Navigation – Plan du site
Chroniques
Comptes rendus

Vanderpelen-Diagre (Cécile), Le Théâtre Royal du Parc, Histoire d’un lieu de sociabilité bruxellois (de 1782 à nos jours)

Bruxelles, Éditions de l’Université de Bruxelles, 2008
Svetlana Cecovic
p. 220-222
Référence(s) :

Vanderpelen-Diagre (Cécile), Le Théâtre Royal du Parc, Histoire d’un lieu de sociabilité bruxellois (de 1782 à nos jours), Bruxelles, Éditions de l’Université de Bruxelles, 2008.

Texte intégral

  • 1 Deridder (André), « L’éphémère émergence du théâtre de langue allemande au Théâtre royal du Parc à (...)

1L’article récent qu’a consacré André Deridder à « L’éphémère émergence du théâtre de langue allemande au Théâtre royal du Parc à Bruxelles (1900-1911) »1 est l’occasion de revenir sur la monographie qu’a consacrée Cécile Vanderpelen-Diagre à l’histoire de cette institution culturelle.

2Le Théâtre Royal du Parc, Histoire d’un lieu de sociabilité bruxellois (de 1782 à nos jours) est, comme son titre l’indique, une histoire du théâtre depuis ses débuts, lorsque deux entrepreneurs, les frères Bultos, reçurent de Joseph ii, l’empereur autrichien, l’autorisation de faire construire un théâtre dans le Parc de Bruxelles. L’analyse approfondie historique et sociologique du Théâtre Royal du Parc touche plusieurs aspects de l’établissement : son développement physique ainsi que son interaction avec deux instances principales : la ville de Bruxelles et le public constitué des classes en progression permanente. À part ces éléments dits « extérieurs », l’étude porte en particulier sur l’interaction souvent très complexe entre les dramaturges, la direction du théâtre et les acteurs. La question nationale et le rôle immense du théâtre dans la dynamique identitaire des Belges, notamment à partir de la fin du xixe siècle, y occupent une place privilégiée.

3À l’initiative de Charles de Lorraine, le gouverneur des Pays-Bas autrichiens dans les années qui précédèrent la grande révolution bourgeoise de 1789, le Théâtre du Parc devint un lieu de rencontres des diplomates et des nobles. Malgré les changements de régimes et les censures politiques suite à la Révolution Française, le Théâtre – qui vivait au départ à l’ombre de la Monnaie – suivit une urbanisation et plus tard une « haussmannisation » progressive de la Ville de Bruxelles, en devenant de plus en plus un endroit culturel et idéologique d’une grande importance.

4Par sa construction physique le théâtre fut non seulement un espace où on venait pour voir les spectacles, mais aussi un endroit qu’on fréquentait pour être vu. Ainsi les spectacles se déroulèrent-ils sur la scène mais aussi bien dans les loges, sous l’éclairage particulier des chandelles ou plus tard des becs à gaz. Les toilettes des dames et les types de loges furent surtout la marque de l’appartenance à une classe. Suite à la révolution, le théâtre devint le lieu unissant les classes différentes, en premier lieu l’aristocratie et la bourgeoisie. Cette dernière, en croissance progressive, commence à occuper une position centrale dans la ville et dans le théâtre lui-même. Cependant, le phénomène de l’« embourgeoisement » ne touche pas uniquement la classe qui vient au théâtre. Il est également perceptible dans les spectacles qui visent à représenter les problèmes et les pathologies différentes de la vie bourgeoise, très souvent sur un ton provocant. De cette manière, à la différence du Théâtre de la Monnaie, le lieu traditionnel des danses et des opéras, le Théâtre Royal du Parc se profila dans la représentation des vaudevilles et des mélodrames à la parisienne.

5Les spectacles se déroulaient en français aussi bien qu’en néerlandais. Les tentatives de réalisation d’un théâtre national bilingue, principalement à l’initiative de Flamands, se terminèrent par la création du Théâtre flamand, tandis que le Parc resta marqué par la prédominance de la langue française.

6L’impact de l’industrialisation marqua profondément la physionomie de la ville et des classes sociales à l’intérieur de celle-ci. Les directeurs, dont la position s’avère très complexe, se confrontent bientôt à la présence d’un public qui n’est plus exclusivement constitué d’aristocrates ou de bourgeois mais est devenu pluriel. Propriété de la Ville de Bruxelles, le Théâtre du Parc fut pratiquement le seul parmi les théâtres qui ne recevait pas les subsides récurrents de la Ville, quoique le cahier des charges établi en 1864 régularise dans une large mesure les rapports financiers entre le théâtre et celle-ci. Les directeurs ont été de plus en plus obligés de veiller attentivement à l’équilibre entre un répertoire de bonne qualité et le besoin de revenus financiers. Le but principal était de ramener les publics les plus divers au théâtre et donc de satisfaire le goût de tout le monde. Avec la direction de Garraud et Maubel (1898-1899) et surtout celle de Darmand et Reding (1899-1925), la pratique des matinées littéraires et des abonnements mensuels se mit en place avec un succès grandissant. En même temps, la Ville se montra très soucieuse du théâtre et essaya de l’exonérer de charges supplémentaires, lorsque c’était possible. Une croissance du public se déroula en parallèle avec l’augmentation des employés du théâtre. À part le dramaturge, le régisseur, son alter-ego, les artistes et la direction, les spectacles ne furent plus imaginables sans un groupement de personnel technique et administratif. L’institution du souffleur, ainsi que celle des applaudissements chargés de susciter l’enthousiasme du public, étaient presque aussi importantes que la présence des acteurs sur la scène.

