Navigation – Plan du site
Les passeurs

Éclectisme et décentralisation

Le futurisme italien et les revues belges d’avant-garde
Rosario Gennaro
p. 143-151

Texte intégral

  • 1 Cf. Casanova (Pascale), La république mondiale des lettres, Paris, Seuil, 1999.
  • 2 Pour l’Italie et la Belgique, cf. Gennaro (Rosario), « Les chemins qui mènent à Paris. La médiation (...)
  • 3 Pour les revues de langue française, cf. Aron (Paul) & Soucy (Pierre-Yves), Les revues littéraires (...)

1Dans l’entre-deux-guerres, les relations littéraires entre l’Italie et la Belgique se situent dans un espace littéraire international dont Paris est le centre1. Ce centre tient aussi lieu d’intermédiaire dans les relations que les littératures établissent entre elles2. Mais que se passe-t-il si le lien avec Paris est précaire, si la position établie dans ce centre est faible ou inexistante ? L’itinéraire belge de Marinetti et du futurisme constitue à ce propos un cas intéressant. Je souhaiterais l’exposer en parlant des revues, carrefour privilégié des échanges internationaux, ainsi que lieu de prédilection de l’avant-garde3.

2Les plans d’expansion mis au point par Marinetti reposent sur plusieurs stratégies. La principale prévoit tout d’abord de conquérir Paris, capitale mondiale des lettres, et, à partir de là, les autres contrées littéraires. Le lancement du futurisme dans les pages du Figaro témoigne de cette stratégie ainsi que de l’attention consacrée à la France dans l’œuvre de promotion mondiale du mouvement. Bien que les résultats soient modestes, la conquête est tout de même proclamée en 1924 :

Le Futurisme t’a conquis, Paris, par la T.S.F. de tes nouveaux poètes […].
Tous ces esprits puissants qui collaboraient avec nous, ou parallèlement loin de nous, manifestent la grande religion du nouveau, contre tous les retours et contre les pessimismes.
Ce sont en réalité des futuristes !

3Marinetti déclare ensuite l’annexion de l’avant-garde mondiale et d’un certain nombre d’écrivains belges n’ayant jamais annoncé leur adhésion au futurisme :

  • 4 Marinetti (Filippo Tommaso), « Le futurisme mondial. Manifeste à Paris », Le Futurisme, 9, 11 janvi (...)

Sur le pullulement des néo-néo-néo passéistes, sur les petites chapelles littéraires, sur les petites maisons closes où intriguent de jeunes vieillards, il passe, le souffle violent de leur lyrisme dynamique, cinématique, synoptique, synchroniste, simultanéiste, motlibriste, bruitiste, tactile ! […]
Au grand Paris futuriste qui de jour en jour change d’optique, les autres capitales de l’univers apportent leur contribution : […] BRUXELLES, ANVERS, LIÈGE, avec P. Bourgeois, Hellens, Neuhuys, G. Linze, Moens, Berkelaers, De Troyer, Peeters, Joostens, Servrank, Flouquet, Maes. […]
Vous tous, futuristes sans le savoir, ou futuristes déclarés, unissez donc vos efforts aux nôtres !4

4Marinetti évoque la lutte contre le passéisme, dénominateur commun entre toutes les avant-gardes. Il l’appelle « futurisme universel ». Mais s’il y a bien eu des futurismes dans le monde, la « mondialisation » futuriste que vante Marinetti n’a, quant à elle, jamais eu lieu. Le destin international du futurisme ne peut pas non plus être considéré comme le résultat des triomphes parisiens.

  • 5 De Benedictis (Carla), Francia, dans E. Godoli (éd.), Il dizionario del futurismo, Florence, Vallec (...)
  • 6 Ibidem, pp. 122-125 et 329-334. Sur Apollinaire et le futurisme, cf. Jannini (Pasquale Aniel), « Pr (...)

5Bien que le futurisme ait été connu (et son rôle historique reconnu), le succès français du mouvement de Marinetti n’a jamais été extraordinaire : faibles relations, manque de prestige, absence de structures, d’organisation et de revues. Avant la guerre, le manifeste de fondation publié dans Le Figaro n’a pas produit les résultats escomptés. Les manifestes écrits par la suite de Jules Maincave, Aimé Félix Mac Del Marle et Valentine de Saint-Point n’ont pas été suivis par la naissance d’un mouvement futuriste français organisé. « Non si è mai parlato di futurismo francese, e non se ne può parlare […] ; ci sono state adesioni totali o parziali di artisti francesi senza che però sia stata rivendicata una specificità geografica di gruppo »5. Même l’adhésion (éphémère et controversée) de Guillaume Apollinaire n’a guère contribué à renverser cette tendance6.

