Navigation – Plan du site
Les passeurs

La comtesse Marie-Henriette de Lalaing (1787-1866)

Portrait d’une des premières médiatrices culturelles belges
Sarah Béarelle
p. 17-27

Texte intégral

  • 1 Ignorée par le Dictionnaire des écrivains belges : bio-bibliographie de De Seyn (Eugène) (Bruges, E (...)
  • 2 Iaria (Domenica), Una romantica traduttrice di Leopardi Marie-Henriette de Lalaing (1787-1866) : le (...)
  • 3 Notteboom (Hugo), Heemkundige kring het Ambacht Maldeghem, Jaarboek nr 6 « Maldeghem die Loyale », (...)

1Dans le champ de la médiation culturelle, il est des acteurs qui n’ont jamais réellement attiré l’attention : tel est le cas de la comtesse de Lalaing. Restée dans l’ombre et oubliée des études culturelles de langue française1, elle a néanmoins accompli un travail digne d’intérêt, comme l’ont fait remarquer Domenica Iaria, qui lui a consacré un ouvrage en 20052 et Hugo Notteboom, qui a fait paraître dans la publication annuelle du cercle historique de la commune de Maldeghem une biographie de la comtesse3. Cette dernière, quoique peu scientifique et présentant quelques incohérences, est le fruit d’un travail de recherche considérable de dépouillement d’archives officielles et familiales et constitue, à ce jour, l’étude belge la plus complète concernant la figure qui nous intéresse. Pour notre part, nous entendons mettre en lumière cette personnalité de la noblesse belge qui a contribué à l’enrichissement du patrimoine de la Belgique par ses traductions d’œuvres anglaises et italiennes, par la rédaction de textes originaux et enfin par le don de sa bibliothèque personnelle à la Bibliothèque royale de Belgique.

  • 4 De Lalaing (Marie-Henriette), Maldeghem la Loyale. Mémoires et archives, Bruxelles, Wouters, 1849 e (...)
  • 5 Brassart (Félix), Notice historique et généalogique sur l’ancienne et illustre famille des seigneur (...)
  • 6 Byron (Georges Gordon, Lord), Manfred, trad. La comtesse de Lalaing, née de Maldeghem, s.l., s.n., (...)
  • 7 Sa fille, Camille-Ange de Lalaing, se marie en 1836 et meurt en 1840. Son fils, le comte Maximilien (...)

2Marie Henriette Octavie Ghislaine van Maldeghem voit le jour à Bruxelles le 12 août 1787. Elle appartient à une vieille famille de l’aristocratie. Ses ancêtres se sont illustrés au temps des croisades aux côtés des comtes de Flandre, dans les guerres des xiiie-xive siècles contre le roi de France, ou en tant que conseillers et chambellans du comte de Flandre et ensuite des ducs de Bourgogne, Jean sans Peur et Philippe le Bon. Au xviie siècle, ils reçoivent du roi Charles II d’Espagne le titre de comtes Steenhuffel-Maldeghem et jouissent, au xviiie siècle, de la considération de l’empereur d’Autriche. La comtesse de Maldeghem fait donc partie des hautes sphères de la société de l’extrême fin du xviiie et du xixe siècles4. En 1807, elle ajoute encore au prestige de sa maison en épousant le comte Charles Joseph Guislain de Lalaing, membre d’une des plus anciennes et influentes familles de la noblesse de notre pays. De son mariage avec le comte de Lalaing, elle a deux enfants qu’elle décide, à la mort de son mari survenue en 1819, d’élever seule en gérant elle-même la fortune familiale5. Désormais veuve, la comtesse de Lalaing continue de côtoyer les milieux mondains et, en passionnée d’histoire et de littérature, s’y distingue par son activité littéraire. En effet, en 1833, elle donne une version française de Manfred6 de Lord Byron. Mais il ne convient de parler de véritable « activité de traduction » qu’à partir de 1841 lorsqu’elle multiplie les publications. Cette période suit le décès de sa fille etcorrespond à la prise d’indépendance de son fils7 ; on pourrait alors envisager que son affirmation dans le rôle de traductrice coïnciderait à une forme d’émancipation vis-à-vis de son statut familial.

Ses traductions

  • 8 Charlier (Gustave), « L’esprit du Nord », dans Le mouvement romantique en Belgique, Bruxelles, Pala (...)

3Par les croisements textuels et culturels qu’elle opère entre la Belgique, « l’esprit du Nord »8 et la péninsule italienne la comtesse est une véritable médiatrice culturelle. Toutefois, puisqu’elle a commencé par traduire de l’anglais, nous aborderons en premier lieu cet aspect de son travail avant d’examiner ses versions de l’italien.

  • 9 Knight (Henry Galley), La rose musquée, trad. La comtesse de Lalaing, née de Maldeghem, s.l., s.n., (...)
  • 10 Cowper (William), Le son des cloches dans le lointain (The Task), trad. comtesse de Lalaing, née de (...)
  • 11 Montgomery (James), La mort d’Adam (Le monde avant le déluge), trad. comtesse de Lalaing, née de Ma (...)
  • 12 Sheridan (Richard Brinsley), Vers trouvés sur un banc dans un bosquet, trad. comtesse de Lalaing, n (...)
  • 13 Carrington (Chevalier), Mon village natal au retour d’une longue absence, trad. comtesse de Lalaing (...)
  • 14 Gower, Exécution militaire, trad. La comtesse de Lalaing, née de Maldeghem, s.l., s.n., s.d.
  • 15 Gray (Thomas), Élégie écrite dans un cimetière de campagne, trad. comtesse de Lalaing, née de Malde (...)
  • 16 Notteboom (Hugo), op. cit, p. 30.
  • 17 Pour H. Notteboom, ces œuvres ont été publiées chez Hayez en 1842 et parfois imprimées à 50 exempla (...)
  • 18 Cette observation a été formulée pour ses traductions de l’italien par Iaria (Domenica), op. cit., (...)
  • 19 Ce voyage aurait eu lieu entre le 7-12 septembre 1848, selon Notteboom (Hugo) (op. cit., pp. 25-26) (...)
  • 20 Coomans de Brackere (Oscar), op. cit., p. 153.
  • 21 Dans Eusden (Robert Francis), Specimen of English Verse Selected Chiefly from Modern Poets (Brussel (...)

