Navigation – Plan du site
Chroniques

Revues

Pierre Halen
p. 117-123

Bulletin de la Fondation « Ça Ira »

Le n° 29 du Bulletin, qui s’orne d’un dessin de couverture emprunté aux archives de la famille Willems-Gevers, est décidément anversois : on y évoque tour à tour les personnalités d’Évelyne Pollet, d’Alain Germoz et de Paul Willems. À propos de la première, certainement la moins connue des trois aujourd’hui, le Bulletin reprend d’abord un compte rendu, par Paul Neuhuys en 1938, du roman La Maison carrée, qui parut alors avec une préface de Marie Gevers, sa cousine par alliance, préface qui ne suffit pas à lui attirer le succès, comme en témoigne une lettre ici reproduite en fac-similé. Un mémoire consacré à Escaliers, « autofiction » qui évoque la liaison de l’auteur avec Louis-Ferdinand Céline, a été réalisé par C. Moorkens à l’Université d’Anvers sous la direction ce Christian Berg. Alain Germoz est ensuite convoqué dans une seconde partie, d’abord pour son recueil Les Sandales d’Empédocle (2007), mais aussi pour d’autres textes récents où il est question notamment de l’identité culturelle. De fil en aiguille, selon la méthode chère au Bulletin, le propos se dirige notamment vers Frans Buyens avant de revenir à l’ensemble du parcours de Germoz, dramaturge, poète, animateur de revue. Enfin, on salue l’édition des lettres de Paul Willems à Jacques Ferrand, édition malheureusement amputée des missives du second au premier : c’est l’occasion d’épingler nombre de citations bien choisies, à propos des lieux notamment, et de Missembourg en particulier.

Le n° 30 (2e semestre 2007) apporte une longue évocation de la personnalité, de l’œuvre et de la trajectoire de Wout Hoeboer, en marge de la créativité avant-gardiste européenne au cours du xxe siècle. Hoeboer, plasticien d’origine hollandaise, graveur, collagiste, notamment, eut de nombreuses relations avec l’Allemagne et plus tard avec l’Italie, mais c’est à Bruxelles qu’il vécut la plus grande partie de sa vie active. Henri-Floris Jespers résume avec autant de clarté que d’érudition une activité profuse et attentive, nourrie de contacts et divers. Le prétexte de cette évocation est reproduit en couleur, une fois n’est pas coutume, au centre du cahier : les trois marionnettes élaborées par Hoeboer pour la représentation d’une des tentatives théâtrales de Paul Neuhuys, Les Enfants de colère (1956, publication en 1961), « véritable boîte à malices » que son fils Luc Neuhuys se disposait à monter vers 1970. Dans le prolongement de ce cette livraison, celle qui porte le n° 31 (3e trimestre 2007) aurait pu être un « 30bis », suggère Henri-Floris Jespers. C’est qu’elle consiste pour l’essentiel dans la réédition d’une pièce de Paul Neuhuys : La Poponaia (La Melonnière). Divertissement en trois actes, présentée initialement sous le pseudonyme d’Ubaldo Guicciardini (Anvers, 1950). C’est l’époque où Neuhuys, déprimé, publie sous des pseudonymes plus ou moins fantaisistes. La pièce a été montée in illo tempore, entre autres, par Luc et Thierry Neuhuys. Elle fait l’objet ici d’un bref commentaire qui suggère sa dimension de texte à clefs, multipliant aussi les allusions érudites, mais finalement aussi sa dimension mélancolique, la mélonnière faisant écho à La Cerisaie.