  • 7 « SIC », 11 (1916), p. 2. Sur Pierre Albert-Birot et le futurisme, cf. Lista (Giovanni), « Les cara (...)

6Après la guerre, les seuls périodiques futuristes édités en français sont en réalité publiés en Italie. Il n’y a qu’une seule revue française proche du futurisme. Il s’agit de SIC de Pierre Albert-Birot. Son credo n’est néanmoins pas le futurisme, mais bien le Nunisme, soit un rassemblement de tous les « ismes » de l’avant-garde. « CUBISTES, FUTURISTES, SIMULTANISTES, UNANIMISTES, + …ISTES, +…istes, en un mot NUNISTES »7. Parmi ces « ismes », le futurisme occupe une place importante mais pas prépondérante. Les futuristes profitent de la revue pour présenter leur mouvement. Le futuriste Luciano Folgore écrit dans un article de 1921 :

  • 8 Folgore (Luciano), «Le futurisme», dans SIC, 17 (1917), p. 2.

Le Futurisme n’est pas une école. C’est une tendance. C’est un élan en avant.
[…] Le Futurisme n’a pas de lois, ne veut pas imposer des règles fixes […]. Le futurisme proclame dans quelques cas la supériorité de certains moyens d’expression, non pour établir des dogmes artistiques, mais seulement pour exalter ses conquêtes, pour indiquer aux esprits intelligents que l’art n’est qu’une bataille entre la Nature et le Génie qui tente d’arracher un mot nouveau aux mystérieux chuchotements de l’univers.8

  • 9 Boschetti (Anna), « La notion de manifeste », dans Francofonia, 39 (2010), p. 22.
  • 10 Salaris (Claudia), Marinetti. Arte e vita futurista, Rome, Editori Riuniti, p. 151.

7Pas de dogmes, pas de règles artistiques. Cette attitude contraste avec celle adoptée auparavant en Italie où Marinetti avait « donné à son groupe la forme d’un parti »9 et déployé une attitude « managériale »10, souvent taxée de véritable dogmatisme. En France, cependant, le futurisme n’est pas assez puissant pour former une école, faire autorité, dicter une ligne de conduite. Il est dès lors enclin à interagir avec d’autres tendances.

  • 11 Cf. Gobbers (Walter), « Résonances futuristes », dans Jean Weisgerber (éd.), Les avant-gardes litté (...)

8C’est ainsi qu’une idée syncrétique, plurielle, non dogmatique de l’avant-garde caractérise la plupart des milieux belges qui ont fréquenté ou apprécié Marinetti, le futurisme et les futuristes italiens. Trois revues en sont surtout l’expression : deux francophones (7 Arts de Pierre Bourgeois, et l’Anthologie du Groupe Moderne d’Art de Liège de Georges Linze) et une de langue néerlandaise, Het Overzicht de Fernand Berckelaers (alias Michel Seuphor)11. Het Overzicht se montre particulièrement attentif à l’anti-dogmatisme et au syncrétisme futuristes :

  • 12 Peeters (Jozef), « Het futurisme », dans Het Overzicht, II (1922), 13, pp. 9-10, 9.

Cubisme, Expressionisme en Futurisme zijn verscheiden uitingen van eenzelfde bedoeling. Deze drie baanbrekende richtingen versmelten, en de kunstenaar die eene hunner aankleeft wordt ook bij eene der andere opgenomen. […]
Het Futurisme, dat destijds zozeer van de fakkel gaf met het programmatisch dynamisme, blijft hier niet uitsluitelijk bij. Het is veel meer omvattend, veel minder programmatisch dan het zich eertijds voordeed: aldus meer plaats latend aan evolutie dan wij vermoeden konden. […]
Het Futurisme is dus breed in zijn opvatting.
Het wil niet zijn het begrip, dat een groep kunstenaars samenhoudt, die verhangen zijn aan een of ander procedé, het wil den strijd aanvangen voor eene nieuwe waardebepaling, eene nieuwe levensbeschouwing die zich manifesteert in het werk van kunstenaars, die oprechte scheppers zijn en aldus beantwoorden aan het beste uit den drang naar leven der tegenwoordige individuen12.