4La comtesse a traduit des poèmes romantiques de Byron, Henry Galley Knight9, William Cowper10, James Montgomery11, Richard Brinsley Sheridan12, du Chevalier Carrington13, d’un certain Lord Gower14 et de Thomas Gray15. Cette activité s’étale de 1833 à 1857, mais il est difficile de la retracer avec précision. Hugo Notteboom fait, quant à lui, remonter ces traductions à 1842 en se basant sur des notes de frais de l’imprimeur-éditeur Hayez16. Mais si l’on consulte ces versions, on s’aperçoit qu’elles ne présentent aucune référence d’édition. Elles semblent ne pas avoir été publiées, mais bien uniquement imprimées et ensuite regroupées sous forme de compilation de feuillets, par la comtesse, dans un opuscule qu’elle accompagne de ces mots : « Traductions diverses de Made la Comtesse de Lalaing. Préface de l’auteur. Déc. 1846. »17. Aucun texte ou paratexte ne permet de cerner sa conception du « traduire », elle ne s’est pas expliquée sur son travail, ni sur son rapport à l’anglais, la première langue à l’occuper. Néanmoins, sans entamer une analyse traductologique détaillée, il convient de remarquer que la traductrice est une « littéraliste », mais une « littéraliste du contenu » et non de la forme, puisque ses traductions sont des versions françaises en prose de vers anglais18. Son lien avec la langue anglaise reste toutefois une énigme. Les documents d’archives de la famille nous apprennent que la comtesse a effectué un bref voyage en Angleterre en 184819 et que son fils, Maximilien de Lalaing, vécut à Londres et épousa une Anglaise, Julie Ann Vibart20 ; mais rien ne nous permet de statuer sur le rapport de notre traductrice à la langue anglaise21. Quant à la diffusion de ses traductions de l’anglais, elle fut probablement très limitée, d’autant plus que ces textes ne furent, pour la majorité d’entre eux, pas vraiment publiés et que la comtesse, libre de toute préoccupation pécuniaire, travaillait en dilettante.

  • 22 Bianchi (Antonio), Narration populaire sur la mort de la princesse Guendolina Borghese, trad. La co (...)
  • 23 Manso (Gian Battista), La vie du Tasse, trad. La comtesse de Lalaing, née de Maldeghem, s.l., s.n., (...)
  • 24 Paravia (Pier Angelo), Fête séculaire de la naissance du Tasse célébrée à Turin, 11 mars 1844, trad (...)
  • 25 Balbo (Cesare), Vie du Dante, trad. La comtesse de Lalaing, née de Maldeghem, Bruxelles, Hayez, 184 (...)
  • 26 Leopardi (Giacomo), Chant nocturne d’un berger nomade de l’Asie, trad. La comtesse de Lalaing, née (...)
  • 27 Leopardi (Giacomo), Le genêt ou la fleur du désert, trad. La comtesse de Lalaing, née de Maldeghem, (...)
  • 28 Leopardi (Giacomo), Le passereau et le berger solitaire, trad. La comtesse de Lalaing, née de Malde (...)
  • 29 Leopardi (Giacomo), Les souvenirs, trad. La comtesse de Lalaing, née de Maldeghem, dans Stances de (...)
  • 30 Sur l’activité de l’éditeur italien, voir Battistini (Mario), « Un editore livornese a Bruxelles : (...)
  • 31 Gioberti (Vincenzo), A Silvio Pellico, trad. La comtesse de Lalaing, née de Maldeghem, Bruxelles, M (...)
  • 32 Stances de Poliziano et poésies extraites de Dante, Petrarque et Leopardi, op. cit.
  • 33 Dans le premier volume de la Vie du Dante (1844), elle s’adresse à l’auteur, Cesare Balbo, et lui p (...)

5En ce qui concerne l’italien, la comtesse publie en 1841 sa version d’un texte d’Antonio Bianchi, Narration populaire sur la mort de la princesse Guendolina Borghese, chez l’éditeur Hayez22. On retrouve dans l’opuscule composé de ses « Traductions diverses » une version française de La vie du Tasse23 de Gian Battista Manso et de la Fête séculaire de la naissance du Tasse24 de Pier-Alessandro Paravia, qui est la préface d’un recueil que Paravia a publié à l’occasion de la commémoration du Tasse à Turin le 11 mars 1844. En outre, elle traduit en deux volumes l’œuvre de son contemporain et ami Cesare Balbo, Vie du Dante25 et donne la première traduction française de quatre chants de Leopardi, à savoir Chant nocturne d’un berger nomade de l’Asie26, Le genêt ou la fleur du désert27, Le passereau solitaire28 et Les Souvenirs29. La comtesse publie chez l’éditeur livournais Meline30 le A Silvio Pellico31 que Vincenzo Gioberti avait écrit en guise de dédicace à l’auteur dans son Primato morale e civile degli Italiani, et, chez Stienon, elle fait paraître, en 1853, sous la forme d’un recueil bilingue, avec textes originaux et traductions en vis-à-vis, ses Stances de Poliziano et poésies extraites de Dante, Pétrarque et Leopardi32. Elle s’attaque donc à des œuvres italiennes, tant en prose qu’en vers, traduit des ouvrages présentant des auteurs classiques italiens et se penche également sur des œuvres tout à fait ancrées dans son temps. Si l’on peut avancer que la comtesse est une traductrice attentive à la nouveauté, il ne faut pas réduire la portée de son « traduire » au seul plaisir de l’exercice. Contrairement à ses traductions de l’anglais, certaines de ses versions de l’italien sont précédées de discours préfaciels33. Si la traductrice ne nous éclaire pas sur ses modi operandi, voici néanmoins un passage dans lequel elle exprime les visées de son travail :

  • 34 Stances de Messer Angelo Poliziano et poésies extraites de Dante, Pétrarque et Leopardi, op. cit., (...)

