Navigation – Plan du site
Bruxelles, une géographie littéraire

De L’Avocat Richard aux Scrupules de Bernus, le désenchantement bruxellois d’Émile Leclercq (1817-1907)

Claire Billen
p. 69-81

Texte intégral

Un écrivain-peintre pionnier

  • 1 Michaux (Marianne), « La difficile conquête de l’autonomie », dans Berg (Christian) et Halen (Pierr (...)

1Pour les écrivains réalistes de la première heure, la ville constitue le cadre presque obligé des peintures sociales et morales qui sont au centre de leurs préoccupations. Émile Leclercq (1817-1907), un auteur aujourd’hui bien oublié, alors qu’il figure parmi les promoteurs principaux du réalisme en Belgique et est l’un des théoriciens de ce regard, en littérature comme en peinture1, mérite d’être rappelé à l’attention. Son œuvre permet d’entrevoir comment l’espace bruxellois de la deuxième moitié du xixe siècle a été référencé, à travers le vécu et les représentations des romanciers, journalistes et essayistes issus de la petite et moyenne bourgeoisie intellectuelle, en voie d’affirmation. Dans les dernières décennies du siècle, les héritiers de ce groupe donneront le ton, tant en matière culturelle qu’en matière de conceptions urbanistiques.

  • 2 Aron (Paul), « Leclercq, Pierre-Joseph, Émile », dans Nouvelle Biographie nationale, Bruxelles, Aca (...)
  • 3 Sartorius (Francis), « Notes à propos de l’Uylenspiegel. Le “Journal des ébats” et ses collaborateu (...)
  • 4 La lithographie est reproduite dans Sartorius (Francis), « Notes à propos de l’Uylenspiegel », op. (...)

2Émile Leclercq, originaire de la région de Charleroi, fils d’instituteur, découvre Bruxelles comme jeune peintre, élève de François Joseph Navez (1787-1869)2. Il rejoint en 1847 le cercle des Joyeux, société d’artistes plasticiens, d’écrivains, de journalistes et d’étudiants, dont Charles De Coster (1827-1879) avait prononcé le discours inaugural. Ce cénacle d’assidus buveurs de bière s’érigea en assemblée d’échanges et de critique littéraire3. Comme une grande partie des participants à cette association, Leclercq figurera ultérieurement parmi les animateurs de l’Uylenspiegel, revue fondée en 1856 par Félicien Rops (1833-1898), organe notoire de la satire estudiantine bruxelloise. L’un des seuls portraits que l’on ait conservés de notre auteur le montre, caricaturé par Rops, sur la page de vœux du Nouvel An 1857 de l’Uylenspiegel, en compagnie des ténors du groupe4. Il y est désigné de son nom de plume, E. Pittore, pseudonyme sous lequel il signait les critiques artistiques qu’il donnera au journal, jusqu’en 1859.

  • 5 Pour cette feuille quotidienne, fondée en 1868, proche du milieu de la jeune bourgeoisie libérale, (...)
  • 6 Aron (Paul), « Leclercq, Pierre-Joseph, Émile », op. cit., p. 142.
  • 7 L’Art moderne. Revue critique des arts et de la littérature, première année, n° 6, 19 avril 1881, p (...)

3Encore moins connu comme peintre que comme écrivain ou journaliste (il collabore à La Chronique5), Émile Leclercq tirera ses moyens d’existence d’une carrière de fonctionnaire. Il sera brièvement contrôleur des Jeux de Spa puis attaché à l’administration des Beaux-Arts, où il accédera au poste d’inspecteur en 18796. Son activité de romancier, de conteur, y compris de littérature enfantine, et d’essayiste critique fut abondante, influente et respectée par ses contemporains. Dans L’Art Moderne7, un compte rendu de son ouvrage intitulé « Caractères de l’École française moderne de peinture » (1881) donne une définition somme toute assez juste du talent de l’auteur : « M. Émile Leclercq est un écrivain moins brillant que solide. Sa plume sobre, un peu rude, dédaigneuse de l’éclat et des paillettes, va droit à l’utile. Ce qui caractérise cet écrivain, c’est, si l’on peut dire, la salubrité : bon sens, consciencieuse recherche de la vérité et de la proportion, telles sont ses qualités dominantes. » Ce jugement anonyme, où l’on doit probablement reconnaître la plume d’Edmond Picard, est suivi par un résumé élogieux de l’essai. Le livre constitue, à travers une réflexion sur l’évolution récente de l’art pictural en France, un hommage « au principe d’examen et de libre discussion » et un plaidoyer pour « l’étude de la nature et de l’homme dans leur réalité actuelle », au-delà du romantisme et en opposition résolue à l’académisme. Décrire la réalité psychologique de ses personnages dans sa plus grande trivialité est certes le propos d’Émile Leclercq, son œuvre écrite est fidèle à ce qu’il préconisait en peinture. Il ajoute toutefois à ce regard, souvent impitoyable, une forme de commentaire moral sous-jacent qui atténue la provocation et maintient l’œuvre dans un cadre, malgré tout, bien-pensant.

4Dans l’abondante production littéraire d’Émile Leclercq, un de ses premiers romans, L’Avocat Richard (1858), apporte de précieuses informations sur la manière dont la capitale pouvait être perçue, parcourue et utilisée par un jeune provincial, envoyé par sa famille afin qu’il y réalise des études supérieures. Nous confronterons ce roman de jeunesse à une œuvre de la maturité, Les Scrupules de Bernus (1882). Cet ouvrage donne également des informations spatiales précises. Or l’histoire assez sordide qui y est narrée se déroule dans un cadre bien distinct de celui où ont lieu les tribulations du jeune Carolorégien, mis en scène dans L’Avocat Richard. Nous tenterons de réfléchir sur ce changement de décor, significatif d’une géographie mentale bruxelloise devenue prégnante dans le dernier quart du xixe siècle.

Bruxelles Quartier latin

  • 8 Garnier (Xavier), « Qu’est-ce qu’un récit initiatique ? », dans Poétique, n° 140, 2004, p. 441-454.

