Navigation – Plan du site
Bruxelles, une géographie littéraire

Géographie de la débauche

Une physiologie des lieux de prostitution bruxellois
Fanny Paquet, Gaëlle Graindorge et Camille Lhote
p. 31-49

Texte intégral

1Dans un xixe siècle dominé par une morale bourgeoise étriquée, la prostitution constitue un thème attractif pour un écrivain désireux d’attirer l’attention. Pratique honteuse, que l’on cache et qu’à défaut de pouvoir supprimer, l’on réglemente de manière outrancière, elle est pourtant ancrée dans les mœurs de cette époque. La prostitution est taboue mais omniprésente, aux coins des rues, dans le discours des médecins hygiénistes et des hommes politiques. Le sujet fâche, mais fait couler beaucoup d’encre. Il n’est donc pas étonnant que nombre d’auteurs aient exercé leur plume sur ce thème, sans doute parfois dans l’espoir de s’attirer la notoriété par le scandale.

2C’est le cas de Mario Aris, qui publia en 1868 un curieux ouvrage intitulé Bruxelles la nuit. Physiologie des établissements nocturnes bruxellois. Les premières lignes ne laissent aucun doute quant à son contenu :

  • 1 Aris (Mario), Bruxelles la nuit, Physiologie des établissements nocturnes de Bruxelles, étude de mœ (...)

Il existe à Bruxelles des établissements sans nom qui, déguisés en cafés, vivent de la débauche. Véritables marchés à femmes, rien en dehors ne dénote de ce qu’ils sont à l’intérieur. Un père de famille, un étranger, peuvent rentrer là, sans soupçonner dans quel antre ils pénètrent. Nous avons voulu signaler ces endroits dangereux à tous égards.1

  • 2 Modèle inspiré du système médico-carcéral français de Parent-Duchâtelet. Voir Parent-DuchÂtelet (Al (...)

3Cet ouvrage entraîne le lecteur dans les lieux de débauche cachés de la capitale. De fait, la prostitution, qu’elle soit illicite ou non, se tapit derrière les murs des cafés et maisons de passe. Le système médico-carcéral en vigueur dès les années 1840 impose une claustration complète aux filles de joie2. Renégates de la société, elles sont confinées dans les maisons closes, les hôpitaux ou les prisons. De plus, les lourdes contraintes imposées par le système hygiéniste qui prévaut alors – recensements des prostituées, visites médicales hebdomadaires, contrôles de police incessants – encouragent fortement le développement d’une prostitution illégale et dérobée. Mario Aris entend « dénoncer » cette pratique cachée qui se développe dans d’innombrables endroits de la capitale belge. Au travers de quinze fascicules rassemblés par la suite en deux volumes, l’auteur décrit avec force détails vingt-neuf lieux de prostitution bruxellois.

4L’on comprend aisément pourquoi un tel ouvrage peut s’avérer précieux lorsque l’on sait à quel point la société du xixe siècle s’employait à dissimuler ses vices. Les descriptions proposées par Aris sont très précises, et les établissements qu’il évoque sont toujours clairement situés dans l’espace bruxellois. Véritable mine de renseignements sur les quartiers prostitutionnels de l’époque, le livre est donc un outil sans pareil pour comprendre cet aspect peu documenté de la capitale belge. Bien sûr, Bruxelles la nuit reste un ouvrage littéraire qui fait un portrait très partial de la situation de la prostitution. C’est là que réside précisément tout l’intérêt d’une analyse littéraire et contextuelle couplée à une analyse géographique de l’ouvrage. Au vu du contexte de publication, du genre de l’ouvrage et de sa réception, nous serons plus à même de démêler le vrai du faux afin de comprendre en profondeur la vision de l’espace bruxellois élaborée par Aris.

Mario Aris, soucieux de préserver la morale ?

  • 3 Sartorius (Francis), « Un dénonciateur de la débauche », dans Aris (Mario), Bruxelles la nuit, phys (...)
  • 4 Ibidem.
  • 5 Archives de la Ville de Bruxelles, recensement 1866, reg. R282.
  • 6 Archives de la Ville de Bruxelles, doc rj 26587 avb, selon Sartorius (Francis), Tirs croisés : la p (...)
  • 7 Ibidem.
  • 8 Van Den Dungen (Pierre), « L’Université libre de Bruxelles au temps des Crocodiles », dans Draguet (...)

5Mais qui est donc cet auteur qui entend dénoncer les vices des Bruxellois ? Jean-Marie-Arice-Edmond Bizonnet de Rivau, de son vrai nom, est un expatrié français né à Mareuil, en Dordogne, le 18 mars 18423. Il s’agit, selon Francis Sartorius, d’un écrivain mineur qui, à défaut de rencontrer la notoriété et la fortune escomptées, s’essaya à tous les petits métiers du monde des lettres qui pouvaient s’avérer rentables4. Il arrive à Bruxelles dans le courant des années 1860. On ignore d’où il venait exactement et quelles activités il avait pratiquées avant de s’installer en Belgique. Il restera une dizaine d’années à Bruxelles avant de disparaître à nouveau vers 1870. Les informations que nous possédons le concernant sont donc maigres, mais précieuses. Son nom est inscrit dans les registres de recensement de la ville de Bruxelles en 18665. À côté de l’inscription « domicilié à l’étranger » et de sa profession de « journaliste », figure un numéro de repris de justice. Ainsi, l’administration bruxelloise le considérait comme un criminel. Il était recensé dans les dossiers des agents de la sûreté de l’État6. Sartorius énonce même l’hypothèse qu’Aris aurait pu être un agent payé par la France afin de perturber l’ordre public7. Cette conjecture semble tout à fait plausible lorsqu’on sait qu’à l’époque, la sûreté de l’État avait affaire à de nombreux mouchards payés par la police du Second Empire afin de provoquer des troubles en Belgique et de pousser le peuple à la révolte8.

  • 9 Sartorius (Francis), Tirs croisés : la petite presse bruxelloise des années 1860, op. cit., p. 101.
  • 10 Ibidem, p. 100.
  • 11 Ibidem, p. 154.

