Navigation – Plan du site
Bruxelles, une géographie littéraire

Bruxelles pittoresque : une lecture orientée de l’espace urbain dans À la Boule Plate (1907) de George Garnir

Coraline Baligant, Charlie Bonnave et Julies Claeys
p. 51-67

Texte intégral

  • 1 Moretti (Franco), Atlas du roman européen : 1800-1900, Paris, Éditions du Seuil, 2000, p. 9.

1Si le pittoresque est un concept esthétique qui a traversé les siècles, il peut également être spécifique à une époque. En effet, dans une ville, le sentiment du « typique » provient souvent de la nostalgie des générations qui voient la réalité urbaine et les traditions de leurs aïeux se perdre petit à petit à cause de l’évolution des mœurs et de la société. Le caractère pittoresque d’une ville est donc intimement lié à son actualité alors que c’est précisément cette contemporanéité qui est rejetée. Ce sentiment peut aussi se construire au travers des représentations artistiques de l’espace géographique, notamment dans le roman. Le présent article se focalisera sur l’étude de l’espace dans la littérature, telle qu’elle est développée par Franco Moretti1. Nous nous intéresserons plus particulièrement à la représentation de l’espace dans le roman de mœurs À la Boule Plate, brasserie-estaminet. Mœurs bruxelloises (1907) de George Garnir. Ce texte illustré, écrit au début du xxe siècle et louant les dernières années du siècle précédent, permet la confrontation entre l’espace littéraire et l’espace référentiel. Notre objectif sera d’enrichir l’étude littéraire par la convocation de la géographie, en mobilisant des données spatiales propres à l’époque envisagée (par le biais des annuaires, photographies d’époque, etc.). C’est dans cette perspective que seront analysés avec précision les lieux présentés dans le récit afin de mettre en évidence la manière dont l’auteur façonne sa vision pittoresque de Bruxelles. La construction de la vision pittoresque de Garnir s’est en effet imposée d’emblée comme enjeu de l’analyse : s’il était évident, après une première lecture, que l’espace mis en scène dans le roman servait à favoriser la couleur locale, la circonscription des lieux s’est également révélée représentative d’une vision très orientée de la géographie bruxelloise.

2L’étude qui suit s’articulera en trois temps. Premièrement, nous nous pencherons sur la vie de l’auteur et sur le contexte social, historique et littéraire de la période de rédaction du texte. Ensuite, nous relèverons, classerons et cartographierons les lieux du récit. Enfin, nous confronterons les lieux fictifs à la réalité sociogéographique de l’époque.

Préambules à l’étude géocritique : aperçu de l’œuvre, éléments biographiques et mise en place d’une typologie

3Avant d’aborder l’analyse géolittéraire proprement dite, il nous semble nécessaire de résumer brièvement l’intrigue et de faire le point sur la biographie de l’auteur pour mieux appréhender la représentation de la ville proposée par le roman.

4Celui-ci décrit la vie de la petite bourgeoisie de 1890. Le lecteur découvre en même temps que le héros les mœurs bruxelloises de l’époque. Charles Lévé de Gastynes, noble tournaisien déchu, déménage à Bruxelles dans le quartier garni de la modeste demeure saint-gilloise de Rose Neerinckx, dite Madame Rollekechick, Bruxelloise de pure souche, et de son mari, Odon Flagothier, Wallon d’origine et propriétaire d’un petit magasin de tabac au rez-de-chaussée. Charles sympathise rapidement avec le couple et devient un de leurs amis proches. Avec Odon, il découvre la sociabilité des cafés et l’estaminet À la Boule Plate ; avec Rose, ce sont les dîners en famille et entre amis dans son habitation-commerce À la Bonne Source. Très vite, il tombe sous le charme de la vie bruxelloise, de la bonhomie de ses habitants, de leur zwanze et de leurs langages. À travers les pérégrinations des protagonistes, la ville de la fin du siècle et ses vestiges sont immortalisés par l’auteur.

  • 2 Garnir (George), Delsemme (Paul), éd., George Garnir : les meilleurs pages, Bruxelles, Renaissance (...)
  • 3 Hanlet (Camille), Les Écrivains belges contemporains de langue française : 1800-1946, Liège, H. Des (...)
  • 4 Van Den Dungen (Pierre), « De la gaieté frondeuse à la nostalgie : aux origines d’un Bruxelles qui (...)
  • 5 Ibidem.
  • 6 Garnir (George), Delsemme (Paul), éd., George Garnir : les meilleurs pages, op. cit., p. xxii-xxvii

5George Garnir est issu d’une famille d’origine montoise. Il a passé les premières années de sa vie en Wallonie avant que sa famille ne décide de s’installer dans la capitale2. Durant toute sa vie, il restera fortement attaché à ses racines wallonnes3 et il consacrera une partie de son œuvre romanesque à exalter les mœurs de sa région d’origine. Cette partie est la plus connue de l’œuvre de Garnir et fera de lui un écrivain régionaliste et l’initiateur du roman de mœurs wallon. Toutefois, c’est à Bruxelles qu’il passera la majorité de son existence. Il développera pour sa ville d’adoption et ses habitants une affection toute particulière qui transparaît également à travers ses ouvrages. Il y poursuivra sa formation et il entamera des études de droit et de sciences politiques à l’Université libre de Bruxelles, période pendant laquelle il entre en contact avec le milieu littéraire de l’époque et où il se familiarise avec la sociabilité journalistique des cafés4. D’un esprit rebelle et frondeur, Garnir s’investit aussi dans la vie estudiantine et prend part aux combats qui lui tiennent à cœur. Après ses études, il se détourne pourtant de la carrière d’avocat, qu’il embrasse à la demande de son père, pour se consacrer à l’écriture. Il se lance parallèlement dans des activités de revuiste – ce qui lui permet de satisfaire son penchant pour la satire sociale –, de dramaturge, de journaliste, de romancier ainsi que de conteur : ces différentes occupations s’entrecroiseront sans cesse au cours de sa vie5. Tout en poursuivant son travail de littérateur et de journaliste, il consacrera son temps à faire vivre le folklore et le pittoresque belges et surtout bruxellois en organisant une série d’événements rappelant le « Vieux Bruxelles »6. Il le fera aussi grâce à ses écrits traitant des mœurs bruxelloises, dont les plus importants restent Le Baedeker de physiologie bruxelloise à l’usage des étrangers (1906-1910), À la Boule Plate (1907) et Le Conservateur de la Tour Noire (1908) – titre dans lequel il est question d’un monument conservé grâce à Charles Buls.