Publiée avec un peu de retard, la quatrième livraison pour 2007 (n° 32) s’intéresse à un auteur peu connu, Léon Chenoy, qui publia trois plaquettes aux éditions Ça Ira et dont la postérité pâtit sans doute de la difficulté de le ranger parmi les traditionalistes ou les modernistes d’alors. Les jugements critiques de Chenoy comme les poèmes ici cités expriment en tout cas une sorte de quête du juste milieu, à rebours des excès comme de l’artifice, la recherche d’une « synthèse lyrique » comme celle qu’il trouve chez Neuhuys, une attention à la vie moderne aussi, avec une belle liberté dans le dépouillement. En suivant les participations de Chenoy à diverses autres publications dont 7 Arts ou Sélection, on rebrasse les échanges plus ou moins vifs entre revues et acteurs de la modernité artistique des années 1920 : Franz Hellens, Pierre Bourgeois, Paul Nougé et ses faux tracts, le cinéma du temps, Pierre-Louis Flouquet et les arts plastiques… Chenoy, qui fut aussi romancier, et qui fit quelques mauvais choix sous l’Occupation, semble avoir lui-même eu conscience de son relatif échec littéraire dans ses dernières publications, un roman de 1941 et le recueil Sable et cendres de 1956. Le Bulletin évoque par ailleurs quelques publications récentes, à propos de Paul Willems ou de l’Internationale situationniste.

Le premier numéro de 2008 (n° 33) fait d’abord une place à Paul Joostens, figure majeure dans la mouvance du dadaïsme ; le Bulletin reproduit ici une évocation de Joostens par son ami Paul Neuhuys en 1960, après la mort de l’artiste. On découvre ensuite les engagements politiques de Clément Pansaers dans Résurrection, très fédéraliste pour l’époque, mais aussi dans la ligne de ce qu’avait mis en œuvre l’occupant allemand en 1914-1918, et des « activistes » flamands. Le numéro évoque ensuite la vie éphémère d’un périodique des éditions Lumière, Le Rat, en 1927-1928 et publie dans la foulée des lettres inédites échangées à l’époque par Neuhuys et Avermaete. Hommage est aussi rendu à Henri Chopin et à ses essais d’une « poésie sonore ». Rappelons qu’on peut adhérer à la Fondation comme membre adhérent ou protecteur, ou comme institution (50, chaussée de Vleurgat, 1050 Bruxelles). <ca.ira@belgacom.net>

Echinox

Le volume 11 des Cahiers de l’Echinox, publiés par le Centre de recherche sur l’Imaginaire de l’Université de Cluj (Roumanie), est à nouveau une livraison très riche, pour ne pas dire copieuse. Le titre général, Voyages dans le Levant et ailleurs, annonce un sommaire en trois parties. La première, « Homo errans », traite de l’errance, du voyage, de l’exil, de la migration et du nomadisme, chez des auteurs aussi différents que Herman Hesse et Paul Auster. La deuxième partie comme la troisième sont plus spécifiquement liées à une zone géographique. Les Balkans tout d’abord, dans un sens (méditerranéen) assez large, qui inclut aussi des regards antiques. Le « Levant francophone » ensuite, c’est-à-dire l’Est de la Méditerranée, surtout la Grèce, le Liban et Chypre, et leurs diasporas. On y trouve de nombreux articles, notamment sur l’œuvre d’Amin Maalouf et d’Andrée Chédid. Dans cette livraison, comme toujours, une riche section de comptes rendus mérite l’attention, avec notamment beaucoup de recensions consacrées à des ouvrages rédigés en français. La Belgique s’y retrouve avec plusieurs notes de lecture relatives à Henry Bauchau, mais les ouvrages généraux touchant la problématique de l’imaginaire doivent surtout être signalés dans cette riche section.

Le douzième volume des Cahiers de l’Echinox (2007) est placé sous le signe de L’Imaginaire religieux. Nous sommes à la jointure entre anthropologie, histoire des représentations et bien entendu littérature, la « paralittérature » n’étant pas en reste de symboles et de mythes justifiables d’une évocation ici (une intéressante contribution d’Arnaud Huftier traite notamment de L’Assassin habite au 21 de Stanislas-André Steeman). De Byzance à la publicité contemporaine, en passant par la Chine du xvie siècle, les utopies et le « théodrame », les parcours sont pour le moins riches et variés.

Nouveauté : les Cahiers d’Echinox sont à présent disponibles aux Presses universitaires de Valenciennes (diffusion Les Belles Lettres). Abonnement (2 numéros : 50 euros). Renseignements : <corinbraga@yahoo.com>. Voir aussi les sites : <www.lett.ubbcluj.ro/~phantasma> et <www.lett.ubbcluj.ro/~echinox>.

