Navigation – Plan du site
Chroniques
Comptes rendus

Roy (Philippe), Camille Lemonnier, maréchal des lettres

biographie, préface de Jean de Palacio, Bruxelles, Édition Samsa/Académie royale de langue et de littérature françaises, 2013, 372 p.
René-Pierre Colin
p. 219-220
Référence(s) :

Roy (Philippe), Camille Lemonnier, maréchal des lettres, biographie, préface de Jean de Palacio, Bruxelles, Édition Samsa/Académie royale de langue et de littérature françaises, 2013, 372 p.

Texte intégral

1C’est au cours d’un banquet fameux, le 27 mai 1883, que Georges Rodenbach décora Camille Lemonnier du titre de « Maréchal des lettres ». Max Waller avait déjà avant lui utilisé ce surnom pour désigner l’auteur d’Un Mâle : l’époque présentait souvent, non sans raison, la vie littéraire comme un combat. Combat pour la survie, car vivre de sa plume impliquait une lutte quotidienne. Combat contre les préjugés : Lemonnier fut poursuivi trois fois pour outrages aux mœurs et se heurta à de nombreuses reprises à la haine du parti catholique qui domina la Belgique pendant les quarante dernières années de sa vie.

2La solide biographie que lui consacre Philippe Roy, précise et scrupuleuse, permet de suivre parfois au jour le jour les affres d’un écrivain devenu sous le poids de la nécessité une sorte de forçat de l’écriture. Jamais on n’avait montré aussi bien à quel point Lemonnier dut se battre pour être et demeurer un écrivain professionnel. Force est de reconnaître que même ses plus grands succès ne le mirent pas longtemps à l’abri. Il ne parvint jamais, par exemple, à honorer tout à fait les contrats léonins censés lui assurer des revenus réguliers qui le liaient au journal Gil Blas, puis à l’éditeur Paul Ollendorff. Ironie du sort : en 1912, il hérita d’une petite fortune d’un de ses cousins et mourut l’année suivante !

3Massif, puissant et rubicond, ce rouquin tonitruant donna constamment une image de force et d’autorité, mais le colosse était fragile et il eut à traverser de dures épreuves intimes : divorcé une première fois en 1882 de Julie-Flore Brichot, mère de ses deux filles, il se sépara sur le tard de sa seconde épouse, Valentine Collart, la nièce du sculpteur Constantin Meunier. La perte de Frédéric, le petit Friquet, le seul enfant qu’ils avaient eu, affecta très profondément le couple. Une vie rarement sereine, donc, et quelquefois difficile, malgré les honneurs innombrables que ses pairs décernèrent au « grand Mimi ». (Ainsi le surnommait Edmond Picard.)

4Comment expliquer que cet écrivain considérable n’ait pas eu tout le succès qu’il méritait, et qu’il demeure essentiellement aujourd’hui, malgré des redécouvertes régulières, un écrivain pour universitaires ? Après avoir tenté d’obtenir, à ses débuts, le soutien de Champfleury dont l’autorité avait beaucoup faibli, il misa sur Léon Cladel. Le magistère de celui-ci n’était pas suffisant pour lui permettre de conquérir les foules. Cladel se montrait certes accueillant pour les jeunes, mais malgré son extraordinaire prestige chez les écrivains belges, son œuvre n’était pas universellement appréciée et sa situation à Paris restait bien marginale. (Huysmans après avoir recherché son appui finit par constater après la lecture d’un de ses romans, La Croix aux bœufs : « Ça m’a paru profondément emmerdant. ») Exaspéré devant les triomphes de Zola, Cladel ne cessait de mettre en garde son admirateur belge devant l’influence délétère des naturalistes. Lemonnier, médiocre stratège, n’était pas prêt à s’inféoder à l’auteur des Rougon-Macquart, si bien que ses réseaux en France demeurèrent longtemps fragiles. Il soutint cependant Zola en se ralliant à sa cause très peu de temps après la publication de J’accuse..., bien qu’il eût souvent affiché un virulent antisémitisme, en particulier dans La Fin des bourgeois.

5L’essentiel n’est pas là : l’écriture pléthorique de Camille Lemonnier, l’ampleur vertigineuse de son vocabulaire dans maints romans, masquaient des intrigues plutôt minces, nourries de temps en temps d’emprunts qui ne pouvaient passer inaperçus. Cette manière de se servir chez les autres lui valut de la part de Huysmans le surnom de « déménageur ». En fait ces « réécritures » n’entament en rien l’admiration qu’on peut lui vouer. Lemonnier est une manière d’ogre : il s’assimile les éléments de ses lectures et les fond dans une économie romanesque radicalement différente de celle de Zola et des autres naturalistes. Gourmand de mots, grand ravageur de dictionnaires, il paraît surtout soucieux de parcourir tous les registres sémantiques, ce qui plombe un peu certains de ses récits gagnés par les vertiges de l’hyperbolique. Mais les amateurs d’écriture artiste, les fervents du style décadent se régalent.

6On admire la grande richesse de la biographie de Philippe Roy qui s’adresse avant tout aux chercheurs. Dans la forêt des détails, le grand public risque en effet, parfois, de s’égarer. On découvre ici un considérable trésor de faits qui permet de suivre les multiples avatars d’un écrivain protéiforme, éminemment perméable aux influences : naturaliste et décadent pour la meilleure part de son œuvre, qu’il serait temps de rééditer complètement, naturiste à la fin de sa carrière gagnée à un idéalisme païen, à un primitivisme aujourd’hui bien désuet. Dans cette dernière période, il faut pourtant mettre à part Quand j’étais homme. Cahiers d’une femme (1907), un dernier chef d’œuvre où l’écriture enfin apaisée de Lemonnier se met au service d’un féminisme incandescent.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

René-Pierre Colin, « Roy (Philippe), Camille Lemonnier, maréchal des lettres  », Textyles, 46 | 2015, 219-220.

Référence électronique

René-Pierre Colin, « Roy (Philippe), Camille Lemonnier, maréchal des lettres  », Textyles [En ligne], 46 | 2015, mis en ligne le 01 mai 2015, consulté le 23 mai 2017. URL : http://textyles.revues.org/2604

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org