Navigation – Plan du site
Chroniques
Comptes rendus

Laserra (Annamaria), Leclercq (Nicole) et Quaghebeur (Marc), dir., Mémoires et antimémoires littéraires au xxe siècle. La Première Guerre mondiale

Bruxelles, pie-Peter Lang, coll. Documents pour l’Histoire des Francophonies, n° 15, 2008, 2 volumes, 426 et 339 p.
Roland Baumann
p. 225-229
Référence(s) :

Laserra (Annamaria), Leclercq (Nicole) et Quaghebeur (Marc), dir., Mémoires et antimémoires littéraires au xxe siècle. La Première Guerre mondiale, Bruxelles, pie-Peter Lang, coll. Documents pour l’Histoire des Francophonies, n° 15, 2008, 2 volumes, 426 et 339 p.

Texte intégral

1Cet ouvrage en deux volumes, co-dirigé par Marc Quaghebeur, publie les actes d’un colloque organisé en 2005 à Cerisy-la-Salle par les Archives et Musée de la Littérature et l’Université de Salerne. Inspiré par les Antimémoires d’André Malraux, où « l’Histoire côtoie la fiction, mais pas au sens de sa narration réaliste », cet ensemble de textes scientifiques centrés sur la Première Guerre mondiale et ses retentissements dans la littérature, esquisse un « parcours à l’intérieur de l’Histoire et de la Littérature de la Grande Guerre », mettant en relation les regards de critiques littéraires et d’historiens. Se limitant au théâtre de la guerre sur le front Ouest, les 33 contributions publiées analysent successivement les témoignages et positions d’écrivains célèbres qui n’ont pas participé au conflit (Rolland, Eeckhoud, Proust, etc.), pour s’intéresser ensuite aux récits de toute une variété d’auteurs, acteurs, « chantres » ou témoins de la guerre, écrits en 1914-1918 ou dans l’entre-deux-guerres, tentant d’évaluer la contribution de la littérature à l’organisation de la mémoire collective de la Grande Guerre. « Rebrassages de la mémoire historique » : les contributions rassemblées dans la troisième partie de l’ouvrage explorent les rapports entre l’écriture de l’Histoire et celle de la fiction et la question du pacifisme. Une quatrième partie, « Lointains après-coups d’une mémoire toujours vivace » s’attache surtout à la prise en charge de la guerre dans la fiction narrative belge, puis deux sections finales de cet imposant ouvrage présentent « quelques figures presque transhistoriques » de l’Histoire de 1914-1918 telles la guerre des gaz et la figure de l’infirmière, ainsi que deux récits de « derniers témoins » du conflit. Une perspective très large donc pour des contributions dont la diversité montre la richesse du patrimoine littéraire inspiré par la Grande Guerre. J’évoquerai brièvement ici quelques-unes de ces contributions, qui combinent l’analyse comparative des sources historiques avec l’analyse des textes littéraires et concernent des auteurs belges.

2Comme le note Sophie De Schaepdrijver, le déclenchement du grand conflit provoque une véritable « mobilisation culturelle ». La Belgique envahie, « nation héroïque d’abord, martyre ensuite », occupe une place majeure dans l’imaginaire de guerre des pays de l’Entente. Dans l’entre-deux-guerres, le démantèlement de cet imaginaire de guerre voit la réhabilitation de personnalités auparavant réprouvées, tel Georges Eekhoud, écrivain francophone de racines flamandes, mis au pilori dans la presse à la Libération, et pénalisé aussi sur le plan professionnel par les autorités de la Ville de Bruxelles, pour ce qu’on jugeait alors comme son manque de patriotisme durant l’Occupation. Mais l’historienne remarque : « l’image du vieil écrivain rebelle jetant son gant à la figure de l’idéologie nationaliste belliqueuse simplifie au point de déformer ». Le journal intime d’Eekhoud, demeuré à Bruxelles sous la botte allemande, permet de suivre le cheminement de sa pensée : lors de l’entrée en guerre et du début de l’Occupation, « Eekhoud se fait le chantre de la Belgique héroïque tout comme ses célèbres confrères Verhaeren et Maeterlinck ». Initialement, il « participe pleinement à la diabolisation de l’Allemagne ». Mais ensuite, l’image d’une ville dominée par le « chacun pour soi », la veulerie et la délation domine sa vision. Son regard d’écrivain y perçoit donc surtout « l’envers de la Belgique héroïque » : au lieu de souder la communauté nationale, l’Occupation la désintègre ! Hanté par la crainte de la déchéance sociale, Eekhoud en vient vite à considérer l’occupant comme un rempart face à « l’anarchie et la racaille ». Soucieux de sa gloire littéraire, il n’applique donc pas la consigne patriotique de ne rien publier tant que la Belgique est occupée, et signe en février 1916 un contrat avec l’Insel-Verlag qui publie ses œuvres dans une « Série flamande » à fins de propagande. Eekhoud est un des rares écrivains belges à avoir accepté une telle offre, ce que ses contemporains patriotes ne lui pardonneront pas. Après la guerre, ceux qui veulent réhabiliter l’écrivain rebelle, « chantre des ouvriers et des marginaux », mettront en valeur sa qualité de Maître de la littérature belge, qualifiant ses censeurs patriotes de ratés de la littérature et de « pygmées » et le pacifisme international fera de lui un héros du refus de la guerre...

