Navigation – Plan du site
Varia

Les réseaux lettrés du diplomate-écrivain Marcel-Henri Jaspar dans les années 1960

De la raison de Renan à l’ésotérisme de De Becker
Vincent Genin
p. 185-211

Texte intégral

Introduction

  • 1 Nous renvoyons plus particulièrement à la question des journaux dans lesquels ces derniers (pour no (...)
  • 2 badel (Laurence), jeannesson (Stanislas), éd., Les Écrivains-diplomates. Pratiques, sociabilités, i (...)
  • 3 Né à Bruxelles en 1901, Marcel-Henri Jaspar est le fils de l’architecte de la cité d’Héliopolis, Er (...)

1S’il existe une historiographie relative aux écrivains-journalistes1 ou aux diplomates-écrivains2, il reste encore de nombreux champs d’étude en friche quant au rôle joué par certains diplomates (particulièrement belges), dans la promotion des lettres. Il est d’ailleurs courant que ce même promoteur, qui peut, çà et là, endosser la tunique du mécène, écrive également. Le cas que nous nous proposons d’étudier dans le cadre de cette contribution, celui de Marcel-Henri Jaspar3, est aussi méconnu que significatif.

2Quelle problématique ou questionnement pouvons-nous envisager ? L’angle d’approche que nous nous proposons de suivre se décline en quatre questions :

1° Comment le développement des moyens de communication / information a-t-il joué un rôle dans les rapports entre autorités officielles et milieux littéraires / journalistiques ?

2° Comment et pourquoi Matcel-Henri Jaspar a-t-il entretenu des relations avec les journalistes de part et d’autre de la frontière franco-belge ? Dans son intérêt personnel ?

3° Quels ont été ses rapports avec les écrivains.

4° Ces relations originales entre milieux officiels et lettrés ont-elles été l’occasion, pour le diplomate, d’émettre certaines opinions sur la société des années 1960, particulièrement riches en changements de fond ?

  • 4 Voir la réflexion, sur la période récente, de dozo (Björn-Olav), « Petits dîners entre amis (et riv (...)
  • 5 jaspar (Marcel-Henri), Souvenirs sans retouche, Paris, Fayard, 1968, p. 54-55. ; dozo (Björn-Olav), (...)

3Homme politique, entré dans la carrière diplomatique en 1940, ce francophile, étudiant successivement au Lycée français du Caire, au Lycée Lakanal de Paris et titulaire d’un baccalauréat de la Sorbonne en 1918, avant de faire son droit à l’ULB, est à la fois un homme de réseaux et un auteur. Mondain, avec ce que ce terme implique d’attitudes superficielles, mais aussi, parfois, de pudeur, Jaspar faisait en sorte que des notabilités issues d’horizons variés se rencontrent. Il en fut ainsi de certains écrivains et journalistes (souvent écrivains, par ailleurs) belges et français. En marge de cette ambition salonnarde, Jaspar ne manque pas non plus une occasion d’influer sur certaines institutions littéraires (prix, académies, clubs, associations, etc.)4, quitte à verser dans l’action politique, à laquelle en principe un diplomate, tenu par un devoir de réserve, n’est pas censé prendre part. Et puis plusieurs exemples s’imposent à lui : n’avait-il pas fréquenté, dans sa jeunesse, le salon animé par Jules Destrée (et son épouse, dite « Mimi »), rue des Minimes, où il rencontre nombre d’artistes (Colette, Sacha Guitry, Yvonne Printemps etc.)5 ?

  • 6 Elle figure dans renan (Ernest), Histoire et parole, Paris, Robert Laffont, 1984, p. 867-913.
  • 7 Il est né en 1892. Alors que Jaspar était lycéen, Aertsens lui rendait visite lors de ses permissio (...)
  • 8 Aertsens à Jaspar, 15/10/1965 (Archives générales du Royaume [dorénavant agr], Papiers Marcel-Henri (...)
  • 9 Aertsens à Jaspar, 7 et 13/4/1965 (ibidem).

4Imprégné très tôt de littérature française, Jaspar a été influencé, dans sa jeunesse, par plusieurs auteurs et penseurs hexagonaux. Citons André Siegfried. Fils d’un proche de Waldeck-Rousseau, ce dreyfusard enchaîne les échecs électoraux avant d’être un professeur reconnu dans l’entre-deux-guerres, notamment pour ses approches de sociologie électorale et de science politique. Il a publié Voies d’Israël en 1959, un essai d’interprétation de la religion juive. Comme lui, Jaspar se passionne pour le judaïsme, qui le fascine. Cet intérêt remonte à la jeunesse de l’ambassadeur : Ernest Renan, auquel Jaspar consacre une biographe remarquée en 1934, et qu’il considérait comme un modèle, n’avait-il pas écrit une Histoire du peuple d’Israël6 ? Dans un registre diamétralement opposé, à l’instar de beaucoup de gens de sa génération, Jaspar n’est pas indifférent au maurrassisme, sans pour autant l’avoir soutenu. Mais, de 1918 à 1926 (date de la mise à l’index de L’Action française par le Vatican), il a lu plusieurs œuvres de Maurras, crayon en main, ou portant sur lui, comme Les Idées de Charles Maurras d’Albert Thibaudet (NRF, 1919). En témoignent plusieurs courriers de son parent, Gaston Aertsens7, plus fasciné par l’auteur d’Antinea que l’ambassadeur. Cet ancien de Lakanal connaît Jaspar depuis 1915-19168. Ainsi Aertsens s’emporte-t-il : « L’Action française ! Maurras, Daudet, Bainville ! Il y a quarante ans. L’époque de maintes illusions et de nos vingt ans à tous deux. »9

5Conférencier apprécié pour sa faconde et son éloquence, passeur non négligeable entre les milieux des lettres belges et français des années 1960, Jaspar, son poids relatif, sa marge de manœuvre dans ces rouages, attirent l’intérêt de l’historien. Si nous ne procédons pas ici à une étude formalisée de ses réseaux, appuyée sur les statistiques, nous tenterons d’expliquer comment un diplomate peut être un maillon essentiel dans la vie littéraire d’un espace, en l’occurrence l’espace francophone, durant une période déterminée.

6Pour mener à bien cette étude, la principale source exploitée est l’importante correspondance privée entretenue par Marcel-Henri Jaspar, plus particulièrement durant l’époque au cours de laquelle il a occupé le poste très convoité d’ambassadeur de Belgique à Paris, de 1959 à 1966. C’est-à-dire pendant une tranche significative de la présidence du général de Gaulle. L’intérêt que représente le « Tout-Paris » littéraire n’est pas à démontrer. Il paraît inutile de s’étendre longuement sur ce carrefour. Il convient toutefois de distinguer les liens tissés par Jaspar avec les lettres belges, de ceux établis avec les Français. Et, au sein de la première catégorie, de discerner les auteurs belges résidant en Belgique ou, souvent à la suite de l’épuration de l’après-guerre, en France. Puis, bien entendu, viennent les auteurs français, auxquels notre propos fera parfois allusion, pour mieux se concentrer sur les Belges. Mais, l’on peut déjà citer quelques noms d’écrivains que Jaspar comptait parmi ses relations : Jules Romains, Marcel Achard, Jean Dutourd ou François Mauriac, pour les plus connus.

7Enfin, nous ne prétendons pas établir une étude globale, ni même exhaustive, mais plutôt fournir une contribution à l’estimation du poids relatif d’un diplomate dans la vie littéraire, son influence sur certaines instances et la promotion des auteurs belges en France.

L’aide fournie aux journalistes belges

Fernand Demany

  • 10 Bachelier à Jaspar, 23/3/1968 (agr, pmhj, n° 92).
  • 11 Peu loquace sur son départ à Londres en 1940, Désiré Denuit fut sans conteste un des mémorialistes (...)
  • 12 Hougardy à Jaspar, 30/9/1962 (agr, pmhj, n° 889).

8Marcel-Henri Jaspar a gardé de nombreux liens avec des journalistes belges et, indirectement, avec l’opinion belge. Notamment en vue de maîtriser l’image que l’on véhicule de lui en Belgique. L’exclusivité des reportages radiophoniques ou d’une importance notable (les Télémémoires en 1969) sur Jaspar est confiée au journaliste Armand Bachelier, connu pour son ton monocorde, manifestement séduit par son sujet ; ne notera-t-il pas en 1968, à la parution des Souvenirs : « L’histoire va rentrer dans le rang10 » ? Un de ses amis, le sénateur libéral Norbert Hougardy, contribuera à ce qu’on ne l’oublie pas en Belgique. Dans cet esprit, il lui confie en septembre 1962 : » J’ai vu Désiré Denuit11, qui est rédacteur en chef adjoint du Soir, il est à ta disposition, au cas où tu désirerais faire passer une information à ton sujet. Il suffit que tu me la fasses parvenir. Denuit est aussi de l’avis que l’on ne parle pas suffisamment de toi en Belgique. »12

  • 13 Né en 1904 à Liège (décédé en 1977 à Uccle), Fernand Demany, après un court passage au Matin d’Anve (...)
  • 14 Genin (Vincent), « La visite du roi Baudouin au général de Gaulle en mai 1961 : un climax dans les (...)
  • 15 En janvier 1961, on avait songé à créer, aux Affaires étrangères, un nouveau service d’information. (...)
  • 16 Nous ne détaillons pas ici les tenants et aboutissants d’inbel. Nous renvoyons à crisp, « Projets e (...)
  • 17 van bol (Jean-Marie), de schepper (Jacques), « D’Inbel au sfi ou l’histoire de l’organisme d’inform (...)
  • 18 Ibidem.

9Un autre journaliste de premier plan que connaît Jaspar depuis longtemps est Fernand Demany13. La manière dont il avait couvert la visite du roi Baudouin à Paris, en mai 1961, en témoigne14. En novembre 1961, on apprend que le gouvernement ambitionne de créer un Institut belge d’information et de documentation (inbel)15, tendant à informer l’étranger, d’une part, et de documenter, d’autre part, la presse belge16. William Ugeux devrait en prendre la tête. Au lendemain de la crise congolaise et de la grande grève, il avait proposé à Wigny de créer un institut en vue de « valoriser la petite Belgique à l’échelle nationale et internationale »17. En février 1961, avec Arthur Haulot et Jan Van Overloop, suivis par des politiciens et quelques banquiers, ils fondent une asbl18. En novembre, le projet en est encore à ses balbutiements. Demany remue ciel et terre afin d’obtenir une place de choix dans l’organisme. Il est persuadé que l’ambassadeur pourra plaider sa cause auprès de Paul-Henri Spaak, ministre des Affaires étrangères :

  • 19 demany (Fernand), Mourir debout. Souvenirs du maquis, Bruxelles, Germinal, 1945.
  • 20 Demany à Jaspar, 26/11/1961 (agr, pmhj, n° 553).

J’estime avoir divers titres à faire valoir : mes 40 ans de journalisme, le rôle que j’ai joué dans la Résistance19, une connaissance approfondie de l’opinion publique. Je sais que l’on m’opposera les arguments de la mauvaise foi, notamment que j’ai appartenu pendant quatre ans au Parti communiste (comme si j’étais le seul !) et la vigueur de mes polémiques passées. Je crois cependant que ce sont là mauvaises raisons. Je n’ai jamais rien sollicité de l’État. C’est la première candidature que je pose. Connaissant la sympathie que vous n’avez cessé de me témoigner, je me permets de solliciter votre appui. Ne croyez pas, cependant, que c’est avec cette arrière-pensée que je vous ai promu ambassadeur des États-Unis, dans mon reportage sur la foire de Metz ! Ne pourriez-vous, à l’occasion, soutenir ma candidature auprès de votre ministre, avec lequel je n’ai jamais eu que des rapports assez distants ? Votre appui me serait infiniment précieux20.

  • 21 Jaspar à Spaak, 29/11/1961 (agr, pmhj, n° 1611).
  • 22 Victor Larock (1904-1977), après un doctorat en Philosophie et Lettres à l’Université de Liège (phi (...)
  • 23 Jaspar à Larock, 29/11/1961 (agr, pmhj, n° 1047).
  • 24 Demany à Jaspar, 9/12 et Jaspar à Demany, 11/12/1961 (agr, pmhj, n° 553).
  • 25 Il était à la tête du ministère des Affaires étrangères, aux côtés de Paul-Henri Spaak.