Francofonía

Le n° 15 (2006) de la revue « francophone » de l’Université de Cadix est consacré à Birago Diop et Léopold Sédar Senghor, cent ans après. Sous la direction d’Elena Cuasante Fernandez et d’Inmaculada Diaz Narbona, ce dossier a d’abord le mérite de célébrer, ensemble, ces deux centenaires : l’année Senghor a trop fait oublier qu’il y avait aussi ce qu’on peut appeler une « génération Senghor », essentielle non seulement pour les littératures africaines, mais aussi pour les littératures francophones dans leur ensemble ; s’il manque ici ne serait-ce qu’une brève introduction pour le souligner et en tirer parti, un article de Buata Malela tente néanmoins un rapprochement entre les deux figures. Les publications senghoriennes s’étant accumulées en 2006, je relèverai davantage ce qui concerne Birago Diop. Cet auteur de l’ère coloniale a notamment donné des Contes qui, comme le relève un essai récent d’Alain Ricard, procèdent d’une inspiration « ethnologique » bien dans l’air du temps ; Viviane Azarian les approche de manière originale par rapport aux mémoires de l’écrivain. Birago Diop est aussi un poète, dont « Souffles » est sans doute le texte le plus connu et le plus souvent cité. Concernant Senghor, le dossier propose plusieurs points de vue intéressants à propos notamment des figures féminines, du rôle de la préface de Sartre, Orphée noir, ou encore de cette poétique de la conciliation si essentielle à l’auteur de Chants d’ombre. Outre divers comptes rendus, des varias complètent ce volume, à propos des œuvres de Kourouma, de Khatibi ou de Farès, à propos aussi des figures de mères dans la littérature africaine féminine, article qui n’est pas le moins intéressant de cet ensemble.

Pour son numéro 16, la revue change de présentation graphique, avec une couverture sobre et assez réussie, et une mise en page très améliorée. Dans l’ensemble, les francophonies du Nord y sont peu représentées, en dehors de la Belgique : outre un compte rendu consacré à un livre de Martine Renouprez sur l’œuvre de Claire Lejeune, on découvrira une étude de Florence Locajono intitulée de façon peu explicite « Rien de nouveau sous le soleil », et consacrée à (l’absence de) l’exotisme chez Simenon, notamment dans Touriste de bananes et Ceux de la soif. Ce peu d’intérêt pour le « Nord » est à comparer avec la présence des lettres belges dans les Estudios de lengua y literatura francesas, produites par le même département de Cadiz, où les auteurs belges ont une place relativement importante : la francophonie ne se pense-t-elle plus que comme un « Sud » de l’ancienne « francité » ? Ce n° 16 propose un dossier consacré au Polar francophone, surtout africain, mais aussi maghrébin et antillais, avec des débordements du côté de la représentation de la violence et de la folie. Des varias sont ensuite consacrés à Assia Djebar, décidément l’auteur le plus en vogue dans le secteur, mais aussi à Kourouma, et Edwige Danticat. On relèvera l’importante section réservée aux comptes rendus, une partie de ceux-ci étant vouée à des ouvrages de création, essentiellement du même « Sud » ou concernant celui-ci, comme l’essai de Nagib Redouane à propos du « divers singulier » que le Sud constituerait. On s’abonne : Servicio de Publicaciones de la Universidad de Cádiz. Apartado de Correos 439. E-11002 Cadiz. Rédaction : <francofonia@uca.es>

Nord’

La Revue de critique et de création littéraires du Nord/Pas-de-Calais poursuit avec régularité son activité. Un n° 48 (décembre 2006) est consacré à la bande dessinée, en l’occurrence aux « bulles du Nord ». Les créateurs belges s’y retrouvent presque forcément, avec une étude (elles ne sont pas si nombreuses sur cet auteur) consacrée au Fantôme espagnol de Willy Vandersteen, album où se superposent l’évocation des Pays-Bas au xvie siècle et le contexte de la Seconde Guerre mondiale. Les œuvres de Hergé et de Marcel Marlier, avec les personnages de Tintin et de Martine, sont évoquées par ailleurs, spécialement pour les versions en picard. À noter aussi, un article qui s’attache à la « poétique du chaudron » dans Astérix chez les Belges. La problématique d’ensemble, que situe une introduction bien documentée, illustre bien à la fois la pertinence mais aussi la difficulté d’inscrire dans une région aussi ouverte une sorte d’inventaire et de bilan créatif. Divers albums plus spécifiquement liés à la région du Nord/Pas-de-Calais montrent de leur côté la continuité du tissu culturel et social avec le Hainaut notamment, ce qui n’a bien sûr rien de surprenant.

