Navigation – Plan du site
Chroniques
Comptes rendus

Servaes (Paul), Émile Verhaeren. Vlaams dichter voor Europa

Paul Servaes en uitgeverij EPO, 2013, 1075 p.
Vic Nachtergaele
p. 196-198
Référence(s) :

Servaes (Paul), Émile Verhaeren. Vlaams dichter voor Europa, Paul Servaes en uitgeverij EPO, 2013, 1075 p.

Texte intégral

1En 2016, on commémorera le décès, en gare de Rouen, du poète, dramaturge et critique d’art Émile Verhaeren. Il nous aura donc fallu attendre presque cent ans pour voir paraître la première biographie en néerlandais de ce chantre francophone de la Flandre, grand poète européen par-dessus le marché. Faut-il en conclure qu’aujourd’hui seulement la Flandre est prête à embrasser ce poète issu de son peuple et nourri de son patrimoine culturel ? Longtemps, une certaine Flandre ne lui a pas pardonné d’avoir écrit en français. C’est en partie pour réfuter cette accusation que Paul Servaes, ancien conservateur du Musée Émile Verhaeren à Sint-Amands, s’est lancé dans son entreprise.

2On ne s’étonnera donc pas de voir le biographe insister sur les rapports qu’a entretenus Verhaeren avec ses confrères néerlandophones, en Flandre et aux Pays-Bas. Ces rapports n’étaient sans doute pas totalement désintéressés : le poète a toujours été soucieux de promouvoir la vente de ses recueils. Mais il y avait plus. Dès 1894, Verhaeren a répondu avec enthousiasme à l’initiative du Hollandais Jan Toorop, le peintre symboliste le plus en vue à l’époque, pour lancer une revue internationale d’art. Il s’agissait de créer une plate-forme pour ce qu’il y avait de plus dynamique dans les diverses littératures et cultures d’Europe. Elle devait s’appeler Artium Hortus, le Jardin des Arts (chapitre 7). Verhaeren s’est engagé à contacter des collaborateurs potentiels un peu partout en Europe. La revue devait paraître deux fois l’an, en quatre langues, richement illustrée, et offrir des pages de prose et de poésie fournies par les écrivains les plus prometteurs parmi les diverses cultures européennes. Paul Servaes est le premier à retracer l’histoire de ce projet et à fournir de larges extraits de la correspondance relative à cette entreprise. On découvre ainsi les contacts que Verhaeren a établis à cet effet avec des collègues flamands tels August Vermeylen, fondateur de la revue Van Nu en Straks, et l’architecte Henry van de Velde, avec des écrivains hollandais tels Lodewijk Van Deyssel, Jan Greshoff et autres. Bien sûr, Verhaeren s’est adressé également aux noms les plus prestigieux en France, en Allemagne et ailleurs, pour obtenir des promesses de collaboration. Finalement, faute des fonds nécessaires, la revue ne paraîtra pas. Mais vingt ans plus tard, en 1913, Verhaeren s’efforcera une fois de plus de lancer une feuille européenne – le titre proposé était alors Correspondance littéraire – dans l’espoir de conjuguer toutes les forces vives contre le militantisme naissant. L’initiative était soutenue par Romain Rolland, Léon Bazalgette, Rainer Maria Rilke et Stefan Zweig. À ce propos, Rolland nota dans son journal : « Ce qui me paraît notre devoir essentiel, c’est de fonder, moralement, intellectuellement, l’unité européenne. » Plus tard, Rolland se souviendra : « Et nul n’était plus ardent à défendre ces idées que notre Verhaeren. » En vain, on le sait.

3Il est donc clair que l’ouverture à l’Europe ne s’est jamais démentie chez Verhaeren dès sa première réaction enthousiaste à l’initiative du Hollandais Jan Toorop. Notre biographe documente cet élan vers une culture européenne tout au long de son ouvrage et c’est là un de ses mérites essentiels. Ainsi, Paul Servaes nous renseigne amplement sur les liens d’amitié innombrables qu’a entretenus Verhaeren à travers l’Europe : avec des auteurs comme les Autrichien Stefan Zweig et Rainer Maria Rilke, le Russe Valéri Brioussov, l’Italien Marinetti, l’Espagnol Dario de Regoyos, l’Anglais Osman Edwards, la Suédoise Ellen Key, le Hollandais Frederik Van Eeden, les Flamands Van de Woestijne, Stijn Streuvels, Cyriel Buysse etc., noms auxquels il faudrait encore ajouter ses multiples amis en Belgique francophone et en France, tout comme ses nombreux traducteurs, éditeurs et metteurs en scène. Si l’on y ajoute que Servaes ne néglige à aucun moment l’intérêt passionné que portait Verhaeren aux peintres et sculpteurs de son époque, on comprend que sa biographie parvient à évoquer tout un pan de la culture européenne des années 1900. Non par des considérations de haut vol relevant de l’histoire de l’art, mais par une multitude de petits faits vrais : les correspondances, les visites de part et d’autre, les voyages entrepris entre amis, les actions conjointes pour soutenir tel collègue poursuivi pour outrage aux bonnes mœurs ou tel projet socialiste ou vaguement anarchiste.

