Navigation – Plan du site
Eugène Savitzkaya

La Traversée des ténèbres ou Au cœur de l’Afrique. Une tentative de rapprochement entre Savitzkaya et Conrad

Sabrina Parent
p. 77-85

Texte intégral

  • 1 Domingues de Almeida (José), « L’écart fictionnel dans l’œuvre romanesque d’Eugène Savitzkaya », du (...)
  • 2 Demoulin (Laurent), « Bestiaire et métamorphoses d’Eugène Savitzkaya », dans Ponts, vol. 2, nº 6, 2 (...)
  • 3 Quinsat (Gilles), « Eugène Savitzkaya : La Traversée de l’Afrique (Éditions de Minuit) », dans La N (...)
  • 4 Richard (Jean-Pierre), « Présentation d’un chaos, Eugène Savitzkaya », dans Littérature, nº 92, 199 (...)
  • 5 Sur la (post)modernité d’Eugène Savitzkaya, voir : Domingues de Almeida (José), « Un jeune homme tr (...)
  • 6 Eco (Umberto), L’Œuvre ouverte, Paris, Seuil, 1990.

1Peu de commentateurs ont exploré ce continent mystérieux qu’est La Traversée de l’Afrique. Certains critiques, inspirés, ont néanmoins défriché quelques pistes qui en facilitent l’accès. Lire ce « roman » comme « l’extrapolation (auto)fictionnelle de [l’]aspiration ludique et onirique à l’évasion et à la fabulation »1 ou comme le « roman de la révolte de l’enfance, de l’échec de cette révolte symbolisée par un voyage qui n’aboutira jamais »2 offre un éclairage évident. Concevoir l’Afrique du titre sur le mode enfantin du « On disait que c’était… »3, ou encore comme « espace […] textuel de [l’]incertitude » dans lequel « la narration ne cesse de s’autocontester »4, contribue à mieux appréhender un texte dont l’essence, moderne5, réside dans son caractère insaisissable, dans son « ouverture » à l’interprétation, pour reprendre un concept cher à Umberto Eco6.

  • 7 Viart (Dominique), Vercier (Bruno), avec la collaboration de Franck Evrard, La Littérature français (...)
  • 8 Dans les pages qui suivent nous nous référerons à la traduction française : Conrad (Joseph), Au cœu (...)

2Il est possible également d’envisager ce roman d’un point de vue intertextuel. Ainsi, Dominique Viart et Bruno Vercier notent, en passant, que l’Afrique dont il est question dans ce roman « tient de l’espace textuel roussellien (que l’on pense aux Impressions d’Afrique) bien plus que d’une représentation vériste du continent »7. La piste roussellienne mériterait sans doute d’être creusée, mais nous allons en emprunter ici une autre en considérant le texte savitzkayen tel un palimpseste écrit sur Heart of darkness de Joseph Conrad. Si l’on ne s’en tient qu’au titre, le roman savitzkayen s’invite dans la lignée des récits de voyage en Afrique, dont Au cœur des ténèbres8 est sans doute l’un des grands classiques. Bien plus, une atmosphère et une lourdeur assez similaires constituent une première impression, forte, qui émane à la lecture des deux textes. Dès lors, la question à laquelle nous tenterons de répondre sera la suivante : le texte de Conrad faisant office de toile de fond, que reste-t-il de cette vision de l’Afrique dans le roman de Savitzkaya ? Nous chercherons donc à entendre dans La Traversée l’écho d’Au cœur des ténèbres. Du reste, Savitzkaya ne nous convie-t-il pas, dès la première phrase de son récit, à insérer celui-ci dans une bibliothèque déjà existante ? On y lit en effet : « De nombreux livres nous y avaient préparés. » (TA, p. 7) Il est par ailleurs amusant d’imaginer que le « livre noir » évoqué dans La Traversée à plusieurs reprises (TA, p. 62 et 65) puisse renvoyer au livre des ténèbres de Conrad…

