Navigation – Plan du site
Bruxelles, une géographie littéraire

Bruxelles à la page. Une approche littéraire de l’espace bruxellois au xixe siècle

Tatiana Debroux
p. 13-29

Texte intégral

  • 1 Citation extraite d’une compilation du travail de Park (Robert E.) et Burgess (Ernest W.), The City(...)

« We are mainly indebted to our writers of fiction for our more intimate knowledge of contemporary urban life. »
(Robert E. Park, 1925)1

1Les grands bouleversements que connurent les villes européennes durant la deuxième moitié du xixe siècle marquèrent profondément leurs contemporains, à commencer par leurs habitants qui durent composer avec les travaux et les nouveautés transformant leurs anciennes cités en métropoles modernes. Parmi eux, écrivains et artistes traduisirent ces changements en textes et en images, souvent neufs, qui nous offrent aujourd’hui des échos sensibles d’une réalité que les archives ne nous laissent entrevoir que partiellement.

  • 2 Celui-ci s’inscrit plus largement dans le cadre des travaux géolittéraires développés par les membr (...)

2La redécouverte de récits urbains écrits à cette époque et prenant pour décor la ville de Bruxelles est à l’origine du présent article2 : entre la moitié du xixe siècle et le début du xxe, de nombreux auteurs – Bruxellois ou visiteurs – se sont inspirés de la capitale belge et de sa morphologie particulière pour écrire leurs œuvres. La ville en métamorphose fascine et devient un sujet récurrent, « à la page », dans la littérature produite dans ce contexte. À la lecture de certains de ces récits, il apparaît que l’espace urbain prend bien plus d’importance qu’une simple scène que parcourent les personnages : la ville est un sujet à part entière, un moteur de l’action, un vecteur à travers lequel les écrivains expriment leurs sentiments ambigus par rapport aux changements de l’ère industrielle.

  • 3 Pensons au travail précurseur de Moretti : Moretti (Franco), Atlas du roman européen (1800-1900), P (...)

3Si l’étude de la dimension spatiale dans les productions littéraires a déjà prouvé sa pertinence et son originalité3, face aux récits urbains elle semble incontournable.

4Clef de lecture des intrigues, l’espace – et la manière dont il est traité – peut aussi être intéressant pour comparer différents genres discursifs. Trois récits de nature différente ont donc été analysés, en suivant une méthodologie identique sur le plan de la lecture et du référencement des mentions spatiales. L’établissement de cartes de synthèse des récits a permis leur confrontation et la mise en évidence de traits communs ou distinctifs. Véritables outils d’analyse et de dialogue interdisciplinaire, ces cartes nous permettent aussi de comparer l’espace décrit et les pratiques urbaines incarnées par les personnages avec les connaissances produites par les historiens et géographes, sur la base de sources plus traditionnelles. À travers l’exercice de cartographie des récits urbains, c’est aussi une géographie de la représentation des villes qui se dessine.

Du Diable aux Exotiques : trois récits de la deuxième moitié du xixe siècle

5Les trois ouvrages étudiés, bien que de genres différents – un roman, un récit de voyage et un exemple de littérature panoramique –, relèvent tous d’une littérature dite référentielle et s’inscrivent dans la mouvance réaliste ou naturaliste. Ancrés dans un espace concret, la ville de Bruxelles, et truffés de références spatiales détaillées, ils se prêtent aisément au jeu de l’analyse spatiale et historique.

  • 4 Hymans (Louis Salomon) et Rousseau (Jean-Baptiste), Le Diable à Bruxelles, Bruxelles, Librairie pol (...)
  • 5 La littérature panoramique est un genre littéraire français à succès dont le modèle se trouve dans (...)

6Le premier d’entre eux et le plus ancien, Le Diable à Bruxelles (1853), est un ouvrage rédigé par deux polygraphes bruxellois, Louis Hymans et Jean-Baptiste Rousseau4. Jeunes diplômés, ayant découvert la ville en tant qu’étudiants, les auteurs entreprennent de décrire Bruxelles sous un angle panoramique, marqué par une prétention à l’exhaustivité dans leur propos, dans les thèmes et les lieux abordés. Il s’agit pour eux non seulement de porter attention à l’espace urbain mais aussi, bien que dans une moindre mesure, aux pratiques de ses habitants. Les quatre tomes du Diable à Bruxelles – ce personnage qui s’introduit partout et à qui on ne peut rien dissimuler – comportent donc une dimension de « sociologie spontanée », très intéressante sur le plan historique. À travers vingt-quatre chapitres centrés sur des espaces ou des groupes socioprofessionnels particuliers (ce qui rappelle les physiologies, autre exemple de littérature panoramique5), les auteurs nous font découvrir un grand nombre de lieux bruxellois et donnent une description précise des personnages qui les fréquentent et des pratiques qui s’y développent. Ce faisant, ils ne manquent pas d’exprimer leur ressenti par rapport aux observations qu’ils font, particulièrement en ce qui concerne les transformations économiques, sociales et culturelles à l’œuvre dans la capitale.

  • 6 En ce qui concerne Bruxelles, des travaux célèbres sont ceux d’Édouard Ducpétiaux, inspecteur génér (...)

7Ce type de littérature référentielle présentant les différentes facettes de la ville, y compris les moins reluisantes, est alors très en vogue en Europe. À une époque où les villes entament leur croissance industrielle et se développent à un rythme soutenu – singulièrement Bruxelles, première ville du continent à développer le chemin de fer et puissance économique en devenir –, la précarisation d’un nombre croissant de travailleurs et des conditions de vie en ville vont être à l’origine de réflexions nouvelles en matière de santé publique et de logement, traduites par des enquêtes sociales de grande ampleur6. Leurs résultats vont non seulement intéresser les édiles bruxellois et les institutions en charge de la santé et des conditions de vie, mais ils influenceront aussi de manière très forte certains journalistes et écrivains.

8À travers des récits de nature documentaire, comme celui d’Hymans et Rousseau, ou des textes fictionnels, les écrivains réagissent aux transformations radicales en train de s’opérer dans les villes européennes, lesquelles deviennent au cours du siècle de grandes métropoles industrielles interconnectées et cosmopolites. Le développement de la littérature réaliste, dont Le Diable à Bruxelles peut être perçu comme une préfiguration, se situe dans ce contexte ; il traduit la volonté des auteurs de montrer la ville telle qu’elle est, loin du fantastique et de la littérature romantique. Les deux autres textes dont il est question appartiennent pour leur part à la veine naturaliste, qui s’est développée à la suite du courant précédent.