6Si le profil de Mario Aris semble déjà peu correspondre à celui d’un moraliste bien-pensant, ses autres œuvres ne laissent pas de place au doute. Certaines dénotent son anticléricalisme franc, comme Les Mystères du couvent. Roman Monacal dicté par le père*** à Mario Aris9. D’autres, dans la même veine que Bruxelles la nuit, s’entendent à dénoncer les troubles qui règnent dans la capitale : Les Drames de Bruxelles, Les Scandales de Bruxelles, Mystères des tours Sainte-Gudule10. De plus, le texte qui nous intéresse fut annoncé dans La Bombe, l’une des six revues que Mario Aris a éditées durant son séjour à Bruxelles. Le journal présente l’œuvre comme une « étude humoristique » qui devait paraître sous le titre Les Cafés nocturnes11. Le qualificatif « humoristique » nous indique clairement le ton que l’auteur désirait donner à son ouvrage.

  • 12 Un extrait de cet article est disponible dans la première édition de Bruxelles la nuit en postface, (...)
  • 13 Dur jugement pour un éditeur aussi sulfureux qu’Auguste Poulet-Malassis. Poulet-Malassis (Auguste), (...)
  • 14 Ibidem, p. 72-73.

7La réception de l’œuvre par les contemporains d’Aris paraît également équivoque. L’ouvrage a bénéficié d’une faible visibilité dans la grande presse de l’époque. Seul L’Office de publicité en fait mention. Le journaliste Georges Vautier dénonce dans les colonnes de ce grand journal une œuvre faussement vertueuse qui pourrait tromper certains bourgeois12. En outre, Auguste Poulet-Malassis dit de cet ouvrage dans son Bulletin trimestriel qu’il ne se souvient pas « d’avoir lu, sur la prostitution d’une grande ville, rien de plus répugnant et navrant »13. Il affirme également que le livre a fini par être condamné par la sixième chambre du tribunal correctionnel de la Seine14. Il est évident que la volonté de dénoncer les vices de ses contemporains est moins, pour Aris, une aspiration au maintien de la morale bourgeoise qu’un désir de faire scandale, soit pour semer le trouble à Bruxelles, soit pour faire vendre ses œuvres. Cette méthode portera ses fruits, puisque Bruxelles la nuit aura, comme on pourra le voir, un certain retentissement dans la capitale belge.

  • 15 À la fin du dixième fascicule, Aris affirme avoir reçu de nombreuses lettres lui indiquant des café (...)
  • 16 Il s’agit de l’édition de 1868 que nous avons déjà mentionnée. Nous avons basé l’ensemble de notre (...)
  • 17 Aris (Mario), Bruxelles la nuit, physiologie des établissements nocturnes de Bruxelles, Bruxelles, (...)

8L’ouvrage fut d’abord vendu de la main à la main sous forme de fascicules séparés. Aris avait prévu d’en écrire dix, mais il en publia quinze15. Il réunit par la suite les fascicules invendus afin d’en faire une première édition complète, découpée en deux volumes distincts16. Le premier volume regroupe les dix premiers fascicules tandis que le deuxième rassemble les cinq derniers ainsi que la postface. Il y eut une seconde édition qui ne nous est pas parvenue, et une troisième, publiée en 1871 chez Charles Sacré-Duquesne et enrichie d’illustrations d’Henri Bodart17 (fig. 1). Trois éditions successives pour un petit ouvrage tel que Bruxelles la nuit témoignent du succès que le texte a rencontré. Ce contexte de publication explique l’agencement du livre. Un narrateur intradiégétique nous présente vingt-neuf lieux de prostitution, sans pour autant suivre d’itinéraire précis. S’il s’agit d’une succession de descriptions de cafés sans ordre prédéfini, c’est parce que les fascicules devaient pouvoir être lus indépendamment les uns des autres. Les éditions intégrales présentent les mêmes caractéristiques puisque Aris n’a apporté presque aucune modification à son texte de départ.

Fig. 1 Exemple d’illustration de Henry Bodart dans la 3e édition

Fig. 1 Exemple d’illustration de Henry Bodart dans la 3e édition
  • 18 La physiologie est un terme médical désignant la science du vivant depuis Hippocrate. Tout au long (...)
  • 19 StiÉnon (Valérie), « Physiologie », dans Grassin (Jean-Marie), éd., ditl (Dictionnaire internationa (...)
  • 20 Ibidem.
  • 21 Ibidem.

9Le genre de l’ouvrage paraît assez aisé à circonscrire. Le titre du livre, Bruxelles la nuit : physiologie des établissements nocturnes de Bruxelles en donne une indication précise : il s’agit d’une physiologie18. Ce genre littéraire mineur est apparu à Paris dès les années 1840 et a connu rapidement un engouement important auprès du lectorat français, jusqu’à devenir un phénomène de société. Il va par la suite connaître un véritable rayonnement international selon Valérie Stiénon : « […] depuis la capitale parisienne, les physiologies essaiment vers la province et vers la Belgique (notamment en raison de la contrefaçon) »19. Les textes s’inscrivant dans ce genre possèdent des similitudes très marquées, conçues par les maisons d’édition dans le but de fidéliser leur lectorat : ils sont vendus à bon marché, dans de petits formats et souvent enrichis d’illustrations20. En outre, la plupart des auteurs s’inscrivant dans ce genre « partagent un même profil socio-littéraire d’écrivains-journalistes et pratiquent une littérature mineure tour à tour ou simultanément en feuilletonistes, en vaudevillistes et en romanciers populaires »21. Mario Aris, on le voit, s’inscrit parfaitement dans cette veine. Petit auteur français provincial désireux de développer son lectorat, il ne fait que reproduire les procédés systématiques d’un genre littéraire au succès garanti.

Faux semblants : deux niveaux de lecture possibles

10Nous avons pu constater que Mario Aris était bien loin de vouloir préserver la bourgeoisie des lieux de débauche. Cependant, il se cache sans cesse derrière un ton fortement moralisateur. Était-ce pour masquer une œuvre immorale afin de leurrer la censure ? Était-ce simplement une méthode destinée à amplifier l’effet humoristique par un ton exagérément scandalisé ? Les « bons bourgeois » n’ont pas été dupes, puisque l’ouvrage a fini par être condamné par la censure. Il n’empêche qu’au premier abord, on pourrait s’y tromper, puisque les deux niveaux de lecture sont omniprésents tout au long du texte.

11Revenons au titre, Bruxelles la nuit. Physiologie des établissements nocturnes de Bruxelles. Tout le programme du livre est contenu dans ces lignes. Le titre pourrait simplement recouvrir la description de cafés, d’opérettes, de théâtres à Bruxelles, mais cette accroche est trompeuse. Or, n’est-ce pas justement ce que l’auteur dénonce, en se montrant scandalisé par les « établissements sans nom qui, déguisés en cafés, vivent de la débauche. Véritables marchés de femmes, rien au dehors ne dénote ce qu’ils sont à l’intérieur » (BN, i, p. 1). Ironie du sort ou parti-pris intentionnel, le texte ressemble à s’y méprendre à cette description. Sous des apparences vertueuses, l’auteur nous dépeint un portrait un peu trop suggestif de ces établissements.

