Navigation – Plan du site
Eugène Savitzkaya

Faillite ou Les travaux de Hans Weber Evorian1

Eugène Savitzkaya
p. 153-163

Texte intégral

  • 1 « Faillite ou Les travaux de Hans Weber Evorian » a été mis en ondes sous la forme de dramatique ra (...)

1Les voix : innombrables, cent, mille ou seulement une dizaine : A, B, C, D, E, F, G, H, I et J.

2A et B (ensemble ou l’un après l’autre) : Armand gémit, s’éveille, se lave les mains et le visage, regarde par la fenêtre et ne voit rien. Pierre se lève.

3A et B et C : Lucien n’est pas encore arrivé. Lucien est en retard. Lucien ne viendra plus.

4A : Les bennes des camions rouges, les bennes des camions vides, les camions bleus, les roues énormes, les morceaux de fer, de bois, de plastique…

5 B : Jacques vient d’arriver et il se dirige vers le garage, un vaste hangar où il aperçoit Fernand, un très jeune garçon, encore un enfant. Jacques, de loin, regarde Fernand qui se coiffe, qui fume, qui pleure.

6 B : Jacques, Lucien est en retard ; j’ai vu Fernand, il pleurait.

7 C : Ils franchissent les grilles. Ils entrent dans les salles glacées. Ils crient : Albert appelle son ami Marc ; Marc ne répond pas, poursuit sa route, entre dans la salle, se déshabille, se peigne un peu.

8A : Lucien est en retard.

9B : Lucien n’est pas encore arrivé.

10C : Viendra-t-il aujourd’hui ?

11A (homme) : Je m’appelle Hans, j’ai vingt-neuf ans, j’ai peur de mourir, je dors peu, je mange beaucoup, je travaille, j’aime la pluie, j’ai un marteau et je frappe le métal et je cloue le bois. Bientôt, j’irai en Norvège.

12B (femme) : Je m’appelle Hans, Hans le courageux, l’ami des bêtes nocturnes, le peintre, le maçon, le laveur de vitres, le dormeur, le mangeur, le gourmand. Je m’appelle Hans, je suis jeune, je suis fatigué, je suis colérique, j’ai un marteau et je frappe le métal et je cloue le bois et je défonce les planches. Bientôt, j’irai dormir dans un grenier lumineux avec mes compagnons de toujours.

13C (homme) : Je m’appelle Hans, je traverse le monde désert assis sur une machine qui vibre et qui gronde, une vieille machine usée et déréglée ; je traverse le monde à toute allure, sans rien voir des rivières et des palmiers qui remuent. Et j’ai mal aux mains, aux bras, à la poitrine, à force de maintenir toujours le même cap, jour et nuit, depuis que je suis né il y a trente ans. Je m’appelle Hans ou je n’ai pas de nom, non plus d’histoire ; j’ai un marteau et je frappe le métal et je démantèle les cloisons. Bientôt, je serai vieux et on me jettera à l’eau.

14D (homme) : Je m’appelle Hans, je suis apprenti, ignorant, sale, prétentieux, cependant gentil ; je travaille ici avec mes frères et mes sœurs ; je serai peut-être mécanicien et je me servirai des merveilleux outils et je sifflerai en travaillant. Je m’appelle Hans et même ma mère m’a oublié, qui portait toujours ce beau tablier bleu clair, qui courait à longueur de journée, qui disait aimer ses enfants. Je suis apprenti et tout le monde me gronde lorsque je m’assieds dans les escaliers, que je m’endors sur ma charrette, que je joue avec une souris, que je me blesse avec un couteau, une scie ou un quelconque morceau de métal, que je tombe d’une poutre en voulant jouer à l’équilibriste. Bientôt, je construirai ma maison au sommet d’une colline fleurie du haut de laquelle je pourrais voir la mer.

15E (petite fille chantant) : Je m’appelle Hans, je m’appelle Pierre, je m’appelle Firmin, je m’appelle Jacques, je mange des olives à longueur de journée, des olives et du pain ; je croque du verre, je m’empoisonne, je m’enivre, je n’aime pas mes amis qui sont pourtant nombreux, qui sentent mauvais. Je m’appelle Hans. Mon nom est Debora, Barbara, Sarah, Mara, Clara, Juda, Lisa ou Jérémie et je suis petite fille et je déchire les vêtements de mon père et je déshabille mon petit frère. Bientôt, je serai grande, bientôt…

16F (homme à voix basse) : Je m’appelle Hans, j’ai tué mon frère, j’ai volé son manteau. Je me cache depuis longtemps déjà parmi ces caisses et ces bouteilles. Bientôt, je mourrai.