  • 7 Huysmans (Joris-Karl), « Carnet d’un voyageur à Bruxelles », dans Le Musée des deux mondes, 1, 15 n (...)
  • 8 On sait que l’auteur se rendit à Bruxelles en 1876 afin de faire publier un ouvrage menacé de censu (...)
  • 9 Dans la nouvelle intitulée « La Toison d’or », Gautier écrit : « Il saisissait admirablement bien t (...)

9Le second récit traite d’un voyage à Bruxelles accompli par Joris-Karl Huysmans ; il fut publié en 1876 sous forme de court récit de voyage à vocation documentaire dans la revue Le Musée des deux mondes7. Cet écrivain français d’ascendance hollandaise, issu d’une famille d’artistes, publiera tout au long de sa vie des textes prenant l’art comme sujet et qui se distinguent par l’utilisation d’un vocabulaire très travaillé. Sa première publication littéraire, Le Drageoir aux épices (1874), se présente d’ailleurs sous la forme de transpositions d’œuvres d’art en poèmes en prose, notamment une scène de kermesse peinte par Brueghel. Cette passion pour l’art se retrouve également dans le récit qui nous intéresse. Dans le Carnet d’un voyageur à Bruxelles, relatant sur un mode partiellement autobiographique un voyage effectué par l’auteur à Bruxelles8, Huysmans met en scène un voyageur français décontenancé par ce qu’il découvre de la ville. Il préfère s’enfermer dans les musées pour apprécier une Belgique rêvée plutôt que de se confronter à ce que son guide de voyage avait passé sous silence. Cet aspect du récit fait directement écho à ce qu’Hippolyte Taine nommait la « théorie des milieux ». L’idée de découvrir une ville à travers ses musées reflète les liens décrits par Taine entre un territoire, son peuple et ses productions artistiques ; elle se réfère aussi à la vision pittoresque qui consiste à imaginer une ville à travers la peinture, selon le modèle de Fromentin et Thoré-Bürger (autre voyageur français exilé à Bruxelles sous le Second Empire) ou encore de Théophile Gautier lorsqu’il décrit l’idéal de blondeur féminine recherché en Belgique par un jeune Français9.

  • 10 Réédité à l’initiative de la Région de Bruxelles-Capitale : Nizet (Henri), Bruxelles rigole… Mœurs (...)
  • 11 Brogniez (Laurence), « Marie Nizet », dans Gubin (Éliane), éd., Dictionnaire des femmes belges, Bru (...)

10La présence de voyageurs français à Bruxelles dans la seconde moitié du xixe siècle est à mettre en relation avec un certain libéralisme politique et intellectuel bruxellois, qui favorisa l’accueil des proscrits du Second Empire. Les Français ne sont toutefois pas les seuls Européens à visiter la capitale belge. Dans le troisième récit, Bruxelles rigole… Mœurs exotiques, un roman d’Henri Nizet publié en 1883 chez l’éditeur Kistemaeckers10, il est question d’une colonie estudiantine étrangère. À travers les aventures de Michel Milostaki, étudiant grec, l’auteur nous dépeint les mœurs et les pratiques urbaines d’une bohème cosmopolite qu’il a fréquentée de près étant jeune, à la pension tenue par son père11. Les « exotiques », dont l’auteur raconte les aventures et les déboires sentimentaux avec une désapprobation manifeste, fréquentaient quelques espaces de Bruxelles en particulier et certains types de lieux où l’on pouvait voir sans être vu, où se nouent les relations entre personnages et les rebondissements de l’intrigue.

Le Diable à Bruxelles (1853) : une vision panoramique tronquée

Le Diable à Bruxelles (1853) : une vision panoramique tronquée

Contexte historique et spatial

  • 12 Les deux premiers chapitres du Diable à Bruxelles sont en cela exemplaires : décrivant d’abord les (...)

11À travers les trois textes étudiés se dessine la transition d’une vision panoramique et pittoresque de la ville vers un discours cosmopolite, qui correspond aux évolutions de la société bruxelloise durant les décennies 1850-1880. Si le premier récit affiche la volonté de dépeindre les caractéristiques des lieux à travers leur description détaillée, il n’est pas exempt de considérations nostalgiques sur le vieux Bruxelles bousculé par le développement de la modernité et les habitudes nouvelles qu’apportent les voyageurs12. Les deux autres textes illustrent les modifications survenues dans les pratiques urbaines du fait des hybridations culturelles propres au développement du cosmopolitisme. Si celles-ci sont importantes dans le déroulement des récits et dans les choix de lieux opérés par les auteurs, la localisation même de ces lieux traduit d’autres bouleversements, urbanistiques cette fois.

  • 13 A contrario, il est intéressant de noter que les travaux réalisés dans les Marolles, un autre quart (...)

12Bruxelles, on l’a dit, connaît de grandes transformations durant la deuxième moitié du xixe siècle. Bien que remontant déjà à quelques décennies, les boulevards qui ont remplacé la seconde enceinte bruxelloise tiennent une place importante dans Le Diable à Bruxelles. En 1853, le voûtement de la Senne et le percement des boulevards centraux ne sont pas encore réalisés ; de même, les auteurs n’accordent que peu d’importance aux nouveaux faubourgs en voie d’urbanisation, leur préférant l’évocation des espaces verts qui bordent la ville. Vingt ans plus tard, la situation a changé : de nouveaux faubourgs se sont développés à l’est de la ville (notamment Ixelles), avec une vie sociale, culturelle et intellectuelle importante qui fait d’eux le théâtre de quelques pérégrinations du voyageur français de Huysmans et du héros grec de Nizet. Dans le centre, les grands travaux du voûtement de la rivière marquent durablement le bas de la ville, tandis que les travaux d’assainissement puis l’embourgeoisement du quartier populaire de Notre-Dame-aux-Neiges (à partir de 1874) impressionnent fortement leurs contemporains, dont fait partie Henri Nizet13.

  • 14 Nizet (Henri), Bruxelles rigole… Mœurs exotiques, op. cit., p. 48.

Jadis, la tombe dévastatrice des démolisseurs creva comme une nuée de sauterelles énormes, sur un pâté de masures croulantes, de bâtisses en ruines, l’éventra, l’ajoura, le hacha, trouant des rues nouvelles sous la pluie des gravats et des décombres. Puis des maisons modernes surgirent au caprice des architectes. Plusieurs, d’une archaïque fantaisie, en brique rouge et vieux chêne, singeant les styles flamands de la Renaissance, s’exhaussèrent de tourelles, de clochetons, de meurtrières, de lucarnes grillées ou clôturées de vitraux polychromes, se cabossèrent de balcons fermés en surplomb, s’ornèrent de ferronneries délicates, de trèfles, de pentures fouillées d’attributs bizarres : une cigogne en fonte juchée au sommet d’un pignon en doucine, une sphère armillaire découpant sur le ciel l’enchevêtrement de ses armatures.14

13Siège des aventures de la colonie exotique et de ses sorties, ce nouveau quartier prend une place importante dans le roman de Nizet, mais il n’est pas le seul : d’autres espaces, où résident les personnages, permettent à l’auteur de jouer sur les contrastes du tissu urbain.