4Notons en passant que les extraits des correspondances sont donnés dans la langue originale, sauf si une traduction en néerlandais est disponible. Heureusement, pas mal de collègues de Verhaeren maniaient le français, tant bien que mal.

  • 1 Marx (Jacques), dans Verhaeren (Émile), Poésie complète, tome 2, 1997, p. 42.

5Le goût de Paul Servaes pour l’authenticité se voit encore dans sa décision de citer les vers de Verhaeren selon leur édition originale. On connaît les arguments pour et contre, et on sait que l’édition Émile Verhaeren. Poésie complète, assurée par Michel Otten aux Archives du Futur, donne l’édition définitive, approuvée par le poète. Mais on comprendra aisément pourquoi notre biographe a préféré la version des premières éditions. De l’avis général, les corrections incessantes de Verhaeren ont entraîné « un déficit expressif »1. Apparemment, le poète lui-même s’en rendait compte. En octobre 1900, il écrit dans la notice servant d’introduction à une exposition de Rodin : « L’art doit exprimer une émotion et une pensée. Si ce que le public appelle ébauche les exprime en toute leur force, c’est l’ébauche et non pas la statue parachevée et impeccablement figée et refroidie qui demeure l’œuvre complète. […] Ce qu’il y a de plus haut en art, ce n’est point l’achèvement et l’isolement d’une œuvre, mais son jaillissement même du cerveau et son lien avec la nature totale. » Verhaeren estimait-il que ce principe valait pour la sculpture, non pour la poésie ? Cela nous étonnerait.

6Quoi qu’il en soit, Servaes estime à juste titre que les premières versions expriment mieux l’originalité du poète : son imagination fougueuse et son rythme impétueux. Il estime en outre que ces premières versions sont « plus flamandes ». Soit. Mais il nous semble que Servaes va trop loin lorsqu’il déclare que Verhaeren a choyé sa vie durant un style propre, « non pour épater mais pour témoigner durablement de son identité flamande » (notre traduction). Verhaeren n’a jamais connu assez bien le néerlandais pour en être imprégné au point que sa langue maternelle, le français, en fût colorée. Enfant, Verhaeren a parlé le dialecte local durant les dix premières années de sa vie – et encore en dehors du cercle familial c’est le français seul « qui jaillissait de son cerveau ». S’il comprenait et lisait le néerlandais, il n’a pas écrit une seule ligne en cette langue. Son français était-il parfois tourmenté ? Sans doute, mais non par allégeance flamande : il ne manquait pas à cette époque d’écrivains français cherchant à épater le public par un langage bizarre, sinon abscons.

7De même, nous ne suivons pas le biographe lorsqu’il déclare : « Cette œuvre [de Verhaeren] relève de la littérature flamande, partie intégrante de la littérature néerlandaise, la littérature de Flandre et des Pays-Bas. » (notre traduction) Qu’elle relève du patrimoine culturel flamand, oui sans doute, autant que l’œuvre en latin d’Erasme. Mais qui dit littérature néerlandaise, française, ou anglaise, dit littérature en néerlandais, en français, ou en anglais. Ne compliquons pas inutilement une problématique déjà suffisamment ardue. Il faut admettre pourtant que même les historiens chevronnés de la littérature ne disposent pas de schémas rendant compte des diverses appartenances qu’affectionnaient ces « doubles natures » que furent Charles De Coster, Camille Lemonnier, Maurice Maeterlinck, Émile Verhaeren, Michel de Ghelderode et autres. Et n’oublions pas qu’un poète comme Karel Van de Woestijne était lui aussi une « double nature » : son œuvre ne se comprend pas sans l’influence massive de Charles Baudelaire.

