Navigation – Plan du site
Eugène Savitzkaya

L’ambivalence du chez-soi dans Mentir et Fou trop poli : la fonction du ressassement

Manon Delcour
p. 67-76

Texte intégral

  • 1 À l’exception de Fou trop poli où il est fait mention de centres fermés.
  • 2 Voir Benjamin (Walter), Paris. Capitale du xixe siècle. Le livre des passages, traduit de l’alleman (...)
  • 3 Viart (Dominique), Vercier (Bruno), avec la collaboration de Franck Evrard, La Littérature français (...)
  • 4 Domingues de Almeida (José), « L’authenticité selon Philippe Delerm. Entre littérature de confort e (...)

1L’œuvre d’Eugène Savitzkaya est traversée par la question de l’habiter. D’un point de vue thématique, en effet, la prégnance de la maison, du chez-soi, est indéniable, que ce soit dans le mensonge organisé pour cerner la figure maternelle (Mt), les propos échangés par les victimes d’un tremblement de terre (FO) ou la relation de la découverte du monde par deux enfants (MmC, EL). Son traitement de l’espace diffère beaucoup des environnements urbains mis en scène par des auteurs de sa génération comme Jean Echenoz, François Bon ou Jean Rolin, puisque le domicile, qui fait souvent l’objet d’une hypotypose, paraît clos, voire insulaire, à l’image du narrateur-jardinier-écrivain vivant en quasi-autarcie grâce à son potager. Généralement privé de références à la société contemporaine1, l’« étui »2 du logis semble centré sur l’isolement de ce que l’on nomme désormais un sujet autofictionnel. À cet égard, le roman Fou trop poli (2005) paraît devoir être rangé aux côtés de Marin mon cœur (1992), En vie (1995) et Exquise Louise (2003), textes dans lesquels la critique reconnaît une « ode à la vie quotidienne, familiale, harmonieuse »3. José Domingues de Almeida rapproche ainsi les derniers romans de Savitzkaya de la mouvance du « minimalisme positif », représentée entre autres par Philippe Delerm, Christian Bobin ou Colette Nys-Mazure4.

2Nous ne partageons pas tout à fait ce dernier point de vue. La littérature produite par Savitzkaya n’est, selon notre hypothèse, ni minimale ni positive. Elle repose sur un jeu symbolique qui tente, par le biais de la répétition, de cerner un chez-soi ambivalent et souvent angoissant. Nous décrirons d’abord l’effet d’angoisse suscité par la représentation spatiale, y compris dans des textes récents. La répétition participe en effet d’une atmosphère marquée par l’inquiétante étrangeté mais revêt également d’autres fonctions. À l’aide du concept de ritournelle, nous étudierons ensuite la façon dont le ressassement annihile, dès Mentir (1977), l’idée d’un point fixe mais dessine néanmoins, souvent sur le mode de l’humour comme dans Fou trop poli, un territoire, fait de retours mais aussi de départs vers le dehors, et dont le centre incertain est explicitement présenté par Savitzkaya comme celui de l’écriture. Enfin, en tentant de replacer l’œuvre de Savitzkaya dans le contexte contemporain, nous tâcherons de montrer que, si ses derniers textes sont plus sereins, les procédés de répétition et d’accumulation à l’œuvre dans Fou trop poli, déjà présents dans Mentir et La Folie originelle (1991), dépassent l’idée de la seule célébration du quotidien et, en mettant à mal la possibilité d’un ancrage définitif dans le domicile, traduisent les paradoxes de la composante anthropologique que constitue le chez-soi.

La hantise du dedans et du dehors

  • 5 Comme l’indiquent les thèmes abordés (l’enfance, l’évocation de la figure maternelle, etc.) ou le t (...)
  • 6 Goetz (Benoît), La Dislocation. Architecture et philosophie, Paris, Les Éditions de la Passion, 200 (...)
  • 7 Ibidem.