Le n° 49 (avril 2007) est consacré à l’œuvre polymorphe de Dominique Sampiero, poète essentiellement, mais aussi scénariste et plasticien. Introduit de manière sans doute un peu lyrique, c’est un bel hommage, bien illustré aussi, à un créateur avec lequel on fait immédiatement connaissance grâce à un inédit : le Carnet d’un buveur de ciel. Les n° 50 (novembre 2007) et 51 (mai 2008) sont eux aussi voués à des écrivains singuliers. À Pierre Hamp, d’abord, « personnage étonnant et oublié », qui s’est mis en scène lui-même sous le pseudonyme de « Monsieur Curieux ». À suivre le parcours de cet ancien pâtissier devenu Inspecteur du travail puis écrivain fécond de l’entre-deux-guerres, on croise les noms d’André Gide ou de Paul Claudel… Ensuite, à André Stil, figure sans doute moins oubliée, notamment parce qu’il fut membre de l’Académie Goncourt et, auparavant, membre du Comité Central du pcf et rédacteur en chef du journal L’Humanité. Homme du Nord lui aussi, homme d’engagement bien sûr, à qui il arriva de dénoncer les « théorissotins » du groupe Tel Quel et de rendre compte du coup de Prague où il était correspondant de presse : à revisiter avec intérêt pour se rappeler l’histoire littéraire française du xxe siècle.

Nord’, qui accueille aussi des varias et des comptes rendus, publie également des numéros spéciaux, hors abonnement, notamment un volume : Images du Nord. Littérature, arts plastiques (2006). On peut s’adresser à la rédaction : <mmcastellani@yahoo.fr>. Pour des abonnements (22/25-euros en 2008) ou des commandes : Société de Littérature du Nord, 39, rue Nicolas Leblanc, F-59000 Lille.

L’Arbre à Paroles

Encore un numéro double pour la revue de la maison de la Poésie à Amay : après les échos du festival de Trois-Rivières, ce n° 133-134 (automne-hiver 2006) propose une sélection anthologique des recueils publiés par les éditions qui se sont développées, depuis une quarantaine d’années déjà, nous le rappelle Francis Chenot, à la suite et parallèlement à la revue. Le choix s’arrête toutefois aux recueils récemment édités, depuis le changement de maquette intervenu pour le périodique. L’opération est un peu arbitraire, mais on ne s’en cache pas : tout est placé ici sous le signe d’un partage de plaisirs poétiques. Les pays francophones du nord, en plus d’une présence marocaine, sont bien représentés dans cette sélection qui témoigne indirectement d’un réseau de collaborateurs et de lecteurs, en somme d’une forme particulière de champ littéraire, instituée par la langue et les affinités au-delà des frontières. Après quoi, on trouvera l’habituelle rubrique des comptes rendus, nourrie de nombreuses lectures de poètes contemporains.

Le n° 135 (printemps 2007, ill.), sous le titre Insectaire incertain, propose une très belle suite de poèmes consacrés aux insectes, inaugurée par un propos liminaire et plusieurs textes de Georges Thinès : cloportes, papillons, scarabées, phasmes s’y retrouvent, mêlés aux destinées humaines. Francis Tessa s’adonne ensuite à un portrait de Jean Dumortier, portrait en facettes décomposées d’un auteur à la tête désormais d’une œuvre relativement nombreuse, « poète dans le siècle », qui n’élude ni l’obscurité ni l’image, nous montre-t-on, et qui cependant « dit l’éblouissement de vivre ».