3À travers l’œuvre d’écrivains belges réputés de l’entre-deux-guerres (Adolphe Hardy, Martial Lekeux, Laurent Lombard et Robert Goffin), Laurence van Ypersele analyse l’évolution de la représentation d’héroïques patriotes de la Résistance civile en Belgique (tels les Grandprez, Raoul Jacobs ou le commissaire Radino), aujourd’hui tombés dans l’oubli. L’immédiat après-guerre dans le pays endeuillé est marqué « par le culte des héros dont la mort est la gloire de la Patrie vivante et victorieuse ». De 1918 à 1924, alors que partout en Belgique s’érigent des monuments aux morts et que le culte des morts pour la patrie maintient le sens du conflit, les nombreuses publications de récits hagiographiques assurent à nos héros et martyrs la survie dans la mémoire collective. Mais dans toutes ces histoires édifiantes, les patriotes héroïques « se ressemblent étrangement ». La comparaison avec la figure du soldat est omniprésente chez ces civils exemplaires, agissant en véritables « soldats de l’intérieur ». Les récits décrivent peu les actions menées par ces résistants civils, de coups d’audace en missions dangereuses, et se concentrent plutôt sur la mort face au peloton d’exécution de ces simples citoyens, hommes et femmes ordinaires. Devenus par leur martyre « de véritables héros du civisme », tous semblent périr selon un même schéma, proche du récit de la Passion du Christ. L’évocation de la barbarie teutonne contraste avec la noblesse de ces « espions » fusillés, prouvant leur désintéressement total et la pureté de leur engagement patriotique par leur sacrifice suprême. Le sang de ces martyrs, « est une semence féconde de héros » et donc « leur mort a suscité de nouvelles vocations héroïques et encouragé la combativité des soldats du front ». De 1925 à 1933, le pacte de Locarno et la détente internationale favorisent le pacifisme et la démobilisation culturelle. En réaction, les « vrais » récits de l’héroïsme civil, mêlant histoire et fiction, cherchent à prolonger le culte de la patrie en danger et à alimenter la haine du Boche. De 1934 à 1940, l’ascension au pouvoir d’Hitler remobilise les esprits. Les histoires romancées de Laurent Lombard donnent des exemples de patriotisme à la jeunesse et appellent à l’unité nationale contre les menaces fascistes et flamingantes. La solidarité et le désintéressement des « passeurs d’hommes » et agents de renseignement, bons patriotes, s’oppose à la vénalité des Allemands.

4Dans sa contribution « De la culture dans les camps de prisonniers ? », Nicole Leclercq contextualise les souvenirs de guerre de son grand-père, Albert Delahaut, fait prisonnier le 6 août 1914, lors de la bataille pour Liège, rapatrié en janvier 1919, après une longue détention dans les camps de prisonniers de Basse-Saxe. Elle retrace le parcours de son aïeul et les multiples activités culturelles organisées par les prisonniers de guerre belges : fabrication d’instruments de musique au Munsterlager et formation d’un orchestre symphonique, puis d’une compagnie dramatique. Fin décembre 1914, les prisonniers sont envoyés en masse à Soltau, où le camp des Belges comptera deux théâtres. Les Allemands produisent des albums de propagande présentant les activités culturelles des prisonniers dans les camps où orchestres, compagnies dramatiques, cercles de sport et ateliers de création artistique sont en effet actifs jusqu’en 1916. Les conséquences du blocus provoquent alors la mise au travail des prisonniers, mettant un terme à la plupart de leurs activités culturelles. Dessins et photos de la collection d’Albert Delahaut documentent l’intensité de ces activités culturelles organisées par les prisonniers, par exemple au Cosmo-Palace de Soltau dont Delahaut colle dans un cahier les programmes de théâtre. Outre Le Mariage de Mlle Beulemans de Fonson et Wicheler, le répertoire théâtral se compose surtout de pièces gaies, comédies, vaudevilles créées à Paris avant-guerre par Tristan Bernard, Georges Courteline, Eugène Brieux, etc. Il faut distraire et faire rire le public pour préserver son moral. Le Cosmo-Palace de Soltau affiche aussi des spectacles en anglais, flamand, wallon et russe. Dans son évocation de cet univers culturel, Nicole Leclercq décrit aussi les activités théâtrales dans d’autres camps de prisonniers de guerre. En juillet 1916, de nombreux prisonniers de Soltau sont transférés à Göttingen, où les Allemands veulent développer leur politique flamande bien que la majorité des Flamands résiste à l’activisme. Le Vlaamse Schouwburg de Göttingen présente plutôt des œuvres sérieuses, drames historiques ou pièces psychologiques et sociales. Suite à la visite d’un diplomate espagnol auprès duquel les prisonniers se plaignent de la direction du camp et de la politique flamande, Albert et d’autres détenus sont transférés à Cassel, camp de punition où sévissent le typhus et la dysenterie. Envoyé en kommando de travail agricole, Albert n’a quasi plus le loisir d’assister aux représentations théâtrales organisées aussi à Cassel. Au terme de cette exploration de la vie culturelle des camps de prisonniers, Leclercq note aussi les nombreuses activités sportives, les jeux (échecs, bridge, etc.), les cours et formations professionnelles, les conférences et séances de cinéma, les bibliothèques et ateliers d’arts plastiques. Pour conclure, elle souligne l’importance de « la création artistique et l’activité intellectuelle qui ont été dans ces camps à la fois un moyen de lutte contre le cafard et l’ennui, un effort de solidarité, un instrument de cohésion et de rassemblement, une manière de garde la tête haute et l’esprit en éveil... »

