres est celui qui laisse la place aux espaces de référence, à la réflexion. La vie urbaine se déroule tant dans l’espace urbain que dans les espaces publics que sont les commerces, les galeries, etc.

  • 31 Jusqu’en 1925, moment de la construction de sa maison.

24Il y a une certaine coïncidence entre les sujets des carnets – l’agencement des étalages – et la pratique de l’architecte qui aménage une boutique au Sablon. En cartographiant les lieux cités et en localisant les domiciles successifs des deux frères, les bureaux de l’architecte et de 7 Arts (271, boulevard Léopold ii), puis les sites des projets de Victor et Pierre Bourgeois, on s’aperçoit que c’est majoritairement le centre et le nord-ouest de Bruxelles qui sont arpentés à pied par Victor, qui ne possède pas d’automobile à ce moment-là31. Les projets réalisés entre 1919 et 1925 et les projets non aboutis se situent également dans cette zone. En l’élargissant un peu, on peut aussi y situer les lieux artistiques dans lesquels ils organisent conférences et expositions, tels que le palais d’Egmont (salle du manège), la Lanterne Sourde, la Maison du peuple de Victor Horta et son Palais des Beaux-Arts inauguré en 1928, dans lequel Bourgeois organise le congrès des ciam en 1930. Les deux frères se promènent d’ouest en est, sur une coupe de la vallée de la Senne.

  • 32 Bourgeois (Victor), « L’urbanisme vivant. Pour le Grand Bruxelles. Les monuments et ensembles histo (...)

25Le Coudenberg 6 inspire sans doute à Victor Bourgeois un parcours qui, s’il est indiscernable dans les « Carnets », finit par être explicité. L’architecte prévient les attentes du promeneur, offrant « la rue de flânerie idéale de Bruxelles ». En pente forte, « l’épine dorsale de ces canaux de promenade pourrait, par exemple, être le parcours suivant qui réalise déjà en partie les conditions énoncées et où d’intéressants bâtiments historiques seraient conservés : Place royale, Montagne de la Cour, Madeleine, galeries saint Hubert, rue de l’Écuyer, place de la Monnaie, rue Neuve. Il faudrait rétablir dans cette zone, sur le versant nord – Mont des Arts, des magasins, cafés, restaurants avec terrasses d’où des belles vues pourraient être ménagées et sur la ville historique et sur la ville moderne – gratte-ciel, opéra, Bourse, parc etc. – à édifier sur les terrains de la Jonction »32. Ce parcours offre dans l’aménagement de la ville une synthèse de ses aspects paradoxaux – entre vitesse et lenteur – et offre diverses lignes panoramiques se détachant sur le ciel, celles des pignons du Bruxelles pittoresque, les corniches alignées à la même hauteur du quartier du Parc et les découpages des habitations collectives modernes. Le gratte-ciel y trouve enfin sa place.

  • 33 Chenoy (Léon), « Mécanisme et littérature », dans 7 Arts, deuxième saison, n° 26, 10 avril 1924.

26Entre tradition et modernité, l’architecte et le poète célèbrent tant le néoclassicisme que le modernisme, tant le pittoresque bruxellois que la voiture et le néon. Si les « Carnets » ne constituent pas chacun un parcours, ils en sont les séquences. L’ensemble relate une déambulation dans Bruxelles. « Un des trois » rappelle « combien [il] souhaite rencontrer au hasard de [ses] promenades urbaines de merveilleuses images ». La poésie et la littérature traduisent en phrases les impressions, les formes, la ville et ses deux vitesses, ses aspects diurne et nocturne, son bruit et sa musique savante, sa volumétrie et les perspectives qu’elle offre… Il faut bien un architecte et un poète pour rendre le phénomène de la ville moderne, car « si le modernisme est nature et forme, il est également et surtout esprit »33. Outre la dimension poétique, le regard de l’architecte s’attarde à une lecture particulière : celle de la ligne d’ensemble, de la multiplication des points de vue sur la ville.

27La vie urbaine prend une dimension particulière grâce à la spatialisation propre à l’architecture et à l’urbanisme. L’importance des masses, des matières qui se découpent sur le ciel indique l’affirmation d’une nouvelle identité pour la capitale bruxelloise en cours de modernisation. Elle se marque par les effets des cheminées, des tours et des immeubles accompagnant la découpe des clochers et des toitures de la ville médiévale.