6Au vu des différents éléments biographiques présentés, il apparaît très clairement qu’il y a chez Garnir une propension à la critique de son temps ainsi qu’un engouement pour les éléments d’un passé bruxellois en voie de disparition. Ces deux éléments contribuent à expliquer son positionnement dans le champ littéraire puisque, faisant partie d’un courant régionaliste peu représenté à l’époque, il se trouve quelque peu en marge des grands courants de la fin du xixe et du début du xxe siècle. Il faut noter que sa fréquentation assidue des cafés influencera également sa conception du régionalisme, car le café deviendra un lieu phare dans ses romans sur Bruxelles.

  • 7 La construction de l’édifice de Poelaert révolta les Marolliens, dont certains furent expropriés po (...)

7La disposition d’esprit de Garnir l’a sans doute incité à donner, dans ses ouvrages, la vision d’une ville fractionnée en prenant soin de privilégier ce qui, à ses yeux, vaut la peine d’être dépeint – c’est là d’ailleurs la définition originelle du terme « pittoresque ». Cette caractéristique nous est apparue très explicitement dès la première lecture du roman À la Boule Plate. Toutefois, afin d’étudier systématiquement l’ensemble des lieux fictifs, nous avons opté pour un classement en fonction de l’importance de ces lieux dans l’intrigue, puisqu’ils ne font l’objet ni d’une description panoramique depuis un point fixe ni d’une succession chronologique selon un itinéraire bien défini. L’auteur les évoque et les décrit plutôt de manière ponctuelle au gré de l’histoire. Le résultat de ce classement se décline en trois catégories : les lieux cités, les lieux secondaires et les lieux déterminants. Les premiers sont évoqués mais non intégrés dans l’histoire ; ils permettent l’inscription du récit dans Bruxelles et lui octroient un certain réalisme grâce à l’utilisation d’espaces référentiels. Il est intéressant de remarquer que Garnir utilise des lieux possédant une symbolique forte dans l’imaginaire bruxellois, comme le Palais de justice7. Ensuite viennent les endroits parcourus par les personnages principaux, mais qui demeurent extérieurs à l’intrigue ; il s’agit essentiellement de lieux de passage évoqués lors d’une brève excursion aux abords d’un lieu déterminant. Enfin, les lieux déterminants sont pleinement investis par le héros et ses compagnons. Ils articulent non seulement l’ensemble du récit mais permettent la présentation des mœurs et les jeux de sociabilité.

Topographie littéraire : carte et enjeux

8À partir de cette typologie, nous avons pris le parti de cartographier les lieux en précisant la nature de chacun d’eux. Garnir ne semble pas s’intéresser aux parcs, aux monuments, aux casinos ou encore aux théâtres – ce qui surprend de la part d’un dramaturge aussi actif que lui. Les fonctions des bâtiments présentés sont au nombre de sept. Les cafés et les bâtiments publics occupent une place prépondérante, tout comme les rues et les places, lieux souvent secondaires accueillant la vie folklorique de Bruxelles. Ceci annonce déjà le gommage d’une certaine réalité pour ne présenter que les éléments d’un pittoresque bruxellois au service du projet de l’auteur.

9L’observation de la carte ci-jointe (carte 1) permet de constater que, dans leur ensemble, les lieux présentent une spatialisation fragmentée. Deux formes d’organisation sont néanmoins perceptibles. Premièrement, George Garnir se focalise sur le bas de la ville, c’est-à-dire celle située en contrebas de la courbe de niveau qui relie approximativement le Palais de justice à la cathédrale Sainte-Gudule et aux jardins du Botanique. Cette limite correspond à l’ancienne fracture sociale opposant les quartiers populaires autour du vieux Portus aux quartiers aristocratiques proches du Palais royal. On ressent aussi l’éviction des faubourgs aisés récemment implantés à l’est de Bruxelles, ceux-ci ne tenant aucune place dans les goûts de l’auteur.

  • 8 Pour en savoir plus sur les chantiers qui transforment Bruxelles : Leenarts (Danielle), L’Image de (...)

10Deuxièmement, deux grands ensembles se distinguent, incluant, d’une part, les quartiers centraux et les environs de Sainte-Catherine et, d’autre part, le bas du faubourg saint-gillois ainsi qu’une partie des Marolles. Ils traduisent des mutations sociopaysagères différentes. Les quartiers centraux se remettent tout juste des chantiers de la seconde moitié du xixe siècle : les grands boulevards dessinent une nouvelle ville et l’insalubre Senne a disparu du paysage8. À ces travaux succède l’attraction massive d’une population cosmopolite constituée d’artistes et de bourgeois. La fin du xixe siècle est en effet marquée par une effervescence de la gent littéraire qui se rassemble dans les estaminets et par l’émergence des premiers grands magasins et cafés à la française. En revanche, la délocalisation des industries et la croissance de la population entraînent une densification des faubourgs populaires dans le bas de Saint-Gilles. L’activité commerciale de proximité se développe le long des grandes chaussées.

