Navigation – Plan du site
Figurations de la vie littéraire

La femme-écrivain de province et la femme-inspiratrice dans Initiation de Marguerite Coppin

Mirande Lucien
p. 53-58

Texte intégral

1Marguerite Coppin est née en 1867, à Saint-Josse ten-Noode, qui fait partie aujourd’hui de la région de Bruxelles-Capitale. Il est intéressant de la situer dans la chronologie des lettres francophones pour éviter tout anachronisme.

  • 1 Blanchaud (Corinne), Dictionnaire des écrivains francophones classiques, Belgique, Canada, Québec, (...)
  • 2 Dans L’Office de publicité (1862-1890).
  • 3 Popp (Caroline), Récits et Légendes de Flandre, Bruxelles, Lebègue et Cie, 1867.
  • 4 Gravière (Caroline), Une Parisienne à Bruxelles, Onlit Books éditions, 1998. Article à signaler : M (...)

2On constate ainsi qu’avant elle, il n’y a pas grand monde, dans l’histoire des femmes, qui écrive en français hors de France. Dans un des derniers dictionnaires en date des lettres francophones1, avant Marguerite Coppin, on a une Canadienne : Laure Conan. Il faut ensuite attendre 1874 et la Luxembourgeoise Aline Mayrisch. Sur Wikipédia, « portail des femmes de lettres belges », si on excepte quelques mondaines issues généralement de la noblesse, qui ont produit des récits historiques ou des récits de voyage, comme Marie Clotilde Élisabeth Louise de Riquet ou Juliette Robert de Robersart, on trouve Caroline Popp, née Boussart en 1808 à Binche. Installée à Bruges, elle a écrit des « lettres brugeoises »2 sous un pseudonyme masculin (Charles) et des Récits et légendes de Flandre3. Elle a surtout joué un rôle dans la presse en codirigeant Le Journal de Bruges, où elle a animé des campagnes contre la misère et la pénibilité du travail. Son mari a édité plusieurs volumes de Marguerite Coppin, pour qui elle a pu être un modèle. Comme écrivaines à proprement parler, avant Marguerite Coppin, il y a Caroline Gravière (1821-1878)4, l’auteure d’Une Parisienne à Bruxelles, Neel Doff, née aux Pays-Bas en 1858, mais qui vit à Bruxelles et écrit en français, et Marie Nizet, née en 1859. Après elles viendront Marie Closset, née en 1873, qui écrit sous le pseudonyme de Jean Dominique, et Marie Gevers, née en 1883. Marguerite Coppin n’a donc pas autour d’elle beaucoup de femmes de lettres.

Il en va de même en France, puisque Colette est née en 1873, Lucie Delarue-Mardrus l’année suivante et la comtesse de Noailles en 1876.

  • 5 J’ai développé longuement l’histoire des origines, de l’enfance et de la jeunesse de Marguerite Cop (...)
  • 6 Ressort cassé, Bruxelles, Kistemaeckers, 1889, sans nom d’auteur. Réédition avec notes et préface d (...)
  • 7 Le Troisième Sexe suivi de Hors sexe, Bruxelles, Kistemaeckers, 1890. Peut être consulté à Paris à (...)

3Originaire d’un milieu modeste, Marguerite Coppin est vraisemblablement autodidacte5. En 1889, à l’âge de 22 ans, très jeune donc, elle se lance dans une aventure un peu déconcertante. Elle publie, sans nom d’auteur, chez Kistemaeckers, un éditeur bruxellois assez sulfureux, un roman intitulé Ressort cassé6 et l’année suivante, toujours chez le même éditeur, un autre roman : Le Troisième Sexe7. Sur la couverture on lit : par l’auteur de Ressort cassé. Entre les deux ouvrages le lien est clair et une action judiciaire intentée contre le deuxième, pour atteinte aux mœurs, fait connaître le nom de l’auteur. Pourquoi ces deux ouvrages ? Espère-t-elle un succès de scandale qui lui permettrait d’échapper à une condition médiocre et de gagner de l’argent ? C’est possible, mais Kistemaeckers n’est pas n’importe qui. Certes le scandale ne lui déplaît pas, mais il est l’éditeur de grands écrivains naturalistes français. Je pense plutôt qu’il y a chez la jeune auteure un dégoût profond pour l’amour charnel qui ne peut exister autour d’elle, chez une femme respectable, que dans le cadre du mariage. Or, celui-ci implique, à ses yeux, une sexualité soumise. Sous l’influence de la pensée ésotérique et syncrétique en faveur dans les milieux qu’elle peut fréquenter, elle a tenté de donner forme à ce qu’elle appelle « un amour inconnu », qui passe souvent par le brouillage des genres. Kistemaeckers, favorable aux anarchistes, pouvait être intéressé par ces ébauches de femmes nouvelles. Mais l’expérience lui a fait frôler les assises et elle en est restée là.