10Tenant sa promesse, Jaspar le recommande à Spaak et lui demande de ne pas tenir rigueur à Demany de sa période communiste, « moi-même avant d’être un vieux pacha rassi, n’ai-je pas été un jeune Turc ? », confie Jaspar à Spaak, « Dans la vie politique, certaines attitudes de la jeunesse sont toujours preuve, à mon avis, de courage, de bonne foi, et de sincérité »21. Surchargé, Spaak ne s’intéresse pas à l’affaire. L’ambassadeur sollicite également le ministre socialiste Victor Larock22, en arguant que la période communiste de Demany était celle d’une adhésion « de bonne foi »23. En revanche, Edouard Grandry24, directeur de cabinet d’Henri Fayat25, est l’homme à convaincre. Il fera partie du Conseil d’administration de l’Inbel.

  • 26 Arnold Godin est né à Liège en 1889. Officier de réserve honoraire, bourgmestre psc de Stavelot de (...)
  • 27 Annales parlementaires, Sénat, 29/11/1961, p. 166-175.
  • 28 Ibidem.

11Fin novembre 1961, la question s’invite au Sénat. Larock confirme à Jaspar qu’il soutient Demany. Le sénateur psc de Verviers Arnold Godin26 intervient. Le gouvernement prévoit d’investir quinze millions de francs belges dans cet institut. Selon lui, il s’agirait plutôt d’une « aide technique en ce qui concerne, d’une part, la propagande belge à l’étranger et, d’autre part, les informations à fournir à l’opinion belge ou au sujet de celle-ci. L’institut exercera cette dernière partie de sa mission au moyen d’une documentation appropriée et toujours à la demande et sous la responsabilité d’un service ou d’un organisme compétents pour ce faire »27. Godin relève que les journalistes se méfient d’un tel organe, tandis que le gouvernement rétorque qu’il s’agit d’une volonté émanant de l’Association générale de la presse belge (agpb) ! Il interpelle le premier ministre psc/cvp Théo Lefèvre et lui reproche de vouloir « caser quelques protégés » dans cet institut et tente de lui faire avouer le nom du futur directeur général. Enfin, il assène que les statuts de l’agpb ne lui permettent pas de participer à un tel institut. L’Entente des directeurs de journaux de Bruxelles tient le même discours, tandis que la Fédération des journaux belge est prête à y participer. Pour Godin, l’inbel ne serait qu’une officine de propagande28.

  • 29 Annales parlementaires, Chambre, 13/6/1961, p. 13.
  • 30 Cette intervention est évoquée dans Larock à Jaspar, 30/11/1961 (agr, pmhj, n° 1047).

12Lefèvre fait son examen de conscience et avoue qu’il n’a lu le rapport relatif à l’inbel que superficiellement. Spaak est favorable au projet, mais son meilleur défenseur est le président libéral de la Chambre, Paul Kronacker. Il en avait parlé à la séance du 13 juin 1961, relative au budget du Département29. Il regrettait l’ignorance des politiciens belges en matière de public relations, de propagande, à laquelle Jaspar fut sensible de manière très précoce. Il pense que la Belgique doit s’adresser à des spécialistes de la communication, rompus à la mentalité et aux méthodes des pays dans lesquels on veut installer son influence30. Il estime que l’envoi d’hommes éminents et d’écrivains belges à l’étranger ne suffit pas pour asseoir une propagande :

  • 31 Annales parlementaires, Chambre, 13/6/1961, p. 13.

Je souhaite que le Département et nos postes extérieurs entretiennent le plus de rapports possibles avec les journalistes étrangers […]. Je me suis laissé raconter, poursuit Kronacker, qu’au plus fort de la crise congolaise, un journaliste connu se présentant à l’une de nos ambassades pour obtenir des renseignements a, avec beaucoup d’amabilité d’ailleurs, été conduit à la bibliothèque […]. Et nous nous étonnons d’avoir quelques fois [sic] mauvaise presse à l’étranger31.

  • 32 Annales parlementaires, Sénat, 29/11/1961, p. 166-175.

13On est frappé par la proximité entre ces propos et ceux de Marcel-Henri Jaspar. En novembre, Kronacker plaide pour qu’un ministère de l’Information soit mis sur pied32. Toutefois, les défenseurs de ce ministère ont du mal à dissimuler le rôle qu’ils comptent lui attribuer. S’ils en parlent comme d’un outil quasi touristique, retenons que le sujet a été mis sur le devant de la scène à la suite de la grève de l’hiver 1960-1961 et de l’affaire congolaise. Sa raison d’être est bel et bien la défense de l’image de la Belgique, malmenée durant la période qui vient de s’écouler. Et puis, ce projet de créer un ministère de l’Information résonne comme un mauvais écho aux oreilles de plus d’un politicien belge. La seule expérience du genre, éphémère (1939-1940), sous l’égide d’Arthur Wauters, et à laquelle Jaspar faillit participer, ne laissa guère un souvenir positif, par le parfum de censure qu’elle dégageait.

  • 33 ugeux (William), Entretiens avec Bernard Balteau. William Ugeux. Un témoin du siècle, Bruxelles, Ra (...)
  • 34 Il s’inspira également d’inbel (Office belge d’information et de documentation), « Information-Belg (...)

14En 1962, le gouvernement transforme inbel en établissement d’utilité publique et le dote d’un conseil d’administration pluraliste, placé sous la tutelle du premier ministre. Inspiré par le Rijksinlinchtingsbureau néerlandais de l’avant-guerre, William Ugeux défendra le rôle d’Inbel33. Cela fut, pour lui, le moyen de diffusion des idées des ministères et administrations belges, sur le canevas de procédés employés par le gouvernement belge en exil à Londres, en 194034. Cette expérience londonienne avait-elle marqué l’esprit de Jaspar, qui s’y était rendu dès juin 1940, au point d’être à l’avant-garde des public relations diplomatiques, en 1959 ? Malgré ses diverses démarches, Fernand Demany n’a pas encore obtenu gain de cause en janvier 1963. Il s’en ouvre à Jaspar :

  • 35 Demany à Jaspar, 3/1/1963 (agr, pmhj, n° 553).

Aux dernières nouvelles, l’enfant ne se présente pas trop mal. P.H. Spaak, hésitant au début, serait à présent convaincu. Il reste quelques obstacles à lever, et pas tant d’ailleurs du côté catholique. On s’accorde à me dire, notamment du côté du Soir, que j’ai beaucoup de chances. Je le souhaite d’autant plus que Le Peuple n’est plus du tout ce qu’il était au temps où j’y suis entré. En se dépolitisant, en sacrifiant de plus en plus au sensationnalisme […], il a cessé de répondre à mes aspirations. Pour tout dire, je m’y sens un peu perdu. Je pense qu’à l’Inbel, pourrai rendre quelques services. Je suis encouragé dans cette conviction par quelques bons amis, dont vous êtes35.

  • 36 denuit (Désiré), op. cit., col. 292-304.
  • 37 Demany à Jaspar, 18/1/1963 (agr, pmhj, n° 553).
  • 38 Jaspar à Demany, 21/1/1963 (ibidem).

15Demany oublie de préciser à l’ambassadeur que, comme le disait Denuit, il est à nouveau « sur le pavé »36, après avoir été remercié par Le Peuple. Il l’en informe le 18 janvier37. Jaspar continue à aider le journaliste et assure la diffusion de son livre de souvenirs, La Chasse aux canards, dans le milieu des critiques littéraires parisiens38.

Charles d’Ydewalle

  • 39 Il faudrait bien plus qu’une notice pour analyser la personnalité du chevalier Charles Van Outryve (...)
  • 40 Projet d’union politique européenne excluant toute supranationalité, et initiée par la France du gé (...)
  • 41 Claude Gignoux (1890-1966) est docteur en droit en 1910. Professeur d’économie politique, journalis (...)
  • 42 D’Ydewalle à Jaspar, 31/7/1962 (agr, pmhj, n° 1302).

16Une relation semblable unit le diplomate à Charles d’Ydewalle39, mais, au contraire de Demany, l’ancien journaliste de La Nation Belge, formé par Fernand Neuray, il n’a pas été mis au rancart. Il déborde d’activités. Passionné par la France, il souhaite, en juillet 1962 – au lendemain de l’échec du plan Fouchet40 – redorer le blason de la République en Belgique, par un grand reportage sur la « rénovation économique de la France ». D’Ydewalle espère une diffusion dans Le Soir, la presse économique et la rtb, récente héritière de l’inr. Le directeur de la sage Revue des Deux Mondes, Claude Gignoux41, l’a conforté dans ses projets. Regorgeant d’idées, d’Ydewalle manque de moyens. Il s’adresse à l’ambassadeur afin d’éveiller l’attention d’éventuels bailleurs de fonds, comme la Chambre d’industrie et de commerce de Paris. Il songe à attirer les subsides en vantant l’évolution de l’ex-Afrique française, à l’issue d’un voyage qui l’emmènerait de Dakar à Tananarive… qu’il n’a pas non plus les moyens de financer ! Ces articles francophiles seraient publiés dans le Journal de Genève et la Revue générale belge, « au tirage limité, mais qui fait autorité dans les milieux des ambassades et chancelleries »42.

  • 43 Né en 1905 à Edegem, Adrien Jans se lance dans le journalisme à la suite de son doctorat en droit. (...)
  • 44 D’Ydewalle à Jaspar, 21/8/1963 (agr, pmhj, n° 1302).
  • 45 D’Ydewalle à Jaspar, 9/9/1965 (ibidem). D’Ydewalle avait déjà publié, dans cette collection, un ouv (...)
  • 46 Jaspar à d’Ydewalle, 9/11/1965 (ibidem). Comme on le sait, d’Ydewalle lui consacrera un opuscule à (...)
  • 47 D’Ydewalle à Jaspar, 4/1/1966 (ibidem).

17Sous cette apparence hyperactive, tout ne sourit pas à Charles d’Ydewalle. Au Soir, sa position est bousculée par Adrien Jans43, directeur de la rubrique littéraire44. De plus, ses projets n’aboutissent pas. Prenons l’exemple d’un manuscrit intitulé France et Belgique, qu’il a déposé chez le directeur des éditions Plon, Georges Roditi45. Marcel-Henri Jaspar est régulièrement sollicité pour les relancer. L’ambassadeur comprend rapidement les lenteurs de la maison Plon : il obtient une promesse de publication, sous réserve de quelques passages concernant l’écrivain Robert Poulet46. Mais l’affaire n’avance pas et, à notre connaissance, ce livre ne fut jamais publié. Cet échec ne décourage pas d’Ydewalle qui rédige, en janvier 1966, un article consacré à l’histoire de l’ambassade de France à Bruxelles. Il songe à en rédiger un autre sur la rue de Tilsitt, siège de la Chancellerie de l’ambassade de Belgique à Paris47. Jaspar en serait ravi, et ne perd pas une occasion de tancer la « nouvelle » diplomatie :

  • 48 Jaspar à d’Ydewalle, 6/1/1966 (ibidem).

J’ignore quels furent mes prédécesseurs à la fin du XIXe et au début du XXe siècle. Il y a eu Leghait, le baron Guillaume (père de Jules), Gaiffier d’Hestroy, Kerchove [sic] de Denterghem, Letellier, Guillaume et ton serviteur. Je crois que depuis 1830, il n’y a pas eu plus de 14 ambassadeurs de Belgique à Paris. Tu n’ignores pas que cette stabilité est d’ailleurs fort menacée par les tendances nouvelles de notre Département48.

Raoul Tack

  • 49 Né en 1895, journaliste à la rédaction du Petit Bleu, il s’engage comme volontaire en 1914 et sera (...)
  • 50 Rappelons qu’en novembre 1947, Tack avait demandé à Georges Bidault, président du gouvernement prov (...)
  • 51 mollier (Jean-Yves), Édition, presse et pouvoir en France au xxe siècle, Paris, Fayard, 2008, p. 27 (...)
  • 52 Tack à Jaspar, 8/3/1964 (agr, pmhj, n° 1649).