Carte 1 : Relevé systématique des lieux et leur importance dans l’intrigue

Carte 1 : Relevé systématique des lieux et leur importance dans l’intrigue
  • 9 Doyon-Gosselin (Benoît), « Pour une herméneutique des espaces fictionnels », dans Bouvet (Rachel) e (...)
  • 10 Moretti (Franco), Atlas du roman européen : 1800-1900, op. cit., p. 11 et p. 19.
  • 11 Bouvet (Rachel), « Topographier pour comprendre l’espace romanesque », dans Bouvet (Rachel) et Camu (...)
  • 12 Van Den Dungen (Pierre), « De la gaieté frondeuse à la nostalgie : aux origines d’un Bruxelles qui (...)

11Ces conclusions, vérifiées cartographiquement, semblaient déjà évidentes après la lecture de À la Boule Plate. En revanche, la disposition des lieux dans Bruxelles ne l’était pas nécessairement. Le lecteur ne parvient pas toujours aisément à s’orienter. La cartographie des espaces romanesques contribue à proposer une vision synthétique de la configuration romanesque des espaces : il est vrai qu’« en liant les figures spatiales les unes avec les autres, on en vient à saisir […] la configuration spatiale de l’œuvre »9. De plus, elle permet de comprendre comment le récit s’auto-organise autour de l’espace littéraire. La carte s’impose dès lors comme un véritable instrument analytique pour lequel il est nécessaire de prendre en compte non seulement ce qui s’y trouve mais aussi ce qui en est absent10. De cette manière, la topographie littéraire suscite de nouvelles hypothèses qui viennent « enrichir de manière significative la compréhension de l’espace romanesque »11. En effet, si la première lecture invite à situer le roman dans les Marolles, quartier perçu comme typique et « dépositaire de l’âme du vrai Bruxelles »12, nous avons constaté que l’intrigue prenait en réalité place à la périphérie de ce quartier populaire. La concentration des lieux dans le bas de Saint-Gilles et dans le centre-ville pose question. Pourquoi se focaliser sur ces deux zones en phase d’embourgeoisement ? En quoi ces quartiers sont-ils représentatifs d’un pittoresque ? Le centre n’est-il pas à l’époque la scène du cosmopolitisme et de la parisianisation des boulevards ? Au vu de ces changements antipittoresques, nous avons émis l’hypothèse suivante : peut-être Garnir a-t-il voulu dépeindre un aspect de la ville menacé dans des zones sujettes à des transformations majeures plutôt que de se focaliser sur un espace où le vieux Bruxelles subsiste encore ? Son roman ferait alors office de pamphlet contre la politique urbanistique de son temps et de témoignage nostalgique.

12Ces hypothèses sont également à l’origine d’une réflexion littéraire plus approfondie et menée parallèlement à la géographie historique de la capitale en ce qui concerne les lieux déterminants du texte. Ces derniers articulent l’intrigue et construisent le sens géographique de la spatialisation. Ils constituent trois pôles dans l’espace bruxellois, regroupés dans les deux ensembles géographiques présentés ci-dessus et autour desquels gravitent les lieux cités et secondaires.

  • 13 Moretti (Franco), Atlas du roman européen : 1800-1900, op. cit., p. 120-122.
  • 14 Dorénavant, pour toutes les citations issues du livre étudié, seules les pages seront indiquées ent (...)

13Le premier lieu déterminant qui nous occupe est le magasin et logement À la Bonne Source. Il cristallise toutes les images qui sont associées au bas du faubourg saint-gillois. Par opposition, le café À la Boule Plate est à l’origine de la découverte des espaces centraux. Enfin, le troisième endroit est un logement sur le quai Au-Bois-à-Brûler. Situé aux abords du centre-ville, il se trouve en plein cœur des transformations du quartier du Vieux-Port, seul chantier en cours à l’époque du roman et qui vient considérablement modifier et moderniser le paysage urbain. De plus, le fait que l’auteur a mis en place un système spatial ternaire invite à la réflexion. Cette division ne témoigne pas de l’existence de différentes classes sociales, comme c’est notamment le cas dans les romans urbains de Balzac13. Les lieux déterminants principaux, à savoir le magasin À la Bonne Source et le café À la Boule Plate, exposent en fait deux types de sociabilité opposés. Le café est davantage un lieu de sociabilité masculine correspondant à la sphère publique alors que le commerce-pension renvoie à la sphère privée marquée par une sociabilité de type féminin. Notre hypothèse concernant cette dichotomie a été confortée à plusieurs reprises et notamment par le sentiment de malaise que ressent Odon, protagoniste principal, lorsqu’il passe trop de temps dans la sphère féminine : « [Odon] Flagothier s’intéressait peu au jeu, visiblement mal à l’aise, étonné de rester aussi longtemps chez lui [à la Bonne Source]. » (p. 63)14 Quant à l’appartement du quai Au-Bois-à-Brûler, il semble constituer un espace de réconciliation entre les deux sphères puisque s’y côtoient sans peine hommes et femmes ayant tissé des liens d’amitié réunissant ces deux types de sociabilité si différents.

Fiction réaliste ou réalité détournée ?

14La confrontation de la topographie textuelle avec les structures de l’espace bruxellois s’est en outre avérée essentielle afin de mettre en évidence les liens entre les lieux fictionnels et réels. Elle suppose de croiser les sources primaires et secondaires. Cette démarche géocritique nous permet de comprendre comment l’espace développé par Garnir se trouve au service de la construction de son pittoresque bruxellois. Dans les limites de cet article, nous nous bornerons aux trois lieux déterminants et à leurs environs.

