Navigation – Plan du site
Eugène Savitzkaya

Poétique à quatre mains : les suites dialogiques d’Izoard et Savitzkaya

Gérald Purnelle
p. 23-35

Texte intégral

1On le sait, Eugène Savitzkaya fut « découvert » par Jacques Izoard en 1972, à l’occasion de sa participation au concours « Liège des Jeunes Poètes ». Le second y soutint vigoureusement la candidature du premier, qui remporta le prix. S’ensuivirent la publication des Lieux de la douleur la même année, mais aussi une durable amitié entre les deux hommes.

2De 1973 à 1975, le jeune Savitzkaya a produit un nombre important de textes d’une totale radicalité : Cœur de schiste (écrit en 1973, publié en 1974), Un Attila. Vomiques (écrit en 1973, publié en 1974, puis en 1976), Masculines (écrit en 1974, publié en 1976), Mongolie plaine sale (écrit en 1974, publié en 1976), L’Empire (écrit en 1975, publié en 1976).

3En 1975 les deux amis ont tenté l’expérience d’une écriture poétique en commun. Le livre Rue obscure fut écrit du 13 mai au 7 novembre et publié la même année aux éditions de L’Atelier de l’Agneau. Les auteurs s’interrogent eux-mêmes, dans un texte final, sur la nature et le statut de l’ouvrage : « S’agit-il d’une suite de poèmes alternés ou d’un seul long poème écrit à deux ? Nous laissons la question sans réponse. » Mais ils ajoutent : « Les auteurs voudraient que l’on considère ce premier livre qu’ils ont écrit ensemble comme une recherche mutuelle de leur identité propre à travers l’écriture. » Les mots « mutuelle » et « propre » paraissent a priori légèrement contradictoires : chacun se charge-t-il de découvrir l’identité de l’autre ? de l’aider à la trouver soi-même ? Du moins l’entreprise doit-elle avoir été suffisamment collaborative pour aboutir à un texte commun, tout en laissant à chacun son « identité propre ». Cette identité et l’alternance des voix sont d’ailleurs typographiquement marquées dans le texte même, les poèmes de Savitzkaya étant imprimés en italique.

  • 1 Voir Lafon (Michel) et Peeters (Benoît), Nous est un autre. Enquête sur les duos d’écrivains, Paris (...)
  • 2 Dans Breton (André), Œuvres complètes, tome i, coll. Bibliothèque de la Pléiade, p. 1033-1035.
  • 3 Ibidem, p. 1010-1011.

4Les expériences d’écriture à deux existent en littérature1, mais ne sont guère nombreuses en poésie. On rappellera celles des surréalistes, des Champs magnétiques de Breton et Soupault en 1919 à L’Immaculée Conception d’Éluard et Breton en 1930, en passant par des textes plus courts et secondaires, comme « Le chapelet des aiguilles »2 de Breton, Desnos et Aragon, ou la pièce parodique « Le trésor des jésuites » de Breton et Aragon3, en 1928. Plus récemment, le livre Renga (1971), des quatre poètes Octavio Paz, Jacques Roubaud, Edoardo Sanguineti et Charles Tomlinson, est le résultat d’une expérience d’écriture collective, inspirée du modèle japonais. Plus près encore (en Belgique), on relèvera au moins le recueil d’Hubert Juin et Marc Baronheid, D’un pays, le même (1980).

  • 4 Réédité dans Savitzkaya (Eugène), Mongolie, plaine sale ; L’Empire ; Rue obscure, Bruxelles, coll.  (...)
  • 5 Réédité dans Izoard (Jacques), Œuvres complètes. Poésies, édition de Gérald Purnelle, tome ii, Pari (...)
  • 6 Un des poèmes d’Izoard a paru dans L’Arbre à paroles, n° 50, juin 1984.
  • 7 Elle est publiée dans Izoard (Jacques), Œuvres complètes. Poésies, tome ii, op. cit., p. 226-231.
  • 8 Ibidem, p. 239-244.

5Rue obscure4 n’est pas le seul « texte » à quatre mains produit par Izoard et Savitzkaya. On compte trois autres séquences présentant la même physionomie (alternance de textes de l’un et l’autre) : l’une a été écrite et publiée en 1979 (Plaisirs solitaires, écrit en août à Tarifa en Espagne5), les deux autres sont restées longtemps inédites. La première est datable de 1984 au plus tard6 et n’a pas de titre7. La seconde figure dans un carnet manuscrit, portant en tête la mention « Rome – Liège / Liège – Rome » ; on peut la dater de 1988 ou 1989 ; dans notre édition, nous l’avons intitulée « Suite romaine »8.

6À trois reprises, donc, et tous les quatre ou cinq ans, les deux poètes ont renouvelé l’expérience de Rue obscure. On se propose ci-dessous de comparer les conditions du processus collaboratif dans les quatre suites. Elles diffèrent à plus d’un titre : longueur, volume, forme (voir le tableau ci-dessous).