14Par une lecture attentive des textes choisis, sensible aux mentions de lieux, nous avons synthétisé leurs dimensions spatiales à travers un travail d’inventaire d’une part, reprenant les passages et descriptions marquantes, puis par un patient travail de cartographie, capable de révéler visuellement la structure spatiale sous-jacente aux trois récits.

Méthodologie : lecture, localisation et cartographie

15L’ambition de répertorier et de cartographier les lieux décrits ou cités dans des textes littéraires se heurte à une série de problèmes, auxquels nous avons été partiellement confrontée. Premièrement, en raison de la nature référentielle des récits choisis, les auteurs ont privilégié des lieux connus du Bruxelles d’alors, qu’il s’agisse de noms de rues ou de la référence à un théâtre ou un café précis, par exemple. Ils n’en donnent pas pour autant les adresses, hormis (et dans une certaine mesure seulement) en ce qui concerne les inventaires présents dans les quatre tomes du Diable à Bruxelles. D’autres imprécisions relèvent de libertés prises par les auteurs par rapport au contexte historique : une illustration en est l’importance que Huysmans attribue à la Senne, dont les travaux de recouvrement sont pourtant antérieurs à son voyage.

  • 15 Ancêtres des annuaires téléphoniques, les almanachs commerciaux ou Annuaires du commerce et de l’in (...)

16La recension de l’ensemble des lieux présents dans les récits s’est accompagnée de la constitution d’une base de données pour chacun d’entre eux. Dans ces bases, nous avons répertorié une série d’informations relatives à leur caractérisation (nature, fréquentation, place occupée dans le récit, connotation axiologique donnée par l’auteur) et à leur positionnement dans la ville (plus ou moins précis, qu’il s’agisse d’un lieu représenté par une aire – un parc –, un trait – une rue –, ou un symbole ponctuel – une maison par exemple). Cette étape a été rendue possible par la consultation d’autres ouvrages répertoriant les lieux publics, tels que les annuaires commerciaux Mertens et Rosez15 ou des guides de voyage contemporains des récits, qui nous ont permis de compléter la plupart des adresses manquantes.

17L’étape suivante fut la localisation proprement dite des informations, leur positionnement sur une carte (ce que l’on appelle la géolocalisation). Il ne suffit pas en effet d’avoir une adresse, encore faut-il la retrouver dans un espace bruxellois en mutation, et sensiblement différent de celui d’aujourd’hui. Pour ce faire, nous avons eu recours à des plans de rues contemporains aux récits et à des documents (index de rues, annuaires, plans cadastraux) permettant la localisation, qui s’est parfois avérée être un véritable jeu de piste.

  • 16 Huvenne (Joseph), Carte topographique et hypsométrique de Bruxelles et ses environs, Bruxelles, Éta (...)
  • 17 Institut cartographique militaire, Plan de Bruxelles et de ses environs, échelle originale 1/5000e, (...)

18Nous avons opté pour l’utilisation de deux fonds de plan détaillés, permettant de représenter les espaces fictionnels dans le tissu urbain qui leur était contemporain, et offrant des éléments de repère pour interpréter les cartes produites (visibilité des boulevards ayant remplacé la seconde enceinte, appréhension de l’extension urbaine, etc.). Il s’agit, pour les deux premiers récits, d’une carte de 185816 et, en ce qui concerne le roman de Nizet, d’un document publié en 1893 par l’Institut cartographique militaire17.

  • 18 En ce qui concerne Le Diable à Bruxelles, voir Brogniez (Laurence), Debroux (Tatiana), Decroly (Jea (...)

19Finalement, en raison de la nature variée des lieux présents dans les textes, nous avons élaboré une légende commune aux trois cartes, synthétisant les lieux fréquentés par les personnages et les éléments toponymiques utilisés pour ancrer les récits dans la réalité bruxelloise (voir figures ci-jointes). Une cartographie et une lecture plus fine de l’espace des trois récits sont bien sûr envisageables à partir du travail d’inventaire et de géolocalisation entrepris18 ; toutefois, ce qui nous intéresse ici concerne la forme générale de l’espace dans les différents récits, qui répond à la fois à leur nature littéraire et au propos mis en scène par les auteurs, tout en présentant des analogies évidentes.

Trois visions de Bruxelles, différentes et semblables à la fois

Analyse spatiale

20L’espace du Diable à Bruxelles se distingue par le très grand nombre de lieux cités par les auteurs, qui semblent de prime abord englober tous les espaces de la ville, conformément aux ambitions de la littérature panoramique. À travers la typologie de lieux et de personnages mis en scène dans le récit, il est question tantôt d’espaces populaires (les Marolles, le bas de la ville commerçant), tantôt d’espaces nantis de Bruxelles (le Saint-Josse bourgeois, le Parc royal, l’évocation du quartier Léopold). Cependant, ce que l’exercice de cartographie révèle mieux que la lecture, c’est qu’il s’agit d’une vision panoramique incomplète.

  • 19 Les éditions du guide Baedeker parues au cours des décennies étudiées présentent classiquement une (...)

21Certes, usant du même procédé que les guides de voyages de l’époque, Hymans et Rousseau donnent au lecteur un aperçu de toute la ville en parcourant avec lui les boulevards des anciens remparts (Pentagone)19. Leur description des différents quartiers de Bruxelles demeure toutefois axée sur le centre-ville, alors que les faubourgs bourgeois qui ont entamé leur urbanisation depuis vingt ans à l’est ne sont présents qu’à titre d’évocation, sans que le Diable ne s’y attarde (très faible nombre de lieux comparativement au centre).

  • 20 Brogniez (Laurence), Debroux (Tatiana), Decroly (Jean-Michel) et Loir (Christophe), « Le Diable à B (...)

22D’autre part, le Bruxelles populaire que les auteurs représentent répond plus à une vision pittoresque qu’à la réalité de l’époque. Comme cela a été montré ailleurs20, la vision qu’ils offrent des Marolles passe non seulement à travers un double filtre (ils utilisent les propos d’un ami pour décrire le quartier dans leur récit), mais elle reflète aussi des Marolles truculentes, telles que les auteurs se plaisent à imaginer les espaces pauvres de la capitale. À la description détaillée des rues et des joyeux habitants des taudis des Marolles s’oppose l’absence évidente de référence aux autres quartiers populaires de Bruxelles, à l’ouest de la Senne et dans les faubourgs industriels occidentaux en développement.