18Le troisième journaliste belge – et francophile – à retenir est Raoul Tack49. Il est dommage qu’aucune étude ne se soit encore consacrée à ce personnage. Il est réputé pour être l’homme le plus décoré de Belgique. L’hebdomadaire bruxellois et libéral, Pourquoi Pas ?, en 1940, lui avait attribué les traits d’un francolâtre, « cocardier de complexion, un peu bonapartiste ». Témoin au procès du Nouveau Journal, en 1946, il avait défendu l’attitude de Léopold III lors de la Question royale (1944-1950)50. Il attire l’attention de Jaspar sur la personne du comte Ithier de Roquemaurel, Président du conseil d’administration de la société Brodard et Taupin, la plus importante imprimerie de livres en Europe et filiale industrielle de Hachette51. Administrateur de la librairie Hachette, il est le neveu de Robert Meunier de Houssoy, son président52. Roquemaurel est aussi le président des Messageries de la presse de Bruxelles, où Tack occupe un siège de conseiller. Celui-ci tentera d’obtenir, par le biais de Jaspar, un siège d’administrateur :

  • 53 Tack à Jaspar, 11/3/1964 (ibidem). Deux places sont alors vacantes au Conseil d’administration : ce (...)

Pour ma situation dans la presse belge et mes relations avec le monde officiel, il est certain que mon influence serait encore plus efficace en occupant un poste d’administrateur53.

  • 54 De Roquemaurel à Jaspar, 16/3/1964 (agr, pmhj, n° 1451).
  • 55 Allusion à l’exode du gouvernement belge à l’été 1940. Nous renvoyons à notre notice biographique s (...)
  • 56 Tack à Jaspar, 13/7/1965 (agr, pmhj, n° 1649).

19Malgré une cour effrénée, Tack n’aura pas gain de cause54. Comme Demany, il rappelle souvent l’existence de Jaspar au bon souvenir des Belges. En juillet 1965, il lui consacre un papier dans La Dernière Heure et avoue à Jaspar avoir « été assez cruel pour tes collègues demeurés à Sauveterre55, en Guyenne, où ton Ministre des Affaires étrangères avait installé son Cabinet et son habitation chez le garde-champêtre !… »56 À l’instar de Demany et d’Ydewalle, Tack peine à maintenir son rang dans le milieu de la presse belge. La concurrence est rude, l’âge avance et les cinq dernières années ne l’ont guère épargné :

  • 57 Auguste Buisseret, bourgmestre libéral de Liège jusqu’en 1965.
  • 58 Tack à Jaspar, 13/7/1965 (agr, pmhj, n° 1649).

Tu sais qu’il [de Roquemaurel] est président du conseil d’administration de l’Agence des Messageries de la Presse à Bruxelles qui, comme chez Hachette où il est directeur-général, diffuse tous nos journaux aussi bien néerlandais que d’expression française, ainsi que tous les livres des éditeurs de Belgique, de France, et des autres pays. Les messageries de la Presse à Bruxelles ont une grande importance au point de vue de l’économie du pays, leur chiffre d’affaires atteint plus de trois milliards de francs belges par an. Tu sais que j’ai pu demeurer comme conseiller dans cette affaire. C’était intéressant pour moi car, avec l’indépendance du Congo, j’avais perdu mes trois mandats d’administrateur dans des sociétés coloniales, que m’avait procurés notre ami Buisseret57 qui fut le seul – j’insiste – à faire quelque chose pour moi, lorsque j’ai dû céder mon mandat de sénateur provincial en faveur de Pierre Warnant qui n’avait pas été nommé à l’élection directe. Je pourrais t’en raconter bien d’autres à ce sujet58 !

  • 59 N’hésitons pas à parler de « gloutonnerie honorifique » de Tack, dont un des courriers commence par (...)
  • 60 Un de ses contacts au ministère était un certain Fourdin (Tack à Jaspar, 17/11/1965 [ibidem]).
  • 61 Tack à Jaspar, 20/12/1965 (ibidem).

20Nous ne détaillons pas les nombreuses affaires de décorations auxquelles Tack et Jaspar ont été mêlés59. D’ailleurs, l’ambassadeur n’était pas son seul recours au Département60. Lorsqu’il a été question d’octroyer l’ordre de la Couronne à de Roquemaurel, Tack, après avoir « travaillé » l’ensemble du cabinet de Spaak, en a conclu : « Spaak a tout intérêt à lui être agréable, puisque c’est Hachette qui publiera ses Mémoires ! »61 Ou comment s’entremêlent honneurs (non littéraires) et écriture.

Les Lettres : des amitiés particulières

  • 62 Lucien Hommel est né à Dison en 1896 et décède à Ixelles en septembre 1960. Prisonnier de guerre en (...)
  • 63 Hommel à Jaspar, 27/7/1959 (agr, pmhj, n° 287).
  • 64 Hommel à Jaspar, 18/11/1959 (agr, pmhj, n° 883).

21L’ambassadeur aime les lettres et les artistes. Il recevra les premiers échos favorables de sa présence à Paris de la plume de l’écrivain Luc Hommel62. L’homme des Scriptores catolici est aussi un auteur bien informé. Si les premiers articles de la période parisienne de Jaspar ne paraissent qu’en 1961, il conservait un long texte dactylographié, relatif au Brésil à l’époque napoléonienne, et à l’exil de Jean VI de Portugal, sur la base d’archives qu’il avait exhumées au Brésil. Hommel avait décidé de prendre en main la carrière littéraire de l’ambassadeur63. Ses séjours dans la capitale sont l’occasion de s’entretenir de nouveaux projets avec Henri Gautrelet, chargé des finances de la maison Hachette64. Comme on le sait, Hommel, décédé en septembre 1960, ne pourra poursuivre ses activités en faveur de Jaspar.

  • 65 Il est décédé en mars 1964, à bord du Viscount Turin-Naples. Il était l’auteur de La Terre de rêve, (...)
  • 66 Jaspar à d’Amfréville, 25/7/1962 (agr, pmhj, n° 30).

22Parmi ses relations, Jaspar compte des écrivains au talent souvent contesté, des mondains et des dîneurs. Citons le comte Henri d’Amfréville (1906-1964)65, éditorialiste de Combat, et auteur d’un article en juillet 1962 intitulé « La gauche est-elle encore la gauche ? »66 Ce papier a fait son effet sur Jaspar. Avec d’Amfréville, il s’ouvre sur des questions telles que l’enseignement. Le libéral Jaspar regrette amèrement toute relégation de l’école libre :

  • 67 Référence à un article que le comte a signé dans Combat le 25/3/1963. Il y réagissait à un Bloc not (...)
  • 68 Jaspar à d’Amfréville, 27/3/1963 (agr, pmhj, n° 30).

[…] nombre de catholiques reprochent à [François] Mauriac67 d’avoir écarté, sinon négligé, le problème de l’école libre dont le maintien est capital pour le réseau chrétien ; là où celle-ci disparaît, la source des vocations est tarie. Dans la perspective laïque, le catéchisme sera de moins en moins enseigné, auquel on substitue déjà le catéchisme marxiste […]68.

  • 69 Bibesco à Jaspar, 9/4/1964 (agr, pmhj, n° 193).
  • 70 de Diesbach (Ghislain), La Princesse Bibesco. La dernière orchidée, Paris, Perrin, 1986, p. 523 et (...)
  • 71 Bibesco à Jaspar, 29/9/1963 (agr, pmhj, n° 193).
  • 72 Bibesco à Jaspar, 17/3/1969 (ibidem).

23Parmi les auteurs, retenons la princesse Marthe Bibesco (1886-1973). Née Lahovary, fille d’un diplomate d’origine roumaine, elle a fréquenté la meilleure société aristocratique roumaine de la Belle Époque et a connu le succès avec son Perroquet vert, paru en 1924. Belle-fille d’une Caraman-Chimay, Bibesco avait écrit – en 1907 – un Petit conte à dormir debout, destinée à la princesse Marie-José69. Toutefois, depuis 1958, les problèmes s’accumulent pour elle. À court d’argent, elle rédige ses mémoires, pour le compte des éditions Plon70. « Cloîtrée »71 dans son appartement de l’île Saint-Louis, elle publiera ses souvenirs (La Nymphe Europe). Elle déclare en 1969 à Jaspar être « mendigote comme [le] sont les princesses, je voudrais entrer dans votre spirituelle communauté […]. Vous me ferez un plaisir qui vous donnera la satisfaction d’avoir été charitable, envers une amie tombée dans la mendicité. La maladie et la littérature font toujours bon ménage. »72

  • 73 Lilar à Jaspar, 5/2/1963 (agr, pmhj, n° 1099).
  • 74 denis (Benoît), klinkenberg (Jean-Marie), La Littérature belge. Précis d’histoire sociale, Bruxelle (...)

24D’autres femmes de lettres, à la notabilité différente, suscitent l’intérêt du diplomate, comme Suzanne Lilar et sa fille, Françoise Mallet-Joris. Épouse du ministre libéral Albert Lilar, invitée occasionnelle de l’association La Pensée belge73 (qui organisa plusieurs conférences à Paris), Lilar fait partie de ce que certains ont défini comme une « génération sacrifiée » de la littérature belge, car francophone de Flandre, à l’heure où cette tranche de la population belge entre dans une sensible phase d’isolement74. Ces deux auteurs, à l’instar de Dominique Rolin ou Véra Feyder, accompagnant un phénomène d’entrisme plus large, se sont installés à Paris, point de chute privilégié des écrivains belges prenant les chemins de l’Hexagone. Auteurs réalistes, dont plusieurs ouvrages se pencheront sur la question des francophones de Flandre, sur le ton du retour aux origines. La correspondance avec Lilar nous offre l’opportunité d’évaluer le féminisme de l’ambassadeur. Il réagit à la parution du Couple :

  • 75 Jaspar à Lilar, 28/3/1963 (agr, pmhj, n° 1099).

Vous dépassez de loin Simone de Beauvoir, et par vos connaissances réelles et aussi par la finesse de vos observations. Je ne vous cacherai pas que je n’ai point aimé le Deuxième Sexe de la compagne de Sartre. Pour Mme de Beauvoir, il semble que les femmes descendent directement des femmes sans l’intermédiaire ou la collaboration d’un homme. C’est là l’une des plus graves erreurs de Mme de Beauvoir, ce qui n’est pas votre cas. Enfin, ce compagnonnage paraît extrêmement fade75.

  • 76 Ibidem.
  • 77 Mallet-Joris est également parisienne, puisqu’elle habite alors au 4 rue Royer-Collard, dans le Ve (...)
  • 78 Jaspar à Mallet-Joris, 4/3/1963 (agr, pmhj, n° 1139).
  • 79 Nothomb à Jaspar, 9/2/1962 (agr, pmhj, n° 1274).

25Quant à Mallet-Joris, il se réjouit, en 1963, « qu’elle consent [sic] enfin à sortir de sa coquille »76. Il est séduit par sa très parisienne77 et très « nouveau roman » Lettre à moi-même, parue chez Julliard en 1963. L’auteur y aborde avec humour la question de l’introduction de nouveaux styles d’écriture. « J’ai toujours aimé votre franchise, votre manière un peu brutale mais toujours exacte d’envisager les faits et les circonstances de votre passage sur cette terre. »78 En outre, il éprouve une vive sympathie pour la duchesse Edmée de La Rochefoucauld, dont il fera de l’élection à l’Académie royale de langue et de littérature françaises de Belgique une affaire personnelle. L’obtention d’un strapontin à l’Académie prend la forme d’une campagne où l’on se soucie peu de la compétence des éventuels postulants. La lutte politique y trouve une extension, étant donné que Spaak – académicien sans avoir publié d’œuvre – est à la tête d’une frange, composée de philologues, particulièrement hostile à la désignation de la duchesse. En février 1962, le diplomate apprend que Pierre Nothomb, qui, avec Robert Goffin, soutient cette candidature depuis 1960, a obtenu le ralliement verbal de Spaak79.

26L’ambassadeur rappellera périodiquement à son ministre qu’il n’oublie pas de voter pour la duchesse et de convaincre les philologues :

  • 80 Jaspar à Spaak, 12/2/1962 (agr, pmhj, n° 1611).

Quant au plan belge, je ne puis faire assez d’éloges de Mme de La Rochefoucauld : son salon – l’un des rares qui subsiste encore à Paris – est particulièrement accueillant pour les Belges. J’y rencontre régulièrement nos écrivains, nos poètes, comme Albert Guislain, Robert Goffin, Roger Bodart, Suzanne Lilar, le Baron Nothomb, sans parler de feu Luc Hommel […]. On me dit, et je n’en doute pas, que votre avis serait définitif80

  • 81 Jaspar à Guislain, 29/10/1962 (agr, pmhj, n° 822).