Suites

RO

PS

S84

SR

Nombre total de mots

5 858

542

1 148

2 018

 % Nb de mots de JI

50,70 %

48,00 %

52,40 %

50,00 %

 % Nb de mots de ES

49,30 %

52,00 %

47,60 %

50,00 %

Nb de textes : Total

50

13

11

27

Nb de textes de JI

25

8

6

14

Nb de séquences de JI

21

5

6

13

Nb de textes de ES

25

5

5

13

Nb de séquences de ES

20

5

5

13

Nombre d’alternances

40

9

10

25

Longueur minimale des textes de JI

67

29

76

39

Longueur minimale des textes de ES

67

49

62

39

Longueur maximale des textes de JI

189

39

169

99

Longueur maximale des textes de ES

180

69

154

105

Longueur moyenne des textes de JI

118,8

32,5

100,2

72,0

Longueur moyenne des textes de ES

115,5

56,4

109,4

77,7

Longueur moyenne des textes

117,2

41,7

104,4

74,7

Forme JI

prose

vers

vers long

prose

Forme ES

prose

prose

vers de prose

prose

  • 9 Détail des datations : 13 mai 1975 : texte 1 (JI) ; 14 mai : 2 (ES), 3 (JI), 4 (ES) ; 22 mai : 5 (J (...)

7La première suite, Rue obscure (RO, 1975), est la plus longue : 25 textes de chaque poète, pour un total de 5 858 mots. L’alternance n’est pas régulière : à quatre reprises, Savitzkaya enchaîne deux, voire trois textes, Izoard à trois reprises. Il y a donc 21 séquences continues pour Izoard et 20 pour Savitzkaya. Les textes des deux poètes sont en prose. On ne possède pas de manuscrit. Un dactylogramme contient le détail des dates de rédaction de chaque texte (supprimées sur les épreuves et absentes du recueil) ; elles révèlent que, du 13 mai au 7 novembre, la rédaction fut espacée et discontinue, avec aussi bien l’écriture de deux à huit textes le même jour, et des interruptions d’un à 24 jours9.

8Plaisirs solitaires (PS, 1979) est la plus courte des quatre suites : 13 textes, 542 mots ; quelques poèmes d’Izoard se suivent. La forme n’est pas homogène : prose chez Savitzkaya, vers chez Izoard. Il n’y a ni manuscrit ni tapuscrit connu.

  • 10 Voir Purnelle (Gérald), « Le “vers de prose” : vers et prose ? entre vers et prose ? (ni vers ni pr (...)

9La suite de 1984 (S84) compte 11 textes plus longs, en alternance parfaite, et 1 148 mots. Les textes de Savitzkaya s’apparentent à la prose, mais sont disposés en vers de longueur calibrée (des « vers de prose10 »), ce qui les assimile nettement à ses poèmes contemporains (Bufo bufo bufo, 1986) ; ceux d’Izoard sont des poèmes en vers longs (16, 17, 18 ou 26 vers).

10La « Suite romaine » (SR, 1988 ou 1989) compte 27 textes et 2 018 mots. Chaque texte figure sur une nouvelle page du carnet. Les neuf premiers textes sont numérotés « 1, 1 bis, 2, 2 bis, 3, 3 bis, 4, 4 bis, 5 », ce qui est un indice clair d’un protocole préalable d’écriture associée.

11Le volume global des suites est très variable, du simple au décuple (PS et RO). La part de chaque poète est globalement comparable dans RO, S84 et SR (nombre de textes, de séquences continues ou de mots, longueurs minimale, maximale et moyenne des textes). Les différences sont négligeables.

12Seuls font exception les Plaisirs solitaires, où les contributions diffèrent sur trois points : les textes d’Izoard sont plus nombreux, plus courts et en vers. Ceci étaie l’hypothèse selon laquelle cette suite ne procède pas d’une écriture alternée, mais de l’imbrication a posteriori de deux séquences indépendantes, ce que le titre même indique.

13Il s’agira ci-dessous de décrire les quatre suites (y compris PS, malgré sa différence) sous l’hypothèse d’une interaction, voire d’un dialogue, entre les deux écritures alternées, et d’examiner la façon dont s’opère, d’un texte à l’autre, la reprise d’écriture, comparable à une prise de parole dans un dialogue oral.

On distingue trois modes d’interaction directement observables : l’interlocution, l’amorce de phrase et la reprise lexicale.

L’interlocution

14Le locuteur d’un texte (et on ne doutera pas ici qu’il s’identifie respectivement à chacun des deux poètes) peut s’affirmer explicitement comme sujet, et se prendre pour objet de son énonciation. Il peut aussi y faire place à l’autre, comme actant, allocutaire et objet. Enfin, il peut associer les deux actants, soi et l’autre, en une seule instance sujet/objet. On trouve donc dans les textes de RO les pronoms je, tu et nous, les adjectifs possessifs correspondants, ainsi que les marques grammaticales des mêmes instances dans les impératifs à la 2e personne du singulier ou à la 1re du pluriel. Le relevé des occurrences de ces marques, texte par texte, révèle plusieurs faits.