Un voyage, des voyageurs, un continent

3À l’orée d’Au cœur des ténèbres, le lecteur est invité à distinguer deux types de voyageurs, en l’occurrence de « marins » : les « sédentaires » – la plupart d’entre eux –, dont l’« esprit est d’espèce casanière […], port[ant] toujours leur foyer avec eux » (CdT, p. 87) et le marin « errant », plutôt rare, dont le prototype correspond à Marlow, l’aventurier prêt à percer « le secret de tout un continent » (CdT, p. 87) — rien que cela. Qui sont les voyageurs de La Traversée ? Conducteurs ou passagers d’un « véhicule » (TA, p. 7) qu’ils ont construit eux-mêmes, ils ne sont ni aventuriers, ni sédentaires, même s’ils sont un peu les deux tout de même. Des aventuriers, ils possèdent sans doute le goût de « résister au vent, à la pluie, [de] combattre [leurs] ennemis, [se] préparer au voyage, […] tracer des plans, projeter des voyages » (TA, p. 7-8). Mais, comme si leur âme de sédentaires les poursuivait, on peut les voir « au matin, trembler et geindre », comme paralysés par leur « oisiveté » — « oisifs » est, du reste, un des adjectifs récurrents pour les qualifier (TA, p. 7, 8 et passim).

4À l’instar de leur statut de « sédentaires en errance », le mouvement que dessinent ces voyageurs est lui aussi paradoxal : impression de sillonner le même territoire, en dépit de laquelle le véhicule — une fourgonnette —, comme le récit, progresse malgré tout. Les reprises, nombreuses, ainsi que le caractère vague des marqueurs temporels, confèrent le sentiment que l’histoire et le départ sont condamnés à être différés. Ainsi, dans les exemples suivants où, en vingt pages, la construction de la fourgonnette est toujours un travail en cours :

Il [Fabrice] finit par construire une fourgonnette et nous l’aidâmes de notre mieux, lui fournissant le métal et les outils qu’il demandait, les vivres également dont il avait besoin. (TA, p. 25)
Et bientôt, nous construisîmes une fourgonnette, la plus solide des voitures […]. (TA, p. 36)
En ce temps-là, nous étions heureux, quoique très impatients de quitter la ferme, nous épuisant à construire le magnifique engin qui allait nous permettre de partir […]. (TA, p. 46)

5Ces répétitions semblent marquer, au niveau du texte, l’hésitation des protagonistes quant à leur entreprise.

6Un effet semblable est produit par la présence éparpillée dans le roman du champ lexical de l’enlisement : « marécages » (TA, p. 8, p. 134), « marais » (TA, p. 134), « fange » (TA, p. 141), etc., parsèment le récit et entravent le voyage. L’hostilité de la nature, qui contribue à cette atmosphère lourde dont nous avons parlé au tout début, est certainement un élément commun aux récits de Savitzkaya et de Conrad. Chez ce dernier toutefois, la « brousse » (CdT, p. 116, 150, 183, 184) ou la « forêt impénétrable » (CdT, p. 132), bref, le « cœur des ténèbres », est l’objet d’un désir profond — aventurier — d’être « pris ». Quand les ténèbres sont prétendument dominées, Marlow réalise cependant que le « cœur des ténèbres », ce n’est point l’Afrique conquise, mais bien l’Europe conquérante. Celle-ci est symbolisée par les ténèbres du cœur de Kurtz (« les ténèbres arides de son cœur », CdT, p. 187), personnification de l’odieux, que « toute l’Europe [a] contribué à cré[er] » (CdT, p. 158). Dans La Traversée, nul désir de soumettre un pays ou ses habitants. Les temps ont changé et nous sommes, au contraire, dans un monde où mourir comme voyager se font « pour rien » (TA, p. 7 et p. 91). Ce qui n’empêche pas que l’on continue de voyager, d’imaginer son voyage, et de mourir.

