Navigation – Plan du site
Chroniques
La Chronique des Archives et Musée de la Littérature

Le fonds OP Gilbert

Saskia Bursens
p. 113-114

Texte intégral

1Le Fonds O[scar]-P[aul] Gilbert a été confié en 2004 aux Archives et Musée de la Littérature. Cet ensemble impressionnant qui réunit la bibliothèque personnelle de l’écrivain, ses manuscrits, sa correspondance et de nombreuses photographies avait été conservé et ordonné soigneusement par la donatrice, sa fille Michèle Dupont.

2Parmi les 110 dossiers toilés, enregistrés sur près de 700 fiches portant les cotes ml 9100 à ml 9199, le chercheur peut désormais accéder à la totalité des documents distribués comme suit : 1) Les romans et nouvelles (manuscrits, correspondance avec les éditeurs, courrier de lecteurs…) ; 2) Les essais ; 3) La poésie ; 4) Le théâtre ; 5) Le cinéma/La télévision (scénarios divers) ; 6) La radio (notamment sous l’Occupation et à la Libération) ; 7) La presse et les grands reportages ; 8) Un dossier documentation (informations diverses collectées par l’écrivain) ; 9) Un dossier bio-bibliographique ; 10) Les archives personnelles de l’écrivain (correspondance familiale, souvenirs divers liés, notamment, à la Seconde Guerre mondiale) ; 11) La correspondance régulière (amis et/ou personnalités).

3La quantité de ces archives en dit long sur la vie d’un homme qui n’a pu « rester immobile qu’en wagon ou en bateau ». OPG, comme on le dénommait familièrement, était un hyperactif : grand voyageur, curieux de la vie des hommes, il fut, pendant au moins trois décennies (de 1930 à 1960), le témoin d’une société en transition, sur le plan social autant que politique.

Quelques repères biographiques

4L’enfance d’OP Gilbert (Wanfercée-Baulet, 1898 – Bruxelles, 1972) se passe dans le Hainaut, haut-lieu des charbonnages et des aciéries, auprès d’un père socialiste de la première heure. La Première Guerre mondiale pousse la famille à l’exode et à l’installation à Paris. OPG, qui termine ses études au Lycée Janson de Sailly, y fait la connaissance de l’élève Julien Green. Ils échangeront une correspondance intense entre 1919 et 1921 : un échange dont témoigne la centaine de lettres en photocopies conservée sous la cote ml 9199/52.

5À la fin de ses études, OPG se lance dans le journalisme. Grimpant tour à tour tous les échelons de la carrière, il occupe le poste de secrétaire de rédaction du journal Le Peuple pendant deux ans. OPG s’investit totalement dans ce qu’il fait, travaillant d’arrache-pied et sans compter. Très vite, la France et la Belgique ne lui suffisent plus : il se met à parcourir le monde en tous sens, filmant ou écrivant des grands reportages, tout en moissonnant la matière de ses futurs romans.

6À la faveur de longs séjours en Asie du Sud-Est, en Afrique du Nord et en Afrique centrale, Gilbert devient un témoin privilégié du colonialisme et des signes avant-coureurs de son effondrement. L’honnêteté de ses reportages lui vaut bien des ennuis. En 1946, son reportage sur le Congo belge, destiné à France Soir, est refusé par Pierre Lazareff (dossier ml 9168). Il faut dire que l’écrivain n’y mâche pas ses mots ; à la manière d’un Zola, Gilbert accuse le Gouvernement belge à coups de « pourquoi ? ». L’Empire du silence : Congo 46 paraît l’année suivante aux Éditions du Peuple. Le journaliste a dix ans d’avance sur l’actualité !

7Entre deux reportages, Gilbert écrit des livres, qu’il adapte à plusieurs reprises pour le cinéma, le théâtre ou la radio, conférant d’ailleurs ses titres de noblesse au roman radiophonique. Pendant trente années, il produit un roman par an : sa cadence de quelque 70 pages dactylographiées par jour est époustouflante ! Il écrit « pour le peuple », convaincu de la mission sociale de son travail. Son style se veut direct, efficace, tout entier dans l’action, à l’instar de ses personnages. Le grand public ne s’y trompe pas. Chacun de ses ouvrages recueille un vif succès. Citons quelques titres : Nord Atlantique, Mollenard, Courrier d’Asie, Le journal tombe à cinq heures, Mortelle Asie, L’Horizon de minuit (5 tomes), et surtout la grande saga des Bauduin (Bauduin-des-Mines, Carpant, Madeleine Bauduin, La Citadelle Bauduin et La Fin des Bauduin), sorte de « geste » moderne qui décrit, à travers l’épopée d’une famille, l’univers du charbonnage (les manuscrits des Bauduin, parfois surchargés de corrections, sont repris sous les cotes ml 9107 à ml 9113).

8Par ailleurs, plusieurs dossiers remarquables relatifs à la Seconde Guerre mondiale (procès verbaux d’interrogatoires de police, documents datés de la Libération…) mettent en valeur l’action d’un résistant lucide et honnête : ces documents sont repris sous la cote ml 9198.

9Enfin, pointons 423 clichés regroupés sous la cote aml 1442, qui mettent en images les différentes facettes d’une carrière menée tambour battant.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Saskia Bursens, « Le fonds OP Gilbert », Textyles, 34 | 2008, 113-114.

Référence électronique

Saskia Bursens, « Le fonds OP Gilbert », Textyles [En ligne], 34 | 2008, mis en ligne le 15 octobre 2011, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://textyles.revues.org/249

Haut de page

Auteur

Saskia Bursens

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org