17E (petite fille) : Je m’appelle Hans, j’ai tué mon frère, j’ai blessé ma sœur, je leur ai volé leurs robes et leurs culottes. Bientôt, je mourrai et j’irai jouer avec les rats.

18F (homme peut-être à voix basse) : Bientôt, dès qu’il fera noir, je sortirai de mon trou et j’irai travailler comme les autres et personne ne me reconnaîtra tellement j’aurai vieilli.

19G : Je m’appelle Hans et j’ai les mains gelées à force de manipuler les tôles. Je m’appelle Hans et j’ai les mains brûlées. Je m’appelle Hans, je possède un marteau et je frappe le métal, je possède une pelle et je creuse des tranchées, des caves, des tombes ; je travaille sous les tropiques, dans la grande fournaise, dans les marais. Bientôt, je serai vieux.

20E (petite fille) : Je m’appelle Sylvie et j’ai les mains blanches, les joues roses, le front bombé, les ongles longs, les jambes longues, les cheveux clairs. Je possède un marteau que je jette au ruisseau, que je casse, que je croque, que j’écrase. Qui m’apportera des papayes et des bananes ? Bientôt, je serai grande et…

21A (homme) : Il s’appelle Hans et ses mains sont gelées à force de jouer dans la neige et ses mains sont brûlées.

22B (femme) : Il s’appelle Hans. Il traverse le monde désert assis sur une machine qui vibre et qui gronde. Il ne voit ni les palmiers ni les maisons ni les étoiles. Il aime les lions. Il a peut-être tué son frère un soir qu’il était ivre.

23B (très jeune homme) : Il s’appelle Hans et vit parmi nous. Il travaille et il dort. Il possède un lourd marteau.

24C (très jeune homme) : Il s’appelle Hans Weber Evora.

25D (très jeune homme) : Il s’appelle Hans Weber Evorie et il est le meilleur de nous tous. Il travaille très vite et très bien. Il connaît sa machine. Il aime sa machine et ses outils. Il vivra longtemps. Il nous enterrera tous.

26E (petite fille) : Il ne s’appelle peut-être pas Hans Deber Nevora. Il n’a même jamais vu l’Afrique et il a peur des lions. Vous me faites rire.

27H (jeune fille) : Je m’appelle Hans. Ma mère est morte en me mettant au monde. La machine qui m’a conduit ici a explosé dans le garage où le moteur refroidissait. Je m’appelle Hans Weber Willem Evorian ; j’ai vu le coucher du soleil sur toutes les étendues d’eau et de glace ; j’ai vu le combat des lions et j’ai mangé de la chair de tortue. Je n’ai pas tué mon frère : il s’est noyé, il s’est pendu, ou bien une manivelle lui a heurté la tête et il est mort broyé par sa machine, ou bien il est mort en conduisant sa moto. Je possède un bon marteau en fonte et je frappe le métal et j’aplatis les tôles. Je m’appelle Hans Weber Evorian Nevora ou je n’ai pas de nom. Bientôt, je serai vieux.

28I (jeune homme) : Je m’appelle Hans ou je n’ai pas de nom, non plus d’histoire. Ne me tourmentez plus : mon frère a simplement disparu dans l’obscurité, dans la nuit, dans les flots, les abîmes. Mon frère, qui travaillait depuis dix ans parmi vous, que vous aimiez, qui aimait la nuit, les nuages, la neige, les fleurs, les fumées, le feu, qui traversait le monde, qui pleurait souvent…

29J (homme) : Je m’appelle Hans Weber Evorian Mata. Mais mon nom n’est pas inscrit sur mon blouson de cuir, ni sur ma bouche, ni sur mon front, ni sur ma poitrine. Je m’appelle Hans ; c’est un nom qu’il faut oublier. Je travaille auprès d’une lourde machine qui vibre et qui gronde, qui frappe et troue le métal, qui perce les tôles les plus épaisses. Je possède quelques outils dérisoires pour les réparations. Dans mon armoire, je cache un peu de terre sablonneuse de Pologne et la première phalange de l’index droit de mon grand père et un morceau de la robe de la seule femme qui m’ait aimé et qui m’a depuis longtemps oublié. Oui, je m’appelle Hans Weber et ma mère m’a oublié. Bientôt, je serai vieux et j’habiterai avec mon frère, s’il revient.