7Si La Traversée apparaît à bien des égards comme un récit qui patine, l’avancée, même discrète, n’en est pas moins réelle. Le fleuve, qui n’est qu’une direction au début (« Ce véhicule […] nous transporta […] en direction du fleuve », TA, p. 13), finit par être atteint : « Au soir, nous atteignîmes le fleuve, exténués, le véhicule empoussiéré. » (TA, p. 118) Bientôt, les « six ou sept » (TA, p. 7) acolytes pourront voir « la mer » (TA, p. 134). Quant à l’Afrique, elle « n’[est] plus très loin » (TA, p. 134). Or, plus on s’en approche, plus la mort sévit : Jean (TA, p. 68, p. 119), « l’apprenti évadé » (TA, p. 101), Géo (TA, p. 122) sont au nombre des victimes. Morts parce que « l’air manquait » (TA, p. 68), parce que l’un est « complètement enlisé » (TA, p. 101) ou parce que l’autre a « remué la boue dans la tranchée nauséabonde » (p. 122), les jeunes hommes ont connu les affres de l’agonie. Comme Kurtz dans Au cœur des ténèbres, Fabrice dans La Traversée, s’il n’y a pas succombé, « vomissait déjà, crachait du sang ; […] parlait trop et disait n’importe quoi. […] Il parlait de l’Afrique ». (TA, p. 134-135) En somme, partir pour l’Afrique, c’est bien « aller au diable » — expression que l’on retrouve au moins deux fois dans La Traversée (TA, p. 11 et 32) — ou être emporté par lui — comme Marlow le souhaite à Kurtz (« Que le diable l’emporte ! », CdT, p. 184).

  • 9 Il y a ambiguïté quant à savoir si l’on a affaire à un ou deux personnages. Même s’ils sont désigné (...)

8Fabrice, ou Firmin9 : c’est lui qui a suscité le « désir d’Afrique » auprès de sa bande de copains, faisant basculer les « voyages ordinaires, quotidiens » (TA, p. 13) en voyage relevant du « rêve » (TA, p. 13), transformant une envie personnelle en fantasme collectif :

Et Firmin parla des lions, des meutes de lions, de tous les lions qu’il avait vus en Afrique, de leur manière de chasser, de dormir, de surveiller. Et Basile vit les lions dont il avait toujours rêvé et il s’attacha au garçon, fit en sorte d’être chaque jour en sa compagnie. […]
Et Fabrice, toujours bavard, parla la nuit durant d’un voyage à entreprendre vers l’Afrique, en suivant le fleuve jusqu’à son delta, ou la plaine jusqu’à la mer. (TA, p. 20-21)

9Et cette envie personnelle est une envie de retourner en Afrique, Firmin ou Fabrice ayant déjà eu l’occasion de s’y rendre, du moins veut-il le faire accroire à ses camarades :

Et Firmin parla des lions, des meutes de lions, de tous les lions qu’il avait vus en Afrique […]. (TA, p. 20 ; nos italiques)
[I]l [Firmin] ne parlait que de lions, ces lions qu’il avait vus en Afrique, ces lions dont rêvait Basile. (p. 82 ; nos italiques)
[O]n aurait pu croire qu’il [Firmin] avait déjà vu le fleuve dont nous rêvions, et l’Afrique où nous désirions aller mourir, et qu’il en était revenu on ne savait trop pourquoi. (p. 83 ; nos italiques)

10Il y aurait donc eu un voyage en Afrique, avant La Traversée, tandis que celui qui y est envisagé demeurera à jamais un projet… L’Afrique reste un espace virtuel, fantasmé, fictif qui, au terme du livre, s’annihile lui-même (« Alors, il se mit à pleuvoir sur ce paysage aux lions et ce fut le dernier jour », TA, p. 141) en détruisant ses occupants : « Nous étions prêts et pourtant nous fûmes vaincus. Et vaincus nous disparûmes. » (TA, p. 7) La Traversée comme chronique de morts annoncées, dès la troisième phrase du récit.

  • 10 « Mais son âme était folle. Seule dans la brousse sauvage, elle s’était regardée elle-même, et, par (...)

11Pourrait-on voir dans La Traversée l’allégorie d’une conquête coloniale avortée, refusée ? Nous, Européens, y sommes allés, en Afrique. Nous en sommes revenus, à l’instar de Marlow, horrifiés. Il y a vu, réunis en la personne de Kurtz, le pillage organisé d’une contrée — pillage ayant eu « l’ivoire pour but » (CdT, p. 167) ; la folie meurtrière des « raids » (CdT, p. 169) lancés contre les « sauvages » (CdT, p. 158) hostiles ; de « subtiles horreurs » (CdT, p. 171), comme ces têtes humaines plantées sur des piquets (CdT, p. 170) ; « la présence invisible de la corruption mystérieuse » (CdT, p. 178) ; « les instincts oubliés de la brute, le souvenir de passions monstrueuses à satisfaire » (CdT, p. 184) ; le narcissisme de l’homme occidental qui le fait sombrer dans la folie10. Bref, il y a vu l’abomination occidentale, et en est resté « fasciné » (CdT, p. 189).