L’Italie, selon l’expression d’un poëte, est le pays du soleil et des fleurs. Aussi la poésie italienne renferme-t-elle, dans sa mélodieuse harmonie, les plus vives et les plus brûlantes images, les passions les plus profondes et les plus délicates produites par l’intelligence chaude, je dirais presque volcanique, des habitants du Midi. Pourquoi un rayon de ce soleil ne viendrait-il pas briller jusque dans nos régions du Nord ; et, pour parler sans métaphore, pourquoi la littérature classique italienne ne se fondrait-elle pas avec la nôtre, chacune gardant toutefois son génie propre et ses qualités particulières ? […] Cependant cette entreprise est hardie ; elle a été imposée par l’admiration du traducteur pour la langue italienne et l’étude constante de ce séduisant idiome dont les beautés ne peuvent être appréciées que lorsqu’elles sont approfondies.34

  • 35 À ce propos, cfr. Archives Générales du Royaume, fonds de Stassart, correspondance de la comtesse d (...)
  • 36 Cian (Vittorio), « Vincenzo Gioberti nel Belgio. 1834-1845 », dans Belgio e Piemonte nel Risorgimen (...)
  • 37 Sur le rôle du Château de Gaasbeek dans les rapports Belgique-Italie voir Gola (Sabina), Un demi-si (...)
  • 38 Cian (Vittorio), op. cit., pp. 185-259.
  • 39 « In donna Enrichetta, non la dama illustre, ma l’intelligente e benemerita coltivatrice dei comuni (...)

6L’approfondissement et l’étude de la langue italienne, la comtesse les doit à des professeurs d’italien35, mais également à sa présence au sein de la fraction libérale belge qui offrait son amitié à l’Italie et qui militait en faveur de la cause italienne36. Amie de l’académicien renommé Adolphe Quetelet, elle fréquentait le couple d’exilés issu de la noblesse lombarde, Constance et Joseph Arconati Visconti, qui, installés en Belgique au château de Gaasbeek, en firent un lieu de diffusion de la culture italienne en y organisant des salons littéraires où se rencontraient exilés italiens et lettrés de la classe bourgeoise ou noble.37 Elle entretint un lien amical avec Vincenzo Gioberti, le philosophe turinois qui, exilé du Piémont pour ses idées sur la question de la nation italienne à l’encontre de la hiérarchie ecclésiastique, vécut dix ans en Belgique38. Ce dernier, pour le voyage de la comtesse en Italie, la recommanda à Cesare Balbo et la présenta en exhortant son ami à voir en elle non pas la dame illustre mais la benemerita coltivatrice dei comuni studî39.

  • 40 Bourson (Philippe), « Histoire de la Presse », dans Patria Belgica, T. III : Belgique morale et int (...)

7Par-delà les Alpes, elle fut introduite non par l’évocation de son statut social mais bien par celui de traductrice, non pas en tant que femme du monde mais en femme de lettres. La comtesse de Lalaing s’implique ainsi, par la traduction, dans la diffusion de la culture italienne et, par ses relations avec des patriotes du Risorgimento, elle assume un rôle de transmission et participe aux débats de son temps puisque, faut-il le souligner, la Belgique fraîchement constituée, s’intéressait au sort des Italiens et y était confrontée par l’arrivée d’exilés et par le biais de ses journaux.40

Ses écrits

  • 41 De Lalaing (Marie-Henriette), Maldeghem la Loyale. Mémoires et archives, Bruxelles, Imprimerie et L (...)
  • 42 Ibidem, p. I.
  • 43 Ibidem, p. 15.

8Mais l’activité de traductrice de la comtesse a également été pour elle un banc d’essai, un tremplin vers l’écriture puisque, parallèlement à la pratique de la traduction, elle a composé des œuvres littéraires originales. En 1849, elle publie Maldeghem la Loyale, véritable compendium de l’histoire de ses ancêtres qu’elle réalise grâce à la conservation des documents familiaux opérée par son aïeul du xviie siècle, Robert de Maldeghem, et avec l’aide du paléographe Émile Gachet pour le dépouillement d’archives41. Cette première œuvre qu’elle signe de son nom est pour elle un « livre de famille plus qu’un livre destiné au public »42l. Elle la dédie à Ottmar de Maldeghem, son neveu appelé à être le futur chef de famille pour qu’il conserve ce « dépôt sacré [des] traditions » familiales43.

  • 44 La version anglaise est en vers tandis que celle en français est en prose et renferme davantage de (...)

9En 1852, la comtesse écrit une fable en italien qui constitue un récit allégorique en vers, La Sensitiva, qu’elle dédie « A suoi amici d’Italia » (sic). Elle la publiera l’année suivante en ajoutant, dans le même volume, une adaptation en français réalisée par elle et une autre en anglais signée des initiales J.H.K.44 ; mais seul le texte italien portera toutefois la dédicace mentionnée plus haut. Cette allégorie met en scène une plante, la sensitive, qui, enfermée dans une serre se lamente sur son sort :

  • 45 De Lalaing (Marie-Henriette), La Sensitive. Fable, Bruxelles. Imprimerie de J. Stienon, 1853, p. 3.