5L’Avocat Richard, roman en deux tomes publié en 1858, possède toutes les caractéristiques du récit initiatique8. Armand Richard, fils aîné d’une modiste et d’un tapissier de Charleroi, sévèrement encadré par un mentor ami de la famille, est promis par ses parents à une brillante carrière de juriste, voire de dirigeant politique. Tout le premier volume de l’œuvre décrit les ambitions ridicules et contraignantes dont le jeune prodige est la victime, dans un environnement bigot et étriqué. Le second volume, quant à lui, narre l’arrivée à Bruxelles du futur étudiant en droit de l’Université, la découverte de valeurs et de principes nouveaux, permettant l’émergence de la véritable vocation du jeune homme (celle de devenir un comédien de vaudeville), les efforts qu’il déploie pour finalement concrétiser cette vocation, obtenir le succès, et enfin conquérir la reconnaissance de ses proches.

6Au cours de la douloureuse et lente transformation qui s’opère en lui, Armand Richard ne découvre qu’une partie très restreinte de l’espace bruxellois. C’est l’occasion pour l’auteur d’évoquer les lieux de la Bohème belge gravitant, au cœur de la Capitale, autour de l’Université de la rue des Sols et des logements à bon marché situés sur le versant droit de la vallée de la Senne, à proximité de la Vieille-Halle-aux-Blés.

7C’est en effet dans la maison de son accorte logeuse, rue de l’Escalier, que le personnage principal du roman retrouve le peintre Féru, lui aussi natif de Charleroi mais réprouvé par son milieu d’origine en raison de l’opprobre pesant sur la profession d’artiste. L’éveil à l’esprit critique, aux enthousiasmes philosophiques et esthétiques, l’exaltation de l’indépendance et de la liberté de pensée, s’effectuent dans l’atelier du peintre, véritable incubateur amical, dont on ne sort guère que pour se rendre au théâtre.

  • 9 Collectif, L’Heure bleue. La vie nocturne à Bruxelles de 1830 à 1940, Bruxelles, Crédit communal de (...)
  • 10 Sur les Galeries Saint-Hubert, voir l’étude de Willaumez (Marie-Françoise), Les passages-galeries d (...)
  • 11 L’Heure bleue, op. cit., p. 56.
  • 12 Vanderpelen-Diagre (Cécile), Le Théâtre du Parc. Histoire d’un lieu de sociabilité bruxellois (de 1 (...)
  • 13 Ibidem.
  • 14 Sur ce café élégant voir L’Heure bleue, op. cit., p. 149-150.

8Les spectacles préférés sont ceux qui sont organisés au premier Café-Vaudeville de la rue de l’Évêque9. Les Galeries Saint-Hubert sont aussi régulièrement visitées. Il s’agit d’une grande artère mondaine, axe moderne édifié en 1846-47, dans le bas de la ville, pour rejoindre facilement le quartier de la Monnaie, depuis l’artère commerciale de la rue de la Madeleine, en évitant les fâcheuses promiscuités populaires de l’hyper-centre urbain10. Le Théâtre des Galeries et le Casino Saint-Hubert (futur Vaudeville)11 étaient, au milieu du xixe siècle, des lieux de rencontre pour la jeunesse affranchie12. Armand Richard y découvre, le plus sérieusement du monde, l’art de faire rire un public exigeant et frondeur et les techniques élaborées qu’il faut maîtriser pour réussir un rôle de composition. Il laisse le Théâtre du Parc aux familles bourgeoises bien-pensantes13 et la Monnaie aux prétentieux. Les seules excursions qu’il fait, dans la proximité de cette dernière salle de spectacles et de bals, ont pour destination l’établissement des Mille Colonnes14, où, après s’être fait moquer pour ses allures de péquenot, il conquiert, avec l’aide de ses amis, une place d’habitué légitime.

9Enfin, un dernier repère spatial s’intercale dans ce microcosme : la rue du Parchemin, en contrebas de la Montagne de la Cour. C’est là, dans le quartier universitaire et scientifique dominant la ville basse, que vit et travaille un vieux jurisconsulte, référence morale à laquelle le mentor provincial d’Armand Richard a confié son pupille. Le bonhomme, encore vert, aimable observateur de la vie étudiante qui se déroule sous ses fenêtres, encouragera le nouveau Bruxellois à mener à leur terme ses expériences citadines et l’apprentissage de la liberté.

  • 15 Loir (Christophe), Bruxelles néoclassique. Mutation d’un espace urbain 1775-1840, Bruxelles, cfc Éd (...)
  • 16 C’est-à-dire la ville enserrée dans le périmètre des anciens remparts du xive siècle, ce que l’on d (...)
  • 17 Leclercq (Émile), L’Avocat Richard, op. cit., tome II, p. 36.

10On l’aura compris, le roman d’Émile Leclercq n’explore pas la ville entière, ses personnages circulent dans un tout petit monde, celui de la ville dense s’étendant de la Gare du Midi (encore localisée place Rouppe15) à la place de la Monnaie, de la rue Royale aux Galeries. Jamais on n’y évoque la Senne ni a fortiori les espaces situés au-delà de la rivière. La Grand-Place, trop populaire sans doute, n’est jamais mentionnée. L’univers de L’Avocat Richard tient dans un petit quart cossu de la superficie du Bruxelles intra muros16. Les personnages circulent d’un lieu à l’autre, les espaces sont nommés avec précision mais non décrits. Le livre est, par contre, dédié tout entier à l’exaltation de la grande ville et à l’air déniaisant qu’on y respire. Bruxelles est ainsi célébré comme l’exact contraire de l’étouffant Charleroi. Les préjugés qui règnent dans la ville de la Sambre, pour mieux éteindre la fougue créatrice de la jeunesse, volent en éclats dès que l’on s’installe à Bruxelles. Voyons, par exemple, la manière de considérer le théâtre. Dans la capitale, il s’agit d’une consommation culturelle honorable et régulière. Elle se révèlera déterminante pour l’éveil d’Armand Richard à sa véritable nature et à sa mission sociale. Pour la bourgeoisie de Charleroi, à l’inverse, le théâtre constitue une activité futile et immorale. Autre exemple de la stupide myopie de la ville de province : le regard qu’elle porte sur les peintres, et les artistes en général. Décriés à Charleroi pour le relâchement épouvantable de leur mode de vie, ils jouissent à Bruxelles d’une considération qui les met au centre des cénacles d’échanges intellectuels. Ce sont des êtres pondérés et généreux. Loin de provoquer la morale par des comportements indécents, ils pratiquent l’amour libre dans la discrétion et le respect. Leurs compagnes et modèles ne sont que de futures épouses, déjà bien formées aux attitudes modestes des maîtresses de maison. Le café arrose les discussions plutôt que la bière des estaminets. L’art et la littérature peuvent se déployer auprès d’eux dans toute leur puissance fécondante : « Nous te formerons l’esprit et le cœur dit l’artiste. Je ne te promets pas de te changer en artiste ou en écrivain – mais nous te mettrons peut-être à même de savoir ce que tu veux faire. C’est dans certains milieux que les vocations se développent. Or les milieux sont ici. Comprends-tu ? »17