9Anti-dogmatisme et absence de programme y sont présentés comme des attitudes positives assurant – dit on – la jeunesse du mouvement de Marinetti :

  • 13 Ibidem.

Door zich niet te binden aan programma’s die steeds ontstaan op oogenblikken van overdreven ijver of ouderwetsch gevoel van samen hokken, blijft het Futurisme jong en begaat niet de fout door voorbarig ijdel oordeel zich als waarzeggend voorspeller aan te duiden13.

  • 14 « Toneel der verrassing », dans Het Overzicht, II (1922), 13, pp. 11-12. Le texte est composé d’ext (...)
  • 15 Cf. Henkels (Herbert), Seuphor, Antwerpen, Fonds Mercator s.a., 1976, pp. 12, 133, 136. À propos du (...)

10Het Overzicht s’intéresse au théâtre futuriste et publie en néerlandais des textes (déjà édités dans d’autres langues) : des extraits d’un manifeste et de deux pièces de Marinetti et Cangiullo14. On y met encore en évidence la jeunesse du mouvement italien (« een jong italiaans theater dat zonder veel tegenwerking de artistieke uitvindingen voorschrijft die wij schiepen tien jaar geleden »). Jozef Peeters, l’un des principaux animateurs de la revue, était d’ailleurs en contact avec Ruggero Vasari, poète et dramaturge, directeur en Allemagne de la revue Der Futurismus, dans laquelle paraissent plusieurs manifestes du théâtre futuriste « de la surprise ». Le théâtre est aussi au centre des relations futuristes du directeur de Het Overzicht, Michel Seuphor. Lors de sa fréquentation des futuristes en Italie, de janvier à mai 1926, Seuphor rédige L’éphémère est éternel, pièce conçue – d’après le témoignage de l’auteur – « pour le théâtre de Bragaglia », sous l’impulsion du futuriste Giacomo Balla et » les conseils de Madame Marinetti », Benedetta Cappa. Les relations de Seuphor avec les futuristes ont permis la participation à certaines expositions ainsi que la publication d’un article (« L’arte d’avanguardia nel Belgio ») dans le journal L’Impero proche à la fois du futurisme et du fascisme15.

  • 16 Un article demandé à 7 Arts par la revue futuriste Noi est à l’origine d’une réflexion sur le sort (...)

11Une des premières mentions du futurisme dans la revue 7 Arts est, elle aussi, consacrée au théâtre16. À l’instar des futuristes, 7 Arts pose la machine (et la vitesse) au centre de l’art et de la vie :

L’introduction de plus en plus complète du mécanisme parmi les actes de la vie humaine modifie – déforme ou transforme – profondément notre sensibilité. […] Si le modernisme est matière et formes, il est également et surtout esprit. Et ce qui importe, c’est la continue transformation qu’apporte à notre existence entière l’usage croissant du mécanisme. […] Son développement qui s’accélère en progression géométrique, renouvelle la vie, dans ce sens qu’il augmente sa teneur en actions et, pratiquement, la prolonge. Nous vivons plus vite.

  • 17 Chénois (Léon), « Mécanisme et littérature », dans 7 Arts, 10 avril 1924, p. 2.

Il n’est guère besoin d’insister sur le changement de la notion de vitesse, sur le resserrement continu de l’espace17.

  • 18 Quaghebeur (Marc), Balises pour l’histoire des lettres belges de langue française, postface de P. A (...)
  • 19 Chénois (Léon), « Surréalisme », dans 7 Arts, 20 novembre 1924, p. 2.
  • 20 Cf. s.a., « Cubisme ? Futurisme? Plastique pure ? Morts ? C’est le cas de proclamer : Il y a des mo (...)

12La revue des frères Bourgeois, « d’inspiration constructiviste » mais « capable d’éclectisme »18, prône, quant à elle, la collaboration des modernismes internationaux (des mots et expressions comme « mouvement moderne », « modernisme », « moderniste » sont plus utilisés que « avant-garde » et « avant-gardiste »). Mitigée vis-à-vis du surréalisme (sa » façon désordonnée de réagir dessert l’art et la littérature »19), la revue est plus proche de la plastique pure et de l’abstractisme. Elle défend le futurisme contre ceux qui l’attaquent20. La revue parvient même à tolérer (sans pour autant les partager) les sympathies fascistes des futuristes italiens. Tout mouvement – dit-elle – a des traits particuliers dérivant du contexte d’appartenance :

  • 21 « Vers un bloc moderne?? Le mouvement international futurisme et fascisme. Ce que disent Marinetti (...)