12Le voyage des « six ou sept » comparses pourrait ainsi se lire comme le voyage des Européens dont la technologie (« le véhicule » qu’ils construisent de leurs propres mains), emblème du « progrès », les transporte « au loin, vers la guerre, vers le front dont [ils] n’av[aient] que de trop vagues échos, dont [ils] ne voy[aient] même pas le feu, l’éternel incendie » (TA, p. 9) ; en un mot, vers l’Afrique, symbole du gâchis infligé par une civilisation à une autre. L’Afrique de La Traversée est trouble comme un mirage, elle serait le soleil d’Icare, l’horizon qui attire et menace à la fois, l’erreur à ne plus commettre.

Des lions, une statue

  • 11 « Et des fauves peuplaient la plupart de ses rêves [ceux de Firmin]. » (TA, p. 13)
  • 12 « Pour la première fois, il [Basile] but une grande quantité de genièvre et parla jusqu’à l’aube de (...)
  • 13 « Il [Firmin] disait aimer la viande de porc et l’alcool. Il mentait. Il parlait des lions. Il ment (...)
  • 14 « Et lorsque Fabrice descendait à travers la haute végétation, il arrivait bien sûr au bord du fleu (...)

13De lions, animaux sauvages typiquement associés à l’Afrique, il n’en est point dans le récit de Conrad. Ils abondent dans celui de Savitzkaya. À l’image de l’Afrique, ils peuplent les rêves des garçons11, sont l’objet de leurs hallucinations éthyliques12, le sujet de leurs mensonges13, ou le fruit de leur imaginaire enfantin qui prend des bovins pour des félins14.

14Malgré la menace qu’ils constituent, le sentiment qu’ils font naître auprès du groupe est inattendu. Il s’agit d’amour :

Et personne jusqu’alors n’avait pu décimer ce troupeau de fauves, de bêtes dangereuses qui, à n’importe quel moment, auraient pu nous détruire, sortir des bois, déferler sur les prés et venir nous dévorer. Et personne jusqu’alors n’avait songé à tuer ces animaux menaçants que, cependant, nous ne craignions pas, ces curieux animaux que nous aimions. (TA, p. 74)

15Éléments du fantasme collectif, les lions ont des traits ambigus, qui les tirent du côté de l’humain, comme dans l’extrait suivant où leur appétit carnassier est traduit en termes de convoitise, véhiculant aussi un implicite sexuel :

Les lions, disait Firmin, n’aimaient ni l’eau ni les flammes. Ils se nourrissaient de chair ; ils vivaient dans la pénombre autour de nous ; ils caressaient des espoirs fous, convoitaient nos corps. (TA, p. 115)

16Leur proximité finit même par les transformer, comme dans un jeu de miroir, en répliques troublantes des compagnons de voyage :

Je passais par la forêt avec la fourgonnette blanche. J’étais le chasseur en combinaison de daim. Je les rencontrai installés dans leur camp, méchants ou tristes, occupés à manger ou à vomir. Ils étaient sept autour de l’arbre. Je n’en préférais que deux. Ils furent mes seuls compagnons, nos seuls compagnons. Ils souriaient en nous voyant occupés à nos jeux et à nos chants et à nos fabriques. Ils se tenaient autour de nous, à proximité du pré en pente. (TA, p. 82)

17Rare moment où le narrateur fait irruption en « je » dans la diégèse, l’extrait semble brouiller les pistes, et mettre en scène une certaine confusion des genres : le « daim » devient chasseur ; le chasseur revêt une peau animale et les animaux sauvages ont une allure anthropomorphe.