15En premier lieu, voyons le quartier où se trouve À la Bonne Source. Ce commerce de tabac et de cigares est également l’habitation des personnages principaux, Rose et Odon Flagothier. Aucune adresse exacte n’est fournie dans le récit. C’est pourquoi il n’a pu être situé qu’approximativement sur la carte en fonction de la description spatiale fournie par l’auteur : dans le bas de la chaussée de Waterloo à Saint-Gilles. Peu soucieux de son emplacement exact, Garnir s’attache plutôt à l’architecture pittoresque de ce magasin :

C’était une ancienne boutique, avec quelque luxe, un air avenant de propreté laborieuse : croisées de fenêtres divisées par une armature de fer, carreaux de vitre – et non glaces, comme les devantures de la plupart des autres maisons commerçantes de cette vieille chaussée de faubourg, déjà aux trois quarts rebâtie et modernisée. (p. 8)

16D’après cette description, trois points de comparaison avec la réalité des années 1890, temps de la fiction, nous ont retenus. Premièrement, existait-il un commerce de tabac nommé À la Bonne Source dans le bas de la chaussée de Waterloo ? Deuxièmement, cette rue comportait-elle beaucoup de commerces ? Troisièmement, en quoi l’architecture ancienne est-elle significative et pourquoi Garnir évoque-t-il cet élément ?

  • 15 Mertens et Rosez, Almanachs du commerce et des industries à Bruxelles et ses communes limitrophes, (...)
  • 16 La totalité des rez-de-chaussée étaient occupés par des commerces de détail. Voir : Ingelaere (Pasc (...)

17Après avoir consulté l’Almanach du commerce et des industries de Bruxelles15, nous avons constaté que ce commerce n’existait pas. Cependant, il y avait bien des magasins de détail de tabac dans la chaussée de Waterloo. En 1895, ils étaient au nombre de trois, situés respectivement aux numéros 75 (Richard G.), 67 (Vandevende J.) et 40 (Vanschuytbroeck F.). Il y a donc une correspondance partielle avec la réalité. Ensuite, comme l’affirme Garnir, la chaussée de Waterloo était bel et bien une chaussée commerçante16. Elle regorgeait de magasins tels que des épiceries ou des boucheries, c’est-à-dire toutes sortes de petits commerces utiles à la vie quotidienne. Cette réalité commerciale s’observe sur la photographie (fig. 1).

18

Fig. 1 [Anonyme], Bruxelles-St. Gilles. La chaussée de Waterloo, vers 1900, carte postale, Bruxelles17

Fig. 1 [Anonyme], Bruxelles-St. Gilles. La chaussée de Waterloo, vers 1900, carte postale, Bruxelles17
  • 18 Jaumain (Serge), « Le petit commerce bruxellois face au Bonheur des Dames. Naissance de la grande d (...)
  • 19 Ibidem.
  • 20 Mols (Roger), Bruxelles et les Bruxellois, préface de mademoiselle Van den Heuvel, Louvain, Édition (...)
  • 21 Van Den Dungen (Pierre), « De la gaieté frondeuse à la nostalgie : aux origines d’un Bruxelles qui (...)
  • 22 Postal (Pol), Estaminets des Marolles, Bruxelles, Cercle d’histoire et d’archéologie « Les Marolles (...)
  • 23 Pierron (Sander), « George Garnir : À la Boule Plate, brasserie-estaminet. Mœurs bruxelloises », da (...)
  • 24 Mols (Roger), Bruxelles et les Bruxellois, op. cit., p. 93.
  • 25 Garnir (George), Delsemme (Paul), éd., George Garnir : les meilleurs pages, op. cit., p. xxxv.
  • 26 Van Den Dungen (Pierre), « De la gaieté frondeuse à la nostalgie : aux origines d’un Bruxelles qui (...)

19Ce type de négoce est en train de disparaître à l’époque avec l’avènement et le développement des centres commerciaux qui leur font une rude concurrence18. Mettre en scène un magasin tenu par un particulier, et non une coopérative ou une chaîne, permet d’insister sur le côté traditionnel de ce quartier. La modernisation des façades commerçantes et l’apparition des grandes vitrines sont également caractéristiques de la fin du xixe siècle19. En nous décrivant un commerce répondant à une esthétique « (dé)passée », Garnir nous prouve son désir de présenter le Bruxelles d’antan. En plus d’être un magasin, à la Bonne Source est aussi un lieu d’habitation. Il s’agit d’une maison unifamiliale occupée par un couple. Cela n’a rien d’étonnant puisque les Bruxellois préfèrent généralement ce genre de maison. Cependant, les Flagothier-Neerinckx louent un « quartier garni » (p. 7) à un tiers. Cette pratique n’a rien d’anodin non plus, car elle permettait aux ménages peu nantis de disposer d’un revenu supplémentaire20. Les personnages du roman appartiennent à cette classe que Pierre Van Den Dungen dénomme très justement une bourgeoisie du tiers état21. Il s’agit d’une classe populaire qui s’est embourgeoisée sans pour autant faire partie de la petite bourgeoisie ou des aristocrates des faubourgs tels que les banquiers, secrétaires ou boutiquiers. Enfin, la maison se trouve à quelques mètres de la Porte de Halle, limite officielle du quartier des Marolles à la fin du xixe siècle22. De cette manière, le bas de Saint-Gilles se trouve en dehors du Pentagone et des Marolles bien qu’il leur soit contigu. Au cours de nos recherches, nous avons été confrontés à une confusion fréquente entre le quartier ouvrier des Marolles et les quartiers populaires du bas de la ville, de même que nous avons souvent lu que Garnir faisait l’éloge du Marollien23. Cette confusion provient simplement d’une extension sémantique des lexèmes « Marolles » et « Marollien », qui désignent alors tout quartier bruxellois typique ayant la saveur de la vie pittoresque de la capitale24. Ces quartiers contrastent avec la ville métamorphosée, les faubourgs ou le quartier Léopold, inanimé, rectiligne et résidentiel25. Comme quelques-uns de ses contemporains, Garnir ambitionne de glorifier le « Vieux Bruxelles » par le biais d’une mythification des Marolles26. C’est une manière pour ces écrivains, issus principalement de la petite bourgeoisie, de lutter contre le cosmopolitisme et la modernisation du paysage qui gagnent Bruxelles et qui leur donnent le sentiment d’être dépossédés de leur ville.