30A (jeune fille) : Lucien n’est pas encore arrivé.

31B (jeune fille) : Nous n’aurons rien à boire aujourd’hui, rien à fumer non plus. Quelle morne journée.

32C (jeune homme) : Maurice entre. Maurice arrive. Il tient son trousseau de clefs à la main droite. Il n’est pas pressé. Il va d’abord uriner dans un coin. Il va ensuite se laver les mains puis s’installer, s’asseoir un peu, un moment. Maurice ne fume pas.

33B (jeune fille) : Lucien est en retard.

34A (jeune fille) : Lucien ne viendra plus. Hans Weber Nevora a tué son frère. C’était hier dans l’après-midi. Hans Weber Evorian porte maintenant le manteau de son frère.

35D (jeune homme roucoulant) : Quand j’aurai construit ma maison, j’achèterai des lapins et je les laisserai courir partout, dans les chambres, dans le jardin ; il y aura aussi des poules et des chevaux ; il y aura des oies. Moi, je dormirai.

36C (jeune fille) : Les bennes des camions vides, les camions rouges, les machines immobiles, les marteaux et les clefs, le froid dans la nuque, le chaud dans le ventre, les lapins, les fourrures. Je voudrais boire du thé.

37D (jeune fille) : Les bennes des camions vides, les camions rouges, les camions blancs, les machines immobiles, les marteaux et les clefs, le froid dans la nuque, le chaud dans le ventre, les lapins, les fourrures, la neige, la nuit. Je voudrais boire du thé et dormir sur la paille.

38C (fille pleurant) : Hans a tué son frère. Le livreur est absent aujourd’hui. Lucien n’est pas venu aujourd’hui. La neige est tombée aujourd’hui. Hans Weber travaille debout et la poussière le gêne ; mais la fatigue ne vient pas à bout de son courage.

39D (fille criant) : Hans Weber Evorian ne mourra pas aujourd’hui ni demain. J’attends Fabrice.

40C et D (en chœur) : J’attends Fabrice. J’attends que Fabrice soit là pour commencer. Il me manque des outils, des clefs. Il me manque une clef. Il me manque un morceau. Il me manque Fabrice.

41D (jeune homme) : Lorsque j’aurai construit ma maison, sur le sable ou sur l’argile, je la peindrai en rouge et j’ouvrirai les fenêtres et les portes.

42E (petite fille) : Lorsque j’aurai construit ma maison, une maison rouge et noire, une maison comme une tour, une maisonnette blanche en forme de bateau, j’y vivrai avec des pigeons et je chanterai à longueur de journée.

43F (jeune fille pleurant) : Lorsque j’aurai construit ma maison, je me jetterai par la fenêtre du dernier étage.

44E et F (ensemble) : Lorsque j’aurai construit ma maison, le plus haute qui soit, je me jetterai par la fenêtre et l’air me portera.

45G (homme) : Lorsque j’aurai construit ma maison – ce sera une maison en briques rouges et en ardoises, – je déposerai mes outils, je déchirerai ma salopette, je me laverai les mains et je mettrai mes gants de soie noire ; je dormirai au grenier sur de la paille ; je boirai du genièvre ; je ne verrai plus le jour.

46G (criant) : Ma maison construite, je la détruirai, la démonterai planche par planche, pierre par pierre ; j’y mettrai peut-être le feu. Puis je la reconstruirai petit à petit, s’il me reste un peu de force et si je peux rassembler suffisamment de matériaux. Ma maison construite, je m’endormirai.

47H (jeune homme) : Lorsque j’aurai construit ma maison, j’inviterai Hans Weber Evorian et nous vivrons en bonne compagnie buvant et mangeant, loin de la nuit, loin du jour, à l’abri de la pluie, près du poêle à charbon. Il me parlera de son frère. Il me racontera. Nous attendrons. Nous nous cacherons. Hans est un homme précieux. Ensemble, nous mangerons des pommes de terre au lard. Je m’occuperai de tout et il pourra dormir, lui qui a tant couru.

48I (jeune homme pleurant) : Lorsque j’aurai construit ma maison, que les travaux seront achevés, qu’il n’y aura plus de bruit autour de moi, que j’aurai jeté mes outils et déchiré ma salopette, que les peintures seront sèches, que les vitres brilleront, que la pluie ruissellera sur les ardoises, que je pourrai cultiver un jardin de roses, j’inviterai Hans Weber ; mais je serai déjà vieux.