« Mes compagnes vivent en paix, elles reçoivent même des hommages ; on les admire, ce à quoi, du reste, elles se prêtent avec complaisance, et si parfois on les importune, on y met du moins une certaine réserve. Avec moi seule, hélas ! on se comporte d’une manière vraiment outrageuse et cruelle ! On me martyrise et l’on se fait un jeu de mes angoisses ; des curieux, d’élégants imbéciles, sous prétexte de science ou de simple observation, des femmes frivoles, des enfants s’essayant à la vie par des cruautés, déchirent, arrachent des parties de moi-même pour voir à quel point je vais me crisper sous la douleur… […]. »45

10Survient alors le jardinier, qui somme la pauvre plante de cesser son apitoiement et lui fait remarquer que « dans le monde tout ne vient pas à souhait. Tout n’est pas rose non plus pour les jardiniers !... » (p. 5). Dans les environs s’élève encore un églantier qui, touché par la Sensitive, intervient :

« Chère Sensitive, […] je ne connais pas précisément la cause de vos chagrins ; mais, vous sachant sensible et sans défense, j’augure que vous avez à vous plaindre des hommes. Il faut en effet leur imposer pour qu’ils ne blessent pas. J’ai pour les faibles une grande commisération, j’ai pour vous une vive sympathie. Il est un remède unique à beaucoup de maux de l’âme, c’est l’amitié. Je vous offre la mienne. » (p. 6)

11Elle, lui répond alors : « J’accepte, ami, j’accepte avec attendrissement l’offre que me fait votre bon cœur. Ma reconnaissance n’aura de bornes que celles de ma vie, et jusqu’à mon dernier souffle je bénirai la main qui m’est ainsi tendue au bord de l’abîme… » (p. 7). Et l’histoire se termine de la sorte : » Tout à coup rattachée à l’existence par le doux lien de l’amitié, l’infortunée sentit bientôt renaître l’espoir de temps meilleurs, et le ciel en effet lui accorda de nombreux jours encore : toutes les feuilles de l’automne ne tombent pas en même temps. » (p. 7).

  • 46 Gola (Sabina), op. cit., pp. 63-65.
  • 47 Ibidem, p. 65.
  • 48 Dans le fonds « Lalaing » de la Bibliothèque royale de Belgique, on relève l’ouvrage suivant : Shel (...)

12Sabina Gola, dans son étude consacrée aux relations culturelles entre l’Italie et la Belgique de 1830 à 1880, affirme qu’à travers ce texte il est possible de voir la France ou le Piémont sous la figure de l’églantier46. En effet, la fable est rédigée en janvier 1852, ce qui coïncide, à quelques semaines près, avec l’arrivée au pouvoir de Napoléon III (2 décembre 1851). Ce dernier, préoccupé par la question italienne, voulait exercer un protectorat sur la péninsule ; mais il est possible d’y reconnaître également le Piémont qui, après les évènements révolutionnaires de 1848, avait pris la direction politique et morale de l’unification italienne47. Par ailleurs la figure de l’églantier à l’amitié salvatrice pour cette plante qui semble dépérir pourrait rappeler la sympathie de la comtesse pour la cause italienne. Il est dès lors possible de voir en cette fable dédiée « A suoi amici d’Italia » un gage de son amitié envers eux. Il convient de souligner également que La Sensitive n’est pas sans rappeler le poème de Shelley, The Sensitive Plant, œuvre que la comtesse possédait dans sa bibliothèque48 et connaissait certainement, étant donné son intérêt pour les romantiques anglais. Toutefois la ressemblance avec ce poème ne se limite qu’au titre et au procédé descriptif anthropomorphique sur lequel est bâti le poème anglais. La Sensitive montre que la comtesse de Lalaing se ressent de ses affinités et révèle une idéologie qui sous-tend son œuvre. À sa manière, et dans les cercles qui l’avaient adoptée, elle fait entendre sa voix contre les formes de répression.

  • 49 De Lalaing (Marie-Henriette), Les Chrysanthèmes, op. cit., 1857. p. 5
  • 50 Ibidem, p. 6.

13Mais son œuvre la plus importante s’intitule Les Chrysanthèmes. Études littéraires. Dans son avis « Au lecteur », la comtesse s’explique sur son projet littéraire, à commencer par l’intitulé de son œuvre qui, souligne-t-elle, n’est pas dû au hasard : « Le Chrysanthème est une fleur brillante que la nature semble avoir donnée à la terre pour la consoler de son deuil et de son délaissement » ; et d’ajouter, « [c]es pages, que j’offre à mes amis, – modestes fleurs, je l’avoue – sont écloses à la lueur du foyer, sous les rayons de la lampe studieuse. Elles sont le fruit de la méditation solitaire et d’un éloignement réfléchi pour ce qu’on est convenu d’appeler les plaisirs du monde »49. Ce qu’elle a voulu faire, c’est « définir cette sérénité du cœur, cette mélancolie douce, qui n’est pas la tristesse et moins encore la misanthropie »50. Quant au sous-titre d’« Études littéraires », il est à entendre non pas en tant qu’anthologie ou regroupement de recherches sur les lettres mais bien en tant qu’élaboration littéraire réflexive qui résulte de ses propres études.

  • 51 Par rapport à leur première version, ces textes sont retravaillés.