28Les lieux sont en majorité non identifiés, si bien que l’impression de parcours est difficilement ajustable à une cartographie concrète. Paradoxalement, cette absence de lieux nommés oblige à composer avec les six saisons de 7 Arts et les écrits ultérieurs, ce qui est assez conforme à l’idée de « critique urbaine ». La ville moderne est un « tout », une atmosphère. Pourtant, un trait saillant comme la ligne panoramique représente un nouvel ingrédient de l’identité bruxelloise qui permet une localisation, une géographie peu cartographiée : celle que l’on perçoit depuis les servitudes panoramiques de Léopold ii et de Charles Buls, celle des « prises de vues » littéraires opérées par « Un des trois » depuis les balcons de la Montagne de la Cour, tellement spécifiques à Bruxelles.

Haut de page

Notes

1 Les trois constituent le noyau dur de la rédaction. Voir Goyen de Heusch (Serge), 7 Arts : Bruxelles 1922-1929, un front de jeunesse pour la révolution artistique, Bruxelles, ministère de la Culture française, 1976. Si l’article se focalise sur le tandem des frères Bourgeois, l’étude de la figure de Pierre-Louis Flouquet, qui va se professionnaliser dans la critique artistique pour d’autres revues, apporterait un éclairage complémentaire.

2 Parue de 1933 à 1934.

3 Il faut néanmoins souligner le caractère manifeste de 7 Arts en faveur d’une modernité ancrée dans le réel. Les animateurs de 7 Arts se positionnent donc comme une des avant-gardes présentes sur la place bruxelloise, cherchant à atteindre un art nouveau. Les futurs surréalistes belges s’en démarqueront clairement. C’est ce que montrent les critiques faites à 7 Arts par Paul Nougé. Voir à ce sujet Aron (Paul), « Les tracts de Correspondance ou les détours d’une stratégie subtile », dans NougÉ (Paul), Pourquoi pas un centenaire ?, a cura di Anna Soncini Fratta, Bologna, clueb, 1997, p. 171-200.

4 Doms (André), « Pierre Bourgeois », Dossiers, littérature française de Belgique, 1990, p. 1-20, http://www.servicedulivre.be/servlet/Repository/Pierre_bourgeois.pdf?idr=5021

5 Marx (Jacques), « La poésie urbaine de Pierre Bourgeois », dans Le Courrier du Centre international d’études poétiques, octobre-décembre 1995, n° 208, p. 47-70.

6 Objet, principes, tactique, 7 Arts, n° 1, juin 1922. L’hebdomadaire n’est pas paginé.

7 Doms (André), Pierre Bourgeois, op. cit., p. 20.

8 Thème largement repris dans les Carnets, la foule, la masse, son mouvement et ses géométries au sortir du stade ou dans les rues commerçantes.

9 Berg (Christian), « La Ville mode d’emploi », dans Guyaux (André), dir., Textyles, n° 25, Odilon-Jean Périer, 2004, p. 30-37, cite Zéraffa (Michel), « Villes démoniaques », dans La Ville n’est pas un lieu, Revue d’esthétique, n° 3, 1977, p. 18.

10 Voir Bruxelles. Ses hommes, ses institutions, son architecture. Revue de technique urbaine, n° 1, p. 2.

11 Un des trois, « Carnet d’un citadin. Billet en faveur de la ménagère », dans 7 Arts, n° 7, 22 novembre 1923.

12 « Plus le propriétaire est riche, plus l’œuvre manque de distinction », dans 7 Arts, troisième saison, n° 3, 20 novembre 1924 : « Carnet d’un citadin. Pourquoi toutes les maisons ne participent-elles point à la vie monumentale des villes en associant leurs beautés ? »

13 Un des cinq, « La valeur sentimentale des découvertes géométriques », dans 7 Arts, n° 26, 10 avril 1924.

14 En 1922, dans son ouvrage La Foi du doute, cité par Doms (André), Pierre Bourgeois, op. cit.

15 Un des trois, « Carnet d’un citadin. Protégeant le pittoresque nous défendons notre cœur Disent Nos Adversaires. » « Le spectacle urbain Répondrons-nous. Voilà la plus précieuse invitation à l’exaltation », dans 7 Arts, troisième saison, n° 5, 4 décembre 1924, attribué à Victor Bourgeois.

16 Un des trois, « Carnet d’un citadin. Plaidoyer pour le badaudage », 7 Arts, n° 2, 18 octobre 1923, voir également « Carnet d’un citadin. Centre de badaudage », troisième saison, 1925.