Ainsi le futurisme italien revendique hautement d’avoir suscité le fascisme. On voit par là à quel point il se différencie de la plupart des mouvements d’avant-garde artistique qui ont surgi à travers le monde.
Dans cet émouvant élan de la jeunesse internationale vers une expression artistique nouvelle, chaque groupement conserve l’originalité qu’imposent les conditions psychologiques ou économiques de l’ambiance21.

  • 22 Cf. Sempoux (André), « Une lettre d’Ungaretti à Franz Hellens », dans R. de Smedt (éd.), Franz Hell (...)

13Les accointances fascistes du futurisme n’empêchèrent pas la Lanterne Sourde (cercle littéraire et artistique plutôt proche de 7 Arts) d’inviter Marinetti pour une conférence. Le grand chef du futurisme fut néanmoins attaqué par un groupe de communistes se trouvant dans la salle22.

  • 23 Cf. Centonze (Nenè), La sete del sole, Liège, Anthologie du Groupe Moderne d’Art de Liège, 1926.
  • 24 Cf. Idem, « Chronique d’Italie », dans Anthologie du Groupe Moderne d’Art de Liège, IV (1934), 3, p (...)
  • 25 Sotto il segno di Manneken-pis. Umoristi belgi, scelti e tradotti da N. Centonze e C. De Horion, Mi (...)
  • 26 Centonze (Nenè), « Manifesto – La Rassegna Letteraria d’Avanguardia Anthologie », dans Anthologie d (...)
  • 27 Gorceix (Paul), « La dimension européenne », dans Ch. Berg & P. Halen (éds.), Littératures belges d (...)

14En ce qui concerne l’Anthologie, revue du Groupe Moderne d’Art de Liège, dirigée par Georges Linze, il s’agit certainement de la revue belge la plus ouverte vis-à-vis du groupe de Marinetti, elle aussi partisane d’une avant-garde plurielle dont le futurisme n’est qu’un des composants. L’éloge constant de la machine, sujet récurrent des articles de Georges Linze, constitue le principal élément d’affinité. Le futurisme fait l’objet d’un grand nombre d’articles. Certains paraissent dans la rubrique « Chronique italienne » et même dans une » Chronique » dite « du futurisme ». L’actualité italienne est suivie par Nenè Centonze, pseudonyme de l’écrivain futuriste Antonietta Drago, dont l’Anthologie édite le premier recueil de vers23. La revue fait état de la promotion d’écrivains et d’artistes belges (par exemple Vandercammen, Flouquet, Linze, Seuphor, Gaillard) effectuée en Italie par les futuristes24. Nenè Centonze édite une anthologie de textes comiques d’écrivains belges25. L’Anthologie a même été sur le point de devenir une revue d’avant-garde italo-belge si l’on en croit l’annonce, restée sans suite, de Nené Centonze : « L’Anthologie […] consacrerà metà delle sue pagine alla giovane arte e poesia italiana […] non dimenticando che l’incentivo al risveglio poetico del dopo guerra ed alla formazione dei gruppamenti di avanguardia in tutta Europa e America Latina, partì in Italia con la voce di F. T. Marinetti. […] Oggi una sezione italiana del Gruppo Moderno si forma in Italia, a Firenze […]. La Casa Editrice si occuperà della edizione e del lancio dei lavori inviati a lei, purché ispirati a uno spirito di assoluta avanguardia »26. La présence du futurisme dans L’Anthologie n’a pas son pareil dans le contexte des revues modernistes belges. Cette présence est pour le reste globalement limitée et ne semble pas atteindre le sommet de la hiérarchie littéraire. Le Disque Vert, « la publication majeure […] dans l’après-guerre », est certainement la revue belge la plus liée à Paris et la plus reconnue. Bien que les « collaborateurs étrangers y occupent une place importante »27, elle néglige les futuristes italiens.

  • 28 Seuphor a fait état de rencontres entre Jozef Peeters, Marinetti et lui-même à Berlin, en 1922. Le (...)
  • 29 Aron & Soucy, Les revues littéraires belges de langue française, op. cit., p. 14.
  • 30 Ibidem, p. 34.