  • 18 L’expression est de Des Marez (Guillaume), L’Origine et le développement de la ville de Bruxelles. (...)
  • 19 Voir l’introduction consacrée aux Buveurs d’eau, dans l’anthologie de Wagneur (Jean-Didier) et Cest (...)
  • 20 Voir l’introduction à ce thème dans Aron (Paul), La Belgique artistique et littéraire. Une antholog (...)

11Émile Leclercq décrit, dans L’Avocat Richard, l’ambiance d’une forme idéale de Quartier latin18 qui n’a probablement jamais existé à Bruxelles au sens où on l’entend à Paris. Son tableau découle essentiellement de ses découvertes idéologiques personnelles et des représentations du groupe social qu’il met en scène et auquel il s’efforce d’appartenir. C’est l’univers des jeunes bourgeois libéraux de l’université. Pour ce groupe, la peinture est l’art majeur, l’art fédérateur. Il s’agit là d’une conception que l’on retrouve dans la bohème parisienne19. Mais en Belgique, « pays de peintres »20, cette façon de voir est renforcée par l’élaboration en cours d’une identité collective, où l’art pictural tient une place centrale.

  • 21 Leclercq (Émile), Maison tranquille, Bruxelles, F. Claassen, 1872.

12Émile Leclercq déclinera fréquemment, dans son œuvre romanesque, cette image lumineuse du peintre. Dans Maison tranquille (1872)21, le jeune peintre, venu de Bruxelles pour faire le portrait d’un vieux couple de province, apporte dans leur foyer, dominé par une femme bigote et autoritaire, les lumières de la tolérance, de la laïcité et de la liberté.

  • 22 Il s’agit d’un récit du recueil Leclercq (Émile), Amours mortelles, Bruxelles, P. Weissenbruch, 189 (...)
  • 23 Déjà noté par Charlier (Gustave), Le Roman réaliste en Belgique. Extraits et notices, Bruxelles, Of (...)
  • 24 Ce sera notamment le cas pour Edmond Picard et ses amis. La posture est décrite et commentée dans A (...)

13Dans Le Médaillon (1892)22, une coquette séduit un jeune peintre étranger, délicat et plein de franchise, qui préfère retourner dans les brumes scandinaves de son pays, plutôt que de poursuivre une liaison dont il entrevoit les machinations perverses et cruelles desquelles est victime le vieux mari trompé. Dans Les Scrupules de Bernus, l’ami artiste (ici, il s’agit d’un sculpteur) du personnage principal est, avec la mère de ce dernier, la figure la plus chaleureuse et la plus positive du roman. L’osmose entre les écrivains et les plasticiens, leur combat commun sont des motifs centraux du réalisme en Belgique23 ; c’est aussi l’aliment d’une posture sociale à laquelle la plupart des artistes et des littérateurs ont sacrifié, tout au long du xixe siècle24.

  • 25 Ter Assatouroff (Corinne), « L’environnement idéal du commerce de luxe », dans Smolar-Meynart (Arle (...)
  • 26 Pour une vision globale et dynamique de l’implantation des artistes à Bruxelles et dans sa périphér (...)

14Si l’on se penche maintenant sur la spatialisation de ces connivences, on comprend bien que pour les plasticiens en train de bâtir leur carrière, la vieille ville centrale constitue le lieu de prédilection, sachant qu’il s’agit d’éviter la fréquentation des quartiers pauvres et populaires, tout en évitant des loyers onéreux. La proximité de l’université génère une offre de logements tout à fait adéquats, où l’on peut en outre bâtir d’utiles réseaux de relations et de futurs clients. Par chance, les éditeurs, imprimeurs d’art, libraires, magasins d’objets précieux et plusieurs maisons de presse se situent eux aussi dans l’étroit territoire que nous avons décrit25. Une fois établis et reconnus, les peintres quittent Bruxelles pour habiter une maison dans la proche périphérie, dans le prolongement spatial de la zone qu’ils avaient élue au cours de leur jeunesse : Saint-Gilles, Ixelles, Etterbeek, Saint-Josse. Féru, l’ami peintre d’Armand Richard, une fois marié avec son amie et rassuré sur ses moyens d’existence, migre vers Ixelles. Émile Leclercq lui-même finira ses jours à Etterbeek, après avoir habité Saint-Josse, comme son camarade le peintre Charles Degroux26.

Bruxelles des nouveaux riches

  • 27 Leclercq (Émile), Les Scrupules de Bernus, Bruxelles, Office de publicité, 1882.

15Ce léger retrait par rapport au cœur urbain, s’il correspond à une tendance bien connue de la petite et moyenne bourgeoisie intellectuelle bruxelloise, dès la deuxième moitié du xixe siècle, correspond aussi à une évolution du rapport avec la ville. En ce qui concerne les personnages d’Émile Leclercq, le phénomène est frappant. La description de l’épanouissement de la personnalité d’Armand Richard au contact de la vie urbaine contraste nettement avec l’analyse de la perversion d’un certain monde urbain dont le jeune avocat Alfred Bernus fera la perturbante expérience dans le roman de 188627.

