Navigation – Plan du site
Chroniques
Comptes rendus

Verbruggen (Christophe), Schrijverschap in de Belgische belle époque. Een sociaal-culturele geschiedenis

Gent/Nijmegen, Academia Press/Vantilt, 2009, 412 p.
Hubert Roland
p. 196-198
Référence(s) :

Verbruggen (Christophe), Schrijverschap in de Belgische belle époque. Een sociaal-culturele geschiedenis, Gent/Nijmegen, Academia Press/Vantilt, 2009, 412 p.

Texte intégral

1Cet ouvrage est la version synthétisée et retravaillée de la thèse de doctorat de l’auteur, soutenue en 2006 à l’Université de Gand. Il s’agit d’un solide travail, qui est un des premiers à proposer une approche intégrée sur l’histoire sociale des lettres belges de langue française et de langue néerlandaise. Pour des raisons liées à certaines traditions de recherche, mais aussi parfois pour des motifs institutionnels, une telle approche globale du champ intellectuel n’est pas la norme dans les historiographies qui nous occupent. Du côté francophone, les relations franco-belges ont tendance à monopoliser l’attention ; à cela s’ajoute le fait que la force d’influence des modèles théoriques français (ou étrangers passés au filtre de la critique française) est telle qu’elle s’impose le plus souvent comme une évidence. Du côté flamand, il n’est pas toujours de bon ton de démontrer historiquement l’interdépendance des milieux littéraires avec leur premier partenaire culturel – ou en tout cas le plus proche – cette Belgique francophone avec qui on a partagé des structures institutionnelles communes jusqu’à la communautarisation des affaires culturelles, voulue par la réforme de l’État.

2Dans son introduction méthodologique fort lisible, l’auteur expose les outils d’analyse de l’histoire sociale de la littérature : la théorie du champ de Bourdieu et l’idée de sociabilité, la pensée d’un Anthony Giddens ou d’un Norbert Elias, soit cette perspective constructiviste (sociale constructivisme) qui – d’après Verbruggen – « offre encore et toujours les meilleurs possibilités d’étudier la complexité réelle des évolutions sociétales » (p. 22 ; ma traduction). Parmi les outils conceptuels à disposition, il pèse les avantages et les inconvénients de la sociologie des réseaux et de la prosopographie pour traiter de manière éclectique son objet de recherche, la vie littéraire en Belgique à la « belle époque », entendue au sens commun comme la modernité spécifique de la fin de siècle à 1914.

3L’ouvrage est structuré en trois parties distinctes consacrées (1) à la problématique des intérêts moraux et matériels à travers les associations d’écrivains ; (2) à la thématique de l’écrivain-intellectuel ; (3) au champ spécifique des revues. Une des questions transversales à laquelle on tente de répondre consiste à savoir comment la notion d’auteur professionnel est née en Belgique, plus précisément comment les milieux littéraires se la sont appropriée pour pouvoir la protéger. L’idée de corporatisme – qu’on a souvent tendance à associer au corporatisme politique qui fit florès dans l’entre-deux-guerres, notamment dans les pays totalitaires – est ici revendiquée, dans le sens où elle désigne cette pratique spécifique destinée à garantir des droits, matériels et autres, aux membres reconnus d’une corporation.

4La volonté résolue de délimitation d’une profession des écrivains à la fin du xixe siècle suit une même logique en Flandre et en Belgique francophone. Il s’agit de s’adapter à une évolution internationale, notamment stimulée par le modèle français de la Société des Gens de Lettres, pour désormais réserver l’activité littéraire à des « professionnels » et en exclure les trop nombreux « dilettantes » actifs dans le champ. C’est bien à cette évolution qu’obéissaient les quatre associations professionnelles d’auteurs qui existaient en Belgique à la veille de la Première Guerre mondiale : l’Association des Écrivains Belges (aeb), la Vereeniging voor Letterkundigen (vvl), le Syndicat des Auteurs Dramatiques (sad) et le Bond der Vlaamsche Tooneelschrijvers (bvt). Ceci les distingue par exemple de l’Union Littéraire Belge, davantage préoccupée par la pratique de la littérature en tant que telle plutôt que par la recherche d’avantages matériels et moraux pour les écrivains. On pense évidemment à la notion du droit d’auteurs, mise en avant dans une série de congrès internationaux et qui déboucha fin 1885 sur une législation belge considérée alors comme une des plus progressistes en Europe (p. 48). Avant même l’approbation définitive de la loi, un comité d’artistes remercia officiellement les membres du gouvernement et des chambres législatives pour cette avancée. Ce comité d’une trentaine de personnes illustre bien « l’union sacrée » qui s’était constituée autour de cette idée ; il comprenait aussi bien des artistes de différentes disciplines et tendances politiques que des auteurs flamands (comme August Snieders) et francophones (comme Georges Rodenbach).