3Le domicile tel qu’il est représenté par Savitzkaya paraît tout à la fois nostalgie et crainte d’un espace un, sans dehors ni dedans, et déterminée en partie par un idéal de fusion du sujet avec ce qui l’entoure : « Ce n’est pas la beauté qu’il s’agit de rechercher, ni la perfection, mais une certaine adéquation avec la lumière, le vent, l’état des lieux » (EV, p. 97-98). Son écriture, en grande partie hantée par la question de l’origine5, est orientée par la tentation de donner à lire un espace natal marqué par la continuité, assez proche de la description du philosophe Benoît Goetz d’un Éden d’avant la division entre dedans et dehors, où « il n’y pas lieu de se déplacer, c’est-à-dire qu’on se déplace toujours dans un Lieu unique sans partage. C’est un espace où les différences n’impliquent aucune hétérogénéité, un espace sans altérité et sans négativité, un milieu sans bord et sans limite »6. Goetz utilise une allégorie pour illustrer cet espace continu : « au paradis, Adam n’avait pas de maison. Ou s’il en avait une, celle-ci n’avait pas de dehors, et ne constituait pas, par conséquent, un dedans »7.

  • 8 Voir Febel (Gisela), « Écrire l’intensité de la vie ou le roman en excès. L’œuvre romanesque d’Eugè (...)
  • 9 Goetz (Benoît), La Dislocation, op. cit., p. 27.

4Cependant, l’origine est inaccessible : la « dislocation » a bien eu lieu, il existe un dedans et un dehors. L’écriture tente de mimer l’espace informe et originel en donnant à lire un espace constitué de différences et non d’oppositions, par le biais d’un entassement de mots, procédé que Savitzkaya emploie régulièrement8. Savitzkaya recourt précisément – et paradoxalement – au motif de la maison ou du jardin, des lieux délimités, pour représenter un espace où la maison n’a pas lieu d’être et mettre en scène « ce que la tradition des Arts du Jardin a parfois cherché à recréer : un espace absolument clos, tel qu’aucun dehors ne soit plus imaginable ou concevable »9, à l’intérieur duquel tout participe de tout. Dans La Folie originelle, Savitzkaya thématise pour l’espace scénique cette inutilité de la maison, cette opposition flottante entre dedans et dehors.

Celi : Ça sent l’homme mort et d’autres parfums.
Conspuate (à ceux qui sont là) : C’est parce que tu as ouvert la bouche, c’est parce que tu as ouvert la porte de ta chambre, c’est parce que vous dormez tous fenêtres ouvertes. Fermez tout, vivez dans la rue et vous sentirez l’odeur du ciment mouillé, du sable que les camions déversent sur les places. Quittez vos maisons et vivez autour d’elles comme autour de taupinières, laissez-les aux rats, souris, chauves-souris, aux cloportes et aux pigeons. (FO, p. 16)

  • 10 Voir Connon (Daisy), Subjects Not-at-home : Forms of the Uncanny in the Contemporary French Novel. (...)
  • 11 « On sème rarement au bon moment. […] un mouvement puissant et inéluctable brouille les codes et le (...)
  • 12 « Il y a un moment d’intense fusion dans le mélange des levures et des sédiments que l’on porte à l (...)
  • 13 Sami-Ali (Mahmoud), « L’espace de l’inquiétante étrangeté », dans Nouvelle revue de psychanalyse. L (...)
  • 14 Ibidem, p. 40.

5Mais l’évocation de la mort, provoquée par l’ouverture du corps (« la bouche ») et du logis (« la porte »), laisse aussi percevoir cet espace originel et idéal de la contigüité comme une menace. Le paradis devient chaos : « Celi : […] On sent que nous sommes nombreux, on sent combien nous sommes et comment nourris. À chaque pas on marche sur du verre brisé et des choses molles, on glisse, on respire l’haleine des autres, on se salit en touchant les murs, plus rien n’est à sa place. » (FO, p. 11-12) Même dans des textes plus récents, Savitzkaya laisse poindre à maintes reprises un sentiment d’inquiétante étrangeté10, voire d’angoisse vis-à-vis d’un environnement avide11. Le sujet glisse sans cesse de la fusion à la menace d’engloutissement12. La tentation lancinante qu’éprouve le narrateur de fusionner avec son environnement s’avère un idéal impossible : ainsi, celui d’En vie a obscurément conscience d’un écran entre lui et son environnement que les tâches domestiques, dont le nettoyage des vitres, et l’écriture ont pour mission de faire s’évaporer (EV, p. 23-24). Il n’empêche que cette tentation induit une écriture dans laquelle, souvent, « aucune distance ne sépare […] le sujet de ce qu’il perçoit »13 et un « espace de la contigüité absolue où tout participe de tout »14, dont les personnages tentent parfois – sans succès – de se protéger au moyen de murs.