Nombre de séquences

Occurrences

Total

Sur 10

Izoard

Sur 10

Savitzkaya

Sur 10

Izoard

Savitzkaya

Je

31

7,6

14

6,7

17

8,5

42

57

Je seul

6

 

1

 

3

 

 

 

Tu

30

7,3

19

9,0

12

6,0

97

39

Tu seul

4

 

4

 

0

 

 

 

Nous

13

3,2

10

4,8

4

2,0

17

11

Vide

4

1,0

1

0,5

3

1,5

 

 

Ni tu ni nous

10

2,4

2

1,0

6

3,0

Total

41

 

21

 

20

 

 

 

15L’interlocution est abondante dans la suite. Il n’y a qu’1 texte sur 10 entièrement écrit à la 3e personne, sans je ni tu ni nous. Si l’on exclut le je aussi, on passe à 1 texte sur 4 où l’autre est absent de l’énonciation.

  • 11 La présence de l’autre peut saturer l’énonciation izoardienne, comme dans le texte 12, qui ne compt (...)

16Izoard est le plus orienté vers l’autre : cela se marque notamment par le fait qu’un seul de ses textes est en je seul (sans tu ni nous), alors que Savitzkaya en a 3, et un texte sans aucun actant, contre 3 chez Savitzkaya ; celui-ci s’abstient plus souvent de marques explicites de l’interlocution. Les séquences izoardiennes où figurent le tu et le nous sont plus nombreux (9 sur 10 en tu, 5 sur 10 en nous) ; il y a même 4 séquences où Izoard s’oublie lui-même pour ne prendre pour objet que l’autre ; Savitzkaya ne le fait jamais. Le je est plus présent chez ce dernier, que ce soit en nombre de séquences (8,5 sur 10 contre 6,7) ou en occurrences des marques de la 1re personne (57 contre 42). À l’inverse, la 2e personne domine chez Izoard (97 occurrences : deux fois plus que la 1re personne chez lui et la 2e chez Savitzkaya)11. Il en va de même pour la 1re personne du pluriel qui, associant les deux actants, tend à exprimer un désir de collaboration ou de fusion.

  • 12 Izoard (Jacques), Œuvres complètes, tome i, op. cit., p. 615-628.

17Les 1re et 2e personnes apparaissent fréquemment dans les mêmes phrases, voire les mêmes syntagmes. Ces passages renvoient souvent à l’appel et au contact, avec ou sans violence, et ceci de la part des deux locuteurs ; exemples12 :

Tu me prends des mains la rivière elle-même [JI, texte 3]
Je tiens et lâche tous tes jumeaux corporels, ton gibier très blanc. [ES, 4]
Je touche tes doigts et tes flagelles, les flèches de ton corps. […] Et toi, tu m’asperges de tilleul, tu me découds dans le noir […] [ES, 8]
De ton corps fragmenté, je touche chaque loge. […] Tu m’étrangles comme un collet de lierre ou un nerf de lézard [ES, 9] / Tu m’atteins à la tempe, à la pastille livide [11] / Tu me tiens à la médiane, à la suture de lin [13] / Tu m’arroses de laitance, de fil aveugle [20].
Je touchais un à un tes cheveux nus [JI, 21] / Je te toucherai dans l’eau […] [28].
je t’en toucherai le palais, les pennes, les sensitives / Je t’en toucherai le fémur, t’en maculerai l’épaule [ES, 22]
Te coudre en un sac d’herbes, te jeter au torrent. [JI, 32]
Je mourrai dans ton ventre [JI, 44]
Vis avec moi dans la maison d’étouffement où gisent cinq morts espagnols [JI, 48].

18Le dialogue existe donc bel et bien, chacun des deux partenaires y prend part intensivement, mais à des degrés différents. Il est partiellement polarisé ; la dépendance de l’un et de l’autre est différente.

  • 13 Izoard (Jacques), Œuvres complètes, tome ii, op. cit., p. 12.

19À nouveau, PS diffère radicalement de RO sur ce point : dans ses 5 textes, Savitzkaya n’emploie aucune des trois marques, alors qu’Izoard s’exprime deux fois en je (seul, sans tu) et 2 fois en tu (seul, sans je). Mais on ne peut raisonnablement traduire ces données par le refus du dialogue chez l’un et sa sollicitation chez l’autre : la séquence de Savitzkaya est constitué d’un récit dont le protagoniste est un berger, tandis que dans les deux poèmes d’Izoard où il apparaît, le tu traduit davantage une adresse du locuteur à soi-même qu’à un autre (mode rhétorique coutumier d’Izoard) : « Nu, tu respires mieux. / Tu saccages tes effrois, / tes vêtements, tes neiges. / Tu perds l’ultime semence / du corps, du bleu battu. / Tu ne vois personne / vivre dans tes doigts. »13 Ces deux faits constituent un indice supplémentaire de l’hétérogénéité de la suite, qui procéderait d’un mélange a posteriori.

  • 14 Izoard (Jacques), Œuvres complètes, tome ii, op. cit., p. 226. Allusion à la maison de la rue Cheva (...)
  • 15 Izoard (Jacques), Œuvres complètes, tome ii, op. cit., p. 226-231.