16Fils de famille aisé, choyé par une mère précocement veuve, Bernus occupe une semi-oisiveté en fréquentant les concerts et les théâtres. Il y rencontre une entreprenante duègne escortant sa supposée nièce, Pauline. Attiré par la jeune fille, Bernus finit par comprendre qu’il est victime d’une scandaleuse tromperie : la tante n’étant autre que la mère célibataire et entretenue de cette jeune fille, elle-même plutôt délurée, sommée d’épouser qui pourrait être utile à son père adultérin. Au fil d’une intrigue aussi compliquée que dérisoire, le jeune avocat finira par soustraire son amie à l’abject milieu qui la pervertit. La respectable et généreuse Madame Bernus mère octroiera in extremis à son fils la permission d’une mésalliance regrettable, moralement contrainte par la grossesse de la jeune Pauline…

17On entre avec cette histoire dans le monde vulgaire et manipulateur des nouveaux riches de la grande ville (l’entourage de la jeune femme), exclusivement mû par l’argent et le désir sexuel le plus impudique. Ce milieu social, dont la fonction romanesque est de donner matière à la description crue de la plume réaliste, assure, par contraste, la mise en valeur des finesses morales et psychologiques du héros et de ses proches. Le procédé est le même qu’avec la peinture du monde provincial confit en religion, dépeint dans les premiers romans pour mieux faire valoir les lumières bruxelloises.

  • 28 Ibidem, p. 7-8
  • 29 Ibidem, p. 107.
  • 30 On notera, qu’avec la fin du siècle, le déplacement topographique et le changement des acteurs, l’a (...)
  • 31 Leclercq (Émile), Les Scrupules de Bernus, op. cit., p. 71-72.
  • 32 Selon les observations de Debroux (Tatiana), Des artistes en ville, op. cit., p. 136, à partir des (...)
  • 33 Leclercq (Émile), Les Scrupules de Bernus, op. cit., p. 8 : « Une maison bourgeoise à deux étages, (...)
  • 34 Mihail (Benoît), « Un mouvement culturel libéral à Bruxelles dans le dernier quart du xixe siècle, (...)
  • 35 Leclercq (Émile), Amours mortelles, op. cit., p. 256-257.
  • 36 Billen (Claire), « Quelle capitale pour quelles élites ? Bruxelles 1830-1850 », dans Ouvriers et vi (...)

18Les Scrupules de Bernus se situent dans le haut de la ville, en bordure des boulevards. Le Théâtre du Parc, « la plus vulgaire des constructions à prétentions classiques »28, le Waux-Hall « où l’on va surtout par mode »29, la rue de la Pépinière, où habite la fausse nièce orpheline, et la rue de Namur forment un quartier de parade et de respectabilité contrefaite que la proximité du quartier Léopold exalte. Dans cet environnement, plus question de bohème estudiantine mais de ce que l’un des personnages nomme la « bohème bourgeoise »30, c’est-à-dire un laisser-aller jouisseur, s’étalant sans vergogne à proximité de lieux de sociabilité conventionnels et élitaires31. La rue du Méridien, où habitent le jeune héros et sa mère, se situe déjà dans la périphérie résidentielle plus artiste32, ce n’est pas le même quartier. Très significative est l’évocation de la maison où résident la fausse nièce et sa fausse tante. Il s’agit d’une demeure néoclassique enduite de blanc, l’exemple même de ce qui répugne aux esthètes bruxellois de l’époque33, épris d’architecture dite flamande, représentative du génie national34. On peut faire l’hypothèse que, pour Émile Leclercq, le lieu de vie informe sur la qualité intrinsèque des personnages. La ville n’est plus bonne et libératrice, dans son ensemble. Au contraire, dans ses parties les plus en vue, elle dissimule le danger moral et la tromperie. Le propos est manifeste quand il s’agit du quartier Léopold, « ce désert peuplé de maisons », comme le qualifie Leclercq35. On sait la détestation que ce nouveau quartier aristocratique avait provoquée parmi la bourgeoisie bruxelloise traditionnelle36. Émile Leclercq fustige son urbanisme régulier et son architecture monotone et sans âme. Rien de recommandable ne peut émaner d’un tel espace. C’est dans ce cadre qu’il situe les agissements cruels de la coquette du Médaillon, l’un de ses récits les plus sarcastiques. Comble du cynisme et de la débauche, la séductrice du jeune peintre y organise ses rendez-vous galants, lors de la messe dominicale, dans la pompeuse église Saint-Joseph, lieu de culte au cœur de ce quartier !

19Décidément, on a de bonnes raisons de se méfier du monde urbain. D’autres espaces peuvent mieux que lui faire éclater la vérité des êtres. Les étendues naturelles et plus spécialement, dans la proximité de Bruxelles, la forêt de Soignes, sont maintenant les milieux les plus valorisés.

20Du point de vue de la pratique et du vécu spatial, l’épisode de l’excursion à Groenendael est certainement le plus intéressant du roman Les Scrupules de Bernus. On peut y suivre pas à pas l’un des itinéraires accoutumés de la bourgeoisie bruxelloise vers les frondaisons de la grande hêtraie suburbaine. Le train, que l’on prend à la gare du Luxembourg, véhicule les personnages du roman jusqu’à la gare de Boitsfort. À partir de cette halte, ils entreprennent, par la chaussée de la Hulpe, l’ascension, à travers la forêt, vers Groenendael. C’est là, à proximité des ruines de l’abbaye, qu’ils s’attablent, épuisés et assoiffés, à la terrasse d’un restaurant. La sieste postprandiale de la génération des parents (la fausse tante, l’oncle, le vrai père) permet une escapade galante aux jeunes gens, Bernus et Pauline. Ceux-ci profitent des fourrés (peu nombreux dans la futaie) et surtout des vallons abrités pour se livrer clandestinement aux jeux de la séduction et de l’amour. Mais c’est justement au moment où la jeune personne découvre ses chevilles et se déchausse pour tremper ses pieds nus dans un ruisseau, geste tentateur mais d’une impudicité inadmissible, que Bernus mesure précisément le gouffre culturel et social qui le sépare de son amie. On ne se conduit pas dans la forêt de Soignes comme une dévergondée. Ce n’est pas un lieu où la vulgarité est permise, c’est un sanctuaire de la beauté. Le comportement brutal et grossier des parents, qui ne viennent prendre l’air que pour chercher querelle à la nièce, manger, boire et dormir, achève de blesser la sensibilité de Bernus et l’encourage à prendre (temporairement) ses distances avec la bassesse de ce groupe.