Celi : J’ai muré l’entrée de ma cave et je ne sais plus ce qui s’y passe. Les bruits qui me parviennent me font frémir, je ne dors plus, je ne peux plus dormir maintenant que je l’entends remuer. [Un monstre] occupe tous les sous-sols, il a abattu les cloisons et il s’attaque aux piliers de soutènement dont les moellons crissent, chacun des coups qu’il donne fait vibrer les portières des armoires et les vitres des verrières. (FO, p. 32)

  • 15 Ibidem, p. 43.
  • 16 Savitzkaya (Eugène), « L’écriture en spirale », Mongolie, plaine sale ; L’Empire ; Rue obscure, Bru (...)

6Dans cette perspective, l’itération joue un rôle paradoxal. D’une part, le ressassement déployé dans Mentir ou La Folie originelle concourt à la représentation d’un domicile inquiétant : « il y a multiplication du même qui tour à tour se manifeste comme familier et comme étrange au sein d’une réalité spatiale où tout se répète indéfiniment au-dedans et au-dehors et où le temps tourne sur lui-même, s’annule et se réduit à l’espace (d’irréversibles, les relations temporelles deviennent réversibles, c’est-à-dire spatiales) »15. D’autre part, la répétition, abordée par Savitzkaya dans un texte intitulé « L’écriture en spirale », constitue un rempart contre la voracité du réel chaotique : « L’écriture nous permet de ne pas être immédiatement dévorés. »16

  • 17 Deleuze (Gilles), Guattari (Félix), Mille plateaux. Capitalisme et schizophrénie 2, Paris, Minuit, (...)
  • 18 Goetz (Benoît), Théorie des maisons. L’habitation, la surprise, Paris, Verdier, coll. Art et archit (...)
  • 19 Deleuze (Gilles), Guattari (Félix), Mille plateaux, op. cit., p. 382.
  • 20 Zourabichvili (François), Le Vocabulaire de Deleuze, Paris, Ellipses, 2003, p. 74.
  • 21 Goetz (Benoît), Théorie des maisons, op. cit., p. 71-72.

7À cet égard, le concept de ritournelle élaboré par Gilles Deleuze et Félix Guattari dans Mille plateaux (1980) puis dans Qu’est-ce que la philosophie ? (1991), bien qu’il ne soit pas exclusivement spatial (il revêt également des implications temporelles et politiques), éclaire particulièrement la constitution du logis. Deleuze et Guattari lient en effet les principes de déterritorialisation et reterritorialisation – revalorisant par là le territoire – au sein de ce concept : « [La ritournelle] est territoriale, c’est un agencement territorial. Les chants d’oiseaux : l’oiseau qui chante marque ainsi son territoire. »17 La petite ritournelle trace un cercle isolant le chez-soi du chaos « c’est ce que l’on chante lorsque l’on rentre chez soi »18. La ritournelle décrite par Deleuze et Guattari est ainsi ce qui permet au sujet de « tracer un cercle »19 pour constituer le chez-soi, « habiter le territoire qui filtre le chaos »20. De même, dans l’œuvre de Savitzkaya, l’itération contribue à la représentation d’un habitat, constitué par définition d’habitudes (les deux mots ont d’ailleurs la même racine étymologique), que ce soit par le biais de la description récurrente de certains ustensiles et tâches du quotidien ou de l’évocation renouvelée des figures parentales (« en nous il vit encore » ou « en nous encore vivante », FtP). Mais le refrain permet également au sujet de quitter son territoire pour mieux y revenir, empêchant le figement du chez-soi et introduisant celui-ci au règne du devenir. Comme l’écrit Benoît Goetz, « [p]artir/revenir : il n’y a pas d’espace occupé autrement que selon ce tempo : une sorte de radotage, de rengaine, qui devient vite insupportable. Mais on a gagné une base, un plateau, d’où il va être possible de rejoindre le Dehors. Bâtir une maison c’est créer un territoire par retours successifs pour mieux s’en échapper, aigle ou serpent, chien ou rat »21.