  • 27 Ibidem, p. 339.

20La seconde zone géographique qui nous intéresse se situe au cœur de la ville, dans les quartiers du centre et aux abords du Vieux-Port. En 1890, le paysage bruxellois a déjà subi de nombreuses transformations : les grands boulevards sont percés, la Senne est voûtée et le Palais de justice est achevé depuis peu (1883). Les chantiers importants qui seront entrepris durant cette période sont ceux du Mont des Arts, de la jonction Nord-Midi ainsi que des installations maritimes et du comblement des bassins intérieurs. Cependant, un seul de ces chantiers modifiera concrètement le paysage urbain : celui du comblement des bassins intérieurs, c’est-à-dire les changements opérés dans le quartier Sainte-Catherine. Ensuite, le centre-ville, avec ses grands boulevards, ses grands cafés, son cosmopolitisme croissant et ses nouvelles sociabilités artistiques et littéraires, a connu une réelle parisianisation27. L’invasion française, synonyme de mort de la ville truculente pour Garnir, est perçue si négativement que dans À la Boule Plate, la France apparaît comme un lieu funeste. Odon Flagothier, le seul personnage qui a voulu échapper à la vie bruxelloise, y meurt.

21Le Pentagone abrite les deux derniers lieux déterminants mentionnés plus haut : l’estaminet À la Boule Plate et l’appartement du quai Au-Bois-à-Brûler. Le premier n’a pas de situation géographique précise. Aucune adresse ni aucun indice à propos de sa localisation ne sont fournis dans le texte. Les protagonistes sont toujours comme téléportés dans le lieu, le narrateur ne nous informant pas sur leurs déplacements jusqu’au café. Cette imprécision géographique n’est pas sans signification. En effet, le lectorat de l’époque sait pertinemment où se trouve cet établissement. Voici ce que nous dit un critique un mois après la publication du roman :

  • 28 Sander (Pierron), « George Garnir : À la Boule Plate, brasserie-estaminet. Mœurs bruxelloises », op (...)

Cet estaminet de La Boule Plate, l’auteur lui a donné une véritable physionomie ; aussi, ceux qui ont des attaches avec le journalisme quotidien n’auront-ils nulle peine à lui restituer son enseigne réelle.28

  • 29 Vierset (Auguste), Trois écrivains belges : Louis Delattre, George Garnir, James Vandrunen, Bruxell (...)
  • 30 Garnir (George), Delsemme (Paul), éd., George Garnir : les meilleurs pages, op. cit., p. 140.
  • 31 Lemaire (Gérard-Georges), Les Cafés littéraires : vies, morts et miracles, Paris, La Différence, 19 (...)
  • 32 Garnir (George), Souvenirs d’un journaliste, Bruxelles, asar, 1959, p. 31-35.
  • 33 Ibidem, p. 32.

22Les déclarations d’Auguste Vierset, une plume de l’époque, le confirment : « À la description que l’auteur en fait, ceux de ma génération ont reconnu un cabaret célèbre dans le monde de la presse. »29 Cet illustre café n’est autre que Le Compas comme nous en informe, entre autres, Paul Delsemme : « Rebaptisé À la Boule Plate, le vieux café du Compas a pris place dans l’œuvre de Garnir. »30 Ce café était le préféré de George Garnir et il y allait pour rédiger ses articles31. Il a même consacré une grande partie de ses mémoires à cet endroit qu’il aimait tant32. La comparaison entre À la Boule Plate et le Compas révèle à quel point l’estaminet est inspiré de la réalité et lié au vécu de l’auteur. Tout d’abord, les deux établissements présentent une arrière-salle, réservée aux journalistes ou aux habitués. Les sociabilités de À la Boule Plate sont également semblables à celles du Compas selon les dires de Garnir dans ses Souvenirs d’un journaliste : « J’ai parlé ailleurs de la clientèle très mêlée qui s’y pressait à l’heure de midi et le soir ; journalistes, artistes de la scène et de l’orchestre, députés, avocats […], amoureux, théâtreuses, rapins […]. » Et plus loin : « Le café fut toujours fréquenté par des gens de plume. »33 Les descriptions sont à ce point similaires que des parties entières de phrases figurent à l’identique dans les mémoires de Garnir et dans le récit étudié. Il est donc impossible de nier l’assimilation des deux lieux. En plus de cette comparaison textuelle, celle des illustrations aboutit au même résultat. Le croquis du Compas fut réalisé par J. Ochs (fig. 2) tandis que À la Boule Plate fut croquée par G. Flasschoen (fig. 3).

23

Fig. 2 : Ochs (Jacques), « Le compas » dans Garnir (George), Souvenirs d’un journaliste, Bruxelles, a.s.a.r., 1959, p. 35.

Fig. 2 : Ochs (Jacques), « Le compas » dans Garnir (George), Souvenirs d’un journaliste, Bruxelles, a.s.a.r., 1959, p. 35.

Fig. 3 : Flasschoen (Gustave), s.t. [Quatre femmes ivres à la Boule Plate] dans Garnir (George), À la Boule Plate, brasserie-estaminet. Mœurs bruxelloises, Bruxelles, Éditions de la Belgique artistique et littéraire, 1907, p. 157.

Fig. 3 : Flasschoen (Gustave), s.t. [Quatre femmes ivres à la Boule Plate] dans Garnir (George), À la Boule Plate, brasserie-estaminet. Mœurs bruxelloises, Bruxelles, Éditions de la Belgique artistique et littéraire, 1907, p. 157.