  • 8 Trine (Ralph Waldo), À l’unisson de l’infini, traduit de l’anglais par Marguerite Coppin, Fischbach (...)

4Marguerite Coppin s’installe à Bruges en 1892. Elle donne des conférences et écrit dans différentes revues, ce qui à l’époque était rémunérateur. Elle publie des poèmes, qu’elle signe cette fois, chez des éditeurs d’Ostende (Bouchery) ou de Bruges (Popp). En un mot, elle devient un personnage respectable de la vie de province. Ses sympathies la portent du côté du parti libéral, mais, à ma connaissance, rien dans ses écrits ne parle de promotion de la femme ou de misère ouvrière, sujets qui intéressent Caroline Boussart-Popp, déjà évoquée. Si elle cherche à donner à sa vie une dimension supplémentaire, c’est en se tournant vers la théosophie ou d’autres mouvements occultistes qui ont le vent en poupe à l’époque. Ainsi, elle traduit un best-seller américain : In Tune With the Infinite de R.W. Trine, qui date de 1897, et paraîtra sous le titre À l’unisson de l’infini, en 19028.

  • 9 Coppin (Marguerite), « Initiation », dans Revue de Belgique, série 2, t. xiv, août 1895, p. 336-363 (...)

5En 1895, elle a vingt-huit ans et publie en livraisons dans La Revue de Belgique un roman intitulé Initiation9. Le titre donne tout de suite le ton : il s’agit de « révéler des secrets », de « faire accéder à la connaissance de quelque chose ». Tel est, en effet, le sens du mot « initiation ». Que peut donc apprendre à ses contemporains ou plus vraisemblablement à ses contemporaines, cette femme qui n’a pas encore atteint la trentaine, mais qui est célibataire et vit de son travail, chose relativement rare à l’époque ? Il y a dans Initiation deux femmes : l’une est une femme-écrivaine de province et l’autre ce que j’appellerai une femme-inspiratrice. Ces deux portraits, ces deux personnages méritent d’être analysés.

  • 10 Il y aurait beaucoup de choses à dire sur la réécriture du « roman familial » dans l’œuvre de Margu (...)

6Presque tous les romans de Marguerite Coppin sont curieusement coupés en deux parties très distinctes. Celui-ci n’échappe pas à cette habitude. Dans la première partie, Pascale, l’héroïne, est une jeune fille élevée par son oncle et sa tante − couple adelphique − et protégée par une marraine − comme dans les contes de fées10. Madame Dessenlys, la marraine, est désignée comme « une femme-auteur » (p. 14), bel esprit d’une petite ville, « oracle littéraire à deux volumes par an de sa délicieuse et somnolente cité » (p. 16), une cité qui ressemble beaucoup à Bruges. Dans la deuxième partie du roman, l’héroïne, grâce aux relations de sa marraine, se retrouve aux « Daffodils », une luxueuse propriété de la Riviera, en qualité de dame de compagnie d’une princesse russe discrète et lucide. Elle retrouve là le beau prince-poète polonais rencontré à Bruges chez madame Dessenlys. Si la complaisante princesse rémunère Pascale, c’est en fait pour permettre au prince dont la jeune fille s’éprend progressivement − tout est fait pour cela − d’écrire « sur le motif » son succès de l’année : L’Éveil d’amour. Peintres et poètes ont souvent un modèle, une muse. Mais on a rarement vu provoquer un amour à des fins d’inspiration : pour pouvoir le décrire, dans son évolution, au jour le jour. Il fallait pour cela un certain cynisme. C’est ce cynisme qu’on trouve dans Initiation.

7La première partie contient une critique acerbe de la vie de province. La critique du conformisme provincial est en soi peu originale, mais le ton, d’un réalisme au vitriol, n’est pas sans intérêt. Ainsi quand l’héroïne s’en prend à sa marraine, elle la compare à « l’épicière du coin, portant pour armes le bocal de préjugés aigres comme cornichons » (p. 17). Quand les invités de madame Dessenlys se retirent, on considère qu’ils « se montrèrent d’assez bonne compagnie pour ne commencer à la blâmer, elle et sa réception, qu’après avoir quitté sa maison d’au moins une minute »(p. 23).

8Mais venons-en au portrait de cette « femme-écrivain de province », créature d’une auteure, brossé par le narrateur neutre.