18Il est difficile de savoir si, par ce biais, Savitzkaya engage sérieusement une réflexion sur les limites entre animalité et humanité, et cela du fait que, dans La Traversée de l’Afrique, le « jeu » — au sens d’espace entre deux pièces mécaniques — entre l’humain et l’animal demeure profondément ludique et s’insère dans la logique « floue » de la construction du récit. Il n’en est pas moins vrai que ce jeu-là contribue à faire du roman un texte éminemment indécidable où une chose, une personne, une action peuvent à la fois être et n’être pas. Il en va autrement de la logique du récit chez Conrad où se mène, au premier degré pour ainsi dire, une remise en question du statut non pas de l’animal, mais du « sauvage », puisque, à l’époque, celui-ci valait à peine plus que celui-là, souvent moins.

  • 15 « On les avait engagés pour six mois. (Je ne pense pas qu’un seul d’entre eux avait une idée claire (...)

19Outre le fait, par exemple, qu’ils ont « des visages comme des masques grotesques » (CdT, p. 100), qu’ils font preuve d’« une vitalité sauvage » (CdT, p. 100) et qu’ils n’ont pas conscience du temps15 — autant d’éléments exemplaires qui manifestent leur altérité sauvage —, les « Noirs » (CdT, p. 142) de Conrad, comme les lions (savitzkayens), sont anthropophages — le cannibalisme apparaissant comme le comble de la sauvagerie. « Manger eux ! » (CdT, p. 143), phrase en pidgin prononcée par le « chef » de l’équipage — « un jeune Noir » (CdT, p. 143) — au sujet d’autochtones menaçant d’attaquer le vapeur, fait réaliser à Marlow que les Blancs à la tête du bateau, y compris lui-même, auraient pu constituer « une bonne ventrée » pour « ces hommes de forte taille, sans grande capacité de peser les conséquences » (CdT, p. 144).

20Au fil de son voyage, Marlow est invité à revoir ses croyances. Une première étape consiste pour lui à voir dans ces « sauvages » la part d’humanité, ou plutôt, à voir en eux la part de sauvagerie qui fut celle de l’homme occidental :

— Non, ils n’étaient pas inhumains. Voilà : voyez-vous, c’était le pire de tout — ce soupçon qu’ils n’étaient pas inhumains. Cela vous pénétrait lentement. Ils braillaient, sautaient, pirouettaient, faisaient d’horribles grimaces, mais ce qui faisait frissonner, c’était bien la pensée de leur humanité — pareille à la nôtre — la pensée de notre parenté lointaine avec ce tumulte sauvage et passionné. Hideux. Oui, c’était assez hideux. (CdT, p. 136 ; nos italiques)

21La sauvagerie des indigènes ne pèse toutefois pas lourd face à l’abjection, voire à la barbarie, que personnifie Kurtz :

[…] il me semblait d’un bond avoir été transporté dans une région sans lumière de subtiles horreurs, par rapport à quoi la pure sauvagerie, sans complications, était un véritable soulagement, étant une chose qui avait le droit d’exister, évidemment — à la lumière du jour. (CdT, p. 171)

  • 16 Pour reprendre le terme utilisé dans : Memmi (Albert), Portrait du colonisateur suivi de Portrait d (...)

22Le voyage de Marlow lui aura certainement fait voir les véritables visages, ou encore « portraits »16, du colonisateur et du « sauvage », lui rendant poreuses les frontières entre les civilisés et ceux qui ne le sont pas, lui faisant perdre son innocence et sa naïveté qui consistait à croire qu’une « idée » suffisait pour justifier la « conquête » :

La conquête de la terre, qui signifie principalement la prendre à des hommes d’une autre couleur que nous, ou dont le nez est un peu plus plat, n’est pas une jolie chose quand on la regarde de trop près. Ce qui la rachète n’est que l’idée. Une idée qui la soutienne ; pas un prétexte sentimental mais une idée ; et une foi désintéressée en cette idée — quelque chose à ériger, devant quoi s’incliner, à quoi offrir un sacrifice… (CdT, p. 89)

23En réalité, rencontrer Kurtz a signifié, pour Marlow, rencontrer l’idée « en personne » — même si l’idée qui justifie la conquête s’est révélé n’être rien d’autre que l’avidité. L’aura de Kurtz a réussi, en tout cas, à le faire aimer, bien plus, à le convertir en véritable objet de culte, tant de la part des indigènes que des employés de la compagnie pour laquelle il travaille, qui l’admirent autant qu’ils le craignent. Si le scepticisme de Marlow le rend clairvoyant quant aux agissements de Kurtz (« “il pillait le pays”, dis-je », CdT, p. 167) qu’il condamne, Marlow restera toutefois « fasciné » par Kurtz (CdT, p. 189), comme envoûté : « […] je suis resté fidèle à Kurtz jusqu’au bout et même au-delà […] » (CdT, p. 192). Et cette fidélité le rapproche des autochtones « adorateurs de M. Kurtz » (CdT, p. 180), contribuant, d’une autre manière, à renforcer la proximité entre « sauvages » et « civilisés » ou, en tout cas, à brouiller les frontières.