5Façonnant un « rebrassage » de la mémoire historique, Geneviève Warland procède à l’analyse comparative des écrits d’Henri Pirenne et d’Ernest Lavisse, deux célèbres historiens dont les visions de l’histoire nationale étaient largement diffusées dans leur pays et qui furent tous deux personnellement touchés par la guerre. Au centre de leurs propos sur le conflit figure l’énigme posée par l’Allemagne, nation civilisée et patrie de la science mais dont les crimes et les mensonges ont été cautionnés par les intellectuels allemands les plus réputés : « La question du bellicisme allemand, présente chez Lavisse avant la guerre et apparue à l’occasion du conflit chez Pirenne, imprégnera désormais leurs écrits d’un sceau indélébile. » Pour Pirenne, la victoire des Alliés contre l’Allemagne nationaliste assure la victoire de la vérité scientifique et de la vérité morale sur l’idée de race et de génie national que l’Allemagne cherchait à substituer à l’idée d’humanité. Il reproche aux historiens allemands d’avoir répondu aux sirènes du pangermanisme et considère que l’unification de l’Allemagne sous la Prusse a provoqué une décadence intellectuelle et morale sans précédent, la Prusse de Bismarck, expression la plus achevée de l’État militaire et monarchique, supplantant l’Allemagne de Goethe et de Kant. Lavisse, quant à lui, nie à l’Allemagne toute pensée authentique des Lumière et confère au combat de la France une dimension morale de lutte du Bien contre le Mal. Profondément pacifique et humaine, siège de toutes les valeurs morales, la France ne défend pas seulement son territoire mais l’humanité. Elle est l’avant-garde d’un monde meilleur. Selon Pirenne, être belge, « c’était une manière d’être européen puisque la Belgique elle-même était un microcosme de l’Europe ». Meilleur exemple d’un État libéral et d’une nation élective, la Belgique contraste avec l’Allemagne arriérée et anti-libérale. Les deux historiens inscrivent la mémoire de la guerre dans le temps long de l’histoire de la nation. La capacité de relèvement de la France dans les conflits mise en valeur par Lavisse rejoint l’idée de résistance de la Belgique à toute domination étrangère soulignée par Pirenne. L’un comme l’autre historien réduit l’Allemagne au pays porteur de tous les maux : impérialisme ou racisme. Ainsi s’établit « une ligne de démarcation entre une Europe occidentale, libre et pacifique, marquée par l’héritage de la Révolution française et une Europe orientale avide de conquête, aux structures fortement hiérarchisées et autoritaires ». Comme le souligne Warland, ces histoires sont partiales dans le jugement porté sur l’Allemagne et passent sous silence ou minimisent tout ce qui dans leur propre histoire contredit l’unité nationale ou les caractères spécifiques attribués à la nation. Ce qui explique donc la place marginale donnée par Pirenne à l’activisme flamand et au mouvement wallon. De tels procédés, atténuant les caractères négatifs de la nation au profit de ses caractères positifs, font des Histoires de Lavisse et Pirenne « de très bons exemples d’une historiographie moralisatrice et pragmatique ». Car « Lavisse et Pirenne se posent en idéologues indiquant la direction à suivre pour l’avenir de la nation, comme dépositaire de valeurs universelles et d’une mission humanitaire ».