8Le grand mérite de Paul Servaes est d’avoir écrit un récit souvent captivant où alternent sans cesse les faits et les événements de la vie de Verhaeren – ses déménagements incessants, ses voyages, l’analyse de ses œuvres, les commentaires de ses correspondants, ses visites aux artistes et à leurs expositions, ses démêlés avec les metteurs en scène, etc. Parfois tout de même, le récit ralentit et frôle la prolixité. L’exhaustivité est mauvaise conseillère : on aurait aimé une sélection plus exigeante parmi la multitude des faits et gestes du poète. Fallait-il consacrer par exemple tant de pages à des auteurs mineurs du Petit-Brabant tels que Jan Hammenecker, Reninca, Bert Peleman ou Dirk de Witte ? Qu’ils aient admiré leur grand modèle, sans doute, mais on ne peut pas prétendre y voir la preuve de l’impact de Verhaeren sur la littérature en néerlandais. Fallait-il maintenir dans le corpus de l’ouvrage la mention de toutes les traductions des divers recueils et des poèmes séparés ? N’aurait-il pas été plus pratique pour le lecteur de les trouver groupées en annexe ?

9N’empêche, paradoxalement, c’est grâce à cette exhaustivité que cette biographie sera considérée dorénavant comme l’ouvrage de référence sur Émile Verhaeren, toutes langues confondues. En effet, le lecteur y trouve une information biographique très enrichie par rapport à celle de ses prédécesseurs. Et pour cause : Paul Servaes a été le premier à recueillir systématiquement les articles et ouvrages de chercheurs néerlandophones. En outre, il s’est imposé le devoir de vérifier chaque fois sur pièces les assertions de ses prédécesseurs. On n’en finirait pas d’énumérer le nombre de détails que Paul Servaes a su corriger.

10Le biographe fournit aussi un exposé succinct et objectif des analyses et points de vue de ses prédécesseurs sur les divers recueils et pièces de théâtre. Il prend rarement position lui-même : il entend rester biographe. Par exemple, s’il détaille les diverses opinions sur le rôle de Marthe dans la soi-disant résurrection du poète lors des Apparus dans mes chemins, ou celles sur l’influence décisive de Verhaeren sur Karel Van de Woestijne, il tranche rarement. Bien au contraire, après chacun des quatorze chapitres, il ajoute quelques pages intitulées « De twijfels van de biograaf » (Les doutes du biographe). Malgré ses dons de fin limier, Paul Servaes doit reconnaître que certaines assertions ne peuvent pas être vérifiées dans l’état actuel de nos connaissances. Qu’en est-il, par exemple, de la scène de « séduction » de Maria Van Rysselberghe à Knokke ? Quelles ont été les circonstances exactes de l’accident en gare de Rouen ? Qui a décidé de l’enterrement civil de Verhaeren : Marthe Massin, l’épouse, André Gide ou Maria Van Rysselberghe ? Stefan Zweig aurait-il volé quelques manuscrits dans un tiroir lors d’une de ses visites au Caillou-qui-bique ? Et serait-ce là la raison pour laquelle Marthe a refusé obstinément de renouer, après la guerre, les liens d’amitié avec cet ami à toute épreuve ? René Vandevoir, l’exécuteur testamentaire, aurait-il détruit les lettres qui auraient pu nous éclairer sur ces questions ?

11Enfin, comme nous l’avons montré, le lecteur trouve dans cette biographie une approche nouvelle de Verhaeren, une lecture qui tient compte de la double nature du poète : écrivain français farouchement fidèle à sa terre natale, la Flandre. Lors d’une conférence à Moscou, en 1913, il déclara : « Nous ne pouvons pas plus nous passer de notre terre que l’arbre ne peut se passer de ses racines. » Les chercheurs ont sans doute sous-estimé jusqu’aujourd’hui l’intensité des rapports de Verhaeren avec ses collègues flamands et hollandais. Du coup, il leur a échappé tout un pan de son engagement européen. Pourtant, si Verhaeren survit aujourd’hui, c’est bien à cause de la dimension européenne de son œuvre : ses leçons d’optimisme et de courage, sa foi dans l’avenir sont plus que jamais d’actualité !

Haut de page

Notes

1 Marx (Jacques), dans Verhaeren (Émile), Poésie complète, tome 2, 1997, p. 42.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Vic Nachtergaele, « Servaes (Paul), Émile Verhaeren. Vlaams dichter voor Europa », Textyles, 44 | 2013, 196-198.

Référence électronique

Vic Nachtergaele, « Servaes (Paul), Émile Verhaeren. Vlaams dichter voor Europa », Textyles [En ligne], 44 | 2013, mis en ligne le 23 avril 2014, consulté le 26 juillet 2017. URL : http://textyles.revues.org/2508

Haut de page

Auteur

Vic Nachtergaele

KULeuven Kulak, Courtrai

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org