23Prétendument exhaustive, la vision offerte par l’ouvrage est en fait une vision panoramique « tronquée », surinvestissant le centre-ville et masquant toute une portion de la ville pauvre, dans laquelle les deux jeunes auteurs, intellectuels libéraux, ne retrouvent pas le pittoresque correspondant à leur vision de Bruxelles.

24L’espace parcouru par le personnage partiellement autobiographique de Huysmans est à cet égard aussi révélateur : reflet d’un bref séjour dans la capitale belge, il présente une forme intéressante, celle d’un parcours touristique « dévié », en même temps qu’il s’accorde aux préoccupations artistiques de l’auteur.

25Descendu du train à la gare du Midi, au sud du Pentagone, le voyageur français démarre sa découverte de Bruxelles sur la Grand-Place (éludant le trajet à faire pour rallier ces deux endroits). Sur la place, il s’émerveille de l’architecture avec un vocabulaire choisi, comme le ferait un guide touristique. Le voyageur est alors happé par le passage d’un cortège de musiciens, qui le détourne de sa route vers les bas quartiers, dans le quadrant nord-ouest de la Ville. Hors des sentiers battus, il découvre un entrelacs de ruelles et de masures croulantes surplombant la Senne, grouillant d’une foule agitée et bruyante. Décontenancé, le voyageur s’enfuit : « J’ai fui, et retraversant Bruxelles, d’un bout à l’autre, j’ai déambulé au travers du quartier Léopold et j’ai atteint le musée Wiertz. »21

  • 22 Actuel Musée d’art ancien.

26Soudain, le récit du voyage s’interrompt, remplacé par des considérations esthétiques : au musée Wiertz, le narrateur retrouve la sérénité et une vision réconfortante de la culture locale perçue à travers le prisme de l’art des grands maîtres, admirés ensuite au Musée royal22. Le reste du séjour semble s’écouler de façon morne, n’échappant ni à la pluie ni à une impression de déjà-vu provenant de la scène culturelle locale, trop étroite et provinciale aux yeux du Parisien qui la découvre, et qui s’empresse de la quitter.

27La dernière carte présente la particularité d’une forte concentration des espaces mentionnés dans le quadrant nord-est de la ville et le faubourg d’Ixelles. Écrivant un roman de mœurs, celles d’un groupe d’étudiants étrangers qu’il condamne, Henri Nizet place une grande part de son intrigue dans des lieux interlopes, cafés, petits et grands théâtres et quartiers de prostitution. Ce faisant, l’auteur se sert des lieux pour décrire un milieu social, pour le mettre en scène et pour faire avancer son récit. L’utilisation qu’il fait de l’Éden Théâtre est à ce titre révélatrice. Lieu central du roman où le héros rencontre sa compagne, mais où il aura aussi une altercation qui précipitera son décès, le théâtre décrit fait référence à un lieu qui a réellement existé à Bruxelles dans les années 1880. L’Éden Théâtre était un grand bâtiment pouvant abriter 3 000 personnes, comportant deux cafés, des bassins et des serres. C’était aussi un endroit où l’on allait se montrer, nouer des relations sociales, et dont le décor végétal pouvait abriter des romances naissantes mais aussi des complots.

  • 23 Nizet (Henri), Bruxelles rigole… Mœurs exotiques, op. cit., p. 80.

28À travers le couple formé par Michel et la comédienne Emma Bianca, qui élit résidence dans le faubourg d’Ixelles, l’auteur du roman traduit l’attirance généralisée de la bourgeoisie bruxelloise pour les quartiers aérés de la ville, à l’écart de l’animation du centre, et encore en développement : « Ils préféraient Ixelles à cause de son aspect de province, de sa propreté, de ses bouquets de feuillage à chaque tournant. À travers le prisme de leurs enchantements, le faubourg semblait un pigeonnier, un paradis où s’étancherait la soif de tête-à-tête paisible qui les altérait. »23

  • 24 Un tel contraste existe également, dans une certaine mesure, au sein des deux autres récits analysé (...)
  • 25 Nizet (Henri), Bruxelles rigole… Mœurs exotiques, op. cit., p. 87.

29En plaçant l’histoire d’amour à Ixelles, Nizet instaure un contraste entre l’espace urbain (lieu de débauche des personnages) et la périphérie24, parée de vertus morales. À Ixelles, Emma Bianca la comédienne se transforme en ménagère, « [elle] tripotait la mangeaille elle-même, et sa joie était d’économiser – pour aller à la campagne, disait-elle. La campagne était son adoration ; à la pensée de contempler de vrais arbres et des prairies, et des vaches, elle larmoyait »25.

  • 26 Ibidem, p. 108.

30Quittant leur nid ixellois, les personnages de Nizet empruntent chaque jour le chemin qui les emmène vers l’Éden Théâtre. L’auteur décrit une journée type du couple, à travers les espaces qu’ils fréquentent : de la rue de Berlin à Ixelles, ils vont au centre-ville et y entrent par le Parc royal. Du Parc au Palais royal, ils empruntent la rue d’Arenberg pour descendre dans le bas de la ville, où la rue de l’Écuyer les mène au Café des Mille Colonnes. De là, ils évoluent dans un périmètre circonscrit par l’auteur : « Michel et Emma s’habituèrent à flâner, stationnant aux magasins, bayant aux moineaux ; ils longeaient les trottoirs, sans but, dans des limites fixes, en dehors desquelles ils ne tentèrent jamais une exploration. Ainsi le boulevard du Jardin botanique, le boulevard du Nord, la Montagne de la Cour, le Treurenberg bornèrent leurs promenades. »26

31Inscrivant le récit dans un espace réaliste et illustrant les pratiques quotidiennes d’un couple bohème (circulant dans un espace bourgeois), la description de ce parcours dans l’espace urbain introduit aussi une notion de temporalité dans le récit, faisant apparaître des espaces diurnes et nocturnes spécifiques qui rythment l’histoire et renforcent les oppositions géographiques décrites par l’auteur.

Contrastes spatiaux et thématiques

32Au-delà de l’extension spatiale des récits et des parcours que la cartographie permet d’objectiver, l’attention portée à la dimension spatiale des trois textes a révélé une série de contrastes symptomatiques des relations ambiguës que les auteurs entretiennent avec la modernité et les grands bouleversements urbains.

  • 27 Ces oppositions sont symptomatiques de la manière dont la ville est décrite, y compris dans les pub (...)