12En outre, dès l’incipit, l’auteur indique lui-même cette double réception possible : « Les honnêtes gens prendront ces notes comme un préservatif, les autres comme un guide, tant pis pour ces derniers. » (BN, i, p. 2) Tout dans l’œuvre va dans le sens du « préservatif » de prime abord. Le ton d’Aris se fait très rude, et les qualificatifs qu’il emploie pour désigner les cafés et la prostitution sont très péjoratifs. Il parle tour à tour de « culs-de-basse-fosse ignobles », « d’orgie bête et sale », de « vice » qui mène à « l’abrutissement » et à la « dégradation morale ». Les filles sont des « gueuses, laides, vieilles, hideuses », et lorsqu’elles sont jeunes et belles, « c’est le vice incarné sous une enveloppe charmante ». Les clients sont des « ivrognes », des « gueux triomphants », des « imbéciles ». Les champs lexicaux de la boue, de la salissure, ainsi que celui de la bestialité sont omniprésents dans le livre pour décrire les filles de joie et leurs clients. L’axiologie du texte est ainsi très péjorative. L’auteur apporte sans cesse des jugements de valeur négatifs sur le monde de la prostitution. Mais ces mots, aussi durs soient-ils, sont excessifs. Mario Aris fait rire par l’exagération de ses jugements. Il recourt en fait à l’un des procédés les plus anciens du rire, à savoir l’hyperbole. Tout n’est qu’une caricature de la réalité, des clients, des prostituées, mais également une caricature du moralisateur lui-même. Par l’image qu’il donne, par ses tournures de phrases, Aris ne se moque-t-il pas ouvertement des abolitionnistes et de leurs discours sur les « fléaux » de la prostitution ?

  • 22 Sartorius (Francis), op. cit., 2004, p. 87.

13Ce qui est également frappant dans ce texte, c’est qu’il foisonne de références littéraires et savantes. L’auteur cite par exemple les vers d’Horace en latin – « Ore nunc est laborandum » (BN, i, p. 10) –, évoque les sirènes qui ont séduit les compagnons d’Ulysse (BN, i, p. 33), se remémore une scène des Mille et une Nuits d’Antoine Gallant (BN, i, p. 24). Toutes ces évocations littéraires construisent un ethos de l’écrivain savant et raffiné. Sartorius disait en effet de Mario Aris qu’il avait de grandes ambitions littéraires22. Malgré le fait que son texte s’inscrive dans la tradition populaire du colportage, l’auteur a voulu déployer toute sa culture.

  • 23 Cette veine humoristique pastichait les contes de fées du xviie siècle, en leur donnant parfois des (...)

14Cependant, l’on pourrait également analyser ces références littéraires comme étant des éléments qui contribuent à construire l’image caricaturale du « bon bourgeois » intelligent et cultivé qui s’indigne face au monde de la prostitution. De plus, elles pourraient participer elles-mêmes à la réception humoristique du texte. En effet, elles peuvent également être perçues comme des traits d’ironie ou des images qui renforcent la caricature des endroits de prostitution. Ainsi lorsqu’Aris évoque les contes de fées, comme dans la phrase « baguette enchantée, le coup de minuit a complètement transformé l’établissement » (BN, i, p. 7), il est difficile de ne pas penser à la veine du détournement des contes, très en vogue dans la seconde moitié du xixe siècle23.

15Les références bibliques qu’Aris utilise ne sont pas moins intéressantes, parce qu’elles participent aussi à la réception ambigüe de l’ouvrage. À y regarder de plus près, elles sont omniprésentes dans le texte. Tantôt Aris parle de la vierge par opposition aux prostituées, tantôt il compare la rue de la Putterie à l’échelle de Jacob (BN, ii, p. 92). Parfois ces références, par leur précision ou leur justesse, apparaissent comme le fait d’un auteur qui désire étaler sa culture, parfois il s’agit de pointes d’humour. Prenons à titre d’exemple la « citation » de l’épisode biblique de Joseph fils de Jacob, et Mme Putiphar (BN, i, p. 96) :

Avant de continuer, permettez-moi une citation de l’Écriture sainte. L’Histoire de Joseph et de Mme Putiphar.
« i. Et Madame Putiphar avait une frénétique passion pour Joseph. »
« ii. Et Joseph ne répondait pas le moins du monde à cette passion. »
« iii. Et un jour madame Putiphar trouva Joseph dans la salle du trône et elle lui adressa des propos amoureux. »
« iv. Et elle voulut le faire asseoir sur un canapé. »
« v. Et comme Joseph voulut s’enfuir, elle le saisit par son manteau. »
« vi. Et Joseph, voyant le danger que courait sa vertu, lui laissa son manteau entre les mains et s’en alla au petit trot de chasse. »

16Il va sans dire que cette citation est une réinterprétation parodique des Écritures saintes. Nous avons évoqué l’anticléricalisme agressif de Mario Aris. En voici une bonne illustration. Associer des images bibliques aux lieux de prostitution, c’est une manière ironique et détournée d’attaquer la religion. Lorsque Aris qualifie les filles de joie de « vierges du ruisseau », qu’il compare à la « vierge sage », on ne peut douter qu’il y ait là une pointe d’humour acerbe.

  • 24 Cité dans la postface de la réédition Labor, p. 4.

17On se perd parfois dans cette double réception possible du texte. Si dans certains cas, l’ironie de l’œuvre ne fait aucun doute, que dire alors de l’intention de Mario Aris de s’illustrer dans le monde des lettres ? Alors que son discours apparaît clairement comme humoristique et ironique, il n’en témoigne pas moins de la volonté de construire un ethos d’écrivain savant. On n’en veut pour preuve que les raffinements stylistiques mis en œuvre par l’auteur. La narration est bien menée et de nombreux procédés poétiques sont utilisés. Prenons cet exemple : « On entre là pour fumer, et l’on en sort en se disant qu’on devrait bien enfumer ce terrier infâme. » (BN, I, p. 105) On y entend une allitération en <s> et en <m> ainsi qu’une paronomase claire entre « fumer » et « enfumer ». L’œuvre regorge de figures de styles et de tropes de ce genre. Ils nous permettent d’affirmer que cette œuvre est plus subtile qu’il n’y paraît, et que les deux niveaux de lecture s’interpénètrent sans cesse, sans se montrer réellement incompatibles. Si Aris ambitionnait de séduire un public de noctambules, ne voulait-il pas aussi, dans le même temps, attirer un public cultivé ? Ne cherchait-il pas à étaler sa science de la littérature dans le but d’obtenir une forme de légitimation dans le champ littéraire ? L’Office de publicité, qui maugréait contre cet ouvrage en s’indignant que certains « braves bourgeois » pouvaient s’y tromper et que « ces sortes de choses s’intitulent des écrivains, et un jour ils demanderont des subsides »24, n’en doutait pas. Nous n’en doutons pas non plus.