14En réalité, il s’agit d’un recueil scindé en trois parties. La première regroupe, sous le nom de « Poésie », six œuvres en vers composées par la comtesse. Trois d’entre elles – Mélancolie, La lampe de nuit, Hyacinthe – sont des compositions originales en alexandrins à rimes plates ; un poème intitulé Petits oiseaux mêle alexandrins et octosyllabes à rimes embrassées ; quant à La rose et le chardon, qualifié de fable par l’auteur, elle se compose d’alexandrins et d’ennéassyllabes à rimes embrassées. La sixième œuvre que l’on trouve dans cette section poétique n’est pas une création de la comtesse puisqu’il s’agit d’une version en vers du Passereau solitaire de Leopardi. La deuxième partie des Chrysanthèmes porte le nom de Miniatures et contient de nombreuses formules sentencieuses, des aphorismes. La troisième et dernière partie est une compilation d’œuvres en prose dont trois sont des traductions : on retrouve le Chant nocturne d’un berger nomade de l’Asie, Le Genêt ou la fleur du désert51 de Leopardi, Élégie écrite dans un cimetière de campagne de Thomas Gray et trois œuvres de la comtesse – Une nuit de mai, Le perce-neige (Ode au printemps) et Les Primevères.

  • 52 Iaria (Domenica), op. cit., p. 25.
  • 53 De Lalaing (Marie-Henriette), « Mélancolie », dans Idem, Les Chrysanthèmes, op. cit., 1857, pp. 8-1 (...)

15En tant qu’écrivaine, Marie-Henriette de Lalaing ne se détache donc pas du « traduire » puisqu’elle insère dans son recueil des traductions appartenant tant au domaine italien qu’anglais. Si l’on examine attentivement ses œuvres, force est de constater que son activité de traductrice a été pour elle une école de style et l’a surtout influencée dans la reprise des topoï romantiques, comme celui du paysage soumis aux aléas de l’âme, de la douce mélancolie, etc., que l’on retrouve mêlés à son attirance pour l’Italie. En effet, comme l’a fait remarquer Domenica Iaria52, dans une composition poétique qu’elle intitule « Mélancolie » et qui ouvre son recueil, la comtesse convoque l’Italie et se réfère à un âge d’or italien révolu : « […] sous le ciel aimé de la belle Italie, | Plane le spectre noir de la mélancolie »53, état affectif qu’elle associe à son pays dans sa composition intitulée Le climat de la Belgique :

  • 54 De Lalaing (Marie-Henriette), « Le climat de la Belgique », dans Idem, Les Chrysanthèmes, op. cit., (...)

O climat déplorable, obstacle au vrai poëte,
Toi qui rendrais muets les accents du prophète,
Tu pèses lourdement sur mon front oppressé.
La lyre entre mes doigts a tristement glissé…
Elle tombe, et la corde humide et ramollie
Exhale les accents de la mélancolie54

16Ainsi, même dans ses propres écrits, on retrouve ses affinités avec ses langues de travail, principalement avec la culture italienne à laquelle elle fait appel.

  • 55 L’inventaire de la production imprimée en Belgique relative à l’Italie à été établi sur base de la (...)
  • 56 Par exemple : Ansiau (Jean-Baptiste), Des devoirs des hommes, par Silvio Pellico, traduit de l’ital (...)
  • 57 Parmi d’autres, nous citons : Lesbroussart (Philippe), « Littérature italienne. Storia della colonn (...)
  • 58 À ce propos, cfr. Gola (Sabina), op. cit., vol. 2, 1999, pp. 78-87.

17Contextualiser la médiation culturelle opérée par la comtesse de Lalaing sur la base d’un rapprochement à d’autres entreprises identiques semble être une tentative ardue tant les activités de traduction et les relations culturelles internationales n’ont, jusqu’à présent, pas trouvé leur place dans l’historiographie de la littérature belge. Toutefois, concernant les rapports bilatéraux entre la Belgique et l’Italie, nous pouvons voir comment ceux-ci ont influencé l’écriture de certains littérateurs belges en sondant, d’après la Bibliographie nationale, la production relative à l’Italie imprimée en Belgique55. À l’époque de la comtesse, l’on relève de nombreuses traductions, imitations, adaptations d’œuvres de Silvio Pellico et d’Alessandro Manzoni56 ainsi que plusieurs études et billets littéraires sur des écrits et représentants de la péninsule57, tout comme encore des narrations prenant comme ancrage le « bel paese »58.

Le Fonds Lalaing

  • 59 Dans Bibliothèque Royale. Mémorial 1559-1969, (Bruxelles, Bibliothèque Royale Albert Ier, 1969, 469 (...)

18Marie Henriette de Lalaing a donc fait « œuvre de traductrice » et, dans un deuxième temps, « œuvre d’auteur », mais là ne s’arrête point son rôle de passeur de cultures. Son goût pour les lettres, son statut social et ses nombreuses relations lui ont permis de se constituer une vaste collection de livres dont elle fit don, à sa mort, à la Bibliothèque royale. Réunis sous l’appellation « Fonds Lalaing » et ainsi ajoutés au patrimoine de l’État, ces 960 ouvrages59, bien que renseignés dans le dépôt dit « français », appartiennent tant aux lettres anglaises, italiennes, françaises, qu’allemandes et espagnoles. Ce legs reflète la passion de la comtesse pour la littérature, les langues, l’histoire et pour l’Autre. Il se révèle d’une remarquable valeur historique par la richesse de son contenu et représente le miroir d’une époque dans lequel se reflète toute l’Europe. Il met en évidence cette quête de l’universel qui saisit le début du xixe siècle dans les domaines politique, historique et littéraire.