20La troisième suite, S84, ne restaure que partiellement les marques d’une véritable interlocution : 2 textes seulement en je chez Izoard (sur 6), aucun chez Savitzkaya ; tu dans 2 textes de Savitzkaya, 4 chez Izoard. Le tu n’en est pas pour autant la forme d’une adresse de chaque locuteur à soi-même. Le contenu de ces adresses et leur succession indiquent clairement un dialogue dont le je est quasi absent. L’interlocution n’apparaît qu’au 3e texte, sous la plume d’Izoard, par l’association des deux protagonistes : l’objet du partage est la maison (nommée dès le premier vers du premier texte : « Dix chevaux font le tour de la maison »14), mais le propos est négatif : « N’entrons pas dans la maison : / nous briserions les candélabres / […] / N’emporte aucun iris, / toi qui veux soudoyer / les corps qui rêvent. » La dernière phrase — « Le chemin ne mène qu’à la maison noyée » — provoque l’amorce du texte suivant (Savitzkaya : « Pierre mort à la maison noyée […] »). Trois textes plus loin, l’entame d’Izoard — « Les petites plantes et les petits outils, / tu les caches dans la serre. / Le lierre te garrotte et t’aime / au plus près des tendons. / […] » — entraîne à nouveau un début parallèle de Savitzkaya : « Les petites scies, tu les lèches, tu les poisses […]. » Au texte suivant, Izoard s’adresse à Savitzkaya : « Découds donc les habits du sureau / si tu veux vivre un an / sous la tonnelle fleurie. […] » ; qui lui répond : « Si tu veux mourir, laisse tomber les persiennes, / oublie le bleu, peins en rouge les carreaux, / les pavés et les vieilles briques, plante un / frêne fleuri et regarde-le pousser et se couvrir / de poussière […] ». Pour clore et signer le dialogue, Izoard prend le dernier mot, où apparaît un des rares je de la suite : « Partout je crache où tes pieds, tes mains / touchèrent terre et mer, ici, là-bas, tout autour d’une maison rougeâtre. / […] / Et la maison chasse ton odeur, / expulse ta salive, ton vin, ton sperme. / […]. »15 S84 est donc, certes, un dialogue programmé comme tel, mais où l’apostrophe est plus affirmée que la présence des sujets, et où se joue davantage l’aveu d’une séparation menaçante que la permanence d’une communion.

21Quant à la « Suite romaine », l’interlocution y est aussi intermittente : 6 des 13 textes d’Izoard n’ont ni tu ni nous, contre 4 des 13 de Savitzkaya. Le je ne domine pas non plus : 6 textes d’Izoard et 5 de Savitzkaya. Singulièrement, le nous est présent à parts égales chez les deux (2 x 6 textes), mais avec 16 occurrences chez Savitzkaya, contre 6. La suite évoque un séjour commun à Rome, où elle fut écrite pour partie : « Nous fûmes à Venise en barquette. À Rome en charrette et à Constantine en char à bœufs. D’où reviendrons-nous ? » (Savitzkaya). Plusieurs textes sont en nous sans je ni tu, ce qui n’apparaissait pas dans RO ou S84 (4 chez Savitzkaya, 2 chez Izoard). Aucun syntagme n’associe les 1re et 2e personnes : les contacts, fussent-ils violents, ont disparu de l’énonciation, mais c’est néanmoins une expérience commune, symbiotique, qui est rapportée au jour le jour.

L’amorce de phrase

22Dans RO, à plusieurs reprises, l’intervention d’un des deux scripteurs se termine par une phrase amorcée, véritable appel à la complétion adressé à l’autre partenaire et matérialisé par des points de suspension. Le premier à le faire est Savitzkaya, qui, le 23 mai, laisse inachevée la phrase « Quand une meute de poissons et une meute de rats… », qu’Izoard prolonge le lendemain par « … envahissent mon corps et le pillent : mille ou deux mille, ou cent mille fragments de chair déchiquetée t’éclaboussent, et te voici couvert de mes crachats, de mes salives, de mes spermes, de mes os, de mes tentacules et fibrilles ». Cette réponse s’inscrit explicitement dans le dialogue amorcé, puisque tout en étant fortement focalisée sur le sujet (le locuteur prend à son compte l’irruption imposée des deux meutes et la fait subir à son corps), elle fait sur l’autre, le tu, un retour spectaculaire, à la fois fusionnel et offertoire.

23Le surlendemain, c’est Izoard qui reprend le procédé introduit par Savitzkaya, en lui tendant la perche d’une amorce nominale (du texte 10 au 11) : « Ventre, étrave… », que celui-ci développe par un phrase et un paragraphe à la 3e personne, sans je ni tu : « acérée du pilote d’ivoire, du passant noir et rapide sur la mince pellicule. Le grand trident innerve la langue et perce le limbe lisse, l’amande qu’on avale au bord de l’eau salée (chaque organe a sa langue et la tient en gaine) ». Il relance néanmoins le mécanisme des appels à la fin de son texte (« Tu m’atteins à la tempe, à la pastille livide… »), et la réponse qu’il suscite chez Izoard est tout entière en tu, et fait le constat de cet éloignement du partenaire de dialogue : « … et tu pars seul dans les fleurs très pâles où ta pâleur exige renoncements et perditions ». Devant la menace d’une interruption du dialogue, l’appel syntaxique est donc aussi le moyen de solliciter de l’autre un retour à l’interlocution. L’amorce peut se muer en contrainte que l’on veut imposer à l’autre : la refuser, c’est rompre le dialogue, comme le montre un cas examiné ci-dessous.

