Navigation – Plan du site
Chroniques
Comptes rendus

Otten (Michel), Paysages du Nord. Études de littérature belge de langue française

réunies et présentées par Pierre Halen, Ginette Michaux et Pierre Piret, Bruxelles, Le Cri édition, 2013, 310 p.
Daniel Laroche
p. 218-219
Référence(s) :

Otten (Michel), Paysages du Nord. Études de littérature belge de langue française, réunies et présentées par Pierre Halen, Ginette Michaux et Pierre Piret, Bruxelles, Le Cri édition, 2013, 310 p.

Texte intégral

1Rééditer des articles scientifiques dont la parution s’est étalée sur plusieurs décennies constitue, pour leur auteur, une entreprise délicate. Les sujets abordés jadis peuvent avoir perdu, au moins partiellement, leur intérêt initial. L’appareil conceptuel et terminologique mis en œuvre se démode inévitablement. Les découvertes faites n’ont plus le caractère de nouveauté qu’elles avaient à l’époque. Bref, pour qu’une telle réédition soit profitable au public, elle implique au préalable une sélection judicieuse des articles, leur révision plus ou moins approfondie, sans oublier l’actualisation des références bibliographiques. Tel est le travail auquel s’est minutieusement livré Michel Otten, professeur émérite de l’ucl, avec le concours de Pierre Halen, Ginette Michaux et Pierre Piret, ce qui nous vaut aujourd’hui un beau recueil de 310 pages reflétant plus de cinquante ans de recherche (de 1958 à 2012) : Paysages du Nord.

2Quelles matières le volume brasse-t-il ? En premier lieu, le sous-titre Études de littérature belge de langue française attire l’attention, car l’appellation qui prédomina longtemps était « littérature française de Belgique » ou « lettres françaises de Belgique », titre du mémorable « Charlier-Hanse » paru en 1958. Il y a, dans cette permutation d’épithètes, le signe clair d’une affirmation identitaire, comme si notre spécificité culturelle « nordique » l’emportait sur la communauté de langue avec la France. Ce n’est donc pas avec une dévotion docile que Michel Otten a recueilli l’héritage de Joseph Hanse. Un message fondamental, quoique implicite, traverse toute sa production critique : les intellectuels ont une responsabilité particulière envers les écrivains et les artistes de leur communauté, car les créateurs, qui sont les fers de lance de celle-ci, en sont réduits à se taire ou à s’exiler s’ils ne trouvent pas chez eux l’intérêt et la reconnaissance dont ils ont besoin.

3Paysages du Nord couvre plus d’un siècle de production littéraire, de 1885 à 1990, comme en témoignent les titres des trois grandes parties : Fin de siècle et Symbolisme, Modernismes de l’entre-deux-guerres, Horizons contemporains. Tous les genres littéraires sont représentés : le roman (Lemonnier, Baillon, Mertens, etc.), la nouvelle (Hellens), la poésie (Elskamp, Périer, etc.), le théâtre (Maeterlinck, Ghelderode, Willems, etc.). Le champ d’investigation est donc à la fois vaste et varié. Quant aux auteurs abordés, ils sont forcément le fruit d’un choix, dans lequel sont intervenus certes des critères raisonnés, mais aussi des affinités secrètes. En témoigne la place éminente occupée par les écrivains symbolistes – Michel Otten en est depuis longtemps un spécialiste reconnu –, par Ghelderode ou encore par le réalisme magique : il y a chez l’auteur, dirait-on, un attrait constant pour l’irrationnel, plus précisément pour les œuvres qui présentent une apparence déroutante ou mystérieuse, mais dont les ressorts obéissent à une logique cachée qu’il s’agit précisément de mettre en lumière.

4Le langage critique dans Paysages du Nord est d’une grande limpidité. Peu de mots rares ou savants, pas de formulations abstraites ou alambiquées, aucune affirmation arbitraire. Certes, quelques vocables-clés reviennent plus souvent : le « mythe » ou l’« archétype », la « réécriture », le « carnavalesque », plus rarement le « pluriel » du texte – mais il n’y a rien d’ésotérique ou de doctrinaire dans ce lexique toujours employé à bon escient. Certes, l’on note des références répétées à des auteurs savants comme René Étiemble, Guy Michaud, René Girard, Mikhaïl Bakhtine et bien d’autres : tout simplement, l’auteur veut rendre à César ce qui est à César. D’ailleurs, les nombreuses références scientifiques du volume concernent rarement des ouvrages théoriques ou généraux, exception faite pour Girard ou Bakhtine : la plupart visent des travaux de critique littéraire ou des analyses d’œuvres. Bref, le volume que nous livre aujourd’hui Michel Otten, à travers un échantillonnage à la fois personnel et pertinent de notre littérature, témoigne d’une approche toute en minutie, en perspicacité, où l’érudition pourtant considérable n’encombre jamais la clarté du parcours analytique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Daniel Laroche, « Otten (Michel), Paysages du Nord. Études de littérature belge de langue française », Textyles, 46 | 2015, 218-219.

Référence électronique

Daniel Laroche, « Otten (Michel), Paysages du Nord. Études de littérature belge de langue française », Textyles [En ligne], 46 | 2015, mis en ligne le 01 mai 2015, consulté le 15 août 2017. URL : http://textyles.revues.org/2601

Haut de page

Auteur

Daniel Laroche

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org