27Jaspar sollicite aussi l’académicien Albert Guislain81. La duchesse sera élue à la fin de 1963 et sera honorée d’une réception organisée rue de Tilsitt. Un journaliste s’était glissé dans le cocktail :

  • 82 Archives diplomatiques et consulaires, janvier 1964, p. 36-37 (agr, pmhj, n° 1432).

[…] réception, non moins spectaculaire et brillante, chez Son Excellence et Mme Jaspar (“Betty” pour ses amis). Que fête-t-on, en cette fin d’après-midi ? L’entrée, à l’Académie Royale Belge de langue française, de la duchesse de La Rochefoucauld. La nouvelle académicienne, aux côtés de l’ambassadeur et de l’ambassadrice, serre des mains, sourit, serre des mains, sourit, serre des mains… Tout-Paris défile devant elle. Tout-Paris et André Malraux qui s’est dérangé, en personne : – Ce soir, dit-il, en baisant la main de la duchesse, ce soir, la voie royale vous est ouverte et vous la méritiez depuis longtemps82.

  • 83 Bronne à Jaspar, 6/1/1962 et Jaspar à Bronne, 9/1/1962 (agr, pmhj, n° 325).
  • 84 Nous renvoyons au dossier de la correspondance Jaspar-de Bock à ce sujet : agr, pmhj, n° 220.
  • 85 Jaspar à de Bock, 8/1/1962 (agr, pmhj, n° 408).
  • 86 Sur Brisson et le Figaro, à la fin des années 1950, voir ces mémoires récents : bouvard (Philippe), (...)

28Un autre académicien, membre du très fermé Club Interallié, Carlo Bronne, avait été mêlé aux coulisses de cette élection et avait été intéressé, en janvier 1962, par une proposition (émanant de la duchesse) de créer un Comité franco-belge, qui organiserait des cycles de conférences franco-belges en Sorbonne83. Jaspar et Bronne avaient comme relation commune l’écrivain (et conseiller d’État) Paul-Aloïse de Bock, ancien confrère de Spaak, au barreau de Bruxelles, vers 1930. Le diplomate a multiplié les contacts afin que ses Chemins de Rome – livre de souvenirs personnels – soient diffusés dans le cénacle des critiques parisiens. Il parle de son livre à l’homme de lettres – classé très à droite – Jacques de Ricaumont, qui tient l’entrefilet de Combat intitulé « La Table Ronde », à Henri Clouard, du Journal des Beaux-Arts de Bruxelles, à Robert Badinter, qui, avant de mener campagne en faveur de l’abolition de la peine de mort, était le stagiaire de l’avocat Henri Torrès et une des plumes de L’Express84. Sans oublier Pierre Brisson, directeur du Figaro, « qui joue ici, dans la vie des lettres, un rôle éminent et dont l’hôtel est fort accueillant pour mes écrivains belges »85 note Jaspar86.

29L’ambassadeur s’intéresse aux activités de la Société des gens de lettres, liée au duc de Castries ; celui-ci remarque que le nombre de contrats signés avec la presse belge, pour la publication de romans (sous forme de feuilletons) est en nette diminution. Ce recul de la présence des écrivains français dans les journaux belges attise la curiosité du diplomate. Un intérêt parfaitement justifié d’ailleurs, à l’aune de ses relations dans la presse bruxelloise. Il tente de trouver des solutions et dédramatise :

  • 87 Jaspar à Castries, 10/2/1964 (ibidem).

Je partage, vous le savez, votre désir et celui de vos collègues de la société des gens de lettres, de voir réserver en Belgique la place de choix qui revient aux écrivains français. Je n’avais pas jusqu’à présent, je vous l’avoue, l’impression que cette situation privilégiée pût être menacée, mais je ne mets pas en doute le pointage effectué à ce sujet par la société des gens de lettres. […] Il m’est évidemment difficile […] de préconiser des remèdes à la situation que vous décrivez. En Belgique, comme en France, la presse est libre et les directeurs et responsables de quotidiens et hebdomadaires n’acceptent guère de suggestions quant à la composition de leurs périodiques. L’engouement pour la littérature étrangère en traduction est, je crois, un phénomène assez général dans notre pays […]87.

Jaspar ne veut pas interpréter ce reflux comme une désaffection du public belge à l’égard des lettres françaises, ou comme une conséquence directe des tensions linguistiques.

  • 88 Voir la biographie fortement, et à certains égards injustement, critiquée par certain(e)s de van nu (...)
  • 89 Balace (Francis), « Barrès, un prêt-à-porter pour les nationalistes francophones de Belgique ? », d (...)
  • 90 Kochnitzky à Jaspar, 10/10/1960 (agr, pmhj, n° 1003).
  • 91 Ibidem.
  • 92 Il sera amputé d’une jambe quelques semaines plus tard.
  • 93 Kochnitzky à Jaspar, 15/11/1960 et Jaspar à Kochnitzky, 16/11/1960 (agr, pmhj, n° 1003).

30L’ambassadeur connaît aussi le poète Léon Kochnitzky (1892-1965)88, éphémère secrétaire de Gabriele d’Annunzio et ex-barrésien89. Il fut un temps considéré comme un « rouge ». Ses réseaux bruxellois correspondent souvent avec ceux de Jaspar90, qui fut toujours proche de l’élite juive et d’origine slave. Kochnitzky avait été attaché à son cabinet en 1939. Parti aux États-Unis en 1941, il a habité, de 1929 à 1940, un appartement rue de Vaugirard, dont il fit, selon ses mots, « un centre de rayonnement de la musique et de la poésie françaises où je reçus la plupart des sommités internationales de l’époque (je m’y suis même ruiné, mais ceci n’entre pas en compte) »91. Ancien journaliste aux Nouvelles littéraires, on retrouve, en 1960, un Kochnitzky vieillissant92, en manque de reconnaissance, logé à l’Hôtel du Vert-Chasseur, sur la chaussée de Waterloo. Il vient d’écrire ses Ephémérides. Il voit en Jaspar un moyen d’obtenir une rosette à sa boutonnière. Ce dernier prétextera son incompétence en la matière93.

  • 94 Nous avons retrouvé une trace des talents de négociateur de Jacques Hébertot dans les récents souve (...)

31L’ambassadeur s’intéresse aussi au théâtre. Il est attentif à la diffusion des écrivains français en Belgique. La pénétration des auteurs belges en France lui tient aussi à cœur. Prenons l’exemple du journaliste et chroniqueur, classé très à droite, plume d’Europe-Magazine, Jo Gérard. Ce dernier ambitionne, au printemps 1961, de monter à Paris une pièce consacrée à Isabelle la Catholique. Le diplomate prend les contacts nécessaires avec le directeur du théâtre Jacques Hébertot, et songe à proposer le rôle principal à la comédienne Maria Casarès. Hébertot est un homme d’affaires redoutable : il promet d’obtenir, d’une part, 1,5 million d’anciens francs français de subsides, mais réclame, en contrepartie, une participation du gouvernement belge, à hauteur de 150 000 francs belges94. Tant que ce subside n’est pas garanti, Hébertot exige que l’affaire reste secrète. Jaspar, décidé à décrocher cette salle pour Jo Gérard, et à donner de l’éclat au « prestige belge » à Paris, s’en ouvre au ministre Victor Larock :

  • 95 Journal officiel, 22/6/1971, p. 5973. Il y eut un premier accord de cette nature en 1921, confirmé (...)
  • 96 Jaspar à Larock, 9/8/1961 (agr, pmhj, n° 1047).

Ceci signifie évidemment que, contrairement aux usages en la matière, la commission mixte chargée de l’application de l’accord culturel franco-belge95 devrait être tenue absolument dans l’ignorance du projet et de ses développements, jusqu’à son aboutissement. […] Je reste néanmoins assez perplexe sur la procédure occulte préconisée par Monsieur Hébertot, pour obtenir l’aide financière conjointe des deux gouvernements. De toute évidence, ce jeu de cache-cache entre services français et services belges, s’il sert les intérêts du théâtre Hébertot, ne me paraît pas très orthodoxe et est susceptible de créer, administrativement parlant, de nombreux problèmes96.

  • 97 Jaspar à Gérard, 3/8/1964 (agr, pmhj, n° 759).
  • 98 Jaspar à Gérard, 10/11/1964 (ibidem).
  • 99 Marie de Romrée de Vichenet (1909-1994) adoptera le pseudonyme de Sophie Deroisin. Fille de diploma (...)
  • 100 Pierre de Meester de Ravestein (1919-2005) est licencié en sciences commerciales et financières. At (...)
  • 101 Jaspar à Deroisin, 14/1/1964 (agr, pmhj, n° 572).
  • 102 Conseillère culturel de l’ambassade.
  • 103 Deroisin à Jaspar, 18/1/1964 (agr, pmhj, n° 572).

32Le projet ne se réalisa pas, mais Jaspar ne perdra pas de vue les activités de Jo Gérard. Il veut publier ses articles de La Libre Belgique dans Le Figaro Littéraire, la Revue de Paris (chère à la duchesse de La Rochefoucauld) ou la Revue des Deux Mondes97. Au printemps 1964, il est de plus en plus question d’une prochaine célébration du prince de Ligne, à l’occasion des cent cinquante ans de sa mort. Gérard propose qu’une conférence consacrée au prince soit organisée par La Pensée belge, fondée par la baronne Guillaume, veuve du prédécesseur de Jaspar à Paris98. La célébration est portée par la récente publication de la biographie du prince par Sophie Deroisin99, fille du diplomate Charles de Romrée de Vichenet et ardente féministe. Jaspar et Deroisin ont comme amis communs les Pierre de Meester de Ravestein, dont le mari, ancien collaborateur de Jaspar, avait sombré dans la névrose100. En témoignage d’amitié pour son père, l’ambassadeur tente de lui trouver un éditeur101. Il veut l’introduire au pen Club International. Mais, la jeune femme préfère se « débrouiller » seule dans cette affaire, et, lui confie-t-elle, « si je ne sors pas de cette jungle, j’irai pleurnicher chez Madame Lion-Levie102, mais surtout chez vous, qui devez être rasé à longueur de minutes, par tous les Belges de la création ! »103

  • 104 « Je ne sais si les Français ont manqué une affaire littéraire – je n’aurais pas cette prétention ! (...)

33Elle sera finalement éditée à la Renaissance du livre104. La conférence se déroulera le 24 janvier 1965, au musée Guimet. Les organisateurs ont prévu un fond musical (Grétry), des interventions d’acteurs, de Raoul de Manez, et, bien entendu, une conférence de Jo Gérard. Deroisin n’est pas convaincue par ce dernier :

  • 105 Il avait publié une Vie de Charles-Joseph de Ligne, Prince de l’Europe française, Paris, Plon, 1927
  • 106 Deroisin à Jaspar, 7/1/1965 (agr, pmhj, n° 572).

Je serais plus réservée au sujet de Jo Gérard, confie-t-elle à Jaspar, personne assez discutée et qui n’a publié sur le Prince que des approximations typiquement journalistiques, assez énervantes. Je n’adore pas non plus, qu’il ait repris le titre de Dumont-Wilden105, ni ces mots d’Europe française… il est vrai que nous vivons ici un peu hors de l’Europe gaullienne et que votre point de vue peut-être différent [sic]. Enfin, si le Prince avait une passion pour la France de l’esprit, sa correspondance avec Joseph II montre bien son indépendance vis-à-vis de Paris et sa fidélité intangible à la couronne habsbourgeoise, dans l’ordre politique106.

  • 107 Jaspar à Deroisin, 11/1/1965 (ibidem).
  • 108 Deroisin à Jaspar, 25/1/1965 (ibidem).

34Jaspar défend Jo Gérard. Il interprète cette Europe française comme celle du xviiisiècle, et préfère cette expression à celle de « Lumières », qu’il juge « stupide ». Dans sa lancée, il réitère sa peur d’un retour aux nationalismes : « Le plus grand reproche que des esprits éclairés peuvent faire à la France révolutionnaire, c’est d’avoir engendré l’affreux nationalisme dont nous continuons à souffrir aujourd’hui avec le principe des nationalités, avec le racisme et toutes ses séquelles… »107 La conférence se déroule bien108. Marcel-Henri Jaspar en retire une certaine satisfaction. Il a mobilisé divers milieux et a réussi à remplir l’auditorium. En janvier 1965, l’ambassadeur dresse un bilan de son activité culturelle à Paris. Il en est fier, et répond un peu vertement à Deroisin lorsque celle-ci émet l’une ou l’autre critique sur la place des auteurs belges à Paris :

  • 109 Jaspar à Deroisin, 13/1/1965 (ibidem).