24Par la suite, le procédé n’apparaît plus que sporadiquement. À la fin du texte 14, les points de suspension d’une phrase grammaticalement complète d’Izoard (« Le plus doux muscle vit dans l’aspérule éparpillée… ») paraissent appeler un prolongement que Savitzkaya assume effectivement (« … à l’intérieur du tombeau doucement tapissé, […] »), peut-être parce que l’amorce d’Izoard contenait la reprise d’un vocable typique de Savitzkaya, totalement étranger au lexique personnel d’Izoard (aspérule), et que le premier avait employé en tête du texte précédent (« Un lapin gémit sur les cimes de tes poumons, perd ses objets précieux, l’aspérule de ses seins »).

  • 16 Référence des extraits : Izoard (Jacques), Œuvres complètes, tome i, op. cit., p. 616, 618, 619, 62 (...)

25À l’inverse, à la fin du même texte 15, une phrase complète de Savitzkaya ne provoque pas de réponse d’Izoard (« Le petit ne marche plus sur la surface… »). Et quand celui-ci ébauche à nouveau une amorce nominale (« Escale de rose étanche… », texte 16), Savitzkaya l’ignore et entame une phrase complète et autonome. Beau joueur, il renoue une fois encore le dialogue, par un verbe à la 1re personne du pluriel (pénétrerons) et par une amorce finale claire (« Inanimé tenant ses cordes… »), à laquelle Izoard répond. Il faut attendre les textes 26 et 39 pour que les deux poètes se livrent une dernière fois au jeu de l’amorce et de la réponse, d’abord Izoard, puis Savitzkaya16. Le dialogue est donc aussi, pour une part, un chassé-croisé où s’expriment tour à tour désir d’échange, sinon de communion, mais aussi distance et, peut-être, volonté de pouvoir sur l’autre. Tous deux jouent le jeu, et Savitzkaya n’est pas celui qui joue le moins : il a introduit le procédé, il relance la balle, il revient au jeu.

26Le procédé de la phrase amorcée est propre à RO : les trois autres suites en sont totalement exemptes. Ce n’est pas étonnant pour PS, qui n’a rien d’un dialogue concerté, mais il est notable qu’aucun des deux poètes ne l’a repris dans SR, bien que cette suite ait été écrite en alternance dans un cahier, comme ce fut le cas pour RO : l’histoire, sur ce point, ne s’est pas répétée.

Les reprises lexicales

27Il y a 40 points de passage d’une voix à l’autre dans RO, 9 seulement dans PS, 10 dans S84 et 25 dans SR. À chaque changement, le locuteur peut reprendre un ou plusieurs vocables introduits par l’autre dans une séquence antérieure. Nous n’aborderons ci-dessous que les cas où la reprise se fait directement d’une séquence à l’autre, en supposant que chaque poète a lu la dernière contribution de l’autre avant d’en entamer une nouvelle.

28Les reprises sont quasi omniprésentes dans RO : seul le passage du texte 10 au 11 (d’Izoard à Savitzkaya) fait un hiatus, mais il est compensé par une amorce de phrase d’Izoard à laquelle répond Savitzkaya (voir supra). Le phénomène est attesté de manière égale et abondante chez les deux poètes (66 et 67 reprises, soit une moyenne de 3 mots par texte, à raison de 1 à 9 mots repris). La place manque pour un examen global des lexiques et des thématiques mobilisés par ces reprises. Contentons-nous de pointer quelques faits éclairants.

29Tout d’abord, lorsqu’un poète enchaîne deux ou trois textes, l’autre ne tire généralement de vocables que du dernier ; ce qui paraît révéler un mode de fonctionnement préétabli : chacun ne devait lire que le dernier texte de l’autre avant d’intervenir.

  • 17 Référence des extraits : Izoard (Jacques), Œuvres complètes, tome i, op. cit., p. 616, 621, 626, 62 (...)

30Ensuite, les cas les plus saillants sont ceux où, à la faveur d’un mot, toute une phrase ou tout un syntagme en inspire un(e) autre ; exemples : « Une poupée remonta à la surface, pleine et légère » (ES) → « Des milliers de poupées, depuis 1900, flottent entre deux eaux » ; « koala chargé de gouttes, de semences vives » (ES) → « Quel animal chargé de cosses, de coques, de gousses ? » ; « Le coureur transi lime ses ongles, ses sabots de plomb que mordent les poulpes » (ES) → « Mais quel est ce coureur mordu des poulpes ? » ; « maison des suffocations » (ES) → « maison d’étouffement » (JI) → « Maison d’étouffement » (ES)17.

31Il est possible (sous réserve d’une vérification plus approfondie) qu’Izoard se soit davantage prêté à ce jeu de la dérivation sémantique au-delà de la simple reprise lexicale.

  • 18 Izoard (Jacques), Œuvres complètes, tome ii, op. cit., p. 12-13.