5De nombreux artistes nés dans les années 1860 et 1870, issus de milieux moins favorisés que leurs aînés, devinrent les agents de la professionnalisation des auteurs, avec une mention particulière pour les auteurs de théâtre et les compositeurs. Sans vouloir renoncer à la perspective du succès commercial, il convenait, aussi bien pour les Francophones que pour les Flamands, d’obtenir de meilleures possibilités de subventions par l’État. Telle est bien la trame de fond qui soutint les modes de sociabilité informelle des auteurs, qui tendirent spontanément à se formaliser. L’autonomisation du champ artistique et littéraire ne pouvait que passer par des associations censées traduire les besoins et desiderata collectifs et ces revendications gagnèrent rapidement du terrain : « la distribution de subsides, l’attribution de prix et les programmes de théâtre devinrent de plus en plus l’affaire des auteurs “purs” ou de leurs représentants engagés par les associations corporatives » (p. 110). Au-delà de cette logique commune, Christophe Verbruggen attire l’attention sur des mécanismes de différenciation des « sous-champs » : là où des liens formels n’existaient pas entre l’aeb et son pendant français (la Société des Gens de Lettres), ces liens existaient bel et bien entre les associations flamande et néerlandaise, réunissant les représentants des Pays-Bas « du Nord » et « du Sud ». En revanche, comme l’avait diagnostiqué August Vermeylen, toute collaboration entre l’aeb et la vvl était empreinte de méfiance, précisément en raison des liens entre Flamands et Néerlandais, de même qu’à cause de l’investissement des premiers dans le mouvement flamand et ses aspirations politiques.

6La partie consacrée à l’écrivain-intellectuel fait la part belle aux relations entre la presse et la littérature car il pose le constat de départ suivant : les relations entre les champs du journalisme et de la littérature se sont considérablement élargies à la belle époque. Ainsi Verbruggen est-il convaincu que le phénomène d’autonomisation du champ littéraire est indissociable de son ancrage dans le monde intellectuel en général. Contrairement aux interprétations qu’on donne d’habitude du phénomène des banquets de La Jeune Belgique, il n’envisage pas ceux-ci comme une réaction des écrivains aux interférences du monde politique dans le champ littéraire mais comme une réaction des intellectuels contre toutes les personnes et institutions cherchant à exercer des formes de domination (p. 292-293). Dans le même ordre d’idées, il accorde une attention particulière à la thématique de l’engagement, notamment sur base de l’étude du cas de l’intellectuel-engagé Raymond Limbosch. Ce dernier incarna de manière exemplaire une sorte de « troisième voie » entre la vision de l’art pour l’art et l’engagement social, voie représentative d’une tendance réelle dans le champ belge. Si par ailleurs ni la Belgique ni les Pays-Bas ne connurent une affaire Dreyfus qui configura l’archétype de l’intellectuel à la Zola (et plus tard à la Romain Rolland ou à la Sartre), une ligne de démarcation entre forces progressistes et conservatrices se fit néanmoins sentir – et elle ne fut pas simplement assimilable au clivage catholique/libre penseur.

7La troisième partie de l’ouvrage approfondit le champ des revues, une forme particulièrement importante de la sociabilité des auteurs, et resituée par rapport aux autres formes de sociabilité, formelles et informelles. Placé face aux exigences heuristiques énormes d’une analyse quantitative en termes de réseaux, Verbruggen a effectué un échantillon de trois coupes : le champ francophone des revues dans les années 1892-1893 (propice à une analyse des rapports franco-belges mais aussi du phénomène d’un réveil littéraire catholique, suite au congrès de Malines en 1891) ; le même champ revisité dans les années 1907-1908, réévaluant la position des acteurs quinze ans plus tard ; et pour ces années-là également le champ des revues flamandes – notamment dans leur positionnement vis-à-vis des Pays-Bas. Étant donné les relations comparables mais différenciées entre Belgique francophone/France d’une part, Flandre/Pays-Bas de l’autre, l’étude de Verbruggen tend à distinguer deux sous-champs autonomes francophone et néerlandophone. Toutefois, il faut constater des interférences et recouvrements de réseaux certains, au niveau des revues bien entendu mais aussi de la présence d’instances de consécration belges. Et si les relations institutionnelles furent ici souvent difficiles entre acteurs des deux communautés linguistiques, les convergences sont suffisantes pour pouvoir nous convaincre du bien-fondé de la pertinence, voire de la nécessité, d’une approche globale de l’histoire sociale de la littérature en Belgique.

8Ainsi peut-on relever le mérite d’avoir étudié dans une démarche commune quantité de noms de revues, d’institutions, d’associations et de groupements formels et informels. Il est tout à fait éclairant de brasser ensemble les noms d’écrivains-intellectuels comme Lemonnier, Maeterlinck, Picard, Verhaeren d’une part, Emmanuel de Bom, Cyriel Buysse, August Vermeylen, Karel van de Woestijne de l’autre. Henry Carton de Wiart, Maurice des Ombiaux ou Georges Rency gagnent au terme de ce parcours en visibilité, tout comme Georges Eekhoud, agent intermédiaire entre la Belgique et la Flandre, mais aussi entre la littérature « pure » et la littérature populaire (comme on le lira par ailleurs dans ce numéro). L’évocation de la figure de Paul Gérardy rappelle le besoin réel de mieux étudier les interactions entre revues belges et revues internationales. Car Gérardy s’est distingué non seulement par son bilinguisme français-allemand, mais également par sa forte intégration dans le cercle de Stefan George, dont les affinités belges, et en particulier liégeoises, ont été remises en lumière dans la biographie de Thomas Karlauf (Stefan George. Die Entdeckung des Charisma, Munich, Pantheon, 2008). Un énorme travail reste également à accomplir par rapport aux relations internationales entre maisons d’édition.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hubert Roland, « Verbruggen (Christophe), Schrijverschap in de Belgische belle époque. Een sociaal-culturele geschiedenis », Textyles, 45 | 2014, 196-198.

Référence électronique

Hubert Roland, « Verbruggen (Christophe), Schrijverschap in de Belgische belle époque. Een sociaal-culturele geschiedenis », Textyles [En ligne], 45 | 2014, mis en ligne le 14 juillet 2014, consulté le 15 août 2017. URL : http://textyles.revues.org/2558

Haut de page

Auteur

Hubert Roland

frs-fnrs/ucl

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org