49J (jeune homme pleurant) : Lorsque j’aurai construit ma maison, je la détruirai. Maintenant, j’attends que Fabrice soit là pour commencer les travaux.

50A (homme) : Je suis Hans et j’attends la fin des travaux pour partir, pour jeter mes outils, pour détruire ma machine, pour déchirer mes papiers, ma salopette et mes vêtements noirs, pour me débarrasser de cette valise contenant le paletot de mon frère, ses chaussures de cuir et les photographies lui ayant appartenu, et les livres, et le chapeau. Mais les travaux ne cessent jamais, piétinent. Autour de moi, on creuse, on se bouscule, on frappe à coups de marteau, on remue la ferraille, on entasse et on remue les tas, on se déplace. La journée finie, j’irai me cacher dans la cave la plus sombre pour dormir, car j’ai tué mon frère.

51A, B et C (en chœur) : Je suis Hans et j’attends la fin des travaux.

52A, B et C (ensemble) : Je suis Hans. Autour de moi on creuse.

53A, B et C (ensemble) : Je suis Hans et j’ai tué mon frère et j’ai revêtu son paletot que je convoitais depuis longtemps.

54D (jeune homme chuchotant et gémissant) : Je suis le frère de Hans Weber Evorian et je me cache dans une cave obscure, bien à l’abri, dans l’humidité chaude, dans la torpeur. J’entends qu’on creuse autour de moi, qu’on transporte des métaux, qu’on entasse la ferraille, qu’on remue les tas, qu’on se sert de marteaux pour frapper le métal et le bois, de scies, de pelles, qu’on transporte des poutres, de l’eau et de la poussière. Quelqu’un crie. Quelqu’un pleure. Quelqu’un meurt. La salle doit être enfumée, car je les entends tousser. Et les travaux ne sont pas encore finis. Et la journée sera encore longue. Par un trou, je vois le feu, je vois les métaux qui brillent, mes amis, les machines qui vibrent et qui grondent, les machines rivées au béton. Je vois Pierre qui traverse le hangar, qui porte des clefs ; je le vois se diriger vers la machine dont s’occupe Jacques ; celui-ci porte un blouson de cuir. Je vois les bennes des camions vides. Je vois les roues. Je vois Mathieu qui fume dans un coin. Tous, ils attendent Fabrice pour commencer.

55E (petite fille) : Je vois, je vois, je vois, Hans avec Pierre, Pierre avec Jacques avec Lise. Je vois, je vois, je vois Hans qui tue Pierre, Pierre qui tue Jacques. Je vois et j’entends. Ils attendent que Fabrice soit là. Ils attendent, ils attendent, ils attendent. Ils attendront longtemps.

56D (homme) : Je suis le frère de Hans Weber Evorian. Je suis né en Cracovie et j’irai bientôt en Norvège là où tous les arbres sont, là où sont les, là où j’irai quand. Je suis le frère cadet de Hans Weber Evorian le fourbe, l’usurpateur, le voleur. Je suis le frère de Hans Weber Evorian Mata et je n’ai pas de nom.

57A (jeune homme) : J’irai en Norvège là où tous les arbres sont verts ou noirs, là où le ciel est blanc, là où sont les animaux à fourrure épaisse, et les ours, et les rennes, et les loups, là où j’irai quand je serai vieux.

58B (jeune homme) : Bientôt, j’irai dans la boue, dans les marais où je vivrai avec mes frères, où je pêcherai, où je dormirai. Bientôt, je me cacherai dans une cave obscure.

59C (jeune homme) : Bientôt, avant trois jours, je partirai avec une machine neuve et personne n’entendra plus jamais parler de moi, et personne ne me suivra. Je me déplacerai très vite, à la manière d’un rat. Je zigzaguerai. Je reviendrai. Bientôt, je me cacherai dans une cave, très près de mes amis, afin de les entendre tousser, afin de les entendre rire ; eux me croyant loin, disparu, envolé. J’aurai disparu vraiment. Bientôt, j’aurai emporté mes vêtements. Bientôt, j’aurai rejoint Hans, dans la forêt, et nous courrons ensemble. Hans Weber me l’a promis et je crois en sa parole.