32Les reprises ne structurent guère la suite PS : seules 5 transitions sur 9 en présentent. Mais deux points sont plus signifiants18 : du texte 8 au 9, Izoard reprend le mot berger (qui est le thème de la séquence de Savitzkaya) : « Au printemps le berger mangea les bêtes » → « S’affublent les bergers de hardes, de défroques » ; de 10 à 11, Savitzkaya reprend 3 mots d’Izoard : « Sachem, lèvres cousues, / peint le corps petit / d’un carabe amer. / Sa mémoire trouve / le feu, le givre » → « il disparut […] les lèvres peintes […] le feu dans le cabinet / dans la salle bleue […] », le mot bleu étant ensuite naturellement repris par Izoard : « Bleu tout de go qui bat l’eau fluide […] ». Si ces cas ne sont pas fortuits, ils constituent l’indice d’une (faible) interlocution des deux voix, contraire à notre hypothèse relative à la vraie nature de la suite PS.

  • 19 Izoard (Jacques), Œuvres complètes, tome ii, op. cit., p. 226-227.

33Le mécanisme est assez présent dans S84, compte tenu de sa relative brièveté. On peut même dire qu’il la structure, le thème du texte commun étant la maison (de la rue Chevaufosse) et son jardin, occupés par les deux poètes. Un exemple : dans le deuxième texte19, Savitzkaya ne reprend pas moins de 7 mots du texte initial d’Izoard ; son ouverture au lexique de l’autre va jusqu’à son exploitation appliquée dans sa réponse à son interlocuteur :

[Izoard] Dix chevaux font le tour de la maison. / Dix chevaux de neige ou de houille. / Et Sosie marche à travers les chambres, / avec son béret basque et sa canne de buis. / J’entends son pas, sa voix, son souffle. / Mais chaque chambre est un enclos muet. / Chaque chambre a ses portes et ses clefs. / […] / Ce que tissent les nerfs, la nuit l’ignore. / Ce que chantent les poulies, Sosie le sait, / Sous l’escalier de mil, / voici les petites mains qui cherchent / vêtements à lapider, miroirs. / […] / Dans chaque chambre un écrivain écrit / ce qui se passa, se passe, se passera. / Des voyageurs et des lingères / s’aiment. […]

[Savitzkaya] Dans chaque chambre, au dortoir, à l’étable, / au fournil, le garçon, lapidé, ignore la nuit, / la profondeur, l’or, les trois couleurs du jet / d’eau qui se dispersa, dispersé luit, mange, / pleure et souffle, emplit dix seaux, renverse / le mercure, bouscule la porteuse d’eau, battu / déshabille la lingère, habite la buanderie, / puni mange des oiseaux et cloue l’établi.

34La suite du texte présente de semblables reprises, certes moins nombreuses, mais où la lecture d’un poète par l’autre est indéniable (voir les deux attaques « Les petites plantes […] » / « Les petites scies […] » citées plus haut).

35Il en va de même dans SR, dont l’écriture alternée est avérée (dans un carnet) ; s’agissant de Rome et de jardins, la reprise de mots tels que pierre, balcon, fontaine, mur, jardin, semences, sureau, émail ou tortues ne trompent pas. Mais les reprises s’interrompent avant la fin de la suite, d’ailleurs « inachevée » : le principe collaboratif, qui se traduit notamment par ces reprises, peut aussi bien s’intensifier ou s’essouffler.

Conclusion

36Pour une étude exhaustive et approfondie des échanges qui nourrissent l’écriture alternée, il eût fallu examiner en détail plusieurs aspects laissés ici de côté : les lexiques mobilisés (commun et individuels), leur relation avec ceux des œuvres séparées des deux poètes ; le déroulement logique (narratif ou non) du propos de chaque poète dans chaque suite (sauf dans PS) et celui du texte commun ; les réseaux sémantiques que tissent les phénomènes observés (interlocutions et reprises, appels et réponses), les isotopies des reprises, etc.

37Quoi qu’il en soit, cette première approche a déjà fait apparaître quelques traits des textes étudiés. Certains de ces traits se retrouvent dans trois des suites ou dans toutes, à des degrés et selon des modalités variables. À bien des égards, la première expérience fut la plus riche. Elle a pu se renouveler. On observe toutefois une évolution (volume, densité, interaction) qu’il conviendrait d’expliquer davantage et de rapprocher du parcours individuel de chacun. Ainsi le fait que Savitzkaya ait abordé le roman dès 1977, c’est-à-dire juste après RO, a entraîné un passage au récit dont on voit, dans PS, qu’il exclut quasi totalement le dialogue. Quant à Izoard, le choix formel du vers ou de la prose n’est pas non plus sans incidence sur son implication dans le fonctionnement de la « forme » dialoguée.

  • 20 « Rue obscure offre la mise en scène d’une rencontre et d’un itinéraire parcouru en commun. Cette p (...)

38Lorsqu’elle fonctionne, l’écriture à quatre mains d’Izoard et Savitzkaya est bien un dialogue, programmé comme tel, selon un protocole plus ou moins précis. Chacun lit l’autre et participe à un texte commun, à mi-distance de la collaboration et du cheminement personnel. Ces suites ne relèvent donc pas d’un simple exercice (de style) ou d’une pure écriture expérimentale20. Elles impliquent un engagement dans une relation personnelle dont elles constituent à la fois le lieu d’expérience et d’expression, aux limites de l’intime (on le voit surtout dans RO et dans S84). À travers un processus progressif de rédaction, les deux poètes cherchent, sinon à coup sûr l’identité de chacun (comme ils l’annonçaient dans RO), du moins un moyen de dialoguer, voire de communier dans un même acte d’écriture. Les relations en jeu sont complexes : entre le partage, le désir d’adhésion et le rapport de force.