Le n° 136 (été 2007) est consacré au souvenir du poète français Jacques Simonomis, décédé en 2005. Plusieurs de ses recueils figuraient déjà au catalogue des éditions de L’Arbre à paroles, et quelques amis belges viennent ici joindre leur hommage et saluer une personnalité marquante aussi bien qu’attachante. Dans cette livraison, qui apporte aussi son lot de poèmes inédits et de comptes rendus, on épinglera ensuite un bref « Portrait » de Philippe Lekeuche par André Doms, avec quelques textes choisis. Pour l’automne (n° 137), la revue d’Amay dirige ses regards vers les marges européennes, avec un numéro thématique consacré à la poésie albanaise (Poezi shqiptare). Il propose une anthologie où se croisent pas moins de trente-deux auteurs, parmi lesquels seul sans doute le nom d’Ismaïl Kadaré est déjà connu du public francophone. Classiquement présentée avec de brèves notices individuelles, cette sélection de textes traduits occupe, pour une fois, presque tout l’espace disponible dans le numéro.

Pour l’hiver 2007, un n° 138 s’intitule Rouges fruits d’octobre. Comme ce titre ne l’indique pas, il s’agit de célébrer un anniversaire : les 45 ans de l’amitié qui lie les deux Francis, Chenot et Tessa, animateurs de la revue et des éditions, tous deux s’apprêtant semble-t-il à passer le témoin. Cela nous vaut quelques évocations rétrospectives, un propos sur l’utopie poétique, et une collection amicale de poèmes envoyés par les amis de la maison, en plus des rubriques habituelles. Le n° 139 (printemps 2008) a pour titre Métissages d’exil et propose une suite de contributions poétiques très diverses, semble-t-il rassemblées à Trois-Rivières dans le contexte du Festival ; c’est ce que suggère en tout cas l’introduction de Réjean Bonenfant. Poèmes de partout, de Catalogne, de Berlin ou du Québec, avec quelquefois, effectivement, des thématisations du métissage, du déplacement spatial ou du contact interculturel, le tout dans des formes très libres, et des présentations très variables (certains poèmes en version bilingue). En « médaillon », ensuite, des poèmes notamment de Gaspard Hons, et une série de comptes rendus consacrés, notamment, à des recueils de Jacques Izoard et d’Éric Brogniet.

Le n° 140 (été 2008) s’intitule Rêver Québec et regroupe des textes qui se constituent autour d’un espace, autour de ce mot : « Québéc », pour « fêter la langue des ancêtres ». Anecdotes, poèmes, « québécqueries », auxquelles se joignent, en bonne compagnie internationale, des poètes belges comme André Schmitz, Francis Chenot, Werner Lambersy, Pierre Schroven, Véronique Wautier et Béatrice Libert. La formule est plaisante, assurément, qui relie la parole à un lieu unique mais divers, réel et rêvé à la fois, resouvenu et espéré en même temps. (Abonnement ordinaire : 25 euros pour 4 numéros – editions@maisondelapoesie.com)

Cahiers internationaux de symbolisme

« Demain, quelle civilisation ? » : la question a de quoi nous requérir. Elle figure en couverture de la livraison triple (n° 110-111-112) des cis, pour 2005 (reçue en février 2007). Les propos, qu’inspirent ici, le plus souvent, la philosophie, la biologie ou la génétique et l’histoire des religions, sont aussi citoyens. Le plus remarquable est sans doute le naturel avec lequel on en revient, aujourd’hui, à écrire ce concept de civilisation au singulier, donc à retenter une pensée de l’histoire humaine. Peter Sloterdijk est perçu, de même, comme un « nouvel humaniste », et la formule figure sans guillemets. Pour 2006, les cis proposent, de même, un numéro triple, (n° 113-114-115, reçu en même temps), qui est tout entier un hommage à Claire Lejeune (L’Inattendue. Genèse de la création dans les essais de Claire Lejeune). Choisis et présentés par Martine Renouprez, un très grand nombre d’articles, « préparatoires » à des livres publiés entre-temps ou encore à venir, sont ici regroupés et republiés ; ils éclairent la manière dont pensée et poésie, tour à tour, se sont fécondées, à moins qu’il ne s’agisse, au fond, d’une seule et unique démarche interrogeante. Plusieurs textes faisant fonction de préface (Danielle Bajomée, Jacques De Decker…) se succèdent à l’entrée de ce recueil, compensant l’absence, tout de même un peu regrettable, d’un dispositif de titrage suffisamment clair. Mais on a tout à gagner à entrer dans l’écriture pour rejoindre ainsi, et comprendre, une démarche à divers égards originale, exigeante et fidèle à son questionnement.