  • 37 Billen (Claire), « Les métamorphoses d’un usage de la nature. Paysages et sites à l’époque de Solva (...)
  • 38 De Vilder (Herman) et Wynants (Maurits), L’École de Tervueren, op. cit., p. 143
  • 39 Billen (Claire), « Les métamorphoses d’un usage de la nature », op. cit.
  • 40 Billen (Claire), « La presse bruxelloise et la forêt de Soignes au tournant du siècle », dans Corvo (...)
  • 41 Archives générales du Royaume, ministère de l’Intérieur et de l’Instruction publique. Administratio (...)
  • 42 Le Comité comprend notamment Euphrosine Beernaert, aquarelliste, sœur du puissant ministre de Léopo (...)

21La sacralisation de la forêt de Soignes est un thème littéraire et politique qui découle notamment de l’activité des peintres paysagistes de l’entourage d’Émile Leclercq et des militants réalistes réunis dans la Société libre des Beaux-Arts37. Notre auteur n’avait-il pas rédigé l’éloge funèbre d’Hippolyte Boulenger (mort en 1874), le maître de l’école dite de Tervueren, réunissant des peintres amateurs de plein air et d’ambiances forestières38 ? Depuis l’événement causé par le roman Un mâle (1881) de Camille Lemonnier (1844-1913), prenant la plume, comme Boulenger tenait le pinceau, pour parler de la vie puissante de cette forêt, Soignes est inscrite dans le cœur de tous ceux qui se veulent artistes, bien au-delà du monde des plasticiens et des écrivains. La gestion de cet espace, son aménagement avaient fait l’objet de controverses passionnées. Depuis les années 1880, la bourgeoisie intellectuelle bruxelloise, par des pressions multiples, avait tenté d’obtenir de l’Administration forestière et du ministère de l’Agriculture que l’on y abandonne les coupes de production qui dénudaient brutalement de larges secteurs de futaies. Par la suite, elle lutta pied à pied contre toutes les emprises menaçant de rétrécir son territoire ou de modifier son aspect naturel. Le massif sonien était, pour ses défenseurs, voué à l’art, à l’hygiène et à la morale39. Dans son activité d’inspecteur des Beaux-Arts et de journaliste à La Chronique, Émile Leclercq aura bien des occasions de manifester son engagement dans la défense des sites naturels en général et de la forêt de Soignes en particulier, un domaine dans lequel il se trouvait en très bonne compagnie40. On a notamment conservé de lui, au titre d’inspecteur des Beaux-Arts, des notes autographes dans lesquelles il se fait le relais des cris d’alarme lancés par la Société nationale pour la protection des sites et des monuments en Belgique41, une association créée en 1892 par l’industriel et parlementaire montois Jules Carlier (1851-1930), qui rassembla très rapidement artistes et hommes de lettres parmi les plus réputés de l’époque42.

22Les Scrupules de Bernus se terminent tout de même en ville, mais dans la ville des lisières. L’héroïne est sauvée des miasmes moraux de la rue de la Pépinière, pour rejoindre la chaussée vers Schaerbeek, où son amant et futur mari l’héberge, à proximité de son propre domicile…

Un faux dilemme : la grande ville moderne ou le retour à la nature ?

  • 43 michaux (Marianne), « La difficile conquête de l’autonomie », op. cit., p. 41-54 et Aron (Paul), «  (...)

23S’il est permis de tirer des conclusions, après ce trop rapide examen de l’œuvre romanesque d’Émile Leclercq, on pourrait avancer que ses écrits témoignent parfaitement du parcours social et culturel de l’auteur43, mais également des mutations de la sensibilité urbaine dans le courant de la deuxième moitié du xixe siècle.

  • 44 Leclercq (Émile), La Duchesse d’Alcamo, Bruxelles, Veuve Parent, 1861.
  • 45 Billen (Claire), « Bruxelles 1870-1914 », dans Hoozee (Robert), dir., Bruxelles. Carrefour de cultu (...)
  • 46 Lemonnier (Camille), La Vie belge, Paris, Eugène Fasquelle, 1905, p. 55-56, parle joliment du tropi (...)
  • 47 C’est sur ce motif que la Jeune Belgique basera une partie de son propos : voir Billen (Claire), «  (...)

24Bruxelles, réduite à sa rive droite, est le lieu des promesses et des éblouissements pour la jeunesse estudiantine, récemment affranchie, dans les années 1850. C’est aussi un lieu politique où se construisent la contestation artistique et le libéralisme radical. L’Avocat Richard n’y voit que la rencontre avec la liberté. Un récit un peu postérieur, toujours d’Émile Leclercq, La Duchesse d’Alcamo (1861)44, y fait admirer, dans le regard passionné d’un révolutionnaire sicilien, l’observatoire idéal du fonctionnement des jeunes institutions démocratiques de la nouvelle nation belge. Mais à partir des années 1880, la génération pionnière des réalistes et des jeunes libéraux est vieillie voire clairsemée. De nouveaux acteurs occupent le devant de la scène artistique et politique. La ville s’est fortement étendue et peuplée diversement. C’est le moment de son grand développement industriel et de la cicatrisation difficile de ses vastes chantiers intérieurs, voûtement de la Senne et construction du Palais de justice, pour ne parler que des plus spectaculaires45. Les citadins joyeux ont fait place à des bourgeois nostalgiques et amateurs de verdure46. De leur point de vue, la ville est devenue dangereuse et vicieuse47. Le centre a perdu de sa consistance historique et les nouveaux quartiers, conçus par la finance et la spéculation immobilière, n’assument pas les vieilles valeurs artistiques et morales propres aux cités glorieuses d’antan.