60D (jeune fille) : Bientôt, j’aurai disparu avec ma salopette, mes trois chemises, mes bottes, mes chapeaux, mes souliers blancs, mes gants, mes fines pantoufles, mon linge, mes charpies.

61E (jeune fille) : Bientôt, je déchirerai ma salopette, je brûlerai mes chaussures, je jetterai mes outils.

62F (jeune homme) : Bientôt, les travaux seront achevés et il n’y aura plus de bruit, et il n’y aura plus de poussière, et il n’y aura plus de fumée, et il n’y aura plus de cris, et je pourrai m’asseoir sur une marche de l’escalier métallique et regarder les poutres du toit, les fines poutres enchevêtrées au-dessus de nos têtes. Mais il fera peut-être froid sans le tumulte, hors du vacarme.

63A (femme) : Je vois Denis. Il s’endort et sa machine tourne.

64B (femme) : Je vois Denis entrer dans le réduit au fond de l’atelier. Il ne referme pas la porte derrière lui. On voit alors.

65C (jeune homme) : Je vois Denis qui se peigne, qui se lave, qui fume, qui pleure.

66E (petite fille chantant) : Je ne vois rien. Je ne vois rien. Je ne vois rien, rien, rien, rien du tout, que de la fumée, que de la merde.

67G (jeune homme) : Bientôt il fera froid, bientôt il fera froid.

68H (jeunes fille haletant) : Bientôt, Fabrice sera là. Bientôt, les travaux commenceront et il faudra de nouveau se protéger contre la poussière et se boucher les oreilles et travailler d’arrache-pied sous les poutres enchevêtrées, sous les ardoises du toit et transporter des outils et frapper le métal. Et on nous donnera un marteau et quelques clefs qui pèseront dans nos ceintures. Et les machines. Et les bennes des camions. Et les travaux ne finiront plus. Et il y aura de nouveaux amoncellements, de nouveaux tas au milieu du hangar. Mais bientôt il fera trop froid pour travailler et se blottir contre les moteurs ne suffira plus pour se réchauffer. Et bientôt les moteurs s’éteindront et nous resteront coincés dans l’obscurité. Seul Hans Weber y aura échappé.

69A (homme) : Denis se peigne dans le cagibi.

70B (homme) : Je vois Denis assis sur une caisse, qui pleure, qui tousse, qui déchire un sac, qui tremble, qui répare une chaussure qu’il vient de percer par mégarde, s’étant endormi ; Denis qui tremble, qui déchire un sac ; Denis qui tousse, qui pleure.

71C (jeune homme) : Je le vois manger une orange.

72D (jeune homme) : Je le vois colorer ses mains, puis les rincer dans l’évier. Je l’aperçois tantôt debout, tantôt assis. Il me semble qu’il pleure. Je vois ses épaules.

73E (petite fille) : Je ne vois rien : il a fermé la porte.

74F (jeune homme) : Dans le réduit au fond de l’atelier, dans la remise, dans le coin, derrière la porte métallique, vient de disparaître…

75I (jeune homme haletant) : Bientôt, à la nuit tombée, à la nuit noire de préférence, quand il n’y aura plus le moindre bruit, rien, pas un souffle, rien, pas une secousse, rien, pas le moindre grondement, je sortirai par la petite porte métallique située au fond de l’atelier, là où on dépose les vieilles caisses ; je sortirai par là, puis je briserai une fenêtre ou je la découperai à la main. Mais il y aura d’autres obstacles devant moi, des barrières, des palissades, des pieux, des clôtures, des murets qu’il me faudra sauter ou enjamber, de petits canaux boueux, de petites mares, des tertres de sable ou de craie que je devrai escalader, puis comme des falaises jaunes truffées de nids de faucon, de guêpiers ; et puis des ponts coupés qui m’obligeront à descendre dans l’eau ; et puis des maisons légèrement éclairées que je devrai éviter ; et puis des tours que je contournerai ; et puis des talus, des chemins de fer, des ombres, des rumeurs. Mais je n’aurai pas peur, car je suivrai Hans Weber Evorian mon ami et sa force me protégera des fauves.

76A (jeune homme) : À la nuit tombée, il faudra que je parte, je ne pourrai pas dormir, il y aura trop de bruit. Il faudra que je me prépare vite, que je me débarrasse de mes vêtements, que je déchire et brûle ma salopette, que je noircisse mon visage et mes mains, que je disparaisse après avoir pris soin de refermer la porte métallique derrière moi. Je sortirai et je me perdrai dans l’obscurité.