Le territoire du texte : ressasser pour esquisser, quitter et retrouver le chez-soi

8Si Savitzkaya thématise dans Fou trop poli une absence de repère spatial fixe – « Je ne sais pas d’où je suis parti ni où on m’a relégué » (FtP, p. 13) –, l’objectif poursuivi par le narrateur dans les quinze séquences de Mentir et formulé à la fin du texte « ainsi parler de ma mère (aucune prairie) » (Mt, p. 103) aboutissait déjà au même flottement. Ce dessein est explicitement associé à une considération spatiale, « aucune prairie » (Mt, p. 103), dont la forme (identique, « aucune prairie », ou modifiée, « aucune maison ») ponctue le texte et suscite le ressassement : la figure maternelle réapparaît ainsi perpétuellement au fil du roman, pieds nus dans le jardin, en robe de chambre bleue à la fenêtre, en jupe tachée dans le corridor, etc. Si elle peut être localisée, elle s’avère cependant difficile et même impossible à saisir, comme en témoigne l’emploi répété des adverbes « peut-être », des incises « je crois » ou « m’a-t-on dit », des formes interrogative et négative ou du motif de la photo d’identité égarée. L’épanorthose gagne la description de la maison et du jardin : « ces pivoines, ces marguerites, ces fleurs blanches ou pourpres de cerisier, répandues sur le sol, ces fleurs écarlates, toutes ces fleurs, ces très belles fleurs » (Mt, p. 7) deviennent « surtout ces pivoines trop rouges, ces pivoines trop blanches surtout » (Mt, p. 7), « ces fleurs repoussantes » (Mt, p. 8), « ennemies » (Mt, p. 11), « sans odeur et sans couleur » (Mt, p. 14), « jamais touchées par le vent […] très fragiles sous le vent » (Mt, p. 13).

  • 22 Deleuze (Gilles), Guattari (Félix), Mille plateaux, op. cit., p. 382.
  • 23 Sauvagnargues (Anne), « Deleuze. De l’animal à l’art », dans Zourabichvili (François), Sauvagnargue (...)
  • 24 Deleuze (Gilles), Guattari (Félix), Mille plateaux, op. cit., p. 383.

9Nous touchons ici à une constante de la représentation du logis chez Savitzkaya : la prégnance thématique du chez-soi ne revient pas à faire de ce dernier un repère fixe pour le sujet, une localisation imaginaire inébranlable mais plutôt un « centre fragile et incertain »22, à l’instar du territoire envisagé par Deleuze et Guattari. En effet, si le territoire forme un centre, ce dernier est « second et produit par retour : dans la constitution du territoire, les actes de sortie sont aussi déterminants que les actes d’appropriation, et la ritournelle comprend ces va-et-vient »23. Dans le ressassement, le dit ne satisfait jamais et la correction répétée ou l’ajout d’énoncés, semblables mais pas identiques, revient à dénier la signification du premier. L’énoncé – qu’il concerne la mère ou/et la maison – poursuivi par Savitzkaya est manquant, pris en faute par l’énonciation qui reprend et répète sans parvenir à épingler la représentation maternelle et, par contamination, l’environnement familial. Le dire semble devoir nécessairement produire un dit mais, soupçonneux et discernant les inexactitudes, il manque inexorablement sa cible et relance sa recherche. Le ressassement mine donc l’expression : la relance ininterrompue des signifiants s’apparente au processus de déterritorialisation formulé par Deleuze et Guattari. Savitzkaya, en ajoutant et déformant sans cesse, annihile, sans pourtant recourir au thème du voyage ou du déplacement, l’identification d’un lieu d’origine et d’une demeure. L’itération n’est pas simplement retour du même, elle peut également permettre au sujet de sortir de l’habitude qu’elle installe généralement : « On sort de chez soi au fil d’une chansonnette. »24

  • 25 Ibidem, p. 382.
  • 26 Voir Scepi (Henri), « Eugène Savitzkaya ou le souci de l’origine », op. cit.
  • 27 Deleuze (Gilles), Guattari (Félix), Mille plateaux, op. cit., p. 382
  • 28 Ibidem.

