Navigation – Plan du site
Chroniques
Comptes rendus

Provenzano (François), Historiographies périphériques. Enjeux et rhétorique de l’histoire littéraire en francophonie du Nord (Belgique, Suisse romande, Québec)

Bruxelles, Académie Royale de Belgique, « Classe des Lettres », 2011, 223 p.
Michel Biron
p. 193-195
Référence(s) :

Provenzano (François), Historiographies périphériques. Enjeux et rhétorique de l’histoire littéraire en francophonie du Nord (Belgique, Suisse romande, Québec), Bruxelles, Académie Royale de Belgique, « Classe des Lettres », 2011, 223 p.

Texte intégral

1L’histoire littéraire, on le sait depuis longtemps, n’est pas neutre : elle constitue à la fois un lieu de mémoire et un lieu de pouvoir. Tout y est affaire de classement, de hiérarchie, de canon. Elle institue le fait culturel en une sorte de nature transmise d’une génération à l’autre via l’école. Mais il y a longtemps aussi que la critique savante a entrepris de déconstruire les mécanismes propres aux manuels d’histoire littéraire, de mettre au jour leurs présupposés idéologiques et d’interroger leur valeur scientifique. L’ouvrage de François Provenzano, Historiographies périphériques. Enjeux et rhétorique de l’histoire littéraire en francophonie du Nord (Belgique, Suisse romande, Québec), apporte une contribution tout à fait originale à cette entreprise de démystification. Il s’agit, à ma connaissance, de la première étude qui compare de façon aussi systématique et aussi rigoureuse les traditions historiographiques de la francophonie nordique, soit celles de la Belgique, de la Suisse romande et du Québec.

2Très conscient des difficultés inhérentes à toute étude comparatiste, François Provenzano balise prudemment son propos afin de lui donner des contours théoriques précis. Il s’appuie notamment sur les nombreux travaux issus du domaine de la sociologie littéraire, de l’analyse du discours et de l’histoire comparée. Il ébauche une histoire socio-discursive avec pour postulat central que le discours historiographique ne s’élabore jamais en vase clos, mais participe à tout un système axiologique et idéologique, à la « sémiosis sociale ». Celle-ci varie dans l’espace comme dans le temps et c’est pourquoi on peut parler d’une histoire des histoires littéraires, ponctuée par des phases ou des moments qui se retrouvent dans chacun des trois corpus. Si différents soient-ils à bien des égards, les trois contextes se ramènent en effet à une sorte de grand récit fondé sur des oppositions de même nature (entre l’affirmation nationale et l’autonomie de la littérature par exemple, ou entre la recherche de singularités formelles et l’assimilation aux codes esthétiques parisiens). François Provenzano parvient tout au long de son travail à conserver un équilibre subtil entre la visée synthétique de son objet (la méta-littérature) et la plongée dans des univers culturels chaque fois bien différents.

3Il ne s’agit plus du tout, comme on le faisait il y a un demi-siècle, de faire découvrir des corpus nouveaux ou d’en établir la légitimité par rapport au canon français : les présentations sont faites, on peut passer aux choses sérieuses. L’ouvrage vise et atteint deux objectifs autrement plus stimulants : il montre d’abord de façon éclairante les points de convergence entre les trois aires culturelles étudiées, puis il fournit à l’historien littéraire, où qu’il soit, des outils méthodologiques et théoriques cohérents, liés à une approche sociale et rhétorique des textes littéraires. On lira à ce propos le chapitre initial qui fait le tour de façon efficace des travaux récents visant à renouveler le discours historiographique. D’un côté, les lectures « particularisantes » font ressortir les enjeux spécifiques des textes littéraires sans reprendre telles quelles les catégories de l’historiographie littéraire française ; de l’autre, les lectures « archéologiques » repèrent dans le passé les différents jalons qui voient s’élaborer une réflexion historiographique. C’est de ce côté que François Provenzano oriente sa propre enquête. Quatre phases (ou moments) marquent selon lui l’évolution de ce discours historiographique : une phase d’émergence dominée par l’idéologie nationale, une phase de rupture au cours de laquelle l’autonomie de la littérature devient la valeur principale, une phase d’institutionnalisation qui tend à dépasser l’opposition périphérie/centre pour mieux saisir les forces en présence et, enfin, une phase beaucoup plus récente, appelée phase de déclassement (ou de reclassement) et qui est traitée plus rapidement en conclusion de l’ouvrage.

4Ces phases se retrouvent dans chacune des historiographies, mais avec toutes sortes de variantes et selon des périodicités très contrastées. Ainsi la phase d’émergence en Belgique s’achève très tôt, dès le mouvement de renouveau des années 1880, tandis qu’elle se prolonge jusque tard dans le xxe siècle en Suisse et au Québec. En revanche, la phase de rupture s’étend sur plus d’un demi-siècle en Belgique tandis qu’elle « surgit » au Québec au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, pour rapidement passer le relais à la phase suivante. Ces décalages ne sont-ils que les modulations d’une même structure ? À un certain niveau d’abstraction, certes. Chacune des littératures examinées par François Provenzano se définit par rapport aux canons de la modernité, par rapport à Paris et par rapport à des enjeux locaux ou nationaux. C’est le propre d’une étude comparatiste comme la sienne d’insister sur les parentés entre les corpus, c’est-à-dire sur ce qui justifie précisément la comparaison.