  • 11 La femme comme être « lunaire », avec tout ce qui en découle de passive influence, est un thème hab (...)
  • 12 Le mot « réflexion » n’est pas à prendre ici dans le sens usuel de « faculté qu’a la pensée de fair (...)

[…] ce n’était rien moins qu’une femme-auteur. Un grand écrivain ? Non, car elle était trop femme pour cela, trop « lunaire » comme dirait un célèbre magicien moderne11, qui exprime par là cette nature toute de réflexion12 de la femme, laquelle a quelquefois du talent, souvent du bonheur dans l’expression, de la facilité dans la conception, mais jamais d’esprit créateur.
Un bas-bleu encombrant alors ?… Mais non, pas davantage : elle avait pour cela bien trop de finesse, et aussi, gros comme un zeste d’esprit de bon aloi. Simplement ce qu’est très généralement la femme-auteur : une personne d’intelligence vive, de compréhension facile, de style coulant, possédant plus de notions que de connaissances et moins d’originalité que de mémoire. Mêlez à cela une entente bien comprise du document, de l’observation, du coup d’œil, une haute idée de ce qu’on aurait pu être, une appréciation juste de ce qu’on est, et un désir dévorant de devenir ce qu’on ne deviendra jamais, quelque travail et quelque énergie qu’on y dépense. Un détail particularisait cette silhouette qui passait dans la ville pour une physionomie : Madame Dessanlys avait choisi pour y écrire, s’y faire connaître, déchirer, apprécier, envier et louer, la ville de province ! […] Cependant ce n’était pas la modestie qui l’avait guidée, car elle n’avait choisi la province que parce que le rôle de « bel esprit de clocher » lui présentait seul des chances de réussite et de renom : monnaie de gloire qu’il fait bon encaisser à défaut de la grosse pièce. (p. 14-15. Je souligne)

9Cette notoriété-là s’évalue, dans Initiation, au nombre de saluts à rendre, le dimanche, en allant à la messe et trouve son apogée dans le fait d’être montrée aux étrangers de passage comme la grosse cloche du beffroi et la tour de la cathédrale.

  • 13 Je refuse d’entrer dans le débat : si elle n’est pas « même », elle peut être « autre » à égalité…

10On peut passer sur la rivalité entre capitale et ville de province si propre au xixe siècle. Ce qui est essentiel, c’est l’incompatibilité, posée comme évidente, entre la femme et l’écrivain de talent. On ne peut dire plus nettement qu’une femme, par sa nature, ne peut être un grand écrivain. Elle peut juste avoir des qualités de seconde main : la mémoire, en lieu et place d’originalité. Et en province cela peut faire de l’effet. Mais dire de quelqu’un qu’elle ne peut être un grand écrivain parce qu’elle est trop femme, c’est se faire des femmes une bien piètre opinion13. Ce mépris des femmes en général, on le retrouve dans toute l’œuvre de Marguerite Coppin. Ainsi dans la deuxième partie d’Initiation on peut lire : « Il y avait peu de femmes invitées aux “Daffodils”, donc il y eut peu de fausses notes dans ce concert. »

« L’Homme est un loup pour l’homme » (homo incluant hommes et femmes, il est vrai) a dit Plaute, mais avouons que pour les femmes le bourreau a souvent été une bourrelle.

11La seconde partie du roman montre que la vraie fonction artistique de la femme est une fonction d’inspiratrice. Le poète polonais en vogue, qui s’est fait aimer par l’héroïne pour mieux s’en inspirer, lui déclare : « Celle que nous aimons, nous en faisons la dame des songes et désirs, l’inspiratrice. Et quelle plus grande gloire que celle d’avoir, par sa grâce harmonieuse, fait jaillir d’un être enthousiasmé l’hymne d’admiration et d’amour. » (p. 44)

12Dans le roman de Marguerite Coppin, les femmes sont faites pour permettre aux hommes de se réaliser. Et c’est dans cette inconsciente abnégation que l’héroïne « vit son heure de vie heureuse » (p. 54). « Et le regret de son amour, lit-on à la fin du roman, tout au fond de son cœur, lui fut la meilleure compagnie qu’elle pût trouver. » (p. 64)

13Le secret, l’« Initiation », c’est que, hic et nunc, les femmes n’ayant pas beaucoup de qualités intrinsèques ne peuvent espérer éprouver de grandes joies intellectuelles comme les hommes et que leur pouvoir reste un pouvoir discret d’entremise. Mais qu’elles doivent se contenter de cela. La futilité leur sert de sédatif. En envoyant à Pascale la somme correspondant à son travail en tant que « dame de compagnie », la princesse « qui avait sa philosophie » murmure : « Le cœur guéri, elle sera charmée de trouver ici de quoi s’acheter des chapeaux ». Et l’auteure (j’ose ici l’assimilation) précise : « elle croyait fermement à l’influence curatrice de la modiste et du couturier » (p. 63).