  • 48 Il fut, néanmoins, des occasions où Leclercq décrivit très largement. C’est à lui que l’on confia l (...)
  • 49 Smets (Marcel), Charles Buls. Les principes de l’art urbain, Pierre Mardaga, Architecture+Recherche (...)

25La géographie littéraire peut prendre diverses formes. Celle dont on dispose à partir des écrits romanesques d’Émile Leclercq n’est pas disponible explicitement. Sans jamais décrire les espaces48 mais, par souci réaliste, en localisant avec précision les aventures, les états d’âme, les triomphes et les défaites de ses personnages, Émile Leclercq évoque bel et bien Bruxelles pour nous en livrer une géographie morale évolutive, une forme inaboutie de physiologie. C’est un témoin assurément précieux de la pratique matérielle de la ville. C’est aussi un informateur utile sur les représentations de plus en plus ambigües des intellectuels relativement au milieu urbain. À la fin de sa carrière, il sera proche des libéraux influents qui se trouveront aux commandes de la ville. Il n’est guère éloigné d’un Charles Buls, échevin puis bourgmestre, qui s’efforça de remédier à ce qui apparaissait à l’époque comme de terribles dérives bruxelloises. Buls et son entourage prônent le respect de l’héritage architectural, l’esthétique urbaine référant au passé d’ancien régime, mais aussi la modernisation résolue de l’espace, la conception didactique de l’« embellissement » de la ville, ils discourent sur la nature et la protection des sites, combattent pour la forêt de Soignes49. Dès ce moment, la ville est à soigner et les espaces naturels lui sont certainement supérieurs, moralement et esthétiquement.

  • 50 Billen (Claire), « Les métamorphoses d’un usage de la nature », op. cit., p. 265-270.

26Dans les romans d’Émile Leclercq, on peut suivre, en filigrane, l’élaboration de ce genre de considérations. Ce seront des lieux communs au tournant du siècle50.

Haut de page

Notes

1 Michaux (Marianne), « La difficile conquête de l’autonomie », dans Berg (Christian) et Halen (Pierre), dir., Littératures belges de langue française. Histoire et perspectives (1830-2000), Bruxelles, Le Cri, 2000, p. 41-45.

2 Aron (Paul), « Leclercq, Pierre-Joseph, Émile », dans Nouvelle Biographie nationale, Bruxelles, Académie royale des Sciences, des Lettres et des Beaux-Arts de Belgique, tome 4, 1997, p. 242-243.

3 Sartorius (Francis), « Notes à propos de l’Uylenspiegel. Le “Journal des ébats” et ses collaborateurs (1856-1863) », dans Draguet (Michel), dir., Rops-De Coster. Une jeunesse à l’Université libre de Bruxelles, Cahiers du Gram, Bruxelles, s.d., p. 132. Voici comment Émile Leclercq parle de son adhésion aux Joyeux : « J’ai l’honneur et le plaisir de faire partie d’une société que presque tous les artistes et les littérateurs de Bruxelles connaissent aujourd’hui. Je veux parler de la Société des Joyeux. On y a pris Momus et sa marotte pour guide, pour patron en toutes choses. Ce n’est cependant pas le Momus des Grecs, le dieu railleur toujours amoureux de folie, et dont la bouche est éternellement fendue jusqu’aux oreilles. Le Momus des Joyeux se repose d’avoir trop ri en s’occupant quelques fois de travaux semi-sérieux. Il a organisé des soirées littéraires qui ont lieu, en hiver, tous les jeudis. Plusieurs des membres de la société viennent y lire des nouvelles et des articles philosophiques ou satiriques. On y joue des comédies, des opéras toujours très bouffes, qui sont les œuvres des Joyeux et qui ont une véritable vogue. Une preuve des sympathies que les Joyeux se sont conquises est le nombre assez considérable de tableaux qui ornent le local de la société et qui sont autant de dons octroyés par les artistes – pour ainsi dire en reconnaissance du plaisir qu’ils ont goûté en cette gaie compagnie. » (Leclercq [Émile], L’Avocat Richard, Auguste Schnée, Bruxelles-Leipzig, 1858, tome 1, p. iv-vii.

4 La lithographie est reproduite dans Sartorius (Francis), « Notes à propos de l’Uylenspiegel », op. cit., p. 139 (portrait en haut à gauche). Un autre portrait, moins lisible, se trouve sur le tableau d’un grand ami de Leclercq, le peintre réaliste Charles Degroux (1825-1870), Le Dernier Adieu (1853), évoquant les funérailles de leur professeur commun à l’Académie des Beaux-Arts : Jean-Baptiste Van Eycken. Ce tableau réfère, on s’en doute, à L’Enterrement à Ornans de Courbet : Dewilde (Jan) et Duvosquel (Jean-Marie), dir., Charles Degroux et le réalisme en Belgique, Bruxelles, Crédit communal de Belgique, 1995, p. 23 et p. 129, pour la reproduction de l’esquisse de ce tableau.

5 Pour cette feuille quotidienne, fondée en 1868, proche du milieu de la jeune bourgeoisie libérale, voir Van Den Dungen (Pierre), Milieux de presse et journalistes en Belgique 1828-1914, Bruxelles, Académie royale de Belgique, coll. Classe des Lettres, 2005, p. 101-108.

6 Aron (Paul), « Leclercq, Pierre-Joseph, Émile », op. cit., p. 142.

7 L’Art moderne. Revue critique des arts et de la littérature, première année, n° 6, 19 avril 1881, p. 42-43.

8 Garnier (Xavier), « Qu’est-ce qu’un récit initiatique ? », dans Poétique, n° 140, 2004, p. 441-454.

9 Collectif, L’Heure bleue. La vie nocturne à Bruxelles de 1830 à 1940, Bruxelles, Crédit communal de Belgique, 1987, p. 55.

10 Sur les Galeries Saint-Hubert, voir l’étude de Willaumez (Marie-Françoise), Les passages-galeries du xixe siècle à Bruxelles, Bruxelles, Ministère de la Communauté française, 1983, p. 25-48. Plus récemment, l’ouvrage dirigé par Conde-Reis (Guy), Galeries Saint-Hubert. Histoire et restauration, Bruxelles, Région de Bruxelles-Capitale, Service des monuments et sites, 1998, p. 13-34.