17 Le promeneur est déjà présent dans le manifeste de l’architecture de la première édition de 7 Arts.

18 Ce qui deviendra la Charte des modernistes des Congrès internationaux d’architecture moderne consiste à proposer une ville rationnelle, zonée suivant les fonctionnalités, habiter, travailler, se récréer, circuler, etc., cet urbanisme est critiqué dans le manifeste du n° 1 de 7 Arts. Les constatations du congrès d’Athènes sont publiées pour la première fois en 1933-1934, lors du 4e congrès à Athènes des ciam.

19 Le caractère multidisciplinaire de Bruxelles est largement inspiré par Paul Otlet.

20 Bourgeois (Pierre), Bourgeois (Victor), Sites et urbanisme de la Wallonie, Second congrès des socialistes wallons, 1938, POB, Charleroi, p. 34.

21 DOMS (André), Pierre Bourgeois, op. cit., p. 11

22 Un des trois, « carnet d’un citadin. Protégeant le pittoresque nous défendons notre cœur Disent Nos Adversaires. » « Le spectacle urbain Répondrons-nous. Voilà la plus précieuse invitation à l’exaltation », op. cit.

23 Un des trois, « Carnet d’un citadin. Grandeur et servitude des monuments », dans 7 Arts, deuxième saison, n° 3, 25 octobre 1923. 

24 Bourgeois (Pierre), Romantisme à toi. Poèmes de Pierre Bourgeois. Linos de Pierre-Louis Flouquet, éditions L’Équerre, Bruxelles, 1927, p. 66.

25 Un des trois, « Carnet d’un citadin. Architecture religieuse », dans 7 Arts, n° 4, 1er novembre 1923.

26 Un des trois, « Carnet d’un citadin. La nature et la ville. Considérations sur les espaces libres et les plantations », dans 7 Arts, deuxième saison, n° 9, 6 décembre 1923.

27 Bourgeois (Victor), «  L’urbanisme vivant », dans 7 Arts, troisième saison, n° 6, 11 décembre 1924. 

28 Bruxelles la nuit de Georges J. Champroux, homologue de celui de Brassaï sur Paris, paraît en 1935. Si la photographie nocturne n’est pas neuve, ici la lumière électrique et les néons y superposent une impression relative à la modernité : le dynamisme, la vitesse. Voir : Hommelen (Ruth), « The Delight of Darkness. Brassaï’s and Champroux’ Nocturnal Visions of Paris and Brussels », 24th Joint Doctoral Seminar in Theory and History of Architecture, ulb, 13 novembre 2013. Victor Bourgeois fait photographier sa maison avenue Seghers, manifeste moderne, de nuit et de jour.

29 Bourgeois (Victor), « L’urbanisme vivant. Ne craignons pas Hauteur des Immeubles dans Grandeur d’Air », dans 7 Arts, cinquième saison, n° 27, 15 mai 1927.

30 « Printemps, médecin traitant… », dans Bourgeois (Pierre), Romantisme à toi. Poèmes de Pierre Bourgeois. Linos de Pierre-Louis Flouquet, éditions L’Équerre, Bruxelles, 1927, p. 21-22. Il semble que Pierre Bourgeois réside dans la Cité moderne à Berchem-Sainte-Agathe à partir de 1926.

31 Jusqu’en 1925, moment de la construction de sa maison.

32 Bourgeois (Victor), « L’urbanisme vivant. Pour le Grand Bruxelles. Les monuments et ensembles historiques (suite) », cinquième saison, n° 17, 13 mars 1927.

33 Chenoy (Léon), « Mécanisme et littérature », dans 7 Arts, deuxième saison, n° 26, 10 avril 1924.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Judith le Maire et Iwan Strauven, « Les « Carnets d’un citadin » des frères Bourgeois dans 7 Arts  », Textyles, 47 | 2015, 83-93.

Référence électronique

Judith le Maire et Iwan Strauven, « Les « Carnets d’un citadin » des frères Bourgeois dans 7 Arts  », Textyles [En ligne], 47 | 2015, mis en ligne le 01 décembre 2015, consulté le 22 août 2017. URL : http://textyles.revues.org/2632 ; DOI : 10.4000/textyles.2632

Haut de page

Auteurs

Judith le Maire

ULB/la Cambre Horta

Iwan Strauven

ULB/la Cambre Horta

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org