15Les relations belges du futurisme italien ne découlent pas d’une position forte établie à Paris. Elles se nouent davantage par Berlin où le futurisme dispose de divulgateurs (Herwarth Walden et Ruggero Vasari), de revues propres (Der Futurismus) ou proches du mouvement (Der Sturm) et de centres de propagande et de diffusion (la Casa Futurista), fréquentés aussi par des Belges28. La faiblesse du futurisme à Paris n’est cependant pas sans rapport avec les fréquentations belges des futuristes : Marinetti et son mouvement croisent la route de représentants éclectiques de l’avant-garde belge, marginaux issus d’une littérature périphérique. Leurs revues, comme la plupart des revues belges, « s’inscrivent de fait dans ce contexte »29. Elles « pratiquent un syncrétisme plaidant plus en faveur de leur capacité à enregistrer le nouveau qu’à discriminer des positions et à s’engager de manière précise »30.

  • 31 Bandier (Norbert), Sociologie du surréalisme (1924-1929), Paris, La Dispute, 1999, p. 112. Voir aus (...)
  • 32 Meazzi (Barbara), « Les marges du futurisme et du surréalisme », dans Futurisme et surréalisme, étu (...)
  • 33 Lettre de Michel Seuphor à Paul Joostens du 1er mai 1925, dans Sauwen (Rik), « D’un monde à l’autre (...)
  • 34 Juin (Hubert), « Préface », in Cercle et carré, reproduction en fac-similé, Paris, Jean-Michel Plac (...)

16Éclectisme, marginalité, appel à la décentralisation caractérisent les Documents Internationaux de l’Esprit Nouveau, dont l’unique numéro paraît en 1927. C’est la principale entreprise littéraire franco-belge qui ait vu la participation du futurisme italien. Marinetti en est l’un des collaborateurs alors que son confrère et compatriote Enrico Prampolini en est le fondateur, avec Michel Seuphor et Paul Dermée. Ce dernier, ancien membre de l’avant-garde parisienne, avait disputé (sans succès) à Breton la paternité du label « surréalisme ». Dermée occupe une position « dominée dans le champ littéraire »31. « Mêlé à tout, rejeté de beaucoup », il fut longtemps « à la recherche – vaine, dans son cas – de reconnaissance et de gloire »32. Il se bat pour une avant-garde éclectique et non sectaire, mais n’obtient pas de résultats significatifs. Prampolini, ambassadeur du futurisme à Paris, est partisan d’un futurisme hétéroclite sinon hétérodoxe. Seuphor, à Paris dès 1925, est lui aussi le représentant d’un modernisme composite, réunissant des tendances différentes. Bien qu’il fréquente l’avant-garde à Paris, l’Anversois ne s’y sent pas à l’aise, notamment en raison du surréalisme qui « caractérise bien nettement cette ville »33. Il fait partie d’un cercle d’artistes qui « se mettent à douter de Paris et de sa vocation. Les Surréalistes occupent la place. Ils se veulent, à eux seuls, l’ “avant-garde”. Ils contrarient absolument les “abstraits” sur tous les points possibles. Du coup, van Doesburg affirme que Paris est mort ; Léger déclare que l’esprit nouveau vient du Nord ; Mondrian s’enferme dans une solitude et une réclusion de plus en plus affirmées »34. Les Documents Internationaux de l’Esprit Nouveau lancent alors un appel au syncrétisme, à la « décentralisation », un programme (délibérément) indéterminé :

  • 35 Cf. la page d’ouverture de Documents internationaux de L’esprit nouveau, reproduction en fac-similé (...)
  • 36 Ibidem, page suivante. Voici les textes des Italiens: Marinetti (Filippo Tommaso), « Le mesurage fu (...)

il n’y a qu’un seul esprit nouveau le futurisme – l’expressionnisme – le cubisme – le dadaïsme – le purisme – le constructivisme – le néoplasticisme – le surréalisme – l’abstractivisme – le babilisme – le soporifisme – le mécanisme – le simultanéisme – le suprématisme – l’ultraïsme – le panlyrisme – le primitivisme et tous les ismes à venir (jusqu’à concurrence d’un isme-réactionnaire ravageur des grandes conquêtes de notre temps) valent : un seul esprit mondial décentralisation35.
Qu’est-ce que l’esprit nouveau ? Notre revue le définira de la seule façon valable : par ses réalisations […]. L’esprit nouveau veut reconstruire un monde aussi nécessaire et plus satisfaisant pour l’homme moderne que le monde dit naturel36.