33Du point de vue spatial, le contraste fondamental de l’espace bruxellois consiste en une opposition est/ouest – soit ville haute/ville basse – calquée sur la forme dissymétrique de la vallée de la Senne. Dans les récits, la topographie de la ville se perçoit à travers des allusions à des rues pentues, mais plus encore à travers l’utilisation des termes « ville haute » et « ville basse ». Celles-ci correspondent à des environnements forts différents, déclinés en une série d’oppositions linguistiques (usage du français/usage du flamand), esthétiques (quartiers néoclassiques modernes/anciens quartiers médiévaux), sociales et fonctionnelles (institutions centrales et résidences élitaires en haut, qui semblent étrangement inhabitées/quartiers commerçants et plus populaires dans le bas, regorgeant de vie et d’animation)27.

  • 28 Huysmans, op. cit.
  • 29 Baedeker (Karl), Belgique et Hollande. Manuel du voyageur, op. cit., p. 16.

34Moins précisément détaillé, mais également fréquent, un autre contraste spatial oppose Bruxelles à la capitale française. Les comparaisons entre les deux villes rappellent le contexte social et politique dans lequel les textes ont été écrits, celui du développement du cosmopolitisme et des replis autour des cultures nationales. À travers l’observation des nouveaux lieux de sortie qui fleurissent à Bruxelles (grands cafés, nouveaux théâtres), les auteurs belges expriment des sentiments ambivalents vis-à-vis de la modernité parisienne, responsable selon eux de la disparition progressive des lieux du vieux Bruxelles. Pour le Français Huysmans, Paris sert d’étalon afin de décrire sa perception des réalités bruxelloises. Le théâtre, où il espérait trouver quelque divertissement et un abri en dehors de son « attristante » chambre d’hôtel, est sans intérêt et provincial : « Si l’on ne veut pas s’enterrer tout vif dans un théâtre, aux écoutes d’une pièce mille fois ressassée dans toutes les banlieues de France, à l’aide de quels philtres, à l’aide de quels dictames opiacées, peut-on parvenir à tuer l’interminable soirée ? »28 Pour les voyageurs français, Bruxelles est à la fois dépaysant (il faut s’habituer au tutoiement, écrit Huysmans !) et familier, car cette cité comporte de nombreux éléments – des cafés, un jardin des Tuileries (le Parc), des boulevards et son bois de Boulogne (le bois de la Cambre) – qui font d’elle un « petit Paris »29.

  • 30 Hymans (Louis Salomon) et Rousseau (Jean-Baptiste), Le Diable à Bruxelles, op. cit., tome i, p. 9.

35Sur le plan thématique, il faut encore noter un double contraste, qui répond en partie aux précédents. À travers la description des lieux (cafés, estaminets) et des personnages qui les fréquentent (des couples bien mis, des familles, des ouvriers ou des étudiants), les auteurs décrivent deux villes ; l’une ancienne et pittoresque, l’autre métamorphosée et moderne ; celle des vieux quartiers et celle des grands travaux et des nouvelles habitudes qui refaçonnent le visage de Bruxelles. « Hélas ! Nous sommes au regret de le dire, mais il nous faut commencer par constater la dégradation de nos estaminets, dégradation qui est survenue depuis qu’on les a remis à neuf. »30

  • 31 Nizet (Henri), Bruxelles rigole… Mœurs exotiques, op. cit., p. 49.

36Dans les quartiers en rénovation, ces deux mondes coexistent encore, comme à Notre-Dame-aux-Neiges : « On dirait deux villes superposées : l’une turbulente, hurluberlue, tout à la joie, l’autre farouche et rogue, soudain exhumée de la poussière des cartulaires et manuscrits vermineux et ressuscitant du moyen âge. Le contraste évoque des réminiscences romantiques par panerées, des castels et des troubadours, des tournois et des cathédrales… Les châssis du téléphone, un son de piano, une toilette tapageuse qui passe font diversion. »31

  • 32 Huysmans (Joris-Karl), « Carnet d’un voyageur à Bruxelles », op. cit.

37À la ville ancienne et sombre s’oppose une ville moderne et clinquante : les premiers quartiers dotés de l’éclairage au gaz dessinent une géographie nocturne particulière, celle des lieux de sortie qui concentrent la foule des noctambules. Les environs du Théâtre de la Monnaie en font partie, lorsque Huysmans visite la capitale en 1876 : « Les rues sont mal éclairées, le soir ; la place [la Grand-Place] est noire, les avenues désertes, toute la vie de Bruxelles se réfugie sur la place de la Monnaie et dans les galeries Saint-Hubert. »32

  • 33 Nizet (Henri), Bruxelles rigole… Mœurs exotiques, op. cit., p. 49.

38« De-ci de-là, le soir, les devantures des magasins, des tavernes, des restaurants rayonnant sur les trottoirs, les toits se profilant dans l’ombre […] »33 : les alentours de l’Éden Théâtre offrent le même contraste entre pénombre et lumière, et ce sont les vitrines brillamment éclairées des cafés, restaurants et tavernes situés près des théâtres qui attirent la bohème exotique de Nizet.

39Cette référence particulière à l’éclairage, autre élément de la modernité urbaine, est en quelque sorte une variation des contrastes précédemment évoqués. Du point de vue littéraire, cette multiplication d’antonymies caractérisant les différentes parties de la ville et leurs usages est évidemment intéressante à analyser ; pour l’historien ou le géographe, ces superpositions révèlent sous un jour original la ségrégation socio-spatiale historique de la ville, mise en scène à travers les pratiques des personnages de fiction.

Conclusion : ce que l’espace fait à la littérature, et la littérature à l’analyse spatiale

40À l’époque où paraissent les trois récits étudiés – et plus particulièrement Le Diable à Bruxelles –, l’écriture fictionnelle de la ville est encore à inventer. En l’absence de modèle et fortement marqués par l’évolution urbaine, les auteurs ont recours à des images récurrentes de la ville et à des oppositions narratives qui correspondent bien souvent à une restitution pittoresque de Bruxelles et de son organisation socio-spatiale. Pour développer leurs récits, Hymans, Rousseau, Huysmans et Nizet multiplient donc les références spatiales : l’exercice de cartographie objective visuellement le poids de celles-ci et en facilite l’analyse.

41Plus généralement, il apparaît que l’exercice de spatialisation redonne sens à une littérature que l’on peut qualifier de « topographique », ancrée dans un contexte et une actualité désormais peu accessibles au lecteur, mais que la transposition cartographique rend sensibles (Le Diable offre une lecture sociale de Bruxelles), tout comme elle les connecte à l’espace urbain contemporain.

  • 34 Une très belle illustration en est un récit enchâssé dans Le Diable à Bruxelles (tome III, troisièm (...)

42En révélant le cadre de référence des récits fictionnels, la carte permet d’observer comment les auteurs mobilisent l’espace urbain pour créer un milieu circonscrit dans lequel évoluent les personnages. À travers la mise en évidence de polarités significatives, de circulations, d’effacement de certains lieux et d’infléchissement par rapport à l’espace référentiel, l’analyse cartographique offre une porte d’entrée stimulante pour étudier ces textes, dans lesquels l’espace joue véritablement un rôle structurant et est parfois même le moteur de l’action34.

