Navigation – Plan du site
Eugène Savitzkaya

Le dossier de Célébration / Nouba

Eugène Savitzkaya
p. 149-151

Texte intégral

Genèse du texte1

  • 1 Ce texte occupe une pleine page dactylographiée, sur un feuillet A4 qui se trouve dans le dossier q (...)

1On peut dire que le texte de la célébration est né à Rome pendant mon séjour à la Villa Médicis. Efizio mariait sa fille cadette au son de l’accordéon, il y a dix ans, à la Trinité des Monts. Le vin de la campagne coulait à flots, d’un rouge formidable. Je fus amené à porter un toast :

« À la femme qui se donne à l’homme, à l’homme qui se donne à la femme… »

2Puis ces mots se mirent dans un poème :

À la femme qui se donne à l’homme, aux dents
qui ont croqué la laitue et les fèves vertes, au poing
de la femme qui a verré à l’agate, le mouchoir plissé
             comme une rose, au ventre gorgé de sang roux,
à l’ombilic noué sur lui-même en un joli nœud marin,
aux doigts qui ont tenu le pied de porc
ou le pouce d’un père tenu secret dans une boîte
en forme de prisme au fond d’un trou en forme d’entonnoir,
à l’homme qui se donne à la femme, aux lèvres
qui ont gercé en mangeant des châtaignes en plein air,
au sternum de l’homme dur et mou, au ventre
gorgé de sang roux, à l’ombilic noué sur lui-même
               en un joli nœud marin, aux doigts qui ont soupesé
le crottin et les tresses d’une mère en vie,
en chemin en voyage en histoire
et tenue secrète dans une forêt de bouleaux.

3Le poème en mûrissant ne pouvait être contenu dans une page et se manifesta dans l’air, cherchant sa salive et la couche des êtres vivants. Alors passa Christos Makrigiorgos, le maître queux. De concert, nous rêvâmes le monde et les mots se multiplièrent et le poème devint chant. Le chant partit en quête d’une chambre aux voiles, d’une église, d’une mosquée, d’un firmament. Alors passa le peintre Werner Möron, le maître danseur ou l’Écuyer tranchant. Par tous les temps, sur la terre et au ciel rôdait le questionneur Jean Luc Pérignac. Et le mariage fut.

Présentation ou mode d’emploi2

  • 2 Ce texte occupe le second feuillet du dactylogramme intitulé Célébration d’un mariage improbable et (...)

4Cette pièce se présente comme la partition d’une polyphonie, les textes des différentes colonnes vivant parallèlement et comme simultanément. La première colonne de gauche en est en quelque sorte le guide, le fil conducteur, la charpente et peut être distribuée entre un coryphée et un chœur tantôt réduit à deux ou trois voix, tantôt au complet (quatorze voix), ou bien encore partagée entre quatre ou cinq couples se relayant. Cette colonne donne le tempo et les autres colonnes existent en contrepoint de ce tempo qu’elles viennent déranger, moduler, contredire ou compléter. La dernière colonne de droite se veut en filigrane de toute cette pièce, y répondant toutefois, comme en écho, se déroulant hors du rythme du spectacle, étant elle-même la modeste figuration de temps qui passe, le Grand Questionneur, qui ponctue, souligne, ne commence nulle part et ne finit jamais. Bref, en considérant l’ensemble de gauche à droite, la première colonne donne le rythme, précis, insistant, explicatif, et la dernière, le sens de la mesure, égrenant ses questions comme on pose des jalons ou des pitons. Il m’était impossible de donner à l’ensemble de cette pièce une autre présentation spatiale, tous les textes survenant en même temps, dans une même logique, la logique d’une tentative d’union des deux principes : le féminin et le masculin. Il va de soi qu’il pourrait exister de cette union une version homosexuelle et une version asexuée. Mais la version présente me semble la plus complète, puisqu’elle englobe également les autres pratiques sexuelles. Dans un couple homosexuel de femmes ou d’hommes sont en jeu également le principe féminin et le principe masculin, les attributs sexuels physiques n’étant que des ersatz des potentialités sexuelles, comme des emblèmes de la confrontation des matières et des principes.

5Un mariage a lieu. Une quinzaine de convives sont venus pour la noce, pour manger et pour boire, pour évoquer les ancêtres et les enfants, pour conjurer le sort, pour fléchir le destin.

Haut de page

Notes

1 Ce texte occupe une pleine page dactylographiée, sur un feuillet A4 qui se trouve dans le dossier que m’a confié Eugène Savitzkaya (note de L. D.).

2 Ce texte occupe le second feuillet du dactylogramme intitulé Célébration d’un mariage improbable et illimité. Farce ou Opérette. Il s’agit d’une liasse de feuilles au format A3 imprimées seulement au recto et contenant 43 pages de textes en colonnes. Une dédicace à l’adresse de Jacques Izoard, sur le premier feuillet porte la date du 20 décembre 1996. Je l’ai consulté sous la forme de photocopies (note de L. D.).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Eugène Savitzkaya, « Le dossier de Célébration / Nouba », Textyles, 44 | 2013, 149-151.

Référence électronique

Eugène Savitzkaya, « Le dossier de Célébration / Nouba », Textyles [En ligne], 44 | 2013, mis en ligne le 23 avril 2014, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://textyles.revues.org/2491 ; DOI : 10.4000/textyles.2491

Haut de page

Auteur

Eugène Savitzkaya

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org