10Le goût que manifeste Savitzkaya pour les mots rares ou archaïques dans Fou trop poli ou dans En vie encourage le lecteur à se remémorer l’origine du verbe « ressasser ». Selon le tlf, ressasser revient à « passer à nouveau la farine dans un sas », « crible, tamis, fait d’un tissu de soie, de crin, de toile métallique, entouré d’un cercle de bois, qui sert à passer la farine, le plâtre, le sable ou bien à filtrer des liquides ». Le Littré rapporte que ressasser de la farine revient à la mêler de nouveau tandis que ressasser un compte, un ouvrage ou la conduite de quelqu’un équivaut à examiner avec soin ces divers objets d’attention. De la même manière, l’écriture de Savitzkaya fait passer et repasser par le tamis du texte les éléments du monde pour les trier et examiner les plus fins, comme s’il s’agissait de trouver le mot ultime, fin, final qui lui permettrait de conclure le portrait maternel. La difficulté à saisir l’image maternelle et par là l’origine conduit ainsi Savitzkaya à un examen en détail du domicile ou du sac maternels (Mt, p. 54-55) qui met l’accent sur l’itération sonore (« douceur » / « fureur », répétition de « charpies »), sémantique (« charpies », « morceaux », « lambeaux », « débris ») et dans lequel la frontière entre exactitude et épanorthose n’est jamais nette (« ses petits bouts de soie verte ou bleue, de soie transparente verte et bleue, ou bien son foulard de soie grise ou beige »). Cette écriture de l’infime, parfois du dérisoire, esquisse un portrait à la fois circonstancié et évasif de la mère dans Mentir et dessine un « espace limité »25, à première vue celui de la maison et du jardin. Ainsi le ressassement entendu comme crible débouche-t-il souvent chez Savitzkaya sur une caractéristique déjà relevée par la critique26 : l’inventaire, tel que la liste des objets laissés intacts par le séisme dressée par Berganza dans La Folie originelle. Savitzkaya exploite ainsi l’ambivalence du chez-soi, pointée par Deleuze et Guattari. D’une part, il semble, dans ses énumérations, mettre en forme la matière indistincte : « les forces du chaos sont tenues à l’extérieur autant qu’il est possible »27, comme en témoignent l’emploi répété des motifs de membrane, paroi ou opercule dans En vie et l’image, récurrente au fil des textes, de l’ordonnancement de la maison ou du tri des produits du potager. D’autre part, la nomenclature savitzkayenne confine fréquemment à un amas apparemment indifférencié car le travail de l’établissement du chez-soi permet de dessiner un cercle à même de mimer le chaos, d’« emprunter quelque chose au chaos à travers le filtre ou le crible de l’espace tracé »28.

  • 29 Sauvagnargues (Anne), « Deleuze. De l’animal à l’art », op. cit., p. 213.

11Il est important de remarquer que le territoire mis en scène par Savitzkaya est celui de l’écriture. Comme l’écrit Anne Sauvagnargues, « le territoire n’est pas un lieu, mais un acte, qui arrache sur le chaos du milieu des forces qu’il condense et qu’il rend visibles »29. Dans l’incipit de Fou trop poli, Savitzkaya assimile le roman lui-même à un amas, rapprochant de la sorte écriture et (re)territorialisation.

Le fou revient à la charge, il décharge ici devant vous trente-sept brouettes de bonne bouse, dix-neuf de terre de taupinière, dix de crottin d’ânesse, quatre de diverses variétés de pommes de terre. Il décharge ici devant vous vingt brouettes d’eau limpide de la fontaine du Roy et vingt autres brouettes de terreau extra-fin. Puis des tonneaux d’eau de pluie bruxelloise et des pichets et des pintes de l’eau de la Meuse liégeoise. Il décharge ici devant vous, quelque part entre ville et champs. (FtP, p. 7)

  • 30 Deleuze (Gilles), Guattari (Félix), Mille plateaux, op. cit., p. 383.
  • 31 Ibidem, p. 382-383.

12Le retour d’un autre motif dans Fou trop poli témoigne d’un lien entre différentes formes de répétition et la représentation de l’espace, qui est prise dans un processus de (re)territorialisation et de déterritorialisation. À plusieurs reprises, le « fou écrivain » s’adresse à un « vous » par le biais d’une lettre, entrouvrant de la sorte le cercle, « dans une autre région, créée par le cercle lui-même »30, et apostrophant quelqu’un31. Cette adresse, qui débute par un mot réitéré « Ecballium ! ecballium » , est écrite depuis un secrétaire et nécessite l’emploi d’un dictionnaire. Ces passages recourent à la répétition de phonèmes : assonance et rime (« secrétaire » / « dictionnaire », entre autres) d’une part, allitération, Savitzkaya disséminant dans chaque passage une succession de mots qui semblent puisés dans un dictionnaire, d’autre part. L’assonance répétée entre « dictionnaire » et « secrétaire », deux termes désignant pourtant des biens meubles, confère à l’énonciation un point d’origine, (« je vous écris d’un petit dictionnaire, je m’adresse à vous d’un petit secrétaire », FtP, p. 87, entre autres), qui est celui de l’acte d’écriture.

Et dans le dictionnaire, la main gauche le feuillette, il cherche son territoire et dans la colonne des mots, sa matière première. Et poursuit avec délectation son gribouriage d’écrivain. (FtP, p. 87)

  • 32 Deleuze et Guattari eux-mêmes lient reterritorialisation et déterritorialisation, revalorisant par (...)