Une description systématique et précise des lieux en présence

18Si Aris égare ses lecteurs dans différents niveaux d’interprétation possibles, il les guide cependant habilement à travers les rues de la capitale bruxelloise. Les descriptions sont précises et nombreuses. Le texte se compose de vingt-neuf sections différentes, divisées selon les lieux de prostitution décrits. Puisque l’auteur désirait clairement indiquer au lectorat les établissements à éviter – ou à découvrir –, les références spatiales qu’il nous donne sont réalistes et fidèles à la topographie bruxelloise.

  • 25 Ainsi, bien qu’il décrive le plus souvent des endroits populaires, l’auteur n’opère pas de réelle d (...)

19La description des lieux suit un schéma assez systématique. La visualisation de l’espace est principalement tournée vers l’échelle locale, et celle-ci s’agrandit au fur et à mesure de la description. L’auteur nous révèle tout d’abord la rue où se trouve l’établissement et nous dépeint l’atmosphère générale qui y règne ainsi que les éventuelles spécificités du quartier. La rue Névraumont, par exemple : « […] pendant le jour, c’est une rue morne et triste, peu fréquentée, mais horriblement pavée de cailloux » (BN, i, p. 17), ou la rue d’Argent qui « est une rue calme en général », avec des maisons « d’un aspect sévère » (BN, i, p. 59), ou encore la rue des Bouchers, « où l’on croit toujours qu’il y a le feu quelque part » à cause du bruit constant qui y règne (BN, i, p. 81). Par la suite, c’est l’extérieur du bâtiment qui est décrit. Généralement, les établissements n’annoncent rien de leurs activités. Il s’agit là de simples cafés, tavernes, estaminets, restaurants ou magasins. Cependant, certains endroits portent des signes extérieurs propres au monde de la prostitution, comme la lanterne rouge et l’écusson blanc au-dessus du Café de Naples, qui sont des codes clairs pour les passants de l’époque (BN, i, p. 118). Il y a des lieux sordides, comme le Café Français de la rue Névraumont, qui « pue la misère et le vice » (BN, i, p. 18), mais l’auteur décrit également des cafés prestigieux, comme le Café Riche qui est « l’un des établissements les plus élégants de Bruxelles »25 (BN, ii, p. 2). Après ces considérations générales, le narrateur nous emmène à l’intérieur des établissements. Deux choses retiennent systématiquement son attention lorsqu’il pénètre dans le lieu de prostitution : le comptoir et le piano, qu’il décrit longuement, et qui déterminent selon lui la qualité de l’établissement. Par la suite, Aris décrit les pièces, leur nombre, leur agencement, s’il y a un étage, si elles sont richement ou chichement décorées et meublées, etc. Pour cela, le narrateur fait alterner descriptions statiques et évocations dynamiques, se déplaçant dans l’immeuble, comme au café des Riflemens : « Montez les quelques marches d’un perron bâtard, tournez à droite, nous y voilà […] dans la salle du fond, il y a une porte à droite ; ouvrez-la, montez l’escalier, au premier vous retrouvez deux autres appartements. » (BN, i, p. 61) Cette alternance donne un rythme à la description et permet de visualiser précisément l’agencement des immeubles. D’ailleurs, le relevé des pièces est tel qu’il serait possible, pour plusieurs de ces lieux, de réaliser un plan de leur configuration. On le voit, les descriptions des lieux qu’opère Aris vont du général – la rue, le quartier, l’immeuble vu de l’extérieur – vers le particulier – les différentes salles, leurs meubles – et permettent aux lecteurs de se représenter mentalement l’espace.

  • 26 Notons que les physiologies sont influencées par les ouvrages de vulgarisation scientifique, et emp (...)

20L’auteur ne donne pas à voir une vision globale de Bruxelles. En effet, Aris ne donnant que des descriptions très locales de rues et d’établissements, la ville ne se laisse découvrir que par petites touches. De plus, si la topographie est réaliste, les scènes qu’il dépeint sont loin d’être objectives, il s’agit davantage de représentations colorées et impressionnistes. Les descriptions se basent très souvent sur les impressions sensorielles du narrateur. L’auteur aime aborder les lieux par les sens, en décrivant le goût des alcools, les odeurs de tabac et de poudre de riz, ainsi que le bruit ambiant. Le sens de l’ouïe est d’ailleurs souvent convoqué : les cris, les discours chaotiques et bruyants, mais également la musique et les chants sont évoqués à plusieurs reprises. L’auteur insiste aussi sur le brassage des langues qui agrémente l’atmosphère des cafés : « Mélange de langages impossibles : le Flamand y chante, le Wallon fait la haute-contre, l’Allemand accompagne en bourdon, le Français fait des fioritures, et le piano brode sur le tout. » (BN, i, p. 15) Il aime à souligner le cosmopolitisme déjà bien marqué de Bruxelles, en mettant l’accent à plusieurs reprises sur toutes les nationalités qui sont représentées dans la capitale belge, y compris dans les bas quartiers. Néanmoins, dans un même temps, Aris essaie souvent de donner une couleur locale à ses tableaux bruxellois, notamment en enrichissant son texte de dialogues aux accents populaires – et parfois brusseleir : « Il n’est pas rare d’entendre très bien accentué : “Kombauve menhir” ce qui en français, si je ne me trompe, veut dire “Montez, monsieur”. » (BN, i, p. 27) Enfin, outre ces références spatiales bruxelloises, l’auteur évoque de nombreuses autres villes par contraste et il personnalise ces localités à travers leurs habitants : « C’est une Liégeoise… Elle est sale, bête, bavarde, effrontée, elle sent mauvais de la bouche… Elles sont toutes comme ça à Liège » (BN, i, p. 131-135), comme si l’espace déterminait la personnalité, et donc aussi les tares, de tous ses résidents26.