5On peut se demander toutefois s’il n’aurait pas été intéressant de marquer davantage les différences, parfois profondes, entre les points de vue convoqués, notamment au moment de la phase dite de rupture. Le mot a-t-il le même sens ou la même valeur en Belgique, en Suisse et au Québec ? Rien n’est moins sûr. François Provenzano choisit d’illustrer la rupture, au Québec, par l’exemple du critique Berthelot Brunet, auteur d’une Histoire de la littérature canadienne-française (1946) qui prend ses distances par rapport à l’historiographie clérico-nationaliste (incarnée par Monseigneur Camille Roy). Or, il faut savoir que le petit livre de Brunet, écrit en moins de trois semaines, occupe une place très marginale dans le milieu littéraire canadien-français et n’a eu aucun impact dans l’historiographie littéraire locale. Aux yeux de la critique traditionnelle, c’est l’œuvre fantaisiste d’un esprit bohème ; aux yeux de la critique moderniste ou universitaire, c’est une œuvre impressionniste, peu sérieuse, écrite par un écrivain polygraphe. D’aucune façon, on ne peut la rattacher à quelque avant-garde que ce soit, si bien que le mot « rupture » paraît excessif et même quelque peu trompeur dans la mesure où Brunet sait bien qu’il n’y a pas vraiment d’autonomie de la littérature dans son pays. Au xixe siècle, insiste-t-il au contraire, ce sont les journalistes qui y furent les meilleurs écrivains. L’art pour l’art n’a donc pas la même connotation en Europe et en Amérique (il a longtemps été, selon la formule de l’écrivain québécois Jacques Ferron, « au-dessus de nos moyens »). De ce point de vue, la Belgique et la Suisse ont davantage en commun et partagent un certain culte (ou refus) de la tradition en allant puiser dans le répertoire local des œuvres qu’ils projettent sur l’horizon de la grande tradition française et européenne.

6Avec l’institutionnalisation, la convergence entre les méthodes historiques s’accroît nettement. L’historiographie littéraire devient le fait de spécialistes, d’universitaires soucieux d’objectiver leur démarche, et donc de l’expliciter, de la justifier sur le plan méthodologique et théorique. Désormais, l’histoire littéraire ne se connaît que trop bien et met au jour la grande alternative qui définit son rapport au centre parisien (autonomie de la périphérie vs « francodoxie »). Impossible d’échapper à cette alternative, et les nouvelles historiographies ne prétendent pas fournir de solutions originales, mais recyclent celles qui existent tout en s’efforçant d’atteindre à une sorte d’équilibre ou de stabilité, voire de consensus. On met en valeur les spécificités des formes, mais en ajustant le propos afin de le rendre plus universel. Le régional n’est plus régionaliste, mais s’ajuste au canon dénationalisé de la modernité et donc à la « francodoxie ». En Belgique, la référence à cet égard est la monumentale Histoire illustrée des lettres françaises de Belgique (1958), sous la direction de Gustave Charlier et de Joseph Hanse. Au Québec, l’ouvrage d’Auguste Viatte, Histoire littéraire de l’Amérique française (1954), n’a pas le même poids symbolique, mais il témoigne d’une francodoxie aisément transposable aux autres littératures francophones (Viatte, d’origine suisse, sera l’un des fondateurs du comparatisme dans les études francophones avec son Histoire comparée des littératures francophones publiée en 1980). La Suisse semble toutefois un peu en retrait de cette phase d’institutionnalisation, tardant à mettre en branle un processus de réflexion historiographique comparable à celui qui prend forme en Belgique et au Québec. On réédite ainsi en 1990 le vieil ouvrage de Virgile Rossel, Histoire littéraire de la Suisse, publié un siècle plus tôt, et des études comme celle de Manfred Gsteiger, La Nouvelle littérature romande (1974), viseraient surtout à légitimer le corpus romand aux yeux du public français.

7Qu’en est-il aujourd’hui ? Le paysage se caractérise, affirme François Provenzano, par « la dévaluation de la forme historiographique telle qu’appliquée à la littérature » (p. 191). C’est qu’en se spécialisant toujours un peu plus les historiens de la littérature fragmentent leur objet et le privent d’une force globalisante. Le récit historique devient suspect, « déclassé », remplacé par des approches plus descriptives, moins axées sur l’interprétation. Deux paradigmes s’imposent selon lui dans l’épistémologie contemporaine et prennent le relais du récit historique : la sociologie de la vie littéraire (inspirée en grande partie par Bourdieu) et le comparatisme. De tels décloisonnements ne sont nullement spécifiques aux périphéries, comme le montrent divers travaux historiographiques récents en France, où l’on redéfinit les frontières entre les méthodes, entre les corpus et entre ce qui est littéraire et ne l’est pas. En ce sens, les historiographies périphériques constituent aussi des modèles pour l’étude du littéraire, où que ce soit, de sorte qu’une enquête comme celle de François Provenzano ne s’adresse pas qu’aux spécialistes des littératures belge, suisse romande ou québécoise : elle permet de mieux saisir les enjeux actuels de l’historiographie littéraire en général, si tant est, comme le note lucidement l’auteur en terminant, que les « mots “historiographie” et “littéraire” aient encore un sens dans le nouveau régime épistémologique qui se dessine » (p. 197).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Biron, « Provenzano (François), Historiographies périphériques. Enjeux et rhétorique de l’histoire littéraire en francophonie du Nord (Belgique, Suisse romande, Québec) », Textyles, 44 | 2013, 193-195.

Référence électronique

Michel Biron, « Provenzano (François), Historiographies périphériques. Enjeux et rhétorique de l’histoire littéraire en francophonie du Nord (Belgique, Suisse romande, Québec) », Textyles [En ligne], 44 | 2013, mis en ligne le 23 avril 2014, consulté le 26 septembre 2017. URL : http://textyles.revues.org/2506

Haut de page

Auteur

Michel Biron

Université Mc Gill, Montréal

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org