13L’allitération, quant à elle, relance la course des signifiants, le délire verbal, la déterritorialisation. Celle-ci est pourtant indissociable, dans le texte de Savitzkaya, de la reterritorialisation32, puisque la ritournelle allitérative comprend des comparaisons des éléments du dehors avec des objets triviaux : « De milice à militaire, je vous écris aujourd’hui, je voulais marcher de malice à malicieuse mais fus emporté plus loin, de milice à militaire, très poliment, d’un petit dictionnaire […]. Les malicieuses miliciennes vont devant, déguisées en majorettes, la mascotte est un pot de chambre. » (FtP, p. 79) La ritournelle intègre aussi ces signifiants épars au chez-soi en les insérant dans la description de l’espace quotidien.

Je vous écris aujourd’hui de canitie à canoéiste, […] et je tombe sur adobe, […] je vous écris d’un petit dictionnaire, en état de canitie partielle, en état d’aphasie, […] le caniveau, […] la menue canne où passe le sang cannabinacéen à petits flots chauds. Je vous écris vivant d’un vieux dictionnaire, là mots lents, lentement, tournant le secret autour du pot de canneberges, face aux niches du secrétaire, entre les bretelles d’acier. Et là soudain, sur la photographie dans la niche : un couffin et dedans un bébé. Anton ou Anna ? […] À canoéiste n’arrive pas. (FtP, p. 54-55)

  • 33 Sauvagnargues (Anne), « Deleuze. De l’animal à l’art », op. cit., p. 212.

14La prose revêt l’apparence d’un ensemble désordonné qui entre, au fil de la répétition, dans le chez-soi par le biais de l’ordonnancement symbolique qu’est l’alphabet. D’ailleurs, Savitkzaya établit aussitôt après une comparaison avec ses activités de filtre, de décompte des légumes : « Soit par oubli, soit par paresse, ne signe pas, quitte sa marotte et retourne au décompte des patates car, les patates accumulées, on aura bien le loisir de les recompter en les dégermeant. » (FtP, p. 55) Le narrateur sort ainsi du cercle tracé entre le dictionnaire et le secrétaire, la répétition modifiant et enrichissant à chaque passage la constitution du territoire et par là de la lettre et du roman. Savitzkaya met de la sorte en exergue le lien entre l’écriture et la formation du chez-soi dans son œuvre, rejoignant ainsi la conception de Deleuze et Guattari du territoire comme acte : « Le territoire ne préexiste pas à cette mise en scène et n’a pas de consistance autre que sémiotique. »33

Répéter et saturer pour déjouer l’ancrage

  • 34 Zourabichvili (François), Le Vocabulaire de Deleuze, op. cit., p. 74.

15Bien que l’univers mis en scène par Savitzkaya dans ses derniers textes soit plus apaisé, son écriture prend toujours acte, comme dans Mentir, de la tentation mais aussi de l’impossibilité de rejoindre l’état originel, natal, sans dedans ni dehors. Son emploi du ressassement montre que ces deux tendances sont inhérentes au processus de constitution d’un territoire : « la terre vaut à la fois comme ce foyer intime vers lequel s’incurve naturellement le territoire, mais qui, saisi comme tel, tend à repousser ce dernier à l’infini (tel est le Natal, toujours perdu […]) »34, la fusion avec l’environnement et le retour à l’origine étant toujours représentés comme périlleux. Le travail mené sur la répétition et l’accumulation, précisément mis en exergue dans la description des lieux, donne finalement à lire une conception d’un habiter qui s’expose nécessairement à un dehors, par conséquent bien éloignée d’une pensée de l’ancrage, de la fixité et de l’appartenance.

  • 35 Deleuze (Gilles), Guattari (Félix), Mille plateaux, op. cit., p. 593.
  • 36 Zourabichvili (François), Le Vocabulaire de Deleuze, op. cit., p. 74.

16Si beaucoup de thèmes et motifs traités par Savitzkaya (ordonnancement de la maison, lignes du potager, domicile clos d’un narrateur à l’arrêt dans le déplacement incessant constitutif de la société contemporaine) semblent dessiner un espace « strié », c’est-à-dire un espace cartographié, sédentaire, soumis à un système de mesure, le signifiant manquant autour duquel tourne le ressassement et qui dessine par retour un espace rempli par l’entassement témoigne plutôt de l’imbrication nécessaire du strié et du lisse35, ce dernier étant entendu par Deleuze et Guattari comme l’espace nomade, échappant aux étalons, constitué d’étendue plutôt que de distances précises, à l’image de la mer avant qu’elle ne soit cartographiée par les navigateurs. Cet espace se définit donc par sa part d’inconnu et de manque. L’« étui » savitzkayen donne à lire, par le biais de l’itération, l’« espace lisse que présuppose et enveloppe tout limes, et qui fait l’ouverture en droit, l’irréductible déstabilisation du territoire même le plus clos »36.