77B ( jeune homme) : À la nuit tombée, à la nuit noire, dans l’obscurité, la porte refermée soigneusement derrière moi, je démonterai la petite lucarne afin de ne pas briser la vitre et je sortirai sur le toit.

78C (jeune fille) : À la nuit tombée, je serai morte. À la nuit tombée, je me coucherai dans le four tiède, sur les cendres ; j’aurai détruit mes vêtements ; j’aurai mangé une grenade ; je me serai empoisonnée avec une liqueur ; j’aurai disparu derrière la porte de métal.

79J (jeune homme) : Bientôt, le charbon m’aura sali et la neige m’aura gelé. Je dormirai tout nu sur les restes d’un feu, dans le noir. Une cloison très mince me séparera de mes anciens compagnons ; je les entendrai encore remuer les métaux, se déplacer, tousser ; je les entendrai encore s’appeler par leurs prénoms que je ne reconnaîtrai plus. Bientôt, ma mère m’aura oublié et mon frère m’aura tué d’un coup de marteau derrière l’oreille. Bientôt l’hiver. Bientôt la nuit. Bientôt, les travaux, ces longs travaux, ces interminables travaux qui m’ont tenu éveillé si longtemps, seront achevés et il ne restera plus que quelques tas de ferraille. Je ne sais pas très bien où les autres iront se coucher et je ne veux pas le savoir : il en est qui possèdent une maison en bonnes pierres, d’autres une cabane, d’autres une chambre aux murs blancs, d’autres une cave obscure ; et ces derniers, qui ne voient pas le jour, qui n’entendent que le tintement d’une cloche, ne s’intéressent pas au sort des premiers. Moi, je dormirai tranquillement et je n’aurai pas peur, car Hans Weber Evorian sera à mes côtés et son courage m’apaisera.

80A (voix rauque) : Derrière le porte, Denis dort ou bien répare une petite machine très simple, un appareil de quelques tiges, de quelques engrenages minuscules, un appareil constitué d’une roulette de cuivre ainsi que d’un assemblage d’aiguilles en aluminium.

81B (voix rauque) : Derrière la porte, il y a une machine démontée, quelques morceaux de la machine.

82C (jeune fille criant) : On entend Denis qui frappe le métal.

83D (jeune fille) : On entend les ronflements d’un moteur, les coups de marteaux, un bruit strident. On entend une vitre qui vole en éclats. Derrière la porte métallique. Dans le réduit, le débarras.

84E (petite fille) : Il a fermé la porte. Il a mis en marche le vieux moteur puant. Il a profité du vacarme de l’atelier et du ronflement du moteur pour découper un carreau. Mais la fenêtre s’est disloquée et les vitres sont tombées. Malgré le vacarme et le bruit du moteur, on a tout entendu. Denis est sorti par le trou et il a disparu dans l’obscurité.

85F (jeune homme criant) : Il est passé par le toit. Il a sauté dans l’herbe. Quelqu’un l’accompagnait.

86G (jeune homme pleurant) : Il a disparu dans l’obscurité.

87H (jeune fille criant) : Hans Weber l’accompagnait.

88D (pleurant) : À la nuit tombée, à la nuit noire, la journée finie, les travaux achevés, le métal entassé, les machines muettes, mes compagnons endormis à même le sol, étendus les uns sur les autres, comme morts…

89E (petite fille pleurant) : À la nuit tombée, à la nuit noire, la journée finie, les travaux achevés, le métal entassé, je partirai me coucher dans un coin obscur. Car je suis bien Hans Evorian, en fuite depuis toujours.

90F (pleurant) : À la nuit tombée, j’éteindrai le feu, la lumière ; je partirai ; j’irai chercher une maison qui a été construite il y a bien longtemps. Ses murs sont d’argile jaune poudreuse. Et il n’y plus de toit.

91G (jeune homme pleurant) : À la nuit tombée, j’aurai déchiré ma salopette blanche et j’aurai disparu dans l’obscurité. Car je suis Evorian, en fuite depuis toujours, depuis toujours pourchassé par les bêtes, depuis toujours menacé, près de mourir, de disparaître, depuis toujours vêtu des habits de mon frère de lait, de ses dépouilles, et une valise à la main. Depuis toujours peintre, mécanicien, voleur d’habits.

