Navigation – Plan du site
Chroniques
Comptes rendus

Glaude (Benoît), « Aire libre », Art libre ? / Étude de la narration dans le champ de la bande dessinée franco-belge contemporaine

Louvain-la-Neuve, Éd. Academia L’Harmattan, coll. Texte-Image, 2011, 150 p.
Pierre-Yves Hurel
p. 189-190
Référence(s) :

Glaude (Benoît), « Aire libre », Art libre ? / Étude de la narration dans le champ de la bande dessinée franco-belge contemporaine, Louvain-la-Neuve, Éd. Academia L’Harmattan, coll. Texte-Image, 2011, 150 p.

Texte intégral

1Avec « Aire libre », Art libre ?, Benoît Glaude propose une étude originale de la narration dans la bande dessinée franco-belge contemporaine. Il met en lien le type de narration choisie dans chaque bd avec le positionnement de cette dernière dans le champ institutionnel. L’hypothèse de Benoît Glaude est énoncée dès l’introduction : l’auteur de bande dessinée modifie sa narration selon la collection qui le publie. Le livre se divise en deux parties, correspondant aux deux perspectives du chercheur : approche interne (sémiotique) et externe (sociologique). Dans les deux parties, il construit sa méthodologie, puis analyse un corpus se composant de cinq fragments issus de cinq bd, toutes publiées entre 2002 et 2004, par des auteurs liés à la collection Aire libre de chez Dupuis.

2Une courte introduction permet à l’auteur de définir le cadre de sa recherche. Est ainsi précisé que la narration est entendue au sens large de « raconter », ou encore que son champ d’étude se limite à la bd franco-belge, dont il dessine les contours. De plus, Benoît Glaude pose d’emblée une distinction entre trois pôles institutionnels, à savoir la production restreinte (l’avant-garde — qui cherche le capital symbolique), la production large (capital économique) et la production neutre (capital symbolique et économique). Afin de pouvoir observer la modification de la narration des auteurs selon la collection qui les publie, Benoît Glaude choisit trois œuvres de la collection Aire libre, qu’il place dans la production neutre, ainsi que deux œuvres supplémentaires des mêmes auteurs, respectivement tirées des deux autres pôles du champ en question. Par exemple, le corpus comprend deux œuvres de Blutch : Vitesse moderne (réalisée avec Ruby), édité dans la collection Aire libre, ainsi que Total Jazz. Histoires musicales, édité au Seuil.

3La première partie constitue l’approche interne, à savoir l’analyse sémiotique des œuvres. Le premier chapitre s’applique à développer la méthodologie. L’auteur part du principe habituel selon lequel l’image est prépondérante dans la construction du sens et de la narration, mais ne s’y limite pas. Ainsi, il détaille les concepts permettant d’étudier tour à tour l’image, l’espace-texte (les caractéristiques du phylactère) et le texte. Ses influences majeures sont issues de l’étude du texte (Barthes, Genette…), de la théorie de la bande dessinée (Groensteen, Tilleuil…) mais aussi de l’étude du cinéma (Malraux). Il met au point une méthode sur mesure en regroupant divers concepts de ces différents champs, tels que — à titre d’exemples — le sens de la lecture de l’image, ou la forme et le positionnement du phylactère. La partie sur le texte est de loin la plus développée et s’articule autour des trois fonctions du dialogue de Malraux (exposition, caractérisation, action).

4Le deuxième chapitre consiste en une analyse du corpus. L’auteur évalue pour chaque œuvre le degré de modernisme du système narratif déployé (classique ou novateur), sans oublier le sens de la nuance : une œuvre pourra par exemple être jugée moderne sur l’esthétique et « classique » au niveau des dialogues.

5La deuxième partie, plus courte, met en œuvre une analyse sociologique relativement traditionnelle. Dans le premier chapitre, sur la méthodologie, l’auteur revient sur les caractéristiques du champ institutionnel de la bd, il détaille les trois pôles exposés lors de l’introduction. Chaque pôle permet de déduire des traits formels des œuvres s’y trouvant. Ainsi la production large visant le capital économique évacuera tout propos idéologique prêtant à la controverse et suivra les codes dominants de la narration, et ainsi de suite. Le deuxième chapitre passe en revue ces trois pôles et y place les différentes œuvres du corpus.

6L’auteur compile, dans la conclusion, les résultats de ses deux analyses et confirme son hypothèse de départ : le système narratif à l’œuvre dans les albums de bd change selon la position institutionnelle de la collection qui la publie. La narration est donc expliquée par les intentions de l’auteur mais aussi par des aspects sociologiques. Il en va ainsi de la collection Aire libre, qui contrairement aux prétentions de son éditeur « ne relève pas d’un hypothétique “Art libre”, indépendant des codes en vigueur » (p. 137), mais s’inscrit dans le pôle de production neutre, Dupuis (qui édite habituellement de la production élargie) cherchant une nouvelle image adulte.

7En conclusion, on regrettera, surtout pour les néophytes de la théorie de la bande dessinée, l’explication tardive de certains concepts utilisés dès le début de l’ouvrage, tel que celui de modernité narrative. D’autre part, certaines notions mériteraient probablement une problématisation plus poussée, telle que la lecture participative — censée ici être simplement « activée » par les œuvres préférant l’esthétisme au détriment de la lisibilité.

8Cet ouvrage présente toutefois de nombreuses qualités : les parties méthodologiques s’appuient sur des références solides, le tout est très bien organisé et découpé en parties claires et la pertinence des résultats intéressera celles et ceux qui étudient la bd mais aussi plus largement la narration et ses rapports avec la position sociologique des acteurs ayant une influence sur les œuvres.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre-Yves Hurel, « Glaude (Benoît), « Aire libre », Art libre ? / Étude de la narration dans le champ de la bande dessinée franco-belge contemporaine », Textyles, 44 | 2013, 189-190.

Référence électronique

Pierre-Yves Hurel, « Glaude (Benoît), « Aire libre », Art libre ? / Étude de la narration dans le champ de la bande dessinée franco-belge contemporaine », Textyles [En ligne], 44 | 2013, mis en ligne le 23 avril 2014, consulté le 25 septembre 2017. URL : http://textyles.revues.org/2500

Haut de page

Auteur

Pierre-Yves Hurel

Université de Liège

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org