Tout d’abord il importe que vous sachiez que depuis près de six ans, je n’ai point négligé nos compatriotes écrivains. Tous ont passé par l’ambassade, soit dans des réceptions officielles, soit dans des réceptions intimes. J’ai réuni les Pen Clubs [sic] de Belgique et de France dans les mêmes réceptions, parfois avec la présence effective de Sa Majesté la Reine Élisabeth. La Reine Marie-José est venue personnellement chez nous, en tant qu’écrivain. Je me « tape » (expression très peu XVIIe siècle) la plupart des vernissages de nos peintres. J’assiste, le plus souvent possible, aux conférences de nos amis Charles d’Ydewalle, Robert Goffin, Carlo Bronne etc. […] Je vous parle de moi. Je pourrais vous parler de Gisèle Lion-Levie, et du remarquable effort qu’elle fait dans ce domaine culturel […]109.

  • 110 füeg (Jean-François), « Le Rouge et le Noir. Un hebdomadaire bruxellois non conformiste », dans Rev (...)
  • 111 duchenne (Geneviève), Visions et projets belges pour l’Europe. De la Belle Époque aux Traités de Ro (...)
  • 112 Lois du 6 mai 1944 et 19 septembre 1945. Elles impliquaient la déchéance des droits civils, politiq (...)
  • 113 Son article 7 rendait anachronique l’article 123, procédant d’arrêtés-lois postérieurs aux faits in (...)
  • 114 Aerts (Koen), Repressie zonder maat of einde ? De juridische reïntegratie van incivieken in de Belg (...)

35Toutefois, il se garde bien de mentionner les liens qu’il a maintenus avec d’autres auteurs, bien plus « encombrants », comme Raymond De Becker (1912-1969), l’auteur du Livre des vivants et des morts. Tous deux avaient participé à la revue anarchiste Le Rouge et le Noir, en 1932110. Condamné à mort en 1946 pour avoir dirigé Le Soir volé, et pour ses liens, certes complexes, avec la Propaganda Abteilung, De Becker a été privé de sa citoyenneté belge. Incarcéré jusqu’en 1951, il avait rejoint la Suisse, avant de gagner Paris111 et le xvie arrondissement. En 1956, De Becker avait saisi de son cas la Cour européenne des droits de l’homme, afin de souligner l’absurdité de l’article 123 sexies du Code pénal112. Selon lui, la Convention européenne des droits de l’homme de 1955 plaidait en sa faveur113. Toutefois, dès 1957, il lui est précisé que ladite Convention ne lui garantit aucunement un retour officiel en Belgique. Et puis De Becker prend à son compte des arguments que l’on pourrait retourner contre lui. En effet, il affirme que les arrêtés-lois de 1944-1945 et leur application à sa personne en 1946 et 1947 sont vides de sens, étant donné qu’ils condamnent des faits commis avant l’entrée en vigueur desdits arrêtés-lois : il s’agit d’une enfreinte à la non-rétroactivité de la loi. En retour, l’écrivain se voit reprocher d’utiliser pour sa défense un texte de 1955, c’est-à-dire postérieur aux arrêtés qui prévoyaient sa condamnation. Sa requête est toutefois déclarée recevable par la Commission, en 1958. Une première audience publique est fixée le 3 juillet 1961114.

  • 115 aerts (Koen), « L’Affaire De Becker (1956-1962). La fin de la répression et la Convention européenn (...)
  • 116 De Becker à Jaspar, 23/3/1960 (agr, pmhj, n° 147).

36Si nous ne disposons que d’un nombre restreint – et peu significatif – de lettres de Jaspar adressées à De Becker, en revanche l’intégralité des lettres de ce dernier figurent dans les Papiers Jaspar115. L’ambassadeur s’efforce de faciliter certains aspects de l’exil de l’écrivain, en obtenant, par exemple, la levée de mesures qui le frappaient lors de la visite parisienne de Krouchtchev en 1960116. L’écrivain adresse une lettre à Jaspar, le 25 mai 1961, durant la visite du roi Baudouin à Paris. Nous en reproduisons un long extrait, totalement inédit :

  • 117 De Becker à Jaspar, 25/5/1961 (ibidem).

Vous avez eu l’amabilité de m’accueillir et même d’intervenir en ma faveur auprès des autorités françaises en une période difficile, c’est pourquoi j’espère qu’il vous sera possible et que vous accepterez de lire ce mot au chef de l’Etat de ces membres « maudits » de la communauté nationale dont vous connaissez la situation réelle, les difficultés et le loyalisme. Je vous signale que mon affaire passe en audience publique devant la cour européenne des droits de l’homme le 3 juillet prochain. Vous savez dans quel esprit j’ai déposé ma requête et combien je souhaite que soit évitée à mon pays une décision qui ne pourrait en rien rehausser son prestige. Vous savez que la commission des droits de l’homme a considéré que l’art. 123 sexies du droit pénal belge violait la Convention des droits de l’homme signée par la Belgique. Il est peu probable que la cour européenne [n’émette] un pareil avis mais il est évident que si la Belgique, par une loi appropriée votait une modification de cet article, elle éviterait également toute remontrance de la cour. Je souhaiterais que vous disiez au Roi que c’est là mon vœu le plus cher. Personnellement, je n’ai aucun bénéfice à retirer d’une décision qui, alors même qu’elle me serait favorable, interviendrait beaucoup trop tard pour avoir quelque conséquence pratique, mais il est évident qu’en cette affaire le droit doit être dit, car le problème en cause engage l’avenir et concerne les limites que l’État doit observer dans sa répression, de ce qu’il voit, à tort ou à raison, être le crime. De ce point de vue, je n’ai pu et n’ai voulu m’opposer au désir de la commission des droits de l’homme de référer l’affaire de l’art. 123 sexies à la Cour. Que le droit puisse être dit pour l’avenir sans que la Belgique puisse être mise en cause, voilà ce qui fut et demeure mon souci. Comme gardien de la Constitution et chef du pouvoir exécutif, le Roi a la possibilité de proposer des lois ou de veiller au vote de lois qui puissent harmoniser la législation belge et les traités internationaux signés par la Belgique. Je souhaiterais d’autre part que vous puissiez dire au Roi que les Belges dans ma situation, après plus de quinze ans d’exil, espèrent être admis à nouveau dans une communauté qu’ils n’ont jamais cessé de vouloir réintégrer et servir loyalement […] P.S. : Il est évident que je me trouve à votre disposition […]117.

  • 118 pelloux (Robert), op cit., p. 337.

37Il est vrai que nous sommes à un tournant de l’affaire De Becker. La promulgation d’une loi modifiant les termes de l’article 123 sexies est alors d’une brûlante actualité. Dans sa lettre, il ne nourrissait pas d’espoirs vains : une loi promulguée le 30 juin 1961 prévoyait la modification de l’article, dans un sens proche de la Commission. Elle stipulait que les personnes condamnées à des peines privatives de liberté allant de dix à vingt ans pouvaient désormais solliciter la restitution totale ou partielle de leurs droits, à l’exception de ceux d’électorat et d’éligibilité. Ce point concernait directement l’auteur, gracié et condamné à une peine de dix-sept ans. Le professeur Pelloux pensait que le gouvernement belge n’aurait pas dû considérer cette loi comme un moyen d’effacer l’article 123 et de faire comme s’il n’avait jamais existé. Pour lui, De Becker avait tout intérêt à poursuivre sa requête, concernant une violation de la Convention de 1955, entre 1955 et 1961118. Toutefois, l’écrivain, dans un courrier du 5 octobre 1961, se désiste de sa requête, en estimant que la loi du 30 juin le satisfait amplement. Par ce coup de théâtre, l’affaire perd une grande partie de sa raison d’être et la Cour la raye de son rôle par un arrêt du 27 mars 1962.

  • 119 Ibidem, p. 342-343.

38De Becker n’aurait-il pas pu demander une condamnation a posteriori pour « excès de pouvoir » dans le chef de l’article 123, et ipso facto, obtenir une « annulation platonique » de la condamnation dont il fut l’objet, dans son application courant de 1955 à 1961 ? Pour la même période, n’aurait-il pas pu exiger des dommages et intérêts à des tribunaux belges ? Cette affaire a tourné court pour plusieurs raisons. D’abord, à cause de la lettre de De Becker, qui fut décisive. Ensuite, à cause de ce que l’on appelle la « politique jurisprudentielle » : la jeune institution qu’était la Cour européenne des droits de l’homme n’avait pas encore une autorité suffisante pour s’imposer face au gouvernement belge qui, lui, désirait que cette affaire fût rayée du rôle. Enfin, la loi du 30 juin 1961 avait réveillé certaines passions en Belgique et119, sans conteste, cette récente institution ne souhaitait pas créer des remous supplémentaires en traitant la « question de fond » du cas De Becker.

  • 120 Jaspar à De Becker, 1/6/1961 (agr, pmhj, n° 147).
  • 121 De Becker à Jaspar, 20/1/1962 (ibidem).
  • 122 Jaspar à De Becker, 25/1/1962 (ibidem).
  • 123 De Becker à Jaspar, 3/11/1965. Jaspar avait fort apprécié Le Rêve et la Sexualité, de De Becker (Ja (...)

39Quant à Marcel-Henri Jaspar, il restera très prudent sur ce genre de sujets. Nous n’avons retrouvé aucune trace de démarches de sa part dans cette affaire120. S’est-il dérobé ? Pourtant, la longue missive de De Becker démontrait que l’écrivain espérait une aide substantielle du diplomate. Celle-ci viendra sous d’autres formes, comme lorsque l’écrivain souhaitera, en janvier 1962, adopter un enfant qu’il héberge chez lui depuis plusieurs années : le diplomate et son conseiller juridique, Alexis Wladikine, feront le nécessaire sur le plan administratif121. Le renouvellement de son passeport est également assuré personnellement par l’ambassadeur122. Ils garderont un contact suivi, et cultiveront certaines lectures en commun. Jaspar sera informé en primeur du désir de l’écrivain de fonder une revue culturelle européenne123, en novembre 1965, et manifestera un réel enthousiasme à l’égard de l’intérêt de De Becker pour l’ésotérisme.

  • 124 De Becker à Jaspar, 22/7/1966 (ibidem).
  • 125 Ce dernier, à la mort de De Becker, en 1969, publiera un hommage à l’écrivain (Le Nouveau Planète, (...)

40En juillet 1966, l’écrivain élabore plusieurs projets de front. Il prépare la publication de L’Hindouisme et le monde moderne pour le compte de la revue Planète, à laquelle il collabore depuis 1956124. Dirigée par Louis Pauwels125 et Jacques Bergier, elle véhiculait une théorie dite de la « terre creuse », selon laquelle une élite humaine aurait conservé pendant des siècles le savoir de l’humanité et préparerait, dans l’ombre, l’apparition d’un surhomme. Un autre abonné à la revue est le banquier Armand Kirschen. Ancien opposant d’Hubert Pierlot et des officiels belges de 1940, il avait songé, en 1941, depuis l’Argentine, à élaborer une aide humanitaire à destination du Royaume. Résidant en Argentine, il avait noué un lien étroit avec Vittorio Mussolini, un des fils du Duce. Régulièrement, il faisait état à Jaspar de ses lectures et projets ; espérait-il un acquiescement de l’ambassadeur lorsqu’il lui écrit, le 2 septembre 1963, qu’il a relu Le Matin des magiciens et dévoré Planète

  • 126 A. Kirschen à Jaspar, 2/9/1963 (agr, pmhj, n° 999).

où je reprends contact avec l’intelligence universelle. Quelle magnifique œuvre de vulgarisation, et combien courageuse ont entrepris Pauwels et Bergier. J’espère les connaître un jour ! Le Général de Gaulle continue à ma plus grande joie, à marquer des points contre Kennedy, le voilà arbitre entre Saigon et Hanoï. A quand la grande Union des peuples Latins sous l’égide de la France126 ?

  • 127 Jaspar à A. Kirschen, 6/9/1963 (ibidem).