  • 14 C’est le dernier mot du livre.

14Marguerite Coppin, dans ce livre intitulé Initiation, donne aux lectrices de 1895 une assez triste leçon de résignation : « accepter ce qui est », « choisir ce qui se fait » pour obtenir en échange « ce bien inestimable » : « la paix » (p. 67)14.

Haut de page

Notes

1 Blanchaud (Corinne), Dictionnaire des écrivains francophones classiques, Belgique, Canada, Québec, Luxembourg, Suisse romande, Paris, Honoré Champion, 2013.

2 Dans L’Office de publicité (1862-1890).

3 Popp (Caroline), Récits et Légendes de Flandre, Bruxelles, Lebègue et Cie, 1867.

4 Gravière (Caroline), Une Parisienne à Bruxelles, Onlit Books éditions, 1998. Article à signaler : Michaux (Marianne), « Caroline Gravière (1821-1878), bourgeoise insoumise ? », dans Lits (Marc), dir., Textyles, n° 10, Fantastiqueurs, 1993, p. 239-250.

5 J’ai développé longuement l’histoire des origines, de l’enfance et de la jeunesse de Marguerite Coppin dans un précédent article : « Marguerite Coppin ou L’amour hors les sens », dans Brogniez (Laurence) et Gemis (Vanessa), dir., Textyles, n° 42, Écrivain(e)s, 2012, p. 71-82, ainsi que dans les préfaces des deux rééditions des ouvrages de Marguerite Coppin (voir infra).

6 Ressort cassé, Bruxelles, Kistemaeckers, 1889, sans nom d’auteur. Réédition avec notes et préface de Mirande Lucien, Bibliothèque GayKitschCamp, Montpellier, 2011.

7 Le Troisième Sexe suivi de Hors sexe, Bruxelles, Kistemaeckers, 1890. Peut être consulté à Paris à la Bibliothèque Marguerite Durand sous la cote 8° 17992. Réédition de la seconde partie : Hors sexe, avec notes et préface de Mirande Lucien, Bibliothèque GayKitschCamp, Montpellier, 2012.

8 Trine (Ralph Waldo), À l’unisson de l’infini, traduit de l’anglais par Marguerite Coppin, Fischbacher, Paris, 1902.

9 Coppin (Marguerite), « Initiation », dans Revue de Belgique, série 2, t. xiv, août 1895, p. 336-363 ; t. xv, septembre 1895, p. 32-52 ; t. xv octobre 1895, p. 152-153. Tiré à part : Coppin (Marguerite), Initiation, extrait de La Revue de Belgique, Bruxelles, P. Weissenbruch, s.d., volume disponible à Bruxelles, aux aml, cote : 70.299 B1, 8. Sur la page titre figure la dédicace suivante : « Témoignage de profonde sympathie de l’auteur », signée : Marguerite Coppin, Bruges 1895. Toutes les citations seront faites d’après ce volume.

10 Il y aurait beaucoup de choses à dire sur la réécriture du « roman familial » dans l’œuvre de Marguerite Coppin, comme signe de refus de ses propres origines.

11 La femme comme être « lunaire », avec tout ce qui en découle de passive influence, est un thème habituel de la pensée ésotérique de l’époque ; le magicien pourrait être le Sâr Péladan ou un de ses disciples.

12 Le mot « réflexion » n’est pas à prendre ici dans le sens usuel de « faculté qu’a la pensée de faire retour sur elle-même », au sens intellectuel donc ; mais dans le sens premier qui est : « changement de direction des ondes (lumineuses ou sonores) lorsqu’elles rencontrent un corps interposé ». C’est dans cette perspective-là qu’il faut voir « la femme-inspiratrice ».

13 Je refuse d’entrer dans le débat : si elle n’est pas « même », elle peut être « autre » à égalité…

14 C’est le dernier mot du livre.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mirande Lucien, « La femme-écrivain de province et la femme-inspiratrice dans Initiation de Marguerite Coppin », Textyles, 46 | 2015, 53-58.

Référence électronique

Mirande Lucien, « La femme-écrivain de province et la femme-inspiratrice dans Initiation de Marguerite Coppin », Textyles [En ligne], 46 | 2015, mis en ligne le 01 mai 2015, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://textyles.revues.org/2580 ; DOI : 10.4000/textyles.2580

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org