24La tentation de l’adoration irrationnelle se présente aussi dans La Traversée, sous la forme d’« une haute statue blanche, personnage assis et couronné, la bouche ouverte vers le ciel, les mains posées sur les genoux, vêtu d’un lourd manteau » (TA, p. 120). Un projet effleure la petite bande d’amis, celui de « l’emporter avec [eux] et la dresser quelque part en un désert, au milieu d’un champ de patiences ou sur les marécages pour écarter les animaux sauvages » (TA, p. 120). Bref, une tentation de divinisation, qui échoue. Car les bateliers qui transportent la statue restent muets face à la demande qui leur est adressée de l’acheter. Trois pages plus loin, « au milieu d’une dense végétation » (TA, p. 123), la statue est retrouvée, « brisée, coupée en trois, la statue que nous avions tant aimée » (TA, p. 123). Firmin, celui qui était allé en Afrique, décide d’en emporter la tête, « la peignant à son goût, la caressant, la baisant, lui parlant sans cesse » (TA, p. 123). Firmin apparaît ici comme une figure errante du passé, une allégorie de la nostalgie d’une époque révolue, où l’on partait en Afrique, où l’on adorait des statues.

Une conclusion

25Faire entendre l’écho d’Au cœur des ténèbres dans La Traversée, c’est aussi orienter la lecture de ce texte et soutenir qu’il ne reçoit une partie de son interprétation que du contexte dans lequel il a été écrit, soit la période de l’après-conquête coloniale. Et de fait, il nous a semblé que certains éléments étaient mieux mis en valeur sous cet angle-là : par exemple, l’errance des voyageurs pour lesquels l’Afrique est ce quelque chose auquel il vaut mieux ne pas se frotter sous peine de danger et de mort, le renoncement à toute « idée » qui justifierait un déplacement ou la mort — on meurt « pour rien » —, ou encore la proximité avec l’animal qui nous confronte à notre sauvagerie et à son humanité.

26Ce temps de l’« après » n’est cependant pas le temps de la nostalgie ou des regrets, mais celui de nouvelles potentialités. Car, si l’on patine dans le récit savitzkayen, c’est aussi parce que l’espace du texte illustre le champ des possibles, ayant renoncé à n’être que l’actualisation d’une histoire.

Haut de page

Notes

1 Domingues de Almeida (José), « L’écart fictionnel dans l’œuvre romanesque d’Eugène Savitzkaya », du projet « Interidentidades » de l’Institut de Literatura Comparada Margarida Losa de la Faculté des Lettres de l’Université de Porto, disponible sur Internet à l’adresse : <http://ler.letras.up.pt/uploads/ficheiros/8713.pdf>.

2 Demoulin (Laurent), « Bestiaire et métamorphoses d’Eugène Savitzkaya », dans Ponts, vol. 2, nº 6, 2002, p. 75.

3 Quinsat (Gilles), « Eugène Savitzkaya : La Traversée de l’Afrique (Éditions de Minuit) », dans La Nouvelle Revue française, nº 326, mars 1980, p. 116.

4 Richard (Jean-Pierre), « Présentation d’un chaos, Eugène Savitzkaya », dans Littérature, nº 92, 1993, p. 3.

5 Sur la (post)modernité d’Eugène Savitzkaya, voir : Domingues de Almeida (José), « Un jeune homme trop gros (1978) : Savitzkaya postmoderne avant sa lettre ? », dans Estudos em homenagem ao Professor Doutor Antonió Ferreira de Brito, Porto, Universidade do Porto, 2004, p. 11-23, disponible sur Internet à la page : <http://ler.letras.up.pt/uploads/ficheiros/4369.pdf>.