41L’ambassadeur lui confie que son épouse et lui-même sont des inconditionnels de Planète, et qu’ils ont rencontré Pauwels à plusieurs reprises127.

Encore une amitié particulière.

Conclusions

42Persuadé que la ville de Bruxelles sera de plus en plus exposée, surmédiatisée, Jaspar se résigne à empêcher les journalistes français d’émarger à la presse belge et développe le public relation. Il pense qu’un service culturel moderne, livrant plus de « matière » aux journalistes français, pourrait limiter les échos désagréables : « garder ses ennemis et conquérir ses adversaires », tel était son leitmotiv. Le projet de Jaspar correspond parfaitement à la volonté de Paul Kronacker d’organiser une propagande, voire d’ériger un ministère de l’Information. L’ambassadeur sera tenu au courant de la gestation de l’Inbel et tentera, dans la mesure de ses moyens, d’y exercer une influence. Le diplomate, en bon communicant, avait « vu clair » sur cette question. L’exemple de l’Inbel de l’époque londonienne avait-il marqué son esprit ? Le public relation s’exerce dans les foires mais aussi à travers la présence d’écrivains belges à Paris, nous l’avons vu. La réciproque est également valable. Jaspar sera très attentif au recul de la promotion des écrivains français dans la presse belge : en cela, il est une sorte de catalyseur, dont on ne peut nier l’activité lors d’expositions, vernissages ou promotions d’œuvres littéraires ou de jeunes artistes inconnus. Sa réelle passion – plus que la diplomatie – est, au fond, de réunir des protagonistes d’horizons différents, et qu’ils phosphorent.

  • 128 Pourquoi Pas ?, 22/7/1949.

43Un point essentiel est le rapport intime entre milieux journalistiques et diplomatiques. Les journaux avaient oublié Jaspar, ce diplomate, accrédité aux antipodes (Buenos Aires, Rio de Janeiro etc.) depuis la Libération, à l’exception d’une une du Pourquoi Pas ?, en 1949128. L’organe satirique d’Edmond Hoton, L’Âne roux, semblait se rappeler en 1957 qu’il était encore en vie. Cet oubli ne sera pas de rigueur de 1959 à 1966 ; personnage de troisième catégorie pour le Belge de la rue, on se souvient de lui chez les vieux Bruxellois et de son attitude en 1940. Trois journalistes se chargeront de parler de lui, mais non de manière désintéressée. Fernand Demany (Le Peuple), en espérant que l’ambassadeur lui obtienne un strapontin à l’Inbel, Charles d’Ydewalle (La Libre Belgique – Le Phare), comptant sur le poids de l’ambassade en vue d’être édité, et Raoul Tack (La Dernière Heure), afin de recevoir une énième décoration. L’ambassadeur est au moins assuré que, lorsque le Roi vient à Paris, lorsqu’il est lui-même victime de l’oas, donne une conférence attendue ou prépare son départ, les journaux des trois principales tendances politiques lui consacreront au moins une manchette. Fruit du hasard ou de l’habileté ? Nous n’avons retrouvé aucune trace suggérant que Jaspar appelait cette publicité de ses vœux ; sans conteste il y était sensible. On est en droit de se demander dans quelle mesure il n’a pas profité d’un malentendu ou plutôt d’un non-dit. Il avait en effet décidé, dès 1959, de prendre sa retraite en 1966. Il n’avait divulgué cette décision à personne. Les journalistes espéraient-ils entretenir sa notoriété, en vue d’un retour dans l’arène politique, en échange de quelques avantages ? C’est fort probable. L’ambassadeur, ainsi, n’a pas disparu de « la circulation » belge avant 1966, à moindres frais et sans aucune arrière-pensée politique. Il a pu exister durant sept ans.

44Quant aux lettres, nous nous sommes simplement permis d’exhumer certains documents inédits, émanant d’écrivains, à l’instar de Raymond De Becker. Ils montrent, entre autres choses, et en creux, que les démarches de celui-ci en vue d’être réhabilité n’ont pas encore été l’objet d’une étude exhaustive. L’engouement pour Planète – un phénomène social, touchant parfois un public adolescent – méritait aussi un détour. Il est utile de noter qu’à l’image de Raymond De Becker, Jaspar, jadis, c’est-à-dire avant 1940, intéressé par les écrits politiques, avec le temps, et après plusieurs déceptions, entame un virage résolument éloigné des affaires publiques, du moins dans ses lectures et ses écrits. Ces deux trajectoires sont donc, en certains points, comparables. Concernant d’autres noms (Mallet-Joris, Lilar ou Bibesco), ils montrent bien, d’une part, qu’un milieu de lettrés, belges ou non, vit à Paris, nourrit des relations avec certaines autorités officielles, et, comme la tradition le veut, est souvent en quête d’une avance sur recette ou d’un mécénat bienvenu. Sur ce point, nous ne prétendons pas à l’originalité. Signalons toutefois qu’un travail de fond, mobilisant les compétences des historiens de la diplomatie et de la littérature, mériterait d’être encouragé.

45Ce chapitre permet aussi de dégager quelques considérations sur la société que l’ambassadeur défendait. Souvent inconstant, voire contradictoire dans l’opinion qu’il pose sur les évènements politiques ou diplomatiques, Jaspar tient à certaines valeurs comme celle de l’enseignement. La disparition programmée de la culture générale chez les universitaires (futurs « mécaniciens ») l’inquiète, comme un éventuel recul des écoles libres ; il les avait soutenues durant le conflit scolaire français de 1959, et il est fort probable qu’il eût adopté la même opinion pour la Belgique. Il avoue que ces thématiques sont son « dada ». Le milieu de l’enseignement l’a toujours attiré ; n’oublions pas qu’il avait envisagé de poursuivre une thèse chez le professeur René Marcq, juriste de l’ulb, dans sa jeunesse. Il n’hésite pas à sortir de son rôle de diplomate pour soumettre des idées aux ministres de l’Éducation, qu’il s’agisse de Victor Larock ou de Pierre Harmel. Cet intérêt se combine avec une passion pour la jeunesse et les débutants, qu’ils soient diplomates, politiciens ou artistes. Il serait donc précipité de classer ce réactionnaire comme un critique de la jeunesse ou un phallocrate. Il affirme régulièrement son féminisme et sa volonté de voir les femmes gagner en autonomie, au contact d’auteurs comme Suzanne Lilar ou Sophie Deroisin.

Haut de page

Notes

1 Nous renvoyons plus particulièrement à la question des journaux dans lesquels ces derniers (pour notre cas, les plus illustratifs sont Charles d’Ydewalle et Françoise Mallet-Joris) publient : dozo (Björn-Olav), « Portrait de l’écrivain journaliste en Belgique francophone entre 1918 et 1960 », dans Aron (Paul), dir., Textyles, n° 39, Les écrivains-journalistes, 2012, p. 142.

2 badel (Laurence), jeannesson (Stanislas), éd., Les Écrivains-diplomates. Pratiques, sociabilités, influences (xix-xxie siècles), Paris, Armand Colin, 2012.

3 Né à Bruxelles en 1901, Marcel-Henri Jaspar est le fils de l’architecte de la cité d’Héliopolis, Ernest Jaspar, et le neveu d’Henri Jaspar, futur premier ministre catholique (1926-1931). Ayant bénéficié d’une éducation francophile (il sera bachelier de la Sorbonne en 1918), il est docteur en droit de l’ulb, sur les bancs de laquelle il côtoie Paul-Henri Spaak. Avocat (il plaide dès 1923), Jaspar s’implique dans la vie politique, sous la bannière libérale, et sous l’impulsion d’Albert Devèze, un proche de sa famille et futur ministre de la Défense nationale. Conseiller communal, il devient rapidement député, en 1932, et ministre (1936-1940). Ministre de la Santé publique et des Réfugiés au 10 mai 1940, Jaspar décide, seul, le 18 juin, de quitter ses collègues, retirés à Bordeaux, pour rejoindre Londres, d’où il lance un appel à la résistance aux Belges, le 23 juin. Pour cette « incartade », il sera révoqué par les autres ministres, fait unique dans l’histoire de Belgique. Dès lors versé dans la diplomatie, il occupe plusieurs postes secondaires – auprès du gouvernement tchécoslovaque en exil à Londres (1941-1945), à Prague (1945), Buenos Aires (1946), Rio de Janeiro (1951), Stockholm (1954) – avant d’accéder au poste tant convoité de Paris, en 1959. Mis à la retraite en 1966, il écrit deux volumes de souvenirs (Souvenirs sans retouche, 1968 ; Changements de décors, 1972) et décède en 1982 (genin [Vincent], L’Ambassade de Belgique à Paris à l’époque de Marcel-Henri Jaspar. Activités, réseaux et opinions, mémoire de master en histoire, ULg, 2011-2012).

4 Voir la réflexion, sur la période récente, de dozo (Björn-Olav), « Petits dîners entre amis (et rivaux) : prix, réseaux et stratégies de consacrants dans le champ littéraire français contemporains », dans Contextes. Approches de la consécration en littérature, n° 7 (mai 2010) (accessible en ligne sur http://contextes.revues.org/4646 [page consultée le 3 juin 2013]).

5 jaspar (Marcel-Henri), Souvenirs sans retouche, Paris, Fayard, 1968, p. 54-55. ; dozo (Björn-Olav), « Jules Destrée, animateur étatique de la vie littéraire », dans destatte (Philippe), lanneau (Catherine), meurant-pailhe (Fabrice), éd., Jules Destrée, « La Lettre au Roi » et au-delà, à paraître.

6 Elle figure dans renan (Ernest), Histoire et parole, Paris, Robert Laffont, 1984, p. 867-913.

7 Il est né en 1892. Alors que Jaspar était lycéen, Aertsens lui rendait visite lors de ses permissions.

8 Aertsens à Jaspar, 15/10/1965 (Archives générales du Royaume [dorénavant agr], Papiers Marcel-Henri Jaspar (dorénavant pmhj), n° 13).

9 Aertsens à Jaspar, 7 et 13/4/1965 (ibidem).

10 Bachelier à Jaspar, 23/3/1968 (agr, pmhj, n° 92).

11 Peu loquace sur son départ à Londres en 1940, Désiré Denuit fut sans conteste un des mémorialistes (sinon le seul) dont la plume ne fut pas ironique à l’égard de l’attitude de Marcel-Henri Jaspar, en 1940 (denuit [Désiré], L’Été ambigu de 1940. Carnets d’un journaliste, Bruxelles, Louis Musin, 1978, p. 40-42).

12 Hougardy à Jaspar, 30/9/1962 (agr, pmhj, n° 889).

13 Né en 1904 à Liège (décédé en 1977 à Uccle), Fernand Demany, après un court passage au Matin d’Anvers, devient rapidement journaliste au Soir en 1931. Il prête également sa plume au Pourquoi Pas ? ou à L’Action wallonne. Opposé à la politique de neutralité en 1936, il entre dans la Résistance en septembre 1940 après avoir refusé d’entrer au Soir volé. Dans la clandestinité, il publie La Résistance et collabore avec Camille Joset à La Voix des Belges. Maillon central du Front de l’Indépendance dès 1941 – où il collabore étroitement avec Norbert Hougardy, ami de Jaspar – il est à l’origine du clandestin Front et du fameux « Faux Soir » du 9 novembre 1943. Ministre éphémère et sans portefeuille chargé de représenter la Résistance à la Libération, Demany fonde L’Éclair avec Pierre Seigneur et Jules Bosmant, avant de se rallier au Parti communiste en 1946 et d’être élu député de Charleroi. Il rompra avec l’extrême gauche en 1950, tout comme il rompra dix ans plus tard avec les milieux d’anciens résistants, trop divisés à ses yeux. Opposant au régime colonial à travers des livres souvent polémiques il se maintient au Peuple – malgré de lourds ennuis de santé en juin 1960 – jusqu’à son licenciement en décembre 1962. Sa causticité dérangeait. Il sera invité de 1963 à 1977 dans les colonnes de La Wallonie et de Vlan. Voir la riche mais toutefois fort subjective notice du directeur du Soir, denuit (Désiré), « Fernand Demany », dans Biographie nationale de Belgique, vol. 43, col. 292-304.

14 Genin (Vincent), « La visite du roi Baudouin au général de Gaulle en mai 1961 : un climax dans les relations franco-belges », dans Museum Dynasticum, 2013/1, p. 17-31.