  • 35 Dans le cadre d’une présentation faite au colloque Cartographier les récits : enjeux méthodologique (...)

43Si l’espace disponible ici ne nous a permis de présenter qu’une carte synthétique de chacun des trois textes analysés, il est cependant possible d’établir d’autres types de représentations cartographiques. Celles-ci, qu’elles soient axées sur une portion du récit, un groupe de personnages ou qu’elles s’intéressent à la fréquentation des lieux cités, peuvent révéler des parcours spécifiques et des microgéographies intéressantes au cœur de l’intrigue. Les différentes époques biographiques du héros de Nizet par exemple, du jeune étudiant célibataire au jeune homme engagé dans une histoire d’amour durable, s’inscrivent dans des polarités spatiales distinctes, qui diffèrent entre elles et par rapport à l’espace fréquenté par le personnage féminin d’Emma Bianca. Selon le statut des personnages (homme/femme, statut social, âge, etc.) ou des lieux (connotation par l’auteur), selon des thématiques choisies (distinguer les lieux de mobilité ou de résidence), les usages des lieux ou encore les relations qui les unissent (dessiner des parcours), il est envisageable de produire différentes représentations des espaces qui abritent le récit35, dont la superposition permet de comprendre la structuration spatiale spécifique.

44D’autre part, la comparaison des trois cartes produites a montré que les espaces décrits par les auteurs varient en fonction de la nature des récits : l’ambition panoramique du Diable explique l’accumulation des lieux et une géographie prétendument exhaustive ; le récit de voyage est bref et se concentre essentiellement dans des lieux publics et touristiques ; les lieux des Exotiques sont concentrés autour de deux pôles principaux qui servent le propos démonstratif de l’auteur. Au-delà de cet exercice, limité à trois textes, il serait intéressant de multiplier les analyses cartographiques d’ouvrages analogues, afin de questionner l’existence de modèles spatiaux associés à la littérature référentielle et à ses genres dérivés dans la seconde moitié du xixe siècle.

  • 36 Voir notamment le tropisme prononcé qui existe sur le plan résidentiel parmi les auteurs francophon (...)

45Il a été question des distorsions présentes dans les récits étudiés par rapport à l’espace référentiel bruxellois. Celles-ci sont en partie dépendantes de l’habitus des auteurs, dont l’expérience de la ville est définie par des pratiques et des sociabilités propres à leur appartenance sociale et au monde des écrivains36. Plus fondamentalement, sur le plan littéraire, repérer les inflexions significatives par rapport à la réalité et les représenter à l’aide d’outils cartographiques permet de rendre visible la manière dont la littérature refaçonne la ville, pour élaborer une image répondant au propos de la fiction.

46Ce Bruxelles sélectif et partiel construit par la littérature ne manque pas d’intérêt non plus sur le plan de l’analyse spatiale historique. En effet, si les sources abondent pour décrire la société et l’espace bruxellois de la deuxième moitié du xixe siècle – archives, recensements, annuaires, cartes et plans, illustrations, etc. –, il reste la césure du temps, qui nous empêche d’expérimenter les façons dont on vivait à Bruxelles à cette époque. Pour combler les lacunes et donner vie aux statistiques et documents rassemblés, le recours au matériel littéraire (documentaire ou fictionnel, égodocuments – lettres, journaux intimes, etc.) s’avère très précieux.

  • 37 Rappelons toutefois que l’usage des sources historiques (et contemporaines) plus classiques peut au (...)

47À la ville décrite selon les sources plus classiques se superpose une ville vécue, que les témoignages autobiographiques ou fictionnels peuvent nous aider à capter. Le temps de sa lecture, Bruxelles rigole redonne vie à l’Éden Théâtre et au quartier Notre-Dame-aux-Neiges en transformation, mieux que ne l’expriment les plans et les documents qui en restent. Certes, l’usage de tels documents nécessite une grande prudence, puisque l’information que l’on y trouve est filtrée par la démarche de création littéraire et la subjectivité des auteurs37. Par leur nature même, ils sont cependant complémentaires des sources classiques, avec lesquelles ils doivent donc être confrontés. Nous pouvons de la sorte ajouter une dimension analytique supplémentaire à l’information apportée par les statistiques et les archives, celle de la ville vécue et de ses représentations.

48Ainsi que l’a montré l’analyse des trois textes et l’importance accordée par les auteurs à l’évolution de Bruxelles en une capitale moderne et cosmopolite, les récits (semi-)fictionnels nous permettent d’approcher les représentations associées à l’espace urbain bruxellois, de même qu’ils nous révèlent les préoccupations qui traversaient le milieu littéraire et intellectuel à propos de la ville. À travers l’œuvre des écrivains, nous accédons à une certaine perception de l’espace et de la réalité urbaine tels qu’ils les expérimentaient ; leur transcription en offre non seulement un témoignage, mais elle a pu également conditionner le regard porté sur la ville et ses problématiques par les lecteurs de l’époque. Qui sait si la littérature réaliste et « topographique » n’a pas joué un rôle dans les débats urbanistiques qui ont secoué les dernières décennies du xixe siècle, entre la vision moderne du bourgmestre Jules Anspach et celle plus patrimoniale de Charles Buls ?

  • 38 cfc-Éditions consacre par exemple une collection spécifique à la littérature référentielle bruxello (...)

49Produites dans un contexte spatial et historique spécifique, les œuvres littéraires offrent un aperçu original de la vie urbaine à l’époque étudiée, de la manière dont sont perçues les transformations à l’œuvre et de ce qui fait l’identité métropolitaine. La littérature a ainsi été un véhicule majeur des représentations de la ville au xixe siècle, à travers l’émergence du roman urbain et du phénomène des romans-feuilletons ; elle peut aujourd’hui encore faire écho aux préoccupations des citadins face aux mutations de la ville contemporaine, et apporter des clés de lecture intéressantes pour les études urbaines38.

  • 39 Caquard (Sébastien), Naud (Daniel) et Gonzalès (Rodolphe), « Esquisses géographiques des récits cin (...)
  • 40 Voir par exemple le dossier que la revue Métropolitiques leur a consacré : Simay (Philippe) et Tonn (...)
  • 41 Makagon (Daniel), « Bring on the shock troops : artists and gentrification in the popular press », (...)

