Navigation – Plan du site
Chroniques
Comptes rendus

Dard (Olivier), Deschamps (Étienne) et Duchenne (Geneviève), dir., Raymond De Becker (1912-1969). Itinéraire et facettes d’un intellectuel réprouvé

Bruxelles, pie Peter Lang, coll. Documents pour l’Histoire des Francophonies, n 32, 2013, 409 p.
Paul Aron
p. 221-222
Référence(s) :

Dard (Olivier), Deschamps (Étienne) et Duchenne (Geneviève), dir., Raymond De Becker (1912-1969). Itinéraire et facettes d’un intellectuel réprouvé, Bruxelles, pie Peter Lang, coll. Documents pour l’Histoire des Francophonies, n° 32, 2013, 409 p.

Texte intégral

1Le présent volume publie les communications présentées au colloque tenu à Bruxelles en avril 2012. Pour la première fois, la personnalité controversée de Raymond De Becker était mise en lumière, et dans les dimensions diverses qui lui donnent consistance : ses écrits, ses amitiés et ses actes.

2Raymond De Becker est en effet pendant longtemps resté un inconnu (relativement) célèbre. Il doit sa notoriété d’une part au rôle qu’il joua comme rédacteur en chef du Soir publié sous contrôle allemand pendant les premières années de l’Occupation et, d’autre part, comme auteur d’un remarquable livre de souvenirs, Le Livre des vivants et des morts, publié en 1942, qui évoque son parcours intellectuel et nombre de ses proches, parmi lesquels bien des personnalités connues (comme Henri Bauchau, Paul-Henri Spaak ou l’abbé Leclercq). Réfugié en Suisse puis en France après son expulsion de Belgique, il y poursuit une carrière d’essayiste discret, qui n’avait jamais été analysée. Même la date de sa mort, probablement un suicide, n’était pas connue.

3Pourquoi s’intéresser aujourd’hui à ce personnage ? La fascination de nombre de chercheurs pour la période de la collaboration intellectuelle l’explique en partie. Comment en effet de nombreux intellectuels, et non des moindres, ont-ils pu se laisser entraîner dans le sillage de l’Allemagne nazie, dont bien avant la guerre déjà on connaissait parfaitement les mesures antisémites et les camps où étaient parqués ses opposants politiques ? Ceux que l’historien français Loubet del Bayle qualifiait de « non-conformistes des années trente » dans son livre éponyme (Paris, Seuil, 1969) ont été particulièrement sensibles aux mythologies d’un État fort, par anticommunisme autant que par rejet des démocraties occidentales. À force de volonté (et de nécessité), le jeune Raymond De Becker s’est imposé comme une personnalité dominante dans des milieux beaucoup plus dotés que le sien : il est devenu l’interlocuteur privilégié d’une élite catholique engagée dans la remise en cause de ses valeurs spirituelles et politiques. Tout à la fois religieux et matériel, (homo)sexuel et mondain, compromis et mystique, obsédé par l’agir autant que par la tentation de la retraite, le parcours de De Becker permet d’aborder les tensions et les contradictions d’une époque dont nous sommes loin d’être sortis.

4Quatre grandes parties organisent le volume. Dans la première, consacrée au rayonnement intellectuel des années 1920-1930, on analyse principalement les liens de De Becker avec le monde catholique (Francis Balace, Pierre Sauvage, Étienne Deschamps), avec la France (Frank Tison) et avec l’Allemagne nazie (Hubert Roland), sa place dans l’histoire du nationalisme belge (Catherine Lanneau). Viennent ensuite les années de guerre et la collaboration intellectuelle (Geneviève Duchenne, Laurent de Hepcée, Bruno de Wever, Aline Sax et Albrecht Betz). La troisième partie se penche sur l’épuration et l’après-guerre, tant en ce qui regarde la carrière même de De Becker (Frank Seberechts, Olivier Dard et Philippe Beck) que les dimensions juridiques de son combat contre la Belgique (Koen Aerts). Dans la quatrième partie enfin, les chercheurs reviennent en détail sur les relations de De Becker avec quelques grandes personnalités qui l’ont soutenu ou, parfois, voulu l’oublier, comme Paul-Henri Spaak (Michel Dumoulin), Hergé (Benoît Peeters) et Henri Bauchau (Marc Quaghebeur).

5Dans leur conclusion, Marnix Beyen et Olivier Dard énumèrent les apports historiographiques du colloque. La connaissance de l’homme De Becker a incontestablement progressé, grâce à l’exhumation de nombreuses sources inédites (notamment de la correspondance et des archives privées). Mais si l’on essaie de situer l’homme dans son temps, il reste à poser la question de la représentativité de son itinéraire. De Becker apparaît à la fois comme lié aux préoccupations d’une génération et d’un milieu, mais également comme le porteur d’une singularité marquée par son charisme personnel, ses qualités de polémiste, l’échec de sa carrière publique et l’originalité de ses recherches spirituelles et ésotériques. Il y a un De Becker mystique et un De Becker politique : deux parcours qui s’entrecroisent tout en conservant des temporalités différentes. Le mérite de ce colloque est d’avoir interrogé en profondeur ces différentes données sans les réduire à des étiquettes ou à une cohérence artificielle.

6Je rejoindrai le propos des deux historiens quand ils souhaitent que ce volume soit complété par des études plus transversales. Décentrer quelque peu le propos permettrait de situer De Becker (et nombre de ses amis) dans un contexte plus général. Ceci concerne son itinéraire particulier : à trop respecter la succession chronologique de ses prises de positions, on perd parfois de vue les constantes de son action, l’obsession de les faire connaître ou de peser sur les réflexions collectives, la certitude permanente d’être dans son bon droit en célébrant tantôt le nazisme, tantôt la psychanalyse jungienne. Cela concerne également des réalités historiques peu étudiées. Qu’en est-il de la place de l’homosexualité dans l’espace public belge de l’entre-deux guerres ? Quelles ont été les trajectoires des proches de De Becker avant-guerre, et pourquoi nombre d’entre eux ne l’ont pas accompagné dans ses erreurs ? Quels liens a-t-il entretenu avec les milieux jungiens et « traditionnels » en France, et quelles étaient les orientations politiques de ces milieux ? Comment décrire les structures discursives de ces orientations et leur influence sur la création littéraire ? Questions passionnantes, et questions à venir, pour lesquelles ce colloque De Becker aura ouvert maintes pistes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Paul Aron, « Dard (Olivier), Deschamps (Étienne) et Duchenne (Geneviève), dir., Raymond De Becker (1912-1969). Itinéraire et facettes d’un intellectuel réprouvé », Textyles, 47 | 2015, 221-222.

Référence électronique

Paul Aron, « Dard (Olivier), Deschamps (Étienne) et Duchenne (Geneviève), dir., Raymond De Becker (1912-1969). Itinéraire et facettes d’un intellectuel réprouvé », Textyles [En ligne], 47 | 2015, mis en ligne le 01 juillet 2015, consulté le 24 septembre 2017. URL : http://textyles.revues.org/2609

Haut de page

Auteur

Paul Aron

fnrs-ulb

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org