15 En janvier 1961, on avait songé à créer, aux Affaires étrangères, un nouveau service d’information. Il serait dirigé par Salmon, Ugeux et Roger Jaspar, parent de l’ambassadeur et acteur principal du livre de son épouse, Marie Nicolaï : Ici Radio-Katanga. Deux documents sur ce sujet se sont égarés dans une Note (de Hougardy ?) adressée à M.-H. Jaspar, 12/1/1961 (agr, pmhj, n° 726).

16 Nous ne détaillons pas ici les tenants et aboutissants d’inbel. Nous renvoyons à crisp, « Projets en matière d’information officielle en Belgique : l’Institut belge d’information et de documentation », dans Cahiers Hebdomadaire du crisp (dorénavant chcrisp), n° 123, 29/9/1961 (p. 14 sur l’action diplomatique et p. 16 sur les relations publiques). Le courrier étudie le régime de propagande dans d’autres pays européens (rfa, France, Grande-Bretagne, Italie, Luxembourg et Pays-Bas) (p. 19-21).

17 van bol (Jean-Marie), de schepper (Jacques), « D’Inbel au sfi ou l’histoire de l’organisme d’information de l’Etat belge », dans Revue générale, n° 11, 1998, p. 31-42.

18 Ibidem.

19 demany (Fernand), Mourir debout. Souvenirs du maquis, Bruxelles, Germinal, 1945.

20 Demany à Jaspar, 26/11/1961 (agr, pmhj, n° 553).

21 Jaspar à Spaak, 29/11/1961 (agr, pmhj, n° 1611).

22 Victor Larock (1904-1977), après un doctorat en Philosophie et Lettres à l’Université de Liège (philologie classique) en 1926, en obtient un autre en sociologie. Ce professeur de langues classiques à l’Athénée d’Ixelles est arrivé en politique sur le tard. Il est élu conseiller communal socialiste d’Ixelles en 1952 (jusqu’en 1968) et député de Bruxelles en 1949. Chef du groupe socialiste à la Chambre sous les gouvernements Harmel et Van den Boeynants, cet homme de lettres sera successivement ministre du Commerce extérieur (1954-1957), des Affaires étrangères (1957-1958) puis de l’Education nationale et de la Culture (1961-1963). Il sera également membre du Conseil de l’Europe (1949-1954). Larock succède à Arthur Wauters à la direction du Peuple de 1944 à 1954 (van Molle [Paul], Le Parlement belge 1894-1972, Anvers-Utrecht, swu, 1972, p. 204).

23 Jaspar à Larock, 29/11/1961 (agr, pmhj, n° 1047).

24 Demany à Jaspar, 9/12 et Jaspar à Demany, 11/12/1961 (agr, pmhj, n° 553).

25 Il était à la tête du ministère des Affaires étrangères, aux côtés de Paul-Henri Spaak.

26 Arnold Godin est né à Liège en 1889. Officier de réserve honoraire, bourgmestre psc de Stavelot de 1921 à 1946, il occupe le siège de conseiller provincial de la province de Liège de 1921 à 1949. Sénateur de Verviers de 1949 à 1965, il décède en 1982 (Mémorial de la province de Liège 1836-1987, Liège, Massoz, 1987, p. 195 et van molle (Paul), op. cit., p. 159-160).

27 Annales parlementaires, Sénat, 29/11/1961, p. 166-175.

28 Ibidem.

29 Annales parlementaires, Chambre, 13/6/1961, p. 13.

30 Cette intervention est évoquée dans Larock à Jaspar, 30/11/1961 (agr, pmhj, n° 1047).

31 Annales parlementaires, Chambre, 13/6/1961, p. 13.

32 Annales parlementaires, Sénat, 29/11/1961, p. 166-175.

33 ugeux (William), Entretiens avec Bernard Balteau. William Ugeux. Un témoin du siècle, Bruxelles, Racine, 1997, p. 142-144.

34 Il s’inspira également d’inbel (Office belge d’information et de documentation), « Information-Belgique » mis sur pied en décembre 1940, notamment par Fernand Van Langenhove (dujardin [Jean], « Belgique », dans eck (Helène), éd., La Guerre des ondes. Histoire des radios de langue française pendant la Deuxième Guerre mondiale, Bruxelles, Complexe, 1985, p. 206).

35 Demany à Jaspar, 3/1/1963 (agr, pmhj, n° 553).

36 denuit (Désiré), op. cit., col. 292-304.

37 Demany à Jaspar, 18/1/1963 (agr, pmhj, n° 553).

38 Jaspar à Demany, 21/1/1963 (ibidem).

39 Il faudrait bien plus qu’une notice pour analyser la personnalité du chevalier Charles Van Outryve d’Ydewalle (1901-1985), journaliste, écrivain et, surtout, chroniqueur, ayant collaboré à un nombre pléthorique de périodiques. Auteur de livres de souvenirs, de chroniques, de témoignages, qui, souvent, leur donnant un parfum commercial, se ressemblent parfois les uns les autres. Francophone de Gand, il fait ses premières armes dans le très « fransquillon » et quasi ultramontain Bien public, en 1926. Dès lors, son activité ne cessera plus. Journaliste à la Nation belge – qu’il verra disparaître avec amertume, en 1956 –, il entre en résistance dès 1940, et tente de passer par l’Espagne, pour rejoindre l’Angleterre. Il sera enfermé, à Miranda, avant de parvenir outre-Manche, et de collaborer au ministère belge de l’Information à Londres, où il parle à la BBC. Premier journaliste à rentrer dans Paris libéré, en août 1944, très bien introduit dans les allées du pouvoir, tant en Belgique qu’en France, il publiera un nombre important d’ouvrages, dont Confessions d’un Flamand ou Journal, mon beau souci. Nous renvoyons, à son sujet, à l’ensemble de son œuvre. Voir aussi Aron (Paul), « Charles d’Ydewalle : le dictateur et l’homme de qualité », dans Aron (Paul), dir., Textyles, n° 39, op. cit., p. 51-62.

40 Projet d’union politique européenne excluant toute supranationalité, et initiée par la France du général de Gaulle. Les autres membres du Marché commun rejettent cette idée, en mai 1962, la Belgique en tête. Cet épisode est considéré comme la première grande manifestation de l’opposition entre Paris et Bruxelles au sujet de la construction européenne.

41 Claude Gignoux (1890-1966) est docteur en droit en 1910. Professeur d’économie politique, journaliste député de la Loire de la Fédération républicaine de 1928 à 1932, directeur de La Journée industrielle dès 1925, sous-secrétaire d’État à l’Économie nationale en 1932, directeur de la Revue des Deux Mondes (1954-1966), il est rédacteur de sa « revue politique » dès 1956 (de Broglie [Gabriel], Histoire politique de la Revue des Deux Mondes de 1829 à 1979, Paris, Librairie académique Perrin, 1979, p. 376-377).

42 D’Ydewalle à Jaspar, 31/7/1962 (agr, pmhj, n° 1302).

43 Né en 1905 à Edegem, Adrien Jans se lance dans le journalisme à la suite de son doctorat en droit. Après avoir exercé à La Métropole ou à La Libre Belgique, il devient rédacteur en chef du Soir illustré. Il dirige aussi la rubrique littéraire du Soir. Élu à l’Académie royale de langue et de littérature françaises de Belgique en 1965, il dirige, dès 1971, l’Association des écrivains de langue française. Inspiré par l’Ardenne et les méandres de la Semois, on lui doit Clairs-obscurs en 1933, son premier ouvrage, Le Manant ou D’un autre sang, en 1956. Proche de Joseph Delmelle et de Pierre Nothomb, il décède à Bruxelles en 1973 (lambot [Pascal], L’Abbé Marenne, curé de Rochehaut, Namur, Les Éditions namuroises, 2011, p. 80-82).

44 D’Ydewalle à Jaspar, 21/8/1963 (agr, pmhj, n° 1302).

45 D’Ydewalle à Jaspar, 9/9/1965 (ibidem). D’Ydewalle avait déjà publié, dans cette collection, un ouvrage consacré au Bon Marché.

46 Jaspar à d’Ydewalle, 9/11/1965 (ibidem). Comme on le sait, d’Ydewalle lui consacrera un opuscule à la fin de sa vie : Robert Poulet ou l’inestimable, Ostende, Erel, 1983 ; voir aussi la biographie de delaunois (Jean-Marie), Dans la mêlée du XXe siècle. Robert Poulet, le corps étranger, Erpe, De Krijger, 1993, et le débat qui a vu le jour, entre l’auteur et Cécile Vanderpelen  dans les Cahiers d’histoire du temps présent, n° 13-14 (2004), p. 311-318.

47 D’Ydewalle à Jaspar, 4/1/1966 (ibidem).

48 Jaspar à d’Ydewalle, 6/1/1966 (ibidem).

49 Né en 1895, journaliste à la rédaction du Petit Bleu, il s’engage comme volontaire en 1914 et sera versé dans les troupes du général Tombeur. Entré à La Dernière Heure en 1919, correspondant du Monde à Bruxelles, Tack devient président, en 1938, de la section bruxelloise de l’AGPB. Fonctionnaire à l’assistance publique de Saint-Gilles au retour de l’Exode, il parvient à maintenir un contact entre sa section de l’AGPB et Londres. Tack reprend sa place à La Dernière Heure en août 1944, et il y tiendra la rubrique des arts et des lettres jusqu’à sa retraite. Sénateur provincial libéral du Brabant de 1946 à 1949, il avait pensé à créer un Ordre des journalistes. Il décède en 1973. (stéphany [Pierre], « Raoul Tack », dans Nouvelle Biographie nationale de Belgique, vol. VII, p. 337-339).

50 Rappelons qu’en novembre 1947, Tack avait demandé à Georges Bidault, président du gouvernement provisoire de la République française, de ne pas révoquer Raymond Brugère, ambassadeur de France à Bruxelles, « qui s’est classé parmi les plus grands ambassadeurs de France ». Selon le diplomate Jean Chauvel, Brugère voulait se faire révoquer afin de montrer à de Gaulle qu’il était en rupture avec Bidault. Bidault le révoquera pour avoir protesté contre le report de la visite du régent de Belgique, le prince Charles. Brugère avait écrit à Bidault : « On ne peut internationalement agir avec plus d’inconscience et de désinvolture » (bezias [Jean-Rémy], Georges Bidault et la politique étrangère de la France. Europe, États-Unis, Proche-Orient 1944-1948, Paris, L’Harmattan, 2006, p. 75-76 ; lanneau (Catherine), « Le voyage avorté du Prince Régent à Paris (octobre 1947). Entre question royale, relations franco-belges et stratégie diplomatique », dans duchenne (Geneviève), dujardin (Vincent), dumoulin (Michel), éd., Paul-Henri Spaak et la France. Actes du colloque organisé les 15 et 16 mai 2006 à Louvain-la-Neuve, Bruxelles, Bruylant, 2007, p. 170).

51 mollier (Jean-Yves), Édition, presse et pouvoir en France au xxe siècle, Paris, Fayard, 2008, p. 272-273.

52 Tack à Jaspar, 8/3/1964 (agr, pmhj, n° 1649).

53 Tack à Jaspar, 11/3/1964 (ibidem). Deux places sont alors vacantes au Conseil d’administration : celle de François Marquet (rapidement prise par Louis Closset) et celle de Luc Hommel, depuis 1959.

54 De Roquemaurel à Jaspar, 16/3/1964 (agr, pmhj, n° 1451).

55 Allusion à l’exode du gouvernement belge à l’été 1940. Nous renvoyons à notre notice biographique sur Jaspar.

56 Tack à Jaspar, 13/7/1965 (agr, pmhj, n° 1649).

57 Auguste Buisseret, bourgmestre libéral de Liège jusqu’en 1965.

58 Tack à Jaspar, 13/7/1965 (agr, pmhj, n° 1649).

59 N’hésitons pas à parler de « gloutonnerie honorifique » de Tack, dont un des courriers commence par « Es-tu en bons termes avec Malraux ? » (Tack à Jaspar, 15/2/1966 [agr, pmhj, n° 1649]).