21Ces descriptions impressionnistes de Bruxelles et de ses habitants ont le mérite d’être vivantes. Elles donnent une vision assez complète de l’espace urbain, malgré les intentions discutables de l’auteur.

Fig. 2 Liste des établissements décrits dans l’édition de 1868

Établissements décrits dans Bruxelles la nuit

Nom des rues

Volume

1. Les Arts

Rue Neuve

1

2. Le Café Russe

Rue Névraumont

1

3. Le Café Français

Rue Névraumont

1

4. Le Café Richmont

Rue Névraumont

1

5. Le Café Luxembourg

Rue Neuve

1

6. Le Café de Flandres

Rue Névraumont

1

7. Le Café du Théâtre

Rue Névraumont

1

8. La Taverne Saint-Hubert

Rue des Bouchers

1

9. Le Café des Rifflemen

Rue d’Argent

1

10. Le Café du xixe Siècle

Rue Grétry

1

11. Le Café de la Concorde

Rue Neuve

1

12. La Taverne de l’Alcazar

Petite Rue des Bouchers

1

13. Le Café des Deux Arcades 

Rue de la Putterie

1

14. Le Café Sans Nom

Rue de la Putterie

1

15. Le Café du Siècle

Rue des Bouchers

1

16. Le Café de Naples

Rue du Marché

1

17. Le Café Victoria

Rue du Marché

1

18. Le Café de France

Rue du Marché

1

19. Le Café de la Cour de Flandre

Rue du Marché

1

20. Le Café des Petits Provençaux

Rue des Bouchers

1

21. La Taverne des Princes

Rue Grétry

1

22. Le Café Riche

Rue de la Fourche/Rue de l’Écuyer

2

23. La Taverne de Maestricht

Rue d’Argent

2

24. Le Café du Sport

Rue du Cirque

2

25. Le Café Notre-Dame

Rue Notre-Dame

2

26. Le Café de Paris

Rue d’Or

2

27. Le Café de Munich (nouveau nom du Café du Siècle) 

Rue des Bouchers

2

28. Le Château des Fleurs

Porte de Laeken

2

29. La Taverne de Charleroi

Rue Blaes

2

30. Le Casino des Galeries Saint-Hubert

Galeries Saint-Hubert

2

Cartographie des lieux décrits

  • 27 Nous pensions pouvoir déterminer leur adresse exacte, en cherchant par exemple dans les Almanachs d (...)

22Pour commencer notre travail de cartographie, nous avons tout d’abord relevé le nom des différents établissements cités dans l’ouvrage en les associant à un identifiant, à savoir la rue dans laquelle ils se situent (fig. 2). Les rues des lieux de prostitution décrits sont évoquées dans la majeure partie des descriptions, leur localisation a donc été assez aisée. Les vingt-neuf établissements sont répartis dans dix-huit rues. Leur adresse exacte a cependant été difficile, voire impossible à déterminer. Nous nous en sommes donc tenues à la cartographie des rues citées, préférant une représentation linéaire plutôt que ponctuelle27. Certaines rues évoquées ayant été démolies, nous avons utilisé une carte de Vandermaelen datant de 1858 comme fond de carte, afin de visualiser l’espace bruxellois avant les grandes transformations de la fin du xixe siècle. Le livre d’Aris se déroulant principalement dans le centre historique de la ville, nous avons centré notre représentation sur le Pentagone. Puisque tous les lieux sont abordés à peu près de la même façon dans le récit, nous les avons représentés avec les mêmes couleurs et la même valeur. Toutefois, nous avons marqué la différence entre les rues du premier volume (en traits continus sur la carte 1 ci-dessous) et celles du second (en pointillés, id.). Ce dernier étant en majorité fondé sur des ajouts proposés par des lecteurs extérieurs, ces lieux ne découlent pas de la connaissance territoriale de Mario Aris, il nous a donc semblé judicieux de les différencier.

  • 28 Á savoir Huberty (Colette) et Keunings (Luc), dir., La Prostitution à Bruxelles au xixe siècle. Les (...)
  • 29 Une mutation du marché de la prostitution s’opère à l’époque qui nous intéresse. Les mœurs évoluent (...)
  • 30 Huberty (Colette) et Keunings (Luc), dir., La Prostitution à Bruxelles au xixe siècle, op. cit., 19 (...)
  • 31 Sartorius nous indique précisément les trois adresses de résidence d’Aris durant son séjour à Bruxe (...)

23À analyser cette cartographie, plusieurs questions nous sont venues à l’esprit. Cette cartographie est-elle représentative des lieux de débauche bruxellois au xixe siècle ? Quel type de prostitution Aris représente-t-il ? La représentation est-elle exhaustive ou sélective ? En nous appuyant sur l’une des rares sources évoquant les lieux de débauche de cette époque28, nous avons constaté qu’Aris ne répertoriait que certains des lieux de prostitution et plus particulièrement les cafés-restaurants et les tavernes où une prostitution illicite se pratique29. Malheureusement, il semble difficile de vérifier la pertinence des descriptions de l’auteur, puisque son ouvrage constitue quasiment l’unique source concernant ce type de prostitution à Bruxelles. Malgré tout, il nous a semblé intéressant de représenter les autres types de prostitution, à savoir les maisons closes répertoriées dans les registres de police afin de pouvoir les situer30. Avec le deuxième volume de l’ouvrage de 1868, une autre question s’est posée : pourquoi les lieux présentés dans ce volume n’étaient-ils pas repris dans le premier ? Existe-t-il une logique spatiale à cette sélection ? La plupart de ces ajouts se situant en périphérie des premiers, nous nous sommes intéressées à la connaissance territoriale de l’auteur. Nous avons donc recherché les adresses successives de Mario Aris, afin de les cartographier31.

Carte 1. Rues concernées par la prostitution au xixe siècle

Carte 1. Rues concernées par la prostitution au xixe siècle
  • 32 Soulignons encore qu’Aris était un expatrié français, sa connaissance du territoire bruxellois étai (...)
  • 33 Huberty (Colette) et Keunings (Luc), dir., La Prostitution à Bruxelles au xixe siècle, op. cit., 19 (...)