Le numéro triple suivant (n° 116-117-118, 2007) comporte un dossier d’études intitulé Flore, faune, symbole. S’il renoue avec une des inspirations traditionnelles de la revue, celle du symbolisme au sens de « la symbolique », il se place aussi dans le contexte contemporain des études environnementales, la culture, la langue et la littérature ayant sans doute effectivement à dire quelque chose d’essentiel dans l’inquiétude écologique contemporaine. Commune, d’un certain point de vue, aux deux tendances, une ethnologie bien comprise, attentive à des relations qu’on pourrait qualifier de « durables » entre les sociétés. La cerise sur le gâteau est apportée par un article de Marcel Voisin sur « L’intelligence des fleurs selon Maeterlinck » : c’était bien le moins que de rendre ainsi les honneurs au grand observateur de la nature que fut le Prix Nobel. Maeterlinck avait à vrai dire déjà été évoqué auparavant, pour sa Vie des abeilles, par Martine Renouprez. D’autres écrivains le sont par ailleurs : Édouard Glissant, spécialement, René Maran, sans parler des articles plus panoramiques, de l’Antiquité (voire de la préhistoire) à nos jours.

On peut se procurer les anciens numéros des cis, ou s’abonner – prix inchangé depuis longtemps : 16 euros (Belgique), 23 euros (autres pays). Rens. <http://w3.umh.ac.be/ciephum>.

Yourcenar

La vingt-septième livraison du Bulletin de la Société Internationale des Études Yourcenariennes (décembre 2006) comporte un dossier éclairant la genèse et la réception de la Présentation critique de l’œuvre de Constantin Cavafy, ouvrage de Yourcenar publié chez Gallimard en 1958. Ce dossier, gros de cent cinquante pages, est riche de nombreux documents en diverses langues ; il lève comme on peut s’y attendre diverses questions relatives à l’œuvre de Yourcenar (notamment à Hadrien), mais intéressera aussi les études de traduction littéraire et de réception. Au sommaire figurent aussi, outre la bibliographie courante et deux comptes rendus, des études diverses sur l’œuvre de Yourcenar, sur la critique d’art, la question de l’exil, la poétique romanesque (dans Mémoires d’Hadrien) ou la figure de la femme (dans Feux).

Le n° 28 du Bulletin propose des études diverses, consacrées notamment à Alexis, à L’œuvre au noir comme écriture de l’histoire, à l’écriture autobiographique du Labyrinthe du monde et à un livret de ballet tiré des Mémoires d’Hadrien. On y trouve aussi les échos de la Société, des comptes rendus et la bibliographie courante. De quoi mesurer la réception toujours importante de l’écrivain, vingt ans après sa mort. Une réception qui étudie aujourd’hui, notamment, des aspects plus anecdotiques de la biographie (ce qui nous vaut la reproduction de divers portraits de Yourcenar, et une approche de ses contacts avec les peintres), et plus comparatistes (en l’occurrence, des parallèles sont ici tentés avec Alejo Carpentier et Mika Waltari).

Parallèlement au Bulletin, la siey publie un volume consacré par Françoise Bonali-Fiquet à La Réception de l’œuvre de Marguerite Yourcenar (2007). Il s’agit d’un Essai de bibliographie chronologique (1995-2006), dont l’utilisation est rendue aisée par un index des noms propres et des œuvres citées. On peut tirer de cet inventaire, en attendant le colloque de novembre 2007 qui sera consacré à la réception de Yourcenar ces vingt dernières années, la première conclusion que la réception s’est quantitativement multipliée par dix en vingt ans (si l’on en juge par le nombre de monographies, mais la progression du nombre de thèses est semblable) et largement dispersée dans l’espace planétaire. La siey, désormais domiciliée à Clermont-Ferrand, publie en même temps les actes d’un colloque qui s’est tenu à Baeza (Jaén) en 2002 : Marguerite Yourcenar. La femme, les femmes, une écriture-femme ? Renseignement : siey, 2, Rue Abbé Girard – F-63000 Clermont-Ferrand ou <remy.poignault1@orange.fr>.