19En somme, Marie-Henriette Octavie de Lalaing a créé par son œuvre de médiatrice un trait d’union entre la Belgique naissante, le romantisme anglais et, surtout, l’Italie en devenir. Consciente du poids culturel que son rôle de femme lettrée pouvait représenter, elle s’est inscrite dans les débats qui dominaient son temps car le choix de traduire des œuvres qui lui étaient contemporaines témoigne, au-delà de la transmission d’une culture littéraire d’un idiome dans un autre, d’une volonté de familiariser le public à la situation italienne en servant, outre le nationalisme italien, le débat libéral de la Belgique fraîchement indépendante. Même si elle ne montra pas l’engagement d’une Germaine de Staël, ni le talent littéraire de ses modèles, l’écriture de la comtesse est empreinte des relations culturelles qu’elle a prônées.

Haut de page

Notes

1 Ignorée par le Dictionnaire des écrivains belges : bio-bibliographie de De Seyn (Eugène) (Bruges, Excelsior, 2 vol. , 1932), la comtesse de Lalaing est également absente de l’étude de Hanlet (Camille), Les écrivains belges contemporains de langue française. 1800-1846, Liège, J. Dessain, 2 vol. , 1946, tout comme de celle de Hanse (Joseph) et Charlier (Gustave), Histoire illustrée des lettres de Belgique, Bruxelles, Renaissance du livre, 1958. La première mention la concernant dans un ouvrage anthologique littéraire en tant que traductrice se trouve, selon nos recherches, dans le répertoire des traducteurs de l’ouvrage de Polet (Jean-Claude) (dir.), Patrimoine européen : anthologie en langue française, Index général, Bruxelles, De Boeck, 2000, p. 441.

2 Iaria (Domenica), Una romantica traduttrice di Leopardi Marie-Henriette de Lalaing (1787-1866) : le « simples versions » di quattro Canti, Messina, Andrea Lippolis Editore, 2005, 175 p.

3 Notteboom (Hugo), Heemkundige kring het Ambacht Maldeghem, Jaarboek nr 6 « Maldeghem die Loyale », traduction néerlandaise de Maldeghem la Loyale par Marc Mertens et biographie de la comtesse de Lalaing par Hugo Notteboom, 2000, pp. 9-50.

4 De Lalaing (Marie-Henriette), Maldeghem la Loyale. Mémoires et archives, Bruxelles, Wouters, 1849 et Biographie nationale publiée par l’Académie royale des sciences, des lettres et des beaux-arts de Belgique, T. III, Bruxelles, Bruylant, 1894-1895, pp. 206-219.

5 Brassart (Félix), Notice historique et généalogique sur l’ancienne et illustre famille des seigneurs et comtes du nom de Lalaing, Douai, Adam d’Aubers, 1847, p. 76 et Coomans de Brackere (Oscar), État présent de la noblesse belge, Bruxelles, Collection « État présent » asbl, 1ère partie (KERV- LAMB), 1992, p. 152.

6 Byron (Georges Gordon, Lord), Manfred, trad. La comtesse de Lalaing, née de Maldeghem, s.l., s.n., 1833, [2d éd., Bruxelles, Imprimerie de J. Stienon, 1852, 61 p.].

7 Sa fille, Camille-Ange de Lalaing, se marie en 1836 et meurt en 1840. Son fils, le comte Maximilien-Jean-Guislain de Lalaing, mène une carrière de diplomate à l’étranger et se marie en 1855, cfr. Coomans de Brackere (Oscar), op. cit., pp. 152-153.

8 Charlier (Gustave), « L’esprit du Nord », dans Le mouvement romantique en Belgique, Bruxelles, Palais des Académies, 1948, pp. 469-490.

9 Knight (Henry Galley), La rose musquée, trad. La comtesse de Lalaing, née de Maldeghem, s.l., s.n., s.d.

10 Cowper (William), Le son des cloches dans le lointain (The Task), trad. comtesse de Lalaing, née de Maldeghem, s.l., s.n., s.d.

11 Montgomery (James), La mort d’Adam (Le monde avant le déluge), trad. comtesse de Lalaing, née de Maldeghem, s.l., s.n., s.d.

12 Sheridan (Richard Brinsley), Vers trouvés sur un banc dans un bosquet, trad. comtesse de Lalaing, née de Maldeghem , s.l., s.n., s.d.

13 Carrington (Chevalier), Mon village natal au retour d’une longue absence, trad. comtesse de Lalaing, née de Maldeghem , s.l., s.n., s.d.

14 Gower, Exécution militaire, trad. La comtesse de Lalaing, née de Maldeghem, s.l., s.n., s.d.

15 Gray (Thomas), Élégie écrite dans un cimetière de campagne, trad. comtesse de Lalaing, née de Maldeghem, dans De Lalaing (Marie-Henriette), Les Chrysanthèmes. Études littéraires, Bruxelles, Typographie de Ch. Vanderauwera, 1857, pp 107-116.

16 Notteboom (Hugo), op. cit, p. 30.

17 Pour H. Notteboom, ces œuvres ont été publiées chez Hayez en 1842 et parfois imprimées à 50 exemplaires. Cependant nous n’avons pas retrouvé la source de cette affirmation et la consultation de ces œuvres ne nous permet pas d’abonder dans ce sens, hormis le fait qu’il s’agisse d’imprimés.

18 Cette observation a été formulée pour ses traductions de l’italien par Iaria (Domenica), op. cit., p. 12.

19 Ce voyage aurait eu lieu entre le 7-12 septembre 1848, selon Notteboom (Hugo) (op. cit., pp. 25-26), qui reconstitue les voyages de la comtesse grâce à des factures d’hôtel ou de magasins, des tickets de voyages, des souches de paiement ou équivalent trouvés dans les archives familiales.