24Cette première carte nous donne à voir que les rues du premier volume se situent principalement au centre et au nord du Pentagone. Celles du deuxième volume sont davantage dispersées et en périphérie des premières rues. Il est difficile de faire ressortir une quelconque logique spatiale pour ces dernières, au vu de la variabilité des origines des informations venant du lectorat d’Aris. Les rues qui ne sont pas reprises dans Bruxelles la nuit, représentées en bleu, suivent une répartition proche de la précédente. La situation des domiciles successifs de Mario Aris montre que celui-ci, du moins dans son premier volume, s’est principalement focalisé sur la prostitution proche de son lieu d’habitation. Ceci s’explique sans doute par sa connaissance plus détaillée de son environnement proche ou/et par son manque de recherche dans les quartiers plus éloignés32. Cette cartographie démontre aussi l’étendue spatiale du phénomène de la prostitution à Bruxelles au xixe siècle. Celle-ci se situe principalement autour de l’axe nord-sud du Pentagone. Bien que les lieux présentés par Mario Aris soient fidèlement localisés, ils n’en sont pas pour autant exhaustifs, d’autres rues ressortent comme la rue des Cailles dans le quartier Notre-Dame-aux-Neiges, qui compte quatorze maisons de débauche en 185033.

25La représentation linéaire des rues nous semblait insuffisante pour comprendre l’importance de chaque rue dans l’ouvrage, nous avons, en conséquence, décidé d’ajouter une illustration. Nous avons opté pour une représentation par symboles proportionnels de chaque rue, en fonction du nombre d’établissements se situant dans la rue. Celle-ci a été introduite dans le but de comparer l’importance relative de chaque lieu dans le récit.

Carte 2. Cafés cités dans Bruxelles la nuit (Mario Aris, 1868)

Carte 2. Cafés cités dans Bruxelles la nuit (Mario Aris, 1868)

26Cette carte montre à quel point certaines rues sont plus représentatives de la prostitution bruxelloise que d’autres. Alors que certaines ne possèdent qu’un seul établissement de ce genre, d’autres en possèdent quatre ou cinq. Il apparaît clairement que c’est au nord de la ville que l’on retrouve le plus d’enseignes au sein d’une même rue : c’est le cas de la rue Névraumont et de la rue du Marché. Le centre se différencie lui aussi, c’est donc de nouveau la zone centrale du Pentagone vers le nord qui semble se distinguer. Il est intéressant de remarquer que deux des domiciles de Mario Aris se situent exactement au centre de cette zone.

Carte 3. Quartiers concernés par la prostitution au xixe siècle

Carte 3. Quartiers concernés par la prostitution au xixe siècle
  • 34 Ibidem, p. 10.

27D’après les Cahiers de la Fonderie, au xixe siècle, chaque quartier de la ville possède au moins un ou deux établissements de débauche34. Cependant, repoussés par les protestations des commerçants, ils auront tendance à se regrouper dans certains secteurs de la ville. Ce processus de concentration se déroulera particulièrement entre 1840 et 1865, repoussant ces établissements dans des impasses et des rues déjà atteintes par la prostitution. Autre phénomène important, le racolage est omniprésent et touche un grand nombre de quartiers, mais celui-ci est encore plus difficilement repérable et donc quasiment impossible à cartographier.

  • 35 Ibidem, p. 11.
  • 36 Il est à noter que la majeure partie de ces quartiers disparaîtront avec les grands travaux opérés (...)

28Nous avons mis en évidence dans la troisième carte les principaux quartiers de prostitution qui se distinguent clairement au sein du Pentagone : il s’agit du quartier Notre-Dame-aux-Neiges et du quartier des Minimes, qui jouissent d’une réputation douteuse et rassemblent les tenanciers de dernière catégorie, du quartier de la Montagne de la Cour – dit quartier Saint Roch – qui regroupe aussi un grand nombre de maisons de débauche, des quartiers du nord de la ville et de la place Sainte-Catherine, qui sont également connus pour être « un asile pour la débauche »35, et enfin des quartiers de la rue Neuve et de la rue Névraumont, qui regroupent plusieurs types et catégories de prostitution, des maisons closes aux cafés-restaurants, propres à la prostitution cachée36.

29Peu de quartiers bruxellois semblent épargnés par la prostitution, seuls certains secteurs finissent par y échapper suite aux plaintes incessantes de leurs habitants, comme les quartiers du Sablon et de la Monnaie. Si certains secteurs sont plus touchés par certains types de prostitution que d’autres, les formes de débauche restent très diversifiées, et l’espace bruxellois est assez hétérogène face à cette répartition géographique. Les différences se marquent plutôt au niveau du standing des lieux, certains quartiers étant plus facilement catalogués de prostitution de luxe ou de misère.

Vision biaisée de l’espace bruxellois

30Que pouvons-nous tirer de cette double analyse – littéraire et historico-géographique – de l’ouvrage ? Mario Aris, écrivain de peu d’importance, trouble-fête surveillé par l’État belge, propose une physiologie assez prototypique, au sujet scandaleux, afin de s’attirer une certaine notoriété, voire peut-être de semer le trouble dans la capitale. Les descriptions locales qu’il fait dans son ouvrage donnent à voir avec force détails la capitale bruxelloise, mais il s’agit là de faux-semblants réalistes. Bruxelles la nuit apparaît après analyse comme un texte très peu objectif qui offre une vision à la fois partiale et partielle du phénomène de la prostitution. D’une part, la dimension axiologique très péjorative qui domine tout le récit donne une couleur négative aux lieux visités. En s’obstinant à maintenir ce ton dépréciatif, l’auteur perd en crédibilité et maintient le lecteur dans le flou quant au message qu’il désire faire passer. Les descriptions, aussi précises soient-elles, demeurent des descriptions qualitatives de Bruxelles : l’auteur dépeint des tableaux impressionnistes et colorés de la capitale, ce qui biaise également la vision de l’espace qu’il propose. D’autre part, bien que les lieux cités soient référentiels, la liste qui en est donnée n’est pas exhaustive. Les informations dont dispose Mario Aris, un Français immigré, entraînent une vision biaisée de l’espace bruxellois et de ses lieux de prostitution, selon ses propres connaissances territoriales, bien limitées. Les sources que nous avions à notre disposition pour effectuer notre comparaison géographique ont montré la sélection arbitraire des lieux opérée par l’auteur.

31Cependant, Bruxelles la nuit, par-delà ses travers, offre au final davantage d’informations que ne l’aurait fait un traité géographique objectif. La subjectivité fait sens. L’axiologie très péjorative de l’ouvrage découle d’une caricature de discours abolitionniste bourgeois, qui révèle l’une des façons dont la prostitution était traitée à l’époque. En outre, l’aspect qualitatif des descriptions est également signifiant, il nous donne à voir le cosmopolitisme d’une ville en plein développement, et, au travers des portraits types des personnages décrits, les valeurs et les tares que l’on reconnaissait aux habitants des zones décrites.