24Même si l’un propose une vue extérieure et l’autre une vue intérieure, on constate une similarité frappante au niveau de l’architecture (même disposition de la porte et de la fenêtre, mêmes proportions, etc.). Les enseignes des cafés présentent aussi une certaine ressemblance. Seul un élément ne correspond pas : le numéro de maison. Si Le Compas se situe au numéro 53, À la Boule Plate semble se trouver au numéro 32. Néanmoins, on pourrait croire à une méprise étant donné leur proximité graphique et l’inversion due au point de vue choisi par G. Flasschoen. L’illustrateur commet-il une faute ou est-ce une erreur volontaire pour brouiller les pistes ?

  • 34 Postal (Pol), Estaminets des Marolles, op. cit., p. 43.
  • 35 Ankaert (Rudy), « Les cafetiers-cabaretiers à Bruxelles au xixe siècle », dans « Service compris, h (...)
  • 36 Berger (Daniel), L’Heure bleue. La vie nocturne à Bruxelles de 1830 à 1914, Bruxelles, Crédit commu (...)

25Pour ces raisons, nous avons situé l’estaminet du récit sur la carte à l’adresse du café Le Compas par un point d’interrogation, la localisation dans le roman restant incertaine. Enfin, le choix de faire évoluer les personnages dans un café typique et non dans une des grandes enseignes des boulevards se manifeste par le nom que choisit Garnir pour désigner le café dans le récit. Le terme « estaminet » renvoie à un type d’établissement qui n’existe presque plus dans les années 189034. Toutefois, il est utilisé par extension de sens pour désigner un café resté typique, en opposition aux « grands cafés » de type parisien35. De plus, À la Boule Plate fait référence à un jeu (une sorte de bowling) tombé en désuétude36. Ceci démontre, encore une fois, l’intérêt de Garnir pour les éléments folkloriques qui tendent à disparaître du paysage bruxellois.

26À l’inverse de ce café, le dernier lieu déterminant est situé avec précision au cœur du quartier Sainte-Catherine. Comme on l’a dit précédemment, ce quartier est en pleine mutation avec le comblement des bassins, mais aussi la construction de la nouvelle église, encore visible aujourd’hui. Si l’auteur fait brièvement référence à ces transformations dans son roman, il ne s’y intéresse guère. Seul le côté encore pittoresque l’occupe. Par exemple, lorsque la place Sainte-Catherine et son église sont évoquées, seule la tour de l’ancienne église est décrite. Cette tour, trace immuable du passé, trône à côté du nouveau sanctuaire, bâti par Poelaert entre 1854 et 1874 à la place d’un ancien bassin du port (fig. 4).

Fig. 4 Flasschoen (Gustave), s.t. [Tour de l’ancienne église Sainte-Catherine] in Garnir (George), À la Boule Plate, brasserie-estaminet. Mœurs bruxelloises, Bruxelles, Éditions de la Belgique artistique et littéraire, 1907, p. 89.

Fig. 4 Flasschoen (Gustave), s.t. [Tour de l’ancienne église Sainte-Catherine] in Garnir (George), À la Boule Plate, brasserie-estaminet. Mœurs bruxelloises, Bruxelles, Éditions de la Belgique artistique et littéraire, 1907, p. 89.

27Plus loin, une seconde illustration de Gustave Flasschoen est présente. Il s’agit du quai Au-Bois-à-Brûler (fig. 5). Le texte nous donne ici aussi la vue de la partie plus ancienne, encore existante mais en voie de disparition. En effet, tous les bassins du port intérieur de Bruxelles seront comblés en 1910, mais certains subsistent encore en 1890. Le désir d’immortaliser la vieille ville prend alors tout son sens. La comparaison de ce croquis avec une carte postale d’époque offrant la vue inverse permet d’observer la partie omise par Garnir au profit du paysage occupé à disparaître (fig. 6). Cette photographie donne à voir le marché aux poissons, construit à la place d’un bassin de l’ancien port en 1882 et jouxtant le bassin dépeint par Flasschoen. Nous apercevons également la nouvelle église Sainte-Catherine en arrière-plan, que Garnir ignore une nouvelle fois.

Fig. 5. Flasschoen (Gustave), s.t. [Quai-au-Bois-à-Brûler] in Garnir (George), À la Boule Plate, brasserie-estaminet. Mœurs bruxelloises, Bruxelles, Éditions de la Belgique artistique et littéraire, 1907, p. 224.

Fig. 5. Flasschoen (Gustave), s.t. [Quai-au-Bois-à-Brûler] in Garnir (George), À la Boule Plate, brasserie-estaminet. Mœurs bruxelloises, Bruxelles, Éditions de la Belgique artistique et littéraire, 1907, p. 224.

Fig. 6. [Anonyme], Le Vieux Canal – Le Marché aux Poissons, vers 1905, carte postale, Bruxelles37.

Fig. 6. [Anonyme], Le Vieux Canal – Le Marché aux Poissons, vers 1905, carte postale, Bruxelles37.

Apports de l’approche spatiale

  • 38 Bouvet (Rachel), « Topographier pour comprendre l’espace romanesque », op. cit., p. 79-91.
  • 39 Moretti (Franco), Atlas du roman européen : 1800-1900, op. cit., p. 11.
  • 40 Ibidem, p. 43.
  • 41 Buls (Charles), Le Vieux Bruxelles. Travaux élaborés par le Comité institué sous le patronage de la (...)