60 Un de ses contacts au ministère était un certain Fourdin (Tack à Jaspar, 17/11/1965 [ibidem]).

61 Tack à Jaspar, 20/12/1965 (ibidem).

62 Lucien Hommel est né à Dison en 1896 et décède à Ixelles en septembre 1960. Prisonnier de guerre en 1916, un diplomate luxembourgeois obtient qu’il soit gardé à vue au Luxembourg, avant de reprendre ses études de droit à Louvain. Auteur de plusieurs contes déjà, il fonde avec Carlo de Mey, Paul Struye ou Albéric de Fraipont Pour l’Autorité, bimensuel maurrassien prônant un exécutif fort et un contrôle des Chambres. Après la dissolution du groupe en 1931, cet avocat fiscaliste, spécialisé en droit luxembourgeois, revient vers la politique en devenant en 1935 le chef de cabinet de Paul Van Zeeland. Cette tâche ne l’empêche pas d’écrire et de louer – sans grande surprise – l’épopée bourguignonne. Actif après-guerre au sein du groupe des Scriptores catolici, il entre à l’Académie royale de langue et de littérature françaises de Belgique en 1950. Son dernier ouvrage, en 1959, sera consacré à Marguerite d’York (dumont [Georges-Henri], « Luc Hommel », dans Nouvelle Biographie nationale de Belgique, vol. 2, p. 221-223 ; giebens (Michaël), L’Autorité (1924-1933). Des jeunes catholiques dans l’entre-deux-guerres, mémoire de licence en histoire, ucl, 1999-2000).

63 Hommel à Jaspar, 27/7/1959 (agr, pmhj, n° 287).

64 Hommel à Jaspar, 18/11/1959 (agr, pmhj, n° 883).

65 Il est décédé en mars 1964, à bord du Viscount Turin-Naples. Il était l’auteur de La Terre de rêve, Les Solitaires et, plus récemment, du Naufrage des sexes (1958) (L’Aurore, 31/3/1964 [agr, pmhj, n° 30]). Il en est également question dans peyrefitte (Roger), Propos secrets, Paris, Albin Michel, 1977, p. 48-49, 271.

66 Jaspar à d’Amfréville, 25/7/1962 (agr, pmhj, n° 30).

67 Référence à un article que le comte a signé dans Combat le 25/3/1963. Il y réagissait à un Bloc note de François Mauriac.

68 Jaspar à d’Amfréville, 27/3/1963 (agr, pmhj, n° 30).

69 Bibesco à Jaspar, 9/4/1964 (agr, pmhj, n° 193).

70 de Diesbach (Ghislain), La Princesse Bibesco. La dernière orchidée, Paris, Perrin, 1986, p. 523 et sv.

71 Bibesco à Jaspar, 29/9/1963 (agr, pmhj, n° 193).

72 Bibesco à Jaspar, 17/3/1969 (ibidem).

73 Lilar à Jaspar, 5/2/1963 (agr, pmhj, n° 1099).

74 denis (Benoît), klinkenberg (Jean-Marie), La Littérature belge. Précis d’histoire sociale, Bruxelles, Labor, 2005, p. 153.

75 Jaspar à Lilar, 28/3/1963 (agr, pmhj, n° 1099).

76 Ibidem.

77 Mallet-Joris est également parisienne, puisqu’elle habite alors au 4 rue Royer-Collard, dans le Ve arrondissement.

78 Jaspar à Mallet-Joris, 4/3/1963 (agr, pmhj, n° 1139).

79 Nothomb à Jaspar, 9/2/1962 (agr, pmhj, n° 1274).

80 Jaspar à Spaak, 12/2/1962 (agr, pmhj, n° 1611).

81 Jaspar à Guislain, 29/10/1962 (agr, pmhj, n° 822).

82 Archives diplomatiques et consulaires, janvier 1964, p. 36-37 (agr, pmhj, n° 1432).

83 Bronne à Jaspar, 6/1/1962 et Jaspar à Bronne, 9/1/1962 (agr, pmhj, n° 325).

84 Nous renvoyons au dossier de la correspondance Jaspar-de Bock à ce sujet : agr, pmhj, n° 220.

85 Jaspar à de Bock, 8/1/1962 (agr, pmhj, n° 408).

86 Sur Brisson et le Figaro, à la fin des années 1950, voir ces mémoires récents : bouvard (Philippe), Je crois me souvenir… 60 ans de journalisme, Paris, Flammarion, 2013, p. 45-61, et, bien entendu, à son classique Un oursin dans le caviar, paru en 1973.

87 Jaspar à Castries, 10/2/1964 (ibidem).

88 Voir la biographie fortement, et à certains égards injustement, critiquée par certain(e)s de van nuffel (Robert O.J.), qui connut bien Kochnitzky : Léon Kochnitzky. Umanista belga. Italiano d’elezione 1892-1965, Bruxelles-Rome, Institut historique belge de Rome (n° xxxv), p. 133-152 (pages relatives à la dernière partie de sa vie [p 146 pour la fin 1960]).

89 Balace (Francis), « Barrès, un prêt-à-porter pour les nationalistes francophones de Belgique ? », dans Dard (Olivier), Grunewald (Michel), Leymarie (Michel), Wittmann (Jean-Michel), éd., Maurice Barrès, la Lorraine, la France et l’étranger, Paris, Peter Lang, 2011, p. 307.

90 Kochnitzky à Jaspar, 10/10/1960 (agr, pmhj, n° 1003).

91 Ibidem.

92 Il sera amputé d’une jambe quelques semaines plus tard.

93 Kochnitzky à Jaspar, 15/11/1960 et Jaspar à Kochnitzky, 16/11/1960 (agr, pmhj, n° 1003).

94 Nous avons retrouvé une trace des talents de négociateur de Jacques Hébertot dans les récents souvenirs du comédien français moreau (Jean-Luc), J’y étais ! Les coulisses de mon théâtre, Paris, Michel Lafon, 2013, p. 134-139.

95 Journal officiel, 22/6/1971, p. 5973. Il y eut un premier accord de cette nature en 1921, confirmé et augmenté en 1946 et en 1971. Voir aussi Liste des traités…, op. cit., t. II, p. 592. Le traité du 22 février 1946 a été publié au Journal officiel le 5 juillet 1947.

96 Jaspar à Larock, 9/8/1961 (agr, pmhj, n° 1047).

97 Jaspar à Gérard, 3/8/1964 (agr, pmhj, n° 759).

98 Jaspar à Gérard, 10/11/1964 (ibidem).

99 Marie de Romrée de Vichenet (1909-1994) adoptera le pseudonyme de Sophie Deroisin. Fille de diplomate, veuve très tôt, elle a été attachée de presse dans un consulat sud-africain, durant la guerre. Pétrie de foi chrétienne, elle collabore aux Scriptores catolici et à la Revue générale. Elle écrit plusieurs romans de 1945 à 1985, dont Les Dames, grâce auquel elle obtient le prix Rossel, en 1975 (gubin [Éliane], « S. Deroisin », dans gubin (Éliane), jacques (Catherine), piette (Valérie), puissant (Jean), éd., Dictionnaire des femmes belges. xixe et xxe siècles, Bruxelles, Racine, 2006, p. 185-186).

100 Pierre de Meester de Ravestein (1919-2005) est licencié en sciences commerciales et financières. Attaché de légation à Mexico de 1949 à 1952, il est en poste à Managua de 1954 à 1957. De janvier 1959 à juin 1960, il passe par la rue de Tilsitt, avant de rejoindre Lisbonne. Il avait épousé Myriam de La Croix en 1946 (Annuaire diplomatique et consulaire du royaume de Belgique, Bruxelles-Tournai, mae, 1963, p. 348).

101 Jaspar à Deroisin, 14/1/1964 (agr, pmhj, n° 572).

102 Conseillère culturel de l’ambassade.

103 Deroisin à Jaspar, 18/1/1964 (agr, pmhj, n° 572).

104 « Je ne sais si les Français ont manqué une affaire littéraire – je n’aurais pas cette prétention ! Mais ils ont peut-être manqué une affaire commerciale, car la radio, la TV etc… estiment tout à coup, [que] notre cher Ligne [est] une avantageuse “tarte à la crème” ! » (Deroisin à Jaspar, 16/10/1964 [agr, pmhj, n° 572]). L’ouvrage sera réédité en 2006 aux éditions du Cri.

105 Il avait publié une Vie de Charles-Joseph de Ligne, Prince de l’Europe française, Paris, Plon, 1927.

106 Deroisin à Jaspar, 7/1/1965 (agr, pmhj, n° 572).

107 Jaspar à Deroisin, 11/1/1965 (ibidem).

108 Deroisin à Jaspar, 25/1/1965 (ibidem).

109 Jaspar à Deroisin, 13/1/1965 (ibidem).

110 füeg (Jean-François), « Le Rouge et le Noir. Un hebdomadaire bruxellois non conformiste », dans Revue belge d’histoire contemporaine, t. xxiv, n° 3-4, p. 449.

111 duchenne (Geneviève), Visions et projets belges pour l’Europe. De la Belle Époque aux Traités de Rome (1900-1957), Bruxelles, Peter Lang, 2001, p. 161.

112 Lois du 6 mai 1944 et 19 septembre 1945. Elles impliquaient la déchéance des droits civils, politiques, d’éligibilité, d’enseigner et de participer à une publication quelconque en Belgique.

113 Son article 7 rendait anachronique l’article 123, procédant d’arrêtés-lois postérieurs aux faits incriminés ; l’article 10 garantissait la liberté d’expression ; et De Becker critique son « exil de fait », qui n’est inscrit dans aucun texte à ses yeux (pelloux [Robert], « L’arrêt de la Cour européenne des droits de l’homme dans l’Affaire De Becker », dans Annuaire français de droit international, vol. 8, 1962, p. 332).

114 Aerts (Koen), Repressie zonder maat of einde ? De juridische reïntegratie van incivieken in de Belgische Staat na de Tweede Wereldoorlog, thèse, UGent, 2010-2011, p. 422-461 ; Fréché (Bibiane), « L’épuration des Lettres en Belgique francophone », dans Brogniez (Laurence), dir., Textyles, n° 31, Droit et littérature, 2007, p. 77-78.

115 aerts (Koen), « L’Affaire De Becker (1956-1962). La fin de la répression et la Convention européenne de sauvegarde des droits de l’Homme et des libertés fondamentales », dans dard (Olivier), deschamps (Étienne), duchenne (Geneviève), éd., Raymond De Becker (1912-1969). Itinéraire et facettes d’un intellectuel réprouvé, Bruxelles, Peter Lang, 2013, p. 253-273 ; seberechts (Frank), « Raymond De Becker dans la diaspora belge en France après la Seconde Guerre mondiale », ibidem, p. 245-252.

116 De Becker à Jaspar, 23/3/1960 (agr, pmhj, n° 147).

117 De Becker à Jaspar, 25/5/1961 (ibidem).

118 pelloux (Robert), op cit., p. 337.

119 Ibidem, p. 342-343.

120 Jaspar à De Becker, 1/6/1961 (agr, pmhj, n° 147).

121 De Becker à Jaspar, 20/1/1962 (ibidem).

122 Jaspar à De Becker, 25/1/1962 (ibidem).

123 De Becker à Jaspar, 3/11/1965. Jaspar avait fort apprécié Le Rêve et la Sexualité, de De Becker (Jaspar à De Becker, 7/9/1965) (ibidem) ; dard (Olivier), « Raymond De Becker, de la Suisse à Planète », dans dard [Olivier], deschamps (Étienne), duchenne (Geneviève), éd., op. cit., p. 275-288.

124 De Becker à Jaspar, 22/7/1966 (ibidem).

125 Ce dernier, à la mort de De Becker, en 1969, publiera un hommage à l’écrivain (Le Nouveau Planète, n° 8, juin 1969, p. 62-63).

126 A. Kirschen à Jaspar, 2/9/1963 (agr, pmhj, n° 999).

127 Jaspar à A. Kirschen, 6/9/1963 (ibidem).

128 Pourquoi Pas ?, 22/7/1949.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Vincent Genin, « Les réseaux lettrés du diplomate-écrivain Marcel-Henri Jaspar dans les années 1960 », Textyles, 46 | 2015, 185-211.

Référence électronique

Vincent Genin, « Les réseaux lettrés du diplomate-écrivain Marcel-Henri Jaspar dans les années 1960 », Textyles [En ligne], 46 | 2015, mis en ligne le 01 mai 2015, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://textyles.revues.org/2588 ; DOI : 10.4000/textyles.2588

Haut de page

Auteur

Vincent Genin

Université de Liège

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org