Navigation – Plan du site

47 | 2015
Bruxelles, une géographie littéraire

Sous la direction de Paul Aron et Laurence Brogniez
Textyles, n°47 (2015)
Informations sur cette image
252 p.
ISBN 978-2-87593-057-6

Un auteur français contemporain doté d’une certaine célébrité a intitulé un de ses romans : La carte et le territoire. De manière un peu intuitive, il enregistrait ainsi le « moment cartographique » dans lequel nous sommes entrés, comme citoyens, mais aussi comme chercheurs ou artistes.
La présente livraison de Textyles prend l’expression dans un sens un peu particulier. Elle part du constat que la carte constitue un langage qui se prête particulièrement bien au dialogue interdisciplinaire ainsi qu’à la transmission d’un savoir. Nous proposons dès lors pour la première fois d’explorer le corpus littéraire belge sous l’angle géographique, en insistant par ailleurs sur la rentabilité pédagogique et scientifique du dialogue entre « littéraires » et géographes. C’est donc de la carte en tant qu’outil et du territoire bruxellois qu’il s’agira ici, pour rendre compte de l’imaginaire urbain de nombre d’écrivains des XIXe, XXe et XXIe siècles. Certains d’entre eux sont quasiment tombés dans l’oubli, et ils devront donc à cette approche géocritique de revenir au premier plan. Tel est le cas de Mario Aris, mais aussi de George Garnir, d’Émile Leclercq ou de Pierre Bourgeois. L’enquête s’étend aussi à des écrivains importants, comme ceux de La Jeune Belgique ou Christian Dotremont, et aux contemporains Mina Oualdlhadj et Pie Tshibanda. Tous ces auteurs ont habité et rêvé leur ville ; nous parcourrons à leur suite les textes qui sont la trace de leurs passages.

  • Revues.org