28En conclusion, les hypothèses générées par la cartographie des lieux fictionnels38 et les conclusions découlant de cette analyse interdisciplinaire ont permis de comprendre en profondeur la perception de l’espace romanesque bruxellois de Garnir et son contexte de production. Les apports mutuels de la géographie et de la littérature ont mis en évidence un Bruxelles pittoresque, dépeint dans un esprit de couleur locale. Le choix de cette topographie est significatif d’une réalité citadine en voie de disparition, les illustrations du roman soutenant cette vision. De plus, si la ville décrite par Garnir est réaliste, elle ne retient qu’une partie de la réalité urbaine de l’époque. En effet, il dédaigne tout ce qui n’est pas susceptible de servir sa vision du pittoresque, ce qui n’est pas anodin puisque « chaque forme [littéraire] a sa géographie, ses frontières, ses tabous spatiaux et ses flux de mouvement »39. Si Bruxelles est une ville hybride, l’auteur ne présente que le bas de la ville qui sent bon le terroir et fait l’impasse sur les transformations modernes. Ce roman de mœurs présente dès lors une vision biaisée de l’espace. Pour citer Moretti : « Chaque genre possède son espace spécifique… Et réciproquement : chaque espace possède “son” genre qui peut être identifié par une trame spatiale, par une géographie. »40 À la lumière de cette réflexion, l’étude d’autres romans de mœurs bruxelloises de l’époque pourrait se révéler pertinente afin d’en comparer la configuration spatiale ainsi que les points de vue présentés. Enfin, militant pour le Bruxelles d’antan, Garnir propose un centre-ville idéalisé et une vision d’un Bruxelles populaire mythifié qu’il semble généraliser comme étant le « Tout-Bruxelles ». Cela se manifeste également par le choix de la classe sociale mise en scène, puisqu’il ne montre qu’une partie du « petit peuple » et ignore les ouvriers, artisans, etc. Intellectuel et bourgeois, il exprime à merveille le regret – éprouvé par beaucoup de ses contemporains – du vieux Bruxelles, de son architecture, de son savoureux langage, de la gaieté et de la bonhomie de ses petites gens et de leur culture populaire. La ville, progressivement démolie au sens propre comme au sens figuré, fait place à la modernité et au cosmopolitisme, contre lesquels Garnir se dresse farouchement. Par ailleurs, le désir d’immortaliser et de préserver la ville d’antan dépasse le champ littéraire. Le début du xxe siècleest en effet marqué par un mouvement de conservation. C’est dans cette optique qu’est créé en 1903 le Comité d’études historiques du vieux Bruxelles, présidé par l’ancien bourgmestre Charles Buls, fervent défenseur des sites pittoresques de la capitale41. Il serait dès lors opportun de prolonger l’analyse géocritique par une étude des relations ayant pu exister entre l’écrivain et les personnalités politiques.

Haut de page

Notes

1 Moretti (Franco), Atlas du roman européen : 1800-1900, Paris, Éditions du Seuil, 2000, p. 9.

2 Garnir (George), Delsemme (Paul), éd., George Garnir : les meilleurs pages, Bruxelles, Renaissance du livre, [1956], p. ix-x.

3 Hanlet (Camille), Les Écrivains belges contemporains de langue française : 1800-1946, Liège, H. Dessain, 1946, p. 286.

4 Van Den Dungen (Pierre), « De la gaieté frondeuse à la nostalgie : aux origines d’un Bruxelles qui bruxelles (xixe-xxe siècles) », dans Jaumain (Serge) et al., dir., Vivre en ville : Bruxelles et Montréal aux xixe-xxe siècles, Bruxelles, pie Peter Lang, 2006, p. 333.

5 Ibidem.

6 Garnir (George), Delsemme (Paul), éd., George Garnir : les meilleurs pages, op. cit., p. xxii-xxvii.

7 La construction de l’édifice de Poelaert révolta les Marolliens, dont certains furent expropriés pour permettre la réalisation de ce chantier titanesque.

8 Pour en savoir plus sur les chantiers qui transforment Bruxelles : Leenarts (Danielle), L’Image de la ville : Bruxelles et ses photographes des années 1850 à nos jours, Bruxelles, cfc, 2009.

9 Doyon-Gosselin (Benoît), « Pour une herméneutique des espaces fictionnels », dans Bouvet (Rachel) et Camus (Audrey), dir., Topographies romanesques, Rennes, Presses de l’Université de Rennes, coll. Interférences, p. 72.

10 Moretti (Franco), Atlas du roman européen : 1800-1900, op. cit., p. 11 et p. 19.

11 Bouvet (Rachel), « Topographier pour comprendre l’espace romanesque », dans Bouvet (Rachel) et Camus (Audrey), dir., Topographies romanesques, op. cit., p. 82.

12 Van Den Dungen (Pierre), « De la gaieté frondeuse à la nostalgie : aux origines d’un Bruxelles qui bruxelles (xixe-xxe siècles) », op. cit., p. 342.

13 Moretti (Franco), Atlas du roman européen : 1800-1900, op. cit., p. 120-122.

14 Dorénavant, pour toutes les citations issues du livre étudié, seules les pages seront indiquées entre parenthèses dans le texte. Garnir (George), À la Boule Plate, brasserie-estaminet. Mœurs bruxelloises, Bruxelles, La Belgique artistique et littéraire, 1907, p. 63.

15 Mertens et Rosez, Almanachs du commerce et des industries à Bruxelles et ses communes limitrophes, Bruxelles, Librairie universelle Rosez, 1895, p. 920.

16 La totalité des rez-de-chaussée étaient occupés par des commerces de détail. Voir : Ingelaere (Pascale) et Vander Brugghen (Brigitte), Commerce et négoce, Sprimont, Mardaga, 2003, p. 28.

17 Image proposée par le blog de Peeters (Sophie) : http://sofei-vandenaemet.skynetblogs.be/tag/barriere, page consultée le 15 juillet 2014.

18 Jaumain (Serge), « Le petit commerce bruxellois face au Bonheur des Dames. Naissance de la grande distribution et nouvelles stratégies des petits détaillants (1870-1914) », dans Les Cahiers de la Fonderie, n° 3, novembre 1987, p. 3-19.