39Dès la première suite, la forme du texte dialogique adopte un mode rhétorique, l’interlocution, qui est tout à la fois recherché, installé, parfois refusé ou réduit, voire évité. L’enjeu (l’objet) est l’expérience personnelle et commune, le soi et le nous : à travers des lieux partagés (Rome, la maison, le jardin, la chambre), à travers aussi un lexique ou des lexiques, il s’agit de faire une place à l’autre, le reconnaître, le toucher (physiquement), le séduire, voire prendre pouvoir sur lui. La dimension lexicale (et non seulement référentielle) de l’échange est ici capitale : par son simple emploi (dans une écriture très libre), chacun suggère son lexique à l’autre, l’amène à le partager, veut peut-être le lui imposer. Chacun aussi s’ouvre à son gré au lexique de l’autre.

40Les modulations de ce processus sont subtiles et diverses : dès son deuxième texte dans RO, Savitzkaya reprend à Izoard des mots aussi importants et personnels que corps, main, langue et toucher ; mais il lui avait déjà offert bouche, chambre et rivière, tout aussi izoardiens. Le mot bleu, hautement typique d’Izoard, fait l’objet d’un échange répété ; Izoard, on l’a vu, a pu reprendre l’aspérule de Savitzkaya, mais dédaigne les nombreux « lapins » dont celui-ci peuple ses interventions. De son côté, Savitzkaya ose assez vite associer les deux mots dans une phrase telle que : « Les plantes urticantes poussent près des murs où ne boit jamais le lapin bleu angora. »

41Les reprises lexicales construisent un véritable lexique commun, révélateur d’une expérience partagée, dans lequel on reconnaîtra les signes des univers propres des deux poètes, un monde fait d’eau, de feu, de papier, de pierre et de bois, de rivières, de maison, de chambre et de jardin, d’herbe et de bleu ; un monde où l’on dort, où l’on touche et mord corps, langue, lèvres, main, bras, bouche.

42D’une certaine manière, les mots de l’autre sont déjà (le corps de) l’autre, ils en constituent le signe, l’intime. En accepter ou en rechercher l’échange et le partage, c’est toucher l’autre : le désir du contact physique, si présent dans RO, passe par les mots du texte.

  • 21 « […] au-delà de la connivence personnelle, c’est d’abord une très grande affinité poétique qui fon (...)
  • 22 « Les innombrables éléments qui forment le réel n’existent que dans la mesure où ils sont nommés. C (...)
  • 23 Laurent Demoulin et Sarah Sindaco voient dans les premiers ensembles de poèmes de Savitzkaya et leu (...)
  • 24 Virone (Carmelo), « Lecture », dans Savitzkaya (Eugène), Mongolie, plaine sale ; L’Empire ; Rue obs (...)

43Un tel rapport aux mots-signes correspond bien à la poétique (différente, mais parente) des deux poètes21. Celle d’Izoard se fonde pour une part sur une (con)fusion du signe et du référent : écrire les mots, les prononcer, les absorber et les rendre par la plume et la bouche, c’est s’approprier les objets qu’ils désignent et les faire exister22. Chez Savitzkaya, la productivité du lexique comme signe global du monde physique (animal, végétal, humain), appréhendé comme objet de l’expérience23, fonde « le travail d’engendrement, de prolifération du texte qui dénie que les mots, que les êtres et les choses qu’ils nomment soient captifs d’une signification unique »24.

Haut de page

Notes

1 Voir Lafon (Michel) et Peeters (Benoît), Nous est un autre. Enquête sur les duos d’écrivains, Paris, Flammarion, 2006.

2 Dans Breton (André), Œuvres complètes, tome i, coll. Bibliothèque de la Pléiade, p. 1033-1035.

3 Ibidem, p. 1010-1011.

4 Réédité dans Savitzkaya (Eugène), Mongolie, plaine sale ; L’Empire ; Rue obscure, Bruxelles, coll. Espace-Nord, Labor, 1993, et dans Izoard (Jacques), Œuvres complètes. Poésies, édition et préface de Gérald Purnelle, tome i, Paris, La Différence, 2006, p. 615-619.

5 Réédité dans Izoard (Jacques), Œuvres complètes. Poésies, édition de Gérald Purnelle, tome ii, Paris, La Différence, 2006, p. 11-13.

