Navigation – Plan du site
Chroniques
Comptes-rendus

Aron (Paul)/Vanderpelen-Diagre (Cécile), Vérités et mensonges de la collaboration

Loverval, Éditions Labor, 2006
Albrecht Betz
p. 125-126
Référence(s) :

Aron (Paul)/Vanderpelen-Diagre (Cécile), Vérités et mensonges de la collaboration, Loverval, Éditions Labor, 2006, 116 p.

Texte intégral

1Il est de règle, dans les souvenirs autobiographiques, que les auteurs se présentent de la façon dont ils veulent être perçus par leur entourage et par la postérité. S’ils ont pris part à des événements douteux et difficiles, ils cherchent ainsi à s’acquitter de ce passé devant l’opinion publique. Les souvenirs de Raymond De Becker, de Félicien Marceau (Louis Carette) et de Robert Poulet ont à voir avec un moment décisif de l’histoire de Belgique. Car tous trois ont été proches politiquement et idéologiquement du fascisme ; ils ont exercé une influence pendant l’Occupation en tant que journaliste et écrivain et revendiquent le statut de témoin d’une époque. Sont-ils représentatifs du déclin de la bourgeoisie intellectuelle, qui s’est accompli pendant que la société bourgeoise se livrait partiellement au fascisme ?

2Après des décennies de silence sur le phénomène brûlant de la collaboration intellectuelle, il est temps d’appréhender ce nouveau champ de recherche de manière comparatiste. Car l’ensemble du continent européen, de la Norvège à la Grèce, fut concerné, au plus tard à partir de l’Occupation. (Il y eut aussi de la collaboration avant la lettre.) En ce qui concerne la Belgique, le petit volume de Paul Aron et de Cécile Vanderpelen-Diagre consacré à la comparaison des trois auteurs cités représente une forme de coup de sonde, que suivront, on l’espère, des travaux plus détaillés. C’est déjà un mérite d’avoir tiré ces souvenirs de l’oubli. Sur une centaine de pages serrées, trois textes importants sont traités : Le Livre des vivants et des morts (1942) de De Becker, Les Années courtes (1968) de Marceau et Le Journal d’un condamné à mort (1948) de Poulet. Un regard sur ces années sombres est jeté à partir de moments historiques très différents : De Becker écrit durant une phase où la victoire des nazis en Europe semblait certaine ; Marceau s’efforce, dans un souhait de reconnaissance parisienne à la fin de l’ère de Gaulle, de « minimiser » ses erreurs passées ; et Poulet écrit dans l’immédiat après-guerre au milieu des ruines extérieures (le pays détruit) et intérieurs (celles de ses propres représentations). La lecture contraint donc quelque peu à sauter d’une époque à l’autre.

3Mais aussi à travers les générations. Poulet (né en 1893) est passé par un processus de socialisation très différent par rapport à ses deux cadets, pas uniquement en raison de son origine sociale. Il était hautement décoré pour sa participation à la Première Guerre et il était un maurassien déclaré, tandis que les deux plus jeunes effectuaient encore leur formation. Il s’était déjà largement émancipé du catholicisme de ses origines et, se situant à l’extrême droite politique, il donnait libre cours à son antisémitisme. Sur ce point, De Becker s’est comporté de manière plus distante ; seule la veste de Carette est blanche à cet égard.

4Que tous trois – condamnés après la Libération en raison de charges diverses dues à leurs activités de publicistes à partir de 1940 – se soient « défilés » à Paris après la guerre se conçoit aisément : pour se rendre moins visibles et à cause de la langue. Carette changea son nom et devint Marceau, De Becker se métamorphosa en auteur de psychologie dans la ligne de Jung et Poulet continua d’écrire dans des organes de droite, qui menaient nécessairement dans le climat de l’après-guerre une existence périphérique.

5L’ouvrage d’Aron et Vanderpelen-Diagre est certainement informatif et remet en mémoire une série d’éléments du contexte historique de l’époque. Il appelle toutefois – conditionné à cet égard par sa brièveté – une série de questions quant à sa méthodologie et à son contenu. L’intention, déclarée d’emblée, de vouloir interroger ces textes pour étudier la façon dont ils « témoignent d’une certaine réalité » est à peine réalisée. Il aurait fallu pour cela confronter les affirmations et les jugements du texte avec les faits historiques. Les trois auteurs sont « belgicains » : on aurait aimé savoir comment ils se situent par rapport au conflit opposant Flamands et Wallons dans les conditions de l’Occupation, au-delà du fait largement connu que le discours de Degrelle du début 1943, qui faisait des Wallons des Germains, fit que beaucoup se distancièrent de lui et de la politique allemande national-socialiste.

6La combinaison d’images de l’ennemi (anti-bourgeois, anti-libéral, anti-marxiste), les prises de position contre le communisme et le capitalisme, tout comme la recherche d’une troisième voie appartiennent aux lieux communs des années 1930 et du début des années 1940. Au-delà de la vague confession au « socialisme » – un concept valise – il aurait fallu poser aux trois écrivains la question précise de Brecht : quelle est votre attitude envers la propriété ? Le lecteur n’apprend rien sur le rapport de dépendance à la presse de droite parisienne (Je suis partout, etc.), qui donnait jadis le ton dans l’espace francophone. Dans quelle mesure les intellectuels collaborateurs de Paris – comme Drieu La Rochelle – ont-ils prescrit une orientation, du moins dans la première moitié de la guerre ? Enfin, les publications les plus instructives pour l’analyse sont celles qui furent écrites, à la même époque et par le même auteur, avant et après les événements bouleversants. On a la chance que la comparaison se tienne pour De Becker. Aron et Vanderpelen-Diagre ne l’ont malheureusement pas saisie en faisant simplement allusion au caractère moins subjectif et autobiographique du texte La Collaboration en Belgique ou la révolution avortée (1947). Une comparaison à venir permettrait de révéler des choses étonnantes.

7Indépendamment de ces quelques critiques, ce petit volume demeure extrêmement stimulant et il faut en recommander la lecture. Il devrait susciter des études plus étendues. Quand se livrera-t-on à une analyse approfondie des mémoires d’Henri De Man ? Il en rédigea trois versions différentes endéans douze années (1941-1953) ; mais quelles années !

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Albrecht Betz, « Aron (Paul)/Vanderpelen-Diagre (Cécile), Vérités et mensonges de la collaboration », Textyles, 34 | 2008, 125-126.

Référence électronique

Albrecht Betz, « Aron (Paul)/Vanderpelen-Diagre (Cécile), Vérités et mensonges de la collaboration », Textyles [En ligne], 34 | 2008, mis en ligne le 26 juin 2013, consulté le 27 mai 2017. URL : http://textyles.revues.org/263

Haut de page

Auteur

Albrecht Betz

Rwth-Aachen (Aix-la-Chapelle)

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org