19 Ibidem.

20 Mols (Roger), Bruxelles et les Bruxellois, préface de mademoiselle Van den Heuvel, Louvain, Éditions de la société d’études morales, sociales et juridiques, 1961, p. 160.

21 Van Den Dungen (Pierre), « De la gaieté frondeuse à la nostalgie : aux origines d’un Bruxelles qui bruxelles (xixe-xxe siècles) », op. cit., p. 339.

22 Postal (Pol), Estaminets des Marolles, Bruxelles, Cercle d’histoire et d’archéologie « Les Marolles », 1986, p. 7.

23 Pierron (Sander), « George Garnir : À la Boule Plate, brasserie-estaminet. Mœurs bruxelloises », dans La Belgique artistique et littéraire, t. 6, n° 18 (mars 1907), p. 431.

24 Mols (Roger), Bruxelles et les Bruxellois, op. cit., p. 93.

25 Garnir (George), Delsemme (Paul), éd., George Garnir : les meilleurs pages, op. cit., p. xxxv.

26 Van Den Dungen (Pierre), « De la gaieté frondeuse à la nostalgie : aux origines d’un Bruxelles qui bruxelles (xixe-xxe siècles) », op. cit., p. 336-337.

27 Ibidem, p. 339.

28 Sander (Pierron), « George Garnir : À la Boule Plate, brasserie-estaminet. Mœurs bruxelloises », op. cit., p. 432.

29 Vierset (Auguste), Trois écrivains belges : Louis Delattre, George Garnir, James Vandrunen, Bruxelles, Labor, [1948], p. 116.

30 Garnir (George), Delsemme (Paul), éd., George Garnir : les meilleurs pages, op. cit., p. 140.

31 Lemaire (Gérard-Georges), Les Cafés littéraires : vies, morts et miracles, Paris, La Différence, 1997, p. 417.

32 Garnir (George), Souvenirs d’un journaliste, Bruxelles, asar, 1959, p. 31-35.

33 Ibidem, p. 32.

34 Postal (Pol), Estaminets des Marolles, op. cit., p. 43.

35 Ankaert (Rudy), « Les cafetiers-cabaretiers à Bruxelles au xixe siècle », dans « Service compris, hôtels, restaurants, cafés », dans Les Cahiers de la Fonderie, n° 18, juin 1995, p. 10-13.

36 Berger (Daniel), L’Heure bleue. La vie nocturne à Bruxelles de 1830 à 1914, Bruxelles, Crédit communal, 1987, p. 147.

37 Image proposée par le blog Bruxelles anecdotique :
http://bruxellesanecdotique.skynetblogs.be/archive/2010/11/15/test.html, page consultée le 15 juillet 2014.

38 Bouvet (Rachel), « Topographier pour comprendre l’espace romanesque », op. cit., p. 79-91.

39 Moretti (Franco), Atlas du roman européen : 1800-1900, op. cit., p. 11.

40 Ibidem, p. 43.

41 Buls (Charles), Le Vieux Bruxelles. Travaux élaborés par le Comité institué sous le patronage de la Ville de Bruxelles et de la Société d’archéologie de Bruxelles, Bruxelles, Van Oest et Cie, 1908.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte 1 : Relevé systématique des lieux et leur importance dans l’intrigue
URL http://textyles.revues.org/docannexe/image/2626/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre Fig. 1 [Anonyme], Bruxelles-St. Gilles. La chaussée de Waterloo, vers 1900, carte postale, Bruxelles17
URL http://textyles.revues.org/docannexe/image/2626/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Fig. 2 : Ochs (Jacques), « Le compas » dans Garnir (George), Souvenirs d’un journaliste, Bruxelles, a.s.a.r., 1959, p. 35.
URL http://textyles.revues.org/docannexe/image/2626/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Fig. 3 : Flasschoen (Gustave), s.t. [Quatre femmes ivres à la Boule Plate] dans Garnir (George), À la Boule Plate, brasserie-estaminet. Mœurs bruxelloises, Bruxelles, Éditions de la Belgique artistique et littéraire, 1907, p. 157.
URL http://textyles.revues.org/docannexe/image/2626/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Fig. 4 Flasschoen (Gustave), s.t. [Tour de l’ancienne église Sainte-Catherine] in Garnir (George), À la Boule Plate, brasserie-estaminet. Mœurs bruxelloises, Bruxelles, Éditions de la Belgique artistique et littéraire, 1907, p. 89.
URL http://textyles.revues.org/docannexe/image/2626/img-5.png
Fichier image/png, 738k
Titre Fig. 5. Flasschoen (Gustave), s.t. [Quai-au-Bois-à-Brûler] in Garnir (George), À la Boule Plate, brasserie-estaminet. Mœurs bruxelloises, Bruxelles, Éditions de la Belgique artistique et littéraire, 1907, p. 224.
URL http://textyles.revues.org/docannexe/image/2626/img-6.png
Fichier image/png, 574k
Titre Fig. 6. [Anonyme], Le Vieux Canal – Le Marché aux Poissons, vers 1905, carte postale, Bruxelles37.
URL http://textyles.revues.org/docannexe/image/2626/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 359k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Coraline Baligant, Charlie Bonnave et Julies Claeys, « Bruxelles pittoresque : une lecture orientée de l’espace urbain dans À la Boule Plate (1907) de George Garnir », Textyles, 47 | 2015, 51-67.

Référence électronique

Coraline Baligant, Charlie Bonnave et Julies Claeys, « Bruxelles pittoresque : une lecture orientée de l’espace urbain dans À la Boule Plate (1907) de George Garnir », Textyles [En ligne], 47 | 2015, mis en ligne le 01 décembre 2015, consulté le 28 juin 2016. URL : http://textyles.revues.org/2626

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org