32En outre, il reste difficile d’appréhender le phénomène de la prostitution cachée dans sa globalité, vu le peu de sources disponibles sur ce sujet plus spécifique. Le livre d’Aris reste l’un des seuls témoignages sur lesquels les spécialistes peuvent s’appuyer afin d’étudier la prostitution cachée de cette époque. De plus, cette physiologie, aussi peu objective soit-elle, nous donne un aperçu assez détaillé de l’atmosphère qui régnait dans les cafés dédiés à la prostitution, ainsi que de certains quartiers populaires avant le voûtement de la Senne. Notons à titre d’exemple cette magnifique description de la rue du Cirque, qui reste un témoignage unique sur les quartiers populeux du nord de la ville, aujourd’hui disparus :

La rue du Cirque est incontestablement une des rues les plus mal famées de la ville. Elle en est aussi la plus lugubre et la plus triste. À dix heures du soir, c’est affreux. On s’enfonce dans la boue jusqu’à mi-jambe, et quand, après avoir suivi la rue de la Fiancée, longé la Senne, vous traversez ce pont de bois humide sur lequel votre pied glisse et que vous vous trouvez dans cette rue sombre, à peine éclairée des lueurs tremblotantes de quelques becs de gaz maladifs, vous éprouvez une impression de dégoût. C’est le pressentiment de ce que vous ressentirez en sortant. Les maisons sont noires… Elles ont l’air pourries par les émanations de la rivière puante, leur voisine […] (BN, ii, p. 25) (Fig. 3).

33Cet ouvrage, pour littéraire qu’il soit, reste un outil précieux pour comprendre un sujet trop souvent éludé par les historiens.

Fig. 3 Photographie du pont de bois de la rue du Cirque, avant le voûtement de la Senne, 1868, AVB.

Fig. 3 Photographie du pont de bois de la rue du Cirque, avant le voûtement de la Senne, 1868, AVB.
Haut de page

Notes

1 Aris (Mario), Bruxelles la nuit, Physiologie des établissements nocturnes de Bruxelles, étude de mœurs, volume 1, Bruxelles, Chez tous les libraires, 1868, p. 1. Tous les extraits cités proviennent de cette première édition conservée à la Bibliothèque royale de Belgique et désormais abrégée BN suivi d’un chiffre romain indiquant le volume.

2 Modèle inspiré du système médico-carcéral français de Parent-Duchâtelet. Voir Parent-DuchÂtelet (Alexandre-Jean-Baptiste), dir., De la prostitution dans la ville de Paris, considérée sous les rapports de l’hygiène, de la morale et de l’administration, Paris, Éditions J.-B. Baillière et fils, 1836.

3 Sartorius (Francis), « Un dénonciateur de la débauche », dans Aris (Mario), Bruxelles la nuit, physiologie des établissements nocturnes de Bruxelles, Bruxelles, Labor, 1994, p. 84.

4 Ibidem.

5 Archives de la Ville de Bruxelles, recensement 1866, reg. R282.

6 Archives de la Ville de Bruxelles, doc rj 26587 avb, selon Sartorius (Francis), Tirs croisés : la petite presse bruxelloise des années 1860, Tusson, Du Lérot, 2004, p. 92.

7 Ibidem.

8 Van Den Dungen (Pierre), « L’Université libre de Bruxelles au temps des Crocodiles », dans Draguet (Michel), dir., Rops – De Coster, une jeunesse à l’Université libre de Bruxelles, Bruxelles, Université libre de Bruxelles, Groupe de recherche en art moderne, 1996, p. 98.

9 Sartorius (Francis), Tirs croisés : la petite presse bruxelloise des années 1860, op. cit., p. 101.

10 Ibidem, p. 100.

11 Ibidem, p. 154.

12 Un extrait de cet article est disponible dans la première édition de Bruxelles la nuit en postface, ainsi que la réponse d’Aris publiée sous le nom Les Petits Mystères amoureux de l’Office de publicité. Voir Aris (Mario), Bruxelles la nuit, op. cit., postface, p. 4.

13 Dur jugement pour un éditeur aussi sulfureux qu’Auguste Poulet-Malassis. Poulet-Malassis (Auguste), Bulletin trimestriel, Paris, s.n. d’éd., 1870, cité par Gay (Jules), Bibliographie des ouvrages relatifs à l’amour, aux femmes, au mariage, 3e édition, J. Gay et fils éditeurs, 1871, p. 72.

14 Ibidem, p. 72-73.

15 À la fin du dixième fascicule, Aris affirme avoir reçu de nombreuses lettres lui indiquant des cafés qu’il ne connaissait guère. Les cinq derniers fascicules sont ainsi composés des cafés que ses lecteurs lui avaient indiqués. Voir Aris (Mario), Bruxelles la nuit, op. cit., 1868, vol. 1, p. 156.

16 Il s’agit de l’édition de 1868 que nous avons déjà mentionnée. Nous avons basé l’ensemble de notre analyse sur cette première édition. Nous avions tout d’abord commencé notre travail avec l’édition la plus récente, Aris (Mario), Bruxelles la nuit, physiologie des établissements nocturnes de Bruxelles, Bruxelles, Labor, 1994. Cependant, il s’est avéré que cette édition était incomplète. L’édition de 1868 répertorie 29 cafés, tandis que l’édition de 1994 n’en reprend que 18. Nous ne sommes pas parvenues à comprendre la logique de sélection des éditions Labor. Nous pensons que l’éditeur s’est basé sur des fascicules lacunaires pour effectuer cette édition. Voir « Tableaux des établissements de Bruxelles la nuit » (fig. 2), les établissements en gras sont absents de l’édition Labor.

17 Aris (Mario), Bruxelles la nuit, physiologie des établissements nocturnes de Bruxelles, Bruxelles, Éditions Ch. Sacré-Duquesne, 1871. Cette édition présente quelques légères différences avec l’ouvrage de 1868, mais rien de significatif.