  • 37 Nancy (Jean-Luc), « L’espèce d’espace pensée », préface de Goetz (Benoît), La Dislocation, op. cit.(...)
  • 38 Ibidem, p. 12.
  • 39 Ibidem.

17L’œuvre de Savitzkaya fait écho aux mutations récentes de la représentation spatiale. L’espace contemporain est en effet « saturé »37 : expéditions, colonisation, progrès techniques des transports et communications ont cartographié le monde. Strié, l’espace est maintenant intégralement connu : « L’extension a cessé d’être expansive. Elle est devenue intensive – forces ajointées, condensées, comprimées, puissances de particules ou de fibres infimes. »38 En première lecture, Savitzkaya participe pleinement de cet espace resserré en privilégiant un microcosme intense, clos, habituel, un jardin « strié ». Ce phénomène provoque, selon Jean-Luc Nancy, une « conscience angoissée de ce resserrement », qui « engendre une pensée de l’espace [qui est] à la fois elle-même l’angoisse et la lutte avec elle »39, comparable à l’écriture de Savitzkaya, du moins dans les procédés de répétition et d’accumulation. L’itération à l’œuvre dans Mentir sature le domicile maternel, le retour du même suscite l’angoisse vis-à-vis d’un environnement qui s’apparente au paradis-chaos originel. Mais la répétition lutte aussi contre cette menace d’engloutissement en dessinant un territoire explicitement orchestré par l’ordre symbolique, comme dans Fou trop poli.

Haut de page

Notes

1 À l’exception de Fou trop poli où il est fait mention de centres fermés.

2 Voir Benjamin (Walter), Paris. Capitale du xixe siècle. Le livre des passages, traduit de l’allemand par Jean Lacoste d’après l’édition originale établie par Rolf Tiedemann, Paris, Éditions du Cerf, 2009, p. 239.

3 Viart (Dominique), Vercier (Bruno), avec la collaboration de Franck Evrard, La Littérature française au présent. Héritage, modernité, mutations, deuxième édition augmentée, Paris, Bordas, 2008, p. 421.

4 Domingues de Almeida (José), « L’authenticité selon Philippe Delerm. Entre littérature de confort et minimalisme : l’expérience partagée », Carnet iii, L’(in)vraisemblable, janvier 2011, p. 161-173. <http://carnets.web.ua.pt/, site consulté le 10 août 2012>.

5 Comme l’indiquent les thèmes abordés (l’enfance, l’évocation de la figure maternelle, etc.) ou le titre de la pièce La Folie originelle. Voir aussi : Scepi (Henri), « Eugène Savitzkaya et le souci de l’origine », Critique, mars-avril 1993, n° 550-551, p. 140-156.

6 Goetz (Benoît), La Dislocation. Architecture et philosophie, Paris, Les Éditions de la Passion, 2002 [2001], p. 27.

7 Ibidem.

8 Voir Febel (Gisela), « Écrire l’intensité de la vie ou le roman en excès. L’œuvre romanesque d’Eugène Savitzkaya », dans Lope (Hans-Joachim), Neuschäffer (Anne), Quaghebeur (Marc), Les Lettres belges au présent. Actes du Congrès des romanistes allemands (Université d’Osnabrück, 1999), Bruxelles, Peter Lang, 2011, p. 281-297 ; Scepi (Henri), « Eugène Savitzkaya et le souci de l’origine », op. cit.

9 Goetz (Benoît), La Dislocation, op. cit., p. 27.

10 Voir Connon (Daisy), Subjects Not-at-home : Forms of the Uncanny in the Contemporary French Novel. Emmanuel Carrère, Marie NDiaye, Eugène Savitzkaya, Amsterdam / New York, Rodopi, coll. Faux titre, 2010, qui ramène cependant en bonne partie cette impression d’inquiétante étrangeté à la magie et au merveilleux.