  • 37 Henkels, Seuphor, op. cit., p. 12.
  • 38 Ibidem, p. 137.
  • 39 Noi d’Enrico Prampolini, la principale revue internationale du futurisme italien, ne consacre que p (...)
  • 40 Seuphor, La peinture abstraite en Flandre, op. cit., p. 19.
  • 41 Cf. Gobbers, « Résonances futuristes », op. cit., pp. 182, 183, 189.
  • 42 Exception faite pour Jules Schmalzigaug, aucun artiste belge n’a ouvertement adhéré au mouvement, q (...)

17Un esprit nouveau décentralisé, éclectique, sans programme, capable d’échapper (décentralisation) à la domination que d’autres exercent dans le centre. Voici peut-être le sujet d’un grand colloque sur l’avant-garde internationale que Seuphor pense organiser à Anvers, et non à Paris, avec la collaboration et le soutien financier de Marinetti. Seuphor songe à une entreprise « consacrée à tous les mouvements européens d’avant-garde », sous la présidence du chef du futurisme. Mais après avoir donné un accord de principe, Marinetti se désiste et ne changera plus d’avis. Refusait-il de « partager le trône impérial avec des princes qu’il jugeait mineurs »37 ? Souhaitait-il « donner au congrès une coloration exclusivement futuriste »38 ? On n’en a pas la preuve. Quoi qu’il en soit, la considération que les Belges portaient au futurisme semble dépasser l’attention que les futuristes leur accordaient39. Malgré certaines réserves, critiques ou mises au point, bon nombre d’avant-gardistes belges étaient prêts à reconnaître les mérites de Marinetti comme pionnier de l’avant-garde. Michel Seuphor lui rendra hommage pour « l’entrée en scène de la machine »40. De même, Paul van Ostaijen, Paul Neuhuys, Eugène De Bock, Jozef Peeters, malgré certaines critiques, mettent en évidence la fonction « pédagogique » et novatrice exercée par Marinetti41. Mais personne n’était prêt à reconnaître à Marinetti le rôle du plus grand maître de l’avant-garde. Le futurisme n’était qu’une des multiples tendances de celle-ci : la plus ancienne, certes, mais ni la seule ni la meilleure. Il n’y a d’ailleurs jamais eu de futurisme belge organisé42, mais bien un apport du futurisme italien à la mouvance syncrétique de l’avant-garde locale.

Haut de page

Notes

1 Cf. Casanova (Pascale), La république mondiale des lettres, Paris, Seuil, 1999.

2 Pour l’Italie et la Belgique, cf. Gennaro (Rosario), « Les chemins qui mènent à Paris. La médiation française dans les relations littéraires italo-belges », in D. De Geest & R. Meylaerts (éd.), Littératures en Belgique. Diversités culturelles et dynamiques littéraires, avec la collaboration de G. Blanckhaert, Bruxelles, Peter Lang, 2004, pp. 177-191.

3 Pour les revues de langue française, cf. Aron (Paul) & Soucy (Pierre-Yves), Les revues littéraires belges de langue française de 1830 à nos jours, édition revue et augmentée, Bruxelles, Éditions Labor, 1993, p. 31 : « C’est aux périodiques que l’on doit l’essentiel de l’ouverture internationale de nos lettres, leur participation aux courants de l’avant-garde ».

4 Marinetti (Filippo Tommaso), « Le futurisme mondial. Manifeste à Paris », Le Futurisme, 9, 11 janvier 1924, dans G. Lista, Futurisme. Manifestes, documents, proclamations, Lausanne, L’Âge d’Homme, 1973, pp. 95-96. L’orthographe des noms reproduit les erreurs présentes dans le manifeste.

5 De Benedictis (Carla), Francia, dans E. Godoli (éd.), Il dizionario del futurismo, Florence, Vallecchi, 2001, vol. 1, p. 483

6 Ibidem, pp. 122-125 et 329-334. Sur Apollinaire et le futurisme, cf. Jannini (Pasquale Aniel), « Prime reazioni dell’intellighenzia francese alla pubblicazione del “Manifesto futurista” », dans P. A. Jannini, G. Lista, G. Orlandi Carenza, G. Bertozzi, N. Novelli, La fortuna del futurismo in Francia, Roma, Bulzoni, 1979, p. 48; Meazzi (Barbara), « Le manifeste de l’Antitradition futuriste: Marinetti et le futurisme », in M. Décaudin & S. Zoppi, Guillaume Apollinaire devant les avant-gardes européennes, Rome, Bulzoni, 1997, pp. 139-166; Boschetti (Carla), La poésie partout. Apollinaire homme-époque, Paris, Seuil, 2001, p. 150

7 « SIC », 11 (1916), p. 2. Sur Pierre Albert-Birot et le futurisme, cf. Lista (Giovanni), « Les caractères du “futurisme français” à travers l’œuvre de Pierre Albert-Birot », dans J.-C. Marcadé (éd.), Présence de F. T. Marinetti, actes du colloque international tenu à l’Unesco, Lausanne, L’Âge d’Homme, 1982, pp. 156-173.