92A (jeune fille) : Je vois Fabrice. Il regarde la roue qui tourne sans arrêt depuis six heures. Alors il voit les oiseaux. Alors il voit, s’agitant sur les poutres, les beaux oiseaux qu’il convoite. Je le vois. Il traverse le hangar ; il vient de très loin ; il a déjà marché longtemps. Il traverse les champs ; il traverse les près ; il marche dans le jardin ; il traverse la cour et entre dans la salle, au milieu des murmures. Il dit aux autres de se taire. Il demande le silence et le calme. Il cherche un marteau. Il lève les yeux vers le toit.

93A (jeune fille criant) : Je connais Hans Weber. Il préfère le lait chaud à la bière. Il regarde le ciel. Il porte ce manteau couleur de poussière.

94B (jeune homme) : On voit la porte métallique. On entend Denis qui frappe le métal. Il répare son vélo qui rouillait là depuis longtemps.

95C (jeune homme) : Je vois Fabrice qui s’assied au fond de la salle, qui enlève son manteau et le pose sur le banc, qui allume une cigarette et attend les autres. Il a traversé la forêt ; il a couru dans le verger ; il est seul à être venu ; il était seul à courir et à traverser la forêt. Il porte un imperméable léger couleur d’eau.

96C (jeune homme criant) : Je connais Hans Weber. Il porte à lui seul une dizaine de caisses ; il peut soulever et déplacer la machine à couper les tôles ; il peut tordre des barres d’acier, disloquer les portes, transporter des linteaux de plusieurs mètres de longueur, courir, crier, frapper le métal. Il pourrait ouvrir la porte métallique et se sauver par les toits, même un jour de grandes pluies.

97D (jeune homme) : Maintenant Fabrice mâche du tabac et rien ne pourrait le consoler. Il a déjà jeté ses outils. Il n’a pas envie d’enlever son imperméable. Il est peut-être nu sous ce vêtement mouillé.

98D (criant) : Hans Weber pourrait combattre des lions. Hans Weber survivra.

99E (jeune fille) : Derrière la porte blanche, Denis répare une ancienne bicyclette ; il frappe le métal ; il s’énerve ; il déforme les tiges. Il sue à ce travail. À plusieurs reprises, je l’ai entendu jeter son outil avec rage et s’asseoir pour pleurer parmi la ferraille.

100E (criant) : Hans Weber est vieux.

101F (jeune homme) : Voici Fabrice. Voici Fabrice qui porte les clefs, les clefs des barrières, des portes, des vannes, les clefs des machines, des armoires, les clefs de toutes les salles de tous les ateliers, de toutes les remises, les clefs de toutes les chambres, de toutes les caves, toutes les clefs du hangar, les clefs brillantes, les clefs tordues, les fausses clefs. Voici Fabrice ; et personne ne l’accompagne. Voici Fabrice qui bientôt sera mort, qui bientôt aura disparu.

102F (criant) : Hans Weber mourra bientôt.

103A (chuchotement) : Viens maintenant, j’ai tout préparé, il y a des fleurs et des insectes, j’ai mis de l’eau dans les bouteilles vertes et du lait dans les autres et des fruits coupés dans les plats, j’ai tout blanchi, j’ai peint, j’ai scié, viens maintenant, viens te baigner, tu auras de l’eau jusqu’au cou maintenant, car j’ai creusé de nouveau, puis j’ai tapissé le fond avec de grandes feuilles de châtaignier et de petites feuilles de ginkgo, puis d’argile blanche, puis j’ai peint et la paroi est maintenant bien douce, viens vite te baigner puis dormir sur le terreau soyeux.

104A (jeune homme) : Je vois Fabrice. Il veut parler. Il va frapper le métal. Il va cogner la porte. Il tient la grappe des clefs, des clefs froides, des clefs grises. Il lève le bras. Il veut parler. Les autres le suivent. Il a toutes les clefs dans sa poche, dans la poche très large de sa salopette. Il a les mains blanches. Il lève la main gauche pour parler. Il lève la main gauche et parle de la pluie, de l’hiver. Il tremble.

105B (haletant) : Denis pleure dans la remise. On entend les sanglots. Il répare un vieux vélo rouillé, une machine bien usée. Il s’essouffle. Il sue. Il est seul. Il tâtonne dans l’obscurité. Il a presque disparu.

106C (haletant) : Fabrice, après avoir vu les oiseaux, ouvre les conduits, les portes, débloque les tuyaux. Il essaye de parler. Il gesticule. Il peut ouvrir la bouche, gesticuler ; personne ne l’écoute, personne ne le suit. Il met en marche les machines. Il commence à travailler.

