Navigation – Plan du site
Chroniques
Comptes-rendus

Amanieux (Laureline), Amélie Nothomb, l’éternelle affamée

Paris, Albin Michel, 2005
Isabelle Meuret
p. 124
Référence(s) :

Amanieux (Laureline), Amélie Nothomb, l’éternelle affamée, Paris, Albin Michel, 2005, 365 p.

Texte intégral

1Ce livre n’est pas une biographie, ni véritablement un essai, annonce Laureline Amanieux, mais plutôt un parcours qui se veut avant tout littéraire. En effet, l’auteur nous fait part de ses observations et commentaires sur base de la critique et des recherches menées sur l’œuvre d’Amélie Nothomb. Mais elle puise également dans les souvenirs de famille et ses rencontres avec l’écrivain. Le résultat est un portrait « autobibliographique », pourrait-on avancer, car c’est l’œuvre nothombienne que Laureline Amanieux place au centre de son projet d’écriture. Telles des balises ponctuant un long cheminement créatif, les livres nous éclairent sur la personnalité de cet auteur prolixe, atypique, qui séduit Amanieux par son originalité et son inventivité.

2Celle-ci tente de comprendre la genèse et le développement du parcours tant littéraire que philosophique d’Amélie Nothomb, dont l’écriture est une quête perpétuelle de sens, une obsession qui répond à l’angoisse du néant. Elle est sa réponse à une enfance pour toujours révolue ; au plaisir des sens succède celui de la connaissance. L’espoir déçu d’un retour impossible au passé et la faim insatiable qui l’accompagne propulsent Amélie Nothomb sur la voie du savoir et de la création. La lecture devient un formidable outil thérapeutique pour lutter contre la béance de l’angoisse. Quant à l’écriture, elle offre de nouvelles perspectives et permet de se réinventer. La langue est à la fois la terre natale et la terre promise d’Amélie Nothomb : contrairement aux pays et aux gens qu’elle doit sans cesse quitter, les mots, eux, ne la lâchent pas, et c’est à travers le langage qu’elle forge son identité.

3Oscillant sans cesse entre plaisir et transgression, cynisme et perversité, Amélie Nothomb nous est ici présentée comme un auteur à la fois sensible, fragile et doté d’une vaste culture. Son écriture se situe à la frontière des genres, car ses romans empruntent à la mythologie, à la philosophie (jansénisme, Nietzsche, Kierkegaard) ou encore aux lettres classiques. Les dialogues donnent à ses livres la vivacité de pièces de théâtre. Quant aux personnages et aux situations fantastiques de ses romans, ils relèvent d’un réalisme magique caractéristique d’une certaine tradition littéraire belge.

4Amélie Nothomb, l’éternelle affamée nous permet de mieux connaître une écrivaine dont on se plaît le plus souvent à relater les frasques et les excentricités, mais qui revêt aussi l’étoffe d’une romancière aux succès savamment orchestrés. Amélie Nothomb cultive le libre esprit, possède une « éthique du plaisir », mais ne s’embarrasse pas de théorie esthétique. Elle joue simplement avec les mots pour évacuer l’énergie qui autrefois eut pu la consumer. Elle les dompte pour qu’ils illuminent la page et combattent l’invisibilité, sa façon à elle de « danser sur le chaos ». Laureline Amanieux parvient à nous rendre captivantes les péripéties de ce funambule excellant dans ses exercices de haute voltige.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Isabelle Meuret, « Amanieux (Laureline), Amélie Nothomb, l’éternelle affamée », Textyles, 34 | 2008, 124.

Référence électronique

Isabelle Meuret, « Amanieux (Laureline), Amélie Nothomb, l’éternelle affamée », Textyles [En ligne], 34 | 2008, mis en ligne le 12 juin 2013, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://textyles.revues.org/260

Haut de page

Auteur

Isabelle Meuret

Université Libre de Bruxelles

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org