6 Eco (Umberto), L’Œuvre ouverte, Paris, Seuil, 1990.

7 Viart (Dominique), Vercier (Bruno), avec la collaboration de Franck Evrard, La Littérature française au présent. Héritage, modernité, mutations, deuxième édition augmentée, Paris, Bordas, 2008, p. 394.

8 Dans les pages qui suivent nous nous référerons à la traduction française : Conrad (Joseph), Au cœur des ténèbres, Paris, Garnier-Flammarion, 1989. [Publié pour la première fois en anglais en 1899.] Il sera désigné ici par l’abréviation CdT.

9 Il y a ambiguïté quant à savoir si l’on a affaire à un ou deux personnages. Même s’ils sont désignés par deux prénoms différents (mais commençant par la même consonne, possédant le phonème [r] en commun et formés de deux syllabes), ce qui nous est dit d’eux, dans cet extrait notamment, entraîne leur confusion : « Mais Fabrice parlait trop et nous préférions jouer ou écouter Firmin. […] [I]l [Firmin] ne parlait que de lions, ces lions qu’il avait vus en Afrique, ces lions dont rêvait Basile. […] Firmin disait toujours que son histoire s’achevait là, mais il poursuivait sans fin, infatigable garçon. […] Il [Firmin] nous agaçait tous plus ou moins, car, lorsqu’il parlait, il semblait ne jamais devoir s’arrêter […]. » (TA, p. 82-83)

10 « Mais son âme était folle. Seule dans la brousse sauvage, elle s’était regardée elle-même, et, pardieu ! je vous dis, elle était devenue folle. » (CdT, p. 184)

11 « Et des fauves peuplaient la plupart de ses rêves [ceux de Firmin]. » (TA, p. 13)

12 « Pour la première fois, il [Basile] but une grande quantité de genièvre et parla jusqu’à l’aube des lions qu’il avait aperçus rôdant autour de l’usine, dans les buissons et les ronces. » (TA, p. 39)

13 « Il [Firmin] disait aimer la viande de porc et l’alcool. Il mentait. Il parlait des lions. Il mentait. Il mentait toujours. » (TA, p. 41)

14 « Et lorsque Fabrice descendait à travers la haute végétation, il arrivait bien sûr au bord du fleuve immobile et gris sur lequel un grand nombre de bateaux passait, au-dessus duquel planaient sans cesse des oiseaux ; il arrivait sur la berge droite d’un très large fleuve désert et lisse de l’autre côté duquel il pouvait voir courir les lions ou les bovins. » (TA, p. 121)

15 « On les avait engagés pour six mois. (Je ne pense pas qu’un seul d’entre eux avait une idée claire du temps, du genre de la nôtre au bout d’époques sans nombre. Ils appartenaient encore au commencement des âges, sans aucune expérience héritée pour les enseigner, en somme.) » (CdT, p. 143) Se révèle, à la lecture de cet extrait de Conrad, à quel point affirmer que « l’homme africain n’est pas assez entré dans l’histoire » (Sarkozy (Nicolas), Discours de Dakar, 26 juillet 2007) témoigne de l’appartenance de ces propos à une époque révolue. Réactionnaire, ce (passage du) discours rédigé par Henri Guaino n’a même pas à sa décharge la grandeur du style.

16 Pour reprendre le terme utilisé dans : Memmi (Albert), Portrait du colonisateur suivi de Portrait du colonisé, Paris, Gallimard, coll. Folio Actuel, 1985 [publié pour la première fois chez Corréa en 1957].

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sabrina Parent, « La Traversée des ténèbres ou Au cœur de l’Afrique. Une tentative de rapprochement entre Savitzkaya et Conrad », Textyles, 44 | 2013, 77-85.

Référence électronique

Sabrina Parent, « La Traversée des ténèbres ou Au cœur de l’Afrique. Une tentative de rapprochement entre Savitzkaya et Conrad », Textyles [En ligne], 44 | 2013, mis en ligne le 23 avril 2014, consulté le 25 mars 2017. URL : http://textyles.revues.org/2482 ; DOI : 10.4000/textyles.2482

Haut de page

Auteur

Sabrina Parent

frs-fnrs/ulb

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org