  • 2 Concernant la période de guerre, Uwe-K. Ketelsen a étudié l’histoire du Deutsches Theater de Bruxel (...)

7Une amélioration des conditions financières ouvrit la porte à une autre grande question : la possibilité d’un théâtre national qui exprime la pensée et les mœurs belges et pas françaises comme c’était le cas pendant le xixe siècle, marqué non seulement par les répertoires parisiens mais aussi par l’orientation dans ce sens de la direction du théâtre. Jusqu’à Victor Reding (1899-1925), pratiquement tous les directeurs étaient Français ou avaient une expérience importante relative aux théâtres parisiens. « Lieu de belgitude », le théâtre Royal du Parc devint ensuite un lieu de la question nationale par excellence, notamment à partir de la fin du xixe siècle et après l’occupation allemande de 1914-19182. L’élite intellectuelle belge, avec Edmond Picard à sa tête, s’y engagea largement. L’inauguration du prix triennal de Littérature dramatique eut pour but d’encourager les auteurs nationaux et la représentation des pièces des auteurs belges. D’ailleurs, Maeterlinck fut joué pour la première fois sur la scène de Parc en 1892.

8La grande valeur de l’étude de Vanderpelen-Diagre est d’avoir éclairé, sur base de l’exemple du théâtre, une question très importante relative à l’identité belge, la même question que posait l’écrivain Émile Leclercq dans son texte « Romans anglais et russes. Étude de littérature comparée », publié en 1886 dans la Revue de Belgique. L’autonomie désirée des Belges par rapport à la mode parisienne devient possible par le biais de l’importation des littératures étrangères. La présence grandissante des auteurs étrangers (anglais, russes, allemands, scandinaves) permit d’une certaine façon l’inauguration d’un équilibre dans le répertoire général et la présence régulière des pièces des auteurs belges.

9Vanderpelen-Diagre divise son étude en deux parties, une consacrée aux aspects extérieurs du théâtre et à son lien avec la société et ses classes, et l’autre partie qui porte sur le théâtre lui-même, ses coulisses, et l’historique de la scène elle-même. À part l’ouvrage de Lionel Renieu sur l’histoire des théâtres bruxellois (1928) et le mémoire de fin d’études inédit de Michael Schaub qui porte sur le Théâtre du Parc sous la direction de Victor Reding (2005), une étude complète à la fois historique et sociologique d’un théâtre n’avait jamais été entreprise. Structuré autour de chapitres thématiques, quoique sans ordre strictement chronologique, l’ouvrage offre un grand plaisir de lecture et l’acquisition réelle de connaissances. Outre sa contribution à l’histoire du théâtre, à l’histoire de Bruxelles et à l’histoire de Belgique, l’étude se montre précieuse pour les chercheurs travaillant en particulier sur les représentations des auteurs étrangers, notamment allemands, russes, anglais, scandinaves, etc. Elle s’inscrit dans la continuité des études importantes sur la question de l’identité des Belges et de leur héritage culturel, comme les Balises pour l’histoire des lettres belges de langue française de Marc Quaghebeur (1998) ou La Littérature belge, précis d’histoire sociale de Benoît Denis et Jean-Marie Klinkenberg (2005).

Haut de page

Notes

1 Deridder (André), « L’éphémère émergence du théâtre de langue allemande au Théâtre royal du Parc à Bruxelles (1900-1911) », dans Béghin (Laurent) et Roland (Hubert), éd., Textyles, n° 45, Les passeurs. Médiation et traduction en Belgique francophone, 2014, p. 83-104.

2 Concernant la période de guerre, Uwe-K. Ketelsen a étudié l’histoire du Deutsches Theater de Bruxelles, lorsque le Théâtre du Parc fut réquisitionné par l’occupant à partir de la fin septembre 1915. Sous la direction de Saladin Schmitt, de nombreuses mises en scène eurent lieu jusqu’à la fin de l’occupation. Par la suite, cette expérience mena dans une continuité directe à la fondation d’une troupe propre dans le théâtre de Bochum, dans la Ruhr, le Bochumer Ensemble. Voir Ketelsen (Uwe-K.), Ein Theater und seine Stadt. Die Geschichte des Bochumer Schauspielhauses, Köln, SH-Verlag, 1999, p. 83-90.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Svetlana Cecovic, « Vanderpelen-Diagre (Cécile), Le Théâtre Royal du Parc, Histoire d’un lieu de sociabilité bruxellois (de 1782 à nos jours) », Textyles, 46 | 2015, 220-222.

Référence électronique

Svetlana Cecovic, « Vanderpelen-Diagre (Cécile), Le Théâtre Royal du Parc, Histoire d’un lieu de sociabilité bruxellois (de 1782 à nos jours) », Textyles [En ligne], 46 | 2015, mis en ligne le 01 mai 2015, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://textyles.revues.org/2607

Haut de page

Auteur

Svetlana Cecovic

Université catholique de Louvain

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org