8 Folgore (Luciano), «Le futurisme», dans SIC, 17 (1917), p. 2.

9 Boschetti (Anna), « La notion de manifeste », dans Francofonia, 39 (2010), p. 22.

10 Salaris (Claudia), Marinetti. Arte e vita futurista, Rome, Editori Riuniti, p. 151.

11 Cf. Gobbers (Walter), « Résonances futuristes », dans Jean Weisgerber (éd.), Les avant-gardes littéraires en Belgique, Bruxelles, Éditions Labor (coll. « Archives du Futur »), 1991, p. 181.

12 Peeters (Jozef), « Het futurisme », dans Het Overzicht, II (1922), 13, pp. 9-10, 9.

13 Ibidem.

14 « Toneel der verrassing », dans Het Overzicht, II (1922), 13, pp. 11-12. Le texte est composé d’extraits d’un manifeste de Francesco Cangiullo suivis de deux « synthèses théâtrales», une de Cangiullo (Herzinigsraad) et une de Marinetti (Ze zijn op komst).

15 Cf. Henkels (Herbert), Seuphor, Antwerpen, Fonds Mercator s.a., 1976, pp. 12, 133, 136. À propos du quotidien où l’article fut publié, cf. Anna Scarantino, «L’Impero». Un quotidiano «reazionario-futurista» degli anni venti, Rome, Bonacci, 1981.

16 Un article demandé à 7 Arts par la revue futuriste Noi est à l’origine d’une réflexion sur le sort du théâtre en Belgique. Cf. « Le théâtre moderne en Belgique », dans 7 Arts, 16 avril 1925, p. 1.

17 Chénois (Léon), « Mécanisme et littérature », dans 7 Arts, 10 avril 1924, p. 2.

18 Quaghebeur (Marc), Balises pour l’histoire des lettres belges de langue française, postface de P. Aron, Bruxelles, Labor (coll. « Espace Nord »), 1998, p. 129.

19 Chénois (Léon), « Surréalisme », dans 7 Arts, 20 novembre 1924, p. 2.

20 Cf. s.a., « Cubisme ? Futurisme? Plastique pure ? Morts ? C’est le cas de proclamer : Il y a des morts qui se portent magnifiquement », dans 7 Arts, 13 décembre 1923, p. 1.

21 « Vers un bloc moderne?? Le mouvement international futurisme et fascisme. Ce que disent Marinetti et Mussolini », dans 7 Arts, 20 mars 1924, p. 1.

22 Cf. Sempoux (André), « Une lettre d’Ungaretti à Franz Hellens », dans R. de Smedt (éd.), Franz Hellens. Recueil d’études, de souvenirs et de témoignages offerts à l’écrivain à l’occasion de son 90e anniversaire, Bruxelles, André de Rache Éditeur, 1971, p. 198.

23 Cf. Centonze (Nenè), La sete del sole, Liège, Anthologie du Groupe Moderne d’Art de Liège, 1926.

24 Cf. Idem, « Chronique d’Italie », dans Anthologie du Groupe Moderne d’Art de Liège, IV (1934), 3, p. 8 ; Idem, « Exposition d’art belge à Milan », dans Anthologie du Groupe Moderne d’Art de Liège, IX (1929), 3, p. 4.

25 Sotto il segno di Manneken-pis. Umoristi belgi, scelti e tradotti da N. Centonze e C. De Horion, Milan, Bompiani, 1932.

26 Centonze (Nenè), « Manifesto – La Rassegna Letteraria d’Avanguardia Anthologie », dans Anthologie du Groupe Moderne d’Art de Liège, XIII (1927), 1, p. 6.