50Si les problématiques actuelles des villes occidentales ne concernent plus une croissance effrénée ni le développement industriel, les questions associées à la désindustrialisation et aux mutations économiques néolibérales traversent bel et bien certains romans contemporains. D’autres supports ont aussi vu le jour : pour sentir le pouls de la ville, analyser ses représentations et la force avec laquelle celles-ci peuvent à leur tour influencer les contemporains, le cinéma39, les séries télévisées40 ou les nouveaux développements de la presse41 sont autant de médias dont on peut interroger les dimensions spatiales, et autant de nouvelles pistes qu’explorent les géographes et autres analystes de la ville pour décrypter les dynamiques urbaines contemporaines.

Haut de page

Notes

1 Citation extraite d’une compilation du travail de Park (Robert E.) et Burgess (Ernest W.), The City, Chicago, The University of Chicago Press, Heritage of Sociology Series, 1967, p. 3.

2 Celui-ci s’inscrit plus largement dans le cadre des travaux géolittéraires développés par les membres du projet de recherche interdisciplinaire micm-arc, à l’Université libre de Bruxelles (micmarc.ulb.ac.be).

3 Pensons au travail précurseur de Moretti : Moretti (Franco), Atlas du roman européen (1800-1900), Paris, Seuil, 2000.

4 Hymans (Louis Salomon) et Rousseau (Jean-Baptiste), Le Diable à Bruxelles, Bruxelles, Librairie polytechnique, 1853.

5 La littérature panoramique est un genre littéraire français à succès dont le modèle se trouve dans Les Français peints par eux-mêmes (1840-1842). Il s’agissait de montrer tous les types de Français. Ce genre a été lié par Walter Benjamin à celui des physiologies, avec qui il partage la même ambition parodique et encyclopédique. Voir entre autres StiÉnon (Valérie), La Littérature des physiologies : sociopoétique d’un genre panoramique, 1830-1845, Paris, Classiques Garnier, coll. Études romantiques et dix-neuviémistes, n° 26, 2012.

6 En ce qui concerne Bruxelles, des travaux célèbres sont ceux d’Édouard Ducpétiaux, inspecteur général des prisons et des établissements de bienfaisance, qui s’attacha notamment à dénoncer la précarité des classes ouvrières et le paupérisme en Belgique (voir Juste [Théodore], Notice sur Édouard Ducpétiaux, membre de l’Académie, extrait de l’Annuaire de l’Académie royale de Belgique, Bruxelles, Victor Devaux et Cie, 1871).

7 Huysmans (Joris-Karl), « Carnet d’un voyageur à Bruxelles », dans Le Musée des deux mondes, 1, 15 novembre 1876, vol. 8, p. 9-11.

8 On sait que l’auteur se rendit à Bruxelles en 1876 afin de faire publier un ouvrage menacé de censure à Paris : Jeannerod (Aude), « Les voyages d’art de Joris-Karl Huysmans : problèmes d’appartenance générique », p. 7, [en ligne], http://www.academia.edu/1751558/Les_voyages_dart_de_Joris-Karl_Huysmans_problemes_dappartenance_generique (consultation: 1er novembre 2014).

9 Dans la nouvelle intitulée « La Toison d’or », Gautier écrit : « Il saisissait admirablement bien tous les types réalisés dans les œuvres des maîtres, mais il ne les aurait pas aperçus de lui-même s’il les eût rencontrés dans la rue ou dans le monde ; en un mot, s’il eût été peintre, il aurait fait des vignettes sur les vers des poètes ; s’il eût été poète, il eût fait des vers sur les tableaux des peintres. » (Gautier [Théophile], Nouvelles, Paris, Alphonse Lemerre, 1898, p. 237-238). Sur la Belgique imaginée à partir de ses peintres, voir, entre autres, Brogniez (Laurence), « Nés peintres : la prédestination merveilleuse des écrivains belges », dans Aubert (Nathalie), éd., La Belgique entre deux siècles : laboratoire de la modernité. Actes du colloque international organisé par Oxford Brookes University (21-22 janvier 2004), Bern, Peter Lang, coll. Le Romantisme et après en France », vol. 12, 2007, p. 85-105.

10 Réédité à l’initiative de la Région de Bruxelles-Capitale : Nizet (Henri), Bruxelles rigole… Mœurs exotiques, Bruxelles, Labor, 1994.

11 Brogniez (Laurence), « Marie Nizet », dans Gubin (Éliane), éd., Dictionnaire des femmes belges, Bruxelles, Racine, 2006, p. 422-424.

12 Les deux premiers chapitres du Diable à Bruxelles sont en cela exemplaires : décrivant d’abord les estaminets puis les cafés, nouveaux lieux de consommation modernes importés de Paris, Hymans et Rousseau en profitent pour témoigner de la menace qui plane selon eux sur les premiers, antres d’une certaine culture bruxelloise authentique dont les seconds sont entièrement dépourvus.

13 A contrario, il est intéressant de noter que les travaux réalisés dans les Marolles, un autre quartier populaire du centre de Bruxelles et souvent décrit comme le cœur de l’âme bruxelloise, lors de la construction de l’immense Palais de justice conçu par l’architecte Poelaert (première pierre posée en 1866), ne frappent pas de la même manière l’imaginaire des auteurs bruxellois.

14 Nizet (Henri), Bruxelles rigole… Mœurs exotiques, op. cit., p. 48.

15 Ancêtres des annuaires téléphoniques, les almanachs commerciaux ou Annuaires du commerce et de l’industrie (première édition par Tarlier en 1851, édités par la maison Mertens et Rosez à partir des années 1880) rendent de nombreux services lorsque l’on s’intéresse à l’espace urbain disparu – dans les limites inhérentes à leur nature commerciale, toutefois. Recensant les occupations de tous les bâtiments de la ville, à l’exception des logements ouvriers et des parcelles en construction, les annuaires présentent l’information de trois manières : par ordre alphabétique (ce qui permet de retrouver l’adresse d’un lieu ou d’une personne), par catégories professionnelles (il est possible par exemple de recenser tous les cafés à une époque donnée) et enfin, par rue (un classement très utile, puisqu’il indique les occupations immeuble après immeuble, ainsi que les intersections entre voiries et les changements de noms éventuels s’ils sont récents).

16 Huvenne (Joseph), Carte topographique et hypsométrique de Bruxelles et ses environs, Bruxelles, Établissement géographique Vandermaelen, 1858.

17 Institut cartographique militaire, Plan de Bruxelles et de ses environs, échelle originale 1/5000e, 1893.

18 En ce qui concerne Le Diable à Bruxelles, voir Brogniez (Laurence), Debroux (Tatiana), Decroly (Jean-Michel) et Loir (Christophe), « Le Diable à Bruxelles : essai d’analyse cartographique d’un récit documentaire et fictionnel du milieu du xixe siècle », dans Comment cartographier les récits documentaires et fictionnels ? Actes du colloque de Clermont-Ferrand, 17 novembre 2012, Clermont-Ferrand, Presses universitaires Blaise Pascal, parution prévue en 2015.