11 L’Heure bleue, op. cit., p. 56.

12 Vanderpelen-Diagre (Cécile), Le Théâtre du Parc. Histoire d’un lieu de sociabilité bruxellois (de 1782 à nos jours), Bruxelles, Éditions de l’Université de Bruxelles, 2008, p. 56-58.

13 Ibidem.

14 Sur ce café élégant voir L’Heure bleue, op. cit., p. 149-150.

15 Loir (Christophe), Bruxelles néoclassique. Mutation d’un espace urbain 1775-1840, Bruxelles, cfc Éditions, 2009, p. 268-273.

16 C’est-à-dire la ville enserrée dans le périmètre des anciens remparts du xive siècle, ce que l’on désigne aujourd’hui sous l’appellation de « Pentagone ». On peut visualiser facilement l’espace de l’avocat Richard, dans sa morphologie d’époque, sur le plan illustré de Rampkin (1848-1853), dont une grande reproduction figure dans Danckaert (Lisette), Bruxelles. Cinq siècles de cartographie, Tielt-Knokke, Lannoo-Mappamundi, 1989, p. 124-125.

17 Leclercq (Émile), L’Avocat Richard, op. cit., tome II, p. 36.

18 L’expression est de Des Marez (Guillaume), L’Origine et le développement de la ville de Bruxelles. Le quartier Isabelle et Terarken, Paris-Bruxelles, Librairie G. Van Oest, 1927, p. 181. Outre l’Université libre qui s’y installa, dans l’hôtel Granvelle, rue des Sols, en 1842, ce secteur de la ville était occupé par de nombreuses institutions d’enseignement de tous niveaux. Voir aussi pour l’animation de ce quartier : Van Den Dungen (Pierre), « L’Université libre de Bruxelles au temps des Crocodiles », dans Draguet (Michel), dir., Rops-De Coster. Une jeunesse à l’Université libre de Bruxelles, Cahiers du gram, Bruxelles, s.d., p. 39-114.

19 Voir l’introduction consacrée aux Buveurs d’eau, dans l’anthologie de Wagneur (Jean-Didier) et Cestor (Françoise), Les Bohèmes 1840-1870. Écrivains, journalistes, artistes, Seyssel, Champ Vallon, 2012, p. 311-317.

20 Voir l’introduction à ce thème dans Aron (Paul), La Belgique artistique et littéraire. Une anthologie de langue française 1848-1914, Bruxelles, Complexe, 1998, p. 125-137, et les cadrages de Brogniez (Laurence) et Jago-Antoine (Véronique), « Des yeux de peintres », dans Brogniez (Laurence) et Jago-Antoine (Véronique), dir., Textyles, n° 17-18, La peinture (d’)écrite, 2000, p. 7-8.

21 Leclercq (Émile), Maison tranquille, Bruxelles, F. Claassen, 1872.

22 Il s’agit d’un récit du recueil Leclercq (Émile), Amours mortelles, Bruxelles, P. Weissenbruch, 1892.

23 Déjà noté par Charlier (Gustave), Le Roman réaliste en Belgique. Extraits et notices, Bruxelles, Office de publicité, 1944, p. 6-22. Dès 1856, Émile Leclercq se fait le défenseur des jeunes artistes novateurs face au conservatisme du Cercle artistique et littéraire, cénacle distingué qu’il quitte par mesure de protestation : De Vilder (Herman) et Wijnants (Maurits), L’École de Tervueren, traduction P. Tasiaux, asbl Les Amis de l’École de Tervueren, 2000, p. 34.

24 Ce sera notamment le cas pour Edmond Picard et ses amis. La posture est décrite et commentée dans Aron (Paul) et Vanderpelen-Diagre (Cécile), Edmond Picard (1836-1924). Un bourgeois socialiste belge à la fin du dix-neuvième siècle. Essai d’histoire culturelle, Bruxelles, Thèses et Essais, Musées royaux des Beaux-Arts de Belgique, 2013, p. 87 ; 130-141.

25 Ter Assatouroff (Corinne), « L’environnement idéal du commerce de luxe », dans Smolar-Meynart (Arlette) et Vanrie (André), dir., Le Quartier royal, Bruxelles, cfc Éditions, 1998, p. 259-279.

26 Pour une vision globale et dynamique de l’implantation des artistes à Bruxelles et dans sa périphérie : Debroux (Tatiana), Des artistes en ville. Géographie rétrospective des plasticiens à Bruxelles (1833-2008), thèse de doctorat en sciences géographiques, Bruxelles, ulb, 2012 (2 vol). Pour la discussion relative à l’époque qui nous occupe, p. 133-139.

27 Leclercq (Émile), Les Scrupules de Bernus, Bruxelles, Office de publicité, 1882.

28 Ibidem, p. 7-8

29 Ibidem, p. 107.

30 On notera, qu’avec la fin du siècle, le déplacement topographique et le changement des acteurs, l’appellation est devenue péjorative. Une telle mutation se manifeste également à Paris. Wagneur (Jean-Didier) et Cestor (Françoise), Les Bohèmes 1840-1870. Écrivains, journalistes, artistes, op. cit., p. 283. Pourquoi la bohème change-t-elle de statut ? Le phénomène est un peu énigmatique. Disons que le mode de vie transgressif et marginal des artistes et des étudiants des années 1850-70 pouvait être considéré comme la marque de leur engagement, comme un sacrifice aventureux au service de leur vocation. Mimé, imité par les gagnants des transformations économiques de la révolution industrielle et de la spéculation financière qui s’approprient, sans la comprendre, une culture libertaire réduite au relativisme moral, la « vie d’artiste » devient une caricature d’autant plus répulsive qu’elle est pratiquée par des nouveaux venus en quête de légitimation.

31 Leclercq (Émile), Les Scrupules de Bernus, op. cit., p. 71-72.

32 Selon les observations de Debroux (Tatiana), Des artistes en ville, op. cit., p. 136, à partir des années 1870, c’est à Saint-Josse et à Schaerbeek que la croissance du nombre d’artistes est la plus forte en périphérie bruxelloise et que le nombre absolu et proportionnel d’artistes est le plus important.