6Quant à Pierre Schoentjes, il analyse une image mythique de 1914-1918 : la représentation des attaques au gaz dans les fictions de la grande guerre. On sait aujourd’hui que moins d’un demi pour cent des combattants morts sur le front occidental furent victimes de la guerre chimique en 1915-1918. Les gaz ne permirent à aucun des deux camps de percer le front. Comme le démontre cette réalité militaire « l’attaque aux gaz existe donc d’abord par les récits, oraux ou écrits, qui en ont été faits ». Analysant les odeurs et effets visuels attribués aux gaz par les écrivains, Schoentjes note que la littérature prend le dessus, accentuant le côté irréel de « l’univers des gaz », dominé par l’image récurrente de la vague de gaz et des « faces inhumaines » des soldats au visage couvert du masque de protection. Le plus souvent, la description des effets du gaz insiste sur toute l’horreur de l’empoisonnement. Des auteurs récents qui cherchent à documenter leurs récits de fiction se trouvent rattrapés par les bobards diffusés depuis 1914-1918, par exemple à propos de la prétendue l’efficacité du linge imbibé d’urine dont l’ammoniaque est censée transformer en cristaux inoffensif le chlore, utilisé par les Allemands à Steenstraete en 1915. Décrivant les effets mortels de cette première attaque au gaz sur le front d’Ypres, un autre auteur contemporain (Jean Rouaud) s’inspire visiblement de la réalité d’un gazage des déportés au Cyclon-B dans les centres d’extermination nazis ! Si l’image littéraire recouvre la réalité historique de la guerre des gaz, elle rend cependant présente à l’esprit toute l’horreur d’un conflit qui ne cesse de hanter les mémoires depuis cent ans.

7« Guerre juste, guerre absurde ? » Le titre donné par Luc Rasson à son approche de la Grande Guerre dans le roman contemporain français et britannique définit l’énigme de la guerre 1914-1918, pareille à « un texte dont on ignore la langue, le code et qui reste fermé à nos interprétations ». C’est le caractère insaisissable de la Grande Guerre, l’énormité de ce massacre ininterrompu, perpétré entre peuples hautement « civilisés », et dont nous sentons encore aujourd’hui toutes les conséquences désastreuses, qui « explique sans doute le succès qu’elle rencontre auprès des romanciers de la fin du xxe et du début du xxie siècles, aussi bien en France qu’en Grande-Bretagne ». Qu’il s’agisse d’un texte généalogique articulé autour du souvenir familial, ou d’un roman d’allure policière, le roman de guerre écrit en fin de siècle est le récit d’une quête ou d’une enquête, avec intrigue et suspense, vers un sens à découvrir. Il s’inscrit dans la continuité du récit de guerre pacifiste (Barbusse, etc.) et dénonce les horreurs de la guerre, en particulier en s’intéressant à la souffrance des corps. Mais l’inspiration idéologique du pacifisme d’antan a disparu : plus de grand récit idéologique, tout au plus les opinons « d’une gauche mélancolique ». Le travail sur la mémoire de 1914-1918 effectué par ce roman de guerre contemporain tend à présenter la « der des ders » comme un conflit dépourvu de justification, « dont le sens est impénétrable, bref comme une boucherie absurde ». Et Rasson de s’interroger : « l’absurdité que la littérature d’aujourd’hui tend à attribuer généralement à la Grande Guerre, n’est-elle pas une conséquence de la façon dont notre génération conçoit la Seconde Guerre mondiale, perçue, elle, comme la guerre juste par excellence ? » 1939-1945, c’est la guerre contre le mal radical, la victoire de la démocratie sur le fascisme, Auschwitz... Le Kaiser n’est pas Hitler ! La Grande Guerre ne nous paraît pas avoir droit au titre de « guerre juste » et nous prédispose donc à « décréter son absurdité » ! La lecture pacifiste de la Grande Guerre dans les années 1930 se trouve donc encore renforcée par la perception du conflit en 1939-1945 comme la « guerre juste par excellence ». Et pourtant, en 1914-1918, les adversaires étaient persuadés de lutter pour des valeurs idéologiques opposées, quasi en une guerre de religion...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Roland Baumann, « Laserra (Annamaria), Leclercq (Nicole) et Quaghebeur (Marc), dir., Mémoires et antimémoires littéraires au xxe siècle. La Première Guerre mondiale », Textyles, 47 | 2015, 225-229.

Référence électronique

Roland Baumann, « Laserra (Annamaria), Leclercq (Nicole) et Quaghebeur (Marc), dir., Mémoires et antimémoires littéraires au xxe siècle. La Première Guerre mondiale », Textyles [En ligne], 47 | 2015, mis en ligne le 01 juillet 2015, consulté le 30 avril 2017. URL : http://textyles.revues.org/2615

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org