20 Coomans de Brackere (Oscar), op. cit., p. 153.

21 Dans Eusden (Robert Francis), Specimen of English Verse Selected Chiefly from Modern Poets (Brussels, C.J. De Mot and H. Remy, 1825, ouvrage du fonds « Lalaing ») on trouve la dédicace suivante adressée à la comtesse: « This volume is inscribed to the countess of Lalaing as a tribute of respect to an ancient and highly esteemed pupil, by her ladyship’s obliged and faithful servant, Robert Francis Eusden. Bruxelles, 1825. » Cette dédicace laisse supposer que la comtesse a suivi auprès d’Eusden des cours relatifs à la langue anglaise ou à sa littérature.

22 Bianchi (Antonio), Narration populaire sur la mort de la princesse Guendolina Borghese, trad. La comtesse de Lalaing, née de Maldeghem, Bruxelles, Hayez, 1841, 14 p.

23 Manso (Gian Battista), La vie du Tasse, trad. La comtesse de Lalaing, née de Maldeghem, s.l., s.n., s.d.

24 Paravia (Pier Angelo), Fête séculaire de la naissance du Tasse célébrée à Turin, 11 mars 1844, trad. La comtesse de Lalaing, née de Maldeghem, Bruxelles, Hayez, s.d.

25 Balbo (Cesare), Vie du Dante, trad. La comtesse de Lalaing, née de Maldeghem, Bruxelles, Hayez, 1844-1846, 2 vol. 

26 Leopardi (Giacomo), Chant nocturne d’un berger nomade de l’Asie, trad. La comtesse de Lalaing, née de Maldeghem, s.l., s.n. s.d. et Leopardi (Giacomo), Chant nocturne d’un berger nomade de l’Asie, trad. La comtesse de Lalaing, née de Maldeghem dans De Lalaing (Marie-Henriette), Les Chrysanthèmes, op. cit., 1857, pp. 81-84.

27 Leopardi (Giacomo), Le genêt ou la fleur du désert, trad. La comtesse de Lalaing, née de Maldeghem, dans Stances de Poliziano et poésies extraites de Dante, Petrarque et Leopardi, trad. La comtesse de Lalaing, née de Maldeghem, Bruxelles, Stienon, 1853, pp. 149-157 et dans De Lalaing (Marie-Henriette), op. cit., 1857, pp. 97-106.

28 Leopardi (Giacomo), Le passereau et le berger solitaire, trad. La comtesse de Lalaing, née de Maldeghem, dans De Lalaing (Marie-Henriette), Les Chrysanthèmes, op. cit., pp. 29-34. Même s’il s’agit de premières traductions, la version de Lalaing des chants de Leopardi n’a jamais attiré l’attention. Dans son Leopardi et la France, essai de littérature comparée (Paris, Champion, 1913, 551 p.), Nicole Serban n’y fait pas référence. Le récent travail de Iaria (Domenica), op. cit, a heureusement sorti ces versions de l’ombre.

29 Leopardi (Giacomo), Les souvenirs, trad. La comtesse de Lalaing, née de Maldeghem, dans Stances de Poliziano et poésies extraites de Dante, Petrarque et Leopardi, op. cit., pp. 137-141.

30 Sur l’activité de l’éditeur italien, voir Battistini (Mario), « Un editore livornese a Bruxelles : Giovan Paolo Meline », dans Bollettino storico livornese, Reale deputazione toscana di storia patria, Sezione di Livorno, I, 3, luglio-settembre 1937, pp. 257-281.

31 Gioberti (Vincenzo), A Silvio Pellico, trad. La comtesse de Lalaing, née de Maldeghem, Bruxelles, Meline, Cans et Cie, s.d, 12 p.

32 Stances de Poliziano et poésies extraites de Dante, Petrarque et Leopardi, op. cit.

33 Dans le premier volume de la Vie du Dante (1844), elle s’adresse à l’auteur, Cesare Balbo, et lui prie d’être indulgente envers « une femme que l’amour seul de la plus belle langue du monde a pu engager à lutter » contre les difficultés du traduire. Elle souhaite, par sa traduction, « avoir contribué […] à propager en France et en Belgique la lecture d’un ouvrage où la gloire du plus puissant génie de votre nation emprunte un nouveau lustre du talent de son historien. », voir Balbo (Cesare), Vie du Dante, trad. La comtesse de Lalaing, née de Maldeghem, Bruxelles, Hayez, 1844-1846, vol. 1, pp. I-III.

34 Stances de Messer Angelo Poliziano et poésies extraites de Dante, Pétrarque et Leopardi, op. cit., pp. VII-VIII.

35 À ce propos, cfr. Archives Générales du Royaume, fonds de Stassart, correspondance de la comtesse de Lalaing (1845-1853), cahier n° 1, f° 47, s.d. [c. 1851], cité dans Van Nieuwenhuysen (Andrée), Inventaire des archives de la Famille de Lalaing, Bruxelles, Archives Générales du Royaume, 1970, p. 11 (note 2).

36 Cian (Vittorio), « Vincenzo Gioberti nel Belgio. 1834-1845 », dans Belgio e Piemonte nel Risorgimento italiano, Torino, Giovanni Chiantore ed., 1930, pp. 226-228.

37 Sur le rôle du Château de Gaasbeek dans les rapports Belgique-Italie voir Gola (Sabina), Un demi-siècle de relations culturelles entre l’Italie et la Belgique (1830-1880), Bruxelles, Institut Historique Belge de Rome, vol. 1, 1999, pp. 32-45.

38 Cian (Vittorio), op. cit., pp. 185-259.

39 « In donna Enrichetta, non la dama illustre, ma l’intelligente e benemerita coltivatrice dei comuni studî ; poichè, dopo di aver abbracciata la letteratura inglese, in cui è versatissima e tradotto un poema del Byron, elle si è volta all’italiano, e ha testè messa in francese con pari felicità la vita del Tasso, scritta dal Manso. Onde mi parve che piacer dovesse al pittore di Dante il conoscere chi rese nota alla Francia la storia di Torquato ; e che io potessi in qualche parte sdebitarmi per tal modo de’ miei obblighi verso la gentilezza di entrambi ». Cité in Ibidem, p. 227.