33 Leclercq (Émile), Les Scrupules de Bernus, op. cit., p. 8 : « Une maison bourgeoise à deux étages, comme il y en a des milliers à Bruxelles et dont la plate laideur est d’autant plus insipide qu’elles sont uniformément blanches. »

34 Mihail (Benoît), « Un mouvement culturel libéral à Bruxelles dans le dernier quart du xixe siècle, la “néo-Renaissance flamande” », dans Revue belge de philologie et d’histoire, t. 76, 1998, p. 984-993.

35 Leclercq (Émile), Amours mortelles, op. cit., p. 256-257.

36 Billen (Claire), « Quelle capitale pour quelles élites ? Bruxelles 1830-1850 », dans Ouvriers et ville en mouvements. Hommage à Jean Puissant, Les Cahiers de la Fonderie, n° 36, 2007, p. 63-71.

37 Billen (Claire), « Les métamorphoses d’un usage de la nature. Paysages et sites à l’époque de Solvay (1870-1914) », dans Despy-Meyer (Andrée) et Devriese (Didier), éd., Ernest Solvay et son temps, Bruxelles, Éditions de l’Université de Bruxelles, 1997, p. 249-270.

38 De Vilder (Herman) et Wynants (Maurits), L’École de Tervueren, op. cit., p. 143

39 Billen (Claire), « Les métamorphoses d’un usage de la nature », op. cit.

40 Billen (Claire), « La presse bruxelloise et la forêt de Soignes au tournant du siècle », dans Corvol (Andrée), dir., Cahiers d’études. Forêt, environnement et société xvie-xxe siècles. Milieux naturels et identités culturelles, Paris, 1996, pp. 67-69.

41 Archives générales du Royaume, ministère de l’Intérieur et de l’Instruction publique. Administration des Sciences, des Lettres et des Beaux-Arts, Ancien fonds, n° 94, note au ministre de l’inspecteur Émile Leclercq, 5 janvier 1894 : « … Il semble que le Gouvernement devrait faire le possible pour arriver à conserver les beaux paysages et les sites agrestes, comme il conserve les œuvres de musées. Il pourrait communiquer à ce sujet des idées aux communes… » et encore, le 24 février 1900 : « Les sociétés organisées pour la protection des sites rendent autant qu’elles le peuvent des services. Il y aurait peut-être lieu d’examiner le moyen de leur donner une autorité réelle en en faisant un rouage officiel. »

42 Le Comité comprend notamment Euphrosine Beernaert, aquarelliste, sœur du puissant ministre de Léopold ii, Auguste Beernaert, Paul Saintenoy, Amédée Lynen, Émile Janlet, Léon Dommartin alias Jean D’Ardenne, ardent défenseur des sites dans La Chronique ; la Commission centrale rassemble des poètes comme Iwan Gilkin, Théo Hannon, d’importants animateurs de mouvements artistiques comme Octave Maus ou des plasticiens respectés comme Julien Dillens, Émile Claus, Alfred Verwee ou Thomas Vinçotte…

43 michaux (Marianne), « La difficile conquête de l’autonomie », op. cit., p. 41-54 et Aron (Paul), « Leclercq, Pierre-Joseph, Émile », dans Nouvelle Biographie nationale, op. cit., p. 242-245.

44 Leclercq (Émile), La Duchesse d’Alcamo, Bruxelles, Veuve Parent, 1861.

45 Billen (Claire), « Bruxelles 1870-1914 », dans Hoozee (Robert), dir., Bruxelles. Carrefour de cultures, Anvers, Mercator, 2000, p. 87-94.

46 Lemonnier (Camille), La Vie belge, Paris, Eugène Fasquelle, 1905, p. 55-56, parle joliment du tropisme jardinier qui s’empare des Bruxellois, à partir des années 1880.

47 C’est sur ce motif que la Jeune Belgique basera une partie de son propos : voir Billen (Claire), « Une jeunesse au Quartier Léopold. L’espace bruxellois d’Iwan Gilkin, poète de la Jeune Belgique », dans Les Élites dans la ville, Les Cahiers de la Fonderie, n° 43, 2010, p. 77-79.

48 Il fut, néanmoins, des occasions où Leclercq décrivit très largement. C’est à lui que l’on confia la rédaction de tout le chapitre concernant l’arrondissement de Bruxelles dans La Belgique illustrée, ses monuments, ses paysages, ses œuvres d’art, sous la direction d’Émile Bruylant, avec le concours des principaux écrivains et artistes du pays, t. 1, Bruxelles, s.d., p. 215-286. Il s’agit d’une célébration des traditions architecturales, historiques et folkloriques de la ville, préfigurant assez bien les chapitres correspondants de La Belgique (1888) de Camille Lemonnier. Le quartier Léopold (non abordé dans le livre de Lemonnier) y est vilipendé comme il se doit !

49 Smets (Marcel), Charles Buls. Les principes de l’art urbain, Pierre Mardaga, Architecture+Recherches, Liège, 1995. Mihail (Benoît), « Un mouvement culturel libéral », op. cit., p. 987-992, avec une citation d’Émile Leclercq, dans La Chronique, à propos de son soutien à l’architecture flamande. Charles Buls figure, en 1909, parmi les membres fondateurs de l’association Les Amis de la forêt de Soignes.

50 Billen (Claire), « Les métamorphoses d’un usage de la nature », op. cit., p. 265-270.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claire Billen, « De L’Avocat Richard aux Scrupules de Bernus, le désenchantement bruxellois d’Émile Leclercq (1817-1907) », Textyles, 47 | 2015, 69-81.

Référence électronique

Claire Billen, « De L’Avocat Richard aux Scrupules de Bernus, le désenchantement bruxellois d’Émile Leclercq (1817-1907) », Textyles [En ligne], 47 | 2015, mis en ligne le 01 décembre 2015, consulté le 23 mai 2017. URL : http://textyles.revues.org/2630 ; DOI : 10.4000/textyles.2630

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org