Maurice Carême

Le bulletin de la Fondation Maurice Carême propose en septembre 2007 un n° 53 qui fait le point annuel sur la postérité bien vivante du poète. On y signale l’ouvrage publié par Jeannine Burny (aussi rédactrice du bulletin) : Le jour s’en va toujours trop tôt. Sur les pas de Maurice Carême, aux éditions Racine. On y salue le Prix de poésie Maurice Carême, décerné cette année à Daniel De Bruycker, et le prix d’études littéraires (réservé à un essai sur Maurice Carême) décerné à Dominika Strozynska. Les annales et les échos, sous forme de listes, donnent une autre idée de cette postérité. (On s’abonne : Avenue Nellie Melba, 14, B-1070 Bruxelles. <jeannine.burny@coditel.net>)

Ponti/Ponts

La revue milanaise Ponti/Ponts continue sur sa lancée, celle d’une vraie « revue » des études francophones, toutes disciplines (littérature, langue, civilisation) confondues, tous domaines (du Nord ou du Sud) additionnés. Un dossier de cinq études ouvre ce numéro 6 (2006, reçu janvier 2007), sous le titre de Mariages. La première est due à Silvio Ferrari et concerne le thème dans l’œuvre de Jacques Brel ; ensuite viennent des études portant sur le Québec, les Antilles, l’Afrique noire et l’Afrique du Nord. Deux inédits s’y ajoutent, toujours inspirés par ce thème conjugal qui est aussi à comprendre dans son sens symbolique. La revue rend également hommage à Noël Audet, figure marquante de la critique québécoise, décédé en décembre 2005. Comme à l’accoutumée, Ponti propose une importante rubrique de comptes rendus présentés en fonction de la zone géographique d’origine, sauf pour les « études linguistiques » globales, au début, et des « œuvres générales et autres francophonies », à la fin. Ceux qui ne s’intéresseraient qu’à la Belgique francophone n’auraient donc qu’à visiter ces deux sections en plus de celle qui est réservée à la « francophonie européenne », où, entre autres, les dernières livraisons de Textyles sont (fort bien) recensées, parmi de nombreux autres comptes rendus. L’absence d’index, pour des rubriques si nombreuses et si riches, complique un peu la tâche du lecteur pressé, mais c’est peut-être voulu : prendre le temps de la promenade est aussi un enseignement utile. Graphiquement, on ne distingue pas non plus entre un titre de dossier et un titre d’article (car une recension peut ne concerner qu’un article) : on voit moins l’utilité de cette confusion-là. En somme, une livraison très riche encore une fois, que tout centre d’études francophones devrait avoir. Il en va de même pour le septième volume, publié en mars 2008, qui propose plusieurs études à l’enseigne des Présences du mythe. Les articles concernent le rôle du mythe à Madagascar, la relation de la littérature moderne africaine aux sociétés d’initiation ainsi que la réécriture d’Œdipe au Liban ; le premier s’attache à un poète belge, Paul Mathieu, publié notamment à L’Arbre à paroles, et dont des poèmes avaient déjà paru dans la revue. À noter pour le plaisir des lecteurs : les beaux textes publiés plus loin, dans la rubrique des inédits, de Sylvie Kandé. Et, dans la rubrique des comptes rendus, la recension du dossier « Michaux » (Textyles n° 29).

Adresse de la rédaction : <cristina.brancaglion@unimi.it>, <liana.nissim@unimi.it> ; les commandes et abonnements : aux éditions Cisalpino, via B. Eustachi, 12, – I-20129 Milano, <cisalpino@monduzzi.com> ; réduction aux abonnements pour cinq ans).

Estudios de Lengua y Literatura Francesas

Les Estudios publiés par le département de langue et littérature françaises de Cadix intitulent leur 17e livraison (2006-2007) : Silence. On sait que c’est là un motif qui a déjà été observé en particulier dans la littérature belge, notamment à propos du théâtre symboliste, par Daniel Laroche. Est-ce cependant une spécificité ? Le fait est que le thème est ici exploré, au titre de la littérature française, chez Mirbeau et les Goncourt, chez Assia Djebar et Annie Ernaux, mais aussi chez Comès, Amélie Nothomb et Marguerite Yourcenar. On y parle aussi de Bataille, de Mallarmé et du classicisme. Pour fêter ses vingt ans, la revue Estudios a entièrement renouvelé sa présentation. Si la rubrique des comptes rendus est un peu maigre, on a gardé la formule des résumés plurilingues, et celle d’un sommaire où l’on trouve à la fois des articles en français et en espagnol. On peut se procurer les numéros auprès du Servicio de Publicaciones de la Universidad de Cádix (Apartado de Correos 439, E-11002 Cádiz). Pour les collaborations scientifiques, cf. <flavia.aragon@uca.es> (Fac. De Filosofia y Letras. C/e Bartlomé Llompart, s/n. E-11071 Cádiz)