6 Un des poèmes d’Izoard a paru dans L’Arbre à paroles, n° 50, juin 1984.

7 Elle est publiée dans Izoard (Jacques), Œuvres complètes. Poésies, tome ii, op. cit., p. 226-231.

8 Ibidem, p. 239-244.

9 Détail des datations : 13 mai 1975 : texte 1 (JI) ; 14 mai : 2 (ES), 3 (JI), 4 (ES) ; 22 mai : 5 (JI) ; 23 mai : 6 (ES) ; 24 mai : 7 (JI) ; 25 mai : 8 et 9 (ES) ; 26 mai : 10 (JI) ; 27 mai : 11 (ES) ; 29 mai : 12 (JI) ; 31 mai : 13 (ES) ; 2 juin : 14 (JI), 15 (ES) ; 3 juin : 16 (JI) ; 4 juin : 17 (ES) ; 5 juin : 18 (JI) ; 16 juin : 19 (JI) ; 17 juin : 20 (ES), 21 (JI) ; 1er juillet : 22 (ES) ; 5 juillet : 23 (ES) ; 6 juillet : 24 (JI) ; 9 juillet : 25 (ES) ; 14 juillet : 26 (JI) ; 15 juillet : 27 (ES) ; 8 août : 28 (JI) ; 9 août : 29 (ES), 30 (JI), 31 (ES), 32 (JI), 33 (ES), 34, 35 et 36 (JI) ; 10 août : 37, 38 et 39 (ES) ; 13 août : 40 (JI) ; 14 août : 41 (ES) ; 18 août : 42 (JI) ; 23 août : 43 (ES) ; 24 août : 44 et 45 (JI) ; 7 septembre : 46 (ES) ; 8 septembre : 47 (ES) ; 29 septembre : 48 (JI) ; 12 octobre : 49 (ES) ; 6 et 7 novembre : 50 (JI).

10 Voir Purnelle (Gérald), « Le “vers de prose” : vers et prose ? entre vers et prose ? (ni vers ni prose ?) », dans Formes poétiques contemporaines, n° 4, 2006, p. 69-82.

11 La présence de l’autre peut saturer l’énonciation izoardienne, comme dans le texte 12, qui ne compte pas moins de 13 marques de la 2e personne sur un total de 114 mots. La suite s’achève d’ailleurs sur un dernier texte d’Izoard tout entier en tu, sans je.

12 Izoard (Jacques), Œuvres complètes, tome i, op. cit., p. 615-628.

13 Izoard (Jacques), Œuvres complètes, tome ii, op. cit., p. 12.

14 Izoard (Jacques), Œuvres complètes, tome ii, op. cit., p. 226. Allusion à la maison de la rue Chevaufosse à Liège, où habitaient les deux poètes. Cette maison et son jardin constituent le sujet de la suite dialoguée.

15 Izoard (Jacques), Œuvres complètes, tome ii, op. cit., p. 226-231.

16 Référence des extraits : Izoard (Jacques), Œuvres complètes, tome i, op. cit., p. 616, 618, 619, 622, 625.

17 Référence des extraits : Izoard (Jacques), Œuvres complètes, tome i, op. cit., p. 616, 621, 626, 628.

18 Izoard (Jacques), Œuvres complètes, tome ii, op. cit., p. 12-13.

19 Izoard (Jacques), Œuvres complètes, tome ii, op. cit., p. 226-227.

20 « Rue obscure offre la mise en scène d’une rencontre et d’un itinéraire parcouru en commun. Cette perspective a le double effet d’authentifier le propos (le dialogue a vraiment eu lieu, du fait même de son énonciation) tout en désignant constamment la démarche d’écriture. On est donc à la fois dans la fabulation poétique et dans la réalité de l’échange. » (Virone (Carmelo), « Lecture », dans Savitzkaya (Eugène), Mongolie, plaine sale, L’Empire, Rue obscure, Bruxelles, coll. Espace-Nord, Labor, 1993, p. 188)

21 « […] au-delà de la connivence personnelle, c’est d’abord une très grande affinité poétique qui fonde le rapport de Rue obscure. » (Virone (Carmelo), « Lecture », dans Savitzkaya (Eugène), Mongolie, plaine sale ; L’Empire ; Rue obscure, op. cit., p. 187)

22 « Les innombrables éléments qui forment le réel n’existent que dans la mesure où ils sont nommés. Contrairement à la conception rationnelle, les mots et les choses sont ici dans un rapport de co-naissance, d’engendrement réciproque […] », Laroche (Daniel), « Lecture », dans Izoard (Jacques), La Patrie empaillée. Vêtu, dévêtu, libre, Éditions Labor, coll. Espace Nord, 1992, p. 335.

23 Laurent Demoulin et Sarah Sindaco voient dans les premiers ensembles de poèmes de Savitzkaya et leurs « longues coulées verbales rimbaldiennes » « une manière de langage originel, une tentative de mise en mots de l’univers de l’infans […] » (Demoulin (Laurent) et Sindaco (Sarah), « Postface », dans Savitzkaya (Eugène), Sang de chien ; Les morts sentent bon, Éditions Labor, coll. Espace Nord, 2012, p. 234).

24 Virone (Carmelo), « Lecture », dans Savitzkaya (Eugène), Mongolie, plaine sale ; L’Empire ; Rue obscure, op. cit., p. 172.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gérald Purnelle, « Poétique à quatre mains : les suites dialogiques d’Izoard et Savitzkaya », Textyles, 44 | 2013, 23-35.

Référence électronique

Gérald Purnelle, « Poétique à quatre mains : les suites dialogiques d’Izoard et Savitzkaya », Textyles [En ligne], 44 | 2013, mis en ligne le 23 avril 2014, consulté le 25 avril 2017. URL : http://textyles.revues.org/2474 ; DOI : 10.4000/textyles.2474

Haut de page

Auteur

Gérald Purnelle

Université de Liège

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org