40 Bourson (Philippe), « Histoire de la Presse », dans Patria Belgica, T. III : Belgique morale et intellectuelle, ss. dir. de Eugène Van Bemmel, 1875, p. 374 : « […] vainement un petit nombre d’autres journaux essayaient d’appeler l’attention sur quelques questions intérieures […], l’opinion était détournée par la plupart des organes de la publicité qui, fondés, en général, par les bannis de 1815, ne portaient l’intérêt de leurs lecteurs que sur les faits et gestes de la France ou sur les évènements dont les pays étrangers étaient alors les théâtres. Nos journaux étaient la copie ou, si l’on veut, la contrefaçon des journaux de Paris. Les révolutions de Naples, du Piémont, de l’Espagne les tenaient plus en haleine que nos propres affaires ».

41 De Lalaing (Marie-Henriette), Maldeghem la Loyale. Mémoires et archives, Bruxelles, Imprimerie et Librairie de Ve Wouters, 1849, p. II.

42 Ibidem, p. I.

43 Ibidem, p. 15.

44 La version anglaise est en vers tandis que celle en français est en prose et renferme davantage de descriptions.

45 De Lalaing (Marie-Henriette), La Sensitive. Fable, Bruxelles. Imprimerie de J. Stienon, 1853, p. 3.

46 Gola (Sabina), op. cit., pp. 63-65.

47 Ibidem, p. 65.

48 Dans le fonds « Lalaing » de la Bibliothèque royale de Belgique, on relève l’ouvrage suivant : Shelley (Percy), The poetical works of Percy Shelley, London, Edward Moxon, 1853, 175 p., don de Madame Robert Cathurighe à la comtesse. Bien que cette édition soit postérieure à celle du texte de la comtesse, il est plus que probable qu’elle connaissait le poème de Shelley avant d’acquérir ce volume.

49 De Lalaing (Marie-Henriette), Les Chrysanthèmes, op. cit., 1857. p. 5

50 Ibidem, p. 6.

51 Par rapport à leur première version, ces textes sont retravaillés.

52 Iaria (Domenica), op. cit., p. 25.

53 De Lalaing (Marie-Henriette), « Mélancolie », dans Idem, Les Chrysanthèmes, op. cit., 1857, pp. 8-10.

54 De Lalaing (Marie-Henriette), « Le climat de la Belgique », dans Idem, Les Chrysanthèmes, op. cit., 1857, p. 67.

55 L’inventaire de la production imprimée en Belgique relative à l’Italie à été établi sur base de la Bibliographie nationale et pour la période allant de 1830 à 1880, par Gola (Sabina), op. cit., vol. 2, 1999, 174 p. ; nous renvoyons particulièrement à la rubrique intitulée « Langue, littérature et narration » (pp. 73-87).

56 Par exemple : Ansiau (Jean-Baptiste), Des devoirs des hommes, par Silvio Pellico, traduit de l’italien avec une introduction par Antoine de Latour ; suivi des observations sur Manzoni sur la distinction de la philosophie morale et de la théologie. Cette traduction est de J.-B., Ansieu, Louvain, Ansiau, 1834 ; Clavareau (Antoine-Joseph-Théodore-Auguste), Françoise de Rimini, tragédie en cinq actes et vers, Liège, Desoer, 1849 ; Clavareau (Antoine-Joseph-Théodore-Auguste), Le Comte de Carmagnola, tragédie en cinq actes et vers, Liège, Desoer, 1851 ; cités dans Gola (Sabina), op. cit., vol. 2, 1999, p. 74.

57 Parmi d’autres, nous citons : Lesbroussart (Philippe), « Littérature italienne. Storia della colonna infame, de Manzoni, etc. La colonne infâme », [Compte rendu], dans La Revue de Liège, t. II., Liège, 1844 ; Marchal (François-Joseph-Ferdinand), « Notice sur Brunetto Latini, Lue à la séance du 6 avril 1844 », dans Bulletin de l’Académie royale des sciences, etc. de Belgique, t. XI, Bruxelles, Hayez, 1844, pp. 263-265 ; Ruelens (Charles-Louis), « Conjectures sur le voyage de Dante en Flandre », dans Revue catholique, Louvain, 1850 ; Thil-Lorrain (Michel-Materne), La vie de Dante Alighieri dans ses rapports avec la « Divine Comédie », Arlon, J. Bourger, 1857 ; cités dans Gola (Sabina), op. cit., vol. 2, 1999, pp. 74-77.

58 À ce propos, cfr. Gola (Sabina), op. cit., vol. 2, 1999, pp. 78-87.

59 Dans Bibliothèque Royale. Mémorial 1559-1969, (Bruxelles, Bibliothèque Royale Albert Ier, 1969, 469 p.), Carlo Bronne renseigne 960 ouvrages (p. 89) et Julien Van Hove, quant à lui, parle de 930 ouvrages (p. 142).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sarah Béarelle, « La comtesse Marie-Henriette de Lalaing (1787-1866) », Textyles, 45 | 2014, 17-27.

Référence électronique

Sarah Béarelle, « La comtesse Marie-Henriette de Lalaing (1787-1866) », Textyles [En ligne], 45 | 2014, mis en ligne le 26 juin 2014, consulté le 15 août 2017. URL : http://textyles.revues.org/2530 ; DOI : 10.4000/textyles.2530

Haut de page

Auteur

Sarah Béarelle

F.R.S.-FNRS, Université libre de Bruxelles

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org