11 « On sème rarement au bon moment. […] un mouvement puissant et inéluctable brouille les codes et les dessins. Une multitude se projette hors de terre. La verdure est un capharnaüm d’une logique stupéfiante : elle finira en soupe ou nous serons dévorés. » (EV, p. 112-113, nous soulignons)

12 « Il y a un moment d’intense fusion dans le mélange des levures et des sédiments que l’on porte à la bouche et de ceux que les entrailles contiennent. On ne sait plus ce que l’on mange. On ne sait plus si on mange ou si on est mangé. […] Et il se pourrait que, brusquement, ce soit soi-même qu’on dévore, soi-même parfumé et savoureux. » (ibidem, p. 66-67)

13 Sami-Ali (Mahmoud), « L’espace de l’inquiétante étrangeté », dans Nouvelle revue de psychanalyse. Le dehors et le dedans, Gallimard, 1974, n° 9, p. 39.

14 Ibidem, p. 40.

15 Ibidem, p. 43.

16 Savitzkaya (Eugène), « L’écriture en spirale », Mongolie, plaine sale ; L’Empire ; Rue obscure, Bruxelles, Labor, coll. Espace Nord, 1993, p. 193-195, première édition dans Revue Estuaire, Québec, 1981, n° 20, p. 103-104.

17 Deleuze (Gilles), Guattari (Félix), Mille plateaux. Capitalisme et schizophrénie 2, Paris, Minuit, 1980, p. 383.

18 Goetz (Benoît), Théorie des maisons. L’habitation, la surprise, Paris, Verdier, coll. Art et architecture, 2011, p. 71.

19 Deleuze (Gilles), Guattari (Félix), Mille plateaux, op. cit., p. 382.

20 Zourabichvili (François), Le Vocabulaire de Deleuze, Paris, Ellipses, 2003, p. 74.

21 Goetz (Benoît), Théorie des maisons, op. cit., p. 71-72.

22 Deleuze (Gilles), Guattari (Félix), Mille plateaux, op. cit., p. 382.

23 Sauvagnargues (Anne), « Deleuze. De l’animal à l’art », dans Zourabichvili (François), Sauvagnargues (Anne), Marrati (Paola), La Philosophie de Deleuze, Paris, puf, 2004, p. 211.

24 Deleuze (Gilles), Guattari (Félix), Mille plateaux, op. cit., p. 383.

25 Ibidem, p. 382.

26 Voir Scepi (Henri), « Eugène Savitzkaya ou le souci de l’origine », op. cit.

27 Deleuze (Gilles), Guattari (Félix), Mille plateaux, op. cit., p. 382

28 Ibidem.

29 Sauvagnargues (Anne), « Deleuze. De l’animal à l’art », op. cit., p. 213.

30 Deleuze (Gilles), Guattari (Félix), Mille plateaux, op. cit., p. 383.

31 Ibidem, p. 382-383.

32 Deleuze et Guattari eux-mêmes lient reterritorialisation et déterritorialisation, revalorisant par là la notion de territoire et dénonçant par avance le stéréotype des nomades contemporains, des individus qui prétendent vivre en réseau uniquement, en dehors de tout topos (voir Goetz (Benoît), « La dislocation : critique du lieu », dans Younès Chris, Mangematin Michel (dir.), Lieux contemporains, Paris, Descartes et Cie, coll. Les Urbanités, 1997, p. 93-94).

33 Sauvagnargues (Anne), « Deleuze. De l’animal à l’art », op. cit., p. 212.

34 Zourabichvili (François), Le Vocabulaire de Deleuze, op. cit., p. 74.

35 Deleuze (Gilles), Guattari (Félix), Mille plateaux, op. cit., p. 593.

36 Zourabichvili (François), Le Vocabulaire de Deleuze, op. cit., p. 74.

37 Nancy (Jean-Luc), « L’espèce d’espace pensée », préface de Goetz (Benoît), La Dislocation, op. cit., p. 11.

38 Ibidem, p. 12.

39 Ibidem.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Manon Delcour, « L’ambivalence du chez-soi dans Mentir et Fou trop poli : la fonction du ressassement », Textyles, 44 | 2013, 67-76.

Référence électronique

Manon Delcour, « L’ambivalence du chez-soi dans Mentir et Fou trop poli : la fonction du ressassement », Textyles [En ligne], 44 | 2013, mis en ligne le 23 avril 2014, consulté le 23 mai 2017. URL : http://textyles.revues.org/2481 ; DOI : 10.4000/textyles.2481

Haut de page

Auteur

Manon Delcour

Université catholique de Louvain (Louvain-la-Neuve)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org