18 La physiologie est un terme médical désignant la science du vivant depuis Hippocrate. Tout au long du xixe siècle, la physiologie est une discipline très importante qui constitue la base de toute étude de pathologie. Ardaillou (Raymond), « Physiologie », dans m/s Médecine sciences, vol. 19, n° 5, 2003, p. 517, version disponible en ligne sur http://www.erudit.org/revue/ms/2003/v19/n5/006612ar.pdf, dernière consultation le 30 juillet 2014. Les écrivains français du xixe siècle reprendront ce terme afin de dénommer un genre littéraire. La physiologie « désigne alors des études de mœurs appliquées, souvent avec humour, à divers thèmes de sociétés […] » (StiÉnon [Valérie], « Physiologie », dans Aron [Paul], Saint-Jacques [Denis] et Viala [Alain], dir., Le Dictionnaire du littéraire, Paris, Presses universitaires de France, coll. Quadrige, 2010, p. 572).

19 StiÉnon (Valérie), « Physiologie », dans Grassin (Jean-Marie), éd., ditl (Dictionnaire international des termes littéraires), http://www.ditl.info, dernière consultation le 3 août 2014.

20 Ibidem.

21 Ibidem.

22 Sartorius (Francis), op. cit., 2004, p. 87.

23 Cette veine humoristique pastichait les contes de fées du xviie siècle, en leur donnant parfois des allures grivoises. Notons par exemple la Belle au Bois Rêvant de Catulle Mendès, où une noble courtisane finit par se prostituer dans le Paris du xixe siècle. Voir MendÈs (Catulle), « La Belle au Bois Rêvant », dans Lacassin (Francis), dir., Si les fées m’étaient contées… 140 contes de fées de Charles Perrault à Jean Cocteau, Paris, Omnibus, 2003.

24 Cité dans la postface de la réédition Labor, p. 4.

25 Ainsi, bien qu’il décrive le plus souvent des endroits populaires, l’auteur n’opère pas de réelle distinction entre les établissements fréquentés par les hautes classes et par les basses classes sociales. Aris dénonce la prostitution de toutes les couches sociales.

26 Notons que les physiologies sont influencées par les ouvrages de vulgarisation scientifique, et empruntent à ces derniers leur goût pour la classification et l’étiquetage des personnes en « types » bien particuliers et essentialisés. Ainsi, il est normal qu’Aris essentialise les caractères des personnes qu’il décrit selon leur lieu de naissance et de résidence. StiÉnon (Valérie), « Physiologie », dans Grassin (Jean-Marie), éd., ditl, http://www.ditl.info, dernière consultation le 3 août 2014.

27 Nous pensions pouvoir déterminer leur adresse exacte, en cherchant par exemple dans les Almanachs du commerce et de l’industrie de 1868, mais notre recherche fut infructueuse. En effet, peu de ces établissements y étaient listés, de plus la diversité de fonctions de ceux-ci, ainsi que leur discrétion, rendaient ces derniers difficiles à répertorier. Almanachs du commerce et de l’industrie, site de la Ville de Bruxelles, http://www.bruxelles.be/artdet.cfm?id=6332&PAGEID=5070&startrow=11&foldername=AC_1868#.

28 Á savoir Huberty (Colette) et Keunings (Luc), dir., La Prostitution à Bruxelles au xixe siècle. Les Cahiers de la Fonderie, n° 4, 1987, p. 3-21.

29 Une mutation du marché de la prostitution s’opère à l’époque qui nous intéresse. Les mœurs évoluent et des lieux de prostitution inédits apparaissent, comme les cafés-restaurants, où des « soupeuses de restaurant » accueillent les clients dans les cabinets privés, ou encore les tavernes, où des « serveuses prétextes » offrent leurs services. Ibidem, p. 14.

30 Huberty (Colette) et Keunings (Luc), dir., La Prostitution à Bruxelles au xixe siècle, op. cit., 1987, p. 11.

31 Sartorius nous indique précisément les trois adresses de résidence d’Aris durant son séjour à Bruxelles. Aris réside au 76 rue Neuve dès 1866, puis au 38 rue Saint-Jean d’octobre 1868 à octobre 1869 et enfin au 13 rue Damier chez l’imprimeur Fischlin. Sartorius (Francis), Tirs croisés : la petite presse bruxelloise des années 1860, op. cit., p. 88.

32 Soulignons encore qu’Aris était un expatrié français, sa connaissance du territoire bruxellois était donc assez limitée.

33 Huberty (Colette) et Keunings (Luc), dir., La Prostitution à Bruxelles au xixe siècle, op. cit., 1987, p. 11.

34 Ibidem, p. 10.

35 Ibidem, p. 11.

36 Il est à noter que la majeure partie de ces quartiers disparaîtront avec les grands travaux opérés sous le règne de Léopold ii. Notre-Dame-aux-Neiges sera démoli entre 1875 et 1885, pour faire place à de grandes artères bourgeoises. Ce quartier se nomme maintenant « quartier de la Libération ». Le quartier des Minimes sera « assaini » avec la construction du Palais de justice et la démolition d’une grande partie des Marolles entre 1866 et 1883. Le quartier Saint-Roch sera entièrement rasé à la fin du xixe siècle pour laisser place au Mont des Arts. Enfin, les quartiers du nord seront totalement modifiés suite au voûtement de la Senne qui se fera de 1868 à 1871. Demey (Thierry), Bruxelles, chronique d’une capitale en chantier, tome 1, Du voûtement de la Senne à la jonction Nord-Midi, Bruxelles, Éditions Paul Legrain, 1990.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 Exemple d’illustration de Henry Bodart dans la 3e édition
URL http://textyles.revues.org/docannexe/image/2622/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 608k
Titre Carte 1. Rues concernées par la prostitution au xixe siècle
URL http://textyles.revues.org/docannexe/image/2622/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 792k
Titre Carte 2. Cafés cités dans Bruxelles la nuit (Mario Aris, 1868)
URL http://textyles.revues.org/docannexe/image/2622/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 776k
Titre Carte 3. Quartiers concernés par la prostitution au xixe siècle
URL http://textyles.revues.org/docannexe/image/2622/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 752k
Titre Fig. 3 Photographie du pont de bois de la rue du Cirque, avant le voûtement de la Senne, 1868, AVB.
URL http://textyles.revues.org/docannexe/image/2622/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 401k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Fanny Paquet, Gaëlle Graindorge et Camille Lhote, « Géographie de la débauche », Textyles, 47 | 2015, 31-49.

Référence électronique

Fanny Paquet, Gaëlle Graindorge et Camille Lhote, « Géographie de la débauche », Textyles [En ligne], 47 | 2015, mis en ligne le 01 décembre 2015, consulté le 23 juin 2017. URL : http://textyles.revues.org/2622 ; DOI : 10.4000/textyles.2622

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org