27 Gorceix (Paul), « La dimension européenne », dans Ch. Berg & P. Halen (éds.), Littératures belges de langue française. Histoire et perspectives (1830-2000), Bruxelles, Le Cri, 2000, p. 378

28 Seuphor a fait état de rencontres entre Jozef Peeters, Marinetti et lui-même à Berlin, en 1922. Le poète futuriste Ruggero Vasari y dirigeait la Casa Futurista, centre de diffusion du futurisme en Allemagne. Cf. Seuphor (Michel), La peinture abstraite en Flandre, avec le concours de M. Bilcke, L. Sosset, J. Walravens, E. Langui, Bruxelles, Éditions Arcarde, 1963, p. 48

29 Aron & Soucy, Les revues littéraires belges de langue française, op. cit., p. 14.

30 Ibidem, p. 34.

31 Bandier (Norbert), Sociologie du surréalisme (1924-1929), Paris, La Dispute, 1999, p. 112. Voir aussi les pp. 111 et 116.

32 Meazzi (Barbara), « Les marges du futurisme et du surréalisme », dans Futurisme et surréalisme, études réunies par F. Livi, avec le concours de S. Contarini, K. Martin-Cardini, C. Lanfranchi, Lausanne, L’Âge d’Homme, 2008, p. 111.

33 Lettre de Michel Seuphor à Paul Joostens du 1er mai 1925, dans Sauwen (Rik), « D’un monde à l’autre : Michel Seuphor à Paul Joostens », dans H. Henkels, Seuphor, op. cit., p. 121.

34 Juin (Hubert), « Préface », in Cercle et carré, reproduction en fac-similé, Paris, Jean-Michel Place, 1977, p. 7. Sur la marginalisation que les surréalistes français ont fait subir à leurs rivaux, cf. Bandier (N.), Sociologie du surréalisme, op. cit., pp. 134, 135, 305, 355 e 357. Cf. aussi Bertrand (Jean-Pierre), Dubois (Jacques), Durand (Pascal), « Approche institutionnelle du premier surréalisme », dans Pratiques, 38 (1983), p. 48 : «le surréalisme s’affirme […] comme le groupe le plus exclusif, le plus arriviste : non content d’évincer ses rivaux, il lui faut les anéantir, ou mieux, se les incorporer ».

35 Cf. la page d’ouverture de Documents internationaux de L’esprit nouveau, reproduction en fac-similé, Paris, Jean-Michel Place, 1977.

36 Ibidem, page suivante. Voici les textes des Italiens: Marinetti (Filippo Tommaso), « Le mesurage futuriste »; Prampolini (Enrico), « Architecture spirituelle (paysage féminin) »; Folgore (Luciano), « La souffrance solaire ». À la revue collaborent notamment Céline Arnauld, Paul Dermée, Pierre-Louis Flouquet, Attila Jozsef, Paul Joostens, Fernand Léger, Piet Mondrian, Michel Seuphor, Victor Servranckx, Tristan Tzara.

37 Henkels, Seuphor, op. cit., p. 12.

38 Ibidem, p. 137.

39 Noi d’Enrico Prampolini, la principale revue internationale du futurisme italien, ne consacre que peu d’espace à la Belgique : en tout quelques brèves notices ou insertions publicitaires concernant les revues Sept Arts, La Nervie, Het Overzicht, La Cité, les frères Bourgeois, Fernand Berckelaers, Jozef Peeters, Georges Linze. Aucun véritable article n’est consacré à l’avant-garde belge. Cf. Noi 1927-1925, reproduction anastatique, Florence, Stabilimento Grafico Commerciale, 1981, pp. 24, 30 et 35.

40 Seuphor, La peinture abstraite en Flandre, op. cit., p. 19.

41 Cf. Gobbers, « Résonances futuristes », op. cit., pp. 182, 183, 189.

42 Exception faite pour Jules Schmalzigaug, aucun artiste belge n’a ouvertement adhéré au mouvement, que ce soit dans les arts plastiques, la littérature ou la musique». Cf. Puttemans (Mariette), Belgio, dans E. Godoli (a cura di), Il dizionario del futurismo, op. cit., p. 121.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Rosario Gennaro, « Éclectisme et décentralisation », Textyles, 45 | 2014, 143-151.

Référence électronique

Rosario Gennaro, « Éclectisme et décentralisation », Textyles [En ligne], 45 | 2014, mis en ligne le 14 juillet 2014, consulté le 23 mars 2017. URL : http://textyles.revues.org/2541 ; DOI : 10.4000/textyles.2541

Haut de page

Auteur

Rosario Gennaro

Universiteit Antwerpen

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org