19 Les éditions du guide Baedeker parues au cours des décennies étudiées présentent classiquement une promenade le long des boulevards, pour découvrir les différents aspects de Bruxelles. Extrait de l’édition de 1885 : « Quelques heures disponibles ne peuvent être guère être mieux employées qu’à une promenade autour de la ville, en suivant les boulevards. À pied, il faut pour cela 1h ½ à 2 h., mais bien des personnes préféreront faire le tour en tramway, du moins dans les quartiers du sud et de l’ouest. » (Baedeker [Karl], Belgique et Hollande. Manuel du voyageur, 12e édition, Leipzig, Baedeker, 1885, p. 44). Notons que le guide signale que toutes les portions des boulevards ne se prêtent pas de la même manière aux déambulations piétonnes, plus agréables dans le tronçon oriental, bourgeois et aristocratique.

20 Brogniez (Laurence), Debroux (Tatiana), Decroly (Jean-Michel) et Loir (Christophe), « Le Diable à Bruxelles : essai d’analyse cartographique d’un récit documentaire et fictionnel du milieu du xixe siècle », op. cit.

21 Huysmans (Joris-Karl), « Carnet d’un voyageur à Bruxelles », publié en ligne : http://www.huysmans.org/carnet.htm

22 Actuel Musée d’art ancien.

23 Nizet (Henri), Bruxelles rigole… Mœurs exotiques, op. cit., p. 80.

24 Un tel contraste existe également, dans une certaine mesure, au sein des deux autres récits analysés : la description de la promenade des anciens remparts à hauteur de Saint-Gilles dans Le Diable à Bruxelles offre un contraste entre la ville bâtie d’un côté et la vision bucolique de champs, de l’autre. La fuite du voyageur français de Huysmans s’achève, elle, dans le cossu, calme et verdoyant quartier Léopold, en dehors du Pentagone.

25 Nizet (Henri), Bruxelles rigole… Mœurs exotiques, op. cit., p. 87.

26 Ibidem, p. 108.

27 Ces oppositions sont symptomatiques de la manière dont la ville est décrite, y compris dans les publications non fictionnelles, presse et guides, qui ont pu influencer les auteurs étudiés : « Bruxelles a conservé aussi à l’extérieur un double caractère, comme sa population. La ville haute, reconstruite après le grand incendie de 1731, comprend les palais, les ministères, les hôtels du corps diplomatiques et de la noblesse et en général les habitations de la haute société, tandis que le commerce et l’industrie sont établis dans la ville basse. La partie qui caractérise le mieux cette dernière est la Grand’Place, avec son hôtel de ville splendide, ses maisons des corporations et ses autres riches monuments rappelant le moyen âge, qui en font une place comme on en rencontre rarement ailleurs. » (Baedeker [Karl], Belgique et Hollande. Manuel du voyageur, op. cit., p. 16)

28 Huysmans, op. cit.

29 Baedeker (Karl), Belgique et Hollande. Manuel du voyageur, op. cit., p. 16.

30 Hymans (Louis Salomon) et Rousseau (Jean-Baptiste), Le Diable à Bruxelles, op. cit., tome i, p. 9.

31 Nizet (Henri), Bruxelles rigole… Mœurs exotiques, op. cit., p. 49.

32 Huysmans (Joris-Karl), « Carnet d’un voyageur à Bruxelles », op. cit.

33 Nizet (Henri), Bruxelles rigole… Mœurs exotiques, op. cit., p. 49.

34 Une très belle illustration en est un récit enchâssé dans Le Diable à Bruxelles (tome III, troisième chapitre) : à travers un parcours le long des boulevards de ceinture, les auteurs racontent une histoire d’amour contrariée et mettent en scène les différenciations sociales de l’espace urbain bruxellois au xixe siècle.

35 Dans le cadre d’une présentation faite au colloque Cartographier les récits : enjeux méthodologiques et technologiques (Montréal, 12 mai 2014), nous avons exploré ces différentes dimensions, appliquées à un autre roman topographique : Suau de Varennes (Édouard), Les Mystères de Bruxelles, Bruxelles, Société typographique belge, 1844. Voir Aron (Paul), Brogniez (Laurence), Debroux (Tatiana), Decroly (Jean-Michel) et Loir (Christophe), « Du chronotope à la cartographie dynamique du récit littéraire : Les Mystères de Bruxelles (1844-45) au prisme de l’analyse spatiale » (actes en préparation).

36 Voir notamment le tropisme prononcé qui existe sur le plan résidentiel parmi les auteurs francophones bruxellois au xxe siècle, décrit par Debroux, Dozo et Vanderpelen-Diagre dans le présent volume.

37 Rappelons toutefois que l’usage des sources historiques (et contemporaines) plus classiques peut aussi être sujet à des biais d’information, mais qu’à la différence des sources fictionnelles, on y prête parfois moins d’attention.

38 cfc-Éditions consacre par exemple une collection spécifique à la littérature référentielle bruxelloise, nommée « La Ville écrite ».

39 Caquard (Sébastien), Naud (Daniel) et Gonzalès (Rodolphe), « Esquisses géographiques des récits cinématographiques canadiens contemporains », dans The Canadian Geographer/Le Géographe canadien, 56, 4, 2012, p. 508-530 ; Chilaud (Florence), Delassalle (Martin), Le Gallou (Aude) et Guinard (Pauline), « Los Angeles », dans Mulholland Drive de David Lynch. Donner à voir et à comprendre la ville postmoderne », dans Amerika, n° 9, 2013.

40 Voir par exemple le dossier que la revue Métropolitiques leur a consacré : Simay (Philippe) et Tonnelat (Stéphane), « La ville des séries télé », dans Métropolitiques, 7 novembre 2011. url : http://www.metropolitiques.eu/La-ville-des-series-tele.html

41 Makagon (Daniel), « Bring on the shock troops : artists and gentrification in the popular press », dans Communication and Critical/Cultural Studies, 7, 1, 2010, p. 26-52.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Le Diable à Bruxelles (1853) : une vision panoramique tronquée
URL http://textyles.revues.org/docannexe/image/2620/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Tatiana Debroux, « Bruxelles à la page. Une approche littéraire de l’espace bruxellois au xixe siècle », Textyles, 47 | 2015, 13-29.

Référence électronique

Tatiana Debroux, « Bruxelles à la page. Une approche littéraire de l’espace bruxellois au xixe siècle », Textyles [En ligne], 47 | 2015, mis en ligne le 01 décembre 2015, consulté le 26 juin 2016. URL : http://textyles.revues.org/2620

Haut de page

Auteur

Tatiana Debroux

ULB

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org