107D (haletant) : Après avoir réparé son vélo rouge, Denis a disparu.

108E (haletant) : Parle Fabrice, de la pluie, de la récolte, de la poussière, de la recrudescence de l’épidémie, des caves, des galeries, des vieux trous, des vieilles fosses, des nouveaux fruits. Parle Fabrice. Parle Fabrice que personne n’entend.

109B (voix sifflantes, très sèche, fatiguée) : Viens maintenant, la porte est ouverte, la fenêtre cassée, j’ai tout préparé, j’ai répandu du son, nous pourrons courir sans bruit sur le gravier, viens il n’y a pas de lune, il n’y a pas d’étoiles mais je connais le chemin, je connais tous les toits, je t’aiderai quand tu seras fatigué, je t’agripperai avant que tu ne tombes, je te donnerai des chaussures dont la semelle n’est pas lisse, je te donnerai des souliers fins, je te ferai boire du genièvre et tu resplendiras.

110C (chuchotant) : Viens dans la chambre, viens sur les feuilles, viens sur le feu, apporte à boire, il n’y a plus d’eau pour étendre, plus de salive, viens me toucher, vite, trop tard, apporte de l’eau, trop tard, je suis Hans, presque disparu.

111A, B, C, D, E, F, G, H, I, J : Hans Weber Evorian est né en Norvège. Hans Weber Evorian naquit au bord de la Vistule. Hans Weber Evorian a vu le jour dans une grange et le premier être vivant que ses yeux découvrirent était la blatte, insecte domestique et laborieux. Hans Weber Evorian a traversé le monde, mers, marais et montagnes, pour venir échouer ici. Longtemps, il a porté cette combinaison bleue que nous connaissons tous. Longtemps, il a travaillé parmi nous. Longtemps, il a frappé le métal et défoncé le bois. Hans Weber Evorian est né à la nuit tombée et il a toujours vécu dans l’obscurité d’une cave. Hans Weber Evorian n’a jamais dormi. Hans Weber Evorian travaillait jour et nuit. Hans Weber Evorian avait un frère plus jeune que lui, qui l’accompagnait partout. Hans Weber Evorian était mécanicien, le meilleur mécanicien, celui qui s’occupait des travaux délicats, celui qui utilisait les pinces les plus fines, des tournevis comme des aiguilles. Il portait toutes les clefs dans ses poches. Un jour, les deux frères se disputèrent et Hans tua son cadet pour lui prendre sa montre, son manteau et ses chaussures, ces chaussures jaunes que nous connaissons tous, ce manteau que nous connaissons tous. Puis il disparut. Je suis Hans, j’ai vingt-neuf ans, j’ai fabriqué aujourd’hui cinquante caisses. Bientôt, je vais mourir. Je suis Hans, je suis jeune, j’ai dormi sur ma table. Bientôt, je vais mourir. Je m’appelle Hans, je traverse le monde à toute allure. Bientôt, je disparaîtrai. Je suis Hans, apprenti fatigué, fils de personne. Bientôt, je vais mourir. Je suis Hans, bientôt je vais mourir.

Haut de page

Notes

1 « Faillite ou Les travaux de Hans Weber Evorian » a été mis en ondes sous la forme de dramatique radio par Thierry Genicot pour la rtbf en 1979. À l’époque où il a écrit ce texte, Eugène Savitzkaya travaillait à une première mouture de La Traversée de l’Afrique, qui s’intitulait alors Faillite ou Tout est à recommencer – deux titres écartés par Jérôme Lindon au moment de la publication. Quelques échos de La Traversée de l’Afrique se font entendre dans « Faillite ou Les travaux… », mais ce dernier texte est intéressant également quant à sa facture dramatique, qui, de loin, annonce Célébration d’un mariage improbable et illimité et Nouba (note de L. D.).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Eugène Savitzkaya, « Faillite ou Les travaux de Hans Weber Evorian  », Textyles, 44 | 2013, 153-163.

Référence électronique

Eugène Savitzkaya, « Faillite ou Les travaux de Hans Weber Evorian  », Textyles [En ligne], 44 | 2013, mis en ligne le 23 avril 2014, consulté le 23 mai 2017. URL : http://textyles.revues.org/2492 ; DOI : 10.4000/textyles.2492

Haut de page

Auteur

Eugène Savitzkaya

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org