Études françaises

L’année 2006 se termine, pour la revue montréalaise, avec un beau numéro pour saluer Ahmadou Kourouma ou l’écriture comme mémoire du temps présent (vol. 42, n° 3). L’auteur ivoirien, alors récemment disparu, méritait bien cet hommage et cette attention. C’est un très beau portefeuille d’études diverses, portant notamment sur le roman, la mémoire et l’histoire, comme le titre l’annonçait, mais aussi sur d’autres aspects : la violence, le féminin, la langue, bien sûr, et le rire ! Cette dernière question n’est évidemment pas anodine dans un corpus critique où sa présence n’est pas habituelle, voire pas attendue.

Le premier numéro (vol. 43, n° 1, 2007) pour 2007 de la revue de l’Université de Montréal est consacré aux Langues de la dramaturgie québécoise contemporaine. C’est l’occasion de revenir sur les débats à la fois politiques, esthétiques et identitaires qui ont marqué la question de la langue sur les scènes québécoises depuis la Révolution tranquille, et même avant cela. C’est l’occasion aussi de poser la question plus générale des modes de représentation graphique de l’oralité dans le texte écrit et imprimé, ou encore celle du « partage des voix », qu’il s’agisse des usages sociaux ou de leur simulacre scénique. La seconde livraison (vol. 43, n° 2) emprunte la forme de son intitulé : 1857. Un état de l’imaginaire, à un essai fameux de Marc Angenot. Poe, Baudelaire, Flaubert, Champfleury… sont au centre des études ; la date, effectivement, est cruciale dans l’histoire littéraire française, et c’est un repère enfin dans une histoire « autonome » du champ. Avec deux « varias », sur Nancy Huston et la question du portrait. La troisième livraison pour 2007 est un « numéro préparé par la rédaction », sous le titre De Proust aux littératures numériques : lectures (vol. 43, n° 3). C’est un numéro de varias, comme on le devine, avec des études qui prennent tour à tour pour objet les œuvres de Proust, Kundera ou Jaccottet. Numéro de transition aussi pour la revue, dont le personnel change, mais à laquelle on souhaite la meilleure continuation.

Le premier numéro pour 2008 (vol. 44, n° 1) propose un dossier intitulé Engagement, désengagement : tonalités et stratégies. Le thème est évidemment d’actualité (cf. Formes de l’engagement et espace public. Sous la direction de Vincent Meyer et Jacques Walter, PU de Nancy, coll. Questions de communication, série Actes n° 3, 2007 ; ou l’ouvrage de Benoît Denis, Littérature et engagement, Paris, Seuil, 2000) ; il l’est toujours sans doute, mais sa reprise explicite après tant de proclamations concernant la « fin des idéologies » ou la mort des « Grands Récits », et malgré les tendances accrues à diverses formes d’autonomisation notamment dans le domaines des littératures post-coloniales, est remarquable en soi. Les œuvres d’André Gide, de Réjean Ducharme ou de Yasmina Khadra se retrouvent au sommaire de ce dossier ; il s’ouvre par une réflexion synthétique à propos de « Rhétorique et éthique de l’engagement littéraire contemporain », par Emmanuel Bouju.

Ce périodique est à présent disponible également au format électronique, via le site www.erudit.org/erudit/revues.html. On trouve la revue Études françaises à la Librairie du Québec à Paris (Rue Gay-Lussac, 30, 75005 Paris) ou chez l’éditeur, les presses de l’Université de Montréal <pum@umontreal.ca>. Mais, à long terme, l’archivage des numéros